The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

La jeunesse en pétard
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kassandra Taylor
Kassandra Taylor
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 789
Sujet: La jeunesse en pétard   Mar 5 Jan 2021 - 15:50
« Tu sais qu’genre, la Terre créé aucune surface d’eau, tu vois ? Donc, genre... On boit forcément du pipi de dinosaure vu que tout est recyclé depuis des centaines de millions d’années ! » Elle l’a déjà sortie à Zelda cette anecdote, elle pensait même l’avoir oubliée... mais après une longue soirée à tirer sur l’un des plus gros joints qu’elle a jamais eu l’honneur d’avoir entre les doigts, elle a l’impression que son cerveau va à mille à l’heure. C’est la fin de l’année, rien ne va plus. Misha et Clay qui se sont remis ensemble, Zelda qui est condamnée à passer un mois au dispensaire alors qu’elle serait certainement bien mieux chez elle. Nan, c’est dur à supporter... mais heureusement que Max est là. C’est arrivé par hasard, c’est qu’un ami et il ne remplacera Ô grand jamais Zelda, mais Kassandra apprécie grandement la compagnie du garçon de son âge avec qui il est devenu fréquent de passer ces soirées hivernales.

Tous les deux assis en tailleur sur le lit que l’adolescente a prêté au nouveau venu, ils fument comme des pompiers dans une chambre qui empeste l’herbe depuis le début de la soirée, depuis qu’ils se sont enfermés là-dedans pour se livrer à cette activité illicite à laquelle beaucoup d’adultes semblent pourtant indifférents aujourd’hui.

Elle s’impose habituellement une limite. Elle ne tire jamais trop par peur de finir dans un état lamentable et de faire des choses qu’elle pourrait regretter. Mais ce soir... aucun des deux ne semble avoir fait attention à la quantité de bouffée inhalée. L’euphorie, la tachycardie, les fous rires injustifiés se font de plus en plus réguliers, pareil pour les idées un peu... cheloues. Il y a même un moment de la soirée où Kassandra a l’impression de se souvenir de sa propre naissance... mais avec beaucoup d’efforts, elle finit par se convaincre de ne pas lui en parler parce que c’est loin d’être glamour, ces trucs...

« Tu crois qu’elle fait quoi là, Zelda ? » qu’elle demande au petit Booker entre deux toux, lui rendant ce joint qu’ils s’échangent depuis maintenant un petit moment. Un simple coup d’œil au petit radioréveil qui trône sur ‘’sa’’ table de nuit leur indique qu’il est une heure du matin passé. Un échange de regard... et c’est assez pour les voir descendre les escaliers sur ce qu’ils pensent être la pointe des pieds. Kassandra a sorti un autre joint de leur réserve qu’elle garde précieusement pour sa meilleure amie. « Chuuut. » Elle agite la main, essaie de se contraindre elle et lui à ne pas faire le moindre bruit quand ils en font certainement plus qu’en pleine journée... L’américaine couvre son pyjama d’un polaire, attrape sa paire de baskets favorites et prends Max par le bras... direction le dispensaire.

Ils font le tour du propriétaire, veillent à n’attirer l’attention de personne : pas question de se faire voir par des gardes ou par celle qui fait l’astreinte de nuit. « J’crois qu’elle est par là. » Les visites de nuit n’étant pas tolérées, ils doivent entrer d’eux-mêmes sans se faire gauler. Alors, ils font le tour du bâtiment, zieutent l’intérieur des chambres par chacune des fenêtres qu’ils croisent...

« Eh, Zézé ! » Elle tape de la paume de ses mains en gueulant, créé de la buée sur sur la fenêtre... Elle tape contre la vitre pour lui faire signe de l’ouvrir avant de se rendre compte que la fenêtre n’est de toute façon pas fermée. Elle la pousse de ses deux mains, se hisse par-dessus l’appui de fenêtre et se rétame sur le carrelage de la chambre occupée, tête la première : une chute qui aurait pu lui arracher un simple cri de douleur la fait fondre de rire.

« On savait pas c’que tu faisais... on a pensé qu’on viendrait t’voir un peu. On a fumé l’un des meilleurs joints que t’as roulé, j’crois... » Et ce n’est pas ses yeux rouges ou sa bouche sèche qui l’empêcheront de parler correctement. Elle se redresse sans trop de difficultés, pose les mains sur le verre d’eau presque vide qui traîne près du lit pour se désaltérer... Elle vide ses poches, sort le paquet d’allumettes, le joint qu’elle a ramené et le pose sur la table de nuit. Et la première chose qu’elle fait ensuite, c’est s’approcher d’elle pour lui offrir l’une de ses plus grandes étreintes. La voir allongée dans un lit à longueur de journée, elle ne pourra jamais s’y habituer.


    Life After God
    “And then I felt sad because I realized that once people are broken in certain ways, they can't ever be fixed, and this is something nobody ever tells you when you are young and it never fails to surprise you as you grow older as you see the people in your life break one by one. You wonder when your turn is going to be, or if it's already happened.” + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas  
Maxwell Booker
Maxwell Booker
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 80
Sujet: Re: La jeunesse en pétard   Mar 5 Jan 2021 - 22:16
Mais elle baragouine quoi encore l’autre Kassandra avec sa pisse de dinosaure, nan mais c’est pas comme que ça marche en fait, enfin si, mais pas que ! Raaah, non mais j’dois vraiment lui expliquer ça alors qu’il est genre 1h du matin : Ou pas, si ça se trouve, cet eau n’est remonté à la surface que récemment, le cycle fait qu’une eau peut rester des milliards d’années sous la croute terrestre. Elle va finir par remonter, mais quand, c’est une autre question. » Donc ouais, c’est peut-être de la pisse de dinosaure, ou alors l’eau était là à la création du moooooonde :

Kassandra me dit qu’on devrait aller voir Zelda, en me demandant ce qu’elle pourrait faire. Bah moi j’avais une idée sur le sujet, et j’ai décidé d’en parler, car ça me faisait rire : « Bah elle a un bras dans le plâtre et elle peut pas bouger donc… moi je dis qu’elle doit être en train de se masturber pour faire passer la douleur. » Là j’sens le regard de Kassandra sur moi, elle s’attendait pas à une telle réponse, j’en suis sûr, mais bon, j’vais pas rougir et puis merdre, elles sont allés tuer des gens à un banquet , elles vont pas faire les mijorés parce qu’on parle de sexe ! Quoi, tu me demandes, j’te réponds ah et puis t’étouffe toi avec ta pisse de t-rex ! » Non mais, j’te jure.

Même si en vrai, elle devait bien s’emmerder. Je crois qu’elle sait pas lire ou qu’elle aime pas lire ou alors qu’elle ne lit pas les trucs qui parlent pas de joints ou de tanks, ou de joints sur des tanks, elle a dit qu’elle aimait les gros bang. Par contre elle parlait d’une explosion ou d’un truc à fumé. Ah je m’y perds, entre la fatigue, le joint et le fait que je ne comprends genre rien aux filles, c’est compliqué à suivre.

On s’est pointé au dispensaire et après une super chute de Kassandra, on s’est retrouvé à parler avec Zelda, elle devait être surpise de nous voir. J’ai rigolé en réagissant au fait que K pensait ne pas savoir ce qu’elle faisait : « Comment ça on savait pas, moi j’avais une théorie, c’est toi qui a pas d’imagination ! » Du coup, on fait quoi ? J’vois les frangines qui se font un câlin, c’est adorable, y ‘a pas à dire ! Mais bon, un peu à mon tour aussi : « T’as intérêt à sortir vite et à faire tout ton kiné comme il faut, sinon tu seras asymétrique et je te botterai le cul ! » Une vraie promesse qui vient du fond du cœur.


Some men just want to watch the world burn
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5605
Sujet: Re: La jeunesse en pétard   Mer 6 Jan 2021 - 3:25
« Encore cinq minutes... »
Il lui en fallut du temps, à Zelda, pour s'endormir. Ce soir-là comme tous les autres depuis son retour de l'expédition et son arrivée au dispensaire. Alors maintenant qu'elle est navigue entre la conscience et le sommeil, elle n'entend pas se laisser réveiller par ce qu'elle estime encore être une infirmière trop matinale. « Cinq petites minutes... » murmure-t-elle d'une voix faible. Et la voici qui glisse un peu plus vers les habituels cauchemars.

Il faut un choc plus sourd que les autres pour l'extirper pleinement de sa somnolence. L'adolescente se redresse, grimace quand son épaule proteste et sonde les environs de son regard céruléen. Un rire résonne. Zelda n'a pas besoin d'attendre que sa vision s'affine pour reconnaître sa meilleure amie. « Eh ! Heu... Salut ! » Ses yeux glissent brièvement sur l'autre silhouette, identifient Max puis s'ancrent à nouveau sur Kassy. Cette dernière vide son verre d'eau sous l'air incrédule de l'australienne. Un sourire se dessine toutefois sur ses lèvres lorsqu'un joint et de quoi l'allumer « Mon héroïne ! » s'enthousiasme-t-elle en tendant déjà son bras libre en direction de ce cadeau bienvenue. Mais le câlin de son amie l'interrompt d'une délicate manière. « Dou... Doucement... » la réprimande-t-elle gentiment en la serrant fort contre elle en retour. Son sourire s'accentue et la douleur s'atténue bien vite.

Et puis c'est au tour de Max de lâcher une petite remarque, venant contredire Kassy. « Une théorie ? » relève-t-elle, curieuse, tandis que son regard oscille entre la fille et le garçon. « Et j'peux savoir c'que tu imaginais exactement ? » Elle ne le connaît pas encore très bien, lui. Il a rejoint la colocation quelques heures avant le départ de l'australienne pour l'expédition au musée et puisqu'elle n'a pas remis les pieds à la maison depuis son retour, elle ne sait pas vraiment ce qu'elle est sensée penser de lui. Mais Kassy l'a invitée à venir habiter avec elles et Zelda a tendance à se fier au jugement de sa meilleure amie. Elle est d'ailleurs ravie de constater qu'une réelle complicité semble s'être installée entre eux. Et puis elle est un peu jalouse, aussi. Parce qu'elle ne peut pas partager tous ces instants avec eux.

« Toi ? Tu vas m'botter l'cul ? » rétorque-t-elle, séduite par ce qui ressemble à un défi. Elle plisse à nouveau les yeux, jauge Max du regard. Il a déjà oublié que, des deux, elle est la plus forte ? « J't'en foutrai d'l'asymétrie ! » Elle ne réprime pas davantage son sourire. Il est bizarre, ce garçon. Mais il a au moins l'avantage d'être marrant.

« Tu peux m'aider à m'relever, s'te-plaît ? » demande-t-elle à son amie avant de s'interrompre dans son mouvement. « Max, regarde ailleurs deux secondes ! » Parce qu'elle est vêtue de l'une de ces blouses réservés aux patients. Celle qui est fendue sur la longueur du dos et qui laisse apparaître un peu trop de chair à son goût. Une tenue guère adaptée lorsque l'on reçoit un garçon dans sa chambre. Mais celle qui est le plus gênée, dans le fond, c'est bien Zelda.

Elle attend que Booker s'exécute puis frisonne lorsque ses pieds nus touchent le sol. Ni une, ni deux et avec l'aide de Kassy, elle s'enveloppe dans sa couverture. Voilà qui devrait lui permettre de garder sa dignité. « Faut qu'on fume à la fenêtre ! La dernière fois Hokulani m'a grillée ! » Et elle était pas contente. Oh ça non ! Le trio rejoint donc ladite fenêtre et l'entrouvre à nouveau. Et là, Zelda ne se fait guère prier pour allumer le joint. Elle en tire une longue bouffée, conserve la fumée de longues secondes dans ses poumons puis la recrache maladroitement à l'extérieur. Un râle de plaisir vient alors conclure le processus. « Oh putain... Ca fait tellement du bien ! » Et elle n'exagère même pas !

L'adolescente reprend quelques tafs supplémentaires puis passe le joint à Kassy. Son bras se glisse autours du cou de cette dernière et l'attire contre elle. Un peu de chaleur humaine dans cette chambre si froide, si impersonnelle, ça aussi ça lui fait du bien. L'australienne écrase un baiser sur la joue de l'américaine pour lui témoigner son amitié et sa reconnaissance. « Alors ? C'est quoi les dernières nouvelles d'la maison ? Elle a pas encore explosé ? » Elle espère que Clay' s'est enfin décidé à balancer Misha à la rue mais elle ne croit plus au Père Noël depuis longtemps. « Et toi ? T'as pas touché à mes affaires, j'espère ? » demande-t-elle à Max, une lueur suspicieuse dans le regard. Ces deux-là représentent ses sources d'informations les plus fiables au sujet de ce monde qui s'étale au-delà de la fenêtre de sa chambre au dispensaire.


Can you remember who you were, before the world told you who you should be ?

Awards 2020:
 

May Zelda be with you !:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Kassandra Taylor
Kassandra Taylor
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 789
Sujet: Re: La jeunesse en pétard   Mer 6 Jan 2021 - 5:26
C’est vrai que la maison sans Zelda, c’est pas la même chose. Kassandra est désormais seule dans un lit bien trop grand pour elle, la petite silhouette qu’elle avait l’habitude de voir se réveiller chaque matin à ses côtés n’est plus. Les petites guéguerres pour utiliser la salle de bain le matin pourraient presque lui manquer elles aussi... puis elle finit par se souvenir que si Zelda revenait à la maison, ils seraient trois. Et ça ferait quand même un sacré bordel. « Nan, c’est pas de l’héroïne, c’est de l’herbe, Zelda. » Elle fait dans l’humour, encore plus que d’habitude. Elle sait pas trop pourquoi, peut-être que c’est à cause du gros joint sur lequel ils ont tiré ces deux dernières heures, ou c’est peut-être la fatigue... mais ça doit surtout être le bonheur de voir cette meilleure amie à qui elle rend visite tous les jours, sans exception.

Elle la câline, n’y va pas de main morte et oublie presque qu’elle n’est pas en état de lui donner son meilleur câlin. Elle s’adoucit un peu, y va calmement en la serrant un peu moins fort contre elle. Sa petite tête blonde, cette voix cristalline et cette odeur qu’elle sait si familière... elle ne pourra jamais en avoir assez. Max et Kassandra s’échangent un regard, le sien est surtout gêné. « Il croyait qu’tu... t’sais, que tu te touchais. » qu’elle avoue, quand même un peu timide à l’idée d’aborder un tel sujet avec eux. Avec Zelda, mais aussi avec un garçon qu’elle continue d’apprendre à connaitre et qui se trouve bien moins innocent qu’elle l’imaginait aux premiers abords. « T’sais, la théorie comme quoi les garçons pensent qu’à ça... bah, j’commence à croire qu’elle est vraie. » Enfin, sauf pour Dean, évidemment. C’est l’exception à la règle, le seul garçon de leur âge qu’elle connait à être un tant soi peu normal dans sa tête... « Il faisait le p’tit timide quand on s’est rencontrés, au final... il est pas du tout timide. » Loin de là, même.

Elle la libère, Zelda. Elle lui laisse l’occasion de respirer un peu après l’avoir serrée comme une gamine serrerait son doudou en pleine grosse crise. Elle observe Max et celle qu’elle considérait autrefois comme sa sœur discuter. Ils sont tous parvenus à développer une certaine complicité sans vraiment trop se connaitre. Kassandra a évidemment eu l’occasion de vivre avec lui ces derniers jours, mais Zelda... elle n’aura l’occasion de découvrir la vie avec un autre garçon lorsqu’elle aura enfin l’autorisation de rentrer, et ça... elle a hâte d’en être spectatrice.

Aux petits soins, comme toujours, elle s’approche du lit pour aider la petite australienne à se relever. Elle passe un bras par-dessous le sien, l’aide à se redresser et à mettre les pieds au sol. Pas besoin de jeter un coup d’œil dans son dos pour savoir ce de quoi elle parle. « Ouais, tu r’gardes ailleurs, Booker. » Nan, parce que le connaissant, elle ne serait absolument pas surprise de le voir en train de les zieuter quand même. Alors, elle attend qu’il bouge la tête pour l’aider à se couvrir et à s’enrouler dans une couverture façon burrito. Un bout de couverture traine dans son dos comme le ferait la traine d’une robe de princesse... Il lui manquerait plus qu’une couronne pour en avoir l’air d’être une.

Elle l’aide à aller jusque la fenêtre jusqu’à enfin trouver un point d’appui. « Tu le dis si t’as besoin d’une chaise, hein ? » Elle va pas en cherche une parce qu’elle veut pas l’infantiliser et qu’elle sait très bien que Zelda pense toujours tout pouvoir faire d’elle-même. Elle lui laisse le bénéfice du doute, et si jamais la douleur finit par se ramener, elle finira le cul sur une chaise.

La fenêtre entrouverte, le trio s’y retrouve. C’est la blessée en pleine guérison qui leur fait l’honneur d’allumer le joint qu’elle a ramené, tire quelques taffes qu’elle recrache maladroitement. Ça fait un long moment qu’elle n’a pas pu toucher à un joint... et rien que de la voir presque toussoter à sa première bouffée la fait glousser de joie. « T’as des nouvelles ? Ça va un peu mieux ? Tu penses que tu vas bientôt pouvoir rentrer, ou... ? » Elle s’inquiète pour sa santé, l’a presque insultée lors de son retour, lorsqu’elle l’a découverte dans un piteux état... mais elle s’en remettra, elle l’espère. C’est ce qu’elle lui a dit, et elle fait confiance à ceux qui posent constamment les mains sur elle.

La petite blonde récupère le joint après avoir laissé Zelda en profiter un petit moment. Elle hésite un instant en l’attrapant, se demande si c’est vraiment raisonnable. Elle a un peu la tête qui tourne, elle pense pas correctement... mais il peut rien lui arriver, c’est que de l’herbe... et au pire des cas, ils sont tous dans un dispensaire. On saura s’occuper d’elle en cas de besoin, et peut-être même qu’elle finira elle-aussi hospitalisée à ses côtés.

Elle sent les lèvres de Zelda venir s'abattre sur sa joue, puis son bras venir s'enrouler autour de son cou. Elle lâche un petit soupir amusé, lui rend ce petit bisou sur la joue avec autant d'amour qu'elle peut lui en transmettre. « Ça va pas être une surprise, mais Clay s’est remis avec elle. Il a même pas eu besoin de me le dire pour que je comprenne... J’l’adore, mais j’ai vraiment parfois envie de lui mettre des baffes... » Des baffes pleines de douceur et de tendresse, bien sûr. Mais des baffes qui font quand même un peu mal, pour lui rappeler que l’homme qui l’a prise dans ses bras plein de sang cinq ans plus tôt après avoir dégommé des rôdeurs devrait pas se laisser buter par une femme. « J’crois que c’est... t’sais, comme les araignées. Genre, elle rend tous les hommes qu’elle se tape un peu moins forts à chaque fois jusqu'à finir par les avaler tout cru. » Une veuve noire. Un succube. Et qu’elle a l’air de s’en être tapés des mecs...

Elle tire un peu sur son joint, sent la fumée toxique venir arroser ses neurones une fois de plus. Elle est tellement détendue qu’elle pourrait s’endormir là, sur le carrelage. Ou peut-être bien sur l’appui-fenêtre. Peut-être qu’ils vont finir par dormir là. « T'étouffes surtout pas dessus, hein... » Elle tend le joint à Max, il l'a bien mérité et elle sent qu'il en a bien envie, lui aussi.


    Life After God
    “And then I felt sad because I realized that once people are broken in certain ways, they can't ever be fixed, and this is something nobody ever tells you when you are young and it never fails to surprise you as you grow older as you see the people in your life break one by one. You wonder when your turn is going to be, or if it's already happened.” + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas  
Maxwell Booker
Maxwell Booker
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 80
Sujet: Re: La jeunesse en pétard   Jeu 7 Jan 2021 - 23:57
J’m’insurge quand Kassandra me balance sans même me laisser l’occasion de me défendre, c’est grave relou putain ! Je note, je note, elle est aussi fiable que l’éréction d’un mec qui a 70 ans : « AZY T’es qu’une balance Kassy, fallait la laisser deviner. » Nan mais sérieusement, ça aurait été marrant de voir Zelda galérer, des fois on la voit réfléchir et je peux faire griller une saucisse au-dessus de sa tête tellement ça chauffe, c’est à mourir de rire. Même si des fois elle est très intelligente et logique, au point que c’est pas marrant. Mais dans un cas comme dans l’autre, je note Kassandra, qui boit de la pisse de T-Rex. Les deux filles me disent de me retourner alors que Z commence à se balader le cul à l’air car madame porte une blouse. Plus pratique pour aller aux toilettes j’imagine. Surtout avec un bras en moins, comme ça, ça ne doit pas être très pratique en fait !

Une fois qu’elles ont fait leur maccarena à la con, je peux enfin me poser la question :[colot=#ff6600] « C’est bon ? j’peux regarder, j’vais pas voir d’horreur ? »[/color] Ouais, Zelda à une couverture sur les épaules, ça va éviter le malaise de la voir rougir et moi j’vais pas m’infliger des visions qui risqueraient de me suivre le soir. Des fois j’fais des rêves graves chelous où y’a des filles dedans, alors on va éviter de nourrir ces visions. Je grognes dans mon coin sur la théorie, K me prend pour un pervers, mais en même temps ,j’ai pas vu de livres, juste un magazine sur les tanks, j’savais pas qu’elle aimait ça Zelda. Je note.

D’ailleurs, j’suis obligé de me défendre du truc de se toucher car sinon je vais passer pour un vieux pervers, même si j’suis plus jeune que les autres ! « Ma théorie tenait la route, t’as rien à faire, t’es toute seule et dans un lit. J’avais lu pleins de magazine à ce sujet, et non, pas des magazines de boules, même si Kassandra semble déterminée à penser le contraire.» Ouais c’est pas ouf comme défense, mais bon, allez j’change de sujet, sinon ça ira pas là : « Allez, fais tourner ouais, rends toi utile. » J’choppe le joint et j’tire un bon coup dessus avant de le rendre à Zelda et de poser une question qui me tracasse depuis un moment maintenant.

« Du coup, vous allez m’expliquer ce qu’elle a fait à Clayton l’autre Misha ou je dois inventer une histoire à base de coucherie, de tromperie et de sexe ? » Alors qu’ils ont un gamin… ah bah j’suis débile en fait, j’veux dire. S’il y a bien un truc qui peut pousser à une séparation c’est ça, ça doit être ça forcément : « Coleen n’est pas de Clayton, c’est ça ? » Sinon pourquoi avoir rompu juste après la naissance du bébé ? Ou alors Coleen était trop moche ? C’est possible aussi en vrai.




Some men just want to watch the world burn
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5605
Sujet: Re: La jeunesse en pétard   Ven 8 Jan 2021 - 10:37
« Sérieusement ?! »
Elle le sait bien, Zelda, que les mecs sont des pervers. En soi elle n'est même pas étonnée par la théorie foireuse de Max. Ce qui ne l'empêche pas de décocher un regard un brin outré à l'intéressé : « Je t'interdis d'm'imaginer dans une situation du genre, Booker ! » Et pour donner un peu plus de poids à sa menace, la rendre peut-être plus véhémente, l'australienne agite son doigt sous son nez. Après quoi elle reporte son attention sur son amie : « On dirait bien qu't'as invité un détraqué sexuel à la maison, toi ! » Et puis elle en profite pour se pencher à son oreille dans la foulée : « Il est gentil avec toi ? » Ca l'ennuie, Zelda, de ne pas pouvoir garder un oeil sur le garçon et son amie. Et s'il profitait de la gentillesse de l'américaine ?

Et la voici qui se lève et s'habille, aidée par sa fidèle partenaire de vie. Kassy lui arrache d'ailleurs un petit rire blasé quand elle lui indique qu'elle ne doit pas hésiter à demander une chaise si elle ressent le besoin. « J'en ai ras-le-cul d'passer mon temps assise ou couchée, j'te jure ! J'ai l'impression qu'on m'traite comme une vieille ! » Et ça l'irrite, ça, l'adolescente. Elle sait bien que le personnel médical du camp ne pense qu'à son bien-être ! Mais elle se sent surprotégée. Comme si elle était une petite chose fragile qui allait se briser au moindre faux mouvement.

De son côté Max recommence à évoquer sa théorie foireuse, arguant qu'elle tient la route. Zelda échange un regard avec Kassy et reporte son attention sur le garçon : « Donc d'après toi à chaque fois que j'ai rien à faire j'passe mon temps à m'toucher, c'est ça ? » résume-t-elle en arquant l'un de ses sourcils. « Va falloir qu't'arrêtes de penser avec ta bite, Max ! Et qu'tu changes de lecture, aussi ! » Elle se demande d'ailleurs bien de quels magazines il peut bien parler mais clairement, elle les imagine remplis de femmes nues. « Sinon on va devoir envisager la castration ! » plaisante-t-elle. Mais à moitié, seulement...

Et puis Zelda fronce les sourcils lorsque Booker demande à Kassy de lui passer le joint d'une manière fort peu courtoise, allant même jusqu'à sous-entendre qu'elle n'est pas utile. Une remarque lui brûle les lèvres. Mais son amie est capable de se défendre seule et puis elle ne sait pas non plus quelle tournure a pu prendre la relation entre ses deux colocataires en son absence. L'américaine vient la voir tous les jours et elles parlent évidemment de lui. Mais elle a besoin de les voir sous ses yeux, en action, pour comprendre le sens du lien qui se crée entre les deux. Peut-être qu'ils aiment bien s'embêter. Peut-être que Kassy ne verra aucun mal a être traitée de la sorte par Max. Qui sait ?

« D'après les médecins j'vais devoir rester encore deux ou trois semaines ici ! En observation, qu'ils disent ! » maugrée-t-elle. Franchement ? Elle déteste l'idée d'être bloquée ici pendant des jours. Mais les diverses plaies sur son corps, sa blessure à la tête et l'état de son épaule l'obligent à prendre ses quartiers au dispensaire. « Si tu veux mon avis, ils veulent surtout m'garder ici pour s'assurer que j'fais pas la folle et que j'aggrave mes blessures ! Mais bon... » Qu'est-ce qu'elle peut bien y faire, hein ? On ne lui demande pas vraiment son avis. Sa stratégie consiste donc à être insupportable jusqu'à ce que le personnel soignant la vire de sa chambre à grands coups de pieds aux fesses. « Mais ils ont dit que je pourrai passer à la maison pour fêter Noël avec vous ! Et ça, c'est cool ! » Elle a franchement hâte de pouvoir passer un peu de temps à la maison avec eux.

L'australienne lâche ensuite un long soupir désabusé, peut-être même un peu résigné, quand son amie lui explique que Clay' a remit le couvert avec Misha. « Il saoule... » En général, de ce qu'elle en sait, la plupart des êtres humains ont besoin de se brûler une seule fois pour comprendre que le feu est un élément dangereux. Leur père adoptif, lui, appartient à la catégorie de ceux qui doivent aimer la douleur. Sinon comment expliquer son comportement. « C'est bien la preuve qu'l'amour, ça rend con ! » souffle-t-elle. Et elle en sait quelque chose, elle ! « En tout cas j'approuve la comparaison entre Misha et une araignée ! » Elle opine du chef et récupère le joint que Max lui tend. « L'avantage c'est qu'c'es bestioles-là, on peut les écraser ! » Et c'est ce qu'elle s'emploiera à faire aussitôt que les médecins l'auront autorisée à rejoindre leur foyer.

Et puisque la curiosité des ados est ce qu'elle est, Booker souhaite très logiquement savoir la nature exacte de l'histoire entre la rouquine et le routier. Zelda échange un nouveau regard avec Kassy. Est-ce que c'est secret ? Non, sûrement pas. Et puis de toute façon Max aurait tôt ou tard le fin mot de l'histoire. « En gros, Misha est allée faire un gosse dans l'dos d'Clay' avec Levi ! Tu vois qui c'est ? Le psychopathe du camp ? » Elle suppose que Kassy lui en aura parlé à l'occasion. Dans le cas contraire, l'australienne se fera un plaisir de lui fournir un complément d'informations sur l'israélien. « Enfin... Il paraît que c'était avant qu'elle s'mette en couple avec Clay' mais dans tous les cas elle devait bien s'douter qu'il y avait un risque que Coleen n'soit pas d'lui ! Et forcément, elle lui a rien dit ! » Les muscles de sa mâchoire se crispent. Cette trahison, elle a vraiment de la peine à l'avaler. Bien plus que le routier, visiblement... « J'ai bien résumé ? » demande-t-elle à son amie, se tournant vers elle. Elle reprend une autre bouffée de drogue puis se penche un peu vers la fenêtre ouverte pour expulser la fumée à l'extérieur. « Du coup c'est la guerre avec Misha ! J'espère d'ailleurs qu'vous lui pourrissez bien la vie ? » s'intéresse-t-elle, passant son regard de Kassy à Max. « Et lui, ça va ? Il trouve sa place dans la coloc' ? » demande-t-elle dans la foulée à l'américaine, évoquant Max comme s'il n'était pas là et laissant sous-entendre qu'elle se fie davantage au jugement de son amie qu'à celui du principal concerné.


Can you remember who you were, before the world told you who you should be ?

Awards 2020:
 

May Zelda be with you !:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Kassandra Taylor
Kassandra Taylor
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 789
Sujet: Re: La jeunesse en pétard   Ven 8 Jan 2021 - 16:50
C’est vrai qu’elle a vraiment parfois l’impression d’avoir invité un détraqué sexuel sous leur toit. Non pas qu’elle l’a déjà vu en train de faire des trucs pas très catholiques dans l’entrouverture de la porte de la chambre qu’elle lui a donné, mais... c’est qu’il a bien caché son jeu quand même, Brooker. Il est constamment en train de faire des allusions sexuelles ou de penser que les filles ne pensent qu’à ça alors que ça a bien l’air d’être le contraire, et c’est certainement ce qui l’amuse le plus. Elle se rassure quand même en se disant qu’il ne doit pas être aussi détraqué que ça, étant donné qu’elle ne s’est pas encore réveillé en pleine nuit pour l’apercevoir au pied de son lit... ? Maxwell, il est quand même extrêmement cool et qu’elle ne regrette pas de l’avoir invité à la maison sans demander le consentement de qui que ce soit... Puis cette occasion lui permet de se rendre compte que la vie avec un autre garçon, c’est marrant mais c’est pas tout rose non plus. Il y a la lunette des toilettes qu’il ne semble jamais prendre la peine de lever, ce lit qu’il ne semble jamais faire chaque matin mais aussi la redécouverte d’une pudicité qu’elle avait presque oubliée, elle qui s’était habituée à vivre avec les mêmes colocataires pendant un bon moment... Elle fait constamment attention à ce qu’elle laisse trainer, à la tenue dans laquelle elle sort de la salle de bain après chaque bain, et c’est presque comme si elle venait de redécouvrir l’utilité du verrou sur une porte de chambre.

Zelda le titille un peu, semble s’amuser d’une situation bien marrante avec des mots que Kassandra n’aurait pas la force d’employer, elle qui est bien trop timide pour parler castration et autres mots en b... Elle ne fait qu’écouter leurs conversations en arborant un sourire amusé, pourtant saupoudré d’une pincée de timidité. Le parallèle est peut-être bancal, mais l’américaine voit en eux trois ce qu’elles étaient avec Sean avant que Zelda ne finisse par sortir avec lui. Une bande de gamins qui apprennent à se connaitre et à se découvrir, qui se cherchent et se testent constamment. Ils ne se connaissent que depuis décembre, et on ne peut dire que ça se passe mal. Ils s’entendent bien, blaguent ensemble... Si Max est encore nouveau à la vie à Fort Ward, il semble parfaitement s’en être accaparé... et c’est tant mieux comme ça.

Tous les trois installés à la fenêtre, ils font tourner leur deuxième joint de la soirée, et le premier de Zelda depuis déjà quelques jours. Kassandra ne ressent pas le besoin de le lui demander, mais il est évident que le goût de l’herbe et ce sentiment d’apesanteur lui ont manqué. Elle lui en amènerait tous les jours si elle n’était pas concernée et inquiète des effets de l’herbe sur elle dans un état pareil... mais c’est juste censé l’aider à se relaxer et à se sentir mieux. Et si ça peut lui faire oublier la solitude et l’inconfort de passer ses journées dans un lit, elle pourrait se convaincre de venir fumer avec elle chaque jour qui passe.

Elle a les yeux dirigés vers l’extérieur et ne se rend pas compte que Zelda tique en entendant le garçon s’intéresser à elle d’une façon bien différente qu’à l’habituelle. C’est pas nouveau, ça arrive de temps en temps. Elle est pas sûre qu’il le fasse exprès, peut-être que ça fait partie de sa personnalité... Elle n’y réagit jamais trop, ne juge pas ça comme assez important pour s’y intéresser. Puis elle est timide, Kassandra. Mais pas ce soir, pas après avoir inhalé plus d’herbe qu’elle ne le devrait. « Tu veux que je me rende utile et que je te laisse dormir à la belle étoile, ce soir... ? » Elle le menace à sa façon, fronce un peu les sourcils, avant de lui administrer un petit coup d’épaule pour le faire réagir. Même si elle le voulait, elle ne le ferait pas de toute façon. C’est au-dessus de ses moyens, elle est trop douce pour le laisser se les geler dans l’herbe humide de leur jardin... puis elle l’aime bien, Maxwell. Et on fait pas de mal à ceux qu’on aime, même s’ils se comportent parfois comme des petits cons.

Ils continuent de faire passer un joint sur lequel elle tire de moins en moins. Parce que le but, c’est de se relaxer, de se changer les idées mais certainement pas de s’écrouler sur le sol et de s’éclater le crâne. « Tu crois pas qu’ils ont raison ? Que si t’étais pas ici, tu s’rais déjà en train de grimper sur les toits ou de faire des triples saltos là-dehors ? » Non, parce que ça l’embête aussi de ne plus croiser Zelda sous leur toit tous les jours... mais elle a totalement confiance en l’équipe de soignants, et ils connaissent assez la jeune femme pour se douter que si elle n’était pas forcée de squatter les dortoirs pendant les prochains jours, elle serait déjà en train de multiplier les conneries et d’aggraver son état de santé.

Et si elle a l’autorisation de sortir plus tôt ou de revenir à la maison le temps des fêtes de fin d’année, Kassandra veillera bien à ce qu’elle ne fasse pas d’écarts et ne finisse pas dans un état bien plus grave que celui dans lequel elle a été hospitalisée. « Je viendrais te chercher... et j’ai aussi vu pour le cadeau de Clayton, vu qu’on en parlait la dernière fois... Tout est bon. » Elle en profite pour la garder à jour sur le petit défi qu’elles se sont lancées. Ça aura été... compliqué à mettre en place, encore plus à expliquer à la seule personne qui serait capable de lui fournir ce qu’elles voulaient lui offrir, mais ça s’était passé comme sur des roulettes et le soir de Noël, Clayton recevra un cadeau très spécial qu’il n’oubliera pas avant un long moment, lui et les autres.

Ça l’aidera peut-être à se remettre des émotions qui l’auront submergé ces dernières semaines après cet incident que Kassandra n’a pas pris la peine d’expliquer au petit nouveau. Ils en parlent de temps en temps, brièvement, mais elle n’aime pas ressasser les histoires qui dérangent. Alors, elle laisse Zelda le lui expliquer, détailler le coup dans le dos que la rouquine a planté dans le dos de cet homme qui leur est cher à toutes les deux. Zelda a la rage, Kassandra est toujours en colère mais a des facilités pour modérer l’énervement et toutes ces choses qu’elle aimerait parfois lui envoyer en pleine figure... « C’est à peu près ça, sauf que t’as oublié de dire qu’après, elle est allée lui raconter qu’elle savait pas alors qu’elle avait plein de doutes. » Des doutes ! « Genre, elle savait mais elle était pas sûre, et elle a même pas jugé utile de lui en parler... » Elle avait du mal à y croire. Elle n’était pas enceinte d’un autre, ni amoureuse d’un homme qui l’aimait plus que n’importe quoi... mais elle ne s’imaginait pas mentir ou omettre ce genre de détails à l’homme qu’elle aime. « Donc en gros, bah... elle s’est foutue de lui, et lui... bah il est retourné dans ses bras à la première occasion. C’est pour ça que je dis qu’il est trop gentil. » Parce qu’il l’est réellement, il est même un peu naïf. Il a les muscles mais il n’a pas la force d’envoyer chier la femme qui lui a donné le bébé d’un autre.

Ça la dérange d’en parler, de se remémorer une histoire qu’elle essaie d’oublier maintenant qu’ils se sont remis ensemble et qu’elle est obligée de l’accepter. « Ouais, elle en prend pour son grade... on fait d’notre mieux pour lui rappeler qu’elle a merdé. » Pleine d’entrain et de confiance en elle, elle fait mine de poursuivre le combat de Zelda alors qu’il n’en est rien. Elle n’a pas envie de décevoir Zelda, encore moins de paraitre moins confiante qu’elle. Tout ce qu’elle fait, c’est juste se contenter de l’éviter, de ne pas croiser son regard et d’écourter les conversations qu’il leur arrive d’avoir au détour des couloirs trop étroits de leur petite maison.

Une autre bouffée, et elle ne se sent plus de fumer. Elle tend le joint au seul garçon de leur petit groupe. « J’y touche plus... j’ai envie de me réveiller demain matin, et j’commence déjà à douter de pouvoir rentrer seule à la maison, là... » Seule parce que si Maxwell continue, il sera certainement dans un état comparable au sien. « Il a appris à ranger des assiettes et à nettoyer le bordel qu’il laissait dans la salle de bain quand il est arrivé, alors... j’crois bien, ouais. » Elle répond à l’australienne, sourit en revoyant son premier jour à la maison. « Je crois que Clayton l’aime bien, en plus. Il a l’air d’avoir un peu peur pour ses deux princesses chéries, mais... j’crois qu’il sait qu’elles ont rien à craindre. » Elle continue de parler de lui comme s'il n'était pas là, de toute façon convaincue qu'ils sont tous heureux de l'avoir à la maison. Elle comprend les inquiétudes de Clayton, lui qui a toujours été très protecteur... mais qu’est-ce qu’ils pourraient bien leur faire, de toute façon... ?


    Life After God
    “And then I felt sad because I realized that once people are broken in certain ways, they can't ever be fixed, and this is something nobody ever tells you when you are young and it never fails to surprise you as you grow older as you see the people in your life break one by one. You wonder when your turn is going to be, or if it's already happened.” + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: La jeunesse en pétard   
Revenir en haut Aller en bas  
- La jeunesse en pétard -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: