The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Le chagrin n'épargne personne
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Logan J. Castle
Logan J. Castle
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1322
Sujet: Le chagrin n'épargne personne   Mar 5 Jan 2021 - 11:15
Dans une chambre du dispensaire de Fort Ward.
Cinq jours après le retour de la mission de reconnaissance.

Qu’est-ce qu’il s’est passé putain… Qu’est-ce qu’j’ai pu faire pour provoquer toute cette tempête de merde ? L’vieux con qui gère tout dans c’monde, qu’certains appellent dieu, s’il existe vraiment, il m’a pris en grippe ou quoi ? Sérieux, là, j’arrive au bout du rouleau…

Déjà, trois années dehors, ça marque son bestiau. Bon, j’suis arrivé à Fort Ward en Janvier 2020, ce qui fait bientôt un an, et franchement, au début, c’était reposant. Mais là, d’puis 4 mois, c’est l’bordel. Genre, vraiment l’bordel. D’abord, le New Eden qui m’bousille, ensuite, y’a l’ancien groupe de Jason où j’prend un éclat d’grenade, et ensuite, y’a c’groupe de survivants sur qui j’tombe, avec Théa, et là… Là… Il y a la mission de reconnaissance… Il y a eu l’explosion, mon bras bousillé, mon corps criblé d’saloperies… Et Mallowe.

Mallowe putain… A côté d’ça, toutes les blessures d’ce monde ressemblent à des pichenettes de merde ! Putain, Mallowe… J’la revois encore s’planquer dans l’corps d’ce rôdeur… J’la revois marcher, hébétée, quand on a fui de l’endroit. J’la revois encore pâlir d’heure en heure, puis rendre son dernier souffle dans ce putain de bateau… Et j’la revois s’réveiller, mais c’était plus elle. C’était plus Mallowe. C’était le corps d’Mallowe, revenu en rôdeur… J’ai dû lui mettre une balle dans l’crâne putain…

Si j’avais dû avoir une gosse, ça aurait été elle. Elle était vaillante, courageuse, elle avait un caractère de merde, j’l’adorais putain. Les séances d’entraînements étaient toujours amusantes, et avec un flingue, elle semblait s’émerveiller. Ça m’rappelle moi, à l’époque où j’ai touché mon premier flingue. Pourquoi qu’elle est morte ? Fallait emporter quelqu’un d’autre ! Fallait me prendre moi putain… ça aurait fait un boulet de moins dans c’putain d’groupe ! J’en connais une qui s’rait vachement contente d’savoir qu’j’aurais canné au loin ! Ouais Arizona, c’est à toi que j’pense !

Putain, qu’on m’apporte de quoi picoler, de quoi oublier, de quoi crever… Toutes les perfusions d’antibiotiques d’ce foutu monde serviront à rien… J’suis plus bon à rien… J’sers plus à rien… Mallowe, putain…
Revenir en haut Aller en bas  
Stanley Maverick
Stanley Maverick
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Rocketman
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3140
Sujet: Re: Le chagrin n'épargne personne   Mer 6 Jan 2021 - 9:53
Stan causa quelques instants avec Evelyn en dehors de la chambre de Logan pour s’entretenir de son état. Il resterait encore sous traitement quelques semaines. Ce n’était pas génialissime, mais il devrait s’en remettre. Encore une fois. Il fallait reconnaitre que le SEAL avait la poisse. En quelques mois, il avait enchainé et s’il se remettait toujours sur pieds, il arriverait peut-être un jour où il ne faudrait plus y compter. Une menace qui planait au-dessus de chacun d’eux finalement, dès l’instant où ils mettaient le nez dehors.

- Hey ! Comment tu t’sens Lolo ? Commença-t-il en entrant dans la chambre du trentenaire. Ce dernier n’avait pas une mine d’enfer. Depuis leur expédition dans l’ancien camp de Jack, il l’appelait comme ça. C’était bon enfant. Avec ses gros muscles, il trouvait le surnom rigolo. J’ai pas amené d’fleurs, tu m’excuseras…

Il s’approcha du lit, son regard s’attardant un instant sur le bras bandé du blessé. Il n’était pas passé loin de perdre son bras et ils réalisaient une nouvelle fois l’importance d’avoir sous la main des antibiotiques. Ces derniers l’avaient aussi sauvé après son ablation de la rate quelques années plus tôt, juste après le séisme.

- Tu veux m’raconter ta version d’l’expédition ? Enchaina-t-il, alors qu’effectivement, le soldat paraissait toujours choqué par cette épreuve.

Car oui, le jeune homme ne venait pas uniquement pour des mondanités, même si l’état de santé du garçon le concernait réellement. Il avait déjà eu le compte rendu des autres… C’était la procédure. Il restait responsable des expéditions, et s’il intervenait pour leur mise en place, il était évidemment toujours dans la boucle quant à leur issue. Et celle-ci ne s’était pas vraiment bien passée… Outre les blessures des survivants, l’une de leurs récentes recrues, Mallowe, y avait perdu la vie. Il n’était pas question de jeter la pierre à quiconque. Ils connaissaient tous les risques d’une telle sortie. Stan n’avait pas vraiment eu le temps de la connaitre, alors ce décès ne l’atteignait que modérément. Ça le faisait toujours chier de perdre des éléments, mais il ne pleurerait pas la jeune femme. Il avait déjà perdu trop d’amis dans des conditions similaires, parfois même pires…


Le chagrin n'épargne personne 1568058212-stan-sign2bis
Revenir en haut Aller en bas  
Logan J. Castle
Logan J. Castle
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1322
Sujet: Re: Le chagrin n'épargne personne   Mer 6 Jan 2021 - 13:16
J’entends qu’ça discutaille dehors. Y’a d’l’activité par ici, pour sûr. Faut dire que trois blessés d’un coup, ça doit remplir pas mal de piaules et mobiliser pas mal d’ressources médicales. Et, y’a not’ bouffe aussi. Et puis y’a les médecins, et les infirmières. Enfin bref, une belle débauche d’moyens, dont j’me s’rais larg’ment passé, si vous voyez c’que j’veux dire.

D’autant qu’pour l’instant, j’ai interdiction d’me lever. Et en vrai, j’en ai pas la force. J’ai perdu beaucoup d’sang, il paraît. Il paraît aussi qu’quand on est r’venu à la rive d’Fort Ward, j’suis resté comme un con contre l’corps d’Mallowe, et qu’ils étaient à cinq pour m’faire sortir du zodiac et m’faire aller à l’infirm’rie. Moi ? j’me souviens d’rien, après avoir tiré sur Mallowe… J’revois juste ses mires blanches, comme si qu’on dirait du lait. Y’avait presque plus d’iris. J’entends aussi ses débuts d’grogn’ments… Et puis ce putain d’sang partout. J’ai tiré pile au milieu du sommet du crâne, et ça à giclé partout… J’avais du sang partout… Son sang… Sa mort… Putain, Mallowe…

« - Hey ! Comment tu t’sens Lolo ? » J’entends, mais j’réponds pas. J’suis là, dans mes pensées, un bras impossible à bouger tell’ment il m’fait douiller. Et puis, j’sais pas, c’comme si c’te question, elle était dans un néant genre. J’entends sa voix, j’la r’connais, mais c’comme l’écho dans une putain d’église : j’sais pas d’où elle vient. J’entends pas non plus, enfin pas vraiment, c’qu’il m’dit ensuite. Enfin si, j’entends juste l’mot fleur. C’est vrai qu’des fleurs, sur la tombe d’la p’tiote, ça s’rait pas mal… Ou un flingue. J’suis sûr qu’elle préférerait un flingue, vu comme elle adorait ça pendant nos entraîn’ments.

Et là, j’comprends. J’suis plus seul, car j’vois quelqu’un à côté d’mon pieux. Rel’vant la tête, comme un putain d’toxico lutant pour pas tomber par terre, mes mires font l’point. J’sors un peu d’ma vision. J’vois plus Mallowe, j’entends plus ses râles, et j’ai plus l’odeur du sang. J’reviens à moi quoi.

Du coup, c’retour à la réalité, ça s’voit dans mes yeux. D’abord embrumé, mon regard s’fait plus clair, et je tape un « gauche-droite » des yeux et d’la tête, signe que j’atterris seulement. J’me redresse ensuite dans mon lit, à l’aide d’un seul bras, le bras droit heureusement.
- Heu… Heu… Salut Stanley. Que j’balbutie, l’cerveau totalement embrumé putain. On dirait qu’il comprend, mais il y va d’sa question. heu… Ouais, ouais. On… On est arrivé en zodiac, et on a marché. On était presque arrivé, quand on a dû faire un choix. Y’avait une putain de horde, genre… Vraiment énorme, sur la route. On a décidé d’passer par la p’tite forêt, mais c’était l’territoire d’un putain d’jaguar j’crois. Il était en train d’bouffer un type d’ailleurs, c’est c’qui nous a sauvé. Il en avait bouffé 6 ou 7 autres avant, ils étaient bin’ éventrés. C’était des vivants, pas des charognes. J’râcle ma gorge. Les médoc m’assèchent p’tain, et j’ai cru comprendre qu’le cocktail qu’on m’foutait dans l’sang était costaud. J’choppe un p’tit verre qu’était sur la table adaptable à côté, et j’prend une rincée… D’eau. Putain, il est où l’whisky… Heu… Ensuite, on est arrivé au musée. On a fait l’tour, pour pas passer par l’entrée principale, qui semblait accessible. Tout était fermé. Et avec les hordes autour, on voulait pas forcer une porte, ça aurait été la merde. Du coup, on est passé par d’vant… J’ai… J’ai pas pensé à checker les pièges… J’y ai pas pensé putain… J’y ai pas pensé… Ma vue s’brouille à nouveau. Des larmes ? non putain ! Non, j’crois qu’j’rentre en hallucination. Genre PTSD ! J’contrôle plus rien bordel de merde ! J’ai pas fais mon job… Elizabeth a ouvert, et on s’est prit une bombe artisanale à la gueule… Et là, c’est parti en couille. Tout le monde a été touché, surtout Mallowe. J’l’ai porté, et on a foncé à travers les hangars… On en a chié pour repousser les rôdeurs… Mallowe s’est glissée dans l’cadavre d’un rôdeur, parce qu’on pouvait plus t’nir une grille. Nous on s’est barré, on a réussit à s’planquer… J’me souviens plus ensuite, j’suis tombé dans les vapes j’crois. Et ensuite… On s’est barré et… Mallowe est morte… Mallowe putain… Elle… Elle était comme ma gosse…

Comme ma gosse ouais. J’lutte intérieurement putain, mes mâchoire battent comme un putain d’cœur, alors qu’j’sers les dents par intermittence, de colère, de hargne, de rancœur. Et… C’est quoi c’bordel ? Une larme ? J’ai une larme qui coule sur ma putain d’joue…

Putain d’tafiole… Mais Mallowe quoi… Merde…
Revenir en haut Aller en bas  
Stanley Maverick
Stanley Maverick
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Rocketman
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3140
Sujet: Re: Le chagrin n'épargne personne   Ven 8 Jan 2021 - 23:52
Stan se cala, une demi-fesse sur le lit de Logan, quand ce dernier commença à lui évoquer l’expédition. Ce ne serait certainement pas pour ce dernier une partie de plaisir, mais au moins cela lui permit de sortir réellement de sa léthargie. A mesure qu’il parlait, il parut être davantage présent dans la chambre avec lui… du moins jusqu’à ce que ses yeux s’humidifient en évoquant la bombe. Le point d’origine des emmerdes qu’ils avaient rencontrées. Peu à l’aise avec les états d’âme des autres - d’autant qu’il n’était pas si proche que ça du SEAL - notre petit chef se contenta de pincer les lèvres en le laissant poursuivre. Faisant, grand gentleman, comme s’il n’avait rien remarqué.

Il se tut un instant, quand une larme franche coula sur la joue du gaillard, après l’évocation de la mort de la jeune femme qu’ils y avaient perdue. Surpris tout de même qu’il évoque cette dernière comme « sa gosse » alors qu’elle n’avait intégré le camp qu’en octobre, à savoir deux mois auparavant. Et qu’elle était bien moins jeune qu’elle n’y paraissait ! Il prit une inspiration.

- Logan, changement de surnom, plus solennel. J’sais à quel point c’genre d’expériences peut foutre les boules. On s’sent responsable - j’aurais dû, j’aurais pas dû - on passe tous par là. La culpabilité était vicieuse, elle se glissait partout. C’est pas toi qui l’a tuée, affirma-t-il avec certitude, comme si ça clôturait le débat. Elle avait été mordue, point barre. Le jeune homme était très pragmatique pour ce genre de choses… et cela soulageait souvent sa conscience. J’vais p’t-être te paraitre dur, mais tu la connaissais pas d’puis longtemps. Aussi cool était cette fille, tu digèreras tout ça bien vite. C’est probablement pas la première amie qu’tu perds, j’t’apprends rien.

Il parlait de son expérience. Il ne comptait plus les amis qu’il avait lui-même perdu depuis le début de cette épidémie. Chaque disparition était un coup qu’il se prenait dans les côtes, mais la répétition du phénomène faisait qu’il ne mettait plus jamais un genou à terre quand cela se produisait. Il n’en oubliait toutefois aucun d’entre eux : Michelle, Joann, Elias, Aaron, Cameron, Swann et tant d’autres.

- Cette bombe, qui l’avait laissée à ton avis ? Reprit-il, pour forcer le blessé à se vider l’esprit de ses émotions pour se concentrer sur des faits.


Le chagrin n'épargne personne 1568058212-stan-sign2bis
Revenir en haut Aller en bas  
Logan J. Castle
Logan J. Castle
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1322
Sujet: Re: Le chagrin n'épargne personne   Lun 11 Jan 2021 - 9:46
Stanley dégageait quelque chose. Une certaine aura. Une présence, aussi. Bon, faut dire qu’c’est la seule visite qu’j’ai eu d’puis l’hospitalisation… Enfin, la seule visite provenant d’en-dehors d’ce dispensaire. Parce que sinon, j’ai beaucoup vu Ivy, et Evelyn. Elle était courageuse d’ailleurs, Ivy. Après cette expédition catastrophique, après ce fail monumental, qui s’est soldé par la mort de Mallowe, la perte d’un œil d’Elizabeth, la dislocation d’l’épaule d’Zelda, et mon bras qu’on a faillit couper, elle s’était tout d’suite remise au travail. Une soirée à la maison, dans les bras d’son homme et d’son bout d’chou, et elle était r’venue au dispensaire. Si ça c’pas d’l’abnégation, j’vois pas c’que c’est !

Et Stanley, donc, m’offre une oreille attentive. J’dois dire qu’ça fait du bien… Et qu’j’en avais b’soin, j’crois. C’t’histoire, c’est la goutte d’eau… Ouais, ça fait qu’deux mois que j’la connais la p’tiote… Mais deux mois où j’l’entraînait tous les deux jours, où on allait courir régulièrement, où j’la faisait tirer aux flingues, j’l’encourageait à bouffer pour s’remplumer… Mine de rien, deux mois, dans c’te monde d’apocalypse, ça doit bien valoir deux ans dans l’ancien monde, non ?
- Ouais, j’sais bien… Et t’as raison, c’pas d’ma faute. Mais j’étais l’seul militaire, j’aurais dû faire un meilleur taf… T’sais, j’sais bien que j’suis qu’un péquenaud… Mais ces derniers mois, j’ai pris pas mal dans la gueule, et ça commence à m’faire chier… J’veux dire, des p’tites blessures, j’en ai eu des tas dehors, pendant trois ans. Et encore plus pendant mon service. Mais en 14 ans d’Seal, ma seule blessure grave, c’est deux balles dans l’bide. Et d’puis quelqu’mois, ici, j’enchaîne les blessures, et autres salop’ries… Et j’dois dire qu’ça frustre pas mal, et qu’ça m’emmerde… Alors, tu vois, c’est surtout ça l’truc… Mallowe, ouais, ça fait qu’deux mois, mais j’passais presque mes journées à courir avec, ou à l’entraîner… Et, t’le croira p’t’être pas… Mais d’puis qu’le monde est parti en couille, Mallowe, c’était p’t’être que la deuxième, ou troisième personne, qu’j’ai appris à apprécier. Y’a eu Lisa, qui m’a jeté, et ensuite Mallowe, qu’est morte dans mes bras… Il m’reste Ivy, qu’est comme une sœur. Que j’lui dis, en prenant enfin une pause, reprenant ma respiration et assurant une pause pour Stan qui doit avoir l’cerveau qui chauffe. J’ai perdu des frères d’armes, avant. Mais là, c’était quand même aut’chose… J’sais pas c’qui m’arrive en c’moment… Que j’avoue enfin, avant d’écouter la seconde question de Stanley, pas désintéressée. J’peux pas en être sûr, mais c’était des types qui savaient c’qu’ils f’saient, et qu’avaient du matériel. On a fait deux entrepôts sur trois, et les deux étaient complèt’ment vidés. Y avait plus rien. Et la bombe était parfait’ment ajustée. Du travail d’pro quoi…

J’pouvais pas dire que c’était les New Eden, j’en étais pas certain. J’ai pas trouvé d’témoin, j’ai pas trouvé d’indices… Mais intérieur’ment, j’vois pas quel groupe aurait pu à la fois vider trois putains de hangars d’leur équip’ments, et laisser une bombe artisanale d’ce calibre, se déclenchant par l’ouverture de la porte. Ça d’mandait d’savoir gérer le mécanisme d’mise à feu, d’savoir camoufler l’mécanisme, et assurer un dispositif suffisamment durable dans l’temps, pour qu’il puisse s’déclencher même après plusieurs jours, ou s’maines après avoir été posé. Bref, fallait savoir le faire, et avoir les moyens d’le faire.
Revenir en haut Aller en bas  
Stanley Maverick
Stanley Maverick
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Rocketman
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3140
Sujet: Re: Le chagrin n'épargne personne   Ven 15 Jan 2021 - 16:58
Stan n’essayait pas de minimiser la peine que devait éprouver son collègue, il lui rappelait seulement que si le temps n’avait plus la même emprise sur eux, la mort non plus. Le décès de son père, quand il était ado - sa première rencontre avec le deuil - lui revenait parfois sans qu'il parvienne toutefois à se souvenir réellement de ses sentiments à cette époque-là. Il avait enterré tellement de gens depuis ça…

Mais Logan en profita pour vider son sac et le plus jeune en comprit qu’il n’était finalement pas question que de ça. Que de cette expédition, que de cette bombe. C’était les blessures à répétition qu’il s’était coltinées ces derniers mois, et qui d’une certaine façon l’amenaient à se remettre en question.

- Déconne pas, tu d’viendrais pas… humain quand même ? Se moqua gentiment le jeune homme, alors que le blessé se demandait ce qui lui arrivait depuis quelques temps à se lier intensément comme ça aux gens. Il lui fit un sourire en coin. J’te charrie… C’est bien de s’attacher aux autres. J’imagine qu’ça veut juste dire qu’tu t’sens simplement à ta place ici. Ça fait combien d’temps qu’t’es parmi nous maint’nant ? Un an, quasiment, non ? Des gens auxquels tu vas t’attacher encore, prépare-toi à en avoir de plus en plus. Et prépare-toi à en perdre quelques-uns en ch’min, si c’est pas toi qui y reste. Avec cette guerre, ça nous pend sérieus’ment au nez. Ça s’ra jamais facile pour autant… Mais ça t’rend pas plus vulnérable, j’te rassure. Ça donne aussi envie d’se battre encore plus, tu crois pas ?

Qu’on se le dise, il n’avait pas besoin d’un SEAL dépressif dans ses rangs. Il en voulait un qui avait la niak, comme ce dernier en avait jusqu’ici. Un SEAL avec une confiance en lui, certes un chouia démesuré, mais qui ne craignait pas de s’attaquer tout seul à quatre gus surentrainés. Alors il devait lui redonner l’envie, tout connement.

- On va tuer l’chat noir qui t’suis, et tu verras, tu passeras au travers des balles !

Un rictus se dessina sur son visage. Car oui, Logan avait enchainé des blessures dernièrement. La torture, la grenade, la maladie et ceci… Ce n’était pas de bol certainement, quand les autres qui avaient pris les mêmes risques s’en étaient souvent bien mieux sortis. Hormis Mallowe évidemment… Finalement l’important n'était-il pas simplement d’être toujours vivant ?

Quant à savoir d’où provenait cette bombe mortelle, Stanley pinça les lèvres et serra brièvement la mâchoire. Il hocha doucement la tête.

- Tu penses aux New Eden, j’me trompe ? On y pense aussi… Lui, Arizona, June et ceux avec lesquels il avait eu l’occasion d’en parler. Il va être temps d’enclencher la s’conde pour rentrer dans l’lard de ces connards, siffla-t-il entre ses dents. J’pourrais compter plein’ment sur toi c’jour là ?


Le chagrin n'épargne personne 1568058212-stan-sign2bis
Revenir en haut Aller en bas  
Logan J. Castle
Logan J. Castle
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1322
Sujet: Re: Le chagrin n'épargne personne   Dim 17 Jan 2021 - 19:39
Ha ! Il en a d’bonnes Stanley. Son p’tit pic gentillet qui insinue que j’deviendrais p’t’être humain arrive à m’faire sourire, et même ricaner un coup. J’glousse un peu, mes épaules se dodelinant sous les assauts d’ce p’tit rire contenu. Final’ment, il a bien fait d’venir Stanley… Il aura réussi à m’faire rire ce con !

Et sa jeunesse s’voyait pas dans ses paroles. J’veux dire, sans déconner, il m’parle comme s’il était mon père, et avec des mots qu’étaient vraiment, vraiment bien choisis. J’sais pas trop c’qu’il faisait avant, ou où il vivait. J’connais pas grand-chose d’son passé. Il était p’t’être papa avant tout ça ? Ou il travaillait avec des vieux ? Ou des gens handicapés ? Ou des gens faibles, qu’avaient b’soin d’protection et d’une personne attentive pour veiller sur eux ? Parce que dans sa façon d’faire, j’ai l’impression d’retrouver plusieurs choses : un ami, mais aussi un instructeur, et une figure paternelle. J’sais pas, j’sais qu’on a genre dix ans d’différence… Mais il s’comporte vraiment comme un chef. J’l’aime bien.

Et avec ses paroles, pleines de sagesse, il m’redonne d’la force. Ouais, il n’a pas tort. S’attacher aux gens du fort, du groupe, c’est normal. Et en plus, avoir des gens auxquels on tient, ça donne des raisons d’se battre ! On obtient des raisons d’se l’ver, de s’entraîner, d’prendre les armes, d’manger des balles, d’saigner nos blessures et d’tout faire pour protéger ces gens. Il a pas tort putain !

C’est vrai qu’en Irak, on f’sait tout not’ possible pour protéger nos gars ! J’me souviens qu’on étaient unis comme les doigts des mains. Y’avait toujours les grandes gueules, qui f’saient rire ou qui créaient des soucis, mais rien d’insurmontables. Y’avait les instructeurs, qui nous en avaient fait baver pendant les épreuves de sélection, mais qui, ensuite, s’occupaient d’nous comme des pères, pendant nos entraîn’ments et nos déplac’ments. Y’avait les officiers, qu’on respectait tous, et qu’on était fiers de servir au combat ! Sans déconner, un ordre de ces gens, et on s’jetais dans la mêlée sans avoir peur d’crever.

Et pour tous ces gens, nos chefs et nos frères et sœurs d’armes… On f’sait tout quoi ! On allait en première ligne, on allait au-devant des balles pour pouvoir ramener un blessé, ou pour éviter d’en avoir plus ! Ici, en fait… C’est comme à l’époque, si on y r’garde bien !

Les mots d’Stanley m’font réfléchir. J’dois avoir l’air bien con d’acquiescer dans l’vent, ma tête s’balançant de haut en bas comme si j’écoutais une musique entraînante, le regard vissé dans l’vide. J’dois avoir l’air con, ouais… Mais en même temps, ça doit prouver à Stanley que j’l’écoute. Mon visage s’déforme dans des grimaces déterminées.
- Ouais, on va l’buter c’chat noir. C’est fini d’prendre des balles et d’prendre des coups. Maint’nant, faut distribuer ! Arrêter d’recevoir, et en foutre plein dans la gueule de ces foutus salopards ! Y’en a qui vont crever la gueule ouverte, putain ! J’te préviens, Stan ! Dès qu’je sors, j’veux mon équip’ment, j’veux mes flingues… Et putain, la prochaine fois qu’t’as une mission, tu m’fous d’dans ! J’égorg’rais ces fils de pute moi-même ! Que j’lui dis, les poings serrés à m’en faire ressortir les perfusions d’mon bras malade ! Et puis j’reprends, pour répondre à ses questions. Ouais, j’penses à eux. J’sais pas quel aut’ groupe d’enculé pourrait penser à lâcher une bombe d’se gabarit, vider autant d’entrepôts, et préparer un tel piège… Faut des connaissances, et des moyens conséquents… Et ouais ! T’peux compter sur moi ! Bordel, j’les aligneraient contre un mur, et j’les exécuteraient moi-même !

J’frappe du poing sur l’pieu. J’suis déterminé putain !
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Le chagrin n'épargne personne   
Revenir en haut Aller en bas  
- Le chagrin n'épargne personne -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: