The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-29%
Le deal à ne pas rater :
Les Apple Airpods 2 avec boîtier de recharge en soldes sur Cdiscount
127 € 179 €
Voir le deal

Les livres des écoles tueront les cathédrales.
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Daisy L. Trevi-Donaldson
Daisy L. Trevi-Donaldson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 89
Sujet: Les livres des écoles tueront les cathédrales.   Mar 20 Avr 2021 - 22:10
Bonsoir New Eden, il est seize heure, n’hésitez pas à vous couvrir d’une petite laine.

Elle regarda l’heure sur sa montre. La journée n’était pas encore tout à fait terminée.

Il n’était pas rare pour les jeunes filles de l’école de New Eden de se prêter au jeu pratique de la garde d’enfants. Daisy n’avait pas échappé à la règle. ce qui d’ailleurs lui avait valu plusieurs encouragements et félicitations. Depuis que la communauté s’était installée, avait évolué, elle avait aidé Judith, et ses trois enfants, le quatrième était en route. Chacun pouvait penser ce qu’il souhaitait, c’était un sacré exploit, Daisy se disait qu’elle devait faire les choux gras des têtes dirigeantes, car après tout Judith entrait parfaitement dans le moule, elle semblait satisfaite de sa situation, ravie d’avoir une ribambelle d’enfants qui occupaient ses journées du lever jusqu’au coucher. Il était déjà arrivé à Daisy de rentrer chez elle à la nuit tombée et d’essuyer les remontrances de son frère. Elle pensait à ces années, car après tout, elle s’était engagée de temps à autre à passer voir Arthur, qu’elle avait eu en enseignant d’anglais, malgré le peu de différence d’âge qui les séparaient. Mais six ans … six ans d’une vie aussi courte que la sienne comptait pour des dizaines, et des dizaines d’années, surtout par les temps qui court. Peut-être lui ferait-il des remontrances à quel sujet ? Elle le découvrirait bien assez tôt.

Une fois qu’il fut seize heure, elle rangea son bureau et les dossiers, avant de prendre congés auprès de son patron, qui lui souhaita bonne soirée. Elle hocha la tête, puis enfila son manteau et restera sa taille avec la ceinture de son trench. Sur le chemin, elle se souvenait de ses premières années, les mains dans les poches, la ville avait bien changé depuis six ans. Il n’était pas difficile de l’imaginer, personne ne devait avoir oublié les premières heures, les premiers jours qui se sont étendues sur plusieurs mois. Tout le monde devait avoir son avis dans le coin, mais personne ne cherchait à trop faire part d’un avis divergeant, préférant la tranquillité et la paix des rues. Le prix a payer pour l’insurrection avait toujours été bien élevé, les troubles-fêtes ne l’étaient jamais bien longtemps.

Le chemin pour se rendre à l’école, elle le connaissait encore par coeur, même si elle ne partait pas du même point, elle pouvait s’y rendre à pied de n’importe où. Son père l’y emmenait souvent, avant qu’elle n’en quitte les bancs. Avec une éducation… qui pouvait paraître comme … déficiente et archaïque. Elle ne pourrait jamais faire médecin ou chirurgien, c’était une chose qui lui semblait plutôt lointaine. Elle aperçu enfin le bâtiment scolaire, d’où sortait quelques jeunes demoiselles retrouvant à la sortie de leurs classes leur mère qui les prenaient par la main afin de rentrer. Elle fut saluer par quelques femmes qu’elle croisait souvent sur le chemin de son travail, ou lorsqu’elle allait faire les courses. On lui souhaita de rapidement pouvoir revenir à l’école, mais cette fois-ci pour venir y chercher une petite tête bouclées. Elle eut un sourire poli, avant de s’engouffrer dans l’école. Ses pieds lui faisaient un peu mal à force d’avoir marché en talons. Toujours tirée à quatre épingles, Daisy ne manquait pas de faire preuve de coquetterie et d’élégance à toutes opportunités données.

Elle demanda où elle pouvait trouver « le professeur » Parish, alors qu’une de ses anciennes institutrices lui demandait comment elle se portait, et bien entendu quand est ce qu’elle comptait se marier, avant un sourire jusqu’aux oreilles. Ces derniers temps, c’était bien tout ce que tout le monde avait à la bouche la concernant, à 19 ans, elle devait se hâter car « le devoir n’attend pas ». Elle souriait toujours poliment, tentant de les rassurer, sans pour autant oublier qu’elle aussi avait des objectifs en tête. Se marier pour le principe de se marier, lui semblait bien … petit comme projet. Si elle ne pouvait pas avoir de carrière, alors elle s’estimait en droit de briguer la place la plus haute possible pour une jeune femme bien accomplie de New Eden.

La porte était entrouverte, et elle toqua sur celle-qui pour signaler sa présence.

« J’espère que je ne dérange pas, le professeur Parish.. » déclara t-elle en souriant. « Bonjour Arthur. »


- - you're such a bitch sometimes. Well.. i mean yeah. more like all the time.
Revenir en haut Aller en bas  
Arthur Parrish
Arthur Parrish
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 97
Sujet: Re: Les livres des écoles tueront les cathédrales.   Jeu 29 Avr 2021 - 16:11
Rassemblant ses affaires avec lenteur, Arthur s’arrête un instant sur la couverture du livre qu’ils sont en train d’étudier. Un énième roman d’anticipation dystopique, publié avant la deuxième guerre et au contenu glaçant. Un roman devenu réalité, par bien des aspects. Heureusement pour lui, les thèmes abordés sont assez innocents pour ne pas avoir subi la censure du gouvernement, et qu’il puisse encore le faire lire à ses élèves. Mais pour combien de temps ? Chaque jour, ou presque, les mesures se durcissent, et les punitions avec elles. Avec lassitude, le brun glisse l’ouvrage dans sa sacoche. Aujourd’hui, il retarde délibérément le moment de rentrer chez lui. De retrouver son épouse et leurs enfants. De se couler dans un moule qu’il n’a pas choisi, et qui le débecte peu à peu.

Alors qu’il commence à envisager la possibilité de rester corriger ses copies ici, plutôt qu’à la maison, la porte de sa classe s’ouvre. Surpris, Arthur n’a pas le temps de s’enquérir de l’identité de l’intrus, qu’il reconnaît déjà Daisy. La jeune fille a beau avoir quitté l’école, il continue de la fréquenter régulièrement, dans un cadre plus privé. La voir lui arrache un sourire et il abandonne sa sacoche sur son bureau pour venir l’enlacer. Professeur Parrish, ça me fait paraître si vieux, dit-il en riant doucement. Ils n’ont que quelques années d’écart, mais c’est comme si un monde les séparaient. Lui, avec ses trois enfants, son poste d’enseignant, malgré un air d’éternel adolescent. Et elle… Si jeune, et déjà si adulte.

Avisant les talons qu’elle porte, il hausse un sourcil. Ah oui d’accord, je comprends mieux… Une pointe d’humour traîne dans sa voix, alors qu’il relève les yeux pour estimer la taille de Daisy. Au passage, il note le trench et le maquillage impeccable. La plupart des jeunes filles qui quittent l’école mettent un certain temps avant de devenir pleinement ce qu’on attend d’elles. Plus matures, plus affirmées ; féminines, mais sans provocation. De futures mères, capables d’attirer l’attention d’un homme et de garder sous contrôle une marmaille de plus en plus nombreuses avec les années. Nombre d’entre elles conservent longtemps des allures de petites filles, mais pas Daisy. Daisy s’est épanouie sitôt les portes de l’école franchies. Et la transformation est radicale. Un peu trop, peut-être.

S’écartant d’un pas, Arthur esquisse un sourire. Alors, la vie d’adulte ? Tu t’y fais ? Manière détournée de lui demander si la pression qui pèse sur chaque jeune fille ne la fait pas ployer trop rapidement. Encore que, connaissant son caractère… Néanmoins, le professeur ne se résout pas à voir grandir la jeune fille aussi vite. Il a l’impression qu’hier encore, elle venait garder Paul pour la première fois, adolescente encore dégingandée et maladroite. Cette dernière a laissé la place à une femme assurée et conquérante. Et si Arthur s’en rend compte, alors tout le monde le peut…



    no saint, no savior / your revelations don't look nothing like the pictures, you read between the lines and don't stick to the scriptures. you only follow rules if others follow with you.
Revenir en haut Aller en bas  
Daisy L. Trevi-Donaldson
Daisy L. Trevi-Donaldson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 89
Sujet: Re: Les livres des écoles tueront les cathédrales.   Jeu 29 Avr 2021 - 21:57
Les filles de New Eden étaient mises dans une catégorie bien particulière quand on y réfléchissait bien. Elles étaient sexualisées  la seconde même où elles étaient mises sur les bancs de l’école de Walla-Walla, après tout, être mère, sous-entends un passage par l’acte, un acte auquel on les prépare en devenant le plus docile possible, agréable, souriante et charmante. C’était bien là toute la perversité de la chose.

Daisy, quand à elle, s’était faîte à l’idée sans la trouver perverse. Peut-être un peu, mais elle ne regardait pas son éducation par son éducation par ses yeux d’«adultes », elle trouvait l’exercice un peu facile. Pour elle, les choses n’avaient pas vraiment changé entre le nouveau et le l’ancien monde. Elle n’avait toujours été entourée que de filles, sa mère était une mère au foyer dévouée, qui avait été toujours très jolie à regarder par sa carrière de mannequin qu’elle avait abandonné à l’arrivée de son frère. D’une certaine manière, chacun est un peu condamné à la reproduction sociale. Et dans le cas de Daisy, elle en prenait réellement le chemin avec une volonté qui ne déplaisait pas à New Eden. Peut-être dérangeait-elle certain, mais le regard des autres sur sa vie, sur ses choix, même influencés, n’était qu’un jugement influencé par des valeurs différentes des siennes.

Elle se mit à rire quand il fit le sous-entendu de sa taille, après qu’il eut enlacée. « Je devrais faire attention, on m’a déjà dit de ne pas faire de zèle en matière de talons vue ma taille. » déclara t-elle en ce souvenant d’une des instructrices qui lui avait expliqué qu’il n’était pas bon d’être plus grande que son époux. Malheureusement, Daisy n’avait pas choisi sa taille, et n’en avait d’ailleurs jamais fait de complexe. Qu’y pouvait-elle vraiment, si un homme estimait sa masculinité attaquée sous prétexte de la taille de son épouse ? Si on lui demande d’être agréable, apprêtée et ultra-féminine ce n’était pas pour terminer avec un homme à l’égo fragile. Mais pour s’éviter les foudres, bien entendu qu’elle se limitait à un maximum de dix centimètres, et même là, elle atteignait le mètre quatre vingt trois. La jeune métisse déposa son sac distraitement sur un des pupitres, en desserrant légèrement son trench pour laisser apparaître une robe vert d’eau, qui appuyait avec gout le contraste avec sa peau.

« Bien plus que je ne pensais à vrai dire. Je n’ai pas de plaintes. Mon patron me traite avec beaucoup de respect et d’attention. » fit-elle attrapant ses mains derrière son dos. Après plus d’un an à travailler pour le docteur Minh-Oh, elle devait avouer que le travail, ne lui déplaisait pas. Mais bien sur, elle ne formulerait jamais ses pensées à haute voix. Après tout, il n’était pas dans les prérogatives d’une Épouse de travailler. À seulement dix-huit ans, elle avait été propulsée sur le marché du mariage, la mort de son père avait permis à son frère de gagner quelques mois, mais il arriverait bien le moment fatidique où elle devrait se faire passer la bague au doigt, et quitter son travail, si tout se passait comme elle le voulait.

« Comment se porte Judith ? » demanda t-elle distraite, en regardant la salle de classe qu’elle avait quittée il n’y a pas si longtemps que cela, et pourtant, cela lui semblait pourtant, comme une éternité. L’enfance n’avait pas été bien longue, ni même l’adolescence, même si beaucoup la considérerait comme telle.  « Comment te sens-tu avec l’arrivée du cinquième ? »


- - you're such a bitch sometimes. Well.. i mean yeah. more like all the time.
Revenir en haut Aller en bas  
Arthur Parrish
Arthur Parrish
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 97
Sujet: Re: Les livres des écoles tueront les cathédrales.   Mer 12 Mai 2021 - 21:57
Ça lui fait toujours drôle de voir ses anciens élèves quitter l’école et devenir des adultes à part entière, sans aucune transition. C’est l’un des effets pervers de cette nouvelle organisation de la société, en même temps que l’une de ses réussites. En très peu de temps, ils ont réussi à effacer le concept d’adolescence, à nier son existence même. Ils sont revenus soixante ans en arrière, lorsqu’on passait sans transition de l’enfance à l’âge adulte, d’une minorité sans aucun droit à la liberté la plus totale. Au fond, il ne peut s’empêcher de réfléchir à tout cela. De retourner, encore et encore, la moindre pièce du puzzle. Car le bien-fondé de cette nouvelle vie lui échappe, du moins partiellement.

Haussant un sourcil, il esquisse un sourire amusé. C’est des conneries, ça, dit-il avec une pointe de moquerie dans la voix. Facile à dire pour lui, évident, il a toujours été considéré comme grand. Une qualité quasiment indissociable de la gente masculine. Indispensable, même. Mais pour Daisy, il en va autrement. Les femmes se doivent d’être menues, délicates, avec un fort besoin d’être protégées. Du moins, c’est ce qu’on leur enseigne ici. Parmi les petites choses qui commencent peu à peu à lui faire grincer des dents, celle-ci se situe probablement dans son top 10. Grande ou petite, c’est pas pour ça que quelqu’un t’aimera. Douce utopie, dont se berce le romantique qui vit en lui, profondément enterré sous une certaine dose de cynisme.

Alors que Daisy pose son sac sur l’un des pupitres, Arthur s’appuie contre son bureau et croise les bras sur son torse. Il l’écoute attentivement lui parler de son travail et hoche la tête. Tu sais, il paraît qu’un pourcentage non négligeable de couples se forment sur le lieu de travail. Du moins, avant, ajoute-t-il avec une petite grimace. Désormais, il n’est pas sûr que cela soit encore le cas. Pas quand la moitié de la population est à peine autorisée à travailler. Mais dans le cas de Daisy, qui sait ?

Alors que la jeune fille se détourne pour observer la salle de classe, Arthur en profite pour la détailler. Un peu plus d’une année loin de l’école semble avoir fait des miracles sur elle, et elle a définitivement abandonné son allure de petite fille. En vérité c’est une femme à part entière, mature, sûre d’elle, plantée droite sur ses talons. Rien ne semble pouvoir la faire vaciller, et il n’est pas sûr de voir cela arriver un jour.

Sa question le sort de ses pensées et il s’ébroue discrètement. Qu’elle parle du cinquième lui rappelle douloureusement la perte d’Anna. Il ne s’est pas encore écoulé un an mais cela ne l’empêche pas de penser régulièrement à ce bébé qui n’a jamais vu le jour. Passant une main légèrement tremblante sur son visage, il laisse ses doigts accrocher sa mâchoire et jouer avec un instant, avant que sa main ne retombe. Elle angoisse beaucoup, même si elle ne dit rien… S’interrompant, il se mord les lèvres et fixe le sol d’un air perdu. Elle ne dort pas beaucoup la nuit. Je crois qu’elle fait des cauchemars où elle perd aussi celui-là. Cette seule idée lui noue la gorge. Arthur aime ses enfants, évidemment, et la perte de l’un d’entre eux, même avant sa naissance, l’affecte profondément. Mais il tient avant tout à Judith, à son bien-être, physique comme mental. Et il ne doute pas un instant qu’une seconde fausse-couche la briserait. Un peu hésitant, il relève la tête vers Daisy. Je pense que tu lui manques aussi un peu… Avoir de la compagnie, quelqu’un qu’elle connaît, à qui elle peut parler… Ils discutent, évidemment. Mais nombre de sujets restent tabous entre eux. Les "mystères féminins", ou une connerie du genre. Un jardin secret impénétrable pour les hommes, mais que Daisy saura peut-être infiltrer pour lui.



    no saint, no savior / your revelations don't look nothing like the pictures, you read between the lines and don't stick to the scriptures. you only follow rules if others follow with you.
Revenir en haut Aller en bas  
Daisy L. Trevi-Donaldson
Daisy L. Trevi-Donaldson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 89
Sujet: Re: Les livres des écoles tueront les cathédrales.   Ven 14 Mai 2021 - 12:02
Daisy leva son regard vers Arthur, alors qu’elle avait posé une demie-fesse sur l’un des pupitres. Des conneries ? Parfois, elle se disait qu’elle n’aurait jamais l’occasion d’utiliser ce genre de vocabulaire, être énervée, frustrée ? Ces émotions ne pourraient jamais être autre chose qu’internes et jamais exprimées à haute voix avec autant d’aplomb. Elle en sourit d’ailleurs, quand il lui dit que ce ne serait pas pour sa taille qu’on l’aimerait. Elle ne pouvait qu’approuver, même si elle était certaine qu’elle n’acquiesçait pas forcément pour les mêmes raisons. Il avait une liberté qu’elle n’aurait jamais, qu’elle ne cherchait pas vraiment d’ailleurs, il y avait quelque chose de rassurant dans les règles, quelque chose de stable qui ne bougeait pas, qui ne variait jamais et qui, dans le cas des règles qui la concernait, les choses n’étaient pas prêtes d’évoluer. Un tout petit, petit monde dans lequel elle devrait réussir à se faire une place, une place de choix de préférence.

«Des … «conneries » comme tu dis. » osa t-elle en riant doucement, avant de poser son regard sur le tableau. Il n’y a pas si longtemps, elle était assise sur ces même chaises, écoutant avec attention toute cette éducation qui faisait d’elle la parfaite petite épouse de maison, bien assise, jolie à regarder, avec pour seule ambition celle d’être la meilleure épouse et mère possible. Désormais, elle était entrée dans cette étrange compétition de la course aux époux avec les quelques jeunes filles qui avaient quitté le cursus scolaire au même moment qu’elle ou à quelques années près. Il était étrange de voir comme l’enfance avait été balayée par l’adulte en l’espace de quelques mois, alors qu’elles avaient toute encore quelques rondeurs d’enfance sur le visage. Encore que Daisy pouvait s’estimer plutôt chanceuse de ce côté là, elle ressemblait à sa mère, et sa mère avait toujours eu la ponette haute et les joues creuses. Elle regarda Arthur avec une air surpris quand il lui fit mention que beaucoup de couples se formaient sur le lieu de travail.

« Au travail … ? Je ne suis pas certaine que l’on me voit dans cette … optique. » fit-elle en réfléchissant à la question. Si beaucoup la voyait comme une jeune femme, elle était certaine que son patron la voyait comme une jeune fille, et si la nuance paraissait subtile, elle avait une certaine importance, pour certains. Son frère n’était pas des plus pressé avant de donner sa main à qui que ce soit et elle ne s’imaginait pas se contenter d’un jeune patient un peu trop zélé qui la regardait d’un oeil torve. Arthur devait se douter que la jeune Daisy n’avait pas loupé le concept d’Épouse et qu’elle avait mit ses yeux sur le prix.

Daisy n’avait pas voulu remuer quoique ce soit dans la plaie. Elle ne souvenait de Judith à l’époque de la perte de leur quatrième enfant, et ne lui souhaitait certainement pas de revivre l’expérience. Elle ne continuerait pas sur le sujet, elle sentait bien que le sujet était toujours sensible et à raison. Il n’y avait pas plus triste que la perte d’un enfant que l’on attendait ardemment. «  Je suis en congés jusqu’au retour du Dr Minh-Oh, j’ai tout le temps du monde pour rattraper mon absence auprès de Judith. Si je peux faire quoique ce soit pour la soulager, ou la rassurer, n’hésitez pas. » affirma t-elle, en reportant son regard sur Arthur. Judith avait toujours été une personne avec qui Daisy avait pu parler ouvertement, facilement même et avait aussi été à ses côtés lors de ses différentes grossesse quand il avait fallu la soutenir auprès de la garde d’enfants. Une exercice bien entendu encouragé par New Eden, l’exposition aux enfants ne pouvaient qu’encourager les jeunes filles du camp à procréer à leur tour.

« Mon frère et ma belle-soeur ont enfin reçu la bonne nouvelle de la grossesse. Je peux imaginer l’angoisse que cela peut engendrer. » reprit-elle en s’installant un peu plus confortablement. « Ces congés tombent à point nommé semble t-il.» Elle s’ennuyait un peu. Mais, elle devait avouer que cela lui permettait de s’occuper pleinement de ses proches, chose avec laquelle avait réussit à jongler mais qui forcément demander un peu plus d’engagement avec les grossesse qui semblaient l’entourer.


- - you're such a bitch sometimes. Well.. i mean yeah. more like all the time.
Revenir en haut Aller en bas  
Arthur Parrish
Arthur Parrish
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 97
Sujet: Re: Les livres des écoles tueront les cathédrales.   Jeu 20 Mai 2021 - 16:31
Haussant les épaules face à la perplexité de la jeune fille, il détaille son joli visage. Daisy ne semble pas avoir besoin de faire beaucoup d’efforts pour être belle – ou alors elle maîtrise très bien cette illusion. Trouver un époux désireux d’avoir à son bras une poupée délicate et silencieuse ne devrait pas poser de problèmes, surtout dans cette nouvelle société. Bien sûr, elle semble avoir fixé la barre très haut et ses critères sont loin d’être basiques. Peu d’hommes auront, en vérité, la chance de satisfaire à ses attentes, plutôt que le contraire. Car Daisy paraît, si on n’y regarde pas de trop près, capable de plaire à n’importe qui. Mais lui plaire, à elle… c’est une autre histoire.

Peut-être pas dans ton travail, ni… Il laisse sa phrase en suspens, balayant la suite d’un nouveau haussement d’épaules. Eventuellement, le médecin lui-même pourrait être ciblé par la jeune fille. Mais à son air, il devine que le pauvre homme est loin de remplir les conditions pour faire un époux convenable. Mais quand tout le monde travaillait ensemble, c’était assez courant de rencontrer son âme-sœur, dit-il en mimant des guillemets dans l’air. Combien de séries télévisées, de films, de romans, ont été basés sur ce postulat ? Un nombre incalculable, en vérité, tellement la situation était banale. Des œuvres aujourd’hui interdites car montrant, au fil du temps, des personnages féminins s’émancipant peu à peu au fil des évolutions de la société. Il ne faudrait surtout pas que cela vienne mettre des idées révolutionnaires dans les esprits de ces dames – du moins, plus qu’il n’y en a déjà.

L’évocation de Judith lui rappelle que son épouse a abandonné le travail après la naissance de Paul pour se consacrer à ses enfants. L’exemple même d’une mère dévouée et d’une épouse modèle. Aujourd’hui, la simple idée de laisser sa progéniture à une tierce personne pour aller travailler horrifierait la jeune femme et ils n’ont pas évoqué cette possibilité depuis la naissance de Leah. Après Andrew, la présence de trois enfants en bas-âge a de toute façon mis un terme aux espoirs d’Arthur, qui pensait encore voir Judith trouver une forme de liberté dans son emploi d’infirmière. Mais son éducation, couplée à la pression pas si inconsciente du camp a eu raison de cela. Son épouse ne s’est jamais plainte, bien au contraire. Elle est probablement plus heureuse comme cela, en vérité. Mais, comme le souligne Arthur à la jeune fille, la solitude lui pèse. Ses amies sont, comme elle, de jeunes mères occupées par une ribambelles d’enfants qui ne peuvent rendre visite aux autres sans emporter la moitié de leur maison avec elles.

Passant une main dans ses cheveux, Arthur hoche la tête. Félicitations, tu dois être heureuse d’être bientôt tante. Pour ne pas dire mère, évidemment. Il sait que ce passage obligé n’enchante pas toutes les femmes, malgré les masques de bonheur conjugal et maternel qu’elles affichent toutes en permanence. Que cela lui plaise ou non, Daisy n’y échappera pas et la société fait tout pour la mener sur ce chemin. Je ne voudrais pas amputer trop tes vacances, mais si tu es d’accord pour venir quelques heures par jour… Il lui lance un regard à la fois plein d’espoir et de supplication. Outre l’aide que pourra apporter Daisy avec les trois enfants, c’est surtout sa compagnie qui fera du bien à Judith. Il s’agirait surtout de s’occuper de Paul, Leah et Andrew pendant que Judith se repose en début d’après-midi, et rester avec elle ensuite. A l’entendre, on se demande qui Daisy aura vraiment la charge de baby-sitter. Mais avec l’avancement de la grossesse, l’inquiétude du jeune homme grandit de jour en jour, comme jamais auparavant.



    no saint, no savior / your revelations don't look nothing like the pictures, you read between the lines and don't stick to the scriptures. you only follow rules if others follow with you.
Revenir en haut Aller en bas  
Daisy L. Trevi-Donaldson
Daisy L. Trevi-Donaldson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 89
Sujet: Re: Les livres des écoles tueront les cathédrales.   Lun 24 Mai 2021 - 22:17
Daisy aurait certainement pu être mariée depuis plusieurs  mois, si ce n’est même quelques mois après son dix-huitième anniversaire. Seulement, le problème était qu'elle n'était pas vraiment du genre à accepter le premier venu. Le jeune fille, presque femme pour certain, encore enfant pour d’autre, n’avait pas voulu se satisfaire du minimum, du médiocre même. Elle estimait que si l’on attendait d’elle une féminité gracieuse, discrète, dévouée, alors elle pouvait aspirer à un mari qui pourrait répondre à ses attentes aussi. Daisy n’avait pas vraiment d’autre choix, et d’ailleurs bien peu d’autres opportunités. Il était certainement très facile de juger ses envies de confort, de stabilité et de sécurité, des choses qu’elle souhaitait au prix de bien d’autre. La métisse n’avait pas le compas moral dans l’oeil, et discernait le bien du mal avec assez de facilités, seulement, elle ne souhaitait pas se mettre le podium de la supériorité morale, tout ce qu’elle voulait c’était un statut, une vie tranquille où elle aurait le moins de chance de finir avec des cicatrices dans le dos, ou pire, la corde au cou.

« Je veux bien te croire sur parole. Je n’avais que treize ans.. pas vraiment un âge pour chercher l’âme soeur. » répondit-elle. Treize ans, Daisy avait été cueillie à l’âge parfait pour devenir une jeune fille bien rangée de New Eden. En plus de son âge, elle venait d’une famille riche, avec un antécédent de mère au foyer, qui avait sacrifié une carrière pour s’occuper de ses trois enfants. Parfaite candidate pour l’expérimentation de l’éducation des filles de cette nouvelle société qui avait décidé de retourner cinquante ans en arrière pour ses valeurs et six-cent pour ses châtiments.

Elle reporta son attention sur Arthur quand il présenta ses félicitations. Si elle était heureuse d’être tante ? Sans l’ombre d’un doute. Daisy avait toujours aimer les enfants et cela consolidait son envie d’en avoir plusieurs plus tard. Peut-être pas une ribambelle, mais assez pour être entourée. Un enfant était toujours une excellente nouvelle dans son monde, on ne pouvait que se réjouir, surtout lorsque l’on sait à quel point il était attendait attendu. « Mon frère est aux anges. Il attendait avec impatience la nouvelle. » Son frère n’avait pas manqué de patience, ou commencé à se retourner contre sa femme. Daisy savait parfaitement que tous les hommes de leur communauté n’était comme son frère, il aurait pu être de ceux qui blâment et qui accuse. Mais il n’en avait été rien, peut-être était-ce pour cette raison que la belle-soeur de Daisy avait fini par tomber enceinte.

Daisy regardait Arthur, qui le demandait si elle pouvait rester quelques heures. Daisy se mit à réfléchir, car elle ne pouvait non plus abandonner sa belle-soeur qui était au moment les plus fragiles de la grossesse, celui où une fausse-couche arrive encore, il était impératif qu’elle se ménage, tout en ayant une activité qui ne fatiguerait pas son corp. Daisy hocha la tête. « J’essayerais de passer le plus souvent possible. Mais je ne peux pas laisser ma belle-soeur non plus, je suis sûre que tu peux comprendre. » affirma t-elle. La loyauté de Daisy envers sa famille et ses proches ne pouvait être mise en doute, d’ailleurs, elle n’était loyale qu’envers eux, et puis il y avait sa loyauté à New Eden et les promesses qu’elle avait pu faire de rester attachée à leurs habitudes et leur mode de vie, pour que les expéditions extérieures puissent avoir un réel but, un réel sens.

Daisy voulait se rendre utile, mais forcément, une petite partie d’elle n’avait encore que dix-neuf ans, et si elle comprenait qu’Arthur se sentait peut-être impuissant face aux angoisses de son épouse, la jeune demoiselle n’était pas la solution à tous les maux. Elle hocha la tête. Ce ne serait qu’une solution temporelle, au moment où elle reprendrait le travail, elle ne pourrait plus prêter main forte à Judith. « Ce qui me chiffonne, c’est que je devrais bien reprendre le travail au retour du docteur. N’y a t-il aucune jeune fille qui pourrait prêter main forte à Judith ? Je peux me renseigner autour de moi si tu le désires. » L’entourage de Daisy n’incluait que des jeunes filles bien sous toutes les coutures ou qui savaient ne faire aucune vague et jouer le jeu de la future bonne épouse.


- - you're such a bitch sometimes. Well.. i mean yeah. more like all the time.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Les livres des écoles tueront les cathédrales.   
Revenir en haut Aller en bas  
- Les livres des écoles tueront les cathédrales. -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: