The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
James Gray
James Gray
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Devil's Rejects
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 211
Sujet: Re: Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML   Mer 20 Jan 2021 - 18:16
Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML

Alex
&
James
Plus les minutes passaient, plus il savait. C’était une évidence qui lui paraissait de plus en plus claire. James voulait respirer sa peur, elle avait un pied dans son piège et il ne la laisserait plus repartir. Toute fuite serait vaine parce qu’il la retrouverait, toujours. Il voulait déchirer l’âme de cette femme, la tourmenter, la pousser dans ses retranchements jusqu’à ce qu’elle ne le supplie d’arrêter. Mais c’était lui qui déciderait quand le jeu s’arrêterait, quand il serait las de s’amuser avec son nouveau jouet. Il devait l’emmener dans son Enfer qui se transformerait en paradis pour lui. C’était un devoir qui s’imposait naturellement au britannique. Elle ne serait plus jamais la même une fois qu’il en aurait terminé avec elle.

Le gémissement de douleur qu’elle poussa, la grimace qu’elle afficha lorsque son crâne heurta le mur ; James l’aspirait. C’était comme si tous les pans de sa peau s’en imbibaient et en redemandaient. Insatiable, son corps en réclamait toujours plus. Ce n’était qu’un simple geignement pour une poigne un peu trop serrée. Ce n’était qu’un avant-goût de ce qu’il désirait. Comme un teasing un peu trop court qui ne lui donnait qu’envie de continuer. Et sans que l’inconnue ne s’en rende compte, elle attisait la flamme qui ne demandait qu’à devenir un incendie dévastateur qui la brûlerait. Oui, en lui répondant ainsi, James se sentait presque comme aguiché. Alors, il balança l’inconnue au sol. Parce qu’il n’était pas sûr de pouvoir se contrôler alors qu’il était si proche d’elle. C’était le seul moyen pour lui d’enfouir encore un peu ses pulsions.

Il la regardait tenter de s’extraire, dans des gestes maladroits puis reculer sur ses fesses. Pitoyable. Voilà le mot qui lui venait à l’esprit alors qu’il la détaillait. Et pourtant, James voyait bien les efforts qu’elle faisait pour lui donner le change.

- Belle, provocante et sarcastique… Fais attention, t’aggraves ton cas. Je préfère quand ça se rebiffe plutôt que quand ça pleure.

L’escort boy la déshumanisait à son tour. Parce que dans ses yeux, il n’y avait plus d’être humain dans cette ruelle. Il y avait le corps inerte. Il y avait le jouet. Et il y avait le prédateur.

- Je serais presque tenté d’y croire si tu n’étais pas encore entrain de trembler comme une feuille.

La résistance dont la jeune femme semblait faire preuve était dérisoire, trahi lâchement par son corps qui chancelait. Malgré ça, elle continuait. Allant presque jusqu’à le menacer. À nouveau, James ne put se retenir de rire. Ce n’était pas un rire forcé, il était vraiment amusé par cette situation. Pensait-elle une seule seconde être en mesure de l’impressionner ? Lui qui se pensait au dessus de tout et de tous, lui qui jouait avec sa lame, lui qui pourrait la briser.

- Une amie, je ne sais pas mais une infiltrée ? J’ai déjà ma petite idée sur leurs réactions.

L’anglais changea son poignard de main, un sourire narquois accroché à ses lèvres.

- Je vois trois options envisageables pour toi.

Il se mit à tourner autour d’elle, d’une démarche lente, montrant ainsi qu’il prendrait tout son temps.

- La première. Tu peux leur dire que c’est moi qui l’ai tué, même si c’est toi qui es tachée de sang actuellement mais tu vois… Ils sont intelligents dans ton groupe et je suis persuadé qu’il y a des parts d’ombre dans ton alibi. J’aurais le temps de parler avant qu’ils n’agissent.  Je n’aurais qu’à lâcher quatre mots : espionne pour les pétasses. Et là tu vois je pourrais partir en paix parce que je sais que j’aurais semé la graine du doute. Et une graine… ça germe. Ça ne serait qu’une question de temps avant qu’ils te grillent. Et tu regretteras ma présence.

James s’arrêta un instant pour regarder la réaction de la brune puis reprit son pas.

- La deuxième et c’est ma préférée. Ça serait de te tuer ici, maintenant. Et ça passerait pour une rencontre qui a mal tournée entre vous deux. Moi, j’aurais qu’à repartir à l’abri des regards. Tout le monde y croirait, c’est courant comme situation après tout, tu penses pas ?

Cette fois-ci, il s’arrêta de marcher pour de bon, s’arrêtant dans le dos de la jeune femme.

- Mais comme je suis un altruiste qui aime voler au secours de la veuve et de l’orphelin, il reste la troisième option. Tu lèves ton joli petit cul d’ici, tu me suis sagement et on le fait disparaître. Et la suite, tu verras par toi-même mais crois-moi, on va s’amuser.

Dans un geste tout aussi lent que sa démarche, le britannique s’accroupit, se collant presque au dos de l’inconnue. Sa main vint alors descendre le col du manteau de la femme pour y plonger sa lame froide.

- Alors, tu préfères quelle option ? Je t’accorde le droit de choisir. T’as dix secondes pour faire un choix sans quoi… Je choisirais pour toi. Et là aussi crois-moi Bella, tu deviendras la chaise sur laquelle je m’assois, une moins que rien. Juste une pierre sur mon chemin.

Sur ses mots, il pressa légèrement la pointe de son couteau sur la peau de la jeune femme. Mais pas trop fort, seulement pour lui faire comprendre qu'il était sérieux sur sa deuxième proposition. James devait se faire violence et rassemblait toute sa volonté pour ne pas enfoncer entièrement ce couteau, pour résister à cet appel. Tant et si bien qu'il ne se rendait même pas compte que la jeune femme touchait quelque chose sous sa veste.
   




camo©️015



runaway baby
Before I put my spell on you. You better get away, darling because everything you heard is true • sheepirl.

Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1519
Sujet: Re: Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML   Mer 20 Jan 2021 - 19:41
Celle qui sent que c'est le moment de fuir



Je tends tous mes espoirs dans ce maigre coup de bluff, c’est peu mais c’est tout ce qu’il me reste comme parade devant cet homme qui me fait plus penser à un animal en chasse. Être dans le rôle de la proie, étrangement, ne me plait pas du tout. S’il connait Connor et Bruce, il y a de quoi ne pas avoir envie de prendre des risques et de les fâchés et de toute façon, c’est la seule idée que j’arrive à avoir, les fesses au sol avec ce monstre qui me domine. Je n’arrive pas à le cerner mais je suis presque sure qu’il ment, il a envie que je pleure et que je supplie.  Je lui crache avec autant de hargne et de provocations que j’en suis capable pour masquer ma peur :

« De toute façon je ne te donnerais pas le plaisir de verser une seule larme pour toi. »

Triste tentative car, comme il me le fait remarquer, mon corps me trahis quant à la terreur qu’il m’inspire. Je sens bien qu’il attend juste le bon moment pour me fondre dessus et mon instinct, surement faussé par la peur, ne me donne pas gagnante en corps a corps contre lui. Dès qu’il se met à rire, avec cette froideur bestiale, et a se mettre à me tourner autour comme un requin, je sais que c’est raté et je commence à entrevoir à quel point je suis dans une situation désespérée. Je suis loin de tout, personne ne viendra m’aider et, quand il commence à énumérer mes options, je suis presque pétrifiée et le souffle court.

Clairement, s’il parle a Connor ou Bruce, cela suffira pour que ma couverture soit compromise, il y aura une brèche et Milow se précipitera dedans pour tout faire voler en éclats, je serais surement tuée et Mateo suivra chez les divas, au mieux. Sinon elles considéreront que j’ai failli et il sera vendu. Je peine a avaler ma salive en me rendant compte a quel point je suis seule et dans de mauvais drap.

Des qu’il parle de me tuer je lui adresse un air résolu, je ne connais pas assez les légendes Bretonne pour savoir que je compte faire comme la fameuse blanche hermine d’Anne de Bretagne. Si je suis acculée et que je n’ai plus rien a perdre, surement que je n’aurais pas le dessus, mais je compte défendre chèrement ma peau. Oui, il a raison, un cadavre de plus ou de moins dans une ruelle, personne n’y fera attention.  

J’essaye de ne pas lui montrer l’horreur ou le dégout qui me traversent quand il se colle presque dans mon dos. Mais je ne sais pas retenir le frisson qui me parcoure quand il parle de « s’amuser », je reste a regarder fixement le mur devant moi, respirant péniblement pourtant, j’essaye encore de donner le change. Je ne compte pas baisser les bras et le laisser gagner aussi facilement, c'est donc avec autant de sarcasmes que je suis en mesure de faire que je dis :

« Un vrai gentleman, dire que j’avais eu peur de tomber sur un taré avec de mauvaises intentions...»

J’espère qu’il n’attend vraiment pas que je décide dans ses trois pitoyables options ? Tout est dilemme, tout est malaise Pourquoi faire un choix ? La peste ou le choléra ? Il a oublié qu’il y a toujours une 4e option. Je ferme les yeux en sentant la lame froide contre ma nuque et un nouveau frisson me traverse. J’ai l’impression que mon cœur va sortir de ma poitrine tellement il bat fort, comme si c’était son chant du cygne. Je ne doute pas que chacune de ses pulsations effrénées s’’impriment dans les palpitements des veines de mon cou.

10 secondes… je pressens qu’il est sérieux. Ma main se porte sur mon couteau pendant que je prends sur moi et c’est presque d’une voix suave que je me dégoute de dire :

« Attends…c’est d’accord, on va s’amuser tous les deux, tu as gagné je serais gentille et docile.»
Dans tes rêves.  
Mais avant, il faut que je t’avoue quelque chose. »

Je me retourne à moitié, très doucement pour planter mon regard dans le siens, repoussant délicatement sa lame d’une main alors que l’autre est cachée par mon corps et sers ma dague. Je rapproche mon visage du sien et c’est presque sur le ton d’une déclaration d’amour que je lui susurre :

« Tu as oublié la 4e option… »

Avant de violemment finir de me retourner en essayant de planter ma lame dans sa gorge.

« Celle où tu as le rôle du cadavre !! »

Il a un réflexe presque animal de partir en arrière. Merde !! Je l’ai raté !! Encore !! Il a le cul bordé de nouilles ou quoi ? Je ne traine pas en conjecture et me redresse comme si j’avais le diable aux fesses, ce qui est un peu le cas pour tenter de fuir le plus vite possible.






Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
James Gray
James Gray
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Devil's Rejects
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 211
Sujet: Re: Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML   Jeu 21 Jan 2021 - 23:45
Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML

Alex
&
James
Anticiper la réaction d’autrui, c’était quelque chose qu’on lui avait appris pendant sa formation de garde rapprochée. Son esprit avait été matraqué, formé pour repérer les comportements suspects ; on lui avait enseigné à avoir les yeux partout et James s’était révélé être assez doué dans ce domaine. Ce qu’on ne lui avait pas appris, en revanche, c’était de contrôler ce besoin viscéral de meurtre, cette nécessité de s’abreuver du sang des autres qui, en y réfléchissant, avait toujours couvé en lui lorsqu’il faisait pleuvoir les coups sur les autres dès qu’il avait été en âge de le faire.  Il avait toujours aimé faire mal. L’Apocalypse l’avait seulement libéré, délivré de cette envie en la rendant possible.  

L’anglais était tellement préoccupé à se contenir qu’il n’avait pas vu ce changement de comportement. Ses yeux étaient rivés dans le creux du cou de l’inconnue, sa peau se nourrissait de ses frissons ; il était comme dans un état second. Totalement absorbé par toutes les possibilités d’abîmer la peau blanche de cette femme, que ce derme ne devienne le sien, qu’il ne voyait plus rien d’autres que ces pores qui l’appelaient, ces veines qui commençaient à foncer sous la pression de la lame froide. L’escort boy ne réagit qu’à peine lorsqu’elle éloigna le couteau, fronçant légèrement les sourcils. Il ne comprenait pas pourquoi on l’y arrachait, il ne distinguait même pas la main de la brune et n’entendait plus la voix qui lui parlait. Non, James n’avait pas vu cette attaque venir mais par chance, on lui avait aussi enseigné la réactivité. En un battement de cils, sa logique reprit le dessus sur sa folie, la balayant aussi brusquement que son corps recula ; évitant de justesse la dague qui frôla son cou. Elle aurait pu l’avoir. Elle aurait pu le tuer. Malheureusement pour elle, elle venait d’échouer pour la deuxième fois.

Là-haut, dans le cerveau de James, il y avait quelque chose qui venait de lâcher. Cette petite chose qui lui disait d’y aller progressivement, de tester les limites de la jeune femme au chantage. Sa mâchoire se serra si fort qu’il s’en ferait presque mal, son torse était animé, soulevé lourdement par sa respiration erratique. Il avait essayé de se contrôler comme il le pouvait mais elle avait été trop loin. Il la regarda se redresser maladroitement alors que le diable semblait danser dans ses yeux. Animé par sa rage, James se releva d’un bond et une fraction de seconde plus tard, il se jeta sur la jeune femme, l’attrapant par les épaules pour la balancer violemment contre le mur. Elle tomba lourdement au sol, l’air sonné.  Sans attendre, l’anglais se rapprocha d’un pas vif et lui donna un coup de pied dans l’estomac.

- T’as vraiment du mal à comprendre hein ? P’tite merde que tu es. T’as vraiment cru que tu arriverais à m’avoir comme ça ?

Un deuxième coup de pied, au même endroit.

- Ça n’a pas connecté là-haut ?

Cette fois-ci, James s’abaissa légèrement.

- Mais si tu veux la jouer comme ça, on va la jouer comme ça.

D’un geste habile, il fit tourner son poignard dans ses mains et lui assena un coup de manche derrière le crâne. Il l’attrapa par le col, juste pour vérifier qu’elle était bien dans les vapes. Il se redressa, analysant rapidement les lieux. Si la ruelle était complètement déserte, il avait conscience qu’ils étaient bien trop proches du No man’s land. Il allait devoir s’éloigner. Elle ne lui avait pas laissé le choix, il l’avait prévenue sur son seuil de tolérance mais elle avait voulu s’accrocher, lutter. À trop jouer avec le feu, elle avait commencé à se brûler. Et ce n’était que le début.

Son regard balaya rapidement les environs. Il avait bien cette voiture garée à cinq minutes d’ici et surtout, il n’avait pas d’autres choix. Il déplaça à la hâte l’une des bennes devant la porte de sortie de secours que personne n’utilisait puis traîna le corps de l’inconnue toujours inconsciente derrière une autre benne. Et, d’un pas vif, il se dirigea vers le véhicule. Quelques minutes plus tard, il était de retour en marche arrière dans cette ruelle sans issue. Rien ne semblait avoir bougé, pas même les corps. Un par un, il les hissa difficilement dans le coffre et prit la fuite, assis confortablement derrière le volant.

James roula à vive allure, évitant soigneusement les grands axes trop encombrés de carcasses de voiture, au son d’un vieux disque d’un rappeur français dont il ne comprenait pas le moindre mot. Il devait s’éloigner un minimum de la ville. Il savait où se rendre. La route de Campagne de Seattle, qui était bordée d’une forêt. Il arriva rapidement à destination et repéra quelque chose au loin qui allait l’aider à mettre son plan à exécution. Il s’extirpa de la voiture et saisit son arme à feu avant d’ouvrir le coffre. La jeune femme paraissait encore sonnée, un sourire fier vint étirer les lèvres de James. Il sortit le cadavre et le traîna difficilement. Au loin, quelque chose s’approchait. Mais l’anglais n’était pas déstabilisé, il avait le temps ; il le savait. À l’aide d’une corde, il lia les mains et les pieds de la jeune femme et la déposa au sol, près de la portière du passager avant. La chose qui approchait s’était déjà arrêtée près du cadavre. James remonta dans la voiture, côté passager, la fenêtre ouverte et il attendit.

Il ne fallut que quelques secondes à la jeune femme pour reprendre pleinement connaissance, sans doute le fait de l’avoir bougée l’avait-elle réveillée. Si elle ouvrait les yeux, elle pouvait voir à quelques mètres d’elle un rôdeur entrain de déchirer allégrement les entrailles de la personne qu’elle avait tué. Mais elle, elle était ligotée, au beau milieu de nulle part.

L’escort boy, quant à lui, était accoudé, attendant patiemment. Il était juste au dessus d’elle, silencieux. Jusqu’à ce qu’il ne juge bon de reprendre la parole.

- Je crois qu’tout va bien jusqu’ici, tu crois pas ? Je t’avais dit que je le ferais disparaître murmura-t-il à l’intention de la jeune femme.

Il se sentait fier, puissant même, à l’abri dans son véhicule, avec ses armes alors qu’un bouffeur de chaire était à côté. Alors, il se mit à siffler fort, pour interpeller cette fameuse charogne qui redressa son corps décharné, comme attirée par cet appel. Son pas était lent, maladroit. James se pencha légèrement vers la brune.

- Je suis juste ici, je bouge pas. Si t’as besoin d’aide…

Bien-sûr qu’il n’allait pas la laisser se faire manger. Il interviendrait, au dernier moment. Il voulait juste la voir trembler encore une fois, il voulait qu’elle se voit mourir, qu’elle n’emprunte ce magnifique ascenseur émotionnel qu’allait devenir sa vie en tombant sur la mauvaise personne; qu'elle apprenne à lui obéir. C'était simplement une leçon car James le savait après tout, un chien ne se dressait pas en un jour.         





camo©️015



runaway baby
Before I put my spell on you. You better get away, darling because everything you heard is true • sheepirl.

Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1519
Sujet: Re: Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML   Ven 22 Jan 2021 - 5:18
Celle qui a vraiment la poisse


J’ai un gout de sang dans la bouche et ma tête semble pas loin d’exploser. J’ai mal, j’ai peur et je sens la nausée qui monte à chaque virage ou le cadavre de l’ami de Bruce me roule dessus tout en me dévisageant avec ce qui lui reste d’œil. Son poids, l’odeur, la culpabilité, car je ne suis pas une tueuse de sang-froid, la douleur de la pluie de coups que je me suis essuyée et la panique d’être dans un coffre en route vers je ne sais où, ajoute au chaos de mon esprit encore embrumé par le choc. Comment j’en suis arrivée là ? A vrai dire, j’ai du mal à l’expliquer, je n’ai pas eu le temps de faire 2 pas ou commencer à chanter libérée délivrée que l’homme m’a rattrapée avec une vitesse inhumaine. Je me souviens vaguement que ma tête a heurté le mur, je suis tombée, ou il m’a poussée, je ne sais plus, puis qu’il m’a frappée, plusieurs fois et après plus rien avant cet endroit sombre ou je suis ballotée sans arriver a me retenir. J’ai l’impression d’être une poupée de chiffon inerte, mon corps ne semble plus vouloir m’obéir et me tient lieu de prison. J’ai mis du temps a comprendre où j’étais, mais je suis trop groggy pour arriver a faire autre chose que subir chaque mouvement brusque du véhicule en luttant pour essayer d’ouvrir les yeux ou ne pas vomir.

L’idée de tout abandonner et de me resigner a mon sort est grande. Mon corps, lui, semble ne plus vouloir, mais il y a un petit garçon qui compte sur moi. Si je baisse les bras, si je meurs sans que personne ne sache ce qui m’est arrivée… que ca t’il se passer pour lui ? J’essaye de m’accrocher de toute ma volonté a cette idée pour ne pas perdre pieds. Pourtant, quand la voiture s’arrête et que le coffre s’ouvre, je n’arrive même pas a faire plus que grogner pour me défendre ou pour protester.

Je me retrouve plus ficelée que pour un tour de papa et posée près de la voiture. L’homme ne semble plus aussi bavard que dans la ruelle pour m’expliquer la suite des festivités. Y a des silences qui disent beaucoup, plus que tous les mots qu'on avoue, et toutes ces questions qui ne tiennent pas debout… je n’arrive pas a comprendre ce qu’il attend de moi et ce qui se passe dans son crane de malade mentale.
Je peine a rester dans cette position sans me vautrer ou a comprendre où n
ous sommes. Un foret ? Un bois ? Pourquoi nous arrêter ici au milieu de nulle part et qu’est ce que c’est en face de moi au sol ? Peu a peu je retrouve un semblant de maitrise et j’ai du mal a ne pas pousser un cris d’affolement en comprenant ce qui se passe sous mes yeux.

L’ami de Bruce, enfin, ce qu’il en reste, est en train de se faire dépecer par un rodeur… juste devant moi. Un spectacle dégoutant qui me donne une suée froide. Mon bourreau est retourné dans la voiture en me laissant dehors, attachée et a la merci su mort s’il me repère. Je n’essaye même pas de comprendre le pourquoi du comment, je reste concentrer sur le fait que je ne dois surtout pas attirer l’attention de la créature puante devant moi.

Ne pas bouger… ne pas bouger… Je sens mon souffle reprendre un rythme effréné et mes muscles se contacter malgré la douleur. L’adrénaline est là a l’idée de me faire dévorer vive et sans savoir me défendre par cette chose écœurante ; Je regrette presque le manque de lucide du a l’assommement. L’image de ce qu’elle est en train de faire au cadavre de quoi me glacer le sang en m’imaginant a sa place. Commencer par les parties molles assure une longue agonie. Je lutte contre la panique difficilement… ne pas bouger… ne pas faire de bruit… alors que mon instinct me hurle d’essayer de fuir, même en sautillant. J’ai peut être une chance, si elle ne me voit pas !!

Mais c’est sans compter sur le fou, que j’avais presque oublié pour le coup, qui se met a parler. Le son de sa voix me glace d’effroi. Je tords douloureusement mon cou vers l’arrière, les tempes battantes de souffrance, pour le voir dans la voiture a l’abri et me pétrifie quand il se met à siffler. Lentement je pose le regard sur le zombie, qui lui redresse la tête dans notre direction, pose ses orbites creuses sur moi et commence son lent chemin vers son buffet gratuit. NON NON NON !! Pitié !! Pas ca !!! Tout mais pas ca !!!! Je commence a essayer de me tortiller contre la portière pour me recroqueviller, le souffle de plus en plus rapide.

Horrifiée j’entends l’homme me proposer son aide. M’aider ?? Alors que c’est lui qui vient de me mettre dans cette situation ? Je suis incapable de savoir où il veut en venir mais j’ai la certitude qu’il est plus dangereux que la chose décharnée qui avance vers moi. J’essaye de me contorsionner dans mes liens. Je suis fille de magicien, j’ai surement été plus souvent ligotée et enfermée dans une boite que la plupart des gens. Ça met trop de temps…. Beaucoup trop… la chose se rapproche… j’ai un couteau de secours mais impossible de l’atteindre avant que le mort ne m’agrippe. Quand a demander de l’aide au type ? Hors de questions !!! L’attache de les pieds a suffisamment de mou pour que j’arrive a me dégager. Dans un élan de bravoure, ou de provocation, voire de stupidité, pendant que je me démené, je lance un :

« Deuxième erreur ! »

Avant de me faufiler sous la voiture, hors de portée de ces mains décharnées et tendues vers moi. Je continue a jouer avec mes liens et finit pas me dégagée rapidement les mains. Je ne perds pas mon temps dessous, s’il démarre, je suis cuite, enfin, écrasée. J’ai honte de moi, je ne sais pas si c’est les tremblements, l’affolement ou l’élancement des coups reçus, mais impossible de me défaire des liens de mes mains. Tant pis !!! Je roule de l’autre côté de la voiture, préférant le risque de me prendre un coup de feu ou de me perdre dans les bois plutôt que d’être mangée par le loup ou pire. Les mains toujours liées, je pars en courant mais la chance n’est décidément pas au rendez-vous car je me suis a peine éloignée que je me prends les pieds dans quelques choses et finie, une nouvelle fois au sol.

Quand je comprends ce qui m’a fait tomber, je crois que toutes mes bonnes résolutions s’envolent. Je pousse un cri de terreur, il y a un mort dans jambes, qui m’a attrapée la cheville et tentée de me mordre. Je me débats en essayant de me dégager à coups de pieds libre aussi maladroit que frénétiques, mais je distingue des choses qui bougent sur le côté… il y en a d’autres… non… non… je ne veux pas finir comme ça. Je veux qu’il m’aide !! Je ne veux pas mourir ici !! Finalement j’essaye de reculer, toujours sur les fesses, vers la voiture incapable de me relever. Mon instinct de survie prend le pas sur mes principes.


des:
 


Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
James Gray
James Gray
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Devil's Rejects
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 211
Sujet: Re: Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML   Lun 1 Fév 2021 - 16:58
Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML

Alex
&
James
Son regard bleuté passait d’un spectacle à l’autre. D’abord captivé par la bête entrain de se repaître du cadavre qu’il avait déposé quelques instants plus tôt, James fût rapidement comme ensorcelé par autre chose. Dieu sait qu’il était toujours fasciné de voir avec quelle facilité les morts pouvaient déchiqueter la chair en si peu de temps mais à cet instant, cette scène morbide lui paraissait bien dérisoire à côté de ce qui se passait juste en dessous de lui. La terreur qui émanait de sa chose ligotée, là, juste à côté de sa voiture. C’est à peine s’il arrivait à en détacher ses yeux. Il la voyait, la regardait distordre sa nuque pour le chercher du regard. Il pouvait lire dans ses prunelles vertes la terreur et l’incompréhension. C’en était presque jouissif. Les rouages de son cerveau tordu s’étaient mis en route et rien ne pourrait les arrêter. Malheureusement pour l’inconnue, la folie de James s’était éprise d’elle. Et il ne se connaissait que trop bien, il le savait. Tout ça, tout ce qu’il ressentait pouvait précipitamment virer à l’obsession. Elle était à lui. Obsédé par l’effroi qu’elle dégageait ; il savait que son image s’imposerait à son esprit, sans relâche. Il voulait devenir sa hantise. Il se le devait. Il allait devenir son cauchemar. Partout où elle irait, il serait là. Lorsqu’elle fermera les yeux, il sera là. Dans son esprit. L’anglais avait cette délicieuse sensation qu’il avait pleinement le pouvoir de vie ou de mort sur elle.

Mais la mort serait une option bien trop facile pour elle et bien moins amusante pour lui. Il voulait la blesser physiquement, lui faire mal moralement. Un savant mélange qui rendrait le jeu encore plus alléchant. Alors, il interpella le rôdeur qui ne tarda pas à traîner lentement mais sûrement sa carcasse vers la brune. Le corps de celle-ci semblait être animé pour sa respiration qui s’accélérait. À l’instar du cœur de James qui lui aussi tambourinait dans sa poitrine. Il n’avait pas peur, il était électrisé. Son regard était rivé sur la charogne qui s’avançait, chancelante. Elle se rapprochait de plus en plus. Elle et son odeur nauséabonde. Elle et ses grognements. Il pouvait entendre ce qui restait de ses dents claquer, ne se doutant pas qu’ils avaient tous les deux la même proie. Elle était aussi avide que le garde du corps. Il sortit un de ses couteaux. C’était à lui de se nourrir de l’inconnue, pas à ce zombie. À lui et à lui seul.

Le revenant n’était qu’à deux pas, tout au plus, de la femme. James posa sa main libre sur la poignée de la portière. Il allait l’ouvrir lorsque la voix féminine le rappela. Ses yeux glissèrent plus bas, juste à temps pour voir le corps de la femme rouler sous la voiture. James dressa un sourcil interrogateur. Deuxième erreur ? Sûrement pas. Il n’avait qu’à reculer la voiture pour qu’elle ne soit à la merci du rôdeur. Il n’avait qu’à démarrer pour lui rouler dessus. Dans toutes ces options, la finalité serait peu glorieuse pour elle.

L’escort boy pesta dans sa barbe lorsque le mort-vivant posa son attention sur lui. Il referma la vitre alors que les doigts décharnés cognaient contre le verre. L’anglais se tortilla un instant, enjambant l’espace où se trouvait le levier de vitesse pour reprendre sa place derrière le volant. Ses doigts cherchèrent nerveusement les clés encore accrochées. Il démarrerait dès que sa décision serait prise entre simplement avancer ou écraser le crâne de l’inconnue. Mais une fois encore, c’était sans compter sur la bravoure ou la stupidité (peut-être un peu des deux) de la jeune femme qui se redressa de l’autre côté. À travers la fenêtre, James la regarda. Ses yeux ne pouvaient pas mentir sur ce qu’il ressentait. Son regard empli de jugements face à une telle bêtise, il secoua la tête de gauche à droite. Que comptait-elle faire exactement ? Elle avait les mains liées et serait donc par conséquent forcément ralentie. Lui, il était libre de ses mouvements et en plus de ça, il était en voiture. Et puis cette forêt regorgeait de cadavres en perdition. Quoi qu’elle fasse, où qu’elle n’aille ; c’était peine perdu.

James s’amusait à penser qu’il devait lui laisser quelques minutes d’avance, histoire de pimenter un peu sa traque jusqu’à ce que la jeune femme lui prouve une énième fois son sens de l’équilibre. Elle se vautra, lamentablement, attrapée à la cheville par un nouveau rôdeur. Hésitant entre l’idée de simplement profiter du spectacle ou intervenir ; il fût témoin d’une scène encore plus exquise. Elle reculait, elle faisait marche arrière sur ses fesses. Le chien semblait vouloir revenir aux pieds de son maître finalement. L’anglais étouffa un rire alors qu’il était déjà entrain de baisser son carreau. Il enleva le frein à main, juste pour que la voiture ne recule lentement. Plus l’inconnue reculait, plus la voiture s’éloignait. Il passa une nouvelle fois sa tête à l’extérieur.

- J’ai un cœur de pierre, bien –sûr, mais laisse moi préciser que c’est une pierre précieuse, tu peux facilement l’atteindre.

Il inspecta rapidement ce petit groupe de zombies qui réduisait dangereusement l’espace entre elle et eux. Et de facto, entre eux et lui.

- J’accepte un « s’il te plaît », un petit « aide moi » ou même un « par pitié » tu sais ?

Sa voix contrastait totalement avec le décor planté. Son ton était jovial, comme s’ils étaient entrain de faire connaissance autour d’un verre. Soudain, James remit le frein à main. Il y avait ce rôdeur bien trop proche d’elle. Il sortit à la hâte, resserrant un peu plus sa poigne autour de son arme et se dirigea d’un pas vif vers elle. Il planta son couteau dans le crâne du cadavre ambulant. Une fois, deux fois, trois fois. Il était mort au premier mais il s’énervait, répétant sans cesse des « elle est à moi » de plus en plus fort.

Son visage était à présent tacheté d’un liquide noirâtre lorsqu’il reposa ses yeux sur l’inconnue après avoir laissé retomber lourdement le corps.  Ce qui devait lui donner un air encore plus dément. Sans ne rien dire, juste avec son regard, il lui faisait comprendre que c’était soit avec lui, soit avec les six autres rôdeurs dans son dos qu’elle repartirait. Il tapota le haut du crâne de la jeune femme, comme un maître pouvait le faire avec son chien.

- Hein, t'es à moi ? lâcha-t-il avec une voix douce avant qu'un rire sournois ne lui échappe

Puis il s’éloigna lentement, comme s’il s’apprêtait à retourner dans sa voiture, loin du danger.

- Juste un mot de ta part et je te mets à l’abri.

Si être enfermée dans une voiture avec James au milieu de la forêt et entourée de rôdeurs était considéré comme être à l’abri.        
        





camo©️015



Spoiler:
 



runaway baby
Before I put my spell on you. You better get away, darling because everything you heard is true • sheepirl.

Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1519
Sujet: Re: Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML   Mar 2 Fév 2021 - 4:19
Celle qui se sent comme l'anneau précieux

(et c'est pas une invitation a être enfilée!! non mais ho!)

On ne mesure la portée de certains proverbes que lorsqu’on est confronté a des situations inattendues. Choisir entre la peste et le choléra, être entre le marteau et l’enclume et je vous en passe, prenaient un nouveau sens, beaucoup moins imagé dans la situation où j’étais. D’un coté des morts affamés aux intentions certaines, de l’autre, le fou, que j’avais du mal a cerné mais dont j’étais absolument sure qu’il ne voulait pas m’embarquer de force dans sa voiture pour aller me payer une glace et me conter fleurette.

Pour le moment, mon instinct, qui m’avait dicté que j’avais plus de chances avec les morts, est en train de furieusement revenir sur la question. Ils sont trop, je n’arrive pas à me relever, je suis épuisée, paniquée, encore sonnée par les « délicates attentions » de mon chauffeur. Je pousse un petit cri de surprise quand j’entends sa voix, toute concentrée a la menace putride, je n’avais pas remarqué que je m’étais aussi rapprochée de sa voiture. Comment fait il pour être si calme ???

Je me reprends vite, consciente que chaque seconde qui passe me rapproche du buffet a zombie, et reprend les gesticulations pour libérer mes mains, c’est surement un peu tard, un peu inutile, mais j’arrive a me détacher. Il parait qu’il faut se réjouir de chaque petite victoire et j’ai comme dans l’idée que les miennes ne vont pas être légion, alors autant profiter de celle là. J’ai a peine le temps de libérer mes poignet qu’un mort me tombe dessus, dans un nouveau cris presque étouffée, j’essaye de le repousser avant de voir le fou arriver et le planter avec son couteau encore et encore. Je reste tétanisée d’effroi en l’entendant scander dès que je suis a lui et en voyant la lueur demande sur son visage souiller de sang putride. C’est la que l’on sait que les zombies n’ont pas de conscience ni d’instinct de survie, sinon, a ce spectacle, ils fuiraient.

Je n’arrive même pas a bouger ou éviter sa main qui me tapote le crane comme si j’étais un bon toutou. Je reste les yeux écarquillés, la nausée aux bords des lèvres quand il me confirme cette impression avec sa façon de demander si je suis a lui comme si il flattait son chien avant de lui donner un nonos. NON NON NON NON !! Je suis a personne !! A PERSONNE !!!!!! Médusée et interdite, incapable de comprendre, je le vois partir vers la voiture et avise qu’il a 6 morts qui arrivent. Oh MON DIEU !!!  ALEX RESSAISIS TOI ET VITE !!!

Je me redresse difficilement. Une part de moi, la rebelle, a envie de pousser le vice a tenter la mort avec les cadavres mais mon coté rationnel l’emporte vite. Je dois vivre, a n’importe quel prix, parce que ma mort sonne trop d’horreur pour Mateo ! Le fou est surement aussi mortel et plus sournois que les zombies, mais j’ai le sentiment d’avoir plus de temps pour trouver un moyen de m’en sortir avec lui qu’avec les moisis qui déboulent.

J’arrive a la voiture en boitant, les choses vont presque plus vite que moi. Je plonge mon regard désespéré dans le sien.

« Tu jures ?!!! Tu me mets a l’abri ?!! »


De toi aussi ? Pour le moment ce n’est pas la question, le temps qu’il me réponde je jette des coups d’œil paniqués derrière moi ou arrive, bien trop vite, ceux qui veulent bouffer pas que mes fesses. Dès  qu’il jure, sans que je sache si ça a la moindre importance, car on ne sait pas la valeur de la parole d’un fou, je m’entends dire, avec précipitation, les mains sur la poignée :

« Je suis a toi !! Je suis a toi !! Je suis a toi!!!!!!!! Tu as gagné!! Maintenant... OUVRE LA PORTIÈRE !! »

Il a gagné cette manche mais surement pas la guerre, ca serait mal me connaitre. Je suis prête a dire tout ce qu'il veut pour survivre. Pas question que je lui donne-moi mon cœur, mon corps, mon bon vieux funk, mon rock, ma soul ou que chante avec lui pour qu’il m'emmène au bout du monde, je veux juste qu’il me ramène à la case départ là où j'suis partie !!! Et si possible entière et sans morsure. Pour ca, je suis prête a tous les mensonges.



Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
James Gray
James Gray
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Devil's Rejects
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 211
Sujet: Re: Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML   Jeu 4 Fév 2021 - 15:22
Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML

Alex
&
James

/!\ tw: scène de viol non explicite à la fin /!\


Pour lui, ce n’était qu’un jeu. Une distraction sans égale qu’il espérait voir perdurer. James était tel un enfant dans une cour de récréation avec tant de possibilités d’amusement qui s’offraient à lui. Il savait que la sonnerie retentirait à un moment donné, écourtant forcément son carnaval de bonne humeur. Mais il savait aussi une chose : qu’il se languirait en attendant la prochaine pause qui serait d’autant plus réjouissante que celle-ci. Rien ni personne ne pourrait l’en empêcher. On ne le priverait pas de son jouet. Il accepterait, dans la limite du raisonnable, de la partager tout en conservant un droit sur sa personne.  

Cette pauvre femme, qui n’avait rien demandé, s’était attirée ses foudres. Et manque de chance pour elle, avec James ; la foudre pouvait frapper plusieurs fois au même endroit. Jusqu’à ce qu’il ne décide qu’il en ait assez. Chose qui n’était pas prête d’arriver car il était si rare que l’anglais ne soit entièrement rassasié. Si seulement elle avait su ce qui couvait en lui, le garde du corps était intimement persuadé qu’elle aurait préféré tenter sa chance avec les rôdeurs. Parce qu’avec eux, elle aurait eu une possibilité, aussi infime soit-elle, de s’en sortir sans trop de dégât. James, lui, allait briser son esprit, déchirer son âme et esquinter son corps. Sa chose ne deviendrait qu’une vulgaire chose ; rien que l’ombre d’elle-même lorsqu’il en aurait fini avec elle. Il aura aussi peu de remords que de scrupules, comme toujours.  

La détresse qu’il lit dans son regard à l’instant même où il lui demanda ironiquement si elle était à lui ne fît que raviver son appétit. Pourtant, le britannique ne faisait pas un geste de plus, se contentant de tourner les talons pour retourner dans sa voiture.

Il s’y installa dans un calme olympien, laissant le carreau ouvert mais en prenant soin de verrouiller les portes. Et elle, elle était là à claudiquer difficilement vers le véhicule, l’implorant presque de lui promettre qu’il ne mentait pas. James leva les yeux au ciel avant d’afficher un sourire perfide.

- Je te le jure, répondit-il de manière détachée

Et ce fût à ce moment là que l’inconnue craqua. Elle n’y croyait pas une seconde, ça crevait les yeux et pourtant, sa supplique sonnait telle une douce mélodie aux oreilles de l’escort boy. Il se permit d’ailleurs de fermer un court instant les paupières, entremêlant ses cils pour en savourer chaque syllabe. Je suis à toi, trois fois. Si elle pensait mentir, elle n’avait aucune idée qu’elle venait de prononcer qu’une triste et sinistre vérité. Il rouvrit lentement les yeux et prit le temps de remonter sa vitre, ne laissant qu’un petit centimètre d’ouverture.  James finit par fixer son regard au sien et, d’un coup de menton, il lui désigna la porte arrière. L’inconnue entra précipitamment dans l’habitacle. L’anglais lui, gardait le silence. Il se pencha légèrement pour ouvrir la boîte à gants d’où il sortit un étui souple ainsi qu’un mouchoir en tissu. Il essuya son couteau, sans prendre le temps de se débarbouiller lui, et déroula l’étui sur le siège avant du passager. Dans cet emballage s’étalaient une dizaine de lames. Ses doigts se baladaient doucement sur chacune d’entre elle, comme s’il était entrain de peser le pour et le contre. Ses gestes étaient délibérément lents. Un sourire étira le coin de ses lèvres alors que sa paume se refermait sur une de ses armes. Il avait fait son choix.

Les bouffeurs de chair quant à eux avaient maintenant encerclé le véhicule. Ils frappaient, tambourinaient à chaque fenêtre. James appuya sur quelques boutons et toutes les vitres s’abaissèrent au même moment. Pas assez pour qu’ils ne les atteignent mais suffisamment pour que les deux survivants ne les entendent, ne les sentent.  

Le garde du corps replia l’étui et le rangea à nouveau. Il enleva les clés du contact pour les déposer elles aussi dans la boite à gants, avant de ne la refermer. Juste au cas où la brune tenterait un énième truc stupide, qu’il ait le temps de réagir. Après quelques longues secondes de silence, perturbées uniquement par les râles et coups des charognes, James se décida à parler.

- Je crois pas en Dieu tu sais.

James croisa le regard de la femme dans le rétroviseur. Sa main libre vint chercher quelque chose à l’intérieur de sa veste. Un frisson lui parcourut l’échine lorsqu’il sentit ce qu’il cherchait. Il laissa un court silence planer, pour qu’elle n’ait le temps de comprendre.

- Jurer pour moi ça n’a aucune importance, finit-il par admettre en se tournant vers elle, son sourire toujours accroché à ses lèvres.

Il sortit finalement son flingue de son manteau, enlevant au passage la sécurité et le pointa vers elle.

- Enlève ton manteau.

Il attendait, patiemment. De par son regard, il lui faisait comprendre qu’elle avait plutôt intérêt à s’exécuter.

- Bien. Maintenant enlève ton pull. Et tout ce qui pourrait cacher chaque partie de ta peau.

James ne s’autorisait pas encore à regarder autre chose que les yeux de la jeune femme qui semblait, malgré les circonstances, vouloir garder un minimum de dignité à en juger par son menton bien levé. L’anglais secoua la tête en soufflant un rire par son nez. Elle avait perdu toute aisance à partir du moment où il avait posé les yeux sur elle. D’ailleurs, son regard se détacha des pupilles vertes pour glisser un peu plus bas. Son attention aurait dû se fixer sur la poitrine de la femme mais ce qui l’attira instantanément, c’était l’hématome qui commençait à naître sur son estomac. Instinctivement, James commença à déboutonner son pantalon. Les grognements des rôdeurs se faisaient de plus en plus insistants.

- Ton regard brille pour moi, ce que t’as dans la poitrine, c’est à moi , dit-il un sourire encore plus malsain aux lèvres Tu veux pas les faire attendre, baisse un peu ton pantalon maintenant. Pas besoin de l’enlever entièrement. Sauf si tu veux que ça soit moi qui le fasse ? la questionna-t-il faussement, le ton toujours enjoué.

James gesticula difficilement, tout en tenant en joue l’inconnue, pour finir par la rejoindre à l’arrière. Ses yeux se posèrent rapidement sur la cicatrice qui ornait la hanche de la femme. Il enroula sa main autour de la gorge de la brune, pour la forcer à s’abaisser. Il finit par ranger son arme à feu pour saisir le couteau qu’il avait choisi, baladant la pointe sur chaque parcelle de peau visible et accessible.

- À chaque fois que tu essaieras de te débattre, il y aura une goutte de sang de plus sur ce couteau, c’est bien compris ?

Il se pencha vers elle, réduisant l’espace entre leurs visages à presque néant.

- Par contre, t’as le droit de crier, de couiner et même de pleurer si tu veux.  




camo©️015



runaway baby
Before I put my spell on you. You better get away, darling because everything you heard is true • sheepirl.

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML   
Revenir en haut Aller en bas  
- Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: