The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -32%
SEAGATE – Disque dur Interne HDD – ...
Voir le deal
81.99 €

de Titanic a Love Boat, il y a qu'un gros glacon
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Roman Brody
Roman Brody
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 127
Sujet: Re: de Titanic a Love Boat, il y a qu'un gros glacon   Lun 10 Mai 2021 - 13:41


« C’est juste, mais si tu n’avais pas sauté, je ne me retrouverais pas là. Et toi non plus » Il n’y a dans ma voix aucune once de méchanceté, peut être juste un peu de reproche, mais elle a raison sur un point. Rien ne m’obligeait à sauter et tenter de venir la récupérer. Ce qu’elle ne sait pas c’est pourquoi en réalité, je n’avais pas le choix. Mais cela ne regarde que moi et je ne peux effectivement en rien le lui imputer.

Je la regarde ensuite commencer à se détendre, j’espère qu’elle a comprit que le danger ici, ce n’est pas moi, mais bien ce qui nous attend à l’extérieur et si j’ai toute confiance en mes capacités pour prendre la fuite dès que l’occasion se présentera, le fait qu’elle soit désormais dans l’équation n’est pas pour me satisfaire et je suis déjà entrain d’essayer de penser à un plan pour que, dans l’idéale, nous nous en sortions tout les deux. Maintenant que je l’ai enfin devant moi, que j’ai l’opportunité de lui parler et que je connais désormais son prénom, je ne veux pas m’arrêter là. Je ne peux pas m’arrêter là.

Toujours en l’observant je remarque qu’elle doit avoir terriblement froid et je suis toujours dans cette incapacité à l’aider, ce qui je dois bien avouer me frustre un peu. J’espère qu’ils ne tarderont pas à venir tenter de nous faire rôtir à la broche ou j’ai peur que mon animal blessé à moi ne finisse par mourir d’hypothermie. Je lui proposerais bien de venir se réchauffer contre moi, mais je pense essuyer un terrible refus aux vues de sa réaction vis-à-vis de moi. Je l’écoute et finis par répondre, toujours aussi calmement « Tu es de celle qui pense que tout le monde mérite d’être sauvé. C’est louable, mais terriblement naïf » Et ça lui ressemble tellement. Je repense à ce petit chaton qui avait été rejeté par sa mère à la naissance. Les animaux savent d’instinct quand le petit ne survivra pas car trop faible ou génétiquement imparfait et ils ne se fatiguent pas à tout tenter pour le faire survivre. Ils l’abandonnent, c’est aussi simple que ça. Mais il avait fallu qu’elle le trouve et prenne soin de lui. Il était devenu un vrai pot de colle et un redoutable chasseur. Et j’ai un sourire qui m’étire les lèvres en y repensant.

J’attends quelques seconde avant de finir par répondre à sa question, toujours mon sourire aux lèvres et un petit rire m’échappe « Pour toi »

Et je soutiens son regard. C’est la vérité que je lui balance sans subtilité aucune. C’est à cause d’elle que j’ai plongé. A cause d’elle que je me retrouve enfermé dans cette cage à attendre patiemment qu’on vienne tenter de nous placer en menu du jour. J’avoue que je jubile un peu de ma réponse et suis réellement curieux de voir sa réaction, mais je ne veux en aucun l’effrayer alors je rajoute « J’ai une dette envers quelqu’un. Et cette dette c’est toi » Je ne veux pas qu’elle commence à s’imaginer des choses qui ne sont clairement pas le sujet. C’est une dette personnelle, et c’est sur elle que c’est tombé. Si elle ne lui ressemblait pas autant, nul doute que je ne l’aurais même pas remarqué.

Je finis par lui poser une autre question, nous avons le temps « Dis moi … Alex. Est-ce que c’est dans tes habitudes de te mettre dans ce genre de fâcheuses positions, où tu as juste manqué de chance ? » Et ça c’est juste pour savoir si ma cause est déjà perdue d’avance ou pas.







The smarter you get
The less you speak

Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3683
Sujet: Re: de Titanic a Love Boat, il y a qu'un gros glacon   Mar 11 Mai 2021 - 0:50
Celle qui se sent dans la merde

Je fronce les sourcils en ayant du mal à comprendre ce qu’il essaye de me dire sur le fait qu’il est dans cette situation parce que j’ai sauté. Je ne comprends toujours pas en quoi ca implique qu’il m’ait suivi. Je ne sais pas trop ou il veut en venir et je reste a le détailler pour essayer de deviner ce qui se cache sous ses mots. Il a l’air doux et gentils, peut-être aurait-il fait ca pour n’importe qu’elle personne en détresse ? Un genre de sauveur qui ne sait pas s’empêcher de reprocher ses propres défauts aux autres ? Avec un brin de malice je ponctue son affirmation d’un :

« Tu n’avais qu’a pas sauté… »

Qu’il me dévisage autant me trouble un peu, je me sens mal a l’aise. Il ne sait pas a quel point mon corps me dégoute et que je vis mal le regarde des autres. Chez les Expendables, ca reste simple a gérer, je en sais pas si c’est du fait de mon sexe ou parce que j’ai du mal a trouver ma place, mais je me sens, invisible, voir transparente, pour la plus part de ces hommes. Ce qui n’est pas un mal quand on connait les raisons de ma présence ici mais c’est parfois… dure de se sentir souffrir en silence au milieu d’eux sans qu’ils se rendent compte de ma détresse. Quant a ceux qui me regardent, je frissonne rien que de repenser aux regards pleins de promesses cruelles d’Alan.

Toujours les jambes repliées contre mon corps, essayant autant de me protéger de ses yeux que de tirer un peu de chaleur de cette position, je l’écoute quand il me déclare être une altruiste naïve ? Le suis-je ? Non je ne crois pas, j’ai tué 5000 personnes par bêtises et je n’ai fait qu’aggraver mon cas au nom de la survie. Surement que, d’une certaine façon, je préférais être cette femme qu’il pense voir en moi, mais il y a trop de sang sur mes mains et pas assez de regrets pour certains morts, qui font que je le pense dans l’erreur. Je me contente juste :

« C’était une enfant… personne ne devrait passer son chemin pour une enfant...»

Ca sonne comme une excuse. En est ce une ? Est-ce que j’aurais sauté autrement si cela avait été une adulte ? Une fois de plus je n’en ai aucune idée. Mon esprit commence doucement a m’alerter sur le fait que, plus urgent que ce froid qui me transperce de part en part, c’est aussi de se sortir de la quand il me dit une chose en riant qui me fait plisser les sourcils et redresser la tête. Je répète, bêtement, sans savoir s’il se moque ou pas :

« Pour moi ? »


Mon esprit est peut être trop congelé pour réussir a comprendre la boutade, ou j’ai noyé mon sens de l’humour en plongeant. Je me fige et me raidis quand il me dit qu’il a une dette et que c’est moi. Est-ce lui le fameux ami du fou ? Il est là pour quoi ? Pour surveiller le bébé ? Immédiatement je change de position, comme un animal acculé, la main sur le ventre. S’il y a de la peur dans mes yeux, il y a aussi une détermination farouche a ne pas être une proie facile et a ne pas accorder de victoire facile a l’homme en face de moi. Quand il me parle des mes habitude, j’y vois la confirmation que le fou est derrière tout ca. J’essaye de me rassurer en me disant que j’ai toujours mon stylet de cachée dans mon chignon détrempé et surement catastrophique. D’une voix blanche je lui demande :

« Tu m’as suivie pour lui ? »

Le ton est froid et je n’ai pas le temps d’ajouter autre chose car, concentrée sur celui que je pense être mon adversaire, je ne vois pas surgir des ombres de cette tente, puante et mal éclairée, une main au travers des barreaux qui me saisit par les cheveux, sans aucune difficulté vue que j’étais plus qu’appuyée dessus. Je pousse un glapissement à la fois surpris, horrifiée et de douleur alors que je me sens obligée de me redresser et qu’une autre main viens m’agripper par le cou sans que je n’arrive a la retirer.

« Mais c’est plus que de la viande fraiche qu’on à l’a.
- Déconne pas, y’en a un qui va gueuler si on joue trop avec la bouffe…
- On joue pas on tate la qualité… »


Le manque d’air, la panique, le dégout, surtout en sentant une langue me lécher le visage au travers les barreaux, ne suffit pas pour masquer l’odeur de ce corps mal lavé, d’haleine empestant l’alcool ou d’autres effluves tous aussi insupportable même sans début de grossesse. J’essaye de me débattre comme je le peux mais a part me cogner contre le métal et les amuser, je n’arrive a rien.

« T’inquiète ma jolie on va bientôt venir te faire frétiller encore plus… tu veux pas que je vienne te rechauffer... tu as l'air toute froide. Ton petit camarade va bien partager non?»



Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
Roman Brody
Roman Brody
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 127
Sujet: Re: de Titanic a Love Boat, il y a qu'un gros glacon   Mer 12 Mai 2021 - 0:45


« Ah oui ? Et tu aurais fais quoi maintenant pour te sortir de la ? En admettant qu’ils ne t’ai pas tué directement ? » Si je n’avais pas sauté comme elle le dit si bien, il avait été certain qu’elle ne se serait déjà plus de ce monde. Ou dans une posture beaucoup plus fâcheuse, car si je ne suis pas du genre à me lancer des fleurs, vous le comprendrez rapidement, j’ai fois en mes capacités. Et je suis persuadé que sans moi, elle serait déjà dans la marmite à bouillir. Ou du moins seule dans cette cage.

Quand elle me dit que c’est qu’une enfant j’esquisse un petit sourire en coin « Une enfant qui a les dents aiguisées et un appétit de loup ... »

Quand je lui explique pourquoi je suis là, elle se raidit et pose ses mains sur son ventre. Je ne devine pas encore qu’un petit être s’y cache car je n’ai pas pris le temps d’observer chaque parcelle de son corps qui en réalité ne m’intéresse pas. C’est son visage et sa manière d’être qui me font penser à elle et si elle ressemble trait pour trait à ma femme, je n’ai aucune intention malsaine ou perverse à son égard. Je tique du regard et arbore un air surpris quand elle me demande si je l’ai suivis pour lui. Lui ? Voilà qui semble intéressant, elle semble ne pas être que ma cible, mais je n’ai pas le temps de me pencher plus sur la question qu’une main l’agrippe au travers des barreaux. Je me lève aussi vite et me rapproche des deux types qui veulent goûter la marchandise avant d’y croquer goulûment et tandis que mon chaton blessé tente de se défaire de la prise je lâche un simple « Lâche la. Tout de suite » le timbre de ma voix annonce tout de suite la couleur, et mon regard sombre montre que je ne rigole pas. Je ne le répéterai pas deux fois.

Je les entends alors rire « Et tu vas faire quoi dans ta cage hein ? » Il n’est pas assez vif contrairement à moi. J’ai déjà son bras dans la main et je le tord pour ensuite y donner un coup de pied. Il hurle, forcément un bras cassé et les os qui sortent, le sang qui coule ça fait mal. Il tombe alors à genoux en continuation de se lamenter tout en lâchant sa prise. Je pose une main sur le ventre d’Alex, ce geste n’a rien de violent bien au contraire, je la fait basculer pour qu’elle soit hors d’atteinte, loin des barreaux en lui murmurant « Mets toi en sécurité » Je me retourne aussi vite pour faire face au camarade du type au sol qui approche lui aussi, je ne sais pas ce qu’il croit, mais je l’attrape par sa chemise crasseuse et le tire de toute mes forces contre les barreaux. Il s’effondre d’un coup. L’autre continue de hurler et ça risque de ramener les autres. C’est une bonne chose, on va peut être enfin pouvoir sortir de cette prison. Je me baisse pour me mettre à son niveau. Je glisse mes bras à travers les barreaux et me contente de lui briser le cou d’un coup sec. Au moins maintenant il ne hurle plus. Je ne perds pas de temps et le fouille pour finalement tomber sur un petit couteau. C’est mieux que rien. Je me dirige vers celui qui est assommé et lui entaille l’avant bras pour qu’il se vide lentement de son sang et finisse par mourrir. Il ne faut prendre aucuns risques. J’essuie le couteau sur sa chemise crasseuse et souffle un grand coup.

Je me relève et me retourne vers Alex « Ça va ? Tu n’as rien ? » Et je retourne m’assoir à côté d’elle, l’air de rien. Je lui tend le couteau que je viens de récupérer « Vu les cris, les autres ne devraient pas tarder et au pire, leur camarade les alerteront en revenant à la vie » Et ça se serait marrant que ce soit finalement eux qui se fasse bouffer « Cache le, ça pourrait servir »






The smarter you get
The less you speak

Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3683
Sujet: Re: de Titanic a Love Boat, il y a qu'un gros glacon   Mer 12 Mai 2021 - 17:05
Celle qui n'aime pas etre enfermée


Je panique, me cogne et fais la bêtise d’essayer de donner un coup de code dans celui qui vient de me donner un haut le cœur en me léchant le visage. Résultat, c’’est sur un barreau que ca tombe. Je suffoque presque de dégout, les yeux perdus dans l’homme en face de moi qui semble réagir aussi a ce qui se passe.

Je n’ai pas le temps de comprendre qu’il a déjà fondu sur celui qui me tenait, qui hurle de douleur, avant de m’arracher a sa prise. Je m’agrippe presque a mon sauveur du moment, tremblante et encore choquée, alors qu’il m’éloigne de ceux qui voulaient me… mon Dieu… Quand il me dit de me mettre en sécurité, j’ai bien envie de lui demander ou. Roman !! On est dans une cage !! Ou je suis censée être en sécurité ? Pour le moment je reste dans son dos a regarder un peu partout, comme un animal pris au piège et dans l’urgence, ce que je suis. Lui arrive a agrippé un des hommes et j’ai peur de la suite. S’ils sont armés, on ne saura rien faire pour éviter des tirs.

Ce qui se passe semble attirer l’attention des moins moribonds enfermés dans cette tente. Très vite c’est un concerto d’appels a l’aide, d’encouragement ou de menaces sur les deux hommes que Roman malmené. Niveau discrétion, c’est l’enfer…. Je ne regarde plus autour de nous, ni vers mon compagnon d’infortune, et prends le stylet caché dans mes cheveux, que je serre entre mes dents, pour aller vers la serrure de notre cage. Du bout de mes doigts gelées je tâtonne. On est dans des cage a bestiaux mais ils ont mis un verrou dessus plus élaboré, après, j’ai passé tout une partie de ma vie à m’évader de boite, de lien ou de cage, c’est pas celui la qui va m’arrêter.

Je ne sais pas ce que fait Roman mais ça a l’air musclé pendant que, de la pointe du stylet, a l’aveugle vu le sens, je commence à jouer avec la serrure. Ma nervosité ne me permet pas d’être aussi rapide que je ne veux et, avant que j’ai réussi a ouvrir la porte, il y a un autre bruit, plus sinistre, qui signe la fin des hurlements. Je me retourne vivement pour voir un des crasseux s’affaler au sol avec sa tête dans un angle non euclidien. Je lâche mon œuvre retestant les yeux rivés sur le corps, sous le choc de trop de chose quand la voix de Roman me ramène sur terre. Est-ce que ca va ? Non mais non ca va pas !! J’ai froid, j’ai peur, je suis perdue, c’est évident que c’est loin d’être fini et je ne sais toujours pas vraiment pourquoi tu m’aides. Néanmoins, j’opine du chef pour lui signifier que ca va. J’imagine que ca pourrait être pire. Je lui souffle juste, avec sincérité, un :

« Merci »

J’hoche a nouveau vigoureusement de la tête quand il me dit que d’autres vont venir pour lui marquer que je suis on ne sait plus d’accord. Je me re-penche alors sur la serrure lorsqu’il me propose une arme.

« Garde le… j’ai ce qui me faut et… sésame ouvre-toi… après toi... je t'en prie.»

Je me recule avec mon stylet a la main alors que la porte de la cage s’ouvre. Malgré mon stress et mon etat, j’arrive a avoir un petit sourire un peu gamin de cette fragile petite victoire, surtout que nous risquons d’avoir du monde sur le dos rapidement, que je ne mesure pas encore ce qu’il y a en dehors de ma cage et que pas mal de prisonniers espèrent que nous ne partions pas sans eux.



Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
Roman Brody
Roman Brody
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 127
Sujet: Re: de Titanic a Love Boat, il y a qu'un gros glacon   Ven 14 Mai 2021 - 21:10


Je ne sais pas ce que mon chaton blessé fait pendant que je m’occupe des deux crasseux qui ont voulus s’en prendre à tord à elle. Leurs cris à très certainement déjà alarmé tous les autres, des bruits clairs font que je sais que désormais ça sera une course contre la montre pour tenter de sortir d’ici, si on arrive à sortir d’abord de cette cage.

Quand je me retourne vers elle et lui propose une arme je la voix trifouiller sur le cadenas qui maintient notre prison fermée. Elle me remercie, je ne vois pas pourquoi, mais j’accepte. Elle n’a rien et pour moi c’est tout ce qui compte à mes yeux. Elle refuse également le petit couteau que je lui tend. Finalement, elle a des ressources mon petit chaton. Lorsqu’elle arrive à ouvrir la cage j’ai un petit sourire en coins qui se dessine sur mes lèvres « On dirait que tu sais te servir de tes griffes chaton »

Je n’attend pas plus et sort en jetant des regardes un peu partout afin de vérifier si la voie est libre et si au départ nous pouvons avancer facilement, très vite deux types nous tombent dessus. Si j’arrive assez aisément à mettre le premier à terre, en lui calant un coup de poing bien placé dans le nez, le second est plus rapide et je sens alors comme un choc électrique au niveau de mon avant bras. En me protégeant la lame de son couteau vient s’y planter. Je retiens un cris de douleur mais je ne peux pas me retenir et je tombe sur les genoux en grognant comme un fauve blessé.

Si j’arrive à me défaire de sa prise et à lui donner un coup dans les tibias pour qu’il tombe lui aussi au sol, je reste bêtement a terre à me tenir l’avant bras. Je profite alors pour fouiller le premier homme à terre et trouver une arme. Ce n’est pas la mienne mais ça fera amplement l’affaire pour la suite. D’ailleurs, avant de partir je veux absolument la récupérer. C’était celle de Clark, je ne peux pas partir sans. Je charge l’arme et met aussitôt en joue celui qui cris au sol. Je jette un rapide coup d’œil à Alex, j’ai peur sur le moment qu’elle ait été blessée. Je ne me le pardonnerais pas. Je la veux en vie. J’ai besoin qu’elle soit avec moi. J’ai besoin de pouvoir continuer à apprendre à la connaitre. Je me surprend alors à crier « Alex ?? Tu vas bien ?? » Je suis presque prit de panique, moi qui suis d’ordinaire si calme et réfléchit. C’est officiel, elle est ma nouvelle raison de m’inquiéter, de me battre et de protéger et ce n’est pas forcément une très bonne nouvelle pour elle.





The smarter you get
The less you speak

Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3683
Sujet: Re: de Titanic a Love Boat, il y a qu'un gros glacon   Dim 16 Mai 2021 - 10:27
Celle qui joue bien a cache cache


Je n’arrive pas a traduire ni comprendre son sourire. En fait, ses regards, son attitude, sa façon de dire qu’il est là pour moi me mets mal à l’aise et je n’arrive pas a comprendre ce qui se cache sous ses mots. Est-ce vraiment le fou qui l’a envoyé me surveiller et veiller a ce que mon bébé ne court aucun danger ? J’ai un peu de mal à l’imaginer embaucher une personne pour faire ce qu’il fait si bien : me suivre et me tomber dessus. Est-ce que Roman ne devrait pas me protéger de lui aussi dans cette logique ? Ca n’a aucun sens et je n’ai pas assez de temps comme je ne suis pas en état de me pencher plus sur le sujet pour le moment.

Je ne relève pas quand il m’appelle chaton, mais je ne suis pas sûre de trouver la comparaison flatteuse. En fait, qu’il me voit comme une petite chose fragile sachant a peine se défendre me mets dans une position d’infériorité et renforcera surement l’idée que je suis a sa merci s’il veut tenter quelques choses. Avec un peu d’humour, entre deux claquements de dents, j’essaye quand même de balayer ce sobriquet :

« Dis moi, tu appelles toutes les femmes croisées dans des cages de cannibales "chatons", ou j’ai un traitement de faveur ? »


Je le vois sortir sans attendre. Ces hommes et leur besoin de foncer sans réfléchir. Certes, il n’a pas tort, avec le boucan, on ne va pas être tranquilles longtemps, si tant est que nous puissions dire tranquille dans cette situation, mais je suis incapable de lutter contre mes travers. Après une courte hésitation, je ne le suis pas et je retourne aux cadavres des types qu’il a laissés et les fouilles alors que les autres prisonniers continuent de supplier et de s’agiter. Je finis par trouver ce que je cherche : un trousseau de clé, en plus d’une arme a feu. Je donne, avec précipitation, l’objet culte de passe partout, a des mains tendues derrière leurs barreaux, avant de courir vers l’extérieur. J’ai entendu un bruit de lutte, des cris et je redoute le pire pour Roman.

L’arme a la main j’arrive et j’ai un temps d’arrêt. Il fait noir, une de ces nuits couvertes ou les faibles rayons de lune sont trop voilés pour nous apporter le réconfort d’un peu de lumières. La péniche est immense et quelques torches ont été allumées, assez pour voir que nous voguons… depuis combien de temps ? Sommes-nous loin de la rive ou de Seattle ? Je ne perçois que les eaux noires qui nous entoure. Faute de plus de lumières, ou de civilisation sur la terre ferme, impossible de savoir ou nous nous trouvons. Sauter a l’eau a l’aveuglette serait du suicide… nous sommes pièges.

Je n’ai pas le temps de m’attarder plus a brosser ce paysage, car, très vite, je repère Roman qui est a genoux et vient de mettre un homme au sol avant de le fouiller. Instinctivement, alors que d’autres prisonniers commencent a sortir de la tente sans aucune discrétion, je vais vers lui et croise son regard tandis qu’il s’inquiète de savoir si je vais bien. Non, je ne vais pas bien, je suis enceinte, épuisée, frigorifiée, terrifiée et en plus je suis en train de m’inquiéter pour un illustre inconnu qui m’a l’air un peu fou. Je me contente d’hocher positivement la tête avant d’attraper, en douceur et avec précaution, attendant presque qu’il accepte le contact, son bras pour voir la blessure. Ce n’est pas méchant mais ca doit être douloureux.

« Je crois que je vais mieux que toi.. il va te falloir un pans… »


Je m’arrête net en percevant des mouvements dans une autre tente et attrape la main de Roman pour l’attirer avec moi a couvert un peu brutalement. La cachette est sommaire, il va falloir trouver mieux mais, au moins, avec l’obscurité, on a une chance. Je me contente de lui souffler :

« Je crois qu’ils arrivent… »

Je ne vois pas ce qui se passe mais j’entends que pas qui passent devant nous et je suis soulagée qu’ils ne se soient pas arrêtés. Je laisse échapper un léger soupir puis, ma main toujours dans celle de Roman, je me crispe quand j’entends des cris d’alerte comme quoi des prisonniers s’échappe et que des combats commencent. Pour ma part je déchire le bas de mon débardeur et le noue rapidement sur la blessure de l’homme avec moi avant de lui chuchoter :

« Il faut qu’on profite de cette pagaille pour trouver une cachette plus sur ou un moyen de quitter ce navire sans risque de se noyer si on est a des miles du bords. »


Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
Roman Brody
Roman Brody
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 127
Sujet: Re: de Titanic a Love Boat, il y a qu'un gros glacon   Dim 16 Mai 2021 - 16:00


Je la vois finalement arriver près de moi après plusieurs minutes. Je me demande bien ce qu’elle a put faire tout ce temps, mais en réalité, elle est en vie et ne semble pas blessée outre mesure que mentalement. Je reprends alors mes esprits, je dois absolument rester concentré si je ne veux pas refaire la même erreur qu’à l’instant.

Elle ne répond pas tout de suite à ma question, s’intéressant bizarrement plus à ce qu’il a bien pu m’arriver. Pourquoi est-ce que dans un sens ça ne m’étonne pas. Elle ne me connait pas mais elle prend le temps de délicatement observer ma blessure. Si moi je le fais pour elle, c’est pour une raison. Certes, elle ne la connait pas et je pense qu’elle doit me prendre pour un fou, mais j’ai une réelle raison de le faire. Elle, en réalité, elle n’en a aucunes. Alors pourquoi ? Pourquoi doit-elle autant lui ressembler. Le karma a-t-il décidé de me rendre enfin la monnaie de ma pièce ? De me faire souffrir en ne pouvant que la regarder. La protéger et l’aimer, sans aucunes possibilités de recevoir pareilles attentions en retour ?

Je n’ai pas le temps de réfléchir plus à ça qu’elle me prend par la main pour que l’on puisse se cacher dans un coin, ne pas se faire bêtement repérer. Elle est sur le qui-vive, analyse vite et prend de rapides décisions. Pourquoi avait-il alors fallu qu’elle saute bêtement ? Sa main toujours dans la mienne, je la sens la serrer lorsque les renforts sont alertés de notre fuite. J’entends des personnes qui se battent entre elles, des coups de feu qui partent, des cris qui s’échappent des victimes. Sa main quitte la mienne et c’est presque avec un pincement au cœur que je la laisse faire. Ce n’est ni le temps, ni le moment. Je la laisse faire, toujours dans le silence un bandage de fortune qu’elle applique sur mon avant-bras. J’ai l’impression d’être dans un autre univers. Tout ceci me semble si irréaliste.

Je reprends finalement mes esprits et analyse ce qu’elle me dit. Je jette un rapide coup d’œil par-delà notre cachette de fortune, mais je ne vois pas grand-chose, la nuit est bien trop sombre. Ce sera notre atout. Je plonge mon regard dans le sien et lui chuchote « Merci pour le bandage, tu as une arme avec toi j’ai vu ? Tu sais t’en servir ? » Et je n’attends pas réellement sa réponse. Je charge mon arme et continue de lui murmurer « La pagaille, c’est bien oui et non. On peut se permettre de se faufiler, mais on risque aussi de prendre des balles perdues. On n’y voit rien dans cette nuit, ce qui veut dire que les autres non plus » Je prends encore un instant pour tenter de réfléchir. Les battements de mon cœur commencent à accélérer, c’est notre seule chance de pouvoir sortir d’ici vivants. Je dois trouver un plan infaillible, mais pour le moment je n’ai pas grand-chose qui me vient à l’esprit « On se faufile, tant qu’on y arrive. Dès qu’on trouve une cachette, on ne bouge plus jusque demain matin. Dans ce noir c’est trop risqué de tenter quoi que ce soit » Je lui reprends la main, la glissant dans la mienne « Je te lâche pas, tu me lâches pas, et tu hésites pas à tirer. Là c’est ta vie qui en dépend tu comprends ? Pas le temps de te demander si c’est un innocent ou pas. C’est toi, ou eux » Et comme pour lui donner une ultime raison de m’écouter « Si on sort d’ici vivants, je t’explique pourquoi tu es mon chaton, et pourquoi il n’y a que toi que je compte appeler comme ça »

Je regarde à nouveau rapidement depuis notre cachette et je vois deux containers qui sont sur le coté formant un couloir qui pourra nous permette de passer vers l’avant, ou l’arrière du bateau sans se faire repérer. Ni une ni deux, je commence à courir, tenant toujours aussi fermement la main d’Alex. Pourvu qu’elle me suive et qu’elle n’hésite pas.







The smarter you get
The less you speak

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: de Titanic a Love Boat, il y a qu'un gros glacon   
Revenir en haut Aller en bas  
- de Titanic a Love Boat, il y a qu'un gros glacon -
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: