The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

On a oublié la peau de l'ours devant la cheminé
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Isha Cornwell
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Exiles | Chasseur de primes
Bad Boy Sensible
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3615
Sujet: On a oublié la peau de l'ours devant la cheminé   Lun 18 Jan 2021 - 16:08
Celui qui aime pas le climat


Putain de climat de merde. J’entends encore le Joaquin et la Ruby me dire qu’il fait doux en hiver dans cette putain de saloperie de ville !! Bah d’où qu’elle sort cette putain de neige alors ??? De mon cul ??? Oui, je suis énervé, mais j’ai de quoi aussi. Emie est avec moi et depuis la mission ou j’ai cru la perdre, j’ai tendance à baliser dès qu’on sort.

Je la sur-couve et je pourrais la rouler dans du papier bulles, je le ferais. Je me rends compte que la Yulia avait raison avec sa mise en garde. Elle est bien loin de la vie tranquille des champs de Tacoma ou je l’ai un peu tirée (sans mauvais jeux de mots) de force. Je pense que je ne me le pardonnerais jamais s’il lui arrivait le moindre truc a cause de mon égoïsme de la vouloir a tout prix, sans m’inquiéter de sa sécurité. Surtout qu’il n’y a pas une nuit ou je ne couve pas tendrement de caresse son ventre en me demandant s’il n’y a pas déjà un petit locataire qui y a élu domicile et qui compte sur moi pour prendre soins d’eux. En attendant que je me décide a entrainer Emie a se battre, elle ne sort pas sans moi et des qu’il y a un truc qui coince, je le vie pas façon mec détendu.

Nous revenons juste d’une mission de collecte très tranquille, mon camion est plein de matos mais entre son poids et l’état de la route, je sens mal la suite pour rentrer dans a la distillerie. Je reste une minute pensif a regarder la neige redoubler en essayant de me décider quant à la suite, puis je soupire.

« Je crois qu’on va devoir oublier l’idée de dormir dans notre lit ce soir »

Ca ne me plait pas, il fait froid et elle mérite ce qu’il y a de mieux en terme de confort. Je lui serre la main pour la rassurer en même temps que je gare la LM devant un bâtiment. Il commence à faire nuit, la neige rend le chemin dangereux et autant tout seul j’aurais tenté, autant je ne m’y risque pas avec ma précieuse Pepper Potts. Je lui tends le talkie en même temps que prends Mauricette pour descendre de la LM.

« Tu sais prévenir la Allia qu’elle s’inquiète pas ? Verrouille derrière moi, je vais voir si on a un endroit plus simple à chauffer que la LM et je reviens. »

J’attends d’être sur qu’elle est bien enfermée, pire qu’un papa poule, pour aller dans le bâtiment le plus proche. Quelques moisis de moins et un passage a l’arrière de la LM pour prendre sac de couchage, matelas de camping et réchaud, afin de nous installer un nid le plus douillet possible au regard du contexte, je reviens toqué au carreau avec un grand sourire.

« La suite de Madame Cornwell est prête, si Madame veut bien se donner la peine. »

Je vais l’escorter dans une petite pièce d’un appartement surement hors de prix, a l’étage. Avec un manche à balais, j’ai déjà délogé tout ce que j’ai pu qui bouchait la cheminée en espérant que ca suffira pour qu’on arrive a faire du feu. J’ai mis ce que j’ai trouvé de coussin de canapé au sol pour poser les sacs de couchage et commencé à péter des meubles hors de prix et foutre des bouquins de collection dans l’âtre que je compte allumer. Je la laisse découvrir notre hôtel pour la nuit pendant que je retourne essayer de lancer le feu. Je m’en veux vraiment de lui imposer cette vie de merde et j’ai peur, vraiment, de l’avoir forcer a faire un mauvais choix. C’est le dos tourné, essayant de lancer la petite flamme de mon briquet que je lui dis :

« Je suis vraiment désolé, j’ai… enfin… j’aurais aimé trouver mieux…tu mérites beaucoup mieux... »

Et elle aurait vraiment pu trouver mieux aussi qu’un type qui va la faire dormir presque par terre au milieu de nulle part.



Codage par Libella sur Graphiorum








Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Emilie Knox
Emilie Knox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Medic | The Exiles
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 536
Sujet: Re: On a oublié la peau de l'ours devant la cheminé   Lun 18 Jan 2021 - 20:36


Il neigeait. Autrefois Émilie appréciait la neige à Seattle, quand elle annonçait les prémices de futures batailles de boule de neige et de concours de bonhomme de neige dans la cour de l’hôpital auxquelles elle adorait participer avec les enfants malades. Ça leur permettait d’oublier un peu leur condition et ça faisait du bien au moral. Maintenant, la neige annonçait surtout le retour du froid et la complexité pour trouver un abri sur et chaud pour ne pas mourir d’hypothermie.

La sage-femme était pensive depuis quelques jours déjà, elle avait demandé un délai à sa réponse définitive quant au fait de rester avec Isha à la distillerie. Elle avait écouté les pour et les contre que ceux qu’elle avait rencontré lui avait donné et petit à petit elle s’était fait une idée de ce qu’elle devait faire. Il fallait qu’elle finisse par l’annoncer à son compagnon. Compagnon qui d’ailleurs la sortis de ses pensées. Bien, il n’allait pas pouvoir rentrer ce soir, une nouvelle qui ne l’avait pas gênée outre mesure sachant qu’elle ne serait pas seule, mais avec lui, peu importait ou elle se trouvait.

Il avait pris comme à son habitude les devants, n’autorisant la blonde qu’à rester dans la LM pour prévenir leurs compagnons qu’ils ne rentreraient pas ce soir pour s’occuper de tout le reste. Elle l’avait bien sentie, depuis leur dernière mission, il ne la laissait presque pas une seule seconde seule, il faisait tout à sa place, il aurait même respiré pour elle et fait battre son cœur à sa place s’il avait pu. La plupart des gens aurait trouvé cela trop étouffant, trop autoritaire, mais Émilie, elle, trouvait ça particulièrement attendrissant. Elle qui n’avait jamais connu un tel dévouement de la part d’un homme ne voulait pas en perdre une seule miette à croire que les deux amants avaient été réunis par le destin, lui qui avait semblait-il tout prévu. Elle se contenta alors de suivre les ordres « Hello belle brune, ici le chevalier masqué et la jouvencelle éprise, on ne va pas rentrer ce soir, il y a trop de neige sur la route. L’hôtel 5 étoiles à une chambre de libre. On vous recontacte demain ! » Un simple « Ok les amoureux, pas de bêtises » avait raisonné comme réponse et un sourire niais était apparue sur le visage d’Émilie.

Entre temps le chevalier masqué était revenu pour emmener sa jouvencelle éprise dans leur chambre. Le « Madame Cornwell » avait fait rougir Émilie, c’était bête mais elle ne put s’empêcher d’arborer son plus beau sourire. Ça ne sonnait pas si mal, mais là n’était pas le sujet. Ils arrivèrent dans une petite pièce qu’il avait prit la peine d’installer le plus confortablement possible. S’il n’avait pas autant pris la poussière, cet appartement aurait été parfait. Les meubles poussiéreux donnaient une impression de luxe auquel la blonde n’avait plus eu à faire depuis des années. En réalité, en avait-elle jamais eu à faire ? Sa mère qui vivait à son crochet ne lui avait jamais permis le plaisir de ce genre de choses. En rentrant dans cette pièce elle avait simplement lâcher « Ouuh, je n’ai pas menti à Allia, un véritable 5 étoiles ! » et elle s’était mise à rire discrètement.

Elle fit alors un petit tour du propriétaire, ne s’éloignant pas trop au risque de se faire engueuler. Elle tomba simplement sur une chambre ou il ne restait plus rien qu’un vieux sommier en métal tordu et quelques meubles remplis de vêtements soit mangés par les mites soit horriblement poussiéreux. Elle revint dans la pièce ou Isha tentait d’allumer un feu en utilisant du bois et de vieux livres. Pauvres livres avaient-elle pensé et se hasarda à un en prendre un lorsqu’elle en lu le titre, elle ne put s’empêcher de sourire et alors que le mécano était toujours retourné, elle le prit dans ses affaires.

Enfin, son protecteur et amant finit par s’excuser. Une remarque qui surprit Émilie, de quoi pouvait-il bien s’excuser. Il ne lui avait jamais mis un couteau sous la gorge ou ne l’avait menacé. Il avait décidé pour elle oui il était vrai, mais elle avait pris sa décision par elle-même et même si elle ne lui avait pas encore annoncé sa décision officielle de rester à la distillerie, elle l’avait prise en son âme et conscience, après avoir écouter les conseils des uns, les avis des autres, son cœur et sa raison avaient finis par parler. Elle s’avança alors vers lui et fit glisser ses bras autour de sa taille en déposant un tendre baiser au creux de son cou puis lui chuchota dans l’oreille « Veux-tu bien arrêter de te tirailler comme ça ? T’ais-je déjà demandé autre chose que d’être avec toi ? Ne sais-tu pas encore que le seul son de ton cœur suffît à mon bonheur ? » Elle posa un nouveau baiser dans sa nuque cette fois-ci puis rigola « Sérieusement Isha, c’est parfait ici, promis ! » Puis elle se leva pour enlever les premières dix mille couches de vêtement qu’on l’avait forcé à porter tout en ajoutant en rigolant « Je crois pas avoir déjà dormis dans un appartement aussi classe »





Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Exiles | Chasseur de primes
Bad Boy Sensible
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3615
Sujet: Re: On a oublié la peau de l'ours devant la cheminé   Mar 19 Jan 2021 - 11:42
Celui qui prend des risques



Je reste à regarder la petite flammèche commencer a grignoter avec des crépitements enthousiastes le bois et les papiers empilé dans la cheminée. Elle lèche avec de plus en plus de voracité ses offrandes, faisant rougir un pied de table plus surement qu’un exhibitionniste une bigote coincée. Je reste pensif devant se spectacle, la beauté et la chaleur du feu grandissant se paye avec de la destruction aveugle de tout ce que j’ai su fourrer dans l’âtre. Un petit tas de bois attend de suivre ses camarades selon le besoin de la nuit pour nourrir la flamme qui a déjà commencer a remonter la températures de la pièce.

Je me raidis, un peu surpris, en sentant les bras d’Emie m’enlacer avant de me détendre. Spontanément, je pose ma main sur les siennes et fermes mes yeux pour accueillir ce geste de tendresse et ses baiser pendant que son rire et ses mots me chatouille la nuque. Elle aussi sait apporter sa chaleur et je me sens comme se bois mort qui attend de s’embraser… mais a quel prix. Je grogne presque quand elle me relâche pour se lever et suit rapidement le mouvement, les yeux brillant de la voir commencer a se déshabiller tout en me parlant.

Plusieurs jours que nous sommes ensemble, plus coller que des siamois et ou je m’applique a assouvir son corps et veiller jalousement sur elle, mais rien y fait, j’ai encore et toujours faim d’elle. Pas seulement de nos galipettes, mais de beaucoup plus, et, après les revers que mon ex s’est bien appliquée a me faire vivre, cela me fait peur.

« Tu devrais avoir tellement mieux que tout ca… »

Je sais que je parle dans le vent, mine de rien, ma Pepper Potts cache, sous sa douceur et son humeur, une sacrée tête de mule quand elle l’a décidée. Je reste a la contemplé malgré les épaisseurs d’habits avant de m’approcher d’elle et lui attraper doucement les mains pour lui murmurer avec autorité:

« Laisse-moi faire… »

Je commence lentement a la délivrer des vêtements en trop, espérant que je saurais m’arrêter pour qu’elle en garde suffisamment pour ne pas me faire perdre la tête en plus d’attraper une pneumonie. Avec une nostalgie presque amusé, je me laisse aller a lui dire,  pour répondre a sa remarque:

« Je me suis endormi une fois dans une maison qui ressemblait plus a un château. J’étais épuisé, j’ai fait l’erreur de vouloir tester le lit…. Ca a failli finir en drame si mes frères n’avaient pas été là. Mon vieux était tellement furax quand il l’a appris que j’ai mis des jours a savoir me relever après ca. »


Oui je le dis avec un petit rire parce que je me rappelle surtout qu’on avait sacrement fait le con en visitant cette baraque pour prendre les objets de valeurs facile a écouler. Les moments je joies avec mes frères étaient suffisamment rares pour que je ne fasse pas le difficile. J’enchaine rapidement, pas très a l’aise de parler de mon enfance, un des nombreux sujets tabous que je n’ai même pas partagés avec Allia ou mon ex. Je retire mon manteau a mon tour avant de la prendre dans mes bras et l’embrasser.

« J’aimerais vraiment te donner plus Emie. Et quand je vois à quoi tu es réduite a cause de moi… je te promets que je vais faire mieux et prendre soin de toi comme tu le mérites. »

Je dégage une mèche un peu rebelle de son visage avec mes doigts abimés et rugueux. La mécanique et la pratique de l’épée c’est pas le mieux pour avoir les mains douces. Je reste un instant plongé dans ses yeux en comprenant que je ne me laisserai surement jamais de ca avant de lui dire, avec un sourire mi espiègle, mis contrit :

« J’ai de quoi manger dans mon sac, je te préviens, le menu va pas être 3 étoiles, mais ca sera notre premier vrai tête a tête depuis que tu es avec moi. Madame préfère sa viande séchée et sa bière servie au lit ou plutôt sur … heu… »

J’avise d’un meuble retourné que j’ai pas encore cassé dans la pièce et lui montre sans desserrer mon étreinte pour autant.

« Sur ce machin qui fera office de table avant de finir en petit bois ? »

Ouai, je vends du rêve, pas entonnant que je m’inquiète qu’elle puisse penser a repartir. Je ne sais pas comment vivent les culs terreux et surement que j’imagine ca mieux que cela est. Gemma est prolifique sur le sujet mais a pas toujours le sens ni des mesures ni de la narration. Je niche mon visage au creux de son cou avant de lui dire :

«Je te propose quelques choses pour rattraper le manque de charme de notre 5 étoiles, ce soir, c’est toi qui décide ce que tu as envie de faire et moi, je fais en sorte de ne dire qu’une seule chose : a vos ordres Madame…qu'en penses tu? »


Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Emilie Knox
Emilie Knox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Medic | The Exiles
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 536
Sujet: Re: On a oublié la peau de l'ours devant la cheminé   Mar 19 Jan 2021 - 20:34


Les gestes du mécano étaient d’une douceur extrême, en total contradiction avec les images qu’il avait données de lui ces derniers jours. La violence dont il avait fait preuve ne l’avait pas choquée ou refroidie, ni même fait peur à vrai dire, puisqu’elle avait été utilisée à des fins de protection. Un véritable paradoxe qui illustrait parfaitement bien le caractère de son compagnon. Il l’intriguait plus que tout autre chose et elle aurait vraiment aimé en savoir plus sur lui, son histoire, qui il était vraiment à l’intérieur. Émilie avait eu un million de questions qu’elle aurait souhaité lui poser, mais elle savait, plus que quiconque que la patience était la clé pour apprendre à une personne à se livrer, à faire confiance.

Émilie ne répondit rien à la première remarque d’Isha, elle le lui avait déjà répété un millier de fois, mais quand il avait une idée en tête, difficile de le faire changer d’avis. Aussi, elle se contenta de se laisser faire, le stoppant avec un sourire avant qu’il ne finisse par la déshabiller complétement « J’apprécie ton aide très cher, mais je ne suis pas faite de verre, je ne vais pas me casser au moindre séisme » Son visage affichait un petit air réprobateur. Il fallait qu’il commence doucement à comprendre qu’il ne serait pas toujours là avec elle, peut importait la raison, qu’il commence aussi à lui faire confiance à elle.

La remarque suivante avait particulièrement attiré la sage-femme, il parlait de son passé, il ne l’avait jamais fait, en tout cas, pas de ses frères, ni de son père mais il ne lui laissa pas le temps de réagir, ses lèvres étaient déjà sur les siennes, trop peu longtemps à son gout, pour finalement revenir sur le fait qu’il ne lui en offrait pas assez. Elle se contenta de souffler, le regardant dans les yeux avant de finalement lui dire tout simplement « Arrête, tu veux bien ? Arrête de te prendre la tête pour ça. Je suis parfaitement heureuse ici, avec toi. Qu’est ce qu’il faut que je fasse pour te prouver que ce que je te dis est vrai ? » C’était tout à son honneur de vouloir le mieux pour elle, mais à force de s’excuser, elle commençait à croire qu’il ne prenait pas en considération ce qu’elle pouvait ressentir, qu’il ne lui faisait pas encore totalement confiance.

Son sourire avait cependant refait rapidement surface suites aux différentes options qui se présentaient à la blonde. Un repas de luxe au lit ou ailleurs, la décision n’était pas facile elle se mit à faire mine de réfléchir ardemment « Hmm, le choix est cornélien … » Le visage de son amant vint finalement se poser contre elle et un sourire plein de malice s’afficha sur les lèvres d’Émilie. Tout en posant ses mains sur le visage d’Isha pour le regarder dans les yeux, elle déposa ses lèvres, délicatement sur les siennes un court instant pour finalement murmurer  « Tu n’as pas peur de ce que tu proposes … »

La sage-femme prit alors son chevalier masqué par la main et l’emmena s’assoir tout simplement devant la cheminée qui commençait à bien les réchauffer. La chaleur était douce et agréable, les flammes les éclairaient juste ce qu’il fallait pour une soirée rien que tous les deux. Une soirée propice à la discussion, au rapprochement le plus intime et pas que physiquement. Elle finit par se caler dans ses bras, son dos contre son torse, ses mains serrées dans les siennes, y déposant quelques baisers tendres « Avant de manger j’ai quelque chose à te dire »

Les yeux rivés sur le feu qui brulait à son aise dans cette cheminée de fortune, elle souffla puis lâcha finalement « J’ai décidé de rester avec toi. A la distillerie. J’ai fait mon choix, en mon âme et conscience et malgré ce que tu peux penser tu vois, j’ai décidé de rester » Peut-être qu’en lui déclarant « officiellement » que sa décision avait été prise, et même si pour lui il n’y avait pas vraiment eu de choix à faire, il comprendrait qu’elle n’avait pas besoin d’autre chose. Elle avait maintenant entièrement connaissance des risques qu’elle prenait et de son changement radical de vie qui arriverait en restant à ses côtés. Elle ne lui laissa pas le temps de prendre la parole et rajouta « Je sais que pour toi c’était une évidence, mais j’avais vraiment besoin d’être sûr. Et maintenant je sais que je pourrais me rendre utile, que je vais pouvoir protéger ceux qui me sont chers à ma façon, surtout si je te sais à mes côtés »

Elle se retourna pour venir se lover dans ses bras à la façon d’un Koala qu’on aurait accroché à une branche de bambou. Ses bras se croisèrent autour de son cou, son souffle vint se perdre au creux de son oreille. Elle ferma les yeux et ajouta simplement « Tu es rassuré maintenant ? Parce que je commence à avoir faim ... Et pas que de nourritures ... »





Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Exiles | Chasseur de primes
Bad Boy Sensible
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3615
Sujet: Re: On a oublié la peau de l'ours devant la cheminé   Mer 20 Jan 2021 - 22:33
Celui qui est très devoué

Je savoure ce moment tendre et j’ai du mal a ne pas sourire avec elle a mes côtés. Oui, je sais qu’elle n’est pas en sucre, j’ai entrevu un fragment de sa nature qui ne demande surement qu’a s’épanouir mais… mais j’ai eu trop peur pour réussir a faire la part des choses. La bête en moi qui pensait avoir trouvé une femelle pour chasser s’est fait piétiner par l’homme brisé que je suis et qui a simplement peur qu’a cause de moi il lui arrive du mal. Pourtant je cache cette angoisse et répond a son air réprobateur avec un sourire narquois et un :

« Tu n’oserais pas me priver du plaisir d’effeuiller moi-même ma femme ? »


Je soupire quand elle me fait bien comprendre que mes remarques sur sa sécurité et la situation l’agace. Elle ne sait pas, elle, que le problème ne vient pas d’elle mais de moi que ma dernière histoire m’a laissé des plaies qui sont loin d’être guéries. Je reste a la regarder avec mon air de chiot battu avant que ma proposition que ce soir, cela soit SON soir ne lui fasse retrouver son sourire que j’adore tant. Après un doux baiser elle me demande si j’ai peur de ce que je propose, ca m’amuse :

« J’aime vivre dangereusement que veux-tu. »


Et aussi lui faire plaisir et pas seulement sous la couette. Je me laisse docilement entrainer par ma Pepper pour nous installer devant la cheminée, un peu intrigué par la suite du programme. Je ma laisse s’installer contre moi et l’enlace spontanément en nichant mon visage dans ses cheveux pour gouter au calme de ce moment. Finalement, être coincés peut avoir de bon côté. Je commence a me détendre dans cette position, en la sentant dans mes bras, devant cette cheminée dans un cadre qu’on aurait surement jamais pu s’offrir dans le monde d’avant. Le crépitement des flammes, la chaleur d’Emie, son parfum… je crois que je pourrais passer toute la nuit dans cette position. Emie m’embrasse et m’annonce qu’elle doit me parler.

Je reste silencieux à l’écouter, un peu inquiet de la suite. C’est rarement bon le « il faut parler », non ? Pourtant, je sens un poids en moins qui s’évapore quand elle m’annonce qu’elle va rester. Je ferme les yeux une seconde, ne sachant pas si j’ai le droit d’être soulagé ou si je dois m’inquiéter des risques que je lui fais prendre. Emie est une femme de conviction, elle est forte, mais qu’est ce qui se passerait si les NE savaient qu’on a une sage-femme, en âge d’avoir des bébés, dans un groupe qui a pillé leur avant-poste ? Elle change de position pour mieux se lover contre moi et cela dissipe mes pensées sombres. Son souffle me taquine et sa phrase éveille un peu trop mon instinct. Je ne sais pas m’empêcher de nous basculer joyeusement sur le lit improvisé au sol, moi au-dessus d’elle, pour commencer a lui butiner la bouche tout en laissant une de mes mains glisser sous ses vêtements avant descendre le long de son corps. Je lui mordille doucement la lèvre avant de chuchoter contre elles :

« Faites attention madame, ce soir je dis oui a absolument tout, alors si vous voulez être déguster avant de manger, il n’y a qu’un mot a dire et votre humble serviteur se fera un devoir de vous servir. »

J’ai un grand sourire malicieux qui prend une teinte sérieuse car, avant qu’elle ne réponde, j’ajoute, mes yeux dans les siens :

« Emie… j’ai aussi bien réfléchi tu sais, et si tu avais voulu retourner chez les verts, je t’aurais suivie. »


Elle m’a demandé de ne plus jamais la laisser seule sans moi, j’ai accepté de me lier a elle par cette promesse avec surement plus de sérieux qu’elle ne sait s’imaginer. Oui, pour elle j’étais prêt a braver les légumes, une vie saine et ennuyeuse, mais surtout… les lapins.

« On reste ensemble quoiqu’il arrive… »

C’est plus qu’une promesse, c’est un serment. Mon air taquin revient vite a la charge avec les doigts et je me penche sur son oreille pour lui susurrer :

« J’attends tes ordres princesse… »


Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Emilie Knox
Emilie Knox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Medic | The Exiles
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 536
Sujet: Re: On a oublié la peau de l'ours devant la cheminé   Jeu 21 Jan 2021 - 18:20


Impossible de dire si ça avait été vrai ou pas, mais son annonce avait, semblait-il détendu le mécano. Ses muscles avaient semblé moins tendus, mais Émilie ne pouvait l’assurer, peut être était-ce simplement elle qui s’était sentie soulagée, mais au moins, maintenant il savait ce qu’elle pensait.

Nichée dans les bras de son amant, il ne fallut pas plus qu’une petite étincelle pour enflammer le désir des deux amoureux. Elle ne savait comment l’expliquer, mais elle avait constamment envie de lui. Son appétit sexuel ne se tarissait presque jamais. Un simple câlin, une simple caresse, un baiser, et tout ses sens commençaient à s’enflammer.  Il lui faisait littéralement tourner la tête. Très vite cependant, une petite vague de froid fit son apparition, sa remarque la stoppa net. Ses yeux bleus dans ceux d’Isha, elle commençait à comprendre doucement toute la mesure de la promesse qu’il lui avait faite, elle n’avait absolument rien d’anodine. Il avait été prêt à faire de gros sacrifices pour ne jamais plus la quitter, comme elle en avait fait en décidant de rester à la distillerie. Toujours avec leurs regards entrecroisés, elle lui murmura simplement « Quoi qu’il arrive, promis »

Le sourire et l’étincelle de désir avaient cependant rapidement refait surface au contact des doigts de son amants sur sa peau. Les frissons qui lui parcouraient le corps ne faisant qu’accentuer ses sensations. Le feu intérieur de la blonde n’avait absolument rien à envier à celui plutôt faiblard en comparaison de la cheminée à côté d’eux. Elle ne lui répondit rien, son corps avait déjà parlé pour elle. Avec cet instinct animal que seul le mécano lui connaissait elle avait basculé Isha sur le coté pour prendre les devants. Il lui avait donné carte blanche pour la soirée, elle n’allait pas se priver d’en profiter. Après avoir fougueusement enlevé leurs vêtements, tout en parcourant son corps du plus de baisers et de caresses possibles, ils passèrent aux choses sérieuses, pour le plus grand plaisir des deux tourtereaux.

Cet aparté au coin du feu de cheminée les avait encore une fois rapprochés de la manière la plus intime possible. Comme à leur habitude, ils ne s’étaient privés de rien et sans aucune pudeur ils s’étaient adonnés à combler du mieux qu’ils avaient pu le plaisir de chacun. La chaleur du feu à leurs côtés semblait à présent tout à fait dérisoire, leurs corps, collés l’un contre l’autre suffisaient à les réchauffer malgré le froid présent dans la pièce. Émilie avait sa tête posée sur le torse d’Isha, son oreille au niveau de son cœur, l’entendre battre l’apaisait et la rassurait, elle se mit à sourire, elle était bien, tout simplement « Je t’ai déjà dit combien j’aimais entendre ton cœur battre ? »

Toujours dans cette position, elle fit glisser ses doigts le long du ventre de son chevalier masqué. Elle était pensive et sans savoir pour quelle raison, elle pensait à leur discussion quant à la possibilité qu’elle soit enceinte. Elle ne l’était pas, c’était sûr, son corps le lui avait fait comprendre, mais elle n’en avait pas encore parlé. Elle avait bien remarqué les caresses régulières sur son ventre. Émilie ne pouvait décemment pas continuer de le lui cacher alors calmement elle lui annonça « Au fait … Je, … Je ne suis pas enceinte » finit-elle par lâcher puis avant qu’il ne puisse lui répondre elle ajouta « Je ne t’en ai pas parlé avant parce que je ne savais pas vraiment ou nous allions, mais j’ai un corps qui à du mal à accepter les bébés. Ce n’est pas impossible mais … plus compliqué pour moi d’en avoir »

Elle finit par remonter son visage vers celui d’Isha plongeant ses yeux dans ceux de son compagnon « J’espère que tu n’es pas trop déçu … »







Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Exiles | Chasseur de primes
Bad Boy Sensible
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3615
Sujet: Re: On a oublié la peau de l'ours devant la cheminé   Ven 22 Jan 2021 - 12:01
Celui qui est un peu énervé

Sa promesse m’arrache un sourire un vrai. Je ne serais pas le seul a vouloir qu’on avance ensemble et ça m’enlève un poids terrible sur le cœur de me dire qu’elle n’est pas la par intérêt, que je ne suis pas le clebs encombrant qu’elle veut a tout prix laisser derrière elle. Il y a surement pas mal de chemin encore avant que je ne guérisse de ce que m’a fait mon ex, mais Emie et sa sincérité, sa joie de vivre et sa façon si simple de voir les choses gagnent très surement du terrain dans tous les doutes qui se sont bien ancrés dans ma tête. Il y a certains mots que je n’arrive plus à dire, ils ont tellement été bafoué par une ingrate sans scrupule qui les a souillés de ses mensonges qu’ils semblent coincés, mais, a cette instant, mes yeux le disent surement plus que mes lèvres ne lui diront jamais.

L’alchimie entre nos corps est bien réelle, ca a toujours été et j’ai l’impression que ca le sera toujours. Madame Potts a pas mal de caprices et d’idées en tête et ca tombe bien, je suis homme a vouloir me donner corps et âme pour la satisfaire. Je m’y emploi, d’ailleurs avec zèle et rapidement, je me laisse entrainer par ses gémissements, prenant un plaisir inouï dans nos étreintes. Il y a du sexe, mais il y a aussi autre chose de plus indéfinissable. C’est dans ces moment là où, plus que les paroles, c’est nos corps qui s’expriment et eux, ils ne connaissent pas l’angoisse ou les blessures de l’âme que l’on sait porter, ils sont juste libres de s’exprimer avec simplicité, s’apprivoisant l’in l’autre sans se poser plus de question que cette union qui est la nôtre.

Quand enfin nous goutons a ce repos bien mérité, lover l’un coutre l’autre, juste éclairé par la flamme fatiguée de la cheminée que je réalise, une fois de plus, qu’Emie a réalisé la magie de me faire me sentir bien et heureux, même dans un endroit aussi insolite. J’en suis presque a rêver que la tempête de neige ne se calme pas et que nous restions ici encore plus longtemps. Je lui caresse doucement le dos me prenant a rêver de cette vie a deux, enfin trois quand il y a Gemma et peut être quatre, qui me semble, maintenant, vraiment possible. Je me méfie de mes rêves, pour le moment ils ont plus pavé ma tombe qu’autre chose.

Je la serre dans mes bras quand elle me dit qu’elle aime entendre mon cœur et lui répond avec un peu de malice :

« Tant mieux, je crois qu’il fait partie du package que tu as accepté de prendre avec moi. »


Ma façon de lui dire que mon cœur est sien. Je la laisse explorer mon cœur en essayant de ne pas trop me raidir. Même si je suis parfaitement habitué a sa présence et son odeur, j’ai toujours peur de mes réactions. Pour le moment il n’y a eu aucun accident et j’ai bon espoir qu’il n’y en ai jamais, mais je reste prudent. Je recommence a me détendre quand elle relance la conversation. Un peu trop rapidement je me redresse sur un coude, gardant un bras autour de sa taille, pour plonger mon regard inquiet et surpris. Je ne suis pas sur d’avoir compris et le sujet est tellement… je ne sais pas. Je ne m’y attendais pas dit comme ca. De la déception ? Est-ce que j’ai le droit d’être déçu alors qu’un bébé est surement trop tot… oui je pense qu’un morceau de moi l’est pourtant vraiment. Dans ces rêves d’avenir avec elle, il y a Gemma mais aussi un autre bébé.

Je fronce les sourcils et avant de lui demander si elle est sur elle enchaine sur le fait qu’elle a , surement comme la Allia, des souci pour faire des bébés. Je n’ai pas confiance qu’après avoir désespérément cherché une famille qui veuille bien de moi, faisant le pire pour avoir une figure paternelle, j’avais trouvé la solution en construisant ma famille a moi. Faute d’avoir trouvé un père, j’étais devenu papa.  Je reste a la regarder sans savoir comment réagir. C’est un peu le bordel dans ma tête là. Je finis par l’attirer contre moi et la serrer fort. C’est plus en regardant la cheminée que je dis tristement:

« J’avoue que j’aimais bien l’idée que tu portes mon enfant mais c’est peut-être mieux ainsi… »


C’est vrai, on se découvre juste, il y a tellement de menaces de partout et plein d’autres arguments rationnels a ce qu’on soit content de cette situation. Dommage que je ne sois pas un mec rationnel. Je me rends compte que ce n’est pas de sa faute et que mon silence risque d’être blessant, je prends doucement son petit menton pour qu’elle lève les yeux dans les miens et ajoute :

« Emie Cornwell, c’est pas grave, je te garde comme tu es. Je ne sais même pas si tu tu étais contente de peut être etre enceinte de moi. Et puis, c’est possible que moi aussi je suis pas bien foutu pour avoir des gosses. »


Je ne sais pas que j’ai mis enceinte une amie sur Detroit ni qu’elle a été tuée pour cela ou que ce que je prenais pour le fils d’un autre était, en fait, mon fils. Je reste a me rendre compte qu’a part Gemma, dont la conception a été faite dans des dates plus que douteuse, j’ai jamais eu d’autre enfant avec les copines. Sentant la question venir je la devance avec un :

« C’est très probable que Gemma ne soit pas de moi, j’ai fait 3 mois a me faire torturé pendant que sa mère préférait roucouler avec un autre plutôt que de venir m’innocenter et me sortir de cette merde. »

Il y a de la colère dans ma voix et je serre les poings. La bouffée de haine que j’ai vis a vis de celle a qui j’avais tout donnée, depuis tant d’années, et qu’il avait tout jeter a la poubelle comme si j’étais un vulgaire détritus sans importante à la première occasion était vive. Elle m’avait piétiné sous ses ambitions d’être avec « quelqu’un » d’important et utile sans aucun remords. A un moment je m’étais demandé comment elle faisait pour dormir avec ce poids sur sa conscience, de ca et de tout le reste, de la merde faite avec Vaughn, Connor… avant de me rendre compte qu’elle s’en foutait allègrement. Je n’ai jamais été qu’un outil sur son parcours Un palliatif pour survivre en attendant de trouver mieux. Un truc dont on sait se moquer, qui ne mérite même pas un peu de pitié ou de considération.

«Après je suis le père de Gemma, je m’occupe d’elle depuis sa naissance, c’est ma fille, peu importe qui est le géniteur. »


Je me rends compte que je j’ai le regard noir de penser a elle et essaye de me radoucir en me concentrant sur ma femme.

« Désolé, ca a été une telle boucherie avec mon ex… mais en tout cas, c’est toi la situation te va pour le fait que tu ne sois pas enceinte, moi, ca me va »


J’essaye de lui sourire et de me dire que ca va le faire, on a pas besoin d’être plus pour être heureux.

« Sinon, tu as faim de nourriture maintenant ? Je nous sors les rations de secours avant que tu me dises si tu veux dormir ou si tu as d’autres caprices que je dois honorer ? »



Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: On a oublié la peau de l'ours devant la cheminé   
Revenir en haut Aller en bas  
- On a oublié la peau de l'ours devant la cheminé -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: