The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-56%
Le deal à ne pas rater :
-56% sur le PLAYMOBIL – Calendrier de l’Avent « Novelmore »
19.99 € 44.99 €
Voir le deal

Consider twice before being unkind | ft. Armand
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Armand Phillips
Armand Phillips
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 304
Sujet: Re: Consider twice before being unkind | ft. Armand   Lun 11 Oct 2021 - 16:03
La femme accueillit ses condoléances avec politesse. Une politesse presque excessive même, car elle était bien la première de ces veuves à s’inquiéter de son état à lui. D’autres pouvaient le considérer comme responsable, au même titre que ce qu’insinuait leur justice. Après tout, il avait été médiatisé dans Walla Walla sur cette affaire, et on ne l’épargnait pas. Il ne pouvait certainement recevoir que le soutien posthume de ces soldats, qui l’estimaient beaucoup pour la plupart.

- C’est tellement prévenant de vous inquiéter pour moi, reconnut-il à Hoani, sans remarquer évidemment ces sentiments qu’elle masquait. J’avais beaucoup d’amis, dans ces gens, c’est vrai. C’est un jour funeste pour toute notre communauté. Il pinça les lèvres.

Il était effectivement sincèrement attristé de cet évènement tragique. Il l’avait en travers de la gorge et n’oublierait jamais. Il y avait de vrais responsables, ils répondraient de leurs actes un jour il l’espérait. Pour ces collègues militaires tués, pour ces civils également sacrifiés. Il entrouvrit la bouche alors que la jeune femme lui apprenait au passage une nouvelle grossesse.

- Oh, affirma-t-il, pris par surprise et incapable de sortir immédiatement les bons mots. Que convenait-il de dire alors ? Toute nouvelle vie était un miracle, il le pensait. Mais dans ces circonstances… C’est une épreuve, ajouta-t-il alors un peu platement. Ça parait insurmontable aujourd’hui, mais vous y parviendrez. Il pinça les lèvres. Elle pouvait compter sur leur système pour l’y aider. Il n’était pas parfait, et il commençait vraiment à le réaliser, mais dans ce contexte, il ne doutait pas que tout serait mis en œuvre pour aider cette jeune mère. Soyez forte, ajouta-t-il, comme si une telle phrase pouvait véritablement l’encourager.

Il fit un hochement de tête, alors qu’elle lui servait le pamphlet politiquement correct sur la dévotion et l’engagement des soldats. Fiers de servir leur groupe, et leur Adonaï, et de mourir pour lui. Elle avait certainement raison. En s’engageant, ils prenaient tous le risque de ne jamais revenir. Cela ne rendait pas le deuil plus acceptable, mais il le comblait toutefois d’un certain dessein.

- Courage, conclut-il alors en lui pressant une nouvelle fois la main, avant de prendre congé. Pour passer à une famille suivante.

***

~ Février 2020

Il avait eu son procès, reçu son verdict. C’était la semaine précédente. Six mois de prison ferme, assortis d’une perte de son grade. Fini le Commandant Phillips, il ne sortirait de prison qu’en simple Lieutenant. Vingt ans de carrière jetés à la poubelle, pour avoir simplement été ailleurs quand les siens se faisaient massacrer. La sentence paraissait lourde, peu objective surtout, et l’homme devinait que le Général Camino n’y était probablement pas étranger. Il avait très mal pris la décision d’Armand de ne pas lui donner si jeune la main de sa nièce, et il avait ce sentiment qu’à travers cette mésaventure, le type – et ses relations – le faisait payer.

On lui avait toutefois laissé gracieusement une semaine pour se retourner.

- Hoani. D’un mouvement du visage, il salua la veuve, après qu’elle ait ouvert la porte de son domicile. Comme je dois m’éloigner quelques temps, je venais une dernière fois vous saluer, expliqua-t-il. Elle avait certainement eu vent de sa condamnation. La plupart des familles des victimes avaient suivi avec assiduité ce procès. En mémoire d’Eric et pour ces mois à venir… Votre enfant naitra avant mon retour…
Revenir en haut Aller en bas  
Hoani Hayworth
Hoani Hayworth
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 416
Sujet: Re: Consider twice before being unkind | ft. Armand   Lun 18 Oct 2021 - 11:52


Consider twice before being unkind



New Eden - Février 2020 | Armand & Hoani





Penchée en avant sur le berceau, j’observe la chose qui y somnole paisiblement. Des cernes se dessinent sous mes yeux, et mes dents s’insèrent dans ma lèvre inférieure alors que j’essaie de trouver une logique à ce qui se tient devant moi. Oliver. Je ne sais pas pourquoi je l’ai appelé comme ça. Eric n’avait formulé aucune objection lorsque j’ai proposé ce nom, et je suppute qu’il était juste bien trop heureux d’avoir un futur homme à formater pour prêter attention au reste. Mais maintenant que je me retrouve seule à élever le gosse… je me sens complètement vidée. Ereintée, parce que je dors peu en ce moment. Le bébé passe plus de temps à dormir la journée que la nuit. Et quand bien même il cède aux bras de Morphée, je n’y arrive tout bonnement pas. Des larmes pointent au coin de mes yeux, et je passe une main fébrile sur le visage pour me reprendre. Je n’y arrive pas, ça ne va pas. Rien ne va, à vrai dire. Mon autre main défile sur mon ventre à peine arrondi, caché par des robes larges. La grossesse débute à peine, mais mon opinion n’a pas changé : je ne désire pas avoir un second enfant, pas plus que je n’avais envie d’accoucher d’Oliver. Prise d’un accès de fureur, je me décale du berceau et me précipite à l’entrée de la chambre, le poing levé. Mes ongles s’enfoncent dans ma paume alors que je me paralyse, figeant mon bras en plein vol pour éviter de l’abattre bruyamment contre le mur le plus proche. Le risque de réveiller le bébé et de devoir m’en occuper après me retient de craquer sous l’effet de la colère. A la place, je finis par quitter prestement la chambre, fermant la porte d’une délicatesse que je suis loin d’éprouver. Putain, tout ce que je veux, c’est en finir, tout de suite.

Je reviens à la cuisine, et me poste devant l’évier, que j’enserre si fortement que mes phalanges s’en décolorent rapidement. J’applique mon front sans douceur contre le placard surélevé, et une nouvelle fois, je fais le point sur la situation. Mais à mesure que j’épèle les faits de ma triste vie à Walla Walla, je me sens de plus en plus désespérée. Comment est-ce que j’ai fini ainsi ? Je ferme les yeux en laissant les larmes couler, repensant à mon mari. Avec William, tout était si simple, avant la relève des morts. Nous faisons passer nos métiers avant tout, et étions parfaitement en accord avec cette idée. Je ne pense pas que nous n’ayons jamais abordé la discussion de fonder une famille. Et cela nous allait pertinemment, à moi surtout. Quelque part, je savais déjà que je ne voulais pas être mère. Et maintenant quoi, je vais avoir deux gosses sur les bras, sans personne pour m’aider ? « Will, t’es où ? T’es où quand j’ai besoin de toi, hein ? » Je chuchote pour moi-même, des sanglots illustrant l’image pathétique que je dois renvoyer en l’instant. D’un coup, une vague de haine inonde tout sur son passage, et je finis par jurer envers mon mari. Je le maudis, pour m’avoir abandonnée, pour ne pas savoir s’il est seulement en vie aujourd’hui. Je le déteste, car j’ai le sentiment qu’il m’a lâché, et qu’il n’a aucun regret. J’ai une pensée fugace pour Reed, réalisant que j’avais compté sur elle aussi, jadis, puis Peter, puis quelques autres de la Ferme. Tous ont fui. Et aucun n’a su se manifester depuis. Je les méprise, je les blâme pour ce qu’il m’arrive. Quand bien même il n’y a que New Eden qui est responsable de mon calvaire. « Rhaaaaa ! » Je tape du poing contre la porte du placard, et je soupire presque de soulagement quand la douleur explose dans ma main. Oh, cela ferait presque du bien.

Je me stoppe un instant, m’assurant de ne pas avoir réveillé Oliver. Je sursaute violemment quand des coups sont portés à ma porte d’entrée, et j’ai un temps d’hésitation. Ils sont répétés, et je souffle, comprenant que je ne manquerai pas à cette nouvelle tâche. Je m’essuie rapidement le visage, priant pour que ma détresse ne s’affiche pas ouvertement, lorsque je daigne enfin accueillir mon visiteur inopportun. La surprise illustre mes traits, et ma bouche s’entre-ouvre légèrement, ne m’attendant pas au passage de l’homme ce jour. « Cc-commandant Philips ? » Mes sourcils se froncent, mais je finis par m’écarter pour le laisser entrer. « Oh euh, merci, venez, installez-vous. » Il me surprend dans un moment plus que douteux, mais autant éviter de m’afficher plus encore à l’extérieur. J’ai le vague souvenir de discussions tenues avec mes proches voisins, se félicitant de la condamnation du commandant ayant laissé mourir des soldats sous ses ordres. Je comprends qu’il s’agit d’Armand, et qu’il va probablement payer pour ses crimes. Personnellement, je n’approuve pas spécialement cette décision, mais cela ne date pas d’hier, que les absents ont toujours tort. Et puis, au bout du compte, je n’en ai cure, de ce qu’il se passe autour de moi actuellement. Eric est mort et j’en suis bénis. Sauf que maintenant, j’ai un bébé à gérer et un autre en approche et tout ce à quoi je peux penser, c’est à me sortir de cette situation. Par tous les moyens possibles. Et si je ne peux pas retourner à ma vie d’avant, alors à quoi bon… vivre, tout simplement ? Je secoue la tête, reprenant le fil de la conversation avec Armand. Pendant quelques secondes, je le dévisage, dénuée de toute expression. Mais à être là, à écouter l’homme me parler de mon concubin, qu’il ne cesse de complimenter, et à me rappeler cette grotesquerie qui grandit en moi…. J’éclate. J’en ai marre de cette connerie, de cette mascarade à laquelle je prends part. Je ne sais pas pour les autres femmes, mais fermer sa gueule, ça va bien deux minutes. Un rire cruel me prend alors, commentant les dires du militaire d’un ton âpre : « Mais qu’est-ce que j’en ai à foutre de la mémoire d’Eric, franchement. Et vous, qu’est-ce que vous en avez à foutre de mon enfant à venir, dites-moi ? » Je me dresse devant lui. Je ne réalise pas que j’enfreins les règles, que j’accomplis un blasphème en osant exprimer le fonds de ma pensée : « Vous savez quoi ? Je suis diablement contente que ce fils de pute soit mort ce jour-là. J’avais envie de vous prendre dans mes bras quand vous êtes venu m’annoncer son décès, vous n’avez pas idée. Et ça ne tiendrait qu’à moi, je tuerai aussi ce truc en moi. Mais je ne peux pas parce qu’ici ON NE PEUT PAS AVORTER. » Je me mets à hurler, et sous le coup de l’émotion, je balance un coup de pied dans une chaise qui manque de tomber. La rattrapant par réflexe, je me tiens à celle-ci et profite de ce moment d’interruption pour baisser le ton. Que personne d’autre n’ait à écouter cette conversation, et surtout qu’Oliver ne se réveille pas. Pas encore une fois, putain. « Vous êtes pitoyable, Armand. » Je n’ai plus la foi de l’appeler par son titre, de toute façon, il en a été déchu par les grandes autorités de l’endroit. « Vous et tous les autres, à fermer les yeux quand ça vous arrange, à laisser le système nous bouffer comme si on était des moins que rien, pire, vos esclaves. Vous êtes tous des pourritures et je vous déteste. » Je le regarde, effrontée, une lueur assassine dansant dans mes yeux. Je veux retourner cet endroit, le cramer entièrement afin qu’il n’en reste plus que des cendres.


Ⓒslytbitch.



✧ Tell me, what do you seek ? ✧

Who told you what was down here? Come along if you wanted a peek. I've seen your face around here, come alone, tell me under the table : What do you seek? | Playground by Bea Miller.
Revenir en haut Aller en bas  
Armand Phillips
Armand Phillips
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habileté:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 304
Sujet: Re: Consider twice before being unkind | ft. Armand   Ven 29 Oct 2021 - 11:15
Il était difficile d’expliquer réellement ce qu’Armand faisait devant cette maison. Hoani n’était pas une amie. Peut-être qu’il se souvenait de sa bienveillance aux obsèques. Peut-être qu’il pensait certainement bien faire, tâchant de maintenir certaines apparences, de soulager sa conscience. Mais il se trompait. Sa place n’était pas là. Auprès de cette veuve qu’il connaissait à peine et dont le chagrin lui était complètement étranger. Sa place n’était nulle part. Ni réellement ici, dans ce système totalitaire, ni réellement ailleurs, puisqu’il restait néanmoins à Walla Walla chez lui.

Au milieu de tout ça, l’explosion de la néo-zélandaise fut une claque. Il ne s’attendait pas à cet accueil en s’en trouva tout bonnement scotché. Il resta muet en la regardant de ses yeux écarquillés, comme deux billes, alors qu’elle déversait sa frustration sur lui. Il prit cela pour du chagrin d’abord, de vraies remontrances personnelles, envers son intrusion, ses maladresses. Mais elle lui fit toutefois rapidement comprendre que ça allait bien au-delà. Qu’elle avait toujours détesté Eric, qu’elle n’avait jamais voulu porter ses enfants. Qu’elle haïssait sa vie et leur système. Et tous les hommes qui y participaient ainsi dans leur ensemble. Il déglutit, se souvenant de l’air grave de Fiona, des larmes d’Eliza, et ses lèvres se pincèrent.

- Je vois, déclara-t-il simplement, toujours un peu abasourdi, quand la jeune femme se tut enfin.

Il maintint le silence un instant. Le régime dans lequel ils vivaient l’invitait à creuser, à faire parler davantage cette pauvre mère, pour l’enfoncer et la dénoncer. Car ses propos étaient diffamatoires, ils ne pouvaient rester impunis. Elle venait clairement de l’insulter, lui et toute la gente masculine. Ses yeux le mitraillaient, véritablement hostiles. Elle devait être corrigée, pas vrai ? Mais Armand n’en était pas là. Il entendait les vérités dans ses propos et une part de lui ne pouvait lui donner complètement tort. Elle avait raison : de cette société, il en était le complice. L’un des créateurs alors qu’il était présent depuis le premier jour. Plus coupable certainement que pour cette peine de prison qu’on lui imposait.

- Excusez-moi de vous avoir dérangé, souffla-t-il alors comme un robot, tout en prenant position pour prendre congé, immédiatement. Il s’était levé, et avait posé sa main sur la poignée de la porte. Si elle voulut reprendre la parole, pour poursuivre son pamphlet ou soudainement s’excuser, il leva la paume pour l’empêcher de parler. C’était inutile. Pardon, répéta-t-il, avec humilité, sans rien ajouter de plus et ouvrir pour disparaitre.

Elle pouvait craindre le pire, mais il ne dirait rien. Parce qu’elle se trompait, il n’était pas si pitoyable que ça… Mais aussi surtout parce qu’il avait certainement besoin d’entendre ça, pour se réveiller davantage.

- FIN -
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Consider twice before being unkind | ft. Armand   
Revenir en haut Aller en bas  
- Consider twice before being unkind | ft. Armand -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: