The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Le bon, la brute et la traitresse
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1600
Sujet: Re: Le bon, la brute et la traitresse    Jeu 18 Fév 2021 - 16:30
Celle qui aime pas ce qu'elle entend


Je le détaille et je me rends compte qu’il ne surjoue peut être pas et qu’il ets surement vraiment inquiet pour Kaz. Dans ce que je vie comme un drame terrible, est ce que j’aurais loupé quelque chose ? Un détail ou un problème avec Kaz ? L’idée que j’ai pu abuser de sa gentillesse m’effleure mais je pense sincèrement qu’il aurait su me dire de retourner dormir ailleurs et j’ai beaucoup de mal a imaginer que je serais capable de tenir le coup sans sa bienveillance.

Parce que Kaz ne s’est pas contenter de me ramasser et de m’écouter. Il est là dès que j’en ai besoin, il a compris ma situation et ne rate jamais une occasion de voler a mon secours quand je suis en difficultés que cela soit dans les conversations ou dans le fait de risquer de paniquer quand je suis seule avec certaines personnes. C’est vrai qu’il a peut être fait beaucoup mais je n’ai pourtant pas l’impression que mon ami aille mal. Sans m’en rendre compte, je rentre dans le jeu d’Alan.

Quand il reparle je sors de mes pensées pour reporter mon attention sur lui et l’écouter attentivement. Je ne me laisse pas aveugler pas les compliments. La relation que j’ai avec son conjoint n’a pas a être quantifiée ou qualifiée, lui et moi partageons quelques choses de notre vie d’avant qui est complexe a expliquer. Cette nostalgie a laissé une porte ouverte a une relation forte mais, surtout, Kaz est le seul qui sait ici, en partie, ce qui m’est arrivée. J’ai presque un hoquet de surprise et tique a nouveau sur sa façon de parler…

« Profitez de lui….??? »

Je fronce les sourcils. C’est donc cela le problème ? Il voit Kaz comme un gamin naïf et incapable de se protéger lui-même ? Et moi comme une personne qui profiterait de lui ? Non mais Alan est pas croyable! Kaz sait que son mec se prend pour son père ? En fait, je préfère pas y penser vu l’écart d’âge, la nausée revient au galop là. Je pense que je n’arrive pas a cacher cette nouvelle vague d’indignation qui déboule. Il s’excuse pour sa blague de merde et ensuite il me balance ça a la tronche genre je t'accuse pas directement mais si un peu quand meme!

« Attends tu es en train de me dire que tu crois que je suis en train de profiter de Kaz, voir de lui faire des problèmes ? »

Il y a de l’incrédulité dans mon ton. Outre les hormones, je suis vraiment outré qu’il puisse infantiliser son conjoint de la sorte ou me penser aussi affreuse avec celui qui me tend la main. Il continue sans sembler vraiment remarquer a quel point il est condescendant pour Kaz et moi. Il a vécu en ermite, grand bien lui fasse, il devrait y retourner !! Moi j’ai vécu toujours entourée et pas forcement bien. Ma colère se tempère quand il glisse que c’est vital de ne pas être seule. Il ne sait pas a quel point pour moi et je ne sais pas si cela est une menace ou pas. Je retiens donc le bouillonnement qui me vrille les intestins. C’est quand même un peu froidement, malgré ma tentative d’avoir un ton amical et un semblant de sourire que je lui dis :

« Écoute Alan, j’aimerais dire que je comprends ton inquiétude, mais en fait, pas du tout. J’attends de savoir en quoi je pourrais être un problème pour Kaz. D’ailleurs, il sait que tu le prends pour un incapable de gérer ses relations seuls ? Parce que je pense que si je voulais vraiment lui faire du mal, il aurait été assez grand pour me dégager sans ton intervention, non ? »

Je reste un peu pédante a attendre son explication, toujours prête, au cas ou, a me reculer s’il avançait trop. Je pense que je vais avoir une petite conversation avec Kaz tantot parce que moi aussi je peux donner mon avis sur la situation.



Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 302
Sujet: Re: Le bon, la brute et la traitresse    Jeu 18 Fév 2021 - 19:26
Le bon, la brute
et la traitresse

Aquí están, aquí estoy, rebelión en la colmena
Allá van, allá voy, vamos a por ti
Aquí están, aquí estoy, somos obra del sistema
Allá van, allá voy, vamos a por ti.


Alan avait fait mouche, ce qui lui arracha un sourire intérieur. Il secoua pourtant la tête de droite à gauche, se montrant vraiment calme et presque rassurant avant de froncer les sourcils. « Est-ce que j'ai parlé de toi ? » Une question posée cordialement, sans une parole plus haute qu'une autre. Effectivement, objectivement on ne pouvait pas savoir qu'il visait particulièrement Alex. En réalité, c'était une phrase bien généraliste : Alan avait juré à Kaz de le protéger, ils s'étaient d'ailleurs promis d'être là l'un pour l'autre. Il était alors tout naturel que le cinquantenaire s'inquiète pour lui. Alan sourit alors franchement, dévoilant ses dents étonnamment pointues et secoua de nouveau la tête en se pinçant l'arrête de son nez aquilin. « Je ne sais pas exactement la raison pour laquelle tu surinterprêtes mes propos Alex... Je pense que nous ne sommes tout simplement pas sur la même longueur d'onde. » Haussant les épaules de nouveau, il fit comprendre par ce geste qu'il n'irait pas plus loin.

Les explications d'Alex sonnaient pleine d'amertume. Ce discours-là, de deux personnes se disputant un autre être humain comme une poupée de chiffon était bien coutumier pour Alan qui avait déjà vécu des situation similaires par le passé. Ma vie d'avant avait été si mouvementée que j'avais l'impression d'avoir eu mille vies. Et si les dires d'Alex étaient vraies, je ne pouvais m'en offusquer. Après tout, j'avais bien le double de l'âge de cet éphèbe pour lequel j'avais complètement craqué. Si mon amour était sincère, il était amusant de voir que les deux parties pouvaient mal interpréter les choses... Je me reconnaissais là, à l'époque, sous le joug de Mrs Mork, qui avait le double de mon âge à l'époque... Décidément, si Alex voulait se montrer vexante, elle ne faisait que remuer de vieux souvenirs d'une époque désormais bien révolue.

« La peur de voir un proche en danger, la peur de perdre quelqu'un, cela doit peut-être te faire écho. Nous avons tous connus ça. Je n'en suis pas immunisé malheureusement. » Avoua-t-il alors à mi-voix, haussant un sourcil, un sourire en coin.

Alan le savait, elle ne pouvait pas être si froide que cela. Sinon, comment Kaz avait-il put la prendre en affection. La muse du galeriste avait toujours su lire dans le fond des gens, pour savoir de quoi ils avaient besoin. Le cinquantenaire faisait totalement confiance en Kaz : c'était aux autres en qui il n'avait pas confiance, comme ces hommes que la Bête avait terrassé. « Je ne comptes pas te dicter ta conduite Alex, je partage simplement avec toi mes craintes, en tant que membre de notre groupe. C'est ce que font les camarades d'une même faction si je ne me trompe pas... » Une réalité qui ne faisait pas spécialement plaisir à Alan – certainement pas non plus à Alex – mais par cette phrase, le grand brun voulait surtout lui faire comprendre qu'il faisait de son mieux pour rester impartial et objectif.

Même si, au fond, la Bête grondait. Même si ça lui coûtait.




APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1600
Sujet: Re: Le bon, la brute et la traitresse    Jeu 18 Fév 2021 - 20:15
Celle qui aime pas les dialogues de sourd


Parler a Alan c’était un peu comme aller dans un autre pays et essayer de se faire comprendre dans une langue qui n’était ni maternelle pour soi, ni pour l’interlocuteur. J’ai l’impression qu’il m’écoute mais ne m’entend pas à toujours répondre a côté. C’est très agaçant au final. Je ne sais pas si c’est sa nuit ou son jogging doublé au fait que je suis moi-même pas très fraiche mais on tourne en rond là. En vrai, c’est surement moi qui m’exprime mal, mais je ne suis pas d’humeur a trop me remettre en question. Mon corps commence a me rappeler a l’ordre sur le fait que je ne suis pas u top de ma forme et je n’ai pas envie de faire un malaise devant lui. S’il venait a me toucher pour me rattraper je n’arriverais pas a me contenir.

« Alan est ce que tu te sens bien ? »

J’aurais de l’humour je lui demanderais s’il a la grippe ou s’il est enceint, mais c’est dommage, j’ai vomi le mien au réveil ce matin. J’essaye d’être patiente, mais c’est une chose de l’être avec un enfant, moins avec un homme de son âge. Je ne saurais pas lire dans ses pensées qu’il s’inquiète que je sois un poids pour le groupe, mais c’est fort possible que les miennes fassent écho aux siennes en ce moment. S’il devient sénile et qu’il faut lui changer ses couches et lui donnée la purée pendant qu’il me confond avec sa tante ou sa mère, ca sera sans moi.

« Alors, j’entends bien que tu es inquiet mais tu ne m’as pas comprise pour le reste.  Du coup, je doute qu’on soit sur la même longueur d’ondes toi.»


A croire que ca rend sourd les nuits en solitaires mon petit Alan. Je prends sur moi de parler doucement et de rester aimable au regard de son grand âge et du fait que Kaz l’aime. Oui, la peur de perdre un être cher je connais, surement bien mieux que quiconque ici vu que pour sauver mon frere je subis des horreurs en plus de vivre une situation que je ne souhaite a personne. Alors qu’on ne me fasse jamais la leçon sur ce sujet.

« Comme nous avons l’air fatigué tous les deux, je vais reprendre. Tu indiques avoir peur que je profite de Kaz et tu as l’air de penser qu’il va mal. »

Visiblement quand je lui demande ce qui ne vas pas avec moi, c’est la clé du problème alors puisqu’on est parti, on va aller au bout des choses mon petit Alan, tu vas assumer la petite anguille que tu es censé avoir en plus de moi entre tes jambes et dire les choses au lieu de faire ta fuyante.

« Donc saurais tu m’expliquer cela s’il te plait ? Et non, je ne te reproche pas de vouloir dicter ma conduite, ici, je crois qu’il y a que Bruce et Connor qui ont le droit de faire ca. Par contre, ce que je te reproche, c’est de traiter ton conjoint comme un gosse qui n’a pas son mot a dire. D’où ma question de savoir s’il est au courant que tu fais ca ? »


Bon, cette fois, j’espère avoir été claire et qu’il va pas esquiver le sujet avec la vitesse d’un toréador.



Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 302
Sujet: Re: Le bon, la brute et la traitresse    Jeu 18 Fév 2021 - 23:17
Le bon, la brute
et la traitresse

Aquí están, aquí estoy, rebelión en la colmena
Allá van, allá voy, vamos a por ti
Aquí están, aquí estoy, somos obra del sistema
Allá van, allá voy, vamos a por ti.


La Bête grondait. De plus en plus. Alan pouvait sentir un spasme lui parcourir la jambe. Comme un insecte qui le rongerait lentement, jusqu'à provoquer une véritable éruption. Il avala sa salive et conserva les lèvres pincées tandis qu'Alex reprenait – en réutilisant ses termes. Le simple fait de réitérer des propos qui avaient coûté au galeriste faisait palpiter la veine de sa tempe, qui à cause de son jogging, se voyait à la surface de la peau. « Reprends donc Alex... » Dit-il entre les dents en affichant un sourire nettement moins aimable que précedemment.

« Si seulement je pouvais prendre le contrôle, l'encastrer dans la paroie de cette caravane... Mais... » D'un geste machinal de la main, qu'il serra en un poing contrôlé, Alan fit taire les envies de la Bête. Le fait qu'elle lui redemande de nouveau ce qui allait de mal lui mettait les nerfs en pelote. Cela faisait plusieurs minutes désormais que le grand brun faisait un effort considérable pour ménager ses ardeurs, parler cordialement à la jeune femme. S'il avait fait quelques écarts en se permettant des familiarités qui avaient été mal interprétées, le gentleman qu'il était la plupart du temps semblait peu à peu s'éloigner de son enveloppe, enlevant son voile de bonne manière qu'il avait devant les yeux depuis le début de cette entrevue.

Je n'arrêtais pas à penser à ma Muse. Si Kaz était cher à mon coeur, que je tenais à ce groupe – d'où mon souci d'arrondir les angles – j'avais de plus en plus de mal à supporter cette situation. Lui conseiller d'aller voir un médecin, lui conseiller de se ménager, m'excuser platement comme un vieil homme... Je n'avais pas l'intention de m'abaisser à ce point-là. Le galeriste fronça les sourcils. Que savait-elle de la relation qu'ils entretenaient ? Que comprenait-elle de cette attraction maladive dont ils souffraient tous les deux ? Cette promesse qu'ils s'étaient fait, ce regard qu'ils s'étaient jetés sous la pluie ? Ce premier regard au détour d'une route perdue, comme si plus rien n'avait existé autour d'eux ? « Que je fais quoi exactement Alex ? » Alan fit un pas en posant sa question, sans retirer le sourire aux dents acérés qu'il lui adressait jusqu'alors à la jeune femme.

« Je pense qu'il y a vraiment une mésentente entre toi et moi ma chère Alex. » Ajouta-t-il en toussant un rire. Secouant la tête, il s'approcha de nouveau de la jeune femme et posa sa main sur son épaule. Ses doigts se refermèrent sur l'épaule d'Alex, assez fort pour qu'elle ne puisse pas faire un pas en arrière, pas assez pour lui faire mal... Je sentais une certaine jouissance à l'idée de lui donner le fond de la pensée, et avec le recul, je ne regrette pas. Je savais, de toutes façons, que notre goût à nous détester cordialement allait forcément finir par être énoncé, à un moment donné... Et je n'avais certainement pas envie de me gâcher ce lendemain de soirée que j'avais tant affectionné. Sur le moment, j'avais pensé que ce parasite allait bien finir par comprendre où était sa vraie place, si j'y mettais plus de coeur.

Le galeriste serra un peu plus son emprise, avant de pencher la tête à sa hauteur. De l'extérieur, il paraissait être l'aîné qui prodiguait un conseil précieux à une camarade du camp, rien de plus. « Ma chère Alex, je réitère mes propos, et ce sera la dernière fois... Tu devrais être une élève attentive et recevoir mes conseils amicaux : si Kaz souffre à cause de toi, si tu as une idée derrière la tête, si cette faction se retrouve dans certaines affaires à cause de toi, compte sur moi pour me charger de toi. Je peux être un charmant voisin comme ton pire cauchemar. C'est à toi de voir... Si tu veux jouer avec le feu et risquer de te brûler ou si tu acceptes enfin de rester à ta place. Pour ton propre intérêt, je te conseille de garder mon conseil précieusement pour toi. Et pour personne d'autre.» Des paroles serrées dans un sourire toutes dents dehors impeccable, une main toujours crispée sur l'épaule de la jeune femme, Alan la fixa droit dans les yeux pendant de longues secondes. Si Alex voulait des explications, elle en recevait : elle ne ferait pas sortir totalement la Bête de sa cage, du moins pas pour l'instant, mais recevait, comme elle semblait l'avoir quémandé, la monnaie de sa pièce en quelque sorte.

« Me suis-je bien fait comprendre ? » Demanda-t-il de nouveau en étirant un peu son petit bonnet de marin, l'air de rien, comme s'il avait mis en garde un enfant. Ne touche pas la flamme de la bougie mon enfant, car si petite soit-elle, la flamme de la bougie peut te consumer. Il ne restera rien de toi, pas même tes petites pomettes délicatement relevées. La Bête soufflait comme un taureau avant de se terrer au fond de l'esprit d'Alan, qui retrouvait peu à peu son calme olympien. Il revissa le petit bonnet de laine sur son crâne et se passa une main dans la barbe. « Je réitère mon avertissement ma pauvre Alex : tu devrais te ménager parce que tu as vraiment une tête à faire peur. » Alan s'étira l'air de rien encore un coup en s'appuyant contre la caravane avant de se tenir la cheville pour s'étirer la cuisse.



APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1600
Sujet: Re: Le bon, la brute et la traitresse    Ven 19 Fév 2021 - 0:44
Celle qui fait moins la maligne


Je le sens moqueur. En fait il se fout de moi depuis le départ a répondre a côté. Mes questions ne sont pas si compliquées que ca si ? Il ne sait quand même pas m’accuser, puis ensuite me laisser en plan sans m’expliquer le pourquoi du comment ? J’incite donc assez lourdement mais, mon instinct note, qu’il y a un changement sans que j’arrive à vraiment comprendre quoi.

J’ai une envie de reculer alors qu’il est juste à me regarder et que rien ne semble avoir changé en apparence. En fait, si, plus je l’observe et plus je vois qu’il y a un éclat diffèrent dans son regard. Je remarque aussi son poing qui se serre, dès que je comprends que ca sent pas bon et que je relève les yeux vers les siens, sans m’inquiéter qu’il ait remarquer que je n’avais pas loupé son geste. Si j’ai une lueur d’interrogation au coin de l’œil, elle laisse vite la place a une terreur sournoise lorsque je le vois sourire et s’avancer. Malgré mes grandes idées de bravoures et ma provocation, par reflexe, je recule aussi vivement pour essayer de me soustraire a un contact et heurte la paroi de la caravane que je ne pensais pas si près.

Tétanisée par une montée de panique que j’ai du mal a endiguée, je reste a le dévisager en silence pendant qu’il m’explique notre « mésentente ». Le masque tombe et les faux semblant ne sont plus de mises. Je ne sais plus reculer, dos a la caravane et je ne sais pas échapper a sa main sur mon épaule ni cacher le frisson de dégout que cela génère. J’essaye de me dégager mais il serre fort. Avec les blessures laissées par le fou, je ne sais pas retenir un petit gémissement de douleur pendant qu’il continu de parler. J’essaye de regarder un peu partout dans l’espoir de voir Connor, Bruce ou n’importe qui, passer et m’aider, mais il est encore bien trop tot.

Je pose frénétiquement mes mains sur les siennes pour essayer de le repousser, mais sans y arriver. Quand sa tête arrive à la hauteur de la mienne, j’ai l’impression de revivre une scène dans une ruelle et je n’arrive même pas a crier tellement je suis figée par la peur. J’essaye quand même de relever mon menton et le braver du regard sans trop être sure du résultat. Des menaces ? Et il me demande de garder ca pour moi ? Au lieu de me taire, de faire profile bas et de me souvenir que moins il y aura de grabuge ici mieux cela sera pour moi, avec un air d’adolescente qui va faire chier jusqu’à la garde ses parents je lance :

« Ou quoi Alan ? »

Ce qui est très idiots quand on sait que les gens un peu borderline ont tendance a mal prendre qu’on les provoque. Son avertissement sonne aussi comme une menace pourtant, je reste là, blême, tremblante mais surement pas encore prête a rendre les armes alors qu’il me relâche. Je sens du sang couler sur mon épaule, sans le savoir, il a ré-ouvert une de mes plaies, au moins, mon manteau cache bien le problème pour le moment. Je pense que c’est fini mais quand il s’appuie contre la caravane, je sursaute et semble vouloir disparaitre contre le véhicule.



Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 302
Sujet: Re: Le bon, la brute et la traitresse    Ven 19 Fév 2021 - 9:27
Le bon, la brute
et la traitresse

Aquí están, aquí estoy, rebelión en la colmena
Allá van, allá voy, vamos a por ti
Aquí están, aquí estoy, somos obra del sistema
Allá van, allá voy, vamos a por ti.


Que la Bête s'en mêle avait légèrement contrarié Alan, mais en soi ils se retrouvaient sur le même terrain d'entente : l'inquiétude qu'Alex menace un équilibre du groupe que le cinquantenaire appréciait. Peut-être qu'à mon âge, le changement peut paraître plus perturbant que par le passé... Pensait-il, de mauvaise foi. Mais en fait, il s'agissait bien là d'une réaction instinctive, de survie, presque. Mis à part Connor, qui avait connaissance de quelques bribes de son histoire, Alan n'avait jamais parlé de l'émeute, n'avait jamais parlé de la mort de la femme de Guile et de la haine qu'il avait éveillé dans l'esprit de cet ancien homme de chantier. La traque que celui-ci avait organisé pour retrouver les gens responsable de la mort de sa femme, l'assassinat de Clarence et tout le reste.

À cause de la violence et la fourberie d'un seul homme, Alan avait dû se cacher, abandonner les apparences et laissé la Bête s'occuper de leur survie. Le symbiote et l'hôte avaient été synchronisé pendant toute une année, concentrés sur leur survie, sans forcément s'en rendre compte. Pour Alan, le temps était simplement passé alors qu'il avait fait de son mieux pour vaincre Guile et son esprit vengeur. Donc en vue de sa rétrospective, Alan n'avait aucune envie de revivre le massacre de son groupe à cause d'un personnage qui n'avait pourtant pas l'air menaçant au premier abord.

Alex avait gémit légèrement ce qui avait accentué le sourire du galeriste. Mais quand celui-ci l'eût lâché, alors qu'elle s'était complètement collée à la caravane - sûrement par réflexe de survie - la brune n'avait pas pu s'empêcher d'ouvrir sa bouche un peu plus et de demander plus ample d'informations. Alan haussa alors les sourcils avant de tousser un rire légèrement narquois, qui passa tout à fait pour le rire qu'il essaierait de contenir après avoir entendu une boutade un peu graveleuse.

Alors, d'un geste doux et délicat, il passa sa main près de l'épaule qu'il avait malmené avant de la glisser vers la main d'Alex. Cette main, Alan l'amena vers ses lèvres : s'étant étiré juste avant, le galeriste se trouvait en contre-plongée de la jeune femme, la position idéal d'un baise main poli, amical et même affectueux, qu'il assenait à la jeune femme, sans lui tenir fermement la main, d'un geste aussi léger que la caresse d'une plume. « Ou je briserai chacun de tes os... » La Bête savait séduire et manipuler, une tactique avec laquelle Alan s'arrangeait. Après tout, de l'extérieur, il passait pour le doyen, aimable et même espiègle envers sa camarade, lui prodiguant de précieux conseils, une accolade paternelle - un peu ferme - et le baise-main d'un gentleman serviable, inquiet pour la santé de sa camarade.

En se retirant, reculant d'un pas pour étirer un peu plus ses tibias, Alan esquissa un sourire parfaitement aimable et sincère à Alex, comme si rien ne s'était passé et acquiesça la tête en sa direction. « Il est temps pour moi de repartir entretenir ce corps sur lequel le temps a fait son office. C'était un plaisir Alex. Et n'oublie pas, ménage-toi, nous aurons tous le sourire quand tu seras 100% en forme ! » Sa dernière parole avait été dite un peu plus haute - bien que tout le monde dorme encore dans les environs. Il adressa un clin d'oeil à Alex et reprit son jogging à petites foulées avant de repartir plus loin au bout du terrain pour repousser ses limites.

Ça ne pouvait pas être autrement... Nous n'avions pas le choix. Argumenta alors Alan pour lui-même en acquiesçant, le souffle court, après une série de pompes. L'oeil déterminé, il essayait de se convaincre qu'il ne se trompait pas : il savait qu'Alex cachait quelque chose, et s'il ne savait pas encore quoi, il avait au moins réussi à la remettre à sa juste place.



APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1600
Sujet: Re: Le bon, la brute et la traitresse    Ven 19 Fév 2021 - 10:53
Celle qui fait moins la maligne


J’ai l’impression qu’il se rend compte qu’il me fait mal et qu’il me fait et que cela ne l’arrête pas, bien au contraire. A croire qu’il aime ca. Comme le fou… cette pensée me paralyse encore plus. Si je n’avais bien analysé qu’Alan était une menace, je n’avais pas mesuré l’ampleur. Je reste pétrifiée quand il se met a rire. Il est en train de se moquer de moi là ? Les sourcils froncés, le regard interrogateur, je reste a le fixer sans réellement comprendre ce qui se passe dans sa tête, mais convaincu que ca va mal se finir.

Sidérée, incapable de bouger, de me dérober ou de retirer ma main, je le sens presque délicatement me la prendre alors que rien que le contact de sa peau sur la mienne me révulse. J’ai un haut le cœur et les larmes aux yeux en le voyant baiser ma main. Le souffle de plus en plus court, toujours le dos coller a la caravane comme si je voulais me fondre dedans, je subis ce geste aussi violemment qu’un coup. Je ne sais pas ce que cela donne de l’extérieur, mais en tout cas, moi, je suis au supplice. Comme s’il m’invitait a prendre le thé il m’explique qui compte me briser les os.

Même quand il me relâche et se recule, je n’arrive pas a bouger, j’ai le réflexe de croiser les bras sur mon manteau, protégeant ma poitrine sans que cela soit logique. Je n’arrive pas a détourner les yeux quand il se remets a me parler comme si de rien était, comme s’il ne venait pas de m’agresser… « c’était un plaisir » ??? Mais non !!! Ce n’est que lorsqu’il est parti, longtemps après que, tremblante, j’arrive a me décoller de la paroi pour tomber a genoux et rendre tout ce que j’avais dans l’estomac. Je ne sais pas si j’ai été vue et j’ai du mal a me reprendre. Peu assuré sur mes jambes, je finis par réussir a me redresser et j’essaye de mettre un peu d’ordre dans mes cheveux et ma tenue.

Pale et les traits tendus, je passe ma main sur mon épaule douloureuse, sans savoir que le fou n’appréciera pas de découvrir que quelqu’un d’autre a marqué mon corps. Je me fais violence pour essaye de reprendre mes activités normalement comme si de rien était. Je ne suis pas sûre d’avoir vraiment compris ce qui s’est passée, que ca soit la fatigue, le choc ou juste que les gens déviants sont compliqués a suivre. Dans tous les cas, je ne vais pas avoir le choix qu’essayer de donner le change a Kaz aussi maintenant et à m’éloigner de lui. C’est la mort dans l’âme mais consciente qu’un conflit avec Alan serait la fin de trop de chose que je retourne a mes installations, après j’irais m’occuper des filles, ensuite aider Bruce pour le repas, ensuite je retourne aux installations…. Essayer de me perdre dans ce programme routinier a quelques choses de réconfortant sauf que, la menace de Reese, que je ne sais toujours pas payer, celle du fou, celle des Divas et maintenant celle d’Alan… cela fait beaucoup… beaucoup trop même...



Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Le bon, la brute et la traitresse    
Revenir en haut Aller en bas  
- Le bon, la brute et la traitresse -
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: