The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

La dernière barricade
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Caleb Campbell
Caleb Campbell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 436
Sujet: La dernière barricade   Lun 11 Jan 2021 - 11:59

Le 10 Janvier 2021.
Sur le chantier de la dernière barricade.


Voilà plusieurs mois maintenant qu’Andréa avait chargée Caleb de gestion des deux immenses chantiers que constituaient les barricades du fort. D’abord, il avait eu la seconde barricade, au-delà des murs du fort, qui devait délimiter les terrains dédiés aux mobiles-homes. Elle avait été déclarée comme prioritaire, pour désengorger les dortoirs et permettre aux gens d’obtenir un peu plus de liberté, et surtout, d’intimité. Caleb avait travaillé comme un nain au fond d’une mine, mais il avait relevé les délais. Avec l’aide d’autres, comme Joey par exemple, ils préparèrent le terrain, et les fondations.

Mais la fin de ce chantier ne signifiait que le début d’un autre : celui de la troisième et dernière barricade, qui devait barrer l’accès à la pointe de terre occupée par la communauté. Cette barricade devait donc être autrement plus épaisse, autrement plus grande, autrement plus résistante, et autrement mieux pensée. Des plans furent donc réalisés, soumis à Andréa, qui les toqua et les retoqua, pour finalement autoriser toute cette entreprise.

Mais Caleb avait eu d’autres chantiers encore, notamment celui de sa propre scierie. Au retour de l’expédition Canadienne, il fallait bien trouver un endroit où stocker tout le bois extrait par la communauté, et construire l’emplacement de la scierie. Car avec l’hiver qui arrivait – nous n’étions encore qu’en Automne à ce moment-là – il faudrait à coup sûr protéger le petite et le gros matériel, et la machinerie de la scierie, si durement reprise.

Et puis vinrent les évènements de George, qui amputèrent grandement le moral et la force psychologique de Caleb, qui ne fut sauvé que par l’abnégation et la présence de plusieurs personnes au sein du groupe. Nihima, la Lakota, qui aurait pour toujours l’admiration et le respect de Caleb ; Emilie, qui vint tous les matins dans l’antre de l’ébéniste pour prendre de ses nouvelles ; Joséphine, sa meilleure amie toujours présente ; et Lily… Sa douce dulcinée.

C’était donc pleinement en forme, et enhardi d’une vigueur retrouvée, que le bûcheron Canadien avait rassemblé une équipe. La scierie opérationnelle, il fallait utiliser le bois pour poursuivre les chantiers déjà commencés de la troisième barricade. Mais aussi, il fallait des gens pour faire tourner cette immense machinerie. Il fallait donc des apprentis. Plusieurs s’étaient portés volontaires, et parmi eux : Ruben.

Le jeune homme avait, d’ailleurs, attiré la curiosité de Caleb à plusieurs reprises durant l’expédition Canadienne, et plus récemment, lorsque Lily vint lui avouer que le jeune lui avait volé un baiser lors d’une entrevue entre eux deux. La première réaction de Caleb fut une pointe de jalousie… Mais vingt années le séparaient du jeune Ruben, et Lily, elle aussi jeune, était une femme admirable et ô combien belle… Aussi pu-t-il comprendre le pourquoi de cette tentative… Tout de même, il garderait le jeune homme à l’œil quelques temps… Surtout s’il devait être son apprenti.

Il attendait donc tout ce petit monde sur le lieu du chantier, prêt à travailler.
Revenir en haut Aller en bas  
Ruben West
Ruben West
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2623
Sujet: Re: La dernière barricade   Ven 15 Jan 2021 - 14:53
On ouvre en grand les fenêtres en essayant d'évacuer la fumée qui s'est accumulée là. Faut dire que peut-être que foutre la bouilloire en plastique sur les plaques électriques, c'était pas exactement une bonne idée ! Mais Kaya a pas fait exprès apparemment, elle a juste pas allumé la bonne sur le coup. Et la Kayastrophe a failli sévir dès le réveil, le genre qu'on préfère pas vivre très honnêtement, donc tout le monde se passe, mais qu'on subit au quotidien avec les trois autres. Si c'est pas une grande cheffe, on a quand même la chance qu'elle soit sympas avec nous. Je tousse et fais un grand signe de la main à tout le monde pour leur dire que j'y vais. De l'extérieur, mes yeux me piquent moins, et surtout je les entends encore hurler à l'intérieur que ça pue le plastique cramé.

Avec tout ça, j'en suis en retard et je sens la fumée. C'est pas hyper agréable mais ça pourrait être pire. Je m'active en direction de la dernière barricade du campement, conscient qu'on a plus le choix et que je vais pas rattraper mon retard si je traîne. C'est pas à côté du campement en plus. Au passage, c'est Andrea que je croise et qui m'engueule d'être encore dans le coin alors que Caleb m'attend là-bas, que j'dois faire mes preuves à ses côtés. Je hoche la tête et c'est en speed que j'y vais, au pas de courses, quoi !

J'appréhende un peu, je dois bien l'admettre. Caleb est super impressionnant, comme mec, déjà il est grand. Je suis pas un nain et pourtant, lui, il est loin d'être un miniature. Pendant longtemps d'ailleurs, c'est Duncan et moi qui étions les plus grands, à la prison notamment. Aujourd'hui, on a l'occasion de fréquenter des exemplaires encore plus géants qu'on a pu l'être. A bout de souffle, je retrouve le bucheron et lui fais un grand signe de la main :

Pardon, c'était la catastrophe en cuisine, Kaya a failli faire brûler le Bungalow ce matin ! Que j'explique en me rendant compte que ça le fait pas rire du tout. J'arrête de sourire du coup, parce que sinon il va peut-être me serrer le cou et me faire sauter la tête comme ça : Oh euh... Allez, dis un truc intelligent à la place, un truc qui le scotchera peut-être, genre une super formule mathématique ? P'tain, j'aurais p't'être du écouter en math pour faire ça... Désolé du retard, quoi, que j'ajoute, un peu plus merdeux qu'avant avant de relever le nez vers lui.

De toute façon, on est pas là pour discuter il parait. Alors je retrousse mes manches et tant pis pour le froid :

T'as besoin de moi à un endroit en particulier ? J'suis à tes ordres ! Que je lui confirme avec un air volontaire.

Pas question de chômer !





The hate you give
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas  
Caleb Campbell
Caleb Campbell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 436
Sujet: Re: La dernière barricade   Dim 17 Jan 2021 - 17:42
Les ouvrier – s’il était possible de les appeler comme ça – arrivaient les uns après les autres. Hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, ils furent nombreux et nombreuses à répondre présent à l’appel d’Andréa, et à celui de Caleb. Car ne l’oublions point, tout ceci partait de la clairvoyance d’Andréa, et de sa confiance. Après tout, n’était-ce point elle qui avait mandé Caleb, cet été, pour lui confier les rennes des chantiers des barricades ? N’était-ce point elle – mais aussi d’autres, évidemment, comme Cora – qui avait souscrit à l’expédition Canadienne visant à ramener les outils, les machines et tout ce qui fut possible de trouver et ramener de l’ancienne scierie de Caleb ? Et ainsi, la nouvelle responsabilité de Caleb au sein du fort – responsable de la scierie et de l’ébénisterie – ainsi que les nouvelles perspectives d’engagement, de travail, et d’objectifs de vie, n’étaient-ils point nés de la confiance originelle d’Andréa ?

Face à cette réflexion, on comprend aisément pourquoi Caleb était aussi reconnaissant envers cette jeune femme, et l’on comprenait aussi pourquoi Caleb était encore timide quant à ses responsabilités. Il ne se comportait point encore comme le chef d’entreprise qu’il avait été. Ses ordres étaient enroulés de gentillesse, son autorité, placée sous le couvert de la bienveillance. Mais jusqu’ici, personne n’avait montré un quelconque manque de respect à son égard… Alors cela voulait dire qu’il ne s’y prenait point trop mal.

Les travailleurs arrivèrent, donc. Les uns après les autres. Les plus anciens, ou chevronnés, connaissaient déjà leurs tâches et leurs rôles, et ils ne firent que se présenter à Caleb, avant de tout de suite reprendre leurs outils et la direction de leurs tâches. Déjà, les premiers grumiers arrivaient, déposant à l’aide de leurs bras hydrauliques, plusieurs quintaux de bois, de planches, et de poutres aux divers diamètres et poids. De grandes poutres circulaires, épaisses d’au moins quatre-vingt centimètres de diamètre, qui jalonnaient à intervalles réguliers les portions de la nouvelle barricade. Entre chaque poteau porteur – ces fameuses poutres circulaires donc – on trouvait de grandes portions boisées, circulaires elles-aussi, d’environs cinquante centimètres de diamètres, aplanies en leurs bases inférieures et supérieures afin qu’elles puissent reposer les unes sur les autres, et assurer résistance, étanchéité et demeurer compactes. Toute la barricade était doublée, c’est-à-dire que des portions jumelles se trouvaient derrière la première barricade. Sur la petite distance séparant les deux murs, un chemin de ronde allait-être construit, sous lequel s’emmêleraient quantités de linteaux de bois liant les deux murs – extérieurs et intérieurs – de cette barricade et trouvant un contrefort dans le sol. Ainsi, abattre ces barricades relèverait du véritable tour de force ! Et enfin, à intervalles réguliers – mais à bonne distance tout de même – de petites casemates de bois se dresseraient, à l’image des anciens châteaux forts, permettant aux sentinelles de s’abriter des éléments extérieurs, et leur assurant aussi un lieu de repos, durant leurs factions.

Le chantier s’animait donc… Mais point de Ruben. Un mauvais point pour celui qui désirait apprendre ce magnifique métier que celui de bûcheron, et d’ébéniste. Mais enfin, il finit par apparaître, et aussitôt croisa-t-il le regard de Caleb, qu’il se sentit obligé de s’amender. Son excuse est accueillie par une froideur calculée. Calculée, car Caleb n’était pas le genre de personne à être réellement et sincèrement froid. Il n’était ni méchant, ni mauvais, ni calculateur ni froid. Mais Ruben était son apprenti, et en cette qualité, il devait apprendre, et Caleb devait faire preuve d’autorité. Alors, lorsqu’enfin Ruben abandonna son sourire niais et présenta une mine digne d’un homme assumant une erreur, Caleb lui répondit enfin.
- Tout le monde va bien ? Demanda-t-il sincèrement. Eh bien, comme tu le vois, nous avons encore beaucoup de choses à faire. Plusieurs portions de la barricade ne sont toujours pas creusées, bien que tous les jalons aient été réalisés. A chaque drapeau orange que tu vois, ou chaque bout de tissus planté sur une pique à défaut de véritable drapeau, il faut creuser un trou d’un mètre de diamètre, sur un mètre cinquante de profondeur. Et il est impératif que les encoches dans les poteaux soient correctement orientées face aux prochains poteaux, pour que les poutres soient correctement agencées. Sinon, il faudra déterrer le poteau, et tout recommencer pour la portion. Prend une pelle, et une pioche… Et commence à creuser. Si tu as des questions, même bêtes, vient me voir. Je préfère que tu me noie sous les questions, plutôt que tu fasses retarder le chantier !

Caleb aussi pouvait faire des erreurs… Il était humain après tout. Mais il avait lui aussi un poids sur les épaules : celui de prouver aux dirigeants du camp qu’ils avaient bien fait de lui confier une telle responsabilité.
Revenir en haut Aller en bas  
Ruben West
Ruben West
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2623
Sujet: Re: La dernière barricade   Lun 18 Jan 2021 - 15:48
Caleb sourit pas, il rigole pas non plus. Je me sens encore plus merdeux sur le coup mais qu'importe, il faut que je sois professionnel j'imagine, c'est ce qu'on attend de moi. Alors je me concentre et s'il s'inquiète quand même de savoir s'il y a des blessés ou pas, je secoue la tête pour lui répondre :

Plus de peur que de mal, même si du coup ça sent le plastique cramé dans toute la maison maintenant, que je lui souffle en haussant les épaules : Enfin, Kaya saura réparer ses bêtises, elle est maline !

Même si, pour avoir fait brûler la bouilloire, on pourrait très bien penser tout le contraire. C'est qu'un accident dans tous les cas alors on en rigolera probablement ce soir en rentrant. J'écoute simplement Caleb et en viens à hocher à nouveau la tête quand il m'explique ce que je dois faire. C'est fondamentalement pas difficile, il faut juste que je me concentre pour pas faire de bêtises.

Ok, ok, je fais ça... Et direction la pelle et la pioche, comme il me l'a indiqué.

La terre est froide, surtout pour le temps. Du coup, il faut la briser un peu pour parvenir à la retourner ensuite et éloigner avec la pelle. On dirait pas comme ça, mais un tâche répétitive comme celle-ci, ça a tendance à très vite fatiguer. Je me concentre comme je peux, même si j'avoue que je suis pas en train de m'amuser. Ca manque de musique, pour prendre un rythme peut-être... J'essaie de me passer Fuck the world de 2Pac dans la tête pour me caler sur le beatbox derrière, et il m'arrive de chantonner les paroles sur le principe. A côté, un gars m'accompagne vaguement sur le coup alors qu'on commence à parler.

Oh et combien ça fait, un mètre cinquante de profondeur ? Il m'faut tomber dans le trou que je viens de faire pour parvenir à me faire une idée. Un mètre de diamètre, ça doit aller, même si là je suis un peu à l'étroit. Et... Il faut quoi, que ma tête ressorte c'est ça ? J'y ai passé deux bonnes heures pour faire ça bien, Clint vient me confier un mètre pour s'assurer que j'ai pas fait de conneries. Quand Caleb passe à côté, on termine de mesurer tous les deux et je lui demande :

C'est bon pour toi, comme ça ? J'espère, j'ai l'impression d'avoir de la terre partout avec ces conneries, c'est assez frustrant. Et mes épaules me font super mal. Je lui tends la main cependant : Tu peux m'aider à sortir d'ici ?





The hate you give
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas  
Caleb Campbell
Caleb Campbell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 436
Sujet: Re: La dernière barricade   Lun 25 Jan 2021 - 14:22
Avait-il été trop rude ? Avait-il été trop autoritaire ? Après tout, Ruben n’avait encore jamais donné une quelconque raison à Caleb, pour que celui-ci lui en veuille ou le considère comme un menteur. Outre ce baiser volé, avoué par Lily, le jeune homme était exemplaire. Même plus mâture que ce que d’aucun pourrait croire. Après tout, ne dit-on point que les hommes sont mâtures bien plus tardivement que les femmes ? En cela, Ruben s’était démarqué à de nombreuses reprises.

Mais Caleb devait rester droit dans ses bottes. Outre l’aspect humain de l’inquiétude d’un potentiel départ de feu, Ruben était arrivé en retard, et le chantier commença donc avec le même retard que celui de l’apprenti. Mais il semblait vouloir se rattraper, prenant rapidement les outils cités, et se rendant auprès d’un emplacement jalonné. Caleb, lui, prit une autre direction. Le jeune homme devait être suffisamment débrouillard pour réussir à creuser un trou aux bonnes dimensions, et puis, il était bien entouré. Le bûcheron était reparti en direction de la scierie, afin de contrôler l’évolution des découpes des troncs pour la barricade. Quelques troncs ne convenaient pas au cahier des charges rendu très stricte par le bûcheron. Pas assez épaisses, ou l’aplanissement du dessus et du dessous était trop incurvé, ou pas assez élargi, et la structure risquait donc de s’effondrer. Parfois aussi, les trous dans lesquels devaient passer d’autres bouts de bois, ou de longues tiges de fer, pour lier les poutres horizontales entre-elles, n’étaient pas du même diamètre, ou mal situées, empêchant un alignement parfait. Il fallait rattraper, si possible, ou recommencer, le cas échant.

Il revint ensuite, après un petit laps de temps, et il entreprit de faire un tour rapide de l’avancée de cette portion d’aujourd’hui. Ruben semblait travailler d’arrache-pied, à en juger par le nombre de tâches de terre qui maculaient de plus en plus ses propres habits. L’inspection fut rapide, et il était temps pour Caleb de mettre la main à la tâche à son tour.

Il enleva son épais manteau, conscient que l’effort physique l’aiderait à avoir suffisamment chaud et que garder une telle laine sur les épaules serait une gêne pour les mouvements, et prendre un risque d’attraper un coup de froid, une fois le labeur terminé. Rejoignant un groupe, il s’y greffa et continua l’œuvre. Frais, il prit une pelle et continua à creuser un des trous jalonnés, sur une profondeur adéquate et une largeur demandée. Dès qu’il eut terminé, il rejoignit Ruben.

Il s’appliquait le jeune homme. Mesurant, remesurant, s’enfonçant dans le trou, discutant avec un plus expérimenté, le jeune homme ne ménageait pas ses efforts, et cela plaisait à Caleb. Lorsqu’il le questionna, Caleb lui répondit immédiatement :
- D’après ton mètre, les mesures sont correctes ! Alors, c’est que tu as bien travaillé. Et si tu es satisfait de toi, c’est un double bénéfice ! Viens. Il agrippe la pogne tendue de l’adolescent, et, tout en vissant ses pieds dans le sol, poussa en arrière et leva vers le haut, afin d’aider le jeune homme – qui pesait son poids – à sortir de ce trou. Se débarbouillant machinalement, il posa ses mains sur ses hanches. Alors, ça a été pour toi ? Comment tu te sens ? Les autres ont bien avancé, on va pouvoir planter les poteaux. Là, va falloir sortir les bras, et les yeux ! Si on fait une erreur, on est foutus, et Andréa ne nous le pardonnera pas.

Caleb avait beau être un colosse, ni lui, ni personne d’ailleurs, ne voulait faire face à la colère d’Andréa.
Revenir en haut Aller en bas  
Ruben West
Ruben West
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2623
Sujet: Re: La dernière barricade   Mar 26 Jan 2021 - 12:05
Caleb me tend finalement la main et m'aide à sortir du trou dans lequel je suis. J'esquisse un sourire et l'aide en poussant sur mes jambes, regagnant le même niveau que les autres. Je suis fatigué, je vais pas le cacher, et mes muscles sont tellement en feu que j'ai du mal à les bouger. Je tente de faire rouler mes épaules d'ailleurs mais c'est pas fameux et j'ai l'impression de tout simplement relancer l'incendie. C'est pas grave au moins, j'essaie !

La question de Caleb m'arrache un sourire en coin, comment je me sens, hein ? La satisfaction du travail bien fait, c'est clairement un sacré truc, j'imaginais pas ça aussi puissant mais faut que je me rende à l'évidence, j'aime quand c'est concret !

J'ai plus de bras et d'épaules, je savais que c'était physique comme activité mais je suis content de pas être fossoyeur en fait, que je blague dans la foulée en tentant de pas instaurer un malaise entre nous.

Je sais pas si parler d'être fossoyeur est une bonne idée du coup mais j'ai l'impression de tout faire de travers quoi qu'il arrive. J'aime bien Caleb pourtant, il est super sympa et tout ! Mais comme j'ai aucune idée de sa manière de penser, surtout à mon sujet, j'ai l'impression que j'vais toujours taper à côté et lui casser les pieds en fait. Bon...

Ok, du coup la suite ? que je lui souffle en tentant d'avoir l'air motivé.

En vrai, j'ai envie de m'allonger et de taper ma meilleure sieste mais c'est pas le moment de lui coller une mauvaise image de moi. J'me reprends et on enchaine donc, Caleb vient même m'expliquer comment on va s'y prendre pour planter le bois et tout ça. Les muscles et les yeux donc, quelle galère. Alors que certains montrent l'exemple, je regarde. Il m'faut néanmoins un instant pour aller avaler rapidement quelque chose et reprendre des forces. De l'eau, un truc qui remplit mon estomac et me permet de pas tomber dans les pommes et je retourne auprès de Caleb.

J'suis prêt, que je lui assure dans la foulée.

Et je vais pas démériter, j'vais lui prouver que j'suis tout à fait ce qu'il lui faut pour apprendre et l'aider.





The hate you give
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas  
Caleb Campbell
Caleb Campbell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 436
Sujet: Re: La dernière barricade   Mar 26 Jan 2021 - 18:53
Il avait fallu plusieurs heures aux ouvrier du groupe pour parvenir à creuser les quelques portions ciblées aujourd’hui. La fin de cette étape signifiait le début de la prochaine. Elémentaire me direz-vous, mais il est toujours intéressant de détailler les rouages d’un mécanisme pour comprendre son fonctionnement. Creuser les trous permettait de faire venir les grumiers aux bras hydrauliques, lesquels seraient chargés des grands et épais troncs taillés pour servir de poteaux porteurs. Les installer correctement, les encoches correctement placées, permettait de mettre en place les rondins horizontaux qui, aplanis-en haut et en bas, deviendraient aussi résistants que le roc, sans aucune fuite quelle qu’elle soit. Assure une telle forme d’étanchéité, entre guillemet, assurerait donc une protection adéquate, et les travaux ainsi correctement réalisés permettraient de s’attaquer à la portion suivante, et ainsi de suite. La réalisation du chemin de ronde, et des quelques casemates de bois, arriveraient en leurs temps !

L’heure était donc à l’attente. L’attente des grumiers. Et Caleb fut surpris de la manière dont Ruben allait mettre ce temps à profit : boire et manger. Cela peut paraître bête qu’une chose ci commune et d’apparence futile, heurte l’esprit du bûcheron. Mais c’est peut-être parce que vous n’avez jamais eu à vivre tel travail harassant, et à gérer l’équipe qui s’y applique.

Certes, ce n’est point l’été. Les températures sont hivernales, l’humidité est présente, le sol est gelé, et a chaleur n’est donc point un risque, ni l’insolation. Toutefois, quelle que soit la température extérieure, la température corporelle, elle, continue de grandir. Le corps consomme les nutriments et l’énergie offertes par un bon petit-déjeuner, et au final, les résultats sont les mêmes : le corps à besoin d’eau, et il a besoin de nourriture.

Seulement, la jeunesse est souvent associée à la fougue. Combien de jeunes apprentis vinrent à défaillir dans les bras de Caleb lorsque, par le passé, et sous le soleil Canadien, ces jeunes gens – très motivés au demeurant – n’écoutaient ni les signaux d’alertes ni leurs sens ni leurs corps. Travaillant encore et encore, là où ils pouvaient déléguer, ou mieux, se reposer et laisser travailler les machines ; courant là où ils pouvaient marcher, ils ne tardèrent point à défaillir et à devoir être pris en charge, ou pire, remplacés par d’autres bûcherons plus frais, ou qui auront eu l’expérience nécessaire pour parvenir à se sauvegarder au maximum.

Vous comprenez alors j’en suis sûr, le pourquoi du comment de la réflexion du Canadien. Ruben était jeune, il était peut-être entêté par moments, ou impulsif, ou tout simplement naïf – ce n’est point jugement, plus une constatation faite par le bûcheron qui aura rencontré de nombreux jeunes de l’âge de Ruben, par le passé, et qui aura fait ses propres conclusions – mais en cet instant, il avait été malin.
- C’est très bien ce que tu viens de faire Ruben. Il faut savoir écouter son corps. Dit-il, posant une pogne sur l’épaule de l’adolescent avant de la ramener devant ses yeux, pour voir arriver le convoi exceptionnel qui était à contre-jour. J’ai besoin de toi en forme. Boire et manger, c’est le meilleur moyen de te permettre de finir la journée ! Qui veut aller loin ménage sa monture !

Et les grumiers arrivent, et se positionnent. Très vite, la machine se met en route. Les conducteurs, formés à utiliser les bras hydrauliques, sortent de la cabine, laissant le moteur tourner. Ouvrant le petit boitier à flanc de camion, ils actionnent et manipulent le bras à l’aide de manettes et de joysticks. On se saisit d’un tronc, en prenant gare à ne point égratigner l’écorce – aussi faut-il saisir le tronc au plus proche de son centre de gravité afin de garder l’équilibre. Doucement, on le lève, et on le rapproche du trou creusé pour l’accueillir. En faisant pivoter le godet à mesure que l’on approche du trou, on redresse le poteau verticalement, et, en resserrant la prise hydraulique pour ne point faire chuter l’arbre, on l’amène doucement. Centimètre par centimètre, l’on vérifie à la fois la trajectoire de dépose, et l’orientation des encoches avec les poteaux précédents. Un travail de précision mêlé à une maîtrise de la force hydraulique.

Caleb, en bon maître d’apprentissage, s’occupe du premier tronc. A mesure que celui-ci est redressé, puis amené en terre, il gratifie Ruben d’anecdotes, d’expériences et de savoirs. De l’importance d’avoir les encoches correctement positionnées, de l’importance d’avoir préalablement brûlé la surface du bois – sans en faire des cendres – afin de la rendre plus dure, moins malléable qu’une écorce non traitée, et comment l’action conjointe de la chaleur et de la fumée des flammes, avait permis ce renforcement.

Finalement, le premier poteau est planté, et l’orientation est impeccable. Alors, tandis que le conducteur du grumier se préparait déjà à saisir le second poteau, Caleb tapota le bras de Ruben, et pointa le poteau de sa pogne gauche :
- J’espère que tu as tout suivi ! Car maintenant, c’est ton tour !
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: La dernière barricade   
Revenir en haut Aller en bas  
- La dernière barricade -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: