The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le deal à ne pas rater :
OCEANIC Ventilateur sur pied – Hauteur réglable – Oscillation ...
21.99 €
Voir le deal

Les livres des écoles tueront les cathédrales.
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Arthur Parrish
Arthur Parrish
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 74
Sujet: Re: Les livres des écoles tueront les cathédrales.   Lun 31 Mai 2021 - 0:51
Un petit rire gêné lui échappe. Il n’a que peu de souvenirs de Daisy à cet âge, car c’est plus tard qu’elle est vraiment devenue proche de sa famille – quand elle a été suffisamment mature pour qu’on lui confie sans trop d’inquiétude la garde des enfants. Mais l’idée, parfaitement dérangeante, d’une pré-adolescente en quête de l’âme-sœur, le révulse plus qu’il ne saurait le dire. Regrettant d’avoir amené la conversation sur ce terrain, Arthur s’en échappe d’un sourire crispé, et d’un haussement d’épaules. Après tout, ce n’est pas à lui de trouver un époux à la jeune fille, qu’il trouve encore trop jeune quoi qu’il en soit. Mais il sait que beaucoup ne sont pas du même avis, et il a déjà surpris nombre de regards promenés sur sa silhouette filiforme. Assurément, la jolie fleur n’aurait qu’à se baisser pour trouver un mari ; si elle ne visait pas si haut.

Heureusement pour lui, la conversation dévie finalement sur l’annonce d’une grossesse, qui semble réjouir la jeune fille autant que son frère. Je n’en doute pas, répond-t-il avec un sourire. Pour beaucoup de jeunes couples, c’est souvent le cas. Avec le premier enfant s’éloigne le spectre de la stérilité, et du même coup, la menace des inspections et des conseils dispensés d’un ton docte. Malgré leurs trois enfants, après la mort d’Anna, Judith et Arthur s’étaient vus pressés de poursuivre leurs efforts, de ne pas perdre la foi, de croire en Sa miséricorde. Assurément, puisqu’ils étaient de bons chrétiens, et de bons parents, le Seigneur bénirait à nouveau leur union. Ce qui n’avait, en effet, pas tardé, amenant par la même occasion un peu de réconfort à Judith qui, plus que jamais, se réfugiait dans la religion.

Mais bien sûr ! Quel idiot je fais. Se frappant le front, Arthur secoue la tête. Je n’y pensais pas. Évidemment, ta belle-sœur a la priorité. Il est trop bien placé pour savoir qu’une première grossesse peut être une source d’angoisse infinie, surtout lorsque la moindre fausse-couche peut faire naître les regards suspicieux, tant de la part de l’époux que du médecin ou du curé. La rassurant d’un sourire, il fourre les mains dans les poches de son jeans. Ne t’en fais pas, je suis sûr qu’on se débrouillera.

Mais lorsqu’elle lui propose de chercher l’aide d’autres jeunes filles, il prend un instant de réflexion. Toute aide, même celle d’inconnues, est bonne à prendre… Ce serait très gentil de ta part, Daisy. Et je pense qu’aucune d’elles ne cracherait sur l’expérience que cela lui apporterait… Après tout, cette nouvelle société a eu un effet pervers que personne n’avait peut-être anticipé : en privant les femmes de la possibilité de travailler, elle a créé une sorte de compétition inconsciente entre les célibataires, qui en sont presque à se constituer un C.V. pour attester de leurs qualifications d’épouse et de mère. Si tu veux bien, demande aux intéressées de nous rendre visite chez nous, après dix-huit heures. A défaut de téléphone ou de visio-conférence, un entretien physique fera l’affaire.



    no saint, no savior / your revelations don't look nothing like the pictures, you read between the lines and don't stick to the scriptures. you only follow rules if others follow with you.
Revenir en haut Aller en bas  
Daisy L. Trevi-Donaldson
Daisy L. Trevi-Donaldson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 53
Sujet: Re: Les livres des écoles tueront les cathédrales.   Mer 2 Juin 2021 - 22:07
Daisy n’avait que deux bras et deux mains. Malgré toute sa bonne volonté, elle ne pouvait pas sacrifier tout son temps pour Judith. La jeune fille n’avait d’ailleurs que dix-neuf ans, et des projets estampillés New Eden, pleins les yeux. Daisy voulait rendre service, elle savait qu’il était, en plus de cela, préférable pour elle de s’occuper pendant le mois de mai, et qu’il ne serait pas vu d’un bon oeil si elle passait ses congés à flâner. Sans l’ombre d’un doute qu’une petite partie d’elle, la partie un peu plus adolescente, voudrait profiter de quelques jours de repos, bien mérités. Après tout, elle travaillait presque tous les jours de la semaine, en plus de ses tâches et de ses responsabilités. Alors peut-être que profiter du beau temps pouvait avoir un attrait quelque peu égoïste. Elle ne dirait pas non à une petite grasse matinée, mais ce n’était pas le lot des jeunes filles de New Eden, surtout quand on était comme Daisy et que l’on cherchait à se marier, et à bien se marier. La pression sur les épaules était grande et elle était une des responsable du poids, il fallait bien l’admettre.

Le regard de Daisy se posa sur l’un des pupitre, où elle avait passé elle-même du temps. Deuxième rang, à gauche, à deux rangs des fenêtres. Son père lui avait toujours conseillé de ne pas se placer sous les fenêtres. Les hivers il y fait froid, et les fenêtres sont une ouverture distrayante vers l’extérieur, et Daisy ne devait pas se déconcentrer de ses études. Son frère avait suivi un cursus tout autre, et s’y était épanouie. La famille Trevi-Donaldson, malgré la tragédie de la perte du patriarche, ressemblait beaucoup à l’idée de famille parfaite version New Eden. « Peut-être qu’il y a une ou deux jeunes filles dans tes classes qui souhaiteraient aider ? Je suis certaine qu’il y a quelques demoiselles qui voudrait aider leur professeur et son épouse. » reprit-elle en réfléchissant. Après tout, c’était à l’âge de l’école qu’elle avait réellement commencé à rendre service aussi bien à Judith qu’à d’autres épouses.

Quand on y réfléchissait, Arthur était déjà à la tête d’une sacré tribu. Et bien entendu, le nombre d’enfant qu’il avait avec Judith était plus qu’encouragé. Daisy n’avait jamais réellement pensé au nombre d’enfants qu’elle aurait, aurait-elle seulement le choix du nombre ? Quatre lui semblait déjà un sacré nombre, il fallait les élever, les aimer, les éduquer, mais surtout il fallait suivre les règles de bonne conduite et le simple fait d’imaginer quatre garçons en bas âge lui donnait des suées. Elle eut un sourire rapide à cette pensée. « Tout à fait. » commenta t-elle à propos de l’expérience. « Il est certainement plus facile d’aborder son avenir quand on y est confrontée directement. » fit-elle en hochant la tête, avant de tourner la tête vers Arthur pour lui offrir un sourire. Oui, parce que le seul avenir que les filles de New Eden, c’était de devenir épouse, puis mère. Et si certaines n’y trouveraient pas la paix, et n’y voyaient qu’une réduction, Daisy ne pouvait que les plaindre. La vie au sein de la communauté ne serait que plus dure. Ce n’était pas du fatalisme, attention. Daisy voulait le mieux mais surtout, elle ne voyait pas bien pourquoi elle ne pourrait pas n’avoir d’ambition que celui d’un statut et celui d’une famille. C’était son éducation qui parlait ? Oui, comme celle de ses détracteurs. Et s’ils ne présentaient à haute voix, ils étaient tout même un petit nombre.

« Professeur, cela te plaît ? C’est une sacré responsabilité..  » La question sortait de nulle-part, et en même temps ils se trouvaient tous les deux dans une salles de classe. Le lieu faisait remonter des souvenirs qui n’étaient pas si lointains que cela.


- - you're such a bitch sometimes. Well.. i mean yeah. more like all the time.
Revenir en haut Aller en bas  
Arthur Parrish
Arthur Parrish
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 74
Sujet: Re: Les livres des écoles tueront les cathédrales.   Hier à 22:30
A la voir déambuler ainsi dans la salle de classe, vêtue de son trench et perchée sur ses talons, Arthur peine à croire que Daisy a vraiment quitté les bancs de l’école. Il a l’impression qu’hier encore, cette jolie tête bien faite et bien remplie venait le voir en lui présentant son essai de littérature, attendant la bouche en cœur de se voir attribuer, une nouvelle fois, la meilleure note. Le jeune homme n’avait pas su échapper à ce travers de professeur : il était naturellement plus enclin à la bienveillance envers les élèves les plus attentifs, les plus doués. Pour autant, il ne délaissait pas les éléments perturbateurs, les étudiants en difficulté. Il avait été à leur place, gamin puis adolescent dissipé, aux notes passables. C’était au community college qu’Arthur s’était révélé, réveillé ; lorsqu’il avait enfin eu un objectif clair, une lignée d’arrivée. Avant cela, l’école lui paraissait pénible, inutile. Il préférait cent fois se balader, jouer, faire le clown et charmer les filles. Pas sûr qu’ici, il aurait bénéficié de la même liberté.

Songeur, il baisse un instant le nez et observe une latte du plancher. C’est possible, en effet. Je ferais peut-être mieux de mettre une petite annonce sur le tableau d’affichage de l’école, après tout… Réfléchissant à cette question, il commence déjà à envisager cette possibilité. Il sait qu’il n’évitera ni les pimbêches désireuses de se faire bien voir de leur professeur, ni les accusations de favoritisme. Mais pour l’instant, seul le bien-être de Judith lui importe. Arthur réglera plus tard les éventuelles récriminations qui ne manqueront pas d’accompagner le choix d’une baby-sitter. Hochant la tête mécaniquement aux propos de Daisy, il reste absorbé par ses réflexions. La journée a été longue et la nuit précédente, particulièrement courte. Il n’a désormais qu’une hâte ; rentrer chez lui et dormir.

La question de Daisy le tire néanmoins de ses réflexions, et il relève la tête, un peu surpris. Pardon ? Ah, oui… Un instant, il frotte ses yeux du bout des doigts, essayant de rassembler un peu ses esprits. C’est du boulot, en tout cas. Beaucoup de préparation pour chaque cours, et bien sûr, de la correction… Il soupire, se rappelant au passage l’examen qu’il a programmé pour ses élèves la semaine suivante, et qui va encore entamer ses heures de sommeil. Ce n’est pas vraiment le métier que je voulais faire, mais quand tout a commencé, j’étais l’un des rares à pouvoir enseigner l’anglais aux plus jeunes. Avec le temps, de vrais professeurs sont arrivés, mais on m’a laissé mon poste, parce que j’avais fait mes preuves. Il hausse les épaules, évasif. Il n’était particulièrement heureux ni profondément malheureux de cette décision, qui lui permettait surtout d’assurer un revenu pour sa famille. S’il le fallait, Arthur referait ce choix sans hésiter, ne serait-ce que pour avoir l’opportunité de flâner dans la section romans de la bibliothèque sans attirer l’attention. Ses vieux rêves lui manquent cruellement dans ces moments-là, alors qu’il promène un doigt gourmand sur les titres étalés devant lui. Je voulais être éditeur, dit-il en anticipant peut-être la question de Daisy, mais sans s’étendre plus. Penser à ce qui ne pourra plus être est déjà assez difficile comme cela.



    no saint, no savior / your revelations don't look nothing like the pictures, you read between the lines and don't stick to the scriptures. you only follow rules if others follow with you.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Les livres des écoles tueront les cathédrales.   
Revenir en haut Aller en bas  
- Les livres des écoles tueront les cathédrales. -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: 
L'état de Washington
 :: QG de New Eden
-
Sauter vers: