The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1495
Sujet: Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML   Sam 2 Jan 2021 - 13:17
Celle qui paye son karma



J’ai le cœur qui bat à la chamade, j’ai les tempes qui tambourine au même rythme accéléré que ma respiration et j’arrive a tituber vers un mur de cette ruelle sordide pour m’y rattraper juste avant de vomir ce que contenait mon estomac façon fin de soirées difficiles. Sauf que je ne sors pas d’une fête trop arrosée, loin de là et que je suis malheureusement bien trop lucide pour me sentir bien. Je reste un moment, les mains tremblantes tachées de sang sur le mur, à ne pas oser regarder derrière moi le corps inerte d’un tir en pleine poitrine.

Je suis censée avoir plus de nerfs que ça du fait que je suis une infiltrée, traduisez par « grosse pétasse de traitresse qui vient d’entrer dans un camp pour non seulement le faire tomber mais en plus trouver les meilleurs ficèles pour détruire son leader, Connor, et aussi son potentiel ami que je trouve nulle part : Bob ». Vous voyez le tableau sans focaliser sur l’imagine de petite créature fébrile que je donne la ?

Le hic c’est que je suis pas une bond girl ni une des ces nanas de film capable de tuer en bikini comme si c’était aussi simple qu’acheter une paire de chaussure. Je suis régisseur électrique, même si je suis passée dans le monde du spectacle, je n’ai pas vraiment les prés requis pour réagir comme il le faut dans ce genre de situation. Si on m’a choisi, c’est seulement parce que mon visage était moins connu que les autres, vue que je ne sortais pas du camp, et qu’on a un moyen de pression efficace avec mon petit frère qui sert d’otage.

Tout a commencé cet après midi, dans le camping qui sert de base aux expendables. J’étais, déjà, peu rassurée de prendre contact en talkie avec le groupe des Divas du catch, celui d’où je viens et où, accessoirement mon petit frère, Mateo, se trouve. Avec Milou qui me surveille, je dois prendre mille et une précautions. J’ai senti que ca allait être plus puant que l’endroit où je me trouve actuellement quand ma Cheffe, Charlotte Flair, s’est dit très inquiète de la lenteur de mes recherches et vouloir me voir de visu.

C’est ainsi que j’ai profité que Bruce se rende a la cage pour l’accompagner. Il va souvent vers le NML pour  rencontrer des clients et il a des habitués. Une fois de plus la gentillesse du géant noir m’a fait de la peine. J’ai essayé d’avoir l’air détendue et de sourire pendant le trajet alors que le manque de sommeil, l’inquiétude et le sentiment que trahir les ennemis des divas est potentiellement très « discutable » commencent déjà à me travailler un peu trop. A peine arrivés, je l’ai laissé a ses distractions, m’inventant un besoin d’aller faire un tour coté de la zone de troc et lui promettant d’être prudente, je suis plus a un mensonge près coté promesses, pour aller vers le lieu de rdv avec Charlotte et Ronda.

La rencontre dans une arrière-cours nettoyée ne s’est pas bien passée, voir pas du tout, Charlotte trouve que je lambine car je n’ai toujours pas déniché ou se trouvait le fameux Bob. Quand j’ai suggéré que je n’étais peut être pas la bonne personne pour cette mission et que je voulais rentrer, ca n’a pas plus. Charlotte sait parfaitement menacer avec sa voix mielleuse et sa façon d’énoncer les choses. La situation de Mateo va vite se dégrader si je ne montre pas « une meilleur implication ». Elle n’a pas maché ses mots, rappelant, malheureusement, mon rôle dans son ambition de faire tomber les expendables un peu trop clairement.

Mais le vrai drame est arrivé quand elles sont parties et que j’ai réalisé mon imprudence en sortant. Je me suis retrouvée nez a nez avec un des clients réguliers de Bruce. Le genre qui aime bien rester discuter avec et qui semble apprécier le bras droit des expendables un peu trop pour que ca se passe bien avec moi. Merde… Rien qu’a sa tête, j’ai compris qu’il ne s’imaginait pas que je me suis perdu en cherchant un coin pour pisser. Et je n’ai pas eu le temps d’essayer de trouver un mensonge, il a immédiatement dégainé un : « Alex ? Tu travailles pour ses pétasses ! J’aurais dû te voir venir a des miles. T'es vraiment lesbienne au moins? Bruce est au courant ? Evidement que non… on va vite régler ce detail.»

Non non non !!! J’ai commencé à paniquer à essayer de de bredouiller des « je ne comprends pas » « j’ai rien fait » « je ne connais pas ces filles-là » et toute la panoplie des mensonges d’une coupable qui s’accroche comme elle peut a sa survie. Si dans un autre cadre, cela sait fonctionner, visiblement, lui n’est pas dupe. Il m’a attrapée le bras avec un :

« Je ne te laisserais pas faire !! Bruce et Connor vont être ravis de savoir qu’ils ont une espionne chez eux. Et moi je vais te faire cracher tout ce que tu sais pour enfin coincer ces morues...  »


C’est la que tout s’est emballé, je me suis débattue avec l’énergie du désespoir, il a voulu me maintenir, on a basculé dans cette ruelle, il s’est pris un coup dans les valseuses pendant que j’essayais de me dégager, lui a sorti son arme j’ai bondi sur lui, sans réfléchir, pour essayer de le pousser, le coup est parti sauf que c’est lui qui est resté bouche bée a me regarder sans comprendre avant de tomber, inerte, sur moi. J’ai repoussé frénétiquement son corps avant d’être prise de nausée et d’en arriver a maintenant.

Je ne suis pas une tueuse de sang-froid, j’ai, en plus, eu la peur de ma vie car je viens de passer a un cheveu de la mort de mon frère en me faisant dénoncer et je n’arrive pas a rassembler mes idées pour savoir ce qui doit être fait. Je tremble de partout en essayant de me reprendre. Une chance que cette histoire reste dans cette ruelle ? Pour le moment je pense encore que mon seul souci va etre de faire disparaitre le cadavre et je n’ai pas encore vu qu’un homme dans l’obscurité n’a rien manqué de la scène. Quand le karma ne veut pas …





Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
James Gray
James Gray
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Devil's Rejects
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 208
Sujet: Re: Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML   Mer 6 Jan 2021 - 22:39
Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML

Alex
&
James
Il tournait en rond, comme un lion en cage. Mais le lion n’avait jamais choisi de s’enfermer volontairement. James, lui, avait décidé de rester à Seattle. Il avait volontairement intégré un groupe qu’il ne pouvait quitter sous peine de perdre la vie. C’était l’attrait de la nouveauté, du challenge que cela représentait. Il faisait ses premiers pas dans ce groupe de pilleurs sans foi ni loi ; il avait finalement trouvé des survivants de sa trempe. Avec eux, il n’avait plus besoin de jouer à l’homme innocent, plus besoin de feinter la légitime défense lorsqu’il tuait quelqu’un. Il pouvait le faire lentement, en savourer chaque instant et se délecter de voir l’espoir et la vie quitter les yeux de ses victimes. Pourtant, en s’engageant chez les Devil’s rejects, en optant de s’ancrer à Seattle ; l’anglais avait du faire un compromis. Et pas des moindres. L’escort boy ne pouvait plus être libre sur le choix de ses martyres. Avec la politique chancelante qui régnait dans la ville, il devait se faire discret. Il ne pouvait pas s’en prendre à n’importe qui. Il devait s’en remettre au hasard, se contentant de vulgaires voyageurs itinérants, lui qui aimait tant apprendre à connaître ses proies ; pour lire la déception de la trahison plus encore que la peur sur leurs visages.  

S’il avait réussi à trouver des alternatives en se fixant des objectifs de tortures morales sur certains rescapés, James devait avouer que ses lames le titillaient, elles qui ne demandaient qu’à retrouver la chaire chaude. Alors, il passait beaucoup de temps au No man’s land, à la recherche de son exutoire, de badauds seuls, sans attache. Aujourd’hui encore, il était là. À saluer les têtes connues, à approcher les nouvelles. Son sourire presque commercial toujours aux lèvres et son air avenant qui ne le quittait que très rarement lorsqu’il était dans cet entrepôt.  Son regard passait, venait sur tout le monde. Lorsqu’il était garde du corps, il avait appris à repérer les comportements inhabituels pour devancer toute menace potentielle. Loin d’être mentaliste, James savait tout de même déchiffrer le langage corporel, surtout quand la personne n’était pas habituée à le dissimuler. Il lui aurait fallu être privé de tous ses sens pour ne pas la remarquer. Cette petite brune aux yeux clairs qui transpirait la fatigue et surtout l’inquiétude ; ce qui était probablement étroitement lié. Elle pourrait passer inaperçue pour un œil totalement désintéressé. Seulement voilà, James était tout sauf indifférent à ceux qui l’entouraient. Il la suivit tout un moment du regard, elle donnait l’impression de savoir où aller, sans réellement porter une attention particulière aux choses et autres posées sur les étales. Il n’irait pas jusqu’à dire qu’elle fonçait tête baissée mais son attitude était bien différente de celle des autres. Puis, d’un coup, elle disparue derrière une porte. L’anglais fronça un instant les sourcils. Il ignorait où elle allait ni même ce qu’elle voulait mais elle avait éveillé sa curiosité. Cette curiosité malsaine qui lui soufflait qu’il y avait peut-être quelque chose à creuser. Alors, d’un pas nonchalant, sans se presser, James se dirigea vers cette fameuse sortie. Sa désinvolture n’interpella personne, ces traîne-misère qui peuplaient le No man’s land ne cherchaient pas plus loin que ce que leurs yeux pouvaient voir.

L’anglais stoppa néanmoins son pas à quelques mètres de la sortie, à l’instant où un autre homme s’extirpa. Il attendit quelques longues secondes avant de lui emboiter le pas, le brouhaha ambiant couvrant largement celui des siens.  Il s’éclipsa de l’entrepôt avec toute la discrétion dont il pouvait faire preuve et se faufila allégrement derrière les nombreuses bennes. L’homme interpella l’inconnue, beuglant sur elle, l’attrapant par le bras. Si James ne comprenait pas vraiment où l’homme venait en venir, ne connaissant ni les tenants ni les aboutissants, il n’en perdait pas une miette. Tapis dans l’ombre, il tendait l’oreille, retenant chaque mot, chaque nom. Il sentait ses lèvres s’étirer en un sourire satisfait. Sans vraiment le vouloir, il venait de récolter de précieuses informations dont il saurait se servir. La suite, par contre, ne manqua pas de le surprendre. Tout se déroula très rapidement et, un coup de feu plus tard, l’homme se retrouva à baigner dans son sang. James sentit ses muscles se tendre, non pas par angoisse mais plus par enthousiasme. Parce que le comportement de l’inconnue rendait fébrile le fou en lui. Si elle semblait inquiète quelques minutes plus tôt, elle était maintenant clairement en état de choc.  Elle paraissait en proie au stress, au traumatisme même. C’était visiblement le contrecoup de cette montée d’adrénaline. Tremblante, vomissant, elle lui faisait étrangement penser à un pauvre écureuil secoué par le choc. Frêle, à la merci du premier chasseur venu.

James se redressa, les épaules bien dégagées en arrière, le menton bien haut. Son sourire satisfait se transformait petit à petit en un sourire perfide alors qu’il avançait lentement vers la jeune femme. Elle ne l’avait pas encore remarqué et lui, il sentait l’excitation du moment lui tordre le ventre et ses poils s’hérisser sous son manteau. Il marchait vers elle, tel un animal sauvage s’approchant de sa proie. Sauf que dans les yeux d’un animal, on ne pouvait pas voir cette lueur machiavélique danser. Et l’animal, lui, ne s’amusait pas avec sa proie. Pourtant, pour James, c’est à ce moment précis que le jeu pouvait commencer. Et il se plaisait à penser que bientôt, l’inconnue aurait préféré avoir affaire à un animal sauvage. Parce que l’attaque ne durait jamais dans le temps. Lui, le temps, il allait le prendre. En savourer chaque minute.

Il était maintenant suffisamment prêt, entre elle et le corps au sol. Il n’avait que faire de savoir que la brune tenait encore l’arme à feu dans sa main. Elle n’avait pas l’air d’être le genre à pouvoir tuer quelqu’un de sang froid.  Si une simple balle l’avait mise dans cet état, il ne faisait aucun doute pour l’anglais qu’elle ne réitérerait pas de suite. Alors, l’anglais se racla la gorge, pour se manifester. La tueuse du dimanche sursauta, telle la parfaite coupable prise la main dans le sac, avec l’arme du crime encore chaude.

- Si on veut faire taire quelqu’un, faut faire les choses jusqu’au bout

Sa voix était calme, son air était froid. Ses yeux, qui ne mentaient nullement sur la vilenie qui l’habitait, étaient fixés à ceux de la jeune femme. Et, comme pour imager ses mots, il se rapprocha du corps étendu au sol. Son pied vint violemment heurter le crâne de l’homme qui fût agité d’un soubresaut alors qu’il  tentait de se retourner sur le ventre, peut-être pour ramper ou cherchait-il seulement une autre arme.

- Tu vois, ça bouge encore.

L’escort boy déshumanisait totalement ce corps au sol qui semblait vouloir communiquer ou plutôt appeler à l’aide. James se rapprocha de l’inconnue, posa alors sa main dans le dos de la jeune femme et donna une impulsion, pour qu’elle ne se rapproche de l’homme ensanglanté.

- Vas-y. Achèves le avant qu'il soit trop tard.  

Maintenant, sa voix trahissait son amusement.

- Ça serait vraiment… Dommage si Bruce et Connor venaient à apprendre que t’es une espionne qui bosse pour les pétasses, tu crois pas ?

Cette fois-ci, il avait presque murmuré cette phrase, pour lui faire comprendre que maintenant, c’était un secret qu’ils partageaient, qu'il avait en sa possession. James n’avait aucune idée de qui pouvait bien être ces fameuses pétasses mais il connaissait le nom de Connor et son statut au sein des groupes de Seattle.


camo©️015



runaway baby
Before I put my spell on you. You better get away, darling because everything you heard is true • sheepirl.

Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1495
Sujet: Re: Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML   Jeu 7 Jan 2021 - 22:25
Celle qui est pas rassurée


J’essaye de me calmer, de reprendre pied et de retrouver, au moins, un semblant de contenance, car il va bien falloir que je donne le change, surtout auprès de Bruce, si je veux retourner a la Cage. Je n’arrive pas a maitriser les tremblements qui secouent tout mon corps, mon souffle court et cette envie presque irrépressible de me mettre en boule et ne plus bouger en attendant que je me réveille de ce cauchemar quand un raclement de gorge me fait sursauter.

Je me retourne avec un air de chien de prairie devant un prédateur et découvre que je ne suis pas seule dans cette ruelle. Il y a un homme en face de moi dont le regard ne me rassure pas. Comment j’ai pu me relâcher au point de me laisser approcher autant par un inconnu. Le fait que je sois surprise dans une situation « de faiblesse », qu’il est pu voir ce qui s’est passé avant, que je sois loin de toute personne susceptible de m’aider s’il a de mauvaises intentions, ou juste cette lueur dans ses yeux qui me donne la chair de poule. C’est un bel homme, surement un peu trop propre sur lui si j’étais en état de raisonner, mais ce n’est pas ca qui m’interpelle le plus. Il y a quelque chose dans son attitude, son air calme alors qu’il vient d’assister à un meurtre ou son assurance, qui m’alarme sans que je ne sache pourquoi.

Je regarde sans comprendre le cadavre au sol qu’il me désigne et avise qu’il essaye de bouger non sans un nouveau sursaut. Bon sang, qui a mis un trampoline dans mes chaussures. Il n’est pas transformé… il est juste… pas mort !!! Je ne suis toujours pas en état de savoir si c’est un soulagement ou pas. Le client de Bruce en sait trop, il ne doit pas survivre si je veux sauver Mateo, sauf que… je ne suis pas une tueuse. Déjà je me trouve pas très douée en espionne et catastrophique en mercenaire. En vrai je suis électricienne, sur mon CV il y avait pas écrit 007 en jupette. Je sursaute encore quand l’homme lui donne un coup de pied et, par instinct, je pointe mon arme vers lui. Merde, je tremble tellement que même a bout portant, que cela soit celui au sol ou celui en face, je suis capable de le louper. Impossible de réunir mes pensées dans quelque chose de cohérent et je ne fais rien pour l’arrêter quand il pose la main sur mon dos pour me pousser vers ma cible. Ce contact me donne un frisson d’effroi. Je m’en veux d’être aussi faible et de ne pas savoir le cacher.

Quand il évoque les divas et, surtout, Connor et Bruce, je me fige et lui adresse un regard ou doit se lire autant la peur que la résolution. Qui que soit cet homme, c’est un danger pour Mateo. Cela m’aide a me reprendre et après une bonne respiration, c’est avec le masque de la froideur que je pointe l’arme vers l’ami de Bruce pour lui tirer trois balles dans le ventre. En fait, je visais la tête, et la 4e je ne sais pas ou elle est partie. Avec un regard de bête traquée et sans aucune idée de savoir s’il reste des balles dans le chargeur, je pointe l’arme sur l’inconnu en lui demandant :

« Qui es tu et, surtout, que veux tu ? »

Je n’ose pas tirer quelque chose dans son attitude trop sûr de lui me bloque. En plus, je même si j’essaye de donner le change, j’ai de nouveau la nausée à l’idée de tuer encore, ensuite, parce que si c’est un ami de Charlotte, cela peut couter cher a Mateo.





Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
James Gray
James Gray
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Devil's Rejects
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 208
Sujet: Re: Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML   Mar 12 Jan 2021 - 22:05
Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML

Alex
&
James
Un frisson ardent lui parcourut l’échine. Son esprit malsain n’était qu’entrain de se repaître de cette situation qu’il venait d’intensifier. Comme attiré par l’odeur du sang et de l’appréhension, il  était sorti de sa cachette. James aurait pu demeurer à l’abri, caché là derrière ces bennes, feindre qu’il n’avait rien vu, rien entendu mais alors, il aurait été privé de ce délice. Et l’anglais n’était pas du genre à se refuser un tel plaisir. S’il ne savait pas encore où est-ce que tout cela allait le mener, il savait cependant qu’il trouverait forcément comment rendre les événements d’autant plus plaisants. Lui qui s’amusait de la détresse des autres, qui se nourrissait de la peur d’autrui. Il avait toujours entendu que la fin justifiait les moyens. C’était sa faim qui justifiait ses moyens.

L’escort boy ne chercha même pas à retenir le rire cynique qui sortit de sa bouche alors que l’inconnue pointait son arme sur lui pour la première fois. Il aurait dû sourciller, il aurait dû être sur ses gardes ou simplement essayer de dégainer lui aussi son arme mais il n’en fît rien. Il se sentait en position de force. Bien trop sûr de lui et de sa grossière analyse comportementale de la jeune femme, il se contenta de la pousser allégrement en direction du corps qui s’accrochait à la vie. Et c’est avec un nouveau sourire de satisfaction aux lèvres qu’il constata qu’il ne s’était pas trompé. Elle n’essaya même pas de l’arrêter dans son geste, sans doute encore trop secouée. Tant par sa présence que par cette tentative de meurtre ratée. James prit alors appui sur une jambe, croisant les bras, donnant à son visage des traits d’impatience, alors que son pied tapait frénétiquement sur le sol. Il avait hâte de voir si elle allait l’achever, comment elle allait s’y prendre. Elle lui offrit un spectacle aussi ridicule qu’amusant, tirant nerveusement quatre balles à la suite dont trois qui atteignirent le torse de l’homme. La quatrième ricocha sur le bitume. Avec de grands gestes lents, James se mit à l’applaudir pour cette scène grotesque. Il s’apprêtait d’ailleurs à lui faire remarquer qu’elle avait presque fait un strike avec ses munitions mais que la quatrième était hors-jeu lorsqu’elle se décida à le tenir en joue, une deuxième fois.  

James ne bougea pas d’un cil, gardant même son air amusé. Il était encore intimement persuadé qu’il ne s’était pas trompé, qu’il n’avait pas affaire à une tueuse au sang froid. Il refusait de laisser une peur insidieuse s’installer dans son esprit alors que sa proie tremblante lui faisait face. Alors, l’anglais haussa les sourcils en inclina la tête, l’interrogeant du regard. Jusqu’à ce qu’elle ne le questionne sur son identité et ses motivations. C’était sans doute sa deuxième erreur de la journée.

- T’as vraiment besoin de savoir qui je suis avant de me tirer dessus ?

Si on n’était pas quelqu’un qui avait l’habitude de tuer, on ne sondait pas sa future victime. Connaître l’identité de la personne pouvait nous faire changer d’avis. C'était plus facile de tuer quelqu'un d'anonyme. C’est bien pour cela que beaucoup conseillaient de dévoiler le plus de choses personnelles à son possible exécuteur pour implanter une sorte de doute, de regret peut-être dans son cerveau.

- Vises bien la tête cette fois, juste ici dit-il en appuyant sur l'espace entre ses yeux avec son index, pas comme avec la chose au sol qui va se relever d’ici… quelques heures tout au plus.

Il avança d’un pas, pour se rapprocher encore un peu plus du canon.

- Mais fais attention, tu pourrais y prendre goût !

James fît claquer sa langue sur son palais, conservant son allure fière. Il leva ses deux mains en l’air pour imager qu’il était prêt à se faire tirer dessus. Il laissa quelques longues secondes s’écouler, le temps pour elle de répondre ou d'agir, avant de ne les abaisser.

- C’est bien ce que je me disais

Il se détourna alors, sans aucune gêne et s’accroupit près du corps. Il tâtonna l’arrière de son jean, où il finit par saisir l’un de ses couteaux. Et, après l’avoir sortis de son étui, il l’enfonça lentement mais fermement à l’intérieur d’une des oreilles. Tout en faisant ça, il continuait de fixer la brune, les lèvres toujours étirées. Il extirpa son arme tout aussi lentement. Il secoua sa lame dans le vide, laissant échapper ci et là quelques gouttes de sang frais.

- Qui je suis ? Tu le sauras bien assez tôt. Je peux être la personne qui t’aide à faire disparaître ce corps comme ton pire cauchemar. Ou peut-être les deux. Sûrement les deux.

Il se redressa finalement après avoir pris soin de fouiller les poches du corps inerte.

- Et il y a beaucoup de choses que je veux. En commençant par toi lâcha-t-il en la détaillant sans vergogne



camo©️015



runaway baby
Before I put my spell on you. You better get away, darling because everything you heard is true • sheepirl.

Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1495
Sujet: Re: Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML   Mar 12 Jan 2021 - 23:47
Celle qui n'est pas une victime (ou pas)


Je ne suis pas sûre de ce qui se passe, de qui est ce type, mais il y a quelques choses en lui qui me tétanise presque. Je n’arrive pas à définir ce qui me gêne le plus, son assurance, le fait qu’il semble s’amuser de la situation ou surtout que je ne sache pas qui il est. Une part de moi me hurle qui faut que je le tue, pas de témoin, pas de problème !!! Charlotte ne le saura jamais s’il est lié de près ou de loin a son organisation. Mais je ne suis pas une tueuse de sang-froid, je ne suis même pas remise de l’homme mort au sol et j’ai l’impression qu’il a deviné ma faiblesse.

Avec une assurance injurieuse a mon état presque fébrile, il me nargue presque en avançant vers moi alors que mon arme est braquée vers lui. J’essaye de me reprendre et d’avoir l’air déterminée, mais, une fois de plus, le tremblement de mes mains me trahis. J’ai cette affreuse sensation d’être une souri devant un chat sans possibilité de repli. Si prendre la fuite m’effleure, je suis encore en état de réaliser que faire ça, c’est tuer Mateo. Il n’aura qu’a aller voir Bruce ou Connor et tout leur raconté, fin de l’histoire pour les Lockwood.

Je sursaute presque quand il ouvre la bouche. Il est calme. Trop. Cela ne fait que renforcé la tension qui est déjà bien trop haute en moi. Oui j’ai besoin de savoir pour trouver une échappatoire, une excuse, n’importe quoi pour contourner ce cauchemar. C’est moi ou il se moque ? J’ai l’air si fragile que ca ? Non !! Je ne le suis pas !! J’ai tué un homme monsieur l’inconnu !! Je suis acculée !! Je reste figée quand il m’indique où viser, comme s’il me parlait dans une langue inconnue. Je le regarde comprenant sans comprendre. Il joue… il joue avec moi, et je ne sais rien faire pour me sortir de là.

Instinctivement, je me recule quand il avance et réalise que j’ai peur. Cet homme me fait peur. Il est beau, il a un visage souriant, mais il y a une froideur en lui qui me pétrifie presque. Tout en moi me hurle que je suis en danger et pourtant, je suis comme si on m’écrasait la cage thoracique, le souffle court, toute mon énergie concentrée sur juste rester debout avec un air visiblement pas très impressionnant. Je me maudis quand il finit par me faire comprendre qu’il avait deviné ma faiblesse.

Je le regarde, incapable de réagir quand il va s’assurer que le cadavre ne se relève pas, le suivant du canon de mon arme tout en l’écoutant. Je sens le panique monter quand il se présente, car je devine que ce ne sont pas que des mots. Quand il me dit ce qu’il veut et que je sens ses yeux presque glisser sur moi, j’ai un déclic suivi d’un autre déclic. Je veux survivre, je suis un battante ! Je me reprends assez pour tirer dans sa direction, avec un air déterminé, en espérant que je vais toucher.

« Désolé, on a pas toujours ce qu’on veut ! »


Et je vais bientôt prouver a quel point c'est vrai. Car, mise à part un « clic » dans le vide, il ne se passe pas grand-chose. Plus de munitions ou armes enraillées ? Merde !!! Je retente idiotement, comme si ca allait changer la donne, avant de rester à regarder, incrédule, l’arme qui m’a trahie.



Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
James Gray
James Gray
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Devil's Rejects
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 208
Sujet: Re: Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML   Jeu 14 Jan 2021 - 13:31
Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML

Alex
&
James
Inébranlable, il continuait de tisser sa toile autour de l’inconnue, l’y emprisonnant lentement. La chasse venait de commencer et la capture était déjà à portée de main. Il n’avait qu’à tendre le bras et y refermer ses griffes pour qu’elle ne devienne sa captive. Du moins, c’est ce qu’il pensait. James était sûr de lui, bien trop sûr. Il avait toujours été comme ça et l’idée qu’il puisse se tromper ne lui effleurait même pas l’esprit. C’était elle. C’était sa future victime, son nouveau jouet. Il l’avait choisi, il avait décidé ça à l’instant où ses yeux s’étaient posés sur elle et qu’il s’était imprégné de son désarroi qui ne lui était, de base, pas destiné. L’anglais n’abandonnait jamais. Il ne restait jamais sur un échec, il atteignait toujours ses objectifs, d’une façon ou d’une autre. Et malheureusement pour la jeune femme, elle était sa nouvelle aspiration. James était tel un traqueur, il la poursuivrait avec acharnement, sans relâche.

Il n’avait même pas besoin de se faire passer pour ce qu’il n’était pas afin de découvrir la faiblesse de la brune. Elle le lui avait offert, sans le vouloir et lui il avait accueilli ce cadeau à bras ouverts. C’était bien trop rare de ne pas passer par la case chevalier servant pour ne pas qu’il en profite. Alors, il fanfaronnait déjà. C’était grisant. Chaque mot, chaque respiration, chaque sursaut, chaque geste qu’elle faisait ; James l’absorbait. Il se délectait de cette entrée, impatient d’arriver au plat principal. Il ne cherchait même plus à lui cacher ses intentions. Il la terrifiait. Elle l’amusait. S’il faisait un pas, elle en reculait de deux dans l’espoir, sans doute, vain de créer un gouffre entre eux. Une délicieuse dynamique qui ne devait pas s’inverser.

Mais c’était sans compter sur le stupide instinct de survie de la jeune femme. Elle pointa une énième fois son arme à feu sur James. Fidèle à lui-même, il ne vacilla pas. Persuadé qu’une fois encore, elle n’irait pas au bout de son geste. Il la scruta un instant avant que son regard ne se pose sur ses mains. Quelque chose avait changé. Son air paraissait plus déterminé ou plutôt, moins nerveux. Ses mains ne tremblaient presque plus. Sa voix même semblait plus assurée. Une personne normale aurait sans nul doute comprit qu’elle était sérieuse, aurait senti la peur prendre possession d’elle. Mais James n’était pas le genre qu’on rangeait dans la catégorie « normale ». Bien-sûr, le corps du britannique réagit. Mais c’était un exquis embrasement qui s’opérait à l’intérieur. À mi-chemin entre l’excitation et la colère, la folie qui bousculait son raisonnement. Allait-elle le faire ? James cligna des yeux, juste au moment où elle appuya sur la détente. Il rouvrit les yeux pour les fixer sur ceux de l’inconnue. Il était plus vivant que jamais.

- Oh comme c’est dommage. Tu voulais me tuer ? Un deuxième homme en moins de trente minutes, comme ça ? Quelqu’un de désarmé en plus ?

Si son visage restait souriant, il savait que ça n’allait pas durer. Dans son corps, il y avait une course effrénée qui s’opérait. Ça venait de faire tilt. Il sentit son sang bouillir dans ses veines comme si des fleuves de magma avaient remplacé ses vaisseaux sanguins.

- Tu viens de commettre ta troisième erreur de la journée, tu as de la chance c’est pile mon seuil de tolérance.

Son sourire s’effaça peu à peu alors qu’il s’approchait à pas de loup de l’inconnue. Et, dans mouvement agile, il attrapa l’avant-bras de la brune. Sa main se referma autour de son poignet, plus fort que de raison. Il la serrait si fort, il voulait entendre ses os craquer. De sa main libre, il saisit l’arme qu’il jeta sur le sol, près du cadavre. Toute trace de sourire avait maintenant disparu, ses traits se transformaient, déformant son visage d’une profonde colère. Sous son impulsion, il la força à reculer. Il la poussa violemment, heurtant l’arrière de son crâne contre le mur derrière elle. Il l’écrasait de tout son poids, la bloquant entre son corps et le mur. Sa main était toujours scellée à son poignet. Son visage n’était qu’à quelques courts centimètres du sien, ses yeux bleus plongés dans les siens.

James serrait la mâchoire, enfouissant tout au fond de lui ses envies, son besoin de meurtre. Il ne devait pas abîmer son nouveau jouet. Il avait bien d’autres desseins en tête. Elle tiendrait le rôle principal de cette pièce de théâtre néfaste dont il serait l’auteur. Il allait la pourrir jusqu’à ce qu’elle ne regrette. C’était ce qu’il se répétait pour faire redescendre la tension qui gagnait du terrain en lui. Alors, d’un coup, il desserra la mâchoire, affichant à nouveau un demi-sourire. Il n’y avait que dans son regard maintenant que l’on pouvait y lire sa hargne. Sa main libre vint se poser sur le visage de la brune, le caressant, l’effleurant de ses doigts.

- Il se cache quoi dans cette jolie petite tête ? lâcha-t-il à voix basse.

James s’interrogeait sur ce brusque retournement de situation. Il se demandait à quel moment, à quelle pensée précise l’inconnue avait changé d’avis.

Sa main remonta doucement jusqu’aux tempes de sa proie pour se loger dans ses cheveux. Il décala légèrement son visage, pour placer sa bouche au creux de l’oreille de la brune.

- Tu vas vite apprendre que moi, j’obtiens toujours ce que je veux.

Il avait déclaré ça dans un murmure glacial, caressant la peau de la femme par son souffle chaud. Sa main se baladait dans la chevelure foncée jusqu’à ce que ses doigts ne s’y referment, s’enroulant autour de plusieurs mèches. Puis il tira, brutalement. L’entraînant dans son sillage pour finalement la balancer lourdement sur le corps inerte au sol.

- Tu vois, je voulais être sympa. Je voulais t’aider. Parce que je me dis que si je vous ai vu sortir tous les deux, d’autres personnes ont pu vous voir. Alors maintenant, tu fais quoi de ça ? Tu ne peux pas le laisser là. Tu veux que j’aille demander à Bruce de t’aider ? Ou Connor peut-être?

Debout, il s’était positionné juste au dessus d’elle, pour la surplomber. Il ouvrit sa veste pour y sortir son couteau fétiche, laissant le bout de ses doigts se balader sur la lame. Et il la fixait, encore et toujours. Dans l’attente d’une réponse, d’une quelconque réaction.    




camo©️015



runaway baby
Before I put my spell on you. You better get away, darling because everything you heard is true • sheepirl.

Revenir en haut Aller en bas  
Alex Lockwood
Alex Lockwood
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables | Mercenaire
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1495
Sujet: Re: Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML   Jeu 14 Jan 2021 - 15:44
Celle qui aggrave son cas


Je réagis, malheureusement un peu tard, quand il me dit que je viens de faire ma 3e erreur et que je percute que j’ai un problème bien plus grave que de savoir pourquoi l’arme n’a pas tiré. Il était déjà terrifiant avec son calme et son sourire, mais les voir disparaitre pour laisser la place a son visage de prédateur qui attaque m’affole.

Mon instinct me hurle de fuir sans plus de questions, tant pis pour la suite, mais je n’ai pas le temps d’esquisser un mouvement pour prendre la fuite que l’homme arrive sur moi. Il m’attrape le poignet et commence a le serrer jusqu’à m’en arracher un gémissement de douleur. J’ai beau me débattre pour essayer de me dégager, la peur, la douleur et aussi cette espèce de puissance qu’il dégage, me cloisonnent dans le rôle de victime et me rendent aussi efficace qu’une souri la patte prise dans un piège.

L’arme a feu est arrachée de mes mains plus facilement que si j’étais une fillette tenant une sucette. Il me pousse en arrière et ma tête heurte le mur de la ruelle, m’arrachant une nouvelle grimace de douleur mêlée a la panique. Je me retrouve acculée entre lui et le mur, incapable de me dégager de son corps qui écrase le mien. Je ne me considère ni faible, ni fragile, mais ma lutte semble vaine contre celui qui me maintient avec une poigne d’acier. Je m’immobilise, les yeux plongés dans les siens, son souffle bien trop près de mon visage. Je comprends rapidement qu’il est en train de se nourrir de ma peur et j’essaye de ne pas détourner le regard. Je tente de prendre un air résolu et ne lui offre pas le plaisir de supplier ou pleurer. J’essaye de me persuader que j’attends juste le bon moment pour agir et que la partie n’est pas encore gagnée.

Je frissonne malgré moi quand un début de sourire apparait, a nouveau, sur ses lèvres. Je suis absolument catégoriquement certaine de ne pas avoir envie de savoir quelles pensées suscitent son amusement. Je dois faire un terrible effort pour ne pas détourner le visage quand je sens ses doigts me caresser et ne pas montrer une nouvelle vague de peur qui m’agite a imaginer ce qu’il a derrière la tête. Quand il me demande ce qui se cache dans mon crane, au lieu de me taire, je crache presque :

« Tu le saurais tu serais déjà en train de décamper en pleurant. »


Oui, c’est toujours très malin de provoquer une personne dangereuse quand on est a sa merci, surtout avec une repartie de bac a sable. C’était ca ou un « j’vais l’dire à mon popa et tu vas voir ta gueule a la récrés ». Mais je ne veux pas qu’il sache à quel point je me sens impuissante et que j’ai peur de lui.

J’ai presque un haut le cœur de sentir son souffle contre mon oreille m’annoncer une vérité qui sonne trop juste au regard de ma position. L’effort que je dois faire pour ne pas pleurer est colossale et le rythme de mon cœur doit me trahir sur l’effroi qui me gagne. Avec une douceur presque trompeuse au regard de son regard froid, il m’attrape les cheveux, puis, sans prévenir, d’un geste vif, m’entraine, la tête la première vers le cadavre. Après un bref un cri de surprise je m’effondre sur le corps inanimé avant de me dégager avec des gestes précipités et désordonnés. Je me retrouve sur les fesses, au sol, alors qu’il se dresse devant moi pour achever tous mes espoirs de m’en sortir sans casse. Je recule sans changer de position et palis quand il sort un couteau. Je serre la mâchoire et regarde le corps et puis lui, refusant de lui donner le plaisir de pleurer ou quoique ce soit d’autre. Je me contente de lever le menton avec provocation :

« Je vois, monsieur est un altruiste qui vole au secours de la veuve et de l’orphelin et qui milite pour le nettoyage des rues. C’est rare de nos jours autant de bienveillance.»


J’essaye d’avoir l’air d’une dure a cuir qui n’a pas peur, mais je tremble de partout. Gagner du temps… voila ce que je veux… j’ai un couteau de caché dans ma manche, si j’arrive a l’attraper avant qu’il ne me saute dessus, je pourrais peut être le planter… oui… voila. Sentir le manche contre ma paume me redonne de l’espoir. J’essaye de sourire avec cynisme malgré ma posture d’infériorité.

« Et tu crois que Bruce et Connor seront contents de savoir que tu me malmène après avoir tué un de leur ami ? »





Codage par Libella sur Graphiorum


La vie n'a rien de magique
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML   
Revenir en haut Aller en bas  
- Mieux que Disneystore pour trouver des jouets: le NML -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: