The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-67%
Le deal à ne pas rater :
DORMIPUR Oreiller à mémoire de forme MEMOVITA 60×60 cm
9.99 € 29.91 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -46%
Yakuza Like a Dragon Jeu PS5
Voir le deal
32.19 €

Raise your glass
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Bras droit | Inglorious Fuckers
Chasseur de primes
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 452
Sujet: Re: Raise your glass   Mer 23 Juin 2021 - 22:52
Evoquer les problèmes de son groupe avait aussitôt rembrunit l’expression de la grecque à la manière d’épais nuages sombres qui se massaient dans l’azur pour occulter les rayons solaires. Le visage soudain crispé, elle faisait nerveusement tournoyer le whisky dans son verre, l’entrain engendré par ces chaleureuses retrouvailles désormais propulsé sous une surface marbrée. Les malheurs qui composaient leur quotidien ne désertaient jamais très longtemps leurs esprits, se répétaient insidieusement, cycles effroyables qui constituaient une ignoble tragédie dont ils étaient les tristes acteurs…

Un sourire mélancolique se dessina sur les lèvres de la brune alors que son ami et compatriote s’empressait déjà de lui proposer son aide. La spontanéité de sa réponse témoignait de la sincérité de sa démarche, de la profonde et inébranlable amitié qui l’unissait à elle, malgré le temps et les épreuves traversés. Immuable. Comme les chaînes indestructibles forgées par Hephaestus pour emprisonner Prométhée, leur lien semblait éternel. « Vous avez vos propres ennuis, Val. » répondit-elle en accrochant le regard de Connor dont elle devinait le soutien sans qu’il n’ait à l’articuler. Elle se sentit incroyablement chanceuse en cet instant, d’avoir ces deux personnes dans sa vie, de pouvoir compter en toutes occasions sur leur assistance et leurs précieux conseils. Mais elle n’ignorait pas les difficultés auxquelles ils étaient confrontés eux aussi, et leur position de leader exigeait d’eux une implication exclusive, ça aussi, elle le savait. Elle haussa mollement les épaules. « J’ai peu d’indices à vrai dire. Nous sommes confrontés au mutisme des filles. Elles refusent de nous parler de peur que l’on aille aux devants d’ennuis en traquant ces hommes. » Elle comprenait ses amies évidemment, sans doute n’aurait-elle pas agi différemment à leur place… Mais là était le problème : elle ne pouvait pas supporter leur souffrance à leur place, et ça la rendait malade.

« L’un des types s’appelle Luke, je peux vous faire passer un portait au cas où. Il est spécialisé dans l’esclavagisme sexuel… » Elle eut un rictus qui trahissait tout l’écoeurement et le mépris que lui inspiraient ces pratiques. « Il marque ses victimes avec des tatouages en forme de cœur. Lorsque les miens cherchaient les filles, ils ont rencontré un homme qui avait croisé leur route et il les avait orientés vers Renton et Redmond. C’est tout ce que j’ai pour le moment. » Autrement dit, pas grand-chose. Elle regrettait de ne pas avoir davantage d’éléments, car les groupes de Connor et Valérian représentaient autant d’oreilles que d’opportunités de flairer la piste de ces criminels.

Les propos du grec la confortaient d’ailleurs dans son opinion ; ensemble, ils pouvaient faire preuve d’une efficience redoutable. Elle l’écouta attentivement, suspendue à son récit alors qu’elle écarquillait les yeux d’un étonnement presque naïf. Elle n’aurait jamais soupçonné l’existence d’un réseau aussi important, et elle réalisait à présent toute l’ampleur de leur problème. Luke n’était sans doute qu’une des nombreuses têtes d’une hydre immonde qui pourrissait Seattle. Et pas que la cité Emeraude à priori… « Au Canada ?! » s’étonna la jeune femme. Quelle périlleuse entreprise pouvait exiger d’importants moyens humains ? Quelque chose lui soufflait qu’ils n’étaient pas au bout de leurs surprises…

D’autant que Connor aussi avait une histoire à raconter. Elle lui offrit un bref sourire lorsqu’il posa sa main sur la sienne, touchée par la sollicitude de son ami. « Tu dois surtout te reposer. Au-delà de ceux qui comptent sur toi dans ton camp, je te rappelle que tes nuits vont drastiquement se raccourcir d’ici quelques semaines. » Sourit la brune en songeant évidemment à la paternité du blond. Joséphine ne devrait certainement plus tarder à mettre au monde leur enfant, et l’homme devrait être en forme pour l’accueillir. Sa vie allait considérablement changer, et Elena refusait de l’encourager à s’exposer quand il effleurait finalement du doigt le rêve de sa vie. « Mais si ces filles ont des noms, des localisations… Je veux bien ces informations pour essayer de mener l’enquête. J’ai embauché un type pour m’aider à les pister. »

Elle l’écouta avec autant d’intérêt que leur complice, et échangea un regard avec Valérian. Non, les bonnes nouvelles se faisaient rares, hélas. Il n’y avait que ces moments précieux partagés qui éclaircissaient un peu leur pénible existence. « D’où la nécessité, plus que jamais, de renforcer les alliances entre les différentes communautés auxquelles nous pouvons nous fier. J’ignore combien de temps nous résisterons à la progression de New Eden, mais plus nombreux nous serons à faire front commun, plus la tâche leur sera difficile. » La résistance devait s’organiser, se mettre en place. Impérativement. Ils devaient ériger des remparts pour préserver leur liberté qu’ils avaient déjà dû reprendre de force aux Remnants.

« Si tu veux parler de Colville… » Elle inspira avant de vider son verre d’un trait. Elle chercha instinctivement le regard de Valérian à ses côtés ; elle avait désespérément besoin de son soutien, de sa présence. Parce qu’elle avait le sentiment qu’il était le seul à la comprendre à ce sujet, le seul à partager le fardeau qui l’écrasait. « Il n’y aura pas assez d’un verre pour en parler. » Elle héla la serveuse pour renouveler leurs verres.


She was two sides of the same coin
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Leader | The Exiles
Pipou ♥
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2337
Sujet: Re: Raise your glass   Mer 14 Juil 2021 - 23:34
Face au désarroi de Connor, Valérian émit un petit bruit songeur mais demeura silencieux. Il aurait aimé être en mesure de venir en aide à son ami, et le tirer de ce pétrin dans lequel il semblait inexorablement se fourrer. L’existence de Connor Shepard n’était certainement pas de tout repos, songea-t-il avec l’ombre d’un sourire. S’il ressentait une vive inquiétude pour son ami, Valérian se fendit toutefois d’une risette radieuse à sa plaisanterie. « Très pratique, n’est-ce pas ? Je ne doute pas que mon espérance de vie aurait été drastiquement réduite là-bas. »

Il but une gorgée de whisky, serra un instant les paupières puis reprit tranquillement : « quant à l’Australie, c’est probablement le dernier endroit où tu voudrais être en ce moment. Tout y est infiniment plus dangereux qu'ailleurs. Leurs rôdeurs ont probablement un dard au milieu de la poitrine, trois paires de mâchoires et des griffes aussi longues qu’un bras. » Le grec eut un petit rire de gorge. Il recouvra alors son sérieux et dévisagea attentivement ses comparses. « D’ailleurs, qu’en est-il de ces rôdeurs évolués que vous avez rencontrés lors de l’attaque contre les Divas ? Isha m’en a touché un mot, mais je peine à y croire. » Ou plutôt redoutait-il que les allégations du jeune homme ne soient véridiques. Des rôdeurs rapides et dotés d’un semblant de jugeote : voilà qui une perspective bien effrayante à ses yeux. Mais ce monde ne cessait manifestement pas de les surprendre.

Les yeux de Valérian s'arrondirent face à l’invitation de Connor qui le conviait à venir tâter ses muscles. Hilare, le grec se fendit d’un rire réjoui qui plissa les rides au coin de ses yeux. Il secoua la tête, incrédule : « réellement ? » Lorsque son ami lui confirma être tout à fait sérieux, il s’esclaffa une nouvelle fois. « Et moi qui en rêvais depuis si longtemps ! » Il s’approcha alors de Connor et, le regard pétillant, pressa son muscle saillant entre deux doigts. « Bon sang ! Ils sont aussi solides que du béton ! Comment fais-tu pour lever les bras avec autant d'aisance ? Ils doivent peser une tonne ! Se gratter le crâne doit être une véritable épreuve pour toi. »

S’il avait été profondément amusé par cet échange, le grec se rembrunit néanmoins lorsque la conversation prit un virage drastique et qu’Elena leur fit part des horreurs qui avaient frappé son groupe. Des horreurs qui firent gronder en lui une fureur démesurée dont l’acide se propagea rapidement dans ses veines et le hérissa spontanément. « Nous avons tous des ennuis, Elena. Mais si nous n’étions pas présents les uns pour les autres en de telles circonstances, nous ferions de bien piètres amis. » répliqua-t-il à la jeune femme lorsque déclina sa proposition. Il l'aimait en effet, tout comme il éprouvait pour Connor une impétueuse et profonde affection ; si bien qu’il aurait été prêt à tout pour leur venir en aide. Si sa relation avec Elena avait autrefois été ébranlée par de puissantes colères et de douloureuses désillusions, nul doute qu’une amitié inébranlable les liait désormais l’un à l’autre. Une amitié bien particulière qu’aucune épreuve ne saurait plus entacher.

Il écouta avec attention Elena et se renfrogna à la mention de ce Luke et de ses pratiques écoeurantes. De l’esclavagisme sexuel… l'horreur fleurissait décidément au sein de ce monde sordide qui constituait pour elle un terreau idéal. Les pires instincts de l’être humain semblaient en effet avoir été relâchés depuis l’apocalypse et foulaient désormais cette terre en totale impunité. « Luke ? Ça ne m’évoque rien… » marmonna Valérian en se frottant pensivement le menton. « Mais je suis certain qu’on débusquera cette ordure avec le temps. Il ne pourra pas se cacher éternellement, je te le promets. » assura-t-il à son amie et compatriote en accrochant fermement ses prunelles noisette.  

Valérian hocha la tête aux paroles de Connor qui apportait sa pierre à l’édifice et proposait également son aide à la jeune femme. Ils ne l’abandonneraient pas, quoi qu’il arrive. Son regard se posa longuement sur son ami lorsque la grecque évoqua sa future paternité. « Voilà qui risque d’être une aventure. » lui dit-il avec un petit sourire. Si lui ne s’était jamais projeté dans le rôle de père, il ne doutait pas une seconde que celui-ci irait comme un gant à Connor. Valérian se tourna ensuite vers Elena : « comment s’appelle cet homme que tu as embauché ? » lui demanda-t-il avec curiosité.

Ses lèvres se pincèrent imperceptiblement lorsque Connor reprit la parole, soulignant les changements qui s’opéraient à une vitesse alarmante à Seattle. Le grec leva les yeux vers Elena qui renchérissait et il opina vigoureusement du chef. « En effet. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés pendant que New Eden s’immisce peu à peu en ville. Si nous tardons trop à agir, ils s’implanteront définitivement dans les parages, comme un arbre aux racines épaisses et sinueuses qu’il nous sera alors impossible de déraciner. » Il jeta un coup d’oeil à la ronde pour s’assurer que personne ne les écoute. « Il faut organiser une propagande et informer la population quant à leur véritable nature : nous avons récupéré des photographies à Colville qui pourraient déstabiliser l’opinion générale au sujet de ces prétendus bons samaritains. Plus nous convaincrons de gens et plus la tâche de s’implanter ici sera ardue pour New Eden. »

Son regard accrocha alors celui d’Elena que les réminiscences de Colville rattrapaient manifestement. Il soutint son regard et hocha subrepticement la tête, lui communicant par cet échange muet un soutien ferme, une immuable affection.

La serveuse revint rapidement avec leurs verres et Valérian contempla longuement le sien, quelque peu désabusé, avant de reprendre la parole. « J’ai bien peur de me mettre dans un état pitoyable ce soir. Il est tout à fait possible que je finisse par insister pour danser sur une table. Dans ce cas, Connor, je te serais reconnaissant de préserver ma dignité et m’en dissuader : quitte, pour cela, à m'assommer avec tes gros muscles. »



- Oh boy, your eyes betray what burns inside you -

Awards 2020/21:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Connor G. Shepard
Connor G. Shepard
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Leader | Expendables
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 4301
Sujet: Re: Raise your glass   Jeu 15 Juil 2021 - 0:26
Je les ai vu, j'étais dans le mal à moitié je t'avoue, alors je n'ai que les détails de ceux que les autres m'ont dit : plus rapide, plus résistant, plus fort, plus malin, bref, tout ce qu'on aime quoi, souffla Connor avec une moue pincée. Et une transformation éclaire en cas de morsure... Il y en avait qu'une petite dizaine chez les Divas, de ce que j'ai compris, là-dessus Elena pourra t'en dire plus que moi...

Il adressa à sa voisine un regard en coin, esquissant un sourire désolé de lui refiler la patate chaude. Mais en attendant, il peinait déjà à retrouver toute son énergie, ses souvenirs étaient mélangés, il devait voir et faire au mieux pour se remettre. Après les coups de feu d'Emmie de toute façon, Connor ne comptait plus du tout sur sa mémoire pour remettre les événements en place, il ne pouvait se fier qu'à ce que les autres lui avaient raconté.

C'est clairement pas une bonne nouvelle, souffla-t-il avec un petit soupir de circonstances.

Encore, cette fois, ils n'étaient qu'une dizaine. Mais une horde d'individus comme ceux-là ? Ils seraient foutus, Seattle se ferait raser en un rien de temps malheureusement, autant dire qu'il fallait absolument trouver comment pallier à cette menace et s'y préparer. Avec tout ça, les trois leaders en présence avaient beaucoup à réfléchir. Renforcer les défenses dans un premier temps et comprendre ensuite. Il n'y eut bien que la main de Valérian sur son biceps contracté pour lui arracher un sourire :

Un magicien ne révèle pas ses secrets, Valérian, mais je suis content de t'avoir rendu heureux... S'il n'avait besoin que de ça pour l'être, l'effort se valait. Visiblement mes muscles ont un pouvoir magique, si tu veux les toucher aussi, glissa-t-il d'un air joueur à Elena dans la foulée, amusé par la situation.

Cette parenthèse fut bien heureuse en comparaison du reste du sujet qui animait cette conversation. Chacun de leurs groupes avait essuyé visiblement une bien mauvaise période, à peu près en même temps. Les cicatrices restaient nombreuses, sur la conscience comme sur les corps, le besoin de noyer ses souvenirs dans l'alcool avec. Connor n'avait pas la recette miracle pour les aider à se remettre, tout comme il ne l'avait pas pour lui-même de toute façon :

Les filles ne se confient pas parce qu'il s'agit de vous ? Peuvent-elles parler à d'autres personnes pour obtenir ces informations ? Suggéra-t-il d'un petit froncement de sourcils, fixant Elena. Nous pouvons laisser trainer des oreilles pour obtenir des informations évidemment, mais nous pouvons agir à votre place si elles préfèrent, s'ils avaient des alliances, ça n'était pas juste pour faire joli de toute façon. Nous ne sommes pas leurs familles, elles auront peut-être moins de scrupules à nous sacrifier, d'un point de vue purement stratégique. Il savait déjà que la réponse d'Elena serait un bon non, ne tenant pas à les impliquer d'avantage mais Connor voulait quand même que l'idée fasse son chemin. J'aurais encore plus le temps de songer à pourquoi je n'aurais pas de deuxième enfant comme ça, soupira-t-il avec un sourire complice.

Quant à New Eden, tous trois savaient à l'évidence que le sujet était plus qu'important, la situation délicate. Une campagne devait se lancer pour lutter contre eux, avec les arguments qu'ils avaient en stock. Connor ne savait pas si ça ferait vraiment la différence : il espérait juste.

Roza a du vous parler de son envie de nous faire s'allier aux Remnants, non ? Demanda-t-il, surtout à Valérian pour le coup. Le ton qu'il employa laisser entendre que pour lui, la réponse était déjà rendue. Je vois, soupira-t-il simplement devant la réaction de ses amis. Il refit un signe à la serveuse qui au bout d'un petit temps leur ramena une autre bouteille d'alcool. Plus fort. De toute façon j'ai promis de vous ramener et de vous tenir les cheveux si vous vomissez, je peux bien tenir mon rôle jusqu'au bout, souffla-t-il. Tant que vous me piquez pas mon lit pour dormir, je peux vous supporter... Par contre je te préviens Valérian, si tu essaies encore de me pécho quand on rentre, c'est la dernière fois que je te ramène ! Verre resservi - même pour lui mais sans alcool toujours - il les invita à les lever : A nous !


Si vient l'orage, le tonnerre et la foudre, le cœur solide
reste en vie, mon amour

Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Bras droit | Inglorious Fuckers
Chasseur de primes
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 452
Sujet: Re: Raise your glass   Ven 30 Juil 2021 - 15:33
Le tableau fictif de rôdeurs mutants dépeint par le grec n’arracha qu’un vague sourire crispé à la jeune femme. Elle en aurait volontiers ri de bon cœur quelques mois auparavant, mais elle n’avait pas oublié le spectacle effroyable auquel elle avait assisté chez les Divas et qui était resté enclavé dans un coin de sa tête, parasitant la moindre de ses pensées comme une nouvelle entrave sur le chemin du monde sûr que ces trois amis convoitaient. De rudes années d’adaptation étaient effectivement pulvérisées par la seule existence de ces créatures surdéveloppées. « C’est un très bon résumé pour quelqu’un qui piquait une sieste à ce moment-là. » taquina la brune en esquissant un sourire. « Le premier a escaladé la palissade… On était tous… On n’a pas réagi assez vite évidemment. » se remémorait Elena, un peu troublée par cet évènement inédit qui l’avait profondément ébranlée comme bon nombre de survivants présents ce soir-là. « Quand cette femme a été mordue, elle s’est relevée quasiment instantanément, elle n’avait aucune chance. » Ce qui changeait considérablement la donne. Les amputations n’étaient opérées qu’en dernier recours, mais elles avaient le mérite d’offrir une issue aux blessés. La morsure de ces créatures semblait n’en laissait aucune. « Sans compter qu’une balle en plein crâne ne suffit plus. C’était sûrement trop facile. » ironisa la brune, amère.

Elena déclina d’un geste de la main l’invitation peu sérieuse de Connor à toucher ses muscles euphorisants. « Je passe mon tour ; je laisse les biceps magiques à Val, il en a besoin, ça se voit. » Elle adressa à son ami un clin d’œil complice. L’échange visuel se prolongea quand la pénible réalité se rappela à eux, et que l’homme se révéla, une fois de plus, d’un soutien infaillible. L’ébauche d’un sourire se forma sur ses lèvres, un peu triste, un peu reconnaissant, un peu douloureux ; réponse inarticulée qu’elle s’efforça de matérialiser en pressant légèrement la main du brun. Elle avait la certitude immuable de pouvoir, en toutes circonstances, compter sur ces deux hommes comme elle était disposée à leur prêter assistance à n’importe quel moment. « Je sais. Je n’ai pas l’intention de renoncer de toute façon. » certifia-t-elle avec une fermeté inébranlable qui trahissait toute la détermination qui brûlait en elle, hors de contrôle. Luke pouvait bien se terrer, tenter de se faire oublier un temps ; ses agissements nauséabonds ne resteraient pas impunis, elle y veillerait. Elle avait déjà actionné des leviers pour mettre en marche une traque qu’elle mènerait impitoyablement, à commencer par le recrutement du chef d’entreprise. « Sebastian. Il traîne souvent ici d’ailleurs, escorté par deux grands gaillards. Ils ne sont pas du coin, ils sont arrivés récemment sur Seattle apparemment. Il cherchait justement des contacts pour s’établir. » Elle haussa les épaules. Leur collaboration relevait d’un hasardeux concours de circonstances ; ils s’étaient trouvés tous les deux au même endroit au bon moment. Et puis l’homme était parvenu à lui faire bonne impression, ce qui n’était pas un maigre exploit compte tenu de la méfiance presque maladive dont savait faire preuve la grecque.

La jeune femme hocha doucement la tête pour confirmer l’hypothèse de Connor concernant les filles. « C’est précisément le problème oui. Elles redoutent ce que nous pourrions faire et elles ne veulent pas qu’on se mette en danger pour elles. » Elena serra les dents instinctivement ; bien sûr que ça l’agaçait. Elle comprenait ses cadettes, pour autant, elle ne pouvait s’empêcher de ressentir cette frustration entêtante qui la rendait particulièrement irascible. « Tu ne les connais pas ; elles refuseront catégoriquement d’exposer qui que ce soit. Elles préfèrent souffrir en silence… Et de toute manière, c’est hors de question. » Quand bien même les filles accepteraient -ce dont elle doutait fortement – Elena s’y opposait fermement. Elle s’adressa aux deux cette fois : « Vous avez largement de quoi faire. Des oreilles et des yeux supplémentaires suffiront. » C’était déjà énorme. Elle n’en demandait pas plus. Pour les connaître assez tous les deux, elle anticipa les protestations : « Et si ça devient trop important, je vous avertirai. » promit-elle. Si Luka avait plus de complices que prévu, si son réseau était d’une envergure insoupçonnée, là, et seulement là, elle demanderait leur aide. A tous les deux.

La mention d’ennemis autrement plus dangereux lui arracha un soupir. Elle secoua machinalement la tête en écoutant les propos avisés de son compatriote. « Je suis d’accord. Nos forces sont évidemment déséquilibrées, quand bien même nous parvenions à rassembler toutes les factions de Seattle… Malgré tout, nous pouvons lutter avec des armes différentes mais non moins puissantes. Les miens sont encore… fragiles. » Elle pesait ses mots, mais les successions de malheurs avaient laissé des marques indélébiles. « Sans compter que nous n’avons pas que des combattants dans nos rangs. Mais faire passer des messages, récolter des renseignements, c’est dans nos cordes. » Eli, Keira, Tori, Emily, Chiara… autant de voix qui sauraient se rendre utiles sans prendre les armes.

« Seulement, nous allons être confrontés à un problème de taille : ces nouveaux rôdeurs, s’ils se propagent, vont court-circuiter nos actions pour décrédibiliser New Eden. La peur va inciter de plus en plus de survivants à céder à la tentation d’un refuge sécurisé. Propager la vérité fonctionnera au moins un peu, mais quand la crainte de cette nouvelle menace gagnera du terrain, nous en perdrons inévitablement. » Elle adressa un regard lourd à ses deux compagnons. Des moments difficiles les attendaient encore. Et la mention de Roza lui fit pincer les lèvres. Elle connaissait toute l’animosité que nourrissait le sportif à l’égard des Remnants. Elle peinait à réprimer une rancœur tenace elle aussi lorsqu’il s’agissait de ces envahisseurs qui l’avaient tant fait souffrir à l’époque. Pour autant… « Valérian m’en a parlé avant ton arrivée… Je t’avoue que je ne sais pas trop quoi en penser pour l’instant. Leur faire confiance est naturellement exclu, mais s’ils combattent New Eden eux aussi, il serait insensé de ne pas coordonner nos opérations, tu ne penses pas ? » Le sujet était sensible, aussi, saisit-elle habilement l’occasion qui se présentait à elle. Elle se pencha malicieusement vers Connor et adopta un ton de fausse confidence : « S’il y a la moindre chance pour qu’il se mette à danser, je te conjure de ne pas l’en décourager. Tu me remercieras, crois-moi. » ajouta-t-elle un sourire mutin trahissant ses viles intentions.

La serveuse réapparut peu après chargée de leur nouvelle commande. Elena considéra son verre un moment, avant de le lever de concert avec les hommes. « A nous. » La grecque marqua un temps d’arrêt, avant d’accrocher du regard les prunelles bleues face à elle. Avec amusement, elle l’invita à observer Valérian dont l’attention se dérobait régulièrement vers le bar. « Tu la connais ou… tu voudrais la connaître peut-être ? » sourit Elena. « Tu sais que tu peux compter sur tes deux meilleurs amis pour plaider ta cause si besoin, hein ? » Est-ce qu'elle comptait sur Connor pour s'engager sur cette voie-là ? Oh que oui. Elle avala une gorgée ambrée, sentant l'hilarité poindre dans son esprit.



She was two sides of the same coin
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Leader | The Exiles
Pipou ♥
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2337
Sujet: Re: Raise your glass   Lun 23 Aoû 2021 - 23:55
Une ombre traversa le regard du grec qui hocha lentement la tête, prenant peu à peu la mesure du danger qui se profilait à l’horizon. Ces morts représentaient une menace considérable qui risquait de déferler sur Seattle et de retourner la ville sens dessus-dessous : il fallait de toute évidence qu’ils s’organisent face à celle-ci et s’en prémunissent. « Plus rapides, plus résistants, une transformation immédiate… » énuméra Valérian sur ses doigts. Il eut un sourire amer. « Ils seront bientôt plus évolués que nous à ce rythme. Peut-être finiront-ils par nous traquer comme du vulgaire gibier ? » Cette perspective n’avait rien de réjouissant ; aussi, le grec but-il une généreuse gorgée de whisky avant de grommeler : « et moi qui trouvais cette existence fastidieuse. »

L'amusement fit toutefois pétiller son regard à la proposition de Connor : avec une moue espiègle, Valérian se prêta volontiers au jeu et pinça le muscle que lui présentait son ami. L’absurdité de cette situation suscita chez lui une telle hilarité que sa cage thoracique fut secouée d’incontrôlables spasmes l’espace de quelques secondes. « Tu devrais essayer, Elena. » gloussa-t-il. « C’est incroyable. Des muscles aussi prodigieux… ils doivent porter chance à quiconque les tâte. C’est certain. »

Le grec avait ensuite longuement contemplé Elena tandis qu’elle affirmait son intention de mener à bien cette traque. Dans son regard noisette, brillait une farouche détermination qu’aucun obstacle ne saurait ternir. La jeune femme s’était lancée en chasse comme une lionne furieuse ; et cet homme ne pouvait à présent que retarder l’échéance d’une capture plus ou moins imminente.

À l’évocation de Sebastian, Valérian se frotta pensivement la barbe : « ça ne me dit rien. Mais je ne doute pas que tu aies scrupuleusement étudié son dossier avant de l’engager. » dit-il avec un mince sourire. Il eut alors l’air songeur. « De plus en plus de survivants semblent affluer vers Seattle… j'imagine que l’effervescence de l’Industrial District agit comme une lampe au rayonnement de plus en plus étendu dans l'État... » la présence de New Eden était par ailleurs de plus en plus affirmée dans les parages. Ils s’infiltraient effectivement dans la métropole comme de la vermine aurait infesté les fondations d’un bâtiment. Une vermine dont ils étaient incapables de se débarrasser.

En silence, Valérian écouta ensuite les propositions audacieuses de Connor. Sans surprise, Elena les écarta avec fermeté ; elle refusait de toute évidence de les exposer au danger que représentaient ces esclavagistes. Les sourcils froncés, le grec ouvrit la bouche pour protester mais la jeune femme le coupa aussitôt. Il hocha alors la tête, mécontent. « Très bien. » concéda-t-il avec réticence. « Tu peux compter sur nous si tu as besoin d’aide. (il se pinça les lèvres) mais sois prudente. Ce Luke est peut-être la partie émergée d’un iceberg. Les informations dont nous bénéficions laissent en effet supposer l’existence d’un réseau considérable. » Il répugnait à laisser son amie s’engager dans un combat aussi conséquent. S’il ne pipait mot, ses entrailles l'exhortaient à l’en dissuader. Il avait cependant conscience que rien ni personne ne détournerait Elena Hortos de cette traque : il le devinait en effet dans le chatoiement féroce de ses orbes cuivrés et la ligne ferme de sa mâchoire.

Le regard plongé dans l’ambre de son whisky, il écouta les remarques avisées de son amie concernant l’expansion de New Eden et l’influence probable de ces rôdeurs évolués sur les survivants. « Tu as raison. » maugréa-t-il en secouant la tête. « Ces saloperies apparaissent à point nommé. Bon sang ! (il serra les poings sous l’effet de la colère, puis les relâcha) quoi qu’il en soit, tout ce que nous pouvons faire est informer la population de Seattle. Et espérer convaincre un maximum de personnes. Peut-être ces morts endigueront-ils la progression de New Eden dans les parages ? Allez savoir… »

Une ride contrariée se ficha entre les sourcils de Valérian à la mention des Remnants. Il connaissait en effet l’aversion que vouait son ami à cette communauté, et perçut le crépitement menaçant de sa colère dans le timbre de sa voix. Mesurée, Elena prit alors la parole et exprima l’opinion qu’elle partageait avec le grec. Celui-ci considérera pensivement Connor, sans toutefois renchérir davantage.

Il s’esclaffa joyeusement à la mise en garde de son ami. « Comment veux-tu que je ne sois pas tenté, Connor ? Tu me laisses tâter tes biceps pour ensuite me refuser l’accès à ton lit : c’est comme retirer un bonbon de la bouche d’un enfant. » dit-il en lui adressant un clin d’oeil frivole. « Mais sois tranquille, mon beau blond (il avait adopté l’expression d’un amoureux transi) je saurai réfréner mes ardeurs. »  

Le regard pétillant de malice, il leva de concert son verre avec ses amis. « À nous ! » scanda-t-il avant d’en boire une gorgée. L’alcool entamait d’ores et déjà sa lucidité et obscurcissait son esprit d’un voile euphorique ; si bien que son regard fut malgré-lui attiré en direction du bar où travaillait Reese. Il la contempla un instant, alangui, et poussa un imperceptible soupir.      

Valérian sursauta légèrement lorsque s’éleva soudain la voix d’Elena. « Quoi ? » bredouilla-t-il d’un air confondu en se tournant vers elle. « Non, c’est juste que… enfin, je… » bon sang, pourquoi les mots s’emmêlaient-ils dans son esprit ? « On se connaît oui. (Le souvenir des baisers qu’ils avaient échangés quelques jours plus tôt empourpra ses joues) on se connaît plutôt bien. »

Constatant les expressions goguenardes de ses amis, il ajouta précipitamment : « mais inutile de plaider ma cause ! Je me débrouille très bien tout seul. Vraiment ! Je n'ai pas besoin d'aide : du tout ! »



- Oh boy, your eyes betray what burns inside you -

Awards 2020/21:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Connor G. Shepard
Connor G. Shepard
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Leader | Expendables
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 4301
Sujet: Re: Raise your glass   Mar 24 Aoû 2021 - 11:15
Toute cette discussion mettait en avant le fait qu'ils avaient cruellement besoins d'hommes, de moyens, de temps, de tout. Ils se lançaient dans une entreprise qui allaient finir par les briser, au pire. Connor savait qu'il y avait si peu de chance de réussir ce qu'ils entreprenaient. Si peu de possibilités, leur marge de manœuvre était réduite à un espace terriblement minuscule. Mais outre ça, il avait aussi conscience que ça n'était pas une question de choix : ils ne pouvaient pas laisser ça comme ça. Si New Eden s'emparait de Seattle, si le champ était laissé libre à tous les autres groupes aux intentions néfastes, alors que resterait-il ? Comment parviendraient-ils à se regarder dans le miroir, en se satisfaisant d'avoir "un peu essayé" ?

Un soupir lui échappa. La conversation n'était pas terminée, elle prenait un tour sérieux, les sujets se mélangeaient. Il n'y avait qu'une chose de claire entre eux : c'était le soutien sans faille qu'ils étaient prêts à s'accorder. Qu'ils se livraient déjà. L'amitié entre les trois protagonistes semblait inarrêtable, non négociable. C'était à ça que Connor se raccrochait : la certitude que s'il en avait besoin, les deux viendraient à son secours. Le pire étant que deux ans en arrière, en rencontrant Valérian, le sportif n'aurait certainement pas parié sur cette issue. Pas avec Elena disparue du secteur, pas avec les griefs qu'il lui tenait.

De toute façon ce qu'il faut se dire, c'est que si les New Eden sont des milliers, il n'y a qu'une partie qui est concrètement apte à - très bien - se battre, souffla-t-il en analysant rapidement la situation. C'est comme nous tous ici, nous ne sommes pas tous fait pour ça, et il vaut mieux se concentrer sur ce que nous pouvons faire et qui aidera dans tous les cas, Elena le souleva rapidement : son groupe n'était pas fait pour ça, mais avait d'autres compétences. De toute façon, toutes les guerres ne sont pas faites de batailles, ajouta-t-il.

Il n'y aurait pas que du sang, que des morts, que des cadavres. Ce qui ne voulait pas dire qu'il n'y aurait pas de tout ça. Le natif de Las Vegas n'était pas dupe au point de croire que tout le monde pourrait être sauvé. Que sur ces deux amis, présent aujourd'hui, ils seraient forcément là dans un an, dans cinq ou dans dix. C'était plus compliqué.

Il faudra qu'on réfléchisse à d'autres biais, d'autres stratégies, pour les faire tomber, soupira Connor. En terme de force brute, nous sommes incapables de rivaliser, fit-il.

Mais ils trinquèrent et rirent même de la situation avant qu'Elena n'attire son attention. Le blond fronça les sourcils et scruta le regard de Valérian, porté sur une jeune femme qu'il ne connaissait que de vue. L'oeillade amoureuse qu'il lui lança lui arracha un sourire encore plus amusé :

Il a carrément besoin d'aide, décréta-t-il après le laïus du grec : On va l'appeler, il faut bien qu'on recommande, non ? Demanda-t-il à Elena, d'un coup de coude discret pour la pousser à jouer le jeu : Et puis je suis sûr qu'Elena et moi serons capables de glisser quelques remarques très subtiles pour te valoriser, ajouta-t-il.

Avec deux amis comme eux, Valérian n'avait décidément pas besoin d'ennemis.

Tu veux des conseils pour séduire ? Je te jure, je suis plutôt doué, souffla Connor en se penchant vers lui : Quand elle arrive, fais lui des compliments, lui suggéra-t-il. Et dis lui ce que tu ressens pour elle ! Oui voilà, de but en blanc !


Si vient l'orage, le tonnerre et la foudre, le cœur solide
reste en vie, mon amour

Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Bras droit | Inglorious Fuckers
Chasseur de primes
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 452
Sujet: Re: Raise your glass   Dim 19 Sep 2021 - 21:28
« Je te le présenterais à l’occasion, je crois que tu t’entendrais bien avec lui. D’autant qu’il ne serait pas contre tisser des contacts dans le coin de ce que j’ai compris. » glissa Elena à son ami. A défaut de l’avoir évalué sur le terrain, faute d’occasion, la grecque s’était effectivement forgée une opinion plutôt positive de Sébastian, et ce, dès leur première rencontre. Au-delà de sa personnalité astucieuse et affirmée, il dégageait beaucoup de sérénité qui n’était pas sans lui rappeler l’assurance flegmatique de Valérian. Le temps la réconforterait dans son intuition d’une manière qu’elle ne soupçonnait pas encore….

Une lueur effrontément satisfaite miroita dans les prunelles ambrées de la jeune femme qui n’était pas peu soulagée de voir ses amis renoncer à l’idée de l’accompagner dans sa traque. Elle leur adressa à tous les deux un long regard pour les remercier silencieusement et faire fondre l’inquiétude qu’elle devinait derrière les réticences à peine masquées de Valérian : « Je le serai. Si les choses deviennent trop dangereuses, vous serez les premiers informés. » promit-elle sans l’ombre d’un leurre. Elle était plus que consciente de l’avantage inestimable que constituaient leurs forces conjuguées dans un monde où plus que jamais la confiance s’allouait avec une réserve nécessaire.

Quant au reste… La propagation de New Eden, l’apparition de ces mutants… Difficile de ne pas y voir de sinistres présages qui flottaient au-dessus d’eux, tels de monstrueux nuages noirs prêts à éclater et déverser un véritable déluge sur Seattle. « Espérons-le… » souffla-t-elle sans grande conviction. Leurs ennemis ne freineraient pas leur expansion, pas maintenant qu’ils étaient aux portes de la ville… Elle n’y croyait pas. « Démonter leur propagande par des preuves de leurs crimes, véhiculer les informations dont nous disposons, c’est bien à notre portée et c’est la seule arme capable de les défier. » Elena hocha la tête, persuadée elle aussi qu’ils pouvaient avoir des cartes à jouer. Colville leur avait offert suffisamment d’échantillons, de preuves à propager. La vérité devait devenir virale.

« Quand tu dis « plutôt bien », tu peux te montrer un peu plus généreux en détails ou doit-on te saouler davantage pour espérer t’extirper quelques croustillants aveux ? » s’amusa Elena, trop bien consciente du malaise qui enflammait les joues de son ami et provoquait chez elle une franche hilarité difficile à masquer sous ses yeux brillants. Le sportif se prêta naturellement au jeu et enfonça un peu plus le clou, tel le complice idéal « C’est évident ! Valérian est trop fier pour nous demander conseil. » répondit avec un enthousiasme non feint la grecque, heureuse de pouvoir aborder des sujets plus légers. Elle vida le contenu de son verre en grimaçant un peu et leva l’index pour attirer l’attention de la serveuse en question. Elle arborait un sourire qui n’augurait rien de bon pour son compatriote lorsque la jolie brune s’avança pour prendre leurs commandes. « Nous souhaiterions la même chose s’il-vous-plaît et... notre ami aimerait vous offrir quelque chose à boire également. » improvisa Elena, inspirée par les effluves ambrés qui lui parfumaient la bouche. Un large sourire étirait ses lèvres imbibées, l’alcool euphorisant ses réflexions. « Vous pourriez vous joindre à nous même ! » L’idée venait de jaillir dans l’esprit enivré de la jeune femme et elle était persuadée qu’il s’agissait de l’idée du siècle. C’était ce que lui soufflait le whisky et elle n’avait jamais été trahie par son ami.


She was two sides of the same coin
You don't know me well enough to label me, sick, or even disturbed when you break it down I'm just two girls : trying to blend, trying to vibe, trying to live just one life.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Raise your glass   
Revenir en haut Aller en bas  
- Raise your glass -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: