The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -33%
Shampoing et après-shampoing Antipelliculaire ...
Voir le deal
9.36 €

la grande évasion
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3772
Sujet: la grande évasion   Lun 24 Mai 2021 - 1:52
Celle qui sait qu'elle doit fuir


1er mai


L’aube ne va pas tarder a pointer le bout de son nez : déjà, le ciel a pris une teinte légèrement plus clair et les étoiles semblent avoir perdu de leur éclat. Ava a réussi a s’endormir et, après la violence de cette soirée, mon corps ne réclame qu’une chose : l’imiter. Je l’ai installée dans un coin, la couvrant de ma veste, le temps de faire toutes les tentes a la recherche de Violet. La seule chose que j’ai apprise c’est que la dernière fois qu’elle a été vue, elle était avec Emmie.

Je suis sale, mon débardeur a été déchiré, mes larmes ont creusé des sillons pales sur mes joues crasseuses, j’ai des bleus et des écorchures, témoins du chaos que j’ai dû affronter avec Connor. J’ai été jeté un œil dans leur coin, lui et Milou sont pris en charge, j’aime a pensé qu’ils s’en sortiront et a me convaincre que ca ne me regarde plus.

Je ne sais pas où est Alan, et je redoute que Bruce se souvienne que j’existe. Connor a été clair, une fois le camp des Divas pris, il n’en aurait plus rien a faire de mon sort. Je ne compte pas attendre de savoir si cela signifie être livrée en pâture au sadique qui se sert de la bête comme excuse pour me faire du mal, ou être envoyée chez les NE pour ne devenir qu’un ventre a qui ont pourra arracher les bébés entre les viols a répétition. Autant fuir plutôt qu’attendre une sentence ou, dans le meilleur des cas, le verdict sera, justement, de me jeter dans Seattle loin du camping.

Je suis allée récupérer Ava, qui a à peine bougonnée alors que je la portais vers une voiture. Si l’ouvrir ne pose pas de problème, la démarrer sans les clés ou savoir voler des vivres en sont. J’ai a peine installée la fillette a l’intérieur que je sursaute en entendant un bruit.

Je me retourne, le couteau a la main et avec un air d’animal acculé prêt a mordre, tout en scrutant les ombres a la recherche de la personne qui est là. Je crache presque un :

« Je ne repartirais pas me faire tabasser avant que vous me balanciez au NE… je veux juste qu’on me laisse partir… je veux juste une chance… pas plus… ne me forcez pas a vous tuer… »

J’ai peur que cela soit Alan et son sourire de dément qui n’apparaissent. Même s’il a tendance a tomber dans les pommes plus vite qu’une femme enceinte, je ne me sens pas assez sure de moi pour lui claquer ce qu’il m’avait dit quand j’étais malade. Pour le moment, je suis sur le qui vive et prête a me défendre.




Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
James Gray
James Gray
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Devil's Rejects
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 669
Sujet: Re: la grande évasion   Mar 25 Mai 2021 - 13:15
La grande évasion

Alex
&
James


L’adrénaline avait fini par redescendre alors qu’il était resté assis plusieurs heures dans cette voiture. James ne savait pas vraiment ce qu’il ressentait lorsque le véhicule finit par s’arrêter pour rejoindre les autres ; ces gens qu’il ne connaissait pas. La frénésie du moment, celle de l’attaque, celle des super-rôdeurs, s’était évaporée pour le laisser un peu perplexe. Il savait que son corps avait besoin de repos maintenant mais son esprit, lui, continuait de bouillonner. Une angoisse insidieuse s’était glissée en lui en songeant que, peut-être, Charlotte avait fini par évoquer son identité ; si elle était venue à le balancer pour Matéo. Et puis, inconsciemment, une autre inquiétude le gagnait. Une crainte dans laquelle se dessinait le visage d’Alex.

La dernière fois qu’il avait aperçue la brune, elle était au milieu de cette place ; faisant face aux Divas et bien trop proche d’une ceinture explosive. Si Isha n’était pas intervenu à cet instant, l’ancien garde du corps aurait pu tout faire rater, il en était intimement persuadé. C’était la seule fois où son regard s’était posé sur elle. La suite n’avait été qu’une succession de coups de feu, de détonations sourdes et de cris. Et à chaque fois, l’esprit de l’anglais se portait sur elle ; espérant qu’elle n’était pas touchée, qu’elle n’était pas morte. Sans que ce ne soit de sa main.

Presque fébrile, la main de James se posa sur la poignée, ouvrant la portière à la hâte. Il serait rapidement fixé. Mais il devait se montrer patient, encore pour quelques longues minutes. Il devait maintenir son personnage, encore pour quelques longues minutes. Ne pas abandonner ces coéquipiers d’un soir trop hâtivement aux risques de faire naître des soupçons. Par chance, il était exempté de blessures, si ce n’est cet hématome sur sa tempe. Après une rapide tour, il constata que les blessés avaient été pris en charge, les autres étaient sans doute entrain de tenter de s’endormir mais il manquait quelqu’un à l’appel. Ce camp de fortune semblait étrangement silencieux. Le calme après la tempête, se dit-il. Là était sa chance.

Le britannique ne prit même pas le temps de se changer. Il devait la trouver. Il devait savoir. Alors il était là, avec sa jupette déchirée et son haut bien trop court, son sac encore vissé sur son dos à déambuler presque nerveusement dans ce camp où l’obscurité semblait vouloir laisser place à une fine clarté. Ses pas l’éloignèrent des autres, ses yeux cherchant ne serait-ce qu’une piste pour le mener à elle. Ou ce qu’il en restait. Et c’est là qu’il l’a vu. Cette silhouette qu’il avait finie par connaître presque par cœur. Sans qu’il ne comprenne réellement pourquoi, son corps s’arrêta brusquement. Comme s’il était surpris, comme s’il avait besoin d’un temps pour réaliser qu’elle n’était pas morte. C’était une sensation étrange, inconnue. Etait-ce du soulagement ? Il ne saurait dire. Il ne s’était même pas rendu compte que son pied venait d’écraser une petite branche au sol, il ne s’était même pas rendu compte qu’il venait de révéler sa présence sans le vouloir.

Si l’obscurité ne dévoilait pas son identité, Alex venait de faire volte-face, couteau en main. Et puis, elle cracha des mots. Ces mots qui firent serrer la mâchoire de James. Se faire tabasser ? New Eden ? Non, c’était impensable. Sa chose ne pouvait pas lui échapper pour de bon, trop de gens avaient déjà joué avec. Il secoua la tête, laissant un long soupir lui échapper.

- Non, non, finit-il par dire tout bas.

Il s’avança un peu plus, pour se dévoiler à la brune. Ou plutôt pour la voir, elle. Ses mains étaient en l’air, mises en évidence ; attestant qu’il n’était pas là pour la tabasser. Pas cette fois. Ses yeux clairs la dévisagèrent, insistants sur ses blessures ; digérant peu à peu l’état dans lequel elle se trouvait puis sur ce ventre bien arrondi. Ça faisait si longtemps qu’il en avait été privé que James ne savait pas quoi ressentir à ce moment là. Bien-sûr, il était en colère. Bien-sûr, il sentait cette haine monter face à son jouet abîmé, face à ses dires fatalistes. Il y avait ce point dans son estomac qui se formait, celui que faisait naître sa possessivité maladive.

L’escort boy fit un nouveau pas vers elle, alors que son regard se détacha péniblement pour balayer les alentours.

- Laisse-moi t’aider à saisir cette chance.
   
Ses mains se baissèrent lentement.

- Je les laisserai pas te ramener là-bas.

Ses yeux se plantèrent finalement dans ceux de la brune.

- Laisse-moi t’aider, répéta-t-il

C’était presque une supplique de sa part. Elle devait accepter son aide. Parce qu’elle devait absolument fuir s’il voulait avoir une chance de la recroiser. Il ne voulait pas garder Matéo pour rien.

- T’y arriveras pas seule, Alex…

   


camo©️015



runaway baby
Before I put my spell on you. You better get away, darling because everything you heard is true • sheepirl.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3772
Sujet: Re: la grande évasion   Mar 25 Mai 2021 - 14:59
Celle qui reste mefiante


Je me raidis avec méfiance quand j’entends une voix familière, mais pas pour autant rassurante, dans l’obscurité. Je me surprends à me sentir plus en sécurité en imaginant que c’est celui qui m’a violée et martyrisée plutôt que si c’est Alan. Peut-être qu’un, dans sa folie, a un semblant de cohérence et reste un être vivant, alors que l’autre semble être plus creux et lisse qu’un ballon de baudruche balloté dans le vent, n’offrant aucune prise pour trouver un semblant de compréhension pour moi. Le hic c’est que ce ballon versatile reste dans son idée de me détruire depuis le début et qu’il en a les moyens sans que personne ne veuille l’en empêcher.

James c’est autre chose, si l’homme est surement mille fois plus dangereux qu’Alan, je sais qu’il ne compte pas me tuer, du moins, pas encore. Je me surprends a baisser légèrement mon arme quand je le vois arriver, avant de tiquer sur sa tenue et rougir presque sans savoir ou poser mes yeux.

« Mais… qu’est ce que tu fais ici… dans cette tenue… »


Je me reporte sur son visage et sens, presque contre ma peau, son regard couler contre mon corps. Je déteste quand il fait cela mais je me prête a l’exercice, c’est un fauve, je suis dans une situation épineuse, et, s’il lui prend l’envie de me sauter a la gorge maintenant, il le fera sans que personne ne trouve a y redire. Sur le qui-vive, scrutant son regard, je vois son œil devenir noir et je devine les frétillements annonciateurs de colère qui montent en lui. Reste à savoir s’il saura la maitriser ou si je vais finir au sol a éponger les coups de cette fureur. Je le voix fixer mon ventre et je ne sais pas retenir un :

« Le bébé va bien, il bouge dans tous les sens, je pense que ca sera un petit guerrier… »


Je ne sais même pas si ca l’inquiète ou pas, ni si ca l’intéresse vraiment. En fait, je ne comprends pas bien ce qu’il ressent vis-à-vis de cette petite vie créer dans la violence. Je pose tendrement ma main sur mon ventre comme pour calmer les petits coups de celui ou celle qui a participé, a sa façon, a ce cauchemar, mais, pour autant, je reste méfiante vis-à-vis du géniteur.

Je garde un mauvais souvenir de ce passage dans la cave avec « son ami » malgré l’espèce de trêve que nous avions instauré. J’avoue ne pas avoir compris bien les enjeux de leurs querelles avec « l’autre », mais, avec le loisir des ces longues heures, seule, enfermées dans ma caravane, j’avais eu le temps d’y repenser. J’avais commencé a entrevoir le fait que c’était le fou qui m’avait tiré de là alors que l’autre semblait motivé de continuer. Il avait même eu l’air surpris de me voir et ses gestes avaient presque été doux pour me détacher et me ramener a ma voiture.

Je l’écoute et le regarde sans oser bouger, attendant de comprendre ce qui se passe. Je lève le menton avec défis mais ne recule pas quand il avance. J’ai combattu toute la soirée, je ne suis plus a une bataille prêt car je compte vendre chèrement ma peau. Mais je tique quand il me propose son aide… J’hésite, lance un coup d’œil à Ava… mais hoche finalement la tête. Oui, je ne dois pas retourner là-bas, ils vont me tuer ou pire, m’envoyer chez les NE, je ne rêverais jamais Mateo.

Avec lenteur, sans ajouter un mot, je contourne la voiture et va vers ces cartons « d’affaires a échanger » celles prises aux prisonniers avant de revenir vers lui, le couteau ranger et des vêtements a la main. C’est avec douceur que je lui explique la situation :

« Ce n’est pas des marques, mais au moins, tu auras plus chaud…. Si tu m’aide, tu te rends compte que tu vas avoir des ennuis ? Les Expendables m’ont découverte, Connor m’a dit ne gérer mon sort que jusqu’à ce soir… pour la suite, ca risque d’être soit les NE soit il me laisse a un des leur qui m’a déjà cassé des os et m’a promis bien pire… S’ils apprennent que tu m’as tendu la main… »

Je ne finis pas la phrase. Si James se retrouve devant Alan, je pense savoir qui gagnerait sans l’ombre d’un doute, le galeriste n’est pas du genre a s’attaquer a autre chose que des femmes sans défense, mais le reste des Expendables, eux, c’est une toute autre histoire, sans compter le jeu des alliances qui risque de se mettre en place.




Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
James Gray
James Gray
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Devil's Rejects
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 669
Sujet: Re: la grande évasion   Mer 26 Mai 2021 - 15:44
La grande évasion

Alex
&
James


Quarante-sept jours. Quarante-sept jours s’étaient écoulés depuis la dernière fois que les yeux de James s’étaient posés sur celle qu’il considérait sur sa chose, que son regard n’avait pas pu prendre le temps de la détailler. Quarante-sept jours qu’il ne l’avait pas vu se tendre presque imperceptiblement au timbre de sa voix. Autant de jours et d’heures qu’il n’avait pas entendu la sienne, de voix. Ce n’était pas assez pour l’avoir oublié, c’était follement assez pour qu’une étrange décharge lui parcourt le corps. Parce que cette dernière fois était liée à un souvenir aussi incohérent qu’inquiétant. C’était le piège que lui avait tendu son ami Tyler, c’était le piège qui s’était refermé sur lui.

Et malgré ce qui s’était passé dans cette cave, un peu à son insu, l’anglais constata avec presque légèreté que la brune abaissait doucement son arme devant lui. Il ne comprit pas de suite le regard qu’elle lui adressa avant qu’elle n’y mette des mots. Par réflexe, comme s’il ne saisissait pas le problème, son propre regard glissa sur la tenue qu’il portait encore. Il arqua un sourcil, un peu perplexe. C’était vraiment ça qui interpellait le plus Alex, dans cette situation ? Il devait toute fois lui accorder que son accoutrement ne ressemblait plus à grand-chose à cet instant précis.

- C’était le dress code pour l’attaque… Ça a fonctionné au début, une vraie Diva, lâcha-t-il avec son sourire en coin habituel

Mais l’heure n’était pas au retour d’expérience. Son sourire s’effaça sitôt que son inspection, elle aussi habituelle, commença. L’ancien garde du corps n’aimait pas ce qu’il voyait. Ce qu’il aimait encore moins, c’était de ne pas savoir. De ne pas savoir qui était à l’origine de ces trop nombreuses marques que son jouet abîmé portait. Il y avait tant de suppositions qui traversaient son esprit malade et chaque hypothèse, aussi floue soit-elle, s’accompagnait d’idées vengeresses malsaines. Sur ceux qui lui avaient causé tous ces maux ? Sur elle, qui avait accueilli tous ces coups ? Il ne saurait dire. Peut-être un peu des deux alors que son regard s’arrêta sur le ventre rond de la femme. Sur cette chose qui devenait bien plus concrète maintenant, sur ce totem de narcissisme qui grandissait un peu plus chaque jour à l’intérieur de ce jouet.

Sa montée de hargne, portée à ébullition, devait être palpable. Alors, comme bien souvent, ce fût cette voix qui immobilisa pour un temps son envie de violence. Machinalement, l’un de ses poings se serra, comme pour focaliser tous ses ressentis entre ses doigts fermés. James se demandait si Alex avait conscience de cette aptitude qu’elle possédait ; si elle voyait, si elle savait. Si elle choisissait sciemment ses mots pour tenter de stopper les vagues.

Les yeux écarquillés, les pupilles sans doute un peu dilatées, de l’anglais remontèrent lentement sur le visage de la brune ; après qu’elle ait posé une main sur son ventre. Un soupir s’échappa de son nez alors qu’il affichait un maigre sourire.

- Un petit guerrier ? répéta-t-il Comme sa mère ?

Il ne savait même pas s’il pensait ce qu’il disait. À dire vrai, James préférerait pouvoir façonner cet enfant à sa façon, à son image. Le chemin serait long et tortueux avant qu’il puisse poser ne serait-ce qu’un regard sur sa progéniture. Il devait réussir à reprendre le contrôle sur ses propres pensées avant de pouvoir espérer tout autre chose. Mais le plus important, dans l’immédiat, était d’interférer dans les plans des Expendables, de sauver Alex de leurs griffes et surtout, que la brune accepte son aide. Un court silence flotta dans l’air après la proposition de l’escort boy.

Lui, le corps crispé par cette attente, demeurait immobile. Son regard soutenant celui de la femme au menton bien relevé et son attitude de défi. Jusqu’à ce qu’elle ne finisse par hocher la tête. Instinctivement, les muscles de James se relâchèrent. Il s’avança d’un ultime pas vers la voiture, suivant des yeux son jouet amoché, s’interrogeant bien sur l’origine de son mouvement. Il finit par comprendre lorsqu’il contempla les vêtements, un brin amusé. Ne sachant pas réellement ce qu’Alex avait en tête, il chercha l’arme qu’elle tenait il y a encore quelques secondes, sans la trouver. Alors, lentement, il tendit son bras ; ses doigts se refermèrent sur les tissus grossiers. Il grimaça.

- Déçu mais pas surpris… Ils sont propres au moins ? demanda-t-il ironiquement

Ce n’était pas le moment de faire la fine bouche et maintenant que son esprit était presque apaisé de voir qu’Alex était vivante, James devait admettre que sa tenue n’était pas appropriée au climat de cette presque aube. Il en avait même une conscience aiguë à présent et alors qu’il écoutait la voix de la brune, un court frisson le secoua.

- Sérieusement ? lâcha-t-il presque sèchement

Ses mains s’attelèrent à se débarrasser enfin de cette jupette et enfiler maladroitement ce pantalon qu’il n’aurait pas touché avec un bâton, avant.

- T’as pas encore compris que je suis plutôt doué pour éviter les ennuis ?

James gesticula, glissant ses doigts dans son dos pour descendre la fermeture éclair de ce haut bien trop court ; qu’il jeta nonchalamment sur le sol. Simplement le temps d’enfiler ce sweat à l’odeur un peu douteuse.

- Premièrement, noyer le poisson c’est ma spécialité. Deuxièmement, je m’en fiche. Et puis… Comment est-ce qu’ils le sauraient ? T’as qu’une infime idée de ce que j’ai déjà fait et pourtant, jamais personne ne m’est encore tombé dessus.

La preuve étant, il avait réussi à acheter Matéo sans que personne ne se rende compte. Il passait quotidiennement des heures avec le bambin, lui apportait de la nourriture tout ça à l’abri des regards. Mieux encore, le camp des Divas était tombé sans que son nom sorte.

- Si je te connaissais pas un minimum, je dirais que tu t’inquiète pour mon futur, dit-il avant qu’un rire sarcastique ne lui échappe.

Il s’agenouilla pour ranger sa tenue de guerrière dans son sac à dos. Tout le monde ici avait vu son déguisement et le laisser traîner près d’une voiture qui allait bientôt disparaître n’était pas la meilleure idée. Mais, soudain, il prit conscience de ce que venait de dire Alex. Son visage se releva vers elle, son regard sombre.

- Qui ? C’est qui ? cracha-t-il alors qu’il se releva brusquement ton épaule, c’était lui ? Il est là ?

Nerveusement, l’ancien garde du corps regarda autour de lui avant de replonger son regard dans les yeux de la brune, en secouant la tête. Il devait d’abord l’aider à s’éloigner.

- Faut… faut que tu te tires d’ici avant que quelqu’un te voit

Sa voix trahissait sans doute le combat intérieur qui éclatait à nouveau à l’intérieur de lui ; tiraillé entre l’envie immédiate d’étriper littéralement ce « quelqu’un » et le besoin de la voir s’échapper.




   


camo©️015



runaway baby
Before I put my spell on you. You better get away, darling because everything you heard is true • sheepirl.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3772
Sujet: Re: la grande évasion   Mer 26 Mai 2021 - 19:17
Celle qui hesite


Malgré mon épuisement, malgré le risque d’une morsure du fauve imprévisible qui est devant moi, je n’arrive pas a retenir avec un faible sourire une remarque quand il me dit que le bébé sera un guerrier comme sa mère. Dans un autre contexte cela aurait pu ressembler à une de ces innombrables provocations entre lui et moi.

« J’aurais presque envie de te demander laquelle des deux ou te dire que ça explique peut-être ta tenue… »


Je le vois prendre les vêtements que je lui tends avec ce que je pense être du dégout, cela m’amuse un peu de voir ce petit garçon si précieux réduit à accepter les oripeaux d’autres survivants. J’ai essayé de prendre a sa taille mais surtout des pas trop abimés, je commence a connaitre l’animal. J’ai un ricanement quand il me demande s’ils sont propres, le même qu’il m’avait fait quand je lui avais demandé s’il avait mis une capote pour me violer.

« Bien sûr, je les sors du pressing… »


Je suis a bout de nerfs de cette soirée a me battre a ne rien lâcher pour au final tant perdre, je pense que je réalise, peut être, que je suis en train de jeter du sang au requin qui semble avoir, déjà, du mal a se calmer. C’est étrange, a force de lutter contre lui, de l’observer, d’être attentive a ses changements d’humeur, j’arrive presque a le deviner… même si tout reste dans le presque, je sens sa tensions, je vois ses poings et je devine son envie de violence. Pourtant, je reste impassible, bien que consciente du risque que cela tombe sur moi, je demeure, en apparence, d’un calme presque olympien. Le jour va se lever, si je reste ici, je finirais en pâture a Alan ou aux NE mais mon cerveau refuse un nouveau shoot de tensions ou de panique. Lui aussi doit être épuisé. Je ne suis pas convaincu quand il affirme qu’il est doué pour éviter les ennuis. Personnellement je reformulerais ça autrement.

« Tu es plutôt doué pour les éliminer, mais tôt au tard tu te feras rattraper James, personne n’est infaillible, même les plus doués. »


Je charge le coffre de sac de couchages et choses diverses que je trouve. Bien évidemment, aucune chance que je trouve des vêtements de grossesse ici, les prisonniers étant surtout des hommes… et celles que j’avais prises discrètement son sur Connor, pour éviter une hémorragie. Dire que cet idiot me prend pour une ennemie alors que je lui aurais vraiment tout donner, jusqu’à mon dernier pantalon.


Je me fige quand il suggère que je pourrais m’inquiéter pour lui. Je n’avais pas forcement envisager ca comme cela… mais… d’une certaine façon, c’est peut-être ce que je suis en train de faire ? M’inquiéter pour mon bourreau ? Mon violeur ? Un monstre ? Je me sens d’un illogisme navrant mais lui réponds, un peu mystérieusement :

« Peut être… va savoir… c’est peut être comme toi avec moi…»

Je lui lance une œillade appuyée :

« Exactement comme toi avec moi »


Ma façon a moi de botter en touche parce je ne suis pas sûre de vouloir le tuer moi-même, en vrai, mais j’aime bien le torturer et j’ai observé qu’il est capable de cogiter et surcogiter quand il ne comprend mes réactions. De toute façon, je ne suis pas en état de creuser le sujet. J’ajoute des choses pour Ava et ne daigne pas le regarder quand il me demande le nom de celui qui m’a broyé l’épaule. Il me dit de partir immédiatement, il a raison, mais je reste la main serrée sur le coffre, ou s’entasse tout ce que j’ai réussi a prendre discrètement, a réfléchir. C’est avec douceur mais autorité, tout en plantant mon regard dans le sien que je lui dis :

« Si je te le dis qui m’a fait ca, tu me jure que tu ne seras pas tenté de faire le malin alors que tous les Expendables sont ici ? »


Je m’approche de lui avec une certaine hésitation, presque timide, et c’est encore plus visible quand je lui attrape la main, un objet de dégout, de douleur, mais aussi celle d’un homme qui va, bon grès, mal gré, avoir un enfant. Après un regard pour lui intimer de se laisser faire et de ne pas avoir de geste brusque, je la pose sur mon ventre, là où des petites mains, ou des petits pieds, difficile a dire, tambourinent. Il y a un moment ou les mouvements cessent, comme si cette petite vie était surprise de ce contact nouveau sur son royaume et puis… il ne faut pas longtemps pour qu’elle recommence son jeu visant ce nouvel élément.

« Rappelle-toi qu’il y a un bébé dans mon ventre, ce n’est peut être que le mien, mais, j’envisage vraiment que tu puisse le vois, si tu en as envie. Alors ne va pas finir a ma place entre leur main pour un coup nerf. »


Depuis quand je lui parle comme ca ? En attendant je reste immobile devant lui. Je relâche sa main en le laissant décider de quand couper le contact avec le bébé. Je lui donne une chance de me donner envie de lui répondre avant de fuir, tant pour Alan que pour le bébé au final.


Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
James Gray
James Gray
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Devil's Rejects
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 669
Sujet: Re: la grande évasion   Ven 28 Mai 2021 - 17:28
La grande évasion

Alex
&
James


C’était étrange de se retrouver face à elle. Dans d’autres circonstances, peut-être que James aurait réagi différemment. Il aurait attendu un peu plus longtemps tapi dans l’ombre, il aurait changé sa voix, prenant celle qu’il utilisait lorsqu’il était masqué avec son groupe. Il aurait gommé son accent, juste pour le plaisir de la voir tressaillir devant l’inconnu avec son couteau en main. Puis il lui aurait sauté dessus. Il aurait essayé de lui faire regretter son insouciance d’être venue se battre, son affront de s’être fait enfermer loin de lui et frapper par d’autres. Il aurait tenté de reprendre un semblant d’ascendant sur elle. Mais il n’en fût rien. L’anglais se plaisait à penser qu’il avait simplement la présence d’esprit de ne pas le faire ici, avec de nombreux potentiels témoins autour. Mais la réalité était sans doute toute autre. Il était juste bien trop malhonnête envers lui-même pour admettre que son souffle n’était plus suffisant pour faire tourner la roue là où il le voulait. La routourne avait tourné.

Alors, bien que notoirement nerveux,  il restait là. À parler, à proposer son aide. À presque implorer qu’elle accepte. Tyler avait sans doute raison, dans cette cave. Il aurait dû le libérer, comme il le lui avait dit. Le libérer d’elle. Là seulement, sa vie aurait pu reprendre son cours. Recommencer, comme avant que son regard se pose sur la brune dans cette ruelle. Mais aujourd’hui, l’ancien garde du corps se surprenait même à afficher un sourire amusé à la provocation d’Alex. Ce sourire qui essayait de repousser les pulsions qui couvaient en lui, en permanence ; sans relâche.

- Et encore, tu m’as pas vu avec ma belle et longue chevelure blonde, finit-il par dire

Il n’hésita pas bien longtemps avant de saisir les guenilles que lui tendait son jouet. S’il était persuadé qu’un rien l’habillait, James était tout de même un peu réticent à enfiler ces vêtements à l’origine et la propreté douteuse. La brune ne manqua d’ailleurs pas de le railler et lui, il lui jeta un regard noir alors qu’il commençait à s’habiller. C’était un petit retour de flamme mais assez pour lui faire ressentir la chaleur de ce feu. Comme si sa peau avait été chauffée, sans pour autant être assez en contact avec la source de chaleur pour y être définitivement marquée. Alors, il bascula légèrement son crâne en arrière, prenant une large inspiration, rejetant encore une fois ses envies bien au fond de lui. Pendant quelques secondes, le britannique songea qu’elle le faisait exprès. Qu’elle tentait de le pousser à la faute, au vice pour que chaque personne présente le perçoive enfin sans son masque. Et cette simple pensée avait tendance à raviver ce qu’il tentait d’éteindre. Ses yeux se posèrent sur les étoiles qui tendaient à disparaître avec l’aube, se sermonnant intérieurement pour ne pas céder. Elle ne pouvait pas vouloir lui tendre ce piège, elle avait besoin de lui à cet instant. Elle ne pouvait pas prendre le risque d’être prise elle aussi.

À cette réflexion, les poings de James se desserrèrent lentement, reportant son regard sur Alex. Un bref rire nasal lui échappa lorsqu’elle affirma qu’il ne pourrait pas éternellement échapper aux ennuis.

- Je sais tout ça. Rien n’est éternel mais il y a pas une citation qui dit que toutes les mélodies ont une fin, est-ce une raison de ne pas en apprécier la musique ?

Sa mélodie, c’était les cris. Sa musique, le bruit de la chair qui se déchirait. Tout était éphémère. Et c’était justement cette fugacité qui rendait les choses encore plus intenses, le jeu encore plus excitant.

James n’avait rien décelé dans la voix de sa chose mais il avait tout de même pris la peine de relever ses mots. Pourtant, il l’aperçut se figer presque imperceptiblement. Un œil inaccoutumé n’aurait sans doute rien remarqué. Le problème, avec eux, c’est qu’ils avaient eu bien trop de temps, bien trop d’occasions pour comprendre le comportement de l’autre. Le doute subsistait toujours parce que chacun savait comment faire douter l’autre. Comme à cet instant, où Alex appuya ses dires. L’escort boy fronça les sourcils, une courte seconde.

- On partage pas vraiment les mêmes inquiétudes vis-à-vis de l’autre tu sais ?

L’une était simplement inquiète pour la vie en générale à l’heure où l’autre était purement atteint d’une possessivité malsaine, d’une obsession maladive. Mais savoir qu’elle essayait sûrement de le perturber ne l’intéressait même plus. Plus à ce moment. Il y avait quelque chose de bien plus important. Il voulait, il devait savoir qui était cette personne qui effrayait à ce point Alex. Qui était cette personne qui avait osé poser ses mains indignes sur quelque chose qui ne lui appartenait pas. Son regard n’était plus amusé, son sourire avait laissé place à une mine sérieuse, presque grave. Il sentait son cœur battre un peu plus vite et ses muscles se tendre. Son pied commençait à marteler nerveusement le sol.  

- Tu ne me croiras pas si je jure de toute façon. Je ne suis pas stupide Alex. Je sais voir quand une cause est perdue d’avance. Je veux juste un nom, je prendrais le temps de prépa…

Mais la fin de sa phrase mourut dans sa gorge à l’instant où Alex fît un pas vers lui. Puis un autre. Et que sa main vint trouver la sienne. Et ce fût à son tour de se figer. Ses yeux ne lâchant pas la main de la brune, dans l’attente de comprendre ce qu’elle entreprenait. James se sentait tendu et la crispation redoubla alors que la femme vint poser sa main sur son ventre arrondi. La surprise qu’il ressentait alors qu’elle venait d’elle-même poser la main sur elle, elle qui était révulsée par son contact, le laissa un instant immobile. Seuls ses yeux osaient bouger pour venir questionner silencieusement Alex.  Mais la stupéfaction redoubla en intensité au moment même où il sentit quelque chose bouger. Par réflexe, ses doigts se décollèrent brièvement de la peau avant de s’y reposer. Ce quelque chose qui bougeait, c’était sa progéniture. C’était son totem. Pendant quelques courtes secondes, il pouvait sentir et voir sa main trembler sous ce contact. Ce premier contact. Son regard se détacha pour venir se fixer sur sa main, sur le ventre ; à l’instar de la main d’Alex qui se détacha de la sienne.

La bouche entre-ouverte, il réalisait dans un élan de narcissisme ce qu’il avait crée contre la volonté de la brune. Ses yeux s’écarquillèrent alors qu’un sourire qu’il n’avait jamais arboré vint prendre d’assaut ses lèvres. « hey » lâcha-t-il presque dans un murmure alors qu’un nouveau petit coup se fit ressentir contre sa paume. La voix d’Alex sembla soudain très lointaine. Il n’avait même plus réellement conscience d’où il se trouvait, ni de ces vêtements horribles qu’il portait. Qu’elle le veuille ou non, c’était son enfant. C’était son trophée. Une vague de fierté, une vague d’ego, une vague de nécessité de ne pas être privé de ça. Il laissa sa main ici, pendant plusieurs secondes alors qu’un court rire presque béat lui échappa. Il finit par remonter son regard sur Alex, les yeux toujours écarquillés sans pour autant rompre ce contact.

- Bien-sûr, dit-il en opinant du chef le plus sérieusement du monde.

Bien-sûr qu'il en avait envie, bien-sûr qu'il verra ce bébé. Son bébé.

- Je vais finir entre les mains de personne. Du moins, pas de suite. Encore moins après ça.

Son regard descendu une ultime fois sur le ventre, ressentant un ultime petit coup avant d’y arracher sa main. D’un furtif coup d’œil, il tenta de remercier Alex.

- J’ai pas encore mis des bâches sur le bateau, alors je vais pas me précipiter si tu m’dis qui c’est ! dit-il avec un brin de sarcasme dans la voix

Indéniablement troublé et secoué par ce qui venait de se passer, James attrapa maladroitement son sac à dos. Dans un geste pressé, il y sortit le kit de premiers soins, un couteau, la lampe torche, le briquet et quelques munitions qu’il déposa dans le coffre. Rangé dans son dos, il attrapa l’un des glock qu’il avait récupéré chez les Divas pour le tendre à Alex.

- C'est pas grand chose mais j'ai que ça. Tu devrais enlever le frein à main, je peux t’aider à pousser la voiture un tout petit peu plus loin. Le bruit de démarrage va les attirer mais tu seras déjà assez loin.






   


camo©️015



runaway baby
Before I put my spell on you. You better get away, darling because everything you heard is true • sheepirl.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3772
Sujet: Re: la grande évasion   Dim 30 Mai 2021 - 12:44
Celle qui part


James, malgré sa folie, reste un homme surprenant. J’ai du mal a imaginer qu’il y a pu être avant tout ca. Il a de la culture et, parfois, une façon bien a lui de dire les choses avec presque… élégance, même moi j’arriverais a oublier le monstre qu’il y a sous le masque parfois. Enfin, cela ne dure jamais, son vrai lui m’a trop maquée, dans mes chaires et mon esprit pour que je me laisse abuser comme les autres.

« Certaines musiques sont plus courtes que d’autres…. et moins symphoniques aussi. »

Si je lisais dans sa tête, je me rendrais compte que, d’une certaine façon, son image sur la musique nous a conduit à envisager les choses sous le même angle. Je ne sais que trop bien le plaisir qu’il a à faire souffrir ses proies et je suis sûre qu’il a déjà dû envisager une chorale de râles d’agonie. Quand il me dit qu’on ne partage pas les mêmes inquiétudes l’un pour l’autre, je prends un air énigmatique mimant un « peut être » dans un geste d’épaule. En vrai, j’en ai aucune idée car je ne suis toujours pas certaines des motivations profondes qui nous ont poussés a ne pas nous tuer quand nous en avions l’occasion. Rien n’est assez simple dans ce lien étrange qui nous unis autant qu’il nous repousse. Quelques soient nos interprétations sur notre relation, nous sommes surement loin du compte.

Mon ventre est, certainement, une partie de cette fragile équitation qui mène à cette trêve insensée où l’on ne sait plus qui est la victime du bourreau ou qui manipule qui entre la proie et le prédateur. Lorsque je pose sa main sur moi, je m’amuse avoir son air étonné. Il ne comprend pas tout de suite ou je veux en venir et mon sourire s’élargie quand je vois sur air surpris en sentant mon bébé lui donner un petit coup. Je ne perds rien de ce que j’arrive a lire sur son visage, il ne le sait pas encore, mais la place que je voudrais bien lui laisser dans la vie de mon enfant dépend aussi de ce moment.

James a beau être une bête enragée, il m’a aussi montré qu’il était capable d’instinct de protection et d’efforts. Au-delà de tout le mal que je sais penser de lui et de ce qu’il m’a fait, nous avons trop frôlés la mort dans cette valse malsaine du jeu de la domination pour que mon jugement ne soit pas altéré et que je me sente de lui refuser de connaitre cette vie créée de tant de violence. Je me pense lucide, je crois sincèrement avoir une parfaite vision de ce qu’est James, mais la vérité est que je ne me rends pas compte de la profondeur de l’abime qu’il recèle. Mon œil est trop tendre, trop plein de cet espoir bienveillant et modelé par une éducation catholique qui accorde le droit a la rédemption. Pour moi James n’est pas perdu a jamais, il est seulement égaré et si, c’est évident, il ne saura jamais prendre le même chemin que les autres, il y a d’autre moyen pour s’en approcher tout en restant ce qu’il est et en respectant ce qu’il a besoin.

Je ne suis pas naïve, non plus, a envisager de lui accorder une place de père, a mon sens, il n’en est pas capable. Il a déjà du mal a se gérer lui-même et il est trop imprévisible et colérique pour cela, mais je ne suis pas cruelle a lui refuser de connaitre cet enfant. Il sera bien temps d’aviser ce qu’il sera pour lui en fonction de la suite. Je lui souris avec un hochement de tête encourageant quand il semble hésiter a retenter un contact et m’interroger du regard avant de se focaliser sur ce qui se cache sous mon nombril. Avec presque de la tendresse, je lui dis simplement :

« C’est le bébé qui te dit bonjour et qu’il va bien a sa façon. »

Nous n’avons clairement pas le temps pour ce que nous sommes en train de faire, mais je n’ai pas le cœur a précipiter les choses. Je ne sais pas encore de quoi demain sera fait et si je me rate, cela surement la seule fois ou mon bébé et James aurons pu « se rencontrer ». Je n’arrive pas a savoir s’il est ému ou s’il y a autre chose, mais je suis presque certaine qu’il protègera cette petite vie, encore fragile, de toutes ses forces et quel qu’en soit le prix, sans me douter que cet homme n’a pas la même vision que moi du sens du mot « affection ».

Il me rassure sur la suite quant a sa conduite, et je manque de rire quand il me parle de bâche, encore navré de ma réaction sur son yacht. Dans un de ces moments de perditions et de faiblesses, la seule chose a laquelle j’ai réussi a penser, en le voyant torturer des gens, c’est le parquet massif qui allait être ruiné. J’imagine qu’au regard du contexte et de ce que je venais de vivre, on me pardonnera ce reflexe qui trahi autant ma maniaquerie que mon besoin de me raccrocher a un semblant d’organisation, surtout dans les pires situations. Il me redemande le nom de son rival pour me faire du mal. Je sais que je suis en train de lui désigner, surement, le prochain qui se fera taillader dans son antre et, étrangement, ma part de noirceur n’y vois aucun inconvénient. Cet homme est un danger pour moi, mon bébé et aussi pour les Expendables a mes yeux. En plus d’être un parasite fainéant et égoïste qui ne sert a rien qu’a desservir les siens. Mon regard se fait dure et c’est presque dans un souffle prudent, comme si cela risquait de l’invoquer que je lâche un :

« Alan… Alan Nielsen…»

J’ai une pensée pour Kaz qui s’est pris d’affection pour ce vieil homme pervers et sadique. Est-ce que je fais n’est pas une trahison envers mon ami qui m’a aveuglement soutenue ? Nerveusement, je caresse le bracelet de chance qu’il m’a offert avant d’ajouter.

« Méfie toi de lui … il… il n’est pas comme toi, il est loin d’être aussi malin, mais … il a des besoins proches des tiens aussi je pense… et il compense avec sa force ce qui lui manque ailleurs. Par contre, évite de toucher un cheveux de son compagnon, Kaz, ou tu auras tout Seattle aux fesses…»

Parce que cela sonnerait la fin de mon silence et de notre trêve. Je reste interdite quand il me tend un sac et c’est presque timidement que j’accepte avant de revenir a l’urgence du moment. Comme s’il avait fait ca toute sa vie, James sait déjà comment s’y prendre et je lui obéis rapidement avant que nous nous retrouvions a pousser la voiture plus loin.

« Rentre avant que je lance le moteur, que personne ne sache que tu m’as aidée… »

Je vais vers le véhicule avant de me raviser. Apres une hésitation je retourne vers lui.

« Attend… »

Je sors de ma poche une mèche blonde, prise sur Charlotte dans le feu de l’action et lui tend avec un peu de maladresse. Un nouveau geste lourd de sens, un pas en avant vers lui, une tribu de paix et surement bien d’autres choses qui nous dépassent. Je me contente de lui dire :

« J’ai tué la cheffe du camp, Charlotte Flair… »


Et aussi la seule qui savait ou trouvé Mateo. Mon cœur se fait lourd a cette idée.


Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: la grande évasion   
Revenir en haut Aller en bas  
- la grande évasion -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: