The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -67%
DORMIPUR Oreiller à mémoire de forme ...
Voir le deal
9.99 €

And everything will be alright
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lisandro Sedillo
Lisandro Sedillo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1273
Sujet: And everything will be alright   Ven 28 Mai 2021 - 15:29
L’aube pointait son nez timidement. Trois jours qu’il était arrivé ici pour évaluer les progrès de Selene et trois jours qu’il repoussait un peu le moment de partir. Rien ne pressait. Eli ne devait pas rejoindre la ville avant quelques jours encore – bien qu’il le soupçonnait de décaler son départ volontairement. Mais il y avait quelque chose dans cet endroit, une âme sans doute. Cette maison semblait suspendue dans le temps, figée loin des dangers qui les attendaient en ville – ou même, à Nisqually. Après les événements qui s’étaient déroulés au Fort, c’était probablement la première fois que le chilien avait l’impression d’enfin sortir la tête hors de l’eau. Et puis, miracle ; il parvenait à dormir. Certes, pas beaucoup – en témoignait sa présence sur le balcon de la maison à cette heure si matinale. Mais il dormait mieux. Ici, personne n’attendait rien de lui. Tout simplement. Il pouvait voir les effets bénéfiques que cela avait sur la santé de Selene, il les avait constatés. Le pari semblait gagné, ne restait plus qu’à voir ce qu’il en serait sur le long terme.

Mais pour l’instant, accoudé qu’il était sur la rambarde, à regarder le soleil rougir les bords du rivage, il devait avouer être là un peu, pour lui. Juste un calme reposant, les clapotis de l’eau sur les rives et la forêt qui s’éveillait – ou s’endormait, pour certains de ses habitants. Même à cette heure-ci, Nisqually était déjà plus bruyant. Ou peut-être était-ce l’effet que le fort lui faisait en ce moment ; toujours en mouvement, toujours… à courir quelque part, à tendre la main… à essayer d’aider sans rien pouvoir faire et voir les siens se débattre avec leurs démons sans qu’il ne se sente assez fort pour les aider à les surmonter. Il pensait à Juliet notamment, muette sur le traumatisme qu’elle avait vécu. Insaisissable, comme depuis le premier jour, la jeune fille lui échappait… elle aussi. Sans même parler d’Andrea, qui revivait sans cesse ces jours passés dans ces tunnels, dans le noir. Il lui fallait pourtant lâcher-prise, un peu. Il se rendait compte de la pression qu’il exerçait lui-même sur ses épaules aujourd’hui, alors qu’il respirait un air différent et que la ride d’inquiétude avait enfin quitté son front, depuis les trois jours où Matias l’avait accueilli chez lui.

Le médecin baissa le regard sur ses mains – ou plutôt sur sa main, bien en chair, et sur l’autre métallique, habillée d’un gant de cuir, les doigts éternellement figé dans une position trop raidie pour paraitre naturelle. Encore aujourd’hui, sa main lui faisait mal. Plus les problèmes s’accumulaient sur son dos, et plus elle le faisait souffrir. Le regret faisait mal. C’était bien ça que cette douleur fantôme représentait, n’est-ce pas ? Le regret. De sa main valide, il agrippa son poignet métallique, comme s’il pouvait encore sentir la peau et le pouls filant. Presser cette main absente, parfois même entailler le cuir, lui permettait de rappeler à son corps qu’elle n’était plus.

Il eut un profond soupir. Entre le soulagement et l’abattement, il oscillait entre les deux. Il aperçut alors un mouvement dans son champ de vision ; Matias. Il se redresse un peu, ôte sa main de sa prothèse pour les enfoncer toutes les deux dans la poche ventrale du gros sweat qu’il portait. Les premières heures du jour restaient fraîches encore. « Bonjour. J’espère que je ne t’ai pas réveillé – ni personne, d’ailleurs ? » Demanda-t-il, encore un peu fatigué. Certes, il recommençait à dormir, mais toujours pas assez. Il faudrait bien encore quelques nuits, mais après, qu’adviendrait-il quand il rentrerait chez lui ? « Je voulais juste… Voir un lever de soleil dans un cadre pareil. J’ai l’impression que ça fait une éternité. » C’était probablement le cas, la Marina de Nisqually n’avait clairement pas le même charme, la même poésie. Puis c’était différent, parce que c’était ici, loin de la maison et des soucis.




tout le monde a peur d'être soi même, de ses erreurs, et pourtant il faut vivre, ça vaut le coup. plonger, avancer, trébucher, hésiter, trembler, c'est ça qui est beau... devenir soi même.


Revenir en haut Aller en bas  
Matias Padilla
Matias Padilla
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Leader | Sanctuary Point
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 641
Sujet: Re: And everything will be alright   Lun 31 Mai 2021 - 0:47
L’arrivée, quelques jours auparavant, du médecin de Nisqually avait quelque peu chamboulée leur organisation. Ce n’était pas exactement que la mécanique s’était grippée et que soudainement, tout s’était arrêté de fonctionner. Mais on sentait dans l’air une sorte de pression inconsciente. Tous craignaient évidemment que le verdict de Lisandro ne soit défavorable et qu’il conclue à l’échec de l’expérience, décidant de rentrer avec Selene sous le bras. Pourtant, depuis un mois maintenant, il était indéniable que quelque chose avait changé en elle. En bien ou en mal, Matias ne parvenait pas à le déterminer. Et c’était peut-être dans toute cette incertitude que résidait le cœur du problème.

Comme d’habitude, il s’éveilla un peu avant le lever du soleil. Profitant du calme, du silence, le menuisier resta un instant allongé dans son lit, les bras en croix, à fixer le plafond. Leur petit camp paraissait désormais bondé, avec l’arrivée de nombreux survivants de passage, mais Matias avait toujours le luxe de garder sa chambre pour lui seul. Un privilège de chef, si on voulait le dire ainsi.

Après encore une minute à écouter la maison respirer, le cubain se redressa et, posant le pied à terre, se leva péniblement. Comme tous les autres, il appréhendait d’entendre la décision de Lisandro et la perspective d’une nouvelle journée passée dans le stress ne l’enchantait guère. Après un rapide passage à la salle de bain, il prit le chemin de la cuisine et entreprit de préparer du café pour tout le monde. Alors qu’il s’activait silencieusement, et que l’aube se levait peu à peu, un mouvement sur la terrasse attira son attention. Jetant un coup d’œil par la porte-fenêtre, il découvrit Lisandro, accoudé au garde-corps. Ainsi donc, le médecin était aussi un matinal. Avec un sourire, Matias acheva de verser le liquide brûlant dans deux tasses, puis sortit à son tour.

Avec un sourire, le cubain tend l’une des deux tasses à Lisandro, avant de s’appuyer à son tour contre la rambarde. Non, on a beaucoup de marmottes ici, répond-t-il avec un sourire de connivence. En vérité, certains d’entre eux se lèvent relativement tôt, mais il est souvent seul avec lui-même aux premières heures du jour.

Tournant à son tour les yeux vers le soleil qui se lève au-dessus de l’eau, il hoche pensivement la tête. J’imagine. Il n’a finalement eu que peu d’échos de ce qu’il se passe à Seattle, et des problèmes dans lesquels les occupants de Nisqually sont empêtrés. Mais pour que cela ai brisé Selene, et qu’au bout de trois jours, Lisandro ai l’air aussi nostalgique, c’est qu’il ne doit pas s’agir de petits tracas quotidiens. C’est précisément ce que Matias cherche à fuir, autant que possible.

Après un moment de silence, Matias avale une gorgée de café brûlant, et prend son courage à deux mains. Qu’est-ce que tu penses de Selene, alors ? A-t-il remplie sa part du contrat ? A-t-il fait ce qu’on attendait de lui ? Finalement, ce n’est pas ce qui importe à Matias. Pour lui, il n’a jamais été question de résultats, mais uniquement de s’assurer du bien-être de Selene. Mais si le médecin exige qu’elle rentre maintenant avec lui, tous leurs efforts jusqu’à maintenant auront été vains.


november rain ☩
DAYS, GONE BY, COME BACK AS THE MORNING LIGHT. A COLOURLESS DEMISE RISES AND THE ONLY SHELTER I USED TO KNOW, IS GONE LOST OUT OF SIGHT.

Revenir en haut Aller en bas  
Lisandro Sedillo
Lisandro Sedillo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1273
Sujet: Re: And everything will be alright   Lun 21 Juin 2021 - 17:41
Le cubain a entre ses mains deux tasses de café encore fumantes et un léger sourire sur son visage. L’offre est bienvenue et le chilien se saisit de la tasse avec sa main gauche ayant malgré lui le réflexe de venir entourer la tasse encore chaude de ses deux mains, alors qu’il s’appuie de nouveau sur la rambarde. Le gant en cuir qui termine sa prothèse vient se poser contre la porcelaine, sans qu’il n’y ressente aucune sensation de chaleur. Pourquoi arrivait-il encore à en être déçu, après bien une année à vivre sans ? Le regret sans doute. La colère encore. La situation allait mieux néanmoins – évidemment – mais cela ne l’empêchait pas de détester ça. Et puis c’était toujours la même histoire ; cette amputation qui ne faisait qu’agrandir le sentiment d’impuissance dont il souffrait depuis des mois, et qui s’était renforcé à mesure que les siens vivaient des épreuves presqu’impossible à surmonter. Comme Selene aujourd’hui, qui avait trouvé en ces lieux un refuge. Alors qu’il regardait le soleil pointer sur les rives ; il commençait à comprendre ce que cet endroit pouvait être pour la pianiste.

« … Ou peut-être qu’on s’est juste levé un peu trop tôt. Ça marche aussi. » Répondit-il, sans trop élever la voix. Il profitait lui aussi du calme des lieux. Il tourna la tête vers Matias avec un léger sourire, lui aussi. Les brumes de ses inquiétudes planant toujours au-dessus de sa tête. Le silence s’installe un moment, alors que les deux hommes attendent que le café refroidisse suffisamment pour ne pas leur brûler les lèvres. Un silence plus reposant que gênant, en réalité. Il appréciait le menuisier, il aimait sa chaleur, son accueil et rapidement une entente s’était instaurée entre eux – suffisamment pour faire briller des étoiles dans les yeux d’Eli, mais le chilien n’en comprenait pas réellement la signification. Enfin, il fallait dire que pas mal de choses resteraient sans réponse concernant son fils adoptif.

La question qu’il finit par lui poser semble un peu délicate. Lisandro tourne à nouveau la tête vers le quarantenaire à côté de lui qui éclipse son visage derrière sa tasse de café. Ses iris se tournent à nouveau vers l’immensité d’eau sous leurs pieds avant de soupirer. « Je crois que cet endroit peut lui faire du bien. » Il l’espérait du moins, puisqu’il avait été bien incapable de transformer Nisqually en ce refuge au sein duquel elle pouvait se réfugier, et guérir. A son tour de cacher son visage et son trouble derrière sa une gorgée de caché encore chaud. « Il est encore un peu tôt pour dire que c’est ce qu’il lui faut, je pense rester encore quelques jours pour faire le point avec elle, voir comment elle se sent, comment elle envisage la suite – je veux dire, au jour le jour. Si ta maison lui fait autant de bien que je le crois, elle n’est pas prête encore à partir. » Il était encore bien trop tôt pour envisager de la faire rentrer à la maison. Les effets positifs de cette retraite commençaient à peine à se voir, il serait contre-productif de la ramener avec lui, au bout de son séjour.

« Merci, au fait. Et désolé encore pour l’accueil que nous t’avons réservé la première fois. Les idées d’Eli sont… pour la plupart… Loin d’être les meilleures de prime abord. » Dit-il, en se moquant gentiment du jeune homme. Trop impulsif, trop enthousiaste aussi. Mais il n’était jamais en colère contre lui – ou si peu. Puis les raisons de son attitude pessimiste au début n’avait rien à voir avec Matias, mais bien avec lui-même. « J’aurai bien aimé qu’elle puisse se reconstruire chez nous, avec sa famille. Mais je pense qu’elle a des chances de s’en sortir ici. » Il le pensait, sincèrement. Il fallait bien qu’il y croit, ils n’avaient plus que ça. « Alors, merci de l’accueillir chez toi. Je sais que c’est beaucoup demander, son cas n’a rien de facile… » Ce n’était pas une moquerie, ni une façon de parler. La maladie mentale n’avait jamais été sa spécialité – même au temps de ses études. Il avait travaillé avec toutes les armes que la jeune femme lui avait données – les notes de Gabriel, notamment – et ses propres recherches. Peut-être que finalement, c’était de ça que la musicienne avait besoin ; être entourée de personnes bienveillantes, sans pour autant qu’ils ne soient trop attaché à elle. Et Selene, pour le chilien – malgré tout ce qu’il s’était passé – restait sa famille.  




tout le monde a peur d'être soi même, de ses erreurs, et pourtant il faut vivre, ça vaut le coup. plonger, avancer, trébucher, hésiter, trembler, c'est ça qui est beau... devenir soi même.


Revenir en haut Aller en bas  
Matias Padilla
Matias Padilla
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Leader | Sanctuary Point
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 641
Sujet: Re: And everything will be alright   Dim 27 Juin 2021 - 12:22
Il hausse les épaules à la remarque de Lisandro, amusé. Peut-être que l’heure paraît matinale au médecin ; pour lui, elle est habituelle. Je suis souvent levé à cette heure-là, en fait. Tu vas voir que dans quelques heures la maison va se mettre à bouillonner et il faudra attendre ce soir pour avoir un nouveau moment de calme. Et Matias, comme beaucoup d’hommes taciturnes, tient à ses instants de tranquillité. Il a besoin de se retrouver seul, de profiter du silence pour se recentrer sur lui-même, et être capable de supporter la présence d’autres personnes. Avalant une gorgée de café, il se risque finalement à poser la question qui le taraude depuis l’arrivée de Lisandro. La réponse de celui-ci le rassure quelque peu, et il hoche la tête. Bien sûr, il a lui aussi observé un mieux chez Selene. Elle est encore loin d’être rétablie, si tant est que cela arrive un jour. C’est à peine si elle commence à recoller les morceaux, en vérité. Mais en comparaison de la jeune femme qu’il a rencontré il y a plus d’un mois, il voit déjà une évolution.

Je suis d’accord avec toi, je pense qu’elle a besoin d’encore un peu de temps. Je ne sais pas combien précisément, ce sera à elle d’estimer le moment où elle se sentira prête. Implicitement, Matias accepte la présence de la brune aussi longtemps qu’elle en aura besoin. Pour l’avoir vu chez Hazel, il sait qu’une fois l’esprit brisé, le temps nécessaire à sa reconstruction est souvent proportionnel à la blessure. Dans le cas de Selene, il pourrait bien lui falloir plusieurs années pour se remettre tout à fait des événements. Quant à savoir si l’hospitalité de Matias s’étendra jusque-là… Sûrement que oui. Mais arrivera aussi un moment où Selene sera en mesure de rentrer chez elle, auprès des siens, sans risquer de s’écrouler à nouveau.

Matias balaie de la main les excuses de Lisandro. Ne t’en fais pas, c’est compréhensible. Un inconnu qui arrive en vous proposant d’accueillir chez lui l’une d’entre vous, juste parce qu’Eli le demandait… A nouveau, il hausse les épaules. Lui-même s’est d’abord montré réticent à l’idée d’héberger Selene, mais il a très vite cédé, convaincu par les suppliques du jeune homme. Je ne les trouve pas si mauvaises, en tout cas. Sans doute parce qu’il ne part pas avec un a priori sur les idées du jeune homme. Depuis le début, celui-ci n’a jamais posé de problèmes, s’est montré volontaire lors de ses séjours répétés ici. Un gosse comme il aurait aimé en avoir, et qu’il considère de plus en plus comme un fils.

Esquissant un pauvre sourire désolé pour toute réponse, Matias se contente d’une nouvelle gorgée de café. Il ne peut que comprendre le médecin. Après la première overdose d’Hazel, il n’avait pas eu d’autre choix que de la forcer à partir en centre de désintoxication et, malgré les années écoulées depuis, se reproche encore cette décision. Il donnerait tout pour revenir en arrière et changer les choses ; pour effacer ce sentiment d’avoir abandonné sa petite sœur au moment où elle avait le plus besoin de lui. Je sais que ça n’était pas un choix facile à faire, mais ça peut vraiment l’aider, dit-il, posant une main réconfortante sur l’épaule de Lisandro.

Soupirant légèrement, il retire sa main et se retourne, pour s’adosser contre la rambarde. C’est délicat, c’est sûr, mais jusqu’à maintenant, il n’y a pas eu de crise. Ou alors, elle les a drôlement bien cachées… En y repensant, il s’est souvent interrogé sur les manches longues qu’elle s’obstine à porter, malgré la chaleur croissante. Il se doute, évidemment, qu’elle dissimule quelque chose, mais ignore encore quoi. Et il ne lui viendrait pas à l’esprit de brusquer la jeune femme pour le savoir.


november rain ☩
DAYS, GONE BY, COME BACK AS THE MORNING LIGHT. A COLOURLESS DEMISE RISES AND THE ONLY SHELTER I USED TO KNOW, IS GONE LOST OUT OF SIGHT.

Revenir en haut Aller en bas  
Lisandro Sedillo
Lisandro Sedillo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1273
Sujet: Re: And everything will be alright   Lun 19 Juil 2021 - 20:18
« Oh, ce sera toujours beaucoup moins mouvementé que chez nous… J’avais oublié, je crois. » A quel point on pouvait se sentir plein et entier quand il n’y avait pas une centaine de personnes qui s’agitait et vivait autour de soi. Ici, il n’avait nulle infirmerie à s’occuper, et son unique patiente n’attendait de lui qu’une brève discussion à la fin de la journée. Deux jours qu’il était là et il se rendait compte à quel point il avait lui aussi besoin de souffler un peu. De casser le rythme. De prendre du recul sur lui-même et ses sentiments. Matias ne pouvait le savoir, mais Selene n’était pas la seule à profiter de cette retraite thérapeutique.

« Je lui fais confiance pour savoir quand il sera temps pour elle de rentrer. Elle a survécu à tellement de choses… » Il se tait, par respect pour l’histoire de sa cadette qu’il avait suivi presque jusqu’au bout du monde alors qu’il avait plus que deux fois son âge. « Elle est forte. Malgré tout. » Malgré la maladie et la détresse dans laquelle elle est plongée depuis cet épisode avec New Eden. Ils étaient venus abattre les dernières barrières de son esprit pour laisser la maladie s’infiltrer dans chacune de ses pensées, dans chacun de ses gestes, la livrant à un combat intérieur que nul ici ne pouvait prétendre la sauver.

Il a un léger rictus alors que l’homme défend les idées de son fils, pas un rictus mauvais non – loin de là. « Ça ne fait pas assez longtemps que tu le connais. Crois-moi. » Dit-il, sans méchanceté aucune. Il le regarde d’ailleurs, avec un sourire tendre alors qu’il évoque ce rejeton d’une autre vie. « On se ressemble énormément, sous bien des aspects… Je crois que c’est pour cette raison que je peux dire que son impulsivité lui cause plus d’ennuis que ça n’en résout. » Il baissa le regard ensuite, il s’inquiétait pour lui, malgré la nonchalance dont il faisait preuve. « D’ailleurs s’il a trempé le pallier hier soir, c’est de ma faute, désolé… On a eu quelques mots hier soir. » Dit-il, en haussant les épaules et de ramener son café à ses lèvres. Il n’avait pas vraiment l’intention de s’étaler sur ce qu’il s’était passé, cela ne les regardait que tous les deux, après tout. Et puis s’il devait raconter ça à Matias, il serait obligé de commencer par le début ; par Andrea. Le passé avait suffisamment été remué ainsi.

« Je pense que de toute façon, ça ne peut pas lui faire du mal… » Le silence s’installe de nouveau quand le cubain s’adosse à la rambarde, pensif. Le soleil commence à se montrer moins timide sur la surface de l’eau. Alors le chilien finit par tourner la tête vers le menuisier qui semble à la fois perdu dans ses pensées et dans les détails du bois de sa maison. « Comment tu as trouvé cet endroit, au fait ? » Demanda-t-il, sur une note peut-être un peu plus légère.




tout le monde a peur d'être soi même, de ses erreurs, et pourtant il faut vivre, ça vaut le coup. plonger, avancer, trébucher, hésiter, trembler, c'est ça qui est beau... devenir soi même.


Revenir en haut Aller en bas  
Matias Padilla
Matias Padilla
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Leader | Sanctuary Point
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 641
Sujet: Re: And everything will be alright   Mer 21 Juil 2021 - 9:49
Vous êtes nombreux ? demande-t-il, curieux. Lors de ses visites à Nisqually, Matias n’a pas exactement pris le temps d’explorer le camp, d’aller à la rencontre de ses occupants. Il s’est concentré sur Selene, se préparant déjà à l’accueillir chez lui. Mais le fort lui a paru vaste, étendu sur une très large superficie. Bien plus, en tout cas, qu’ils ne le sont ici, à Hungerford Point. De ce qu’il a pu apercevoir néanmoins, les différentes installations font envie. Avec de telles infrastructures, ils pourraient accueillir encore plus de monde sans s’inquiéter de les nourrir tous…

La discussion revient ensuite à Selene, et Matias hoche la tête, approbateur. Il devine en effet, sous la tristesse et les blessures, une résilience hors du commun. Il en faut, pour surmonter le traumatisme qu’elle a vécu, et qui s’ajoute apparemment à une liste déjà longue. Les détails lui sont inconnus, et Matias n’aurait jamais osé poser frontalement la question à la concernée. Il préfère la laisser venir à lui, lui parler de ce qu’elle juge nécessaire. Et surtout, il n’entend pas lui arracher ses secrets.

Haussant les épaules, Matias ne s’engage pas sur ce terrain-là avec Lisandro. Lui considère que peut-être, les proches d’Eli le connaissent trop, depuis trop longtemps, et que la résistance qu’ils opposent à ses idées n’est que réflexe, mécanique bien huilée. Un non qui jaillit par habitude, sans prendre le temps de considérer les choses. Mais après tout, il ne le connait pas assez depuis longtemps…

T’en fais pas pour la flotte, ça arrive plus souvent qu’on ne le pense, ici. On ne vit pas en bord de mer sans que quelques incidents arrivent. De toute façon, c’est la preuve que la maison vit, et que la famille qui l’occupe est soudée, malgré les dissensions. Cela, Matias ne pourra jamais s’en plaindre. Contrairement à d’autres, il a la chance d’être en vie, avec sa famille. Et si certains ne sont pas ceux avec qui il avait tissé le plus de liens durant l’enfance, ils ont tous appris à compter les uns sur les autres. En retirer un de l’équation reviendrait à déséquilibrer l’ensemble.

Un petit rire sans joie l’agite, et il baisse le nez vers sa tasse. Cet endroit… cet endroit, c’est toute sa vie. C’est son âme. C’est la cristallisation de tous ses espoirs, de tous ses idéaux. Qu’importe si ceux-ci sont parfois tombés à l’eau, et si ses rêves ne se sont jamais réalisés.

J’ai acheté la maison en 2010 avec ma compagne de l’époque, Jane. On voulait quitter la ville, être isolés de tout et avoir une maison autosuffisante. On avait pas trop prévu que tout ça arrive… En réalité, Jane est partie quelques semaines avant le début, et depuis, il s’est souvent demandé ce qui avait pu lui arriver. Et puis, quand tout a commencé, Hazel était déjà là depuis quelques mois, puis mes parents nous ont rejoints. Tariq et Nora sont arrivés séparément, un peu après. Et jusqu’à cet hiver, il n’y avait que nous.

Une drôle de petite arche que cette maison où les destins se croisent, parfois sans se lier, parfois en s’entrelaçant durablement. Un refuge, une oasis, que Matias entend préserver des menaces du monde.


november rain ☩
DAYS, GONE BY, COME BACK AS THE MORNING LIGHT. A COLOURLESS DEMISE RISES AND THE ONLY SHELTER I USED TO KNOW, IS GONE LOST OUT OF SIGHT.

Revenir en haut Aller en bas  
Lisandro Sedillo
Lisandro Sedillo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1273
Sujet: Re: And everything will be alright   Mer 18 Aoû 2021 - 15:51
« Deux cents personnes ? A peu près. Un petit village en somme. Nous avons dû agrandir il y a quelques mois, nous étions un peu trop les uns sur les autres. Mais ce n’est jamais aussi calme qu’ici. Même à cette heure-ci de la journée. » Non évidemment. Parce qu’il y avait déjà Isaac et Raina occupés avec les chevaux depuis l’aube, et qu’il y avait toujours bien un blessé ou l’autre à veiller de jour comme de nuit. Disons qu’il y avait des heures plus creuses et plus silencieuses. Mais ce calme-là, accoudé comme ça sur la rambarde avec une tasse de café à la main, il n’y avait plus goûté depuis Messiah. Et encore, la vue de la prison pour femmes n’était pas aussi belle.

Il a léger rire alors que Matias lui dit que ça arrive bien plus souvent qu’on ne le pense par ici. « J’imagine, la tentation était trop forte à vrai dire. » Dit-il, sur un ton un peu léger. L’homme à son côté n’avait pas cherché à en savoir plus, alors le chilien n’insista pas. Le geste qu’il avait posé hier soir avait sonné comme une bonne claque, pourtant il n’y avait ni rancune, ni colère pour Eli. Simplement, il était arrivé à un stade où fermer les yeux et le laisser parler ainsi des personnes qu’il aimait ne pouvait plus passer. Le chilien avait suffisamment ignoré ses humeurs jusqu’ici. Pour la première fois, sans doute, Lisandro avait juste… réagit. Vraiment. Parce que sa famille décomposée – ou recomposée, qu’importe – était tout ce qui comptait pour lui. Eli en faisait partie, même s’il ne vivait plus avec lui. Mais tout ne pouvait être toléré, pas à partir du moment où ça le blessait, lui.  

Et puis le menuisier expire un rire sans joie avant de lui raconter l’histoire de cette maison. Le chilien l’écoute avec attention ainsi qu’une certaine pudeur l’égard des souvenirs qui s’agitaient dans les prunelles de son voisin. Une histoire de famille alors. Lisandro leva les yeux, instinctivement sur la bâtisse qui les protégeait depuis tout ce temps. « Vous avez eu de la chance, d’une certaine façon. Mon parcours à Seattle a été plus… Mouvementé. Et puis je n’ai jamais eu d’endroit comme celui-là, à moi. » Tout comme il était loin à l’époque, d’avoir une famille comme celle qu’il avait aujourd’hui. « J’ai changé trois fois d’endroit avant de rejoindre Nisqually avec les miens. Et même encore aujourd’hui, nous ne sommes pas à l’abri. Un peu plus qu’avant mais… plus autant depuis que nous avons rencontré New Eden. » Dit-il, sans se dire que peut-être, Matias n’en avait pas encore entendu parler. « Je ne sais pas si vous avez déjà été approché, mais… Faites attention, je crois pouvoir dire que la sécurité qu’ils offrent a un certain prix. Selene a en fait les frais. » Lui dit-il, prudemment. Dans un sens, il comprenait qu’on puisse vouloir les rejoindre, les promesses étaient belles. Mais la contrepartie – pour lui – n’en valait pas la peine. Plus maintenant.




tout le monde a peur d'être soi même, de ses erreurs, et pourtant il faut vivre, ça vaut le coup. plonger, avancer, trébucher, hésiter, trembler, c'est ça qui est beau... devenir soi même.


Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: And everything will be alright   
Revenir en haut Aller en bas  
- And everything will be alright -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: