The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Je voudrais un bonhomme de neiiiiigeeeuuuuuuuu
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Alessia Marino
Alessia Marino
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 160
Sujet: Re: Je voudrais un bonhomme de neiiiiigeeeuuuuuuuu   Sam 13 Fév 2021 - 17:09
Bon clairement, m'être assise avec elle pour prendre un thé, ou une tisane, enfin son truc dégueux... ça allait pas m'aider à avoir du silence et de la réflexion. Alex semblait décidée à me faire la conversation, et surtout au sujet de choses assez futiles, comme ce que j'aimerais manger ! Je veux dire, oui bon, certaines personnes rêvaient la nuit de manger des choses particulières, mais bon, moi j'y avais pas tant réfléchis que ça. D'une parce que j'avais d'autres choses à penser et puis ensuite, parce que pourquoi se faire du mal ? M'enfin, si ça pouvait lui faire plaisir.

"Euh, je sais pas trop. Du pain ? Je veux dire du bon qui sort du four. Ou une pizza ?"

Faut dire que c'était super banal, mais en même temps, j'avais jamais été une grande fan de la nourriture. Pour moi, c'était plutôt une façon de fonctionner, de donner ce qu'il faut à mon corps, puis bon. La plupart des dépendances alimentaires en tant qu'enfant c'est les sucreries, j'ai jamais vraiment aimé. Puis les trucs d'ados, gras et tout, bah j'ai pas gouté. Au final, je mettais beaucoup trop de réflexion dans ce sujet qui ne m'avait jamais traversé l'esprit avant. Toutefois, la femme coupa mon flot de pensées pour me reparler de magie et de divertissement.

"Après, le principe des tours de passe-passe c'est qu'il faut déjà avoir eu accès à l'objet, donc bon, le couteau de quelqu'un d'autre ou des clés, j'suis pas confiante là-dedans." répondais-je assez rapidement avant de reprendre sur un ton moins piquant. "Je me divertie pas vraiment. Enfin, je tue des infectés, pour qu'il y en ai plus, je lis des livres pour construire un meilleur avenir. Ca occupe déjà mon temps en général. Sinon je cherch...ais à manger."

"Avant, j'essayais d'apprendre tout ce que je pouvais, donc je présume que ça me divertie."
finissais-je après avoir marqué une petite pause. Au final, la discussion repartait vers un sujet bien plus intéressant, on repartait sur le bricolage comme elle disait. Maintenant on parlerait plutôt de construction, vu qu'il y avait souvent beaucoup à refaire, enfin c'est comme ça que je voyais le truc, mais soit.  En tout cas, réparer les campings-car, bien que je n'ai rien vu à ce sujet, semblait être une grande source de rigolade pour elle, qui laissait échapper un rire comme à son égard. Je roulais doucement des yeux.

"C'est bien de savoir faire de l'électricité, encore faudrait-il pouvoir la produire. À moins que tu sois capable de faire apparaitre des matériaux qui sont produits en usine. Pourquoi tu essaies pas d'installer des poêles à bois plutôt ? C'est petit, tu peux faire bruler ce que tu veux dedans. Si tu mets une casserole dessus ça fait de l'eau chaude, ça chauffe aussi la pièce." dis-je exaspérée. J'avais dû mal à saisir la priorité au rétablissement électrique. Dans un bâtiment dédié à des tâches médicales pourquoi pas, mais bon, des caravanes de vie. Surtout que faut en produire de l'énergie pour faire tourner un pauvre radiateur portable.

J'essayais de me relaxer un peu, en tout cas, d'avoir l'air plus joviale et agréable à vivre. Le but n'était pas d'insupporter tout le monde, je voulais au moins essayer de m'intégrer pour Ava. Je soulevais la tasse, prenant une nouvelle gorgée, tentant de faire abstraction du goût. Elle m'expliquer donc ce qu'elle voulait dire par "faire des missions" avec le reste des personnes, expliquant qu'ils étaient mercenaires. Quand on voyait les individus, je me demandais honnêtement comment en voyant l'ensemble, les personnes pouvaient nous faire confiance. Je dis pas, Bruce il pouvait faire peur, avant de parler de licornes quoi.  Enfin, je laissais passer la réflexion, continuant à être attentive à ses paroles.

"Un mois seulement ? Tu as l'air de t'être installée pourtant. Remarque, si tu arrives pas à vivre seule ça se comprend. Par contre, Bruce s'est un bon samaritain ou quelque chose comme ça ? Il t'a ramené toi et Ava, je crois non ? Vous êtes pas très "mercenaires"."
ajoutai-je sincèrement, avalant avec dégoût un peu plus du liquide.

La question arrivait, à s'en douter. C'était vraiment la nature humaine de retourner l'attention vers les autres. Quand on voulait éviter un sujet sensible, et je savais très bien de quoi je parlais, vu que je l'avais fais y a à peine un mois avec Raven. J'esquissai un sourire en coin en reposant ma tasse. Clairement, il ne se voulait pas rassurant, plutôt perçant. Avait-elle peur de dire qu'elle était incapable de survivre seule ? Ou bien cachait-elle d'horribles actions ? En tout cas, un retournement de situation comme celui là quand on te parle de ton passé est rarement... innocent.

"Je présume que c'est mieux pour toi, d'être entourée du coup. Tu sais, c'est pas moins dangereux."
dis-je sur un ton amer. Je cherchais juste à titiller sa conscience avant de répondre à sa question. "Ça fait à peu près trois ans, enfin, ça faisait puisque je vais rester ici avec Ava. Je m'étais isolée dans la forêt, sur une petite île au milieu d'un lac. Y avait pas âme qui.... Enfin, y avait pas de non-infectés. Puis les rares personnes qui passaient, je les évitais."

J'observais ses réactions, la laissant mener la danse de la discussion, m'enfonçant un peu plus dans le siège.


As I wish you knew : I told you
Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1698
Sujet: Re: Je voudrais un bonhomme de neiiiiigeeeuuuuuuuu   Sam 13 Fév 2021 - 19:24
Celle qui pense savoir se faire aimer


Je m’illumine quand elle me dit qu’elle aimerait peut-être de la pizza. Ca tombe bien, si ma mère a du renoncer a son rêve d’ouvrir son restaurant, notre cuisine a toujours été une annexe de l’ambassade de l’Italie. C’est surement le manque de mon petit frère qui me donne envie de materner cette jeune fille qui a dû vivre des horreurs :

« Ca tombe bien, c’est fort possible que mon sang Italien se retrouve en cuisine. Je te ferais une pizza demain. »


Mon frère a toujours été mieux le ventre plein et comme disait maman, le bonheur commence dans l’assiette. Qui plus est je la trouve pale et peu souriante, je suis sure que devant son plat prefere elle ira tout de suite mieux et je connais assez le grand cœur de Bruce pour être convaincu qu’il me laissera prendre des tomates de notre réserve pour faire plaisir a la nouvelle venue. Bon sang qu’elle est sérieuse, en même temps, impossible de lui en vouloir car moi, a chacun de ses mots, j’entends surtout une enfant qui a dû s’endurcir et grandir trop vite dans un monde devenu ignoble. Mon Mateo est resté tendre, je ne sais pas si c’est une bonne chose ou pas, parce que je me suis toujours arrangé pour qu’il ne souffre pas de la faim, du froid, de la peur et que je l’ai toujours protégé de toute mes forces, mais, s’il avait du grandir sans moi, serait il devenu comme elle ? Juste un survivant avant d’être un enfant.

Pendant qu’elle discute, je ce qui nous sers de sucrier, fronce les sourcils et en sort une barrette, pardon, sa barrette avec un air de « qu’est ce que ca fait là » alors que je sais trop bien comment je l’ai subtilisé, je lui rends :

« Le secret c’est d’être assez rapide pour rendre tout accessible. Tu sais Alessia, même s’il va te falloir un temps d’adaptation, tu n’es plus toutes seules maintenant, pour te nourrir ou tuer les infectés, tu vas savoir compter sur d’autres personnes. »

J’essaye de trouver un ton rassurant, comme je le ferais avec mon petit frère pour essayer de la rassurer. Certes elle n’a pas l’air en panique ou en stresse, mais je présume parfaitement des raisons qui l’ont poussée a être aussi… pragmatique. J’essaye de ne pas penser que ce foyer dans lequel je veux qu’elle croit, je vais surement lui arracher dans peu de temps pour sauver une autre ame en perdition. Avec un sourire que j’espère chaleureux, j’ajoute :

« Et puis, comme ça, ca te laissera plus de temps pour trouver comment construire cet avenir meilleur. Tu as deja des pistes ? »

Je fais comme si je ne l’avais pas vue lever les yeux au ciel. A son âge, je pense que j’étais bien pire et elle a sa logique qui n’est pas non plus déconnante pour les poêles. Sauf que pour moi, le confort, c’est pas la vie du moyen âge, la fée électrique c’est la base de tout :

« Nous en avons déjà, ensuite, je suis électricienne, pas chauffagiste et il y a pas mal d’appareils qui ont besoin d’électricité. Nous allons recevoir des panneaux solaires que je vais fixer sur les caravanes. On a aussi mis la main sur un groupe électrogène que j’ai fini de réparer… »

Elle semble se détendre un peu, surement l’effet de la tisane qui doit lui faire du bien. Je la détaille un peu plus en me disant que, même si c’est difficile d’imaginer la place d’enfant dans ce camps, Bruce a bien fait de la ramener ici. Une nouvelle fois mon cœur a un raté en me souvenant que je ne fais pas partie de l’équipe, que cet endroit est voué a sa perte et qu’Alessia, comme Ava, risque d’être enrôlées chez les divas ou repartir dans les dangers de la vie sans protection.

Elle semble surprise par mon intégration et, j’avoue, que moi aussi. Même si, pour les besoins de ma mission, je fais tout pour faciliter les choses, c’est presque naturellement que j’ai l’impression d’avoir trouvée ma place ici. A nouveau une boule se fait dans mon ventre. Pourtant j’essaye de ne rien montrer de ce qui me remue et reste toujours dans cette position de grande sœur patiente et bienveillante :

« Ava est un peu jeune, quant a moi, ne te fie pas aux apparences, même si ca me sert beaucoup pendant les combats qu’on me prenne pour une faible femme, je sais me défendre. Et puis, pour les missions les muscles ne suffisent pas toujours. »

Cette fois le pli de ma bouche est un peu crispé. Je ne le sais pas encore mais bientôt je vais réaliser a quel point je dis vrai. L’organisation, la stratégie et trouver d’autres idées que « on fonce » sera plein de petites choses qui sembleront faire défaut aux muscles. A sa phrase, dites avec une gravité presque adulte sur les dangers d’être entourée, j’ai un frisson d’effroi et surement que je palis malgré moi en resserrant, machinalement, les pans de ma veste sur ma poitrine. Je suis surprise d’une telle phrase dans la bouche d’une fillette et je commence a me poser d’affreuses questions.  Je me contente de souffler un :

« Je sais… »

Je l’écoute, ensuite, m’expliquer sa survie d’ermite. 3 ans…. Elle a dont été 2 ans avec des gens ? Quel âge a-t-elle ? Au moins elle semble accepter l’idée de se poser. La bonne humeur n’est plus la, c’est une inquiétude d’adulte a enfant qui l’a remplacé :

« Alessia… je… enfin… je ne sais pas ce qui t’es arrivée avant d’être seule et je n’ose pas imaginer ce qu’a été ta vie en solitaire, mais sache que tu es avec des gens bienveillants ici, ca va aller mieux… »


Enfin… presque tous bienveillants… malheureusement pour nous tous. C’est pourtant très sincèrement que je lui dis :

« Si tu as la moindre idée de ce que je sais faire pour t’aider a te sentir bien ici, n’hésites pas a demander. »





Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
Alessia Marino
Alessia Marino
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 160
Sujet: Re: Je voudrais un bonhomme de neiiiiigeeeuuuuuuuu   Mer 17 Fév 2021 - 15:13
Visiblement, ma réponse concernant la pizza semblait être suffisante pour elle, me répondant fièrement à propos de son sang italien, à propos duquel je préfère taire tout commentaire. Au moins, que ce soit elle ou bien les autres, ils arrêteront de me demander ce que je souhaite avoir tout le temps, comme une enfant qui a besoin de réconfort ou d'être guidée. Ils étaient pas méchants, juste... oppressants. Alors que nous continuons à siroter notre eau colorée, Alex décida de démontrer ses paroles et ses tours que j'estimerai, tout de même, être de passe-passe. Elle avait subtilisée la barrette qui tenait mes cheveux retenus vers l'arrière. Elle m'avait observé avec des yeux interrogateurs, le butin en main alors qu'une de mes mèches venaient glisser contre ma joue.

"En effet, tu peux voler des choses. À savoir si tu peux le faire dans une situation stressante ou dangereuse. Potentiellement au bord de la mort. Mais cela peut-être impressionnant, je présume."
dis-je amèrement, en tendant la main dans sa direction, alors que son ton se teintait de tonalité douces et réconfortantes. "Tu sais, c'était un choix d'être seule, je suis venue pour... pas vraiment pour combler ma solitude. Les racines sont pas très bonnes, mais c'est nutritif au moins, quand on a rien d'autre. Puis, les morts sont rarement une menace ses derniers temps. Enfin, on est pas à l'abri de mauvaise surprise, mais compter sur les autres, c'est apprendre à ne pas savoir compter sur soi." Clairement, mes mots s'étaient transformés lorsque j'avais évoqué des mauvaises surprises, repensant à ma rencontre avec Miss américa, comme je l'appelais.

Je soupirais, finissant ma tasse d'une grande gorgée, la reposant assez loin en espérant que la femme n'aurait pas l'idée de me resservir de ce truc tout juste passable. Elle retournait le sujet, tout les sujets vers moi. Je commençais à vraiment me demander ce qui se cachait derrière ça. Oui, je suis une enfant, on veut s'occuper de moi. Oui, je suis nouvelle, elle est peut-être curieuse. Mais non, la conversation ne devrait pas être centrée sur mes intentions, ma protection, ma vie. Je répondais toutefois.

"Des pistes, oui et non. Des objectifs, mais je doute que ce soit encore réalisable dans l'état ou bien que le monde soit prêt. Très simplement.... Je souhaite que les enfants et ados puissent conserver leur innocence sans craindre le monde qui les entourent. Qu'ils puissent apprendre, des connaissances qui leur plaisent, qu'ils puisent développer leurs besoins mentaux. Pour avoir une stabilité nouvelle où ils peuvent devenir ce qu'ils souhaitent, et pas comme on le prétendait dans le monde d'avant. Il était dit que tout le monde pouvait faire ce qu'il voulait, mais c'était au prix d'un mental effrité." Je ne voulais pas vraiment m'étaler plus à ce sujet. J'en avais parlé à Connor et Bruce la veille, ça avait pas l'air de les avoir marqué et puis Bruce m'avait comparée à une politicienne. Bonjour la joie.

Je finissais par retirer mon manteau que je n'avais pas encore débarrassé de mes épaules, la chaleur de nos corps et de la caravane créant une ambiance assez tiède pour ne pas rester emmitouflée dans des couches de tissus qui limitaient les mouvements. Je tapais discrètement mes chaussures l'un contre l'autre pour décrocher la neige qui s'était accumulé en dessous alors qu'Alex m'expliquait ses projets pour l'électricité et ce qui lui avait été promis. C'était une bonne idée, ça apporterait du réconfort à certains, par contre, est-ce que c'était vraiment indispensable ? Ca je sais pas, et clairement, j'allais pas insister dessus non plus. De toute façon, même quand elle parlait d'elle, elle parlait des autres en vrai.

Oh et puis qu'est-ce qu'elle était mielleuse, une catastrophe. "En effet, les muscles ne suffisent pas toujours, mais je suis pas sûre que nos capacités soient vraiment différentes en réalité. C'est dommage, d'avoir le niveau d'une enfant, vu que c'est comme ça que tu me considères, je veux dire." dis-je sur un ton de nouveau piquant. J'en avais marre qu'elle me berce en pensant que j'ai besoin de sécurité pour vivre et que je suis un petit bout de papier fragile. En tout cas, mes remarques concernant les dangers de la vie de groupe semblait l'avoir touchée quelque peu.

Est-ce qu'elle repoussait tout vers moi parce qu'en fait elle était au bord du gouffre comme Sonia à l'époque ? Et que c'était la seule chose qui lui permettait de le cacher ? J'aurais pu laisser tomber, mais elle ne transmettait pas de signaux de détresse, juste une considération envers moi, beaucoup trop... gênante.

"Le truc que tu comprends pas je crois, c'est que je vais pas mal. Je vais très bien. Je vis correctement avec moi-même. Le monde est sauvage c'est certain, mais j'ai les capacités pour le dompter assez pour m'en sortir. Je ne suis pas toi, et ta bienveillance est trop poussée. Tu ne t'occupes que de moi, et quand tu parles de toi tu parles des autres. Donc je pense que tu es celle qui a besoin d'être rassurée ou de bienveillance, mais tant que tu continueras à te cacher, ne compte pas sur moi pour t'aider. C'est pas parce que tu es adulte que tu te complaire dans la peur d'être vulnérable. Tes mots et ta surcompensation transpire un besoin de s'occuper des autres. Donc soit tu es profondément altruiste, soit tu espères qu'on s'occupe de toi." balançais-je en me redressant pour me décaler par rapport à la table.

"C'est triste. C'est malin en même temps, quand je veux pas parler de quelque chose, je repousse la conversation sur l'autre personne, mais ça marche qu'avec ceux qui ne le font pas. En tout cas, si tu veux te tuer, fais pas ça ici, ce serait dangereux." Mes paroles étaient dures mais franches, je pensais chaque mot. Je n'étais pas invincible, mais fidèle à moi-même, je pensais mes mots être la vérité et je ne me priverais pas de lui partager. Par contre, si elle était dans le même état que Sonia, mais qu'elle le cachait, j'ose espérer qu'elle aurait la décence de ne pas menacer la vie de autres. "En tout cas, s'il t'arrive un truc, tu pourras pas dire que je te l'avais pas dit."

Je soulevais la tasse pour l'amener à l'évier où il semblait y avoir un brin d'eau courante. "C'est pas en repoussant les autres par un intérêt surdimensionné que tu arriveras à quoi que ce soit. Soit honnête avec toi." Mon ressenti était simple, elle cachait un truc quoi que ce soit, elle puait une détresse profonde, c'était pas dur de s'en rendre compte quand on a un peu d'empathie. Mais j'avais pas rentrer dans son jeu. D'une ça me soulerait très vite, et de deux, ça l'aiderait pas du tout.


As I wish you knew : I told you
Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1698
Sujet: Re: Je voudrais un bonhomme de neiiiiigeeeuuuuuuuu   Mer 17 Fév 2021 - 19:06
Celle qui est a l’épreuve des ados (sauf Milou)


Le public n’est pas facile ce soir, je sens Alessia particulièrement difficile a convaincre. Au moins, elle m’accorde le fait que cela « peut être impressionnant ». Si on oublie le ton qui me laisse a pensé qu’elle est plus dans l’adolescence blasée que dans l’enfance, j’estime que c’est une petite victoire en soi.

« Avec de l’entrainement cela devient un réflexe, quel que soit la situation. »


Car ses gestes de magiciennes, c’est des années et des années de pratiques, de technique peaufinée au point que je suis capable de réaliser pas mal de chose sans y penser. Je reste à l’écouter quand elle me conforte dans l’idée qu’elle a dû vivre un sacré drame pour préférer rester seule à manger des racines plutôt qu’être entourée. J’ai toujours eu une vision qu’il fallait être un rouage d’une machine, qu’on était un « tout » et ce depuis le plus jeune âge… travailler en équipe, survivre dans un groupe. Certes ce n’était pas une réussite quand on voyait ma situation, mais j’étais incapable, comme elle, de me débrouiller seule. Je ne saurais même pas quelle racine manger… moi, je savais juste faire de la magie, lancer des couteaux, cuisiner et gérer des installations électriques. Je sais que c’est déjà pas mal, mais je pense que ce n’est rien a coté du CV d’Alessia.

Ses objectifs continuent de faire écho a cette crainte sournoise qu’il lui est arrivé le pire. Ce besoin de protéger pour aider a se développer, n’est ce pas ce qu’elle aurait voulu faire pour elle ? J’ai un peu de mal a visualiser ce qui semble, de nos jours, être une utopie.

« Une sorte d’école protégée ? »

Je la vois retirer la neige de ses chaussures en préférant ne pas relever, il lui faudra du temps, surement, pour s’habituer a vivre dans une communauté et je pense qu’elle est de celle qui ont besoin d’être apprivoisée. Je passerais un coup de serpillère discrètement après son départ. Je la détaille un peu plus quand elle me dit que c’est dommage que je la vois comme une enfant et je sens que j’ai fait une bourde. Elle est surement plus vieille que je ne l’ai présumé et je viens probablement d’égratigner son ego, ce qui tend vers la théorie qu’on a bien une ado parmi nous.

« Je parlais au niveau des missions, et je m’excuse si tu t’es sentie insultée, je ne sais même pas l’âge que tu as… ce n’est pas a moi de décider de qui va ou non en mission, j’imagine que si tu fais tes preuves aux entrainements et que tu as envie, cela se fera. »

De nouveau je lui offre un sourire bienveillant qui se fige un peu quand elle se remet a parler. Je respire un grand coup a la fin de sa tirade et je tente de me souvenir a quel point j’ai été pire qu’elle a son âge présumé. Si ses mots m’interpellent, je n’en montre rien et je lui offre un visage pensif et attentif. Je n’essaye pas de la couper et essaye de mémoriser chaque mot ou tournure de phrase. Étonnement, avoir dû prendre en charge un enfant que je ne supportais pas lors de l'apocalypse et m’improviser maman de substitution m’avait beaucoup changée. J’avais découvert la patience, l’écoute bienveillante et l’importance d’essayer de comprendre ce que se cachait sous les pics quand il y avait des tensions, un peu comme maintenant. Parce que moi, j’entends de la souffrance d’une jeune fille qui dit avoir choisi sa solitude mais qui a quand même vécue quelque chose qui l’a marquée et surement poussée a ce choix. A-t-elle peur de s’attacher ? D’être repoussée ? Je ne suis pas assez calée en psychologie et je ne la connais pas assez pour avoir une véritable opinion, mais je décide de réagir comme si c’était Mateo en face de moi.

J’ai un petit sourire en coin qui apparait quand elle arrive a la conclusion que je pourrais me suicider parce que je ne parle pas assez de moi. Elle y va fort dans ses analyses mais elle se trompe, je suis de ceux qui avancent et ne lâche rien parce que j’ai un but.

« Tu as fini ? Alors, je te rassure tout de suite, je n’ai pas prévu de me tuer, je vais aussi bien que c’est possible après 5 ans d’apocalypse. Donc, malheureusement pour toi, il va falloir supporter la bienveillance encore pas mal de temps, j'en ai peur. »

Sans la certitude que c’est un écho d’une souffrance pour elle, j’aurais du mal à garder mon sérieux. Alessia si tu savais pourquoi je m’intéresse plus aux autres et que je parle peu de moi, tu serais surement très déçue que ca ne soit pas pour me suicider. Je la regarde débarrasser avant de l’imiter.

« Alors, nous sommes peut être partie du mauvais pieds. Je m’intéresse a toi non pas parce que je te vois comme une enfant ou je ne sais quoi d’autre, mais parce que tu viens d’arriver et que c’est important de se sentir bien accueillie pour moi, après, si cela te mets mal a l’aise, il te suffit de le me dire. »

Il faudra peut être que je prévienne Bruce aussi, il a tendance a etre encore plus « bienveillant » que moi. C’est vrai que c’était très maladroit d’autant lui sauter dessus alors qu’elle passe d’une vie de solitaire a la notre. Je sors de quoi laver la vaisselle tout en parlant :

« Ensuite, j’ai deux propositions a te faire, en sachant que tu as toujours la troisième de les refuser : 1 si tu as le sentiment que je ne t’ai pas répondu sur moi, pose moi les questions que tu veux, mais c’est une question contre une autre. Je te réponds franchement et ensuite c’est mon tour. Ou, 2, il parait qu’il n’y a pas meilleur moyen de connaitre quelqu’un qu’en travaillant avec. Viens m’aider dans les travaux, je t’apprendrais et cela toujours t’être utile pour avancer dans ton projet non ? »

Et ca l’aiderait surement a trouver sa place ici. Il n’y a rien de pire qu’être oisive ou laissée de coté pour commencer a aller mal. Je fais attention de lui parler comme a une adulte, de lui laisser des choix sans trop savoir su cela fonctionnera sur cette apprentie psy en culotte courte.

« Qu’en penses tu ? »



Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
Alessia Marino
Alessia Marino
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 160
Sujet: Re: Je voudrais un bonhomme de neiiiiigeeeuuuuuuuu   Sam 20 Fév 2021 - 15:53
Je m'étais emportée, clairement. Sa façon d'être m'avait agacée, m'avait poussée à la provoquer, à lui dire ce que je pensais être la totale vérité et dans le fond, je restais sur mes idées. Bon... Il est vrai qu'au final, Alex semblait réellement s'excuser et exprimer un sentiment de réel bienveillance. Premièrement, elle m'avait demandé pardon d'avoir en quelque sorte douté de mes capacités en mettant les siennes en avance. Et par la suite, elle trouvait une réponse à mes tirades de complainte envers sa personne. Une raison qui semblait sage, réfléchie et posée. Si cela m'en agaçait toujours un peu, je retenais mon courroux cette fois-ci. J'avais débordé, dépassé les bornes. Et je ne pouvais m'empêcher de me rappeler les mots de Mihai d'il y avait à peine quelques jours. Il fallait que je sois moins amer, moins aigrie si je voulais pouvoir rester ici.

Et après tout, mon but premier était d'essayer de m'acclimater pour rester auprès d'Ava, ce qui voulait dire être tolérée si je n'étais pas au moins acceptée. Et c'est clairement pas après cette rencontre et celle de la veille où on m'avait comparée à une politicienne que j'étais bien partie. Je prenais une grande respiration, écoutant soigneusement les réponses de la brune à mon égard alors qu'elle me rejoignait pour nettoyer la vaisselle qui aurait été abandonnées si la situation avait dégénéré.

"Ouais, bon, mais fin, c'est pas naturel d'être comme ça quand même, voilà. C'est ce que je pense, j'm'en excuserais pas."
dis-je avec un ton d'enfant capricieux. "Puis tant mieux si tu veux pas mourir, non parce que ce serait chiant de devoir te tuer. Quoi que t'es pas petite, c'est pas comme si on tombait sur un Bruce."

Je baissai un peu les yeux, en essayant de ne pas trop lui montrer, par fierté en partie. Peut-être que c'était une réaction naturelle que d'utiliser de tel remarques et questionnements  pour accueillir quelqu'un. Je sais qu'à l'époque, les gamines se demandaient pleins de trucs futiles, leur personnage préféré, leur couleurs. Je trouvais ça insupportable, mais c'était peut-être ça l’équivalent post apocalyptique ? Au final, elle essayait de faire les choses comme il fallait, sauf que moi j'étais pas quelqu'un comme il fallait, si on veut. Je m'en rendais de plus en plus compte, sans pour autant réussir à me comporter autrement. "Oui, bon j'aime pas trop ça. Déjà je t'ai répondu, mais bon ça m'a pas forcément fait plaisir."

Je me reprenais un instant avant de rajouter : "Enfin, quand tu m'as demandé pour mes projets si, mais c'est tout. Et une école surprotégée, t'es pas la seule à proposer ça." En l’occurrence, j'avais entendu ça de la bouche du garçon qui avait voulu me voler mes affaires y a pas deux jours de ça. Il revenait au final beaucoup inconsciemment dans cette conversation. Mais lui même imaginait de s'installer dans une école et son idée m'avait moi-même parue géniale, surement à cause de mes propres rêves du coup. Vu ce qu'Alex imaginait de ma description.

Elle s'était mise à chercher un compromis à notre rencontre neigeuse et violente, puis verbalement agressive, afin de repartir sur de meilleurs bases. Elle me proposait de l'aider pour les travaux dans les jours et semaines à venir. L'idée n'était pas mauvaise, cela me permettrait de voir si elle arrivait bien à faire ce qu'elle disait et si c'était le cas d'en apprendre un peu plus. Qui plus est, dans une situation de travail, je pourrais éviter de me faire bombarder de questions tout en étant utile. Et puis c'est pas comme si avec le temps qui avait l'air de changer, j'allais pouvoir faire pousser quoi que ce soit pour l'instant. Et m'occuper des poules, ça prenait vraiment pas beaucoup de temps.

Je finissais de nettoyer ma tasse et ma cuillère, tendant la main vers la vaisselle d'Alex en guise de bonne volonté, retenant tous mes aprioris et ma rancœur en moi, du mieux que je pouvais. J'allais pas l'insulter si c'était vraiment, réellement une personnes altruiste. C'était dur de me l'avouer et c'était hors de question de l'avouer à haute voix, mais peut-être que j'avais tord ? Même si j'avais très probablement raison ! "D'accord. Je veux dire, pour t'aider pour les travaux, comme ça tu pourras me montrer les changements que t'apporte comme tu disais. Et puis si tu peux m'attendre des trucs utiles, pourquoi pas."

Je me retournais pour récupérer mes affaires et les hisser dans mon dos pour remplir mon premier objectif, c'est-à-dire explorer les alentours du campement, malgré la neige qui était tombée. Je me déplaçais vers la porte, pour m'éloigner au plus vite de cette rencontre qui s'avérait plus nuisible qu'autre chose pour moi. "Et pas de question, sauf si c'est moi qui lances le sujet. Sinon, je me tire." Bon, vraiment j'aurais pu mieux le formuler, mais c'était trop tard. Je fermais la porte derrière moi, laissant Alex seule dans la pièce sans lui avoir demandé quoi que ce soit de plus.

Au final, suite à cette rencontre, j'éviterais au maximum les autres adultes du camp, jusqu'à devoir vraiment leurs parler. Ou bien, si je me sentais peut-être plus à l'aise.


As I wish you knew : I told you
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Je voudrais un bonhomme de neiiiiigeeeuuuuuuuu   
Revenir en haut Aller en bas  
- Je voudrais un bonhomme de neiiiiigeeeuuuuuuuu -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: