The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -41%
SanDisk Carte Mémoire microSDXC Ultra 128 Go + ...
Voir le deal
16.64 €

fortune's fool
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 606
Sujet: Re: fortune's fool   Lun 8 Mar 2021 - 13:47
L’ironie qui la frappe la fait sourire plus largement. Maeve n’avait jamais été le genre de femme à prendre particulièrement soin d’elle. Premièrement parce qu’être tirée à quatre épingles quand on passait ses journées en tenue stérile dans un bloc opératoire lui paraissait futile au possible et surtout parce qu’elle n’avait jamais cherché à se cacher derrière de genre d'apparat. Timide, pudique, un peu froide quand on la connaissait pas, au moins ne mentait-elle pas sur la marchandise. Quant à sa vie privée, jamais elle n’avait visité de SPA ou réservé de séances de massage. Quand elle ne travaillait pas ou n’approfondissait pas ses compétences et connaissances en vue d’une future intervention, c’est dans la tranquillité de sa maison qu’elle aimait se ressourcer, ici même, sur Bainbridge Island et son calme légendaire. Il aura fallu attendre la fin de leur monde, que les morts se relèvent et une vie de survie au sein d’un camp solide pour qu’elle s’adonne finalement aux frivolités qui plaisent tant aux femmes. Mais bon, la quadragénaire avait appris récemment qu’il n’était jamais trop tard pour de nouvelles expériences et à cette pensée ses yeux s’attardent beaucoup trop longuement sur les lèvres pleines de sa meilleure amie. Pensée qu’elle tue dans l'œuf par une gorgée de vin, placebo efficace pour lui remettre les idées en place. Du moins l’espérait-elle. “Katie Johnson” répète-t-elle en mettant un visage sur le nom qui ne lui parle pas dans les premières secondes. Pourtant c’est une patiente, comme un bon tiers de la population du camp maintenant. Mais plus les rangs s’agrandissent et plus il lui devient compliqué de retenir tous les noms, surtout ceux qu’elle ne voit pas de façon régulière. “Je l’ai déjà vu nue plusieurs fois, j’imagine que c’est un juste retour des choses…” Un rire passe sa gorge. Elles savent toutes les deux que derrière cette fausse assurance, il est fort probable que les complexes de la Canadienne et sa pudeur légendaire lui fassent monter le rouge aux joues.

Louchant sur les assiettes qui se remplissent et libèrent de divins arômes pour ses narines, elle ferme les yeux, ne pouvant empêcher un “hummm” de ponctuer sa gestuelle, salivant par avance. Son estomac, comme pour se mêler à la danse, se met à gargouiller, elle qui n’avait pourtant pas faim vingt minutes plus tôt et qui ne rêvait que du confort de son lit.

Relevant son regard sur la scientifique quand elle reprend la parole, Maeve attend une suite qui ne vient pas, tentant de raccrocher les wagons de la conversation. “Préféré quoi? Un kilo de twinkies non périmés? Probablement. À bien y réfléchir, peu de choses valent un kilo de twinkies à mes yeux.” Des milliers de calories compressées dans quelques centimètres d’un plaisir gustatif coupable. Ça avait été son péché mignon durant de nombreuses années et elle était certaine d’avoir dépensé des milliers d’euros dans les distributeurs de l’hôpital pendant ses quinze années là-bas. “On mange!” Confirme-t-elle finalement dans un sourire, autant pour sa bêtise que pour cette alléchante invitation,  attrapant la bouteille de vin pour l’apporter à la table tandis que Quinn s’occupe des assiettes.

Les conversations filent, s'enchaînent, passant du coq à l’âne dans des rires francs dont elles seules ont le secret, profitant pour se raconter les derniers potins du camp une fois deux verres de vin enfilés. Visiblement, leur résistance à l’alcool n’a pas grandi depuis la dernière fois, dans la cave de Friedrich.
Repoussant son assiette doucement sur la table, Maeve s’essuie le coin des lèvres et repose la serviette à côté de ses couverts vides. “C’était vraiment délicieux. Je ne sais pas comment tu as trouvé le temps d’être si douée en cuisine avec ton travail.” Elle parle évidemment de leur vie d’avant. La chirurgienne s’était toujours contenté de manger sur le pouce, ne s’accordant jamais le temps d’un vrai repas. Adepte des surgelés et du micro-ondes, elle devait l’avouer. “Merci encore.” Souffle-t-elle, largement contentée. "Bon, madame la scientifique, puisque je n’ai pas eu droit au spoiler, c’est un repas avec dessert compris ou…?” Prenant conscience un peu tard du double sens que sa phrase peut porter, elle tente de faire bonne figure, sourire accroché aux lèvres et faussement détendue alors qu’elle se fustige intérieurement d’être si sotte. Ou masochiste. Sans doute les deux.


+ Slowly learning that life is OK+
Revenir en haut Aller en bas  
Quinn St-Germain
Quinn St-Germain
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 270
Sujet: Re: fortune's fool   Sam 20 Mar 2021 - 22:04
Au-dessus des plats et des assiettes, la conversation va bon train, aisée et légère. Les blancs sont rares entre les deux amies et même lorsqu’ils surviennent, ils ne sont jamais gênés, jamais empreints de malaise. Elles sont trop habituées l’une à l’autre pour que cela arrive. Et ce soir ne fait pas exception. Avec plaisir, Quinn se glisse dans cette peau qu’elle connaît mais qu’elle apprécie tant : celle de la femme normale. Celle d’une femme qui n’a pas la responsabilité de la survie de près de quatre cents personnes sur les épaules, qu’on ne presse pas chaque jour de trouver le remède miracle à une maladie qui ne semble pas en avoir. Cette femme peut rire avec légèreté, peut parler de tout et de rien avec son amie sans se préoccuper du jugement de ceux qui attendent, de ceux qui espèrent. Ceux qui regardent d’un mauvais œil la moindre seconde passée hors de son laboratoire, le moindre instant passé loin de ses notes. Même dormir devient un sacrilège, lorsque toute une partie de la population semble courir après le temps. Et du temps, Quinn en manque cruellement. L’épée de Damoclès qui pend au-dessus de Maeve et de tous les autres, l’épidémiologiste la sent également peser sur son cou, son fil aiguisé entamant lentement sa peau…

Lorsque Maeve termine son assiette, Quinn n’a pas tout à fait fini la sienne. C’est une mangeuse lente, une habitude qu’elle a prise lorsqu’elle surveillait son poids au gramme près, tant pour retrouver sa silhouette pré-grossesse que pour satisfaire ses angoisses. Avec un sourire gêné, elle joue avec un morceau de poulet du bout de sa fourchette, avant de se décider à le couper en deux et à l’embrocher. « Entre les biberons de Sarah… Et je faisais attention à ce que je mangeais, c’était mieux de faire soi-même. » Un euphémisme pour dissimuler le fait qu’elle pesait tout compulsivement, jusqu’à plusieurs fois d’affilée et en enlevant quelques grammes à chaque fois. Un voile pudique jeté sur les kilos perdus, qui l’avait laissée plus mince qu’avant sa grossesse. Une période dont elle ne parle pas facilement et à laquelle elle n’aime pas repenser. Surtout pas alors que ses angoisses frappent à la porte et menacent de la faire basculer de nouveau.

Achevant son assiette avec un sentiment de culpabilité, elle se lève et ramasse leurs couverts alors que Maeve l’interroge sur la suite du programme. Surprise, Quinn se fige un instant, se fustigeant immédiatement. Ce n’est certainement pas à ça que pense son amie. Et d’ailleurs, elle-même ne devrait pas y songer. « Bien sûr. » Et c’était vrai. Elle avait même préparé le gâteau préféré de Maeve, avec les moyens du bord. Prenant le temps de poser les assiettes sales dans l’évier, Quinn ouvre ensuite un placard pour en sortir leur dessert, encore dissimulé sous une cloche en métal. De toute évidence, même si elle ne cuisinait jamais, la chirurgienne avait dû recevoir quelques cadeaux dignes de La parfaite ménagère, édition 1951. Avec une petite pointe de satisfaction, elle dépose le gâteau devant Maeve et soulève la cloche tout en se rasseyant. « Ta-daaaa ! Merde, ajoute-t-elle brutalement en réalisant qu’elles n’ont plus d’assiettes. » Se relevant, elle récupère deux petites assiettes à dessert et deux cuillers, qu’elle ramène rapidement à table. « Tu veux une grosse part ? » Elle s’empare déjà du couteau et tranche un premier coup, la lame en l’air, attendant l’ordre de Maeve.



--- i was there, caught up in a dream, running after a new reality.
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 606
Sujet: Re: fortune's fool   Jeu 1 Avr 2021 - 20:40
Elle se retient de se mordre l’intérieur de la joue pour avoir exposé ainsi un sujet que la chirurgienne devine sensible. Elles ont beau tout se dire, tout partager de leur passé, de leurs épreuves et de leurs joies, Maeve a parfois du mal à franchir certaines lignes, celle du mari et de la fille en première ligne. Sans doute parce qu’elle n’a jamais eu à connaître cette perte et que de trop nombreuses fois la doc s’est demandée comment son amie tenait encore debout, continuait d’avancer. Questionnement qui n’a fait que grandir l’estime qu’elle lui porte, l’affection qu’elle lui voue et le respect gagné il y a de nombreuses années déjà. Quinn, son roc. C’était précisément cette version d’elle que la quadragénaire avait un jour méprisée. Et c’est la version qui lui fait face qui lui retourne complètement la tête depuis de nombreuses semaines maintenant.
Elle ne dit mot, se contentant d’un sourire affectueux alors que ses yeux détaillent son visage de porcelaine. Les années lui rendent hommage. L’épidémiologiste n’a jamais été aussi belle que dans ce début de quarantaine.

Elle laisse s’échapper ces pensées et se redresse volontiers quand le sujet d’un dessert est évoqué, retrouvant une partie infime de cette âme d’enfant concernant les surprises, surtout gustatives. Évitant la tentation de tricher, la cloche qui recouvre le plat empêche de toute façon toute œillade curieuse et quand la scientifique révèle la suite du repas, Maeve écarquille les yeux, surprise et touchée que son amie se soit souvenue de son dessert préféré et surtout qu’elle se soit donnée tant de mal pour satisfaire son envie. Son exclamation précède une injure et arquant un sourcil dans sa direction elle voit la jeune femme s’encombrer de nouveaux couverts, répondant ainsi à son interrogation muette. “Okay tu viens clairement de placer la barre très haut. Très très haut.” lâche-t-elle dans un sourire radieux. “Je suis conquise.” Elle plante un instant ses prunelles claires  dans leur miroir et arque à nouveau un sourcil. “C’est une vraie question?” Et à la place d’y répondre, elle place l’une de ses mains sur celle de Quinn, celle qui tient le couteau et évalue seule la part qui lui est destinée, l’incitant à couper un morceau généreux. Une légère décharge électrique parcourt ses doigts et remonte le long de son bras, lui donnant la chair de poule et gênée, elle attrape son verre de vin et en boit quelques gorgées pour oublier cette sensation.

Attendant que sa comparse se serve à son tour, elle trinque une nouvelle fois avec elle, un éternel sourire accroché à ses lèvres, avant de prendre une première bouchée, laissant les saveurs chatouiller ses papilles, les yeux fermés. Depuis combien d’années n’avaient-elle pas pu céder à ce plaisir sucré? “Bon sang ce que c’est orgasmique. À quoi servent les hommes quand ils peuvent être si facilement remplacés par un tiramisu?” Pure rhétorique et elle laisse un rire lui échapper, suivi d’une grimace faussement coupable. Ces messieurs en prenaient décidément pour leur grade ce soir.

Chaque bouchée est un pur délice et si son estomac est plein c’est sa gourmandise seule qui lui permet de terminer la part, ayant clairement eu les yeux plus grands que le ventre. S’essuyant le coin des lèvres avec sa serviette elle la repose et repousse légèrement son assiette. “Merci, tu es la meilleure. Vraiment.” Et elle ignorait réellement à quel point. Repue, un peu lasse après sa journée et sans doute quelque peu portée par le vin, Maeve se redresse, repliant son index à plusieurs reprises pour inviter son amie à la suivre au salon, non sans emporter avec elle son verre après s’être resservie. On ne vivait qu’une fois non?

Allumant sa platine vinyle, l’un des rares caprices de son ancienne vie, elle sort précautionneusement un Glenn Miller et le dépose, plaçant le diamant dans l’un des sillons et se laissant porter par les premières notes de cette version de Moonlight Serenade. Se retournant vers l’épidémiologiste, elle dépose son verre sur la table basse. “Premièrement, retire ces engins de torture et reviens à ma hauteur.” Pointant ses talons hauts, elle tend ensuite une main vers la scientifique, un mystérieux sourire aux lèvres. “Miss St-Germain, m’accordez-vous cette danse?” Elle use volontairement d’un faux ton de crooner auquel elle ne croit même pas, se retenant de rire. D’accord, le vin commençait sérieusement à faire effet.


+ Slowly learning that life is OK+
Revenir en haut Aller en bas  
Quinn St-Germain
Quinn St-Germain
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 270
Sujet: Re: fortune's fool   Sam 10 Avr 2021 - 18:32
Amusée par la surprise de Maeve, Quinn esquisse un sourire satisfait. C’est exactement l’effet qu’elle espérait obtenir et elle a visiblement rempli son objectif. A défaut d’avoir un véritable cadeau à offrir à son amie la plus chère, la brune peut au moins se targuer de lui avoir fait plaisir. Et s’il subsistait le moindre doute quant au fait que Maeve apprécie l’attention de l’épidémiologiste, ses mots achèvent de le dissiper. Le sourire de Quinn s’élargit et un petit rire cristallin franchit ses lèvres alors que la chirurgienne saisit sa main pour couper une part toujours plus grosse. Elle-même serait bien en peine d’avaler encore quelque chose après la copieuse assiette qu’elle s’était servie, mais elle n’a pas l’intention de regarder Maeve déguster son dessert toute seule. Après avoir déposé sa part - gargantuesque - dans l’assiette de la brune, Quinn se coupe un morceau considérablement plus petit. Souriant toujours, elle sent néanmoins le goût amer de la culpabilité envahir sa bouche. Légèrement décontenancée, elle reprend place et balaie son malaise en trinquant avec Maeve. Sa joie fait plaisir à voir et chasse toutes les arrière-pensées de Quinn.

Observant Maeve alors qu’elle plonge avec gourmandise sa cuillère dans le gâteau, le sourire de la brune gagne ses yeux tandis que le visage de la chirurgienne se transforme sous l’effet du plaisir. Au moins, toutes ces heures en cuisine, et ce casse-tête pour trouver les ingrédients, n’ont pas été vain. Plus lente, Quinn achève sa part en même temps que Maeve, et repose sa cuillère alors que celle-ci repousse son assiette. Sentant ses joues s’enflammer sous le compliment, elle glisse sa main sous son menton et détourne le regard. « Je t’en prie, ça m’a fait plaisir. » Pas seulement parce que, un peu plus de cinq ans après le début de l’épidémie, le simple fait de se nourrir est devenu pour beaucoup un défi quotidien, et que cuisiner - véritablement cuisiner - est un luxe rare. Mais parce que Maeve ne cesse jamais de considérer à leur juste valeur les efforts de l’épidémiologiste. Même si elle ne prend pas son amie pour acquise, loin de là, Quinn de pouvoir un jour la décevoir. Non pas qu’elle le veuille, bien au contraire. Mais Maeve fait partie des rares personnes à avoir su percer sa carapace et voir au-delà de l’apparente arrogance. Pour cela, et pour tellement d’autres choses, Quinn espère ne jamais être séparée de son amie.

Surprenant du coin de l’oeil le mouvement de Maeve, Quinn redresse la tête et, les sourcils froncés par l’amusement, se lève à la suite de la chirurgienne. « J’imagine que je ferais la vaisselle plus tard. » Un petit rire résonne dans la cuisine et elle hausse les épaules, abandonnant les reliefs de leur repas sur la table. Elle attrape au vol son verre de vin, avant d’être tractée jusqu’au salon par Maeve. Celle-ci l’abandonne pour rejoindre sa place tandis que Quinn, devinant ses intentions et gênée par avance, avale une gorgée de vin pour se donner du courage. Très vite, la trombone de Glenn Miller envahi le salon et Maeve revient vers elle, un air mystérieux sur le visage. « Je sais ce que tu fais, Wheelan. » Son ton est chargé de rire et sa voix se superpose à celle de la chirurgienne, qui lui ordonne d’enlever ses chaussures. Ne retenant plus son hilarité, Quinn s’exécute en faisant voler les talons sous la table basse, avant d’y déposer son propre verre. Dès les premiers pas, il devient vite évident qu’elle a déjà trop abusé du vin – ou que son poids plume la rend bien trop vulnérable à l’alcool. Mais, moitié riant, moitié chantant, elle laisse Maeve l’entraîner et danser à travers le salon.



--- i was there, caught up in a dream, running after a new reality.
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 606
Sujet: Re: fortune's fool   Dim 11 Avr 2021 - 16:44
Haussant les épaules et affichant sa plus belle mine innocente, elle se donne un air faussement angélique vite écarté au profit d’un sourire amusé. Sa main dans la sienne, la chirurgienne attire doucement son amie à elle, laissant la musique faire son oeuvre et emplir la pièce, focalisée un instant sur un équilibre qui devient précaire avant de se laisser emporter par le moment. Une main dans la sienne, la quarantenaire glisse insidieusement la seconde dans le creux de ses reins, les rapprochant sans même s’en rendre compte. Bercée par les notes, par le crépitement particulier du tourne disque, par cette présence familière qui a su se frayer une place au-delà des barrières, elle oublie tout : la pression qui pèse sur ses épaules avec la gestion du dispensaire et les soucis qui y sont liés, les trop nombreuses interrogations qui parasitent son quotidien, la nouvelle menace dont l’ombre s’agrandit au-dessus de leur tête. Elle oublie l’extérieur, tout ce qui n’est présentement pas elles. Quinn a ce pouvoir inconscient d’accaparer toutes ses pensées, toutes ses attentions. En dehors de cette bulle exquise, le monde continue de tourner et la chirurgienne n’en pourrait s’en soucier moins.

Posant sa tempe contre la sienne, elle ferme les yeux et se laisse un instant porter par ce léger étourdissement qui la gagne causé par l’alcool et une plénitude finalement peu habituelle. Son parfum chatouille agréablement les narines et elle inspire profondément pour s’en enivrer un peu plus. Synonyme de cocon, de douceur, de sécurité, de bonheur. Son corps qui se meut contre le sien éveille ses sens, prenant conscience de cette proximité plus qu’intime que la doc a justement cherché à éviter ces dernières semaines. Pour les idées qui germent chaque fois que l’épidémiologiste est près d’elle trop longtemps, pour les envies qui naissent à son contact, pour cette perdition dans laquelle la Canadienne se noie tous les jours un peu plus. Coincée dans cet entre-deux. Ni tout à fait sûre mais plus en capacité de nier. Pour cette envie de ne rien gâcher et ce besoin qui lui tiraille toujours un peu plus les entrailles. Elle, et sa faculté masochiste à tout ruiner, à briser tous ceux trop proches d’elle, à écorcher les cœurs qui n’ont rien demandé.

Pourtant c’est là, sournois, insidieux, comme une déferlante qui ne peut plus être contenue. Elle d’apparence toujours si calme et pondérée et pourtant contrainte de retenir intérieurement un tsunami d’émotions et de contradictions. Là, tout contre sa meilleure amie, les lèvres si près de son oreille. “Promets-moi que je ne te perdrai jamais.” Une inquiétude pensée que la doc n’avait pas l’intention de souffler à l’oral. Rouvrant les paupières, elle recule légèrement son visage, prise sur le fait de craintes qui n’ont, pour tout autre personne qu’elle-même, aucune logique.

Par volonté de se justifier, Maeve plante ses iris dans leurs jumelles azurées et si ses lèvres s’entrouvrent pour tenter d’apaiser sa propre conscience, elles se referment tout aussi rapidement, bloquée dans l’instant. Par ses courbes qui épousent si parfaitement les siennes, pour son visage si près du sien. Ses yeux dérivent sur ses traits fins et angéliques, sur cette bouche devenue cil tentatrice. Si près, si près… et pourtant si loin. Quinn est sa moitié, son miroir le plus absolu dont le reflet est pourtant si différent du sien. Parfois adversaires, parfois complices, ils se complètent de la plus parfaite des façons. Amitié fusionnelle et précieuse par sa rareté ou plus?

Perdue, juste alcoolisée ce qu’il faut pour trouver ce courage liquide qui lui manque si cruellement, sa raison la pousse à reculer, à préserver ce qui lui est si cher. Mais la raison n’est plus, quand Quinn est là. Depuis de trop longs mois déjà, elle le sait.

Son visage se rapproche, se rapproche encore, et avant même que les protestations mentales la rappellent à l’ordre, ses lèvres sont sur les siennes.


+ Slowly learning that life is OK+
Revenir en haut Aller en bas  
Quinn St-Germain
Quinn St-Germain
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 270
Sujet: Re: fortune's fool   Lun 12 Avr 2021 - 19:40
Emportée par l’alcool, la musique et la danse, Quinn laisse Maeve guider leur petite improvisation. Elle remarque à peine la main qui dévale ses reins et les rapprochent l’une de l’autre. Contre elle, Maeve semble fondre et la brune lâche un petit rire amusé, qui résonne à peine par-dessus la musique. Elle doit être vraiment épuisée, repue ou soûle pour se laisser aller ainsi. Car Maeve est à l’image de Quinn. Toutes deux sont faites de la même glace, du même froid. Elles n’ont pas pour habitude de faire tomber le masque, de laisser transparaître leurs émotions et surtout, surtout, elles ne laissent personne pénétrer leur intimité.

Pourtant, il a bien fallu que l’une et l’autre fasse cet effort pour construire l’amitié qui est aujourd’hui la leur. Qu’elles sortent de leur citadelle respective, pour se rencontrer à mi-chemin. Et, Quinn ne peut le nier, elle n’a jamais regretté d’être passé outre ses préjugés, outre ses à-priori. Depuis le début, Maeve la soutient. Elle est devenue son roc, un élément incontournable de sa journée. Avant même son emménagement chez elle, il ne passait pas un jour sans qu’elle pense au moins une fois à elle, à défaut de se voir. Après son arrivée, les choses ont pris des allures de colocation étudiante – avec tout de même plus de maturité.

Serrées l’une contre l’autre, le menton sur l’épaule de l’autre, elles adoptent un rythme plus lent, plus mesuré. En désaccord avec la musique, mais plus adapté à leur état. Un léger sourire aux lèvres, Quinn frissonne en entendant le murmure de Maeve, tout contre son oreille. « Jamais. » A peine un chuchotement. Bercée, elle s’étonne de sentir la chirurgienne s’éloigner, et croise son regard, interrogative. Elle voit Maeve tenter un balbutiement, avant de se raviser.

Et avant qu’elle n’aie le temps de dire quoi que ce soit, elle sent les lèvres de sa meilleure amie sur les siennes.

Surprise, Quinn se fige un instant, avant de reculer d’un pas. Sans brusquerie, sans rejet. Simplement… l’incompréhension se peint sur son visage. Dans son esprit, tout un tas de pensées se télescopent, exposant en une myriades de questions. Mais une seule importe vraiment. « Pourquoi ? » Aucun jugement, ni dégoût. Pourquoi maintenant ? Pourquoi elle, pourquoi elles ? Sourcils froncés, elle scrute le visage de Maeve, à la recherche d’une première réponse.

Avec le sentiment d’avoir soudainement dégrisé.  



--- i was there, caught up in a dream, running after a new reality.
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 606
Sujet: Re: fortune's fool   Mar 13 Avr 2021 - 14:14
Une seconde, à peine.
C’est le temps qu’il faut à l’épidémiologiste pour rompre tout contact et la ramener de plein fouet dans la réalité. Une seconde, c’est le temps qu’il faut à Maeve pour passer de cet état cotonneux à la brutalité de l’instant présent. Une seconde, c’est le temps accordé pour découvrir la douceur de ses lèvres, pour tenter de trouver des certitudes à des questions qui la hantent depuis des mois, et en ajouter de nouvelles.

Une seconde, à peine.
Et la chaleur de son corps contre le sien s’estompe pour la plonger dans la froideur de l’après.

Une seconde, à peine.
Et de cette étreinte doucereuse ne reste que le vide, béant.

Rouvrant les yeux, la chirurgienne doit se confronter aux prunelles inquisitrices de sa meilleure amie, et à toutes les pensées contradictoires qui se percutent violemment là-haut sans trouver de fil conducteur ou de logique. Pas plus que la doc ne trouve une réponse claire à offrir à la jeune femme. Le silence s’installe, perdure, et elle s’en veut. Pas pour ce qu’elle ressent, pas pour tout ce qui semble naître au contact de sa vis-à-vis, mais pour sa propension à tout gâcher, systématiquement. Pour cet océan de maladresse dans lequel elle se noie dès qu’elle ne porte pas de blouse blanche. Pour le risque encouru par un tel geste par simple égoïsme et désir de certitudes. Pour ne pas jamais se contenter des bonnes choses qui lui arrivent. Pour ce masochisme presque inné et ce sadisme qu’elle rejette mais qui existe bel et bien.

Pourquoi
Parce qu’elle est perdue? Acculée face à des sentiments qu’elle n’arrive pas à appréhender? Ce désir, ces envies, cet amour. Fraternel? Amical? Fusionnel? Amoureux?  Comment s’y retrouver quand on a la sensation de tout mélanger? “Je…” Mais elle n’a pas de réponse à ce pourquoi. Pas plus qu’elle n’en trouve pour elle-même.

“Je suis désolée…” Supplique alors que Maeve initie à son tour un pas en arrière. Elle aimerait mettre ça sur le dos de l’alcool, de l’euphorie qu’il a provoquée, de cet état inconscient qui nous porte parfois. Mais elle n’en a pas le droit. Ce serait mentir, et ce ne serait pas respectueux pour ce qu’elles partagent depuis presque cinq ans. “J’aurais pas dû…je…” Elle si sûre de sa personne, de son talent, se retrouve à balbutier comme un enfant pris en faute. Son regard devient fuyant alors qu’elle sent l’émotion la gagner et ses yeux menacer de faire refluer quelques larmes. “C’était stupide…” Un rire nerveux et sans joie passe ses lèvres alors que la quadragénaire passe une main sur son visage, comme si ce simple geste avait le pouvoir d’effacer le précédent. “Je suis stupide.” Ou comment ruiner une soirée pourtant parfaite. Comment balayer une amitié solide de plusieurs années ou en tout cas risquer de le faire.


+ Slowly learning that life is OK+
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: fortune's fool   
Revenir en haut Aller en bas  
- fortune's fool -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: