The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

It took one seed to make a difference
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Charlie Johansson
Charlie Johansson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 189
Sujet: Re: It took one seed to make a difference   Lun 25 Jan 2021 - 14:39
J'observe, je détaille, tente de lire parmi les expressions de son visage tous les signes qui m'en apprendraient davantage sur elle tandis que la jeune femme me parle de leur ancien groupe. Comme tout le monde elle a connu la mort mais je ne parviens pas à détecter avec certitude si ça la touche ou non, si le visage des gens perdus apparaissent encore dans de possibles nuits agitées. Durant toutes ces années au sein d'une communauté nombreuse, j'ai pu voir assez de personnes endeuillées pour parvenir à calquer leur comportement et donner par effet miroir ce qu'il était, visiblement, convenable de dire, de faire, de ressentir. La vérité est que la mort me touche autant que le temps qu'il fera demain. Et c'est bien le seul moment où je n'envie pas les autres pour parvenir à ressentir autant de choses. Leur tristesse, leurs pleurs, leur dépression, le vide... je les vois, mais ne peut accéder à cette empathie qui semble si aisée pour le genre humain. Certes, Joan me manque. Mais ça ne m'a jamais affecté comme ça le devrait.

Mais je ne réussis pas à savoir si Erin est dans ce cas de figure. Je ne la connais pas assez et ne creuse pas davantage sur ce terrain. Je connais les limites que peut supporter quelqu'un face à une curiosité jugée trop intime. Et puis elle a toujours eu Naya, et de ce je peux lire d'elle, ça semble suffisant. Détaillant ses mouvements, de tic quant à ses cheveux, les positions qu'elle adopte et sont souvent les mêmes, j'enregistre tout ça dans un coin de ma tête, précieusement. Si je ne comprends pas les subtilités du langage, j'en apprends tout autant sur les autres par leur langage corporel et leurs expressions faciales. Leurs mensonges, leur gêne, leur retenue, la façon qu'ils ont de se protéger avec leurs mains ou leurs bras. Autant de signes inconscients que j'aime analyser et qui m'aide dans mon processus d'intégration. « Apparemment... » Que je souffle quand elle affirme qu'elles s'en sortent tout aussi bien à deux. « Je serai morte si d'autres ne m'avaient pas protéger. » C'est lâché, comme ça, sur le ton de la conversation comme si je lui disais aimer le chocolat. C'est une vérité et si je pense ressentir un minimum de reconnaissance, c'est surtout leur utilité à me garder en vie qui me fait préciser cette pensée. Sans Garrett, je serais morte, et pourtant, à sa mort, la seule pensée qui m'ait traversé est que je n'aurais plus à supporter ses lèvres et ses mains sur moi, ni feindre de prendre du plaisir quand il était sur moi. « Et tu dis beaucoup trop de gros mots... » J'acquiesce à mes propres paroles, lui lançant une petite moue contrariée.

Je suis finalement coupée par le retour de Naya, les bras chargés de leurs affaires et mon regard se porte sur le ciel à l'extérieur où des nuages épais assombrissent l'horizon. Finalement, rentrer à pieds aurait été une mauvaise idée. La dernière chose qu'il me faut actuellement est de tomber à nouveau malade. J'ai beau avoir repris quelques kilos durant ces derniers mois, je reste bien trop maigrichonne pour supporter une nouvelle fièvre. Attrapant mon manteau je l'enfile, tirant la fermeture éclair jusqu'à mon menton. « Je suis prête ! » J'en profite rapidement pour récupérer la boîte remplie de graines qui trône encore sur la table pendant qu'elles terminent de se préparer et la range dans mon sac, le faisant basculer sur mes épaules. Glissant mes mains sous chacune des anses, je ressemble à la parfaite petite écolière.

Et quand nous quittons enfin le restaurant, je profite d'être cette fois-ci en forme pour repérer les lieux et les routes empruntées, faisant fonctionner la meilleure de mes mémoires, la visuelle, pour enregistrer des points de repère. Je me rends compte que l'école n'est pas forcément à côté et je me souviens que Erin m'a porté sur son dos une bonne partie du trajet la dernière fois que nous nous sommes vues. Probablement en mode poids mort à ce moment là, je louche sur son corps. Elle est certes plutôt athlétique mais quoi qu'on en dise, elle n'a pas la force d'un homme. Et parce qu'elle doit sentir le poids de mon regard sur son profil qui la détaille sans gêne, ce sont ses prunelles dans lesquelles je tombe quand je redresse mon regard vers son visage. N'importe qui d'autre serait probablement gênée mais je me contente d'un « Tu m'as vraiment porté tout ce temps là ? » Après tout, j'étais tellement dans les choux qu'il est très probable que les deux femmes se soient partagées le boulet Charlie sans même que je m'en rende compte.


Revenir en haut Aller en bas  
Erin J. Bennett
Erin J. Bennett
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 364
Sujet: Re: It took one seed to make a difference   Lun 25 Jan 2021 - 19:36
Je ne sais pas trop quoi répondre quand elle me dit qu'elle serait morte si d'autres gens n'avaient pas été là pour la protéger. J'ai pas vraiment envie de lui sortir le pseudo discours habituel que les gens font pour essayer de remonter l'estime de la personne qui vient de parler. Parce que je vois pas trop l'intérêt d'essayer de convaincre quelqu'un de ses propres capacités. En général, c'est la mieux placée pour le savoir. Et à quoi ça servirait de lui faire croire qu'elle est capable de déplacer des montagnes ? C'est un coup à ce que certaines personnes pensent du coup qu'ils en sont capables et meurent dans un excès de confiance.

Alors du coup, je me contente de hausser les épaules tout en lui répondant d'un air détaché. Chacun sa façon de survivre. On s'en fout en soit, tant que t'es toujours là, c'est que tu dois le mériter. « Que c'était pas ton heure » et toutes ces conneries. Je balaie un peu l'air à l'aide de ma main, comme si je chassais justement ces dernières parce que je déteste ces expressions toutes faites.

Je hausse un sourcil quand Charlie souligne que je dis beaucoup de gros mots. Et là, je me sens un peu bête. Surtout quand je vois sa moue. Je me mords l'intérieur de la joue, venant me masser la nuque d'une main sans trop savoir quoi dire ou faire. Lui demander pardon ? Je trouve ça un peu ridicule quand même. Alors je me racle la gorge, détournant légèrement le regard en essayant de trouver un truc à dire. Je... Heureusement que l'argent a plus de valeur alors, sinon ça m'aurait coûté cher... Je hausse les épaules, pas vraiment convaincue de ce que je viens de dire. En soit, ça n'excuse rien. Bref.

Heureusement, l'arrivée de Naya met relativement fin à ce moment de gêne. Oui, parce que si la jeune femme m'a fait remarquer que je disais beaucoup de gros mots, c'est que ça doit la déranger quelque part. Non ? Pff, j'en sais rien. Du coup, mieux vaut me concentrer sur ce que nous annonce la cubaine et je hoche la tête en récupérant mes affaires. Il me faut un peu plus longtemps qu'aux deux autres pour être prête puisque j'en profite pour éteindre le brasero en étouffant le feu grâce à un épais couvercle métallique.

Une fois que c'est fait, on se met toutes les trois en route après s'être assurées de bien refermer le restaurant derrière nous en barricadant la porte avec une planche de bois faite sur-mesure en fonction de la taille de la porte. Bien sûr, ça n'empêche pas les gens d'essayer de briser les fenêtres mais... Bon, disons que ça nous rassure un peu. Je sais pas pourquoi, mais c'est le cas.

Au bout d'un moment, j'ai vraiment l'impression d'être observée alors qu'on n'est plus qu'à une dizaine de minutes de l'école. En gros, plus de la moitié du chemin a été faite. C'est en tournant la tête que je me rends compte que Charlie m'observe, me détaille sans aucune gêne. Je ne suis ni surprise ni gênée, pas perturbée pour un sou. Je me demande juste ce qu'elle a. Quand son regard rencontre le mien, je lui fais un léger signe de la tête pour la questionner silencieusement sur ce qui se passe. Quand la question tombe, je me contente de regarder à nouveau devant moi – pour continuer de m'assurer qu'aucun danger n'arrive puisque Naya surveille nos arrières – en haussant les épaules. Oui. Je t'ai portée sur mon dos pendant que Naya s'occupait d'ouvrir la voie et de surveiller que rien n'allait nous tomber sur le coin de la tronche. Je vois pas ce que ça a d'exceptionnel. Je suis peut-être pas une armoire à glace, mais je ne suis pas une petite chose fragile non plus.

***


Me penchant vers la table basse de la pièce de vie – ou du salon, en un sens – je dépose la tasse de thé que j'avais dans l'une de mes mains avant de m'asseoir sur le canapé en tenant la seconde toujours contre moi. Je croise les jambes, en profitant pour m'étirer longuement. Bon sang, ça fait du bien d'être assise. Il a beau être vieux et vraiment moche ce canapé, il est plus que confortable. Sauf pour dormir. Mais c'est une autre histoire ça. J'observe Naya aller s'installer à l'une des fenêtres pour fumer sa cigarette tout en regardant ce qui se passe aux alentours, sa propre tasse dans sa main n'étant pas occupée par son cancer en tube.

Reportant mon attention sur ma voisine, du coup, je lui désigne sa tasse de thé d'un petit signe avec mon pied. C'est pour toi. Ça va te réchauffer un peu, le temps que les chauffages fassent leur boulot. Et là ? Oh bah, comme d'habitude. J'ai aucune idée de quoi faire. Car si la dernière fois, Charlie était blessée et avait besoin d'attention, aujourd'hui elle va très bien. Et je ne sais donc absolument pas ce que je suis censée faire pour avoir un bon comportement avec une invitée. Franchement... C'est naze comme situation. Et neuf chances sur dix que je passe pour une idiote.



Time goes by, but anger still remains

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Charlie Johansson
Charlie Johansson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 189
Sujet: Re: It took one seed to make a difference   Lun 25 Jan 2021 - 22:24
Je retiens un énième merci. Je sais que je lui ai déjà beaucoup dit et que cette dernière les a toujours balayés d'un geste mental par le passé, m'assurant que c'était normal. Je sais que je ne suis pas toujours très douée pour qualifier ce qui l'est ou ne l'est pas, normal, mais je suis sûre que beaucoup n'aurait pas fait ce qu'elle a fait pour moi. Je n'en reste pas moins impressionnée mais je reste silencieuse, me contentant d'acquiescer dans une petite moue et de continuer à avancer, regardant régulièrement en arrière plus par réflexe qu'autre chose puisque Naya surveille les environs. Entre ma question et notre arrivée à l'école, je mesure comme je peux le temps écoulé et ne peux cependant m'empêcher de penser que j'ai vraiment du apparaître comme un boulet ce jour-là. Il faut croire que c'est aussi une de mes spécialités...
Je repense à ce qu'elle m'a dit plus tôt dans le restaurant sur ma survie. Sur le fait de la...mériter ? Difficile à dire. Il y a sûrement tout un tas de personnes qui valaient plus que moi et qui sont mortes ces cinq dernières années. Comme le père Matthew par exemple. Je ne sais pas si je crois à tout ce qu'il m'a enseigné sur Dieu ni s'il est à ses côtés maintenant mais le fait est qu'il a été mordu et que je suis encore là, moi, bien éloignée de la vision d'ange que les gens ont parfois de moi. Je ne crois pas que ce soit une question de mérite sinon de bons choix et surtout de chance. Beaucoup de chance. Mais je ne suis pas trop le genre à m'appesantir sur le passé. Les choses sont ainsi faites et je trouve inutile de les ressasser alors que tant reste à faire présentement et dans un futur proche.

Et le présent, c'est éviter la pluie et passer la nuit dans l'école, vérifier que le matériel dont j'aurais besoin est toujours en bon état et surtout toujours ici, et mettre au point mon futur emploi du temps pour tenter de rattraper le temps perdu de ces derniers mois. Une course qui me donne un but et après autant de temps passée sur les routes à errer sans savoir où aller, où dormir, quoi manger, c'est une sensation nouvelle et ancienne à la fois qui m'enthousiasme vraiment.

À présent assise sur le canapé de la pièce principale – du moins c'est mon hypothèse je n'ai pas visité toutes les pièces – je retire mon manteau et le plie soigneusement pour le poser dans un coin où il ne dérangera personne, aimant que chaque chose soit à sa place. Quelques minutes plus tard une tasse fumante apparaît devant mes yeux et bien que j'ai toujours préféré le café aux boissons aux plantes, je ne me fais pas prier pour l'attraper quand Erin m'y invite. D'ordinaire, les plantes, je les fais pousser, je ne les bois pas. Mais n'importe quoi de chaud me convient à présent. Me plaçant en tailleur et me décalant pour être face à l'ingénieure et porte la tasse à mes lèvres pour souffler dessus et ainsi refroidir légèrement le breuvage. Grimaçant quand l'odeur de cigarette parvient jusqu'à mes narines malgré la distance, je tourne ma tête en direction de l'étrangère, ayant toujours trouvé le fait de fumer complètement idiot. C'était pourtant marqué sur les paquet que ça tuait non ? Et les gens le faisaient quand même. Autant sauter d'un pont, ça allait plus vite. Pourtant, je me retiens de faire le moindre commentaire sur le fait que ça m'incommode. Je ne suis pas chez moi, je suis seulement invitée et je sais que ces choses-là ne se font pas. « Elle sait que c'est dangereux pour la santé ? » Que je chuchote en me tournant à nouveau vers l'électricienne. Après tout, si je trouvais Naya gentille, je ne lui avais pas beaucoup parlé. Elle avait peut-être un retard intellectuel ou un truc qui rendait sa compréhension des choses un peu.... complexe ?

Et buvant une première gorgée du thé, je ne trouve pas ça aussi dégoûtant que dans mes souvenirs. C'est même plutôt bon. « Tu crois qu'on pourrait aller vérifier le matériel après ça ? » Oui, je suis une impatiente pour ce genre de choses et autant savoir si je dois ramener des choses à ma prochaine visite ou si elles possèdent tout ce dont j'aurais besoin. « Juste un petit coup d'oeil pour évaluer ce qu'il y a et ce qui manque ? » Et la détaillant de longues secondes, je tends la main vers elle, dégageant une mèche de cheveux de son visage pour la lui glisser derrière l'oreille. Me replaçant à distance raisonnable, je penche légèrement la tête sur le côté. « C'est mieux comme ça. »


Revenir en haut Aller en bas  
Erin J. Bennett
Erin J. Bennett
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 364
Sujet: Re: It took one seed to make a difference   Mar 26 Jan 2021 - 7:23
C'est sûrement bizarre de dire ça de nos jours, mais je me sens vraiment chez moi ici. En même temps, faut dire que ça doit être l'endroit où on a vécu le plus longtemps depuis le début de tout ce merdier. L'endroit où on s'est véritablement installées, au point de retrouver un certain confort et des « normalités » d'avant qui sont passées au rang de « luxe » maintenant. L'électricité, le chauffage, la sécurité, et j'en passe. C'est encore loin d'être parfait mais moi ça me convient. Et je pense que c'est la même chose pour ma meilleure amie.

Je l'observe d'ailleurs, soufflant en même temps sur le thé dans ma tasse pour essayer de le refroidir un peu, quand la voix de Charlie me sort de mes pensées dans un chuchotement qui ne peut être destiné qu'à moi. Un petit ricanement m'échappe et je tourne mon regard vers la brune à mes côtés en haussant les épaules. Est-ce que Naya sait que fumer nuit à la santé ? Tout le monde sait ça. C'est loin d'être une nouveauté. Bien sûr. Mais franchement, de nos jours, tu crois vraiment que c'est d'un cancer qu'elle a le plus de chances de mourir? Avec tout ces dangers qui nous planent au dessus de la tête au quotidien, je pense vraiment que la clope est le cadet des soucis de n'importe quel survivant aujourd'hui. Et puis, au pire, faut bien mourir de quelque chose. C'est comme ça. Y'a bien qu'une seule chose obligatoire dans la vie, et c'est la mort. Aussi bizarre ce constat soit-il.

Presque au même moment, la cubaine termine son tube de nicotine et jette son mégot par la fenêtre avant de revenir vers nous. Un petit sourire étire le coin de ses lèvres, et je sais très bien ce qu'il sous-entend. Ce qui me fait soupirer encore une fois. Je déteste qu'elle prenne autant de plaisir à m'embêter. Pourtant, je sais aussi qu'elle ne le fait pas méchamment. La situation l'amuse profondément et je peux comprendre. Enfin, je crois.

Je vais aller monter la garde, soyez sages les filles, dit-elle en m'adressant un clin d’œil avant de s'éclipser encore une fois. Apparemment, elle est plus que déterminée à me laisser un maximum en tête à tête avec la jeune femme. Ma foi, si ça peut lui faire plaisir. Même si j'aurais bien aimé que son côté sociable me soit utile pour savoir ce que je suis censée faire.

Heureusement, Charlie finit par me demander si on pourra aller jeter un œil à la fameuse réserve dont je lui ai parlé plus tôt. Trempant enfin mes lèvres dans mon thé, je bois quelques gorgées qui me réchauffent immédiatement avant de hocher la tête. Ouais, pas de problème. Sauf que je me fige un peu l'instant d'après lorsque les doigts de la brune viennent effleurer ma joue au moment où elle récupère une mèche rebelle pour la placer derrière mon oreille. Je ne m'y attendais pas et ce geste ne me laisse pas indifférente. C'est bien ça le problème. Alors qu'il n'a pourtant rien de particulier. Qu'est-ce que c'est que ces histoires encore ? Dans quoi est-ce que je suis en train de tomber moi ?

Affichant un très léger sourire, en guise de remerciement, à l'attention de la jeune femme, je finis par me redresser et me lever pour quitter le canapé et aller chercher une lampe de poche. J'ai pas encore remis le courant au sous-sol histoire de ne pas gaspiller l'énergie qu'on peut accumuler dans des zones qu'on ne visite que très peu. Revenant vers notre invitée, je lui fais signe de me suivre et lui tends un plaid dans la foulée pour qu'elle ne risque pas d'avoir froid. Pas d'électricité, pas de chauffage en bas. Logique.

Une fois emmitouflée, je la précède dans les escaliers jusqu'au sous-sol, allumant ma lampe-torche pour qu'on y voit quelque chose. Quand on arrive devant la réserve, la porte coince un peu et je suis obligée de donner quelques coups d'épaule dedans pour la débloquer. Une fois ouverte, je me décale légèrement et tend la lampe à Charlie pour qu'elle puisse observer tout le matériel qui se trouve à l'intérieur librement. Ce sera plus simple comme ça. J'espère que tu trouveras ton bonheur là-dedans.



Time goes by, but anger still remains

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Charlie Johansson
Charlie Johansson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 189
Sujet: Re: It took one seed to make a difference   Mar 26 Jan 2021 - 12:15
Je fronce les sourcils face à son choix de mots. ''chance de mourir''. C'est encore possiblement une expression que je ne saisis, parce que peu importe qu'on parle de cigarettes, de cancer, ou de se faire mordre par une de ces choses à l'extérieur, je ne vois pas en quoi c'est une chance. Un risque me semble plus approprié pour parler du sujet, mais ma vision flouée du monde me fait rapidement, comme toujours, passer à autre chose. Ça reste stupide. Fumer j'entends. C'est écrit en gros, avec toutes les maladies qu'on peut choper, tout ce que contient ce petit tube. Ça a en plus mauvais goût, ça pue, et ça donne mauvaise haleine. Jane fumait comme un pompier et j'ai toujours détesté l'odeur que ça donnait à notre appartement, au tissu, à ses vêtements les rares fois où je réclamais un signe d'affection et qu'elle m'envoyait balader. Ses cheveux, sa peau, tout suintait cette épouvantable odeur de tabac froid. Je persiste, Naya est peut-être gentille mais elle n'a pas l'air très maligne. Je ne fais pourtant pas d'autres commentaires, me contentant de hausser les épaules et de noyer mon expression dans le thé que je continue de siroter prudemment.

Et quand cette dernière termine d'ailleurs de s'empoisonner et prend à nouveau congé de nous, je lui adresse un regard interrogateur. Pourquoi est-ce qu'on ne serait pas sages ? Et pourquoi ce clin d'oeil à l'attention de Erin ? Non, il y a définitivement trop de signes que je ne comprends pas entre elles, de ce langage personnel que je ne peux atteindre. La regardant s'éclipser, je ne peux pas m'empêcher de penser qu'elle m'évite autant que possible...

Reportant mon attention sur l'ingénieure qui m'accorde ce que je lui demande, je profite qu'elle se redresse pour boire plusieurs gorgées de mon thé. Quand elle revient et me tend un plaid, j'ai quelques secondes d'hésitation entre terminer mon thé vitesse grand V ou la suivre et.... je finis par poser la tasse sur la petite table, attrapant la couverture que je bascule sur mes épaules. J'imagine que je e retrouverai en revenant...
La suivant sans dire un mot de plus, je descends prudemment les marches et la laisse ouvrir la porte, qui n'a pas du l'être depuis ces cinq dernières années, récupérant la lampe torche. Comme pour me rassurer, je balaie le sous-sol avec le faisceau pour être certaine que rien ne se planque dans un coin puis je pénètre dans la réserve, écartant nonchalamment une toile d'araignée qui barre ma route. « Mon copain adorait les films d'horreur. Je crois que j'ai du quasiment touuus les voir » Alors que je détestais ça, ou du moins, ça ne m'intéressait pas, comme le cinéma dans sa globalité. « Il y a presque toujours une scène qui se déroule dans un endroit comme ça. Deux filles, seules, qui descendent vérifier quelque chose, leur lampe torche s'éteint » Et discrètement j'actionne le bouton de celle-ci pour nous plonger dans le noir. « Et quand la lumière se rallume, il y a le tueur planqué depuis tout ce temps dans un coin qui est éclairé par le faisceau et qui leur bondit dessus. » Je rallume la lampe, pointant ledit faisceau sur mon propre visage. « Bouh » Que je lance sans grand entrain et sans hurler, ce qui n'a, de ce fait, rien d'effrayant. « Ces films étaient nazes » Je hausse les épaules et balaie l'endroit, constatant que la rouille, à cause de l'humidité, s'est installée sur la plupart des lames. Je tique, continuant mon exploration en retirant quelques toiles d'araignées supplémentaires, désolée les filles. « C'est pas très prometteur... » Heureusement, quelques outils semblent avoir été épargnés par le temps, suffisamment pour le projet que je me suis imposé. « Mais ça devrait le faire. »

Je m'enfonce jusqu'à la fin de la remise, fouille dans quelques boîtes dans l'espoir d'y dénicher quelque chose d'utile, jusqu'à apercevoir deux bouteilles tout en haut de l'étagère, bien planquées. « Apparemment il ou elle ne faisait pas qu'entreposer les outils ici... » Je me place sur la pointe des pieds et tend le bras au maximum pour tenter de les attraper mais il me manque une bonne dizaine de centimètres pour ne serait-ce que frôler les deux bouteilles d'alcool poussiéreuses mais apparemment intactes.


Revenir en haut Aller en bas  
Erin J. Bennett
Erin J. Bennett
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 364
Sujet: Re: It took one seed to make a difference   Mar 26 Jan 2021 - 13:17
C'est que quand j'arrive en bas que je me rends compte que j'aurais peut-être pu attendre qu'on ait terminé nos tasses de thé. Bon, d'un autre côté, le liquide est relativement chaud et on ne va certainement pas prendre trois heures à observer le contenu d'un petit local au sous-sol. Alors le temps de remonter, il sera certainement juste bon à boire.

J'essaie de ne pas montrer que je me suis fait un peu mal à l'épaule en étant forcée de frapper plusieurs fois la porte métallique avec force, et profite du fait que Charlie entre la première pour légèrement frotter mon articulation en grimaçant. La rejoignant quelques secondes plus tard, je hausse un sourcil en l'entendant parler de son petit copain et l'amour de ce dernier pour les films d'horreur. J'ai un peu de mal à saisir le lien entre cet instant et ce souvenir, mais je me retiens de faire une quelconque remarque.

L'instant d'après, je finis par comprendre quand elle continue en expliquant que cette situation aurait très bien pu se trouver dans l'un de ces films. Oui, maintenant qu'elle le dit, ça fait sens. Je ne bouge pas lorsqu'elle éteint la lumière, ne craignant pas l'obscurité, et me tente d'afficher un petit sourire lorsqu'elle rallume le faisceau sous son visage pour s'éclairer en lâchant un « bouh » manquant grandement de conviction. Un léger rire m'échappe – sans qu'il ne soit moqueur pour un sou – et je hoche légèrement la tête. Ouais, vu comme ça, c'est vrai. Mais oui, je suis d'accord avec toi. Ils étaient vraiment nuls. Et c'est sans parler du fait que Naya et moi avons toujours préféré les anciens films aux nouveautés qui sortaient et semblaient toutes avoir le même scénario.

Et je ne sais pas vraiment pourquoi, mais pendant que la brune cherche son bonheur au milieu de tous ces outils en plus ou moins mauvais état, je me retrouve à repenser à ses mots. « Mon copain ». Non pas que je sois choquée qu'elle ait été avec un homme vu sa réaction plus que directe le jour de notre rencontre lorsqu'elle a catégoriquement annoncé que deux femmes ensemble c'était contre nature – ou un truc du genre – mais... j'en sais rien. C'est pas non plus comme si j'espérais quelque chose avec elle. Mais maintenant que je remarque que je pense à ça et réagit à ce genre de choses, je me dis que ma meilleure amie a certainement bien réussi son coup et est parvenue à me mettre ses conneries en tête.

Je me passe la main sur le visage – en profitant pour enlever des résidus de toile d'araignée venus se coller sur ma peau – et redresse mon regard vers Charlie lorsqu'elle me fait remarquer que les outils ont l'air suffisant. Puis, presque en même temps qu'elle, je remarque le reflet de la lumière dans deux bouteilles posées sagement sur une étagère en hauteur. Apparemment, oui.

La brune tente d'aller récupérer celles-ci mais ne semble pas assez grande. De peu, qui plus est. La rejoignant, je suis obligée de littéralement coller mon corps contre le sien afin de m'approcher de la fameuse étagère. Il y a plusieurs casiers de part et d'autre, restreignant donc forcément l'accès à cette partie de la pièce. Je lève les bras à mon tour, parvenant tout juste à attraper les deux bouteilles pleines de poussière que je viens ensuite descendre à une hauteur plus raisonnable pour qu'on puisse les observer sans avoir besoin de se vriller les cervicales.

Tiens, que je lui dis en lui tendant l'une de nos deux trouvailles. Celle que j'ai en main est un whisky, encore fermé hermétiquement, même s'il est couvert d'une sacrée couche de crasse. En soit, rien qu'un coup de chiffon ne puisse pas retirer. C'est là qu'un nouveau sourire vient étirer le coin de mes lèvres alors que je relève le regard vers les yeux de Charlie – toujours aussi proche d'elle. Et si on remontait ? Et si ça te dit, on n'a qu'à s'en ouvrir une pour voir ce qu'elles valent encore. Au pire, elle dira non. Et ça marche aussi.



Time goes by, but anger still remains

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Charlie Johansson
Charlie Johansson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 189
Sujet: Re: It took one seed to make a difference   Mar 26 Jan 2021 - 14:19
Le bras toujours tendu à l'extrême et agitant les doigts dans l'air comme si ça allait me faire gagner quelques centimètres supplémentaires, je sens mes orteils, sur lesquels repose tout le poids de mon corps, commencer à me lancer. Sur le point d'abandonner, je repose mes pieds au sol au moment où la jeune femme vient me donner un coup de main, sentant son corps tout contre le mien. Je continue d'éclairer les bouteilles trop hautes pour moi mais visiblement pas pour Erin qui finit par les descendre à notre hauteur. Je ne suis pas friande de boissons alcoolisées, ne l'ai jamais été mais je ne peux empêcher un sourire radieux d'illuminer mes traits face à la sensation très enfantine d'avoir découvert un trésor caché ici depuis cinq années et qui aurait pu le rester tout autant sinon plus. Une découverte reste une découverte alors quand l'ingénieure me tend l'une des deux je ne peux retenir un « trop bien » un peu trop enthousiaste pour la situation.

Soufflant sur celle-ci, la poussière vole jusqu'à mes narines et ma bouche et me fait tousser plusieurs fois, me sentant quelque peu idiote. Du pouce, je viens écarter le reste des saletés que l'humidité n'a pas rendu volatile. « C'est du rhum. » Je hausse les épaules. Je n'en ai jamais goûté à vrai dire et n'ai aucune idée de la saveur de ce truc. Tournant le faisceau lumineux vers la bouteille de Erin, je me tourne comme je peux pour lui faire face, nos corps sans doute beaucoup trop proches. Whisky pour elle semble-t-il. Ça, je sais d'office que je déteste. On a bien essayé de m'en faire boire plus jeune et je me rappelle mon tête à tête avec les toilettes pendant une bonne heure après ça. Grimaçant, la pénombre cache heureusement mon visage et mes expressions.

Sa proposition me fait relever les yeux sur elle et malgré le peu de luminosité je perçois son sourire et l'enthousiasme dans sa voix et son regard. Peut-être que mon propre enthousiasme l'a mis sur la mauvaise piste parce que j'ai toujours détesté ça. Ou plutôt je n'ai jamais compris pourquoi les gens aimaient ça. Adolescente, j'avais été invité à quelques soirées, avant que les autres comprennent mon étrangeté et me nient royalement. Et je les avais vus, boire jusqu'à plus soif à s'en rendre malade, à ne plus se rappeler ce qu'ils avaient fait et à tanguer dangereusement à chaque pas. Et je les avais trouvé stupide. Pourquoi s'infliger autant de souffrances gratuitement ? Jusqu'à ce que je comprenne que tout se résumait à une sorte de rituel social d'acceptation. Du moins, c'est ce que j'en ai déduis quand je me sentais plus facilement accepté en disant oui. L'âge adulte n'avait pas atténué ce sentiment. La vie professionnelle, personnelle, tout semblait régit sous cet angle de boire pour être comme les autres. Et parce que je voulais l'être, je disais toujours oui même si j'en détestais la plupart du temps le goût. Jamais trop. La petite voix qui me murmurait parfois des choses à l'intérieur de ma tête savait fixer les limites, elle.

Alors, parce que je ne veux pas qu'Erin pense que je suis bizarre, je lui adresse un sourire ravi et lui répond par un « d'accord » plus qu'enthousiaste. Super....Je lui tends à nouveau la lampe torche, réajustant le plaid qui couvre mes épaules et la suit doucement jusqu'au salon où je récupère mon thé après avoir déposé le rhum sur la table, gardant la couverture sur mon corps juste le temps de m'habituer à la chaleur des lieux. Reprenant ma place sur le canapé, je sirote la boisson encore chaude et agréable, cherchant du regard Naya. « T'es sûre qu'elle n'a rien contre moi ? J'ai l'impression qu'à chaque fois que je suis dans une pièce elle prend la fuite vers une autre ? » Du moins c'est la sensation qui persistait à chaque fois que je venais ici. Charlie arrivait, Naya prenait la tangente.


Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: It took one seed to make a difference   
Revenir en haut Aller en bas  
- It took one seed to make a difference -
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: