The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

It took one seed to make a difference
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Erin J. Bennett
Erin J. Bennett
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 364
Sujet: Re: It took one seed to make a difference   Mar 26 Jan 2021 - 22:30
J'ai jamais vraiment trop été du genre à adorer boire de l'alcool. De temps à autres, un verre sans pour autant trop forcer sur la bouteille. Et encore, généralement c'était même Naya qui me forçait à me détendre un peu. Le seul moment où j'en venais à boire un peu trop c'était quand je me retrouvais obligée d'accompagner mon frère à ses soirées. Histoire de le surveiller mais surtout de le véhiculer. Parce qu'il fallait pas que le pauvre chou prenne le risque de trop boire et prendre la route. Enfin, c'est du passé tout ça.

Je reviens à la réalité, sortant de ces vieux souvenirs, quand j'entends Charlie m'annoncer que c'est du rhum qu'elle a en main. En soit, je préfère ça au whisky, alors si jamais ça lui dit effectivement de partager un verre avec moi autant ouvrir cette bouteille là. Enfin, en voyant son enthousiasme, j'ai l'impression qu'elle a vraiment l'air motivée par tout ça. Et je crains donc qu'elle soit du genre à avoir une descente qu'on aimerait pas remonter à vélo et qu'en plus elle préfère le whisky. Ma foi, on verra bien.

En tout cas, maintenant qu'on a vu ce qu'on voulait voir, on peut enfin retourner à l'étage. Tant mieux parce que je commence vraiment à pas avoir très chaud. Récupérant la lampe torche qu'elle me tend, je referme la porte de la réserve après que la brune soit de retour dans le couloir. En quelques secondes à peine, nous voilà de retour dans la pièce bien chauffée et bien plus agréable où on passe le plus clair de notre temps. Allant chercher un chiffon pour bien nettoyer les deux bouteilles, je reviens ensuite à côté de Charlie sur le canapé en frissonnant à cause de la différence de température.

Dès que j'ai terminé, je repose les bouteilles propres sur la table et récupère ma tasse de thé en espérant qu'elle soit encore assez chaude. Heureusement pour moi, c'est effectivement le cas. Juste bonne à boire. Quelques gorgées avalées me réchauffent légèrement mais sûrement pas suffisamment. Et puisque le plaid est sur les épaules de mon invitée, je ne risque pas de le lui reprendre égoïstement. Au contraire. Je finirai bien par retrouver une température corporelle plus acceptable.

Haussant un sourcil aux mots de la brune, je dois dire que je suis assez surprise par sa question. Est-ce que Naya a quelque chose contre elle ? Maintenant que j'y pense, c'est vrai que son comportement peut paraître bizarre. Mais une fois qu'on sait les raisons qui l'y poussent, ça prend beaucoup plus de sens. Maintenant, comment suis-je censée expliquer ça à Charlie convenablement ? Je crois qu'il n'y a pas vraiment de « bonne » manière en fait.

Je soupire un peu, me penche pour attraper les verres qui se trouvent sous la table basse devant nous, attrapant la bouteille de rhum sans même poser de question cette fois pour me servir un fond de verre et un autre pour la paysagiste. J'observe un instant le liquide ambré et souffle un coup, m'apprêtant à savoir si c'est qu'une expression ou pas d'appeler l'alcool le « courage liquide ». J'avale d'un trait le contenu de mon verre avant de grimacer un peu et de frissonner. Ouf, ça faisait vraiment longtemps. Et ça m'avait pas manqué. Je souffle longuement par le nez pour me remettre de la brûlure qui vient de parcourir mon corps et me redresse ensuite pour passer aux explications.

Je t'assure qu'elle a rien contre toi. Sinon, tu l'aurais déjà remarqué, et pas qu'un peu. Elle sait pas trop cacher quand elle aime pas quelqu'un. Le problème c'est que..., nouveau soupir, on reprend. Me demande pas pourquoi, mais elle s'est mis en tête que toi et moi, y'aurait eu quelque chose pendant notre rencontre. Sous prétexte que j'ai gardé ton dessin de moi, selon elle ça a un sens caché. Alors elle veut nous laisser seule à seule le plus souvent possible en espérant avoir raison. Je hausse les épaules, détournant le regard vers les bouteilles.

Est-ce que je trouve cette fille attirante ? Bien sûr. En plus d'être intrigante de par son caractère. Mais bon, on sait toutes les deux ce qu'elle pense de deux femmes ensemble et rien que pour ça, je sais que je n'aurai jamais aucune chance avec elle. D'autant qu'elle m'a parlé de son ex copain tout à l'heure. Histoire de bien confirmer ce que je pensais. Donc pourquoi perdre du temps avec quelque chose qui de toute manière n'aboutira à rien ?



Time goes by, but anger still remains

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Charlie Johansson
Charlie Johansson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 189
Sujet: Re: It took one seed to make a difference   Mer 27 Jan 2021 - 18:17
Je la regarde sans grande conviction revenir avec un chiffon et essuyer les deux bouteilles, attrapant deux verres et les servir de rhum. Au moins, je fais l'impasse sur le whisky et le risque d'un nouveau tête-à-tête avec la cuvette des toilettes. La dose n'est pas très généreuse et ça me convient parfaitement et je tends mon bras pour attraper mon poison sans le toucher pour autant. Je penche un instant mon visage pour en respirer les arômes et ça ne me dit rien qui vaille. Ça m'a l'air encore plus fort que dans mes souvenirs et je la regarde avaler le sien d'une traite en retenant ma surprise, louchant sur le mien sans oser suivre le mouvement. Elle tarde à me répondre et je crains que mon pressentiment vis-à-vis de Naya soit vérifié. Je peux presque entendre la voix de ma mère biologique me crier aux oreilles « Pas étonnant, tu t'attendais à quoi de la part d'une bouffeuse de tacos ! » mais je fais l'impasse. Jane avait le don de trouver des métaphores pour tous les étrangers, mélangeant souvent les pays d'ailleurs. Pour elle, un bronzé était forcément mexicain et un brisé chinois. Du moins c'est comme ça qu'elle les appelait. Et si ça ne m'a jamais vraiment choqué puisque ça a longtemps été ma normalité, j'ai appris depuis que ce genre de choses ne se disaient pas. Et puis je vis avec Matias, Hazel, Nora et Tariq, ça aide un peu à revoir les clichés de ma génitrice sur tout ce beau monde, surtout sur les terroristes basanés.

Pourtant, alors que je me place de nouveau en tailleur pour bien faire face à Erin, cette dernière affirme que son amie n'a absolument rien contre elle. Apparemment, celle-ci est plutôt transparente sur ce genre de choses, assez pour que la gentillesse que je lui ai attribuée ne soit pas feinte. Et.... je ne comprends pas. D'une part, pourquoi elle s'éclipse dès que je suis là et ...tout ce que me dit l'ingénieure. Comment ça ''il y aurait eu quelque chose'' lors de notre première rencontre ? Il y a forcément eu quelque chose. On a parlé, elle s'est électrocutée, s'est énervée, excusée, je l'ai dessiné, je l'ai trouvé plutôt cool et voilà. Et c'est quoi le rapport avec mon dessin ? Et puis l'électricienne prononce les mots qui me perdent en usant de ''sens caché''. Oh bon sang ! Je ne suis déjà pas une experte pour décoder les sens évidents de tous les mots et intentions des gens alors le sens caché. Et j'ai beau chercher, fouiller chaque recoin de mon cerveau et refaire à vitesse accélérée toutes les situations semblables que j'ai déjà vécues, rien ne me vient. « Hum... tu vas sans doute me trouver stupide mais.... tout ça n'a aucun sens pour moi... » J'essaie, vraiment, mais...non.

Je me refais la conversation, fais danser ses mots dans ma tête. Naya veut nous laisser le plus possible seules pour confirmer un truc qu'elle pense. Avec un sens caché dans le dessin que j'ai fait pour Erin. Sens caché. Seule à seule.... « Oh ? » Je fronce les sourcils, persuadée de n'être pas arrivée à la bonne déduction mais les choses s'enchaînent dans mon esprit et s'imbriquent d'elles-mêmes pour conduire à cette hypothèse. Ma rencontre avec Erin, le fait que je sois venue lui demander de l'aide, la nuit passée ici, le fait qu'on ai dormi ensemble... « Oh ! » J'acquiesce lentement face au résultat de toute cette gymnastique mentale qui donnerait des maux de crâne à n'importe qui d'autre. Les yeux un instant perdus dans le vague, le verre toujours intact dans mes mains, je finis par reposer mon regard sur la jeune femme, fronçant un peu plus les sourcils. « Mais c'est stupide tu es une femme et je suis une femme et.... » De nouveau, mon regard se perd un instant dans le vide, la bouche légèrement entrouverte parce qu'il faut du temps pour ça percute. « Oh... » Il est vrai que je ne connais pas Naya plus que ça et n'ai échangé que quelques banalités avec elle. Je ne sais rien de sa vie sinon qu'elles survivent seules toutes les deux depuis un petit moment. « Elle est lesb... homosexuelle ! » je me corrige un peu tard, sachant que certains mots sont plus vexants que d'autres. Merci Joan ! Ça ne peut être que ça. Naya aime les femmes et donc s'imagine que deux femmes qui s'entendent bien vont faire des trucs sales ensembles.

Et jetant un nouveau regard à la jeune femme, je finis par hausser les épaules, buvant enfin une gorgée de mon verre. Le liquide me brûle la langue et la gorge et je grimace légèrement. Le goût est moins pire que dans mes souvenirs mais ce n'est pas encore ça. Reposant le verre sur la table, je retire le plaid qui couvre mes épaules et le fait passer sur ceux d'Erin, me rapprochant d'elle. « Tiens, tu sembles en avoir plus besoin que moi. » Et reprenant ma place, je ne sais pas trop quoi penser de tout ça. C'est vrai qu'une femme qui aime une autre femme n'a rien de normal mais tant que ce n'est pas moi ou que je n'ai pas à voir certaines choses, j'imagine que je peux m'en moquer et passer à autre chose.


Revenir en haut Aller en bas  
Erin J. Bennett
Erin J. Bennett
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 364
Sujet: Re: It took one seed to make a difference   Mer 27 Jan 2021 - 20:22
Un soupir m'échappe alors que je viens poser mes coudes sur mes genoux, venant enfouir ma tête entre mes mains pour me masser un peu les tempes. Évidemment que tout ça n'a aucun sens pour Charlie, franchement pour qui ça en aurait ? Enfin, quiconque ne me connaissant pas réellement. Pas comme Naya me connaît. Et bon sang ce que je peux me sentir ridicule là tout de suite. Parce que pendant que je suis comme ça, le silence s'installe à nouveau. Si d'habitude il ne me dérange pas, là je sais que c'est parce que la brune essaie de comprendre où je voulais en venir avec ce que j'ai dit.

De temps en temps, je l'entends simplement dire « oh » avec différentes intonations en fonction de l'évolution de sa réflexion. Et merde. Encore un soupir qui franchit la barrière de mes lèvres, très discret, alors que je me redresse pour poser mon regard sur la jeune femme à mes côtés. Comme si elle l'avait senti, elle relève ses yeux et les plante dans les miens. Encore une fois, elle répond comme je m'y attendais. Rien qu'à son froncement de sourcils je sais ce qui va venir. « Tu es une femme et je suis une femme ».

Je sais pas trop pourquoi, mais le fait qu'elle dise encore une fois une telle chose me pique bien plus que ça n'avait été le cas la première fois. Mon visage se referme immédiatement et je serre légèrement les mâchoires tout en mordillant légèrement – et surtout nerveusement – l'intérieur de ma lèvre inférieure. Stupide ? En quoi c'est plus stupide de trouver une femme attirante en étant une femme que d'être attirée par un homme ? Sous prétexte que c'est parce que la bible ou je ne sais quelle connerie a instauré ça dans la société ? Sérieux, merde quoi. Oui, ça m'énerve. Encore une fois, les jugements extérieurs viennent tout gâcher. Parce qu'il faut toujours que chacun mette son grain de sel partout histoire de se donner de l'importance. Et ça finit par entrer dans les mœurs.

Levant les yeux au ciel, je secoue négativement la tête avant de me pencher un peu pour remplir à nouveau le fond de mon verre avec un peu de rhum. Il n'est plus aussi fort qu'il a pu l'être, mais c'est toujours mieux que rien. Même si je ne suis pas très portée sur l'alcool en général, là je sens que je risque d'en avoir besoin. Naya est tout ce qu'il y a de plus hétéro. Donc non, elle n'est pas lesbienne, tu peux le dire c'est pas une insulte et c'est pas contagieux. Ouais, parfois je deviens mauvaise. J'y peux rien.

Sauf que malgré ma mauvaise humeur passagère, je ne peux m'empêcher d'être surprise quand Charlie s'approche de moi et se défait de son plaid pour le poser sur mes épaules. Immédiatement, la chaleur du tissus mais également celle irradiée par le corps de la brune se répercute sur ma peau. Je me réchauffe lentement, et la regarde un instant sans trop comprendre. Pourquoi faire ça ? C'est exactement le genre de geste potentiellement à double interprétation, qui crée de telles situations. Mais au moins comme ça je suis sûre que je peux oublier toute ouverture de sa part. Deux femmes ensemble, c'est répugnant. Qu'est-ce que je peux bien changer à ça hm ? Rien, exactement.

Merci, que je lui réponds en reportant mon attention sur mon verre avec lequel je joue un peu à faire tourner entre mes doigts. Je suis toujours aussi fermée, un peu vexée peut-être, et fais une petite moue que je ne remarque même pas alors que je tente de me conditionner à tirer un trait sur cette fille comme plus qu'une simple connaissance. Des amis... j'en ai jamais eu à part Naya, c'est pas maintenant que ça va commencer. J'ai appris à accepter que j'étais pas faite pour ça. Alors en soit, pourquoi ce serait différent dans un autre domaine que l'amitié ?




Time goes by, but anger still remains

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Charlie Johansson
Charlie Johansson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 189
Sujet: Re: It took one seed to make a difference   Mer 27 Jan 2021 - 21:33
Je sais que je me suis plantée à la seconde où la jeune femme reprend la parole sur le même ton acide qui a provoqué sa première colère. Quand toute bienveillance déserte ses iris et que je me sens....bon je ne sais pas vraiment ce que je ressens mais ce n'est pas agréable. Parce que même si je n'avais aucune intention de blesser ou vexer je sais que je l'ai fait et ça m'ennuie. Plus que d'habitude d'ailleurs et j'en déteste la sensation. C'est peut-être la raison pour laquelle les autres passent leur temps à s'excuser pour tout et n'importe quoi ? Pour supprimer ce sentiment étrange qui noue l'estomac ? J'essaie de me faire petite, me recroqueville un peu sur le canapé mais il n'y a guère d'autre possibilité qu'affronter ses mots et ses reproches. Nous ne sommes que deux dans cette pièce. Je déglutis, comprenant qu'elle cherche à défendre les intérêts de son amie. Je me souviens que je détestais qu'on critique Joan à l'époque. Dès qu'on la contredisait ou qu'on se permettait de remettre en questions ce qu'elle était ou ce qu'elle disait, je voyais rouge. Constamment.
Et quand l'ingénieure question dans ce que je juge être de la rhétorique, encore une fois ce n'est pas si simple quand on est moi, ça me fait cogiter. D'abord la bible, qui me rappelle le père Matthew et son discours sur l'homosexualité. Que deux personnes du même sexe ne pouvaient pas procréer et que c'est pour cela que Dieu nous avait créés. Ensuite parce l'interrogation d'Erin me retourne un peu la tête ? Certes, je ne trouvais pas normal qu'une femme soit avec une autre femme mais... je dois bien avouer que je n'avais jamais été attiré par un homme non plus. Garrett était gentil mais je ne l'avais jamais trouvé beau, ne l'avait jamais désiré ni apprécié ses baisers ou ses caresses et....ça me perturbe, parce qu'elle vise juste, en plein centre de mes anomalies.

Et alors que je me dis qu'elle ne cherche qu'à défendre Naya, cette dernière m'avoue que son amie est hétérosexuelle. Et là.... je comprends encore moins. Son agacement, sa colère, son besoin de se justifier. Tout ce que je sais est que je n'ai pas envie de l'énerver ni qu'elle le soit envers ma personne. Il y a trop peu de personnes avec qui je me sens un tant soit peu en phase et elle en fait partie. J'ai déjà perdu Jane (Apple), je ne veux pas perdre le peu de connaissances que j'ai dans ce nouveau chapitre de ma vie. « Je voulais pas t'énerver... » Quand son regard se pose sur moi je l'esquive, me mordant l'intérieur de la joue. Je n'ai pas l'habitude de ressentir ce genre de choses, c'est nouveau et je me sens étrange, un peu sotte, un peu....coupable ?

« Je sais que certaines choses ne se disent pas... c'est juste que....j'ai toujours entendu ma mère dire que c'était contre nature, anormal. La vraie... pas celle chez qui on m'a placé après. Je sais qu'elle n'était pas très gentille et elle n'aimait pas grand monde. Elle ne m'aimait même pas moi. Elle détestait les étrangers, m'a interdit de ramener Jackson, un voisin noir avec qui j'étais amie, à la maison sous peine de m'enfermer dans le placard à balai. Et elle a toujours dit que si je devenais... » Non, clairement, je sais que je ne dois pas employer le terme ''bouffeuse de chattes''. « ...tu sais...je le sentirai passer. » La tête toujours baissée, je ne sais même pas pourquoi je lui dis tout ça. Je n'en ai jamais parlé à personne, parce que je pensais que les autres ne comprendraient pas. « J'aimerais oublier tout ce qu'elle a dit ou tout ce qu'elle m'a fait mais....je sais pas... c'est trop...marqué... » Elle m'a trop marqué.Comme une empreinte au fer rouge. J'avais presque oublié son visage, son odeur, ses manies, mais sa voix acerbe continuait de tourner en boucle dans ma tête. Constamment. « Je ne voulais pas dire des choses insultantes. » Je me mords un peu plus fort l'intérieur de la joue, me donnant sans m'en rendre compte une petite moue coupable. « Je sais pas si c'est plus stupide de trouver une femme attirante en étant une femme mais.... » J'hésite, parce que c'est typiquement le genre de choses que j'ai toujours gardé pour moi expressément pour me fondre dans le moule de la société. Erin est différente, ne semble pas s'offusquer de la plupart de mes bizarreries, alors j'espère que je ne commets pas l'erreur du siècle. « Je ne comprends pas vraiment pourquoi on est attiré par les hommes non plus... » Doucement je relève les yeux sur elle, un peu inquiète quant à sa réaction. Alors je ne peux m'empêcher, dans une voix une peu suppliante, de terminer par un « Me trouve pas bizarre s'il te plaît... »


Revenir en haut Aller en bas  
Erin J. Bennett
Erin J. Bennett
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 364
Sujet: Re: It took one seed to make a difference   Jeu 28 Jan 2021 - 10:43
Encore une fois, je ne me rends compte que j'ai été un peu trop dure que quand je vois que Charlie semble se faire toute petite à côté de moi. Et forcément, je m'en veux. Je sens cette petite boule qui vient se former dans mon estomac, comme à chaque fois que je m'emporte lorsqu'un sujet est trop sensible pour moi et que j'ai été trop loin dans mes mots par rapport à la personne en face de moi.

Et ce sentiment de culpabilité – que je déteste, soyons honnêtes – se renforce encore lorsque je la vois fuir mon regard et me dire qu'elle ne voulait pas m'énerver. Bizarrement, sans que je ne sache vraiment pourquoi, ma colère redescend d'un cran lorsque j'observe son visage. Sa manière d'esquiver mes yeux, de se mordre l'intérieur de la joue. Puis... la voilà qui m'explique la raison de ce qu'elle vient de dire. Ou en tout cas, c'est comme ça que je le comprends.

Elle s'ouvre à moi et ça me surprend. Je reste là, sans bouger, sans rien dire. A l'observer pendant qu'elle se confie. Je découvre alors qu'elle a fait partie de ces enfants séparés de leurs parents – pour x ou y raison – afin d'être placés dans une famille d'accueil. Mais je comprends rapidement pour quel motif on n'a pas laissé sa garde à sa génitrice.

En l'entendant me dire qu'elle aurait fini enfermée dans le placard à balais, qu'elle l'aurait « senti passer » si elle avait osé devenir homosexuelle, ma colère remonte. Mais elle n'est plus dirigée vers les préjugés énoncés plus tôt. Non. C'est vers cette inconnue, ayant mis au monde la brune à mes côtés, qu'elle est entièrement ciblée. Comment peut-on parler de cette manière à son propre enfant ? Comment a-t-elle osé menacer sa propre fille de lui faire regretter ce qui pourrait faire simplement partie d'elle ? Bon sang... Ce que je donnerais là tout de suite pour avoir cette femme en face de moi. Pour pouvoir lui faire regretter tout ce qu'elle a bien pu faire subir à Charlie par le passé.

Encore une fois, j'ai l'impression de comprendre le fond du problème. Ou en tout cas de m'en rapprocher. Elle a toujours tellement été conditionnée dans le fait de trouver certaines choses contre-nature qu'elle n'a jamais eu l'occasion de penser par elle-même. Parce qu'il fallait coller aux attentes des autres. Éviter de se faire mal voir, d'être mise de côté voire même punie pour avoir des opinions ou des attirances différentes. Mon cœur se serre, sans que je ne sache trop pourquoi, alors que je prends conscience de la souffrance qu'elle a dû ressentir pendant tellement d'années. Et si ça se trouve, elle en souffre encore. De ne pas pouvoir être elle-même, parce qu'elle craint d'être mise à part.

« Je ne comprends pas vraiment pourquoi on est attiré par les hommes non plus ». Cette phrase me fait forcément réagir, parce que je me dis que si ça se trouve elle s'est forcée pendant des années à combattre qui elle était vraiment. Au point de s'infliger des relations avec des hommes alors qu'elle n'y prenait aucun plaisir. Qu'elle n'en avait pas envie. Et putain comme il peut y en avoir beaucoup des personnes comme ça dans le monde. Ou en tout cas, il y en avait beaucoup. Comme cet ancien collègue – presque un ami en fait – qui s'était retrouvé marié et avec deux enfants alors qu'il était attiré uniquement par les hommes. Simplement parce qu'il avait peur d'être rejeté. Dans le fond, est-ce que c'est moi qui suis étrange, d'avoir toujours assumé qui j'étais en envoyant chier tous ceux qui pourraient voir ça d'un mauvais œil ? Peut-être bien. Je suis attirée par les hommes, mais également par les femmes. Et c'est ainsi que je suis, n'en déplaise à d'autres.

Je sors de mes pensées en entendant le ton presque suppliant de Charlie alors que son regard est revenu timidement vers le mien. Ne pas la trouver bizarre ? Pourquoi je ferais ça ? Et encore une fois, je fais le lien. Ce mot, « bizarre », elle l'avait déjà souligné la dernière fois. Comme si c'était ce qu'elle avait le plus entendu au cours de son existence. La seule manière dont les gens la qualifiaient sous prétexte qu'elle n'était pas exactement comme le reste du troupeau.

Soupirant un peu – pas à cause d'elle mais à cause de tout ce que j'ai l'impression de comprendre – je secoue négativement la tête. Mes yeux viennent trouver les siens, toute colère à son encontre ayant disparu de mes traits. Ils sont à nouveau emprunts d'une certaine douceur, tout comme d'un air protecteur que je ne peux m'empêcher d'avoir. M'approchant d'elle, je viens l'attirer vers moi et la prendre dans mes bras. Je la serre légèrement contre moi, l'une de mes mains venant glisser dans ses cheveux dans un geste – encore une fois – protecteur et se voulant rassurant.

Tu n'es pas bizarre. Tu es simplement toi-même et tu devrais en être fière, que je souffle doucement. Je caresse lentement ses cheveux, essayant de l'apaiser. Ce que les autres voient, c'est toujours ce qui les arrange. Mais au final, à trop y faire attention on se gâche la vie. Je sais que c'est plus facile à dire qu'à faire, mais envoie-les chier ces gens. Vis pour toi. Parce qu'au final, c'est la seule chose qui compte.



Time goes by, but anger still remains

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Charlie Johansson
Charlie Johansson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 189
Sujet: Re: It took one seed to make a difference   Jeu 28 Jan 2021 - 16:57
Son soupir fait se couper ma propre respiration. Je m'attends à un autre regard noir, à des reproches, possiblement des moqueries, n'importe quoi qui irait dans le sens de mes doutes et l'erreur que j'ai commise en parlant trop de moi et de ma différence. Au moins l'une d'entre elles. Et même si dans les yeux qu'elle repose sur moi je lis toute autre chose, cette douceur qui m'est le plus souvent adressé, je crains sa réaction. Alors quand Erin se rapproche, m'attire à elle dans un geste tendre et que ses bras se referment autour de moi, je reste un instant interdite, ne sachant comment réagir. Quelques secondes de battement, le temps que mon cerveau procède à son analyse de la situation, à cette main qui caresse mes cheveux et je m'abandonne volontiers à cette étreinte. Ma respiration, bloquée jusqu'ici, reprend, et je laisse échapper un soupir de soulagement, fermant les yeux quelques instants.
C'est l'un des nombreux paradoxes avec ma personnalité. Ce besoin de contact charnel alors que les gens, la plupart du temps, m'indiffèrent au plus haut point. Tout ce vide au creux de moi quand je les entends parler de leur vie, quand je les regarde interagir sans comprendre l'intérêt de leurs gestes ni leurs revendications. Peut-être qu'à trop être loin d'eux, psychiquement parlant, sans jamais parvenir à les atteindre ou sans leur laisser l'opportunité de percer la brume qui entoure ma psyché la plupart du temps, je compense par cette envie de contact. De toucher. D'être touchée.

Et je ne peux le nier. C'est agréable. Plus qu'agréable. Surtout après m'être attendue au rejet. Surtout avec Erin. Mes bras se referment à mon tour autour de sa taille et j'enfouis mon visage dans son cou, inspirant une longue bouffée d'air. Bon sang ce qu'elle sent bon...

Ses mots trouvent une résonance particulière, même si leur écho sonne faux. Je savoure chacun d'entre eux et aimerais croire que tout est aussi simple. Qu'il me suffirait d'être moi, pleinement, pour être acceptée. Mais je sais que c'est faux. Et si elle semble touchée, ou à défaut concernée par ce que je viens de lui avouer, ce n'est que la partie immergée de l'iceberg. De l'épaisse glace qui entoure mon cœur, elle ne sait rien. Et si elle savait.... je ne serais pas dans ses bras en cet instant. Ce manque d'empathie chronique qui m'empêche d'aimer sincèrement, qui bloque mes liens sociaux, ce détachement quant à la vie d'autrui et la facilité avec laquelle j'ai plongé une lame dans la gorge d'un pauvre type en ressentant un certain plaisir, en n'éprouvant rien d'autre qu'un profond vide par la suite. Aux mensonges qu'il m'est si facile de tisser pour obtenir ce que je désire. Celui-là même qui m'a conduite ici il y a quelques jours pour réclamer une aide illégitime. Si je lui parlais de January, de sa tentative de meurtre sur ma personne, de ma fascination pour cette femme, de ce lien invisible qui nous lie maintenant plus sûrement que beaucoup d'autres, je doute qu'elle serait si encline à ma réconforter, à désirer mon contact.

Je conserve donc le silence. Ce n'est parce que je ne crois pas à la réalisation réelle de ses mots qu'ils ne me font aucun effet. De même que... ça. C'est réconfortant, sécurisant, ça m'emplit d'une légèreté dont je ne suis pas coutumière et ça m'apaise. Mon cerveau cesse de traiter les dizaines d'informations qui le percutent à chaque instant pour savoir quoi faire, quoi dire. Ce qu'il faut, ne faut pas. Ce que je dois, ne dois pas. « Merci... » que je souffle discrètement tout contre la peau de son cou en raffermissant mon étreinte autour d'elle. Lentement je la relâche, sans pour autant m'écarter. Ma tempe contre la sienne, mes lèvres proches de son oreille... « J'crois que j'taime bien. » Cette fois-ci je me recule légèrement, quittant ses bras rassurants à regrets. Mes yeux détaillent à nouveau son visage, chose dont je ne me lasse pas. Et revenant à ses yeux, je tords ma bouche dans une légère grimace. « T'as encore dit un gros mot... » Ou l'art très peu subtil de passer du coq à l'âne sans même le faire exprès. Je lui adresse un sourire quelque peu amusé face à la redondance de la remarque mais je n'y peux rien. « C'est ce que t'as toujours fait toi ? » Après tout, si elle donnait ce genre de conseils, c'est qu'elle avait dû les mettre en application. « Vivre pour toi je veux dire. »


Revenir en haut Aller en bas  
Erin J. Bennett
Erin J. Bennett
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 364
Sujet: Re: It took one seed to make a difference   Jeu 28 Jan 2021 - 19:12
Heureusement pour moi, et surtout pour mon ego, Charlie ne cherche pas à me repousser lorsque je la prends dans mes bras. Déjà que je ne suis pas particulièrement du genre tactile en temps normal, je crois que ça m'aurait vraiment vexée qu'un tel geste soit rejeté. Mes doigts continuent de glisser dans ses mèches alors que j'ai vraiment l'impression que cette proximité lui fait du bien. Elle qui se faisait toute petite il y a quelques secondes à peine parvient apparemment à se détendre et me serre également dans ses bras.

C'est plus fort que moi et un frisson remonte le long de ma colonne vertébrale lorsque je sens ses bras passer autour de ma taille. J'inspire longuement, fermant les yeux tout en posant ma tête contre la sienne. J'espère que mes mots parviennent à la toucher, trouvent un écho en elle, parce que ça me ferait vraiment chier de dire tout ça pour rien. Mais bon, on ne peut jamais savoir comment les gens vont réagir. La preuve juste avant, quand je me suis emportée simplement parce qu'elle a répété un avis que je savais déjà qu'elle avait.

Et encore une fois un frisson me parcourt lorsque le souffle de la brune vient se perdre au creux de mon oreille lorsqu'elle chuchote quelques mots. « Je crois que je t'aime bien ». C'est... gentil ? J'imagine ? C'est vrai que je ne suis pas vraiment habituée à ce genre de réflexions, encore moins de cette manière là. L'incertitude dont elle fait elle-même preuve dans sa phrase n'est pas spécialement rassurante. Du genre « j'ai l'impression que je t'apprécie, mais j'en suis pas encore sûre alors fait gaffe quand même ». Enfin, je suis peut-être la seule à voir les choses de cette manière là. Je ne serais pas forcément surprise par ça à vrai dire. J'ai l'habitude d'avoir une vision des choses très décalée de celle des autres.

Je me redresse lorsqu'elle se détache de moi, venant glisser ma main dans mes cheveux pour les remettre en arrière comme j'ai toujours l'habitude de le faire. Au moins, elle a l'air plus détendue qu'avant. Et moi je suis plus calme. Un léger sourire vient même étirer le coin de mes lèvres – faisant écho au sien – lorsqu'elle souligne que j'ai encore une fois dit un gros mot. Oh tu sais, t'as pas fini de les relever avec moi. C'est presque une ponctuation dans mes phrases. Et le pire c'est que ce n'est même pas une excuse bidon. Simplement un constat.

Mais je hausse un sourcil lorsqu'elle me demande si c'est ce que j'ai toujours fait. Quoi, dire des gros mots?, que je lui demande sur le ton de la plaisanterie même si je comprends très bien où elle veut en venir. Quoi qu'il en soit, elle précise tout de même juste après le fond de sa pensée. Vivre pour moi... Est-ce que c'est ce que je faisais ? Pas totalement. Enfin, je n'en sais rien, je ne me suis jamais posé la question.

Alors, me mettant à réfléchir à la réponse que je peux bien lui donner, je viens mordiller l'intérieur de ma joue comme je le fais à chaque fois que je me plonge dans mes pensées. Évidemment, je repense à tout ce que j'ai pu vivre par le passé. A cette relation avec mon petit frère plus que conflictuelle. Et pourtant, je n'ai jamais réussi à me détacher complètement de lui. A éviter de me mettre dans des situations pas possibles jusqu'au dernier moment avant qu'il ne prenne la fuite au Canada pour éviter ses dettes de jeux. Je pense aussi à la relation que j'avais avec ma mère, qui malgré tous ses efforts n'arrivait pas vraiment à me comprendre. Que j'ai presque envoyée chier le jour où j'ai déménagé de la maison pour emménager avec Naya, lui annonçant par la même occasion que j'étais à voile et à vapeur.

Me penchant pour récupérer mon verre, je bois une petite gorgée avant de grimacer – puisque l'alcool n'a jamais été mon fort – et prends ensuite la parole après avoir pris une grande inspiration. Moi et le fait de parler de moi... Voilà quelque chose de bien complexe. Oui et non. Sur certains points, c'est ce que j'ai fait, oui. Sur d'autres, c'était plus facile à dire qu'à faire. Je relève mon regard vers Charlie, m'apprêtant à faire quelque chose que je ne fais jamais en général : me confier sur mon passé et ma vie privée. Mon petit frère était l'ex de Naya. Je l'ai rencontrée comme ça, d'ailleurs. En tout cas, je détestais cette tête de c... ce crétin. Oui, je fais des efforts pour ne pas dire trop de gros mots.

Mais j'avais beau le haïr au plus haut point, j'ai pris des risques pour lui, lui prêtais de l'argent quand il en avait besoin parce qu'il avait une addiction aux jeux. Par contre, le jour où j'ai déménagé de chez ma mère après le lycée, j'ai tout envoyé chier. Même elle. En lui disant que j'avais besoin de ma liberté, de vivre comme je veux, de pouvoir coucher avec qui je voulais, homme ou femmes, quand j'en avais envie et si j'en avais envie. Sans que personne soit là pour me juger. Je hausse les épaules, me rendant compte que l'un des derniers points avait besoin sûrement d'être éclairci. Oui, c'est pour ça aussi que je m'énerve aussi vite quand le sujet vient sur la table. Je suis attirée par les femmes aussi, comme ça c'est dit. Maintenant, si tu veux me trouver écœurante... Libre à toi...



Time goes by, but anger still remains

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: It took one seed to make a difference   
Revenir en haut Aller en bas  
- It took one seed to make a difference -
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: