The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Tératologie
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Apple J. Autumn
Apple J. Autumn
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 306
Sujet: Tératologie   Ven 19 Mar 2021 - 13:03
- S’il vous plait…, supplia-t-elle une dernière fois.

Il n’y eut aucune réponse. La lame d’Apple, soigneusement aiguisée, brilla à la lueur des bougies et tranchant la gorge de l’adolescente qu’elle tenait fermement par les cheveux. Le flot de sang jaillit, se déversant abondamment dans la bassine posée devant la silhouette à genoux, pieds et poings liés. Le visage de la jeune fille se figea dans une expression horrifiée et la trentenaire, impassible, la maintint jusqu’à que les derniers soubresauts aient agité sont corps gracile. Elle la laissa ensuite retomber sur le côté, comme une poupée de chiffon, et passa à la suite.

Il y avait pire que la faim. La community manager l’avait découvert avec Charlie, mais surtout avec Connor : il y avait la peur de la faim. Chaque fois qu’on lui donnait à manger, elle était assaillie par cette terreur viscérale du retour du manque. La menace glacée de l’anémie, l’acide dans l’estomac, les malaises, la faiblesse généralisée… elle ne voulait plus ressentir ça. Alors même si elle avait encore des réserves, grâce à son rationnement strict, elle voulait plus. Toujours plus. Et lorsqu’Apple ne pouvait pas se procurer de la nourriture conventionnelle, elle se rabattait sur ses innommables démons…

La dépouille était nue et trépanée désormais. La trentenaire la hissa sur la table et, comme toujours, elle entreprit d’abord de la nettoyer. Elle n’avait pas de savon, elle se contentait donc d’un bac d’eau de pluie et d’un gant pour copieusement décrasser sa victime dont la plaie suintait encore doucement. Une fois fait, elle s’empara de sa feuille de boucher. Sans qu’aucune expression ne vienne perturber son masque laiteux, elle débita bras et jambes. Pour ces dernières, elle dut s’y pendre à deux fois : le fémur, au-dessus du genou, n’était pas évident à sectionner d’un coup.

Apple mit ces membres à part. Ce n’était pas les parties les plus intéressantes à manger mais en les faisant cuire dans l’eau bouillie, la peau se décollait facilement et elle pouvait les ronger jusqu’à l’os, si les muscles n’étaient pas trop durs. Les cuisses seront un bien meilleure partie : sa victime était jeune, elle était encore tendre – plus qu’un adulte en tout cas. Avant cela, elle allait extraire les organes. Changeant de lame, Apple incisa dans le ventre et fendit la chair jusqu’à la base du cou. Ses gestes ne tremblaient pas, ils n’hésitaient pas non plus. Tout n’était qu’une sombre et méthodique routine…

Tranquillement, la community manager vida sa proie. Les intestins furent mis de côté, le foie, et le pancréas placés dans un bocal rincé. Elle se débarrassa aussi de l’estomac – par ailleurs plein de restes de… rats ? – ainsi que des poumons, mais trouva le cœur particulièrement appétissant. Soufflant à la fin de son labeur, Apple s’essuya le front du bras, déposant alors sur son visage sépulcrale une trainée du sang qui la maculait des doigts aux coudes. Elle referma les bocaux qui contenaient les organes comestibles et remonta à l’étage pour les mettre « au frais », sur le bord d’une fenêtre du premier. Ensuite, elle redescendra pour débiter le reste de la viande…


Animadversion
Le sang colle autant de fois que tu y vas, délivre-toi de ce poids avec tes doigts ♫ Tu ne t'arrêteras pas ♪ Telle est cette loi, je la connais : c'est celle que tu bois et c'est celle qui te noie, pour la dernière fois ♫ Succube externe dévisse, éventre, desserre pots, paquets, couvercles ♫ Il ne choisit pas, il les aime tous, voilà, il a faim d'avoir faim l'outremangeur ♪
Titres:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 7766
Sujet: Re: Tératologie   Lun 29 Mar 2021 - 15:30
« En vrai on leur doit pas tant qu'ça, j'pense ! »
À ces gens à qui elles ont volé le matériel qu'elles trimballent et qu'elles se sont approprié depuis qu'elles déambulent. Depuis le naufrage, en fait. Le sujet de discussion ? Le montant que leurs prises peuvent atteindre. « La hache doit coûter quoi ? Cent dollars ? » Elle n'en a franchement aucune idée, Zelda. Le coût de la vie d'autrefois, elle n'a pas vraiment eu le temps d'y faire attention. La faute à une épidémie et à tous ces cadavres qui ont décidé, un jour, de faire chier les vivants. « Et de c'que j'en sais les godasses qu'on a volées à Coupeville étaient fabriquées par des p'tits chinois ! Donc ça vaut... genre... un demi-dollar ? Quelque chose du genre ? » Quelque chose du genre. Là encore, elle ne s'est jamais intéressée aux prix de production. Elle sait juste que les riches - donc elles - exploitaient les gens qui se trouvaient à droite et en bas de la mappemonde. Sauf l'Australie, eh ! Parce que faut pas déconner !

« Après... Qu'est-ce que le vol ? Peut-on considérer qu'emprunter des trucs aux morts en est ? » demande-t-elle à son amante, un petit sourire au coin des lèvres, optant pour une approche philosophique. Oui, ça lui arrive ! « Vous avez deux heures ! » À la louche, quoi ! Parce que ça fait bien longtemps que Zelda n'a plus de pile dans sa montre et que les horaires ne veulent plus dire grand chose. Et puis de toute façon, lien sacré de meilleure amie oblige, elle donnerait de toute façon la note maximale à l'américaine, Zelda. Par principe ! Et par amour !

Elles continuent à déambuler dans les rues vides de la petite banlieue puis finissent bien sûr par tomber sur un des milliards de rôdeurs qui continuent à pulluler dans les vestiges de l'humanité. « C'est toi qui a buté l'dernier, non ? » Elle a un doute maintenant... « C'est à mon tour ! » Et la voici donc qui se saisit de la hache et la dépose à ses pieds avant de cracher dans ses paumes. Un vieux truc de bûcheron, ça. Une sorte de tradition. .Du moins dans les films...

Elle récupère l'arme et attend patiemment que le déglingué la rejoigne. Elle a le loisir d'armer sa frappe puis d'éclater la lame dans le visage du macchabé. « Alors ? T'en dis quoi ? » Oui parce qu'il faut savoir que les deux adolescentes se donnent des notes, maintenant. C'est pas forcément utile mais c'est un petit jeu dont elles auraient tort de se passer. « J'ai un peu visé trop haut, j'trouve ! Mais ça vaut au moins un huit ! » assure-t-elle, espérant peut-être influencer le jugement de sa petite copine.

La menace écartée - avec classe ! - elles peuvent reprendre la route. Et c'est le bruit d'une fenêtre qui s'ouvre et se referme qui attire leur attention quelques instants plus tard. Zelda observe avec scepticisme les bocaux disposés sur le bord de cette dernière, penchant la tête sur le côté. « C'est d'la bouffe, non ? » chuchote-t-elle à son partenaire. Mais bon vu comme elles ont faim, tout ressemble à de la nourriture aux yeux de l'australienne...

« Là, tu vois, ce serait clairement du vol si on entrait là-dedans pour braquer la personne qui a préparé ça... » Elle échange un regard avec son aînée et se fend d'un petit sourire. « Cela dit c'est pas comme si on risquait d'voir la police débarquer... » Et franchement sa décision est déjà prise. Elle se rue vers la porte en longeant la paroi de la maison, tire son flingue et défonce la porte d'un coup de pied. Le premier coup est trop mou. Le suivant n'est pas plus efficace. « Elle doit être blindée ou j'sais pas ! » s'agace l'adolescente, cherchant à se justifier aux yeux de sa compagne.

Finalement elle fait comme tout le monde et utilise la poignée. C'est moins badass mais clairement plus efficace... « Salut ! » clame-t-elle en entrant, arme levée. L'autre personne doit toujours se trouver au premier étage et puis il ne sert plus à grand chose de jouer la carte de la discrétion. Et puis on ne va pas se mentir : c'est pas le point fort de Zelda !

« J'sais pas trop comment annoncer ça, en vrai ! Ni même si y'a une bonne façon d'le faire... » s'excuse-t-elle par avance en s'adressant toujours à l'inconnu qui se trouve sur place. « Mais en gros on va t'voler ta bouffe ! Et p't-être deux trois autres trucs, tant qu'à faire ! » Autant être honnête, non ? « Si tu descends calmement les mains en l'air, tu restes en vie ! Et si tu descends pas ben... C'est nous qui t'descendons ! » Voilà ! Les règles sont posées. Maintenant c'est au tour de Kassy d'entrer en jeu : « C'est l'moment d'faire ton truc, là ! » Cette chose pour laquelle l'américaine est si douée : la diplomatie !

Peut-être que ça aidera ?


War means fighting, fighting means killing

Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Kassandra Taylor
Kassandra Taylor
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1102
Sujet: Re: Tératologie   Sam 3 Avr 2021 - 21:08
« J’dis pas qu’on leur doit quelque chose... j’dis juste que moralement parlant, c’est pas vraiment ça ! »

C’est leur réflexion du moment... La fatigue, l’ennui et la faim les poussent souvent à songer à des choses qui n’ont au final aucune importance. Aujourd’hui, elles jugent la moralité de voler à des rôdeurs. Hier, elles ‘’s’amusaient’’ à gratter la peau humide et toute pourrie d’un monstre qu’elles venaient de massacrer. La route qui les sépare de Bainbridge Island sera encore longue, il leur faut bien trouver de quoi s’occuper durant ce long périple qui les a marquées et qui le continuera encore longtemps. Entre leurs enveloppes amincies, ces jambes qui ont gagné en force et cette aisance que ces deux mois l’ont poussée à développer, Kassandra vit cette grande aventure avec un certain mal qu’elle observe s’en aller jour après jour.

Elles s’interrogent. Zelda blague et se met à se comporter comme une prof de fac, ce qui rappelle à sa meilleure amie ces cours qu’elles suivaient de moins en moins avant qu’elles ne soient tirées hors du camp pour une soi-disant mission de routine. « Qu’est-ce que j’donnerais pour m’faire gueuler dessus par Aodhan parce que j’ai pas fait ses exos, moi... Ça m’manque un peu, franchement. » Aodhan et ses airs constants de mec qui fait la gueule, sa façon de montrer qu’il n’est jamais satisfait par ce qu’on lui rend ou ses petites gueulantes lorsqu’ils se montraient tous dissipés. « Même toi... t’aimerais pas y être, là ? En train d’gratter et d’essayer d’me copier dessus pendant qu’il a l’dos tourné ? » qu’elle lui demande avec le sourire aux lèvres, attirant son attention avec un léger coup de coude tout en se remémorant ainsi ces bons et lointains souvenirs qu’elle aimerait revivre... À Fort Ward, là où elles n’avaient pas faim et que leurs seuls soucis concernaient des devoirs à rendre ou des disputes avec la petite amie de leur père adoptif.

Les deux adolescentes marchent. La carte à moitié déchirée dans la poche arrière du jean de l’australienne, elles utilisent surtout les panneaux plantés un peu partout pour décider des directions à prendre. Sur leur chemin, elles rencontrent à nouveau l’un de ces rôdeurs qui ne sont aujourd’hui plus un problème pour elles... à la seule condition que ceux-ci ne trainent pas en meute. « Ouais... L’obèse, souviens-toi. » lui lâche-t-elle d’un air désintéressé en se grattant l’avant-bras. Elles sont tellement à l’aise qu’elles ont ce système... Kassandra s’est débarrassé du précédent, c’est à Zelda de s’y coller pour celui-ci. Parfois, quand elles ont la tête à ça, elles essaient même de faire ça de façon « stylée »... même si l’américaine a toujours du mal à prendre même ne serait-ce qu’une once de plaisir à planter la lame de son couteau dans un autre être humain. Peut-être qu’un jour, ça vendra...

Zelda s’élance, met fin à la vie du taré qui s’avance vers elles avec un certain jeu de bras qu’elle ne peut ignorer. « C’était hyper basique... j’pencherais plutôt pour un sept, moi ! Ou p’têtre même un six, tiens. » Elle a encore les lèvres un peu crispées. C’est jamais facile de voir un humain mourir une deuxième fois. « Comme dirait un grand homme... J’pense que tu te reposes bien trop sur tes acquis et qu’du coup, tu fais même plus d’efforts... Et ça, c’est un peu naze. » Son ton se veut sérieux et responsable... mais elle veut juste l’emmerder. Zelda, c’est un dix à elle seule, de toute façon !

« Faudra peut-être aussi la nettoyer un jour, ta lame... parce que ça commence à devenir un peu dégueulasse. » qu’elle lui fait remarquer en pointant du doigt la hache qui commence à souffrir des actions de sa nouvelle propriétaire. C’est une arme, d’accord... mais ça s’nettoie quand même, nan ? C’est pas parce qu’elles se sont habituées à être crade qu’elles doivent oublier les mauvaises habitudes, et...

Un bruit les interpelle. Une fenêtre qui se ferme. Kassandra est la première à saisir son arme et ensemble, elles s’intéressent à la source de leurs craintes et découvrant tout un tas de bocaux remplis vraisemblablement de viande... « Dis-moi qu’c’est un rêve... » Plein d’viande, trop de viande... plus qu’il devrait en être permis ! « Attends, attends... » continue-t-elle de chuchoter, se permettant de pincer doucement le bras de l’australienne, juste au cas où. Mais nan, ça a l’air réel.

Quelques minutes plus tôt, elles débattaient sur des questions de morale... Cette discussion, on peut la considérer comme déjà oubliée. L’américaine se la joue d’habitude plus réfléchie que l’australienne. Pas aujourd’hui. « T’as pas peur qu’on t’mette les menottes... ou qu’on te tase ? » qu’elle lui dit pour s’amuser, lui remémorant ainsi quelques obstacles rencontrés les semaines qui ont suivies. Dans tous les cas, elles ne peuvent pas faire de croix sur cette bouffe. Pas dans leur état.

Zelda s’approche de la porte d’entrée avec comme objectif de la défoncer. Kassandra la suit de près, son arme bien en évidence, prête à tirer au moindre pépin rencontré.

Après un coup mal amorcé, elles finissent par ouvrir la porte de la manière la plus simple possible... en appuyant sur la poignée. « Y a quelqu’un ? » C’est sa voix qui vient ruiner le silence la première tandis que Zelda choisit de prendre la situation en main. Elle n’est pas franchement d’accord avec sa façon de faire etson manque de discrétion, mais... c’est Zelda.

Pendant que Zelda fait son petit speech, Kassandra pense à ce qu'elles ont aperçu à travers cette fenêtre... Peut-être que l’endroit est habité par un ancien boucher, quelque chose du genre... ? L’adolescente reste quand même aux aguets et se retient d’ailleurs de ne pas réagir aux mots de Zelda qu’elle trouve peut-être trop confiante...  « On veut pas vous faire de mal... Ça fait juste plusieurs jours qu’on marche, et on commence à avoir faim ! Excusez ma copine, elle est un peu... elle a faim ! » Et comme d'habitude, elle espère que ces derniers mots ne seront pas les derniers. « On aimerait bien manger un peu... On voit qu'vous avez des réserves, on pourrait essayer... j'sais pas, de négocier ? Si vous acceptez d'descendre tranquillement, on peut discuter sans qu'ça parte trop en couilles ! » Dans tous les cas, elle aimerait avoir à tirer... mais ce ne sera pas à elle d'en décider.


    Life After God
    “And then I felt sad because I realized that once people are broken in certain ways, they can't ever be fixed, and this is something nobody ever tells you when you are young and it never fails to surprise you as you grow older as you see the people in your life break one by one. You wonder when your turn is going to be, or if it's already happened.” + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas  
Apple J. Autumn
Apple J. Autumn
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 306
Sujet: Re: Tératologie   Sam 3 Avr 2021 - 23:06
La voix qui résonna la figea. Ça provenait du rez-de-chaussée. De son rez-de-chaussée. Comment… comment est-ce qu’elles osaient ? Aux timbres qu’elle entendit, il s’agissait d’adolescentes ou de très jeunes femmes. Des voleuses. Les mâchoires d’Apple se crispèrent, mais elle ne répondit rien dans l’immédiat. A pas lent, elle quitta la chambre où elle se tenait pour approcher le palier. Bien sûr, elle n’avait pas ses armes avec elle : tout était au sous-sol, aux côtés d’une victime qui n’était plus vraiment en état de les lui dérober.

La deuxième voix était plus douce que la première, moins… agressive, en tout cas. Pour la trentenaire, ça ne changeait rien. Ni leur âge, ni leurs intentions. Elles avaient faim ? Elle aussi. Plus que tout. L’envie de discuter s’était envolée au moment même où ces intruses avaient eu l’audace de passer la porte de son refuge. La trentenaire n’entendait rien leur céder : ni sa nourriture, ni rien d’autre. Quant à espérer qu’elle descende les mains en l’air… c’était un rêve éveillé.

Apple vint se caler contre le mur, juste à côté de l’arrivée des escaliers. Si les voleurs montaient, elles seraient vues avant de la voir ; et d’ici, la community manager ne pouvait pas être repérée depuis l’étage inférieur. Elle inspira doucement, chassa de son regard quelques mèches noires – non sans aussi tacher sa joue de sang frais humain – et desserra enfin les lèvres.

- Vous êtes combien ? Juste vous deux ? Sa voix était rauque, comme souvent, à force d’être trop peu utilisée, pour savoir de combien de bouffe vous avez besoin.

Attentive aux sons et aux réponses de ses – supposées – cadettes, ses yeux ternes fixaient un point face à elle, perdu dans le vide. Elle savait déjà ce qu’elle ferait, elle n’avait pas le choix. C’était elles qui étaient venues, elles qui l’avaient forcée ! Mais… elle ne pouvait pas se laisser faire. Du coup, les étrangères auraient une occasion, et une seule, de filer sans avoir d’ennui. Parce qu’elle avait déjà sa proie pour ce soir et, comme tous les prédateurs du règne animal, Apple ne chassait jamais de viande superflu – c’était du gâchis. Mais si jamais elles lui forçaient la main… alors elle préparerait soigneusement le supplément, et irait le troquer au No man’s land.

- J’ai pas grand-chose à donner, prévint-elle de sa voix sombre et éteinte.


Animadversion
Le sang colle autant de fois que tu y vas, délivre-toi de ce poids avec tes doigts ♫ Tu ne t'arrêteras pas ♪ Telle est cette loi, je la connais : c'est celle que tu bois et c'est celle qui te noie, pour la dernière fois ♫ Succube externe dévisse, éventre, desserre pots, paquets, couvercles ♫ Il ne choisit pas, il les aime tous, voilà, il a faim d'avoir faim l'outremangeur ♪
Titres:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 7766
Sujet: Re: Tératologie   Dim 4 Avr 2021 - 1:24
« Elle crève la dalle, même ! »
Ce n'est plus avoir faim, ça. Ce serait bien en deçà de la réalité. Zelda hausse les épaules en jetant un petit regard désolé à son amie. Elle aurait sans doute mieux fait de se taire, c'est ça ? Alors dans le doute elle s'abstient de commenter la suite des propos de sa partenaire. Non, elle ne nuancera pas ses propos et n'affirmera pas davantage qu'il y a tout de même pas mal de chances qu'elle fasse du mal à cette inconnue si elle n'accède pas à leurs demandes.

D'autant plus que ces dernières sont plutôt mesurées, non ? Elles veulent simplement lui prendre ses affaires, la soulager de son surplus de nourriture. Peut-être même lui en laisser un peu si elle en possède suffisamment. Elles jouent avec les règles qui semblent avoir cours dans cette Seattle délétère. Sont-elles blâmables ? Son pragmatisme lui souffle que non et s'aligne sur la vision héritée de l'instinct. Quant à la morale... Disons qu'elle peut aller se faire voir tant qu'elles n'ont pas l'estomac rempli !

Kassy propose des négociations, argue que les choses n'ont pas à dégénérer. Zelda la rejoint et hoche la tête même si l'inconnue ne peut sans doute pas la voir. Et finalement cette dernière fait entendre sa voix pour demander combien elles sont. Pour pouvoir évaluer la quantité de nourriture qu'il leur serait nécessaire. « Deux ! » répond Zelda qui ne doute pas un seul instant de leur avantage. « Trois, si compte notre classe légendaire ! » poursuit-elle, un petit sourire amusé au coin des lèvres tandis qu'elle tourne son regard vers son amie. « Et vachement plus si on ajoute nos armes à l'équation ! » Ce n'est pas tout à fait exact. Mais ça, l'autre ne le sait pas. Voilà qui devrait lui donner à réfléchir.

L'autre annonce qu'elle n'a pas grand chose à leur offrir. Encore une fois, elle semble ainsi prouver sa volonté de coopérer et d'opter pour un dénouement heureux. Pour Zelda c'est la preuve que Kassy et elle ont définitivement le pouvoir sur cette échange. Et puis elle finit par se rappeller que les apparences peuvent être trompeuses et qu'une bonne volonté affichée peut tout aussi bien témoigner d'une volonté de gagner du temps ou d'endormir la méfiance.

« T'en fais pas, va ! On se chargera d'évaluer c'qu'il nous faut toutes seules ! T'embêtes pas avec ça ! » ironise-t-elle. Comme si elle allait laisser cette inconnue choisir d'elle-même ce qu'il convient de leur donner ou non. Elles sont armées et elles sont deux. L'autre possède certainement une arme. Ceux qui refusaient d'en porter ou qui n'en n'ont pas trouvé sont venus gonfler les rangs des rôdeurs depuis longtemps, non ? Mais pas l'avantage du nombre. Quoique... Qui sait qui d'autre peut se cacher à l'étage ?

L'arme pointée sur le haut des escaliers, elle tente de ne pas faire trop attention à la fatigue qui commence à envahir ses bras. C'est qu'un flingue, mine de rien, ça pèse lourd. Surtout les munitions qui y sont glissées. « Qu'est-ce que tu dirais d'nous balancer tes armes, hein, pour commencer ? » propose-t-elle. Cette femme comprendra certainement ce qui motive cette demande : la plus élémentaire prudence. « Histoire d'nous prouver ta bonne volonté ! » Si ça ne la dérange pas, bien sûr.

Mais les deux filles travaillent en équipe. Mieux, elles se complètent. Et si l'australienne ne se fait guère d'illusion sur sa capacité à gagner la confiance des inconnus, elle sait aussi que Kassy est un animal sociable capable d'obtenir des miracles par le seul pouvoir de la parole.


War means fighting, fighting means killing

Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Kassandra Taylor
Kassandra Taylor
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1102
Sujet: Re: Tératologie   Mar 6 Avr 2021 - 19:34
C’est pas obligé de mal se passer, si... ? Est-ce que, pour une fois dans leur vie, elles pourraient faire une rencontre qui ne se terminerait pas en une quelconque blessure ? C’est la loi de la jungle qui règle à Seattle, c’est le chacun pour soi qui prime sur la générosité et qui pousse tout le monde à se comporter comme de grands monstres qui n’ont jamais connu ne serait-ce qu’une seule once d’humanité... Kassandra ne le dira donc pas, mais elle espère comme à chaque fois ne pas avoir à utiliser son arme sur qui que ce soit.

Elle fait de son mieux pour rendre leurs intentions claires, les expliquer dans le plus grand des calmes à l’inconnue qui trône à l’étage supérieur. Il n’est pas question d’avoir des blessés, de se battre ou même de lui voler quelque chose... même s’il est possible que certains le voient de cette façon. Elles veulent surtout se nourrir et combler des besoins qui se font de plus en plus importants !

« O-Ouais, voilà ! Mais on va pas s’en servir si on est pas obligées ! » se sent-elle obligée de préciser après que Zelda lui ait confié qu’elles ont des armes... Un couteau, une hache, et des pistolets qu’elles essaient d’utiliser le plus rarement possible étant donné le peu de balles qu’elles ont dans leur sac. Les réponses de l’inconnue laissent penser qu’elle est partante, qu’elle ne s’oppose pas à leur filer un coup de main (non pas qu’elle ait réellement le choix non plus ...), ce qui rassure quand même l’adolescente quant à la possible tournure que prendra cette rencontre qu’elle espère voir se terminer sur de bonnes bases. « On va juste prendre c’qui nous faut... Pas d’abus ni d’gourmandise, on veut juste manger parce qu’on crève grave la dalle, là ! » dit-elle pour compléter les paroles de sa meilleure amie tout en continuant de pointer son arme vers le seul accès à l’étage supérieur. La fatigue se fait de plus en plus ressentir, la faim tout autant. Devoir tenir une arme ne lui fait pas plaisir, elle sent déjà de faibles crampes venir s’installer sur son poignet.

Elles ne voient rien, elles ne savent pas à quoi ressemble cette femme à qui elles s’adressent depuis tout à l’heure. Si celle-ci est imposante, bien armée. Ça pourrait tout aussi bien se passer que ça pourrait tout autant être la signature inattendue de leur arrêt de mort. Les deux filles n’échangent pas oralement, elles ne font que s’échanger de multiples regards qu’elles comprennent pourtant sans sourciller.

« On a quand même vu pas mal de trucs à travers la fenêtre, hein... » Pas grand-chose, c’est vite dit ! Les deux filles n’ont pas eu le temps ni la possibilité de jeter un grand coup d’œil à travers cette vitre qu’elles ont vu se fermer, mais une chose est sûre, l’inconnue a déjà plus de stocks qu’elles en ont-elles-mêmes... « On va pas prendre grand-chose... promis ! » qu’elle lui dit d’un air adouci alors qu’elle commence un peu à perdre patience. Tout c’qu’elle veut, c’est mettre un grand coup de dents dans un gigantesque bout de viande !

Kassy hoche positivement la tête à l'australienne comme pour la féliciter. Qu'ça fait du bien de la voir réfléchie, Zelda... !

Elle pense qu’elles font les choses comme elles devraient les faire. Calmement, gentiment et sans le moindre acte de violence. Les dés sont jetés, celle qu’elles imaginent seule n’a plus qu’à y répondre positivement si elle le souhaite. Dans le cas contraire, elles n’auront d’autres choix que d’aller se servir d’elles-mêmes sans garantie qu'elle n'en ressorte vivante. « Allez, s’teuplait ! » finit-elle par remplacer le vouvoiement par le tutoiement tout en faisant un pas sur sa droite afin d’avoir un visuel sur chacun des angles de l’escalier...


    Life After God
    “And then I felt sad because I realized that once people are broken in certain ways, they can't ever be fixed, and this is something nobody ever tells you when you are young and it never fails to surprise you as you grow older as you see the people in your life break one by one. You wonder when your turn is going to be, or if it's already happened.” + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas  
Apple J. Autumn
Apple J. Autumn
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 306
Sujet: Re: Tératologie   Mar 6 Avr 2021 - 22:52
- J’ai pas d’armes, laissa-t-elle filer de sa voix désincarnée.

C’était la vérité, mais ce serait aux deux gamines de la croire ; elle ne pouvait pas jeter ce qu’elle n’avait. L’arrière du crâne posé contre le mur, Apple réfléchissait. Elle n’était pas encore fondamentalement bloquée. Si elle le voulait, elle pourrait tout aussi bien filer par une fenêtre du premier, arpenter le toit et sauter dans le jardin. Ainsi, elle pourrait s’enfuir ou essayer de les prendre à revers. Le problème, c’était qu’elle n’entendait pas abandonner sa prise, et encore moins risquer bêtement de se faire descendre par deux gamines à la gâchette fragile.

- Oh… ce qu’il y a à la fenêtre ne se mange pas, prétendit-elle, ce sont les mauvaises parties… les bonnes sont à la cave.

La community manager s’humecta les lèvres, le bout de sa langue s’attarda sur ses pétales charnues, ses dents s’y plantèrent brièvement. L’idée qui était en train de murir dans son crâne était risquée, mais… c’était la moins dangereuse de ses options les moins frustrantes. Après avoir laissé à ses deux cadettes le soin d’assimiler ce qu’elle avait dit – elles étaient évidemment plus jeunes à les entendre – Apple proposa de sa voix trainante en manque de relief :

- Je vais me montrer, les mains en l’air. Vous baissez vos armes et je vous emmène en bas, le temps que ça lui traverse l’esprit, la trentenaire ajouta : on a pas beaucoup de temps… je partage ce que je trouve avec quelqu’un. S’il apprend que vous étiez là, et que vous avez pris une part ou que vous m’avez blessée…

Elle ne cherchait pas à les intimider, seulement à ses pousser à faire des choix rapides. Plus elles penseraient vite, plus elles seraient enclines à faire des erreurs. La community manager n’aurait pas besoin d’une grande fenêtre pour leur faire ravaler leur audace. Il fallait juste qu’elle attende que ses deux interlocutrices fasse preuve de coopération maintenant, sinon elles resteraient éternellement bloquées ici. Et toutes les deux avaient besoin d’Apple pour visiter la cave : ça pourrait être un piège après tout.

Quand enfin elle reçut un signe favorable des intruses, elle pivota lentement pour se révéler. Son jean et son débardeur tâchés de sang, la peau sépulcrale de ses bras rougis des mains aux coudes, sa longue chevelure corbeau qui encadrait un visage laiteux taché d’hémoglobine également. Comme promis, elle arborait un signe de reddition, doigts vers le ciel. Ses yeux ternes au iris crocodiles fixaient les deux adolescentes – c’était bien des enfants – comme si elle ne les voyait pas vraiment. Lentement, elle descendit les marches une à une, sans faire de geste brusque, sans expression menaçante. Sans la moindre expression en fait.

- Je passe devant ?

La question était rhétorique. Apple les précéda donc en direction de la porte qui donnait sur un escalier. En contrebas, il faisait sombre. Les bougies chauffe-plat, déjà en fin de vie à la fin de la première partie de sa besogne, avaient fini par s’éteindre. Les ténèbres étaient prêtes à les avaler toutes les trois, moites et épaisses, chargée d’une odeur ferreuse.

- Je vais devoir rallumer les bougies, prévint la trentenaire.


Animadversion
Le sang colle autant de fois que tu y vas, délivre-toi de ce poids avec tes doigts ♫ Tu ne t'arrêteras pas ♪ Telle est cette loi, je la connais : c'est celle que tu bois et c'est celle qui te noie, pour la dernière fois ♫ Succube externe dévisse, éventre, desserre pots, paquets, couvercles ♫ Il ne choisit pas, il les aime tous, voilà, il a faim d'avoir faim l'outremangeur ♪
Titres:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Tératologie   
Revenir en haut Aller en bas  
- Tératologie -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: