The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Inner city blues
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anton Donovan
Anton Donovan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Exiles | Chasseur de primes
Chat Noir
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1184
Sujet: Re: Inner city blues   Dim 14 Mar 2021 - 21:10
Anton se sentait presque obligé de rassurer son ami vis-à-vis de Reese, il n’avait rien à envier aux autres hommes du no man’s land, loin de là et surtout pas de cet acteur raté. Valérian était vraiment un homme surprenant aux yeux de l’ancien flic, sûr de lui, efficace sous la pression, bon négociateur et pourtant il était encore plus nul que lui avec le sexe opposé et pourtant, Anton mettait la barre bien basse : « La différence entre Broden et toi c’est que lui, c’est un débile qui jouait les intelligents et toi t’es un mec plutôt câblé qui deviens débile devant les filles. Allez arrêtes de penser à lui.» Anton donna une rude tape sur l’épaule de son ami avant de reprendre son histoire sur son ex-femme.

Il baissa la voix pour être sûr que seul Valérian entendrait ce qu’il avait à lui dire : « En vérité, je n’ai connu qu’elle comme… vraie amour. Quelques relations sans grand intérêt avant et après son départ pas grand-chose. »Il laissa échapper un ricanement sinistre avant de reprendre : « Et j’irai pas jusqu’à dire que j’étais un agneau avec elle et que je suis un agneau avec les femmes. Ce qui était bien aussi avec elle c’était qu’elle pouvait encaisser et rendre les coups. » C’était aussi le charme de cette relation toxique et brûlante, cette capacité à se faire chacun du mal à encaisser et à se relever. Aller de l’avant, c’était la façon dont Anton concevait l’amour…

Il arrêta de parler de lui : « Et pour Yulia, ça crevait les yeux, ta petite virée chez les expandables en juin. Comment vous vous regardiez, ce genre de chose… Pas besoin d’être un fédéral pour s’en rendre compte. » Mais du coup, les révélations de Val soulevait des questions légitime sur son ami :

« Et pourquoi tes relations étaient conflictuelles, tu n’es pas du genre à t’énerver pour un rien et à balancer une agrafeuse sur la tête des gens. » Chose qu’Anton avait fait et c’était un excellent souvenir. « Je me trompe peut-être à ton sujet Val’ mais tu m’as toujours semblé si… raisonnable et sympa. Si on me demandait un jour de montrer une caution morale, je te désignerais sans hésiter. » Anton prit une grosse gorgée d’alcool, retenant un hocquet en écoutant la réponse de Valérian, avant de le couper de balancer d’un ton ferme :

« Au pire, tu sais quoi, si a 38 ans t’es toujours dans la galère, on termine grec ensemble. »




La fin justifie toujours les moyens et parmi eux, la violence est toujours une option.

The Exiles:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Leader | The Exiles
Pipou ♥
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2047
Sujet: Re: Inner city blues   Mer 14 Avr 2021 - 21:08
Un soupir las franchit les lèvres de Valérian. « Tu as raison. » dit-il d’un air résolu. « Je dois arrêter de penser à ce Broden. On va finir par me croire amoureux de lui, sinon. » Il renifla d’un air amusé, mais la ride de son front trahissait son état préoccupé. Le grec ignorait pour quelle raison il s’inquiétait tant de cet homme, ou de l’avis de Reese. Il se préoccupait en effet de choses tout à fait triviales. Ce qui était absolument ridicule. Il avait suffisamment de responsabilités à la distillerie pour s’encombrer l’esprit de telles stupidités ! Et pourtant, chaque fois que les pensées de Valérian s’égaraient, c’était vers le souvenir de Reese qu’elles étaient irrévocablement attirées...

Balayant de son esprit le souvenir de la jeune femme, Valérian se pencha pour écouter ce que lui soufflait Anton. Il était surprenant d’entendre le géant se confier au sujet de sa vie amoureuse. Lui qui d’ordinaire faisait preuve d’une violence inouïe, baissait soudain ses gardes pour dévoiler une facette plus humaine de sa personne. La noirceur dans ses yeux parut s’atténuer. Elle évoqua au grec des obsidiennes polies, dont le reflet était tout à coup nettement moins tranchant. Surpris de constater un tel changement s’opérer chez Anton, Valérian l’écouta avec attention. Le géant se confia au sujet de la violence de son mariage. Une violence dont Anton semblait se repaître et se contenter. « C’est donc ce que tu attends d’une femme ? » Valérian regarda le géant dans les yeux. « Qu’elle sache rendre les coups ? » Il resta un instant silencieux puis ajouta franchement, avec une moue réprobatrice : « Tu mérites mieux que ça, Anton. »    

Si Anton était gangrené par la violence, il était évident aux yeux de Valérian qu’elle était le fruit d’une histoire brutale, probablement impitoyable. Le grec ignorait quel avait été le parcours de son ami. Il percevait cependant chez lui des blessures dont les racines étaient profondes. Valérian espérait toutefois qu'Anton parvienne un jour à se débarrasser de ce poison. D'une façon ou d'une autre.

Le grec se figea ensuite à l’évocation de Yulia. Le regard fuyant, il évita de confronter Anton et serra les lèvres. « C’était une erreur. » Le ton était sec, catégorique. « Rien de plus. » Valérian ignorait à quel point il se mentait à lui-même. S’il préférait enterrer cette histoire au fond de lui, nul doute qu'elle l'avait durement éprouvé, et que ses sentiments pour la jeune femme avaient été forts, à la fois sincères et corrosifs.
 
Valérian baissa les yeux, honteux, aux remarques de son ami. « Je m’efforce d’être raisonnable. » dit-il lentement. « Mais il y a quelque chose en moi qui me pousse fréquemment à dire et faire des choses que je regrette toujours. » Il ignorait, à ce moment-là, que Ruby, Salem et Joaquin feraient eux aussi les frais de cette rage. « Toutes mes partenaires en ont souffert... (ses mâchoires se contractèrent) Yulia en a souffert. Je ne suis pas quelqu’un de bien, Anton. » Valérian eût un sourire ironique. « Je suis un salaud qui fait de son mieux pour être quelqu’un de correct. »

Un silence tomba dans la pièce. La gorge nouée, Valérian avait planté son regard dans un coin du salon. La plaisanterie d’Anton interrompit brusquement ses réflexions et le fit légèrement sursauter. Pris au dépourvu, le grec contempla d’un air incrédule son ami puis éclata d’un rire rauque, semblable à un aboiement. « Ah ah ! Je crains que tu n’aies un peu trop apprécié notre baiser, mon ami. » son regard pétilla. « Mais soit : je m’engage à finir vieux garçon avec toi, dans le cas où nous serions tous les deux célibataires dans quelques années. »

Il dévisagea alors Anton. Un sourire malicieux étira ses lèvres. « Dis-moi, simple curiosité : as-tu déjà essayé… avec un homme ? » Valérian s’esclaffa joyeusement au regard effaré que lui lança aussitôt son ami. « N’y vois aucune proposition de ma part ! Bon Dieu, non ! C’est une simple question. »



- Oh boy, your eyes betray what burns inside you -

Awards 2020/21:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Anton Donovan
Anton Donovan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Exiles | Chasseur de primes
Chat Noir
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1184
Sujet: Re: Inner city blues   Lun 19 Avr 2021 - 12:59


Anton reprit un verre en écoutant Valérian, sur lui-même, sur Reese, sur le fait qu’Anton méritait mieux qu’une femme qui savait rendre les coups… mais, aussi surprenant que ça pouvait paraitre, il ne savait même pas lui-même ce qu’il attendait d’une femme en réalité. Il décida donc de cacher sa confusion par une phrase très habituelle de sa part : « Si c’est pour dire de la merde Valérian, tu devrais plutôt fermer ta gueule. » Bougonna Anton dans sa barbe, en réaction aux dires de Valérian, si le grec était un salaud qui faisait de son mieux ? ça faisait quoi d’Anton ? Non pas qu’il considérait le grec comme un chaton, mais il l’avait rangé dans la catégorie des gens bien. Enfin, ce n’était que son opinion personnelle sur le grec et elle pouvait certainement évoluer et, aussi, se retrouver confronter : « T’es pas parfait, mais comme tu dis, tu fais de ton mieux et ça, c’est plus que la moitié des mecs que j’ai croisés dans ma vie. » Mieux que lui maintenant qu’il y pensait, de très loin…

Mais ça, il n’allait pas lui dire, après Valérian commencerait à penser qu’Anton est en train de tomber amoureux de lui et ça risquerait de mettre une ambiance étrange. Encore qu’avec une perruque blonde et de dos, ça pourrait passer. Mais ce n’était pas la question, Anton dit dans un demi-sourire, contrastant avec ces mots dit juste avant : « Les mecs très peu pour moi, je te remercie, je n’ai rien contre les gays mais je préfère la douceur du corps d’une femme. » La douceur physique il entendait, mais c’était une remarque un peu trop beauf même pour Anton et surtout à ce niveau d’alcool… Il n’y en avait pas assez pour mettre ses débordements sur le compte du liquide.

A un moment, il dit, à voix basse… presque pour lui-même : « Si Seulement Symea était encore là, j’avais l’impression qu’elle me comprenait… Maintenant je me suis entiché d’une gamine de 21 ans avec qui je n’ai aucun avenir. D’ailleurs, je ne sais même pas ce qu’elle peut réellement ressentir… » Valérian n’allait certainement pas l’aider, lui-même était perdu… Les deux s’étaient bien trouvés, il n’y avait pas à dire quand même. « Si tu avais l’occasion de changer quelque chose dans ta vie… ce serait quoi ? » Un grand classique de ce genre de soirée…






La fin justifie toujours les moyens et parmi eux, la violence est toujours une option.

The Exiles:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Valérian Zacharias
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Leader | The Exiles
Pipou ♥
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2047
Sujet: Re: Inner city blues   Mer 26 Mai 2021 - 21:00
Surpris par le ton abrupt d’Anton, Valérian resta silencieux, les lèvres serrées au point de former une ligne rigide. Si une part de lui s’offusquait de cette brusquerie, une autre appréciait toutefois la franchise du géant. Anton avait en effet le don de secouer le grec pour le mettre au pied du mur et le confronter à sa propre bêtise. Il était par ailleurs de ces amis capables d’énoncer les vérités les plus douloureuses, que bien d’autres auraient tues, dans le but de faire réagir ; de tirer de son accablement, de son apathie son entourage.

Si Valérian avait toujours emprunté de nombreux détours pour parvenir à ses fins, préférant à l’usage de la force une langue bien déliée et une politesse parfaitement dosée, Anton allait, quant à lui, droit au but et faisait preuve d’une franchise tout à fait désarmante. Une franchise qui faisait étonnement du bien au grec.

Valérian baissa les yeux. Faire de son mieux excusait-il ses erreurs ? Pas aux yeux du grec, en tout cas. En vérité, il redoutait cette chose qui semblait grossir en lui : cette violence dont la force se décuplait avec les mois, les années, et qui se repaissait de ce monde comme un monstre enfoui au sein de ses entrailles. Valérian craignait qu’un jour cette frénésie ne lui échappe irrémédiablement, et ne rompe avec la force d’un couperet les liens, les amitiés, qui le raccrochaient encore à la raison. « Compte tenu de tes fréquentations, la compétition n’est pas très rude. » commenta toutefois Valérian avec l’ombre d’un sourire.

Il balaya de son esprit ses préoccupations et but une nouvelle lampée de whisky. Celle-ci apaisa le tranchant de ses doutes, et instilla dans ses orbes noirs un éclat malicieux tandis que la conversation s’orientait vers des confidences. Il pouffa doucement à la réponse que lui offrit Anton concernant les hommes et lui adressa un clin d’oeil faussement aguicheur. « D’autant plus que j’ai ruiné les chances des autres hommes avec toi. N’est-ce pas ? »

Toute trace d’amusement déserta le regard du grec lorsque Anton se confia à nouveau au sujet de son ancienne femme, Symea, puis d’une jeune fille dont il dit s’être entiché. Quelque peu surpris, Valérian ne dit rien, arrimant un regard déconcerté en direction de son ami. Si l’âge ne constituait pas toujours un obstacle dans une relation, il doutait que cette jeune femme soit en mesure d’appréhender son ami et la violence que renfermait sa silhouette massive... « c’est ce que nous aimerions tous savoir. » glissa-t-il d’un ton complice à Anton. « Ce que pensent les femmes ! Un des plus grands mystères de ce monde ! Si tu veux mon avis, je ne suis pas convaincu qu’elles sachent elles-mêmes ce qu’elles veulent… ce qui nous condamne, pauvres hommes, à osciller au gré de leurs humeurs. »    

Il se figea ensuite à la question de son ami et riva vers lui un regard troublé. « Je serais resté en Grèce. » trancha-t-il rapidement, alors que s’échappaient malgré lui ses pensées vers sa terre natale ; cette Grèce dont le souvenir lui déchirait parfois le coeur, bien qu’il s’efforçât de l’oublier. Certes, Valérian aimait Elena d’une amitié forte, inébranlable, mais probablement que la vie de la grecque aurait été plus simple s’il s’était abstenu de la retrouver sur ce territoire. Leurs retrouvailles avaient d’ailleurs été âpres, entachées de regrets et de colère.

Le regard vague, Valérian se tourna vers Anton et lui adressa l’ébauche d’un sourire. « Enfin… que dis-tu de remplir à nouveau ces verres ? Je n’ai personnellement pas encore trouvé la solution à mes problèmes au fond du mien. Et toi non plus j'ai l'impression. Allez, et n’hésite pas à être généreux ! »

À défaut de solutions, ils trouveraient momentanément une échappatoire à leurs démons.



- Oh boy, your eyes betray what burns inside you -

Awards 2020/21:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Inner city blues   
Revenir en haut Aller en bas  
- Inner city blues -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: