The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment :
-20€ dès 299€ en plus des SOLDES
Voir le deal

On m'appelle le chevalier noir je cours et je vole au massacre de mechants
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Isha Cornwell
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Exiles | Chasseur de primes
Bad Boy Sensible
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3546
Sujet: On m'appelle le chevalier noir je cours et je vole au massacre de mechants   Ven 1 Jan 2021 - 3:23
Celui qui se prend pour Batman



Je fais craquer mes articulations, c’est looooooong putain. Je suis accroupi sur les toits avec la classe des comics, dans mon costume Dead Pool tout propre, c’est Allia qui me la laver, avec les croutes de sang, ca tenait trop debout, elle a dit qu’au nez on allait finir par me confondre avec un zombie.
Bref, cette position, en BD, c’est bien, mais en vrai, en hiver, sous une espèce de crachin glacé, c’est la la fête de la saucisse. Je dirais même loin de là. Faut dire qu’en bonus, l’épilation de la Ruby aide pas a tenir chaud. Je sais bien que quand les buissons sont bien taillés, l’arbre parait plus grand, mais pour le coup, avec ces températures de merde, l’arbre il me la fait « droit de retrait », le genre d’humour que si on est pas RH on ne sait pas comprendre.

Ah… vous vous demandez ce que je fous en pleine nuit, sur un toit, en costume de Dead Pool, a guetter une rue sous une espèce de flotte qui ressemble plus a de la neige fondue ? C’est vrai que, depuis le temps que j’attends, j’avoue que je me pose aussi la question. Mais vu qu’on dirait qu’on a du temps, et que j’en ai marre de ruminer avec le lendemain de la fête de Noel à la cage, laissez moi vous invoquer mon « droit de flash back » !!!

Alors c’était tantôt, a la cage, je me battais comme a mon habitude, guettant les gestes de Warrington ou Bill pour savoir quand me coucher, bref le train train quotidien quoi. Je me remettais du foirage incompréhensible avec Pepper Potts a coup de tatane, c’est une méthode discutable, mais au moins je ne suis pas en train de penser a me défoncer. Quand je suis allez récupérer les gains, c’est la que j’ai entendu des types parler de chargement de valeur, de convois secrets devant passer dans telle rue pour récupérer la marchandise et de plein de trucs comme dans les films avec un « faut que personne ne nous entende parce qu’il y a des débiles qui attaquent les convois. ». Ne sachant pas que Sam et les siens le font aussi, moi, de suite, je ne pense qu’a un truc : C’est la bande a Batman, le truc d’Allia et papa, qui sont en train de se tailler une réputation.

Ni une ni deux, j’ai voulu prendre  le talkie pour prévenir ma bro et savoir si j’avais le droit d’aller tuer des gens ou pas, mais comme elle répondait pas, fallait bien prendre une décision. Du coup, j’ai chopé mon costume et avec moi de facilité de superman, j’ai trouvé un petit coin pour me débattre avec et l’enfiler avant d’aller prendre la pose a Batman et guetter.

Je ne sais pas encore ce que j’attends, mais on a un principe dans la bande a Batman, on vole aux riches pour donner aux pauvres, enfin, a Johanna et MA en ce qui me concerne. Je commence a voir du mouvement, y’a des gens qui arrivent avec un paquet qui semble assez important, surement le paiement et une camionnette qui vient a leur rencontre, allez savoir ce qu’il y a dedans. Les mec parlait de bonne qualité et de fraicheur garantie, a tous les coups c’est un trafique de chicons ou de betteraves cette affaire. Putain, trop bien on se croirait vraiment dans un truc de super héros !! Si seulement le Milou était là !! Enfin, là, c’est pas place to be non plus. D’ici je ne vois pas bien ce qui se passe, il fait nuit et le masque est pas top coté visibilité, aussi je décide de descendre discrètement et me rapprocher.




Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Emilie Knox
Emilie Knox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Medic | The Exiles
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 347
Sujet: Re: On m'appelle le chevalier noir je cours et je vole au massacre de mechants   Ven 1 Jan 2021 - 15:31



Un mois quasiment s’était écoulé depuis la dernière fois qu’elle avait mis les pieds au NML. Ça s’était passé lors de la soirée organisée par Bill, et surtout ça ne s’était pas super bien terminé. Entre temps Emie avait réussi à s’occuper l’esprit comme elle avait pu, tentant sans y arriver d’oublier celui qui avait voulu la prendre pour une conne, comme tant d’autre finalement. Elle était allée couper du bois avec Caleb, avait passé le réveillon de Noël avec ses amis et tenté de délivrer son cœur en passant une nuit en tête à tête avec Lily. Pas sûr pour autant que ça lui avait fait du bien, mais elle avait pu mettre des mots sur ce qu’elle ressentait et c’était déjà un grand pas en avant.

Bref, la nouvelle année avait commencé fort pour la sage-femme qui fut mandatée pour effectuer une mission au NML. Enfin une mission, elle avait surtout été envoyée pour accompagner deux livreurs. Elle n’avait pas trop posé de questions, et d’ailleurs il faudrait qu’elle prenne l’habitude de le faire pour éviter toute mauvaises surprises à l’avenir. Mais en gros, on lui avait demandé de venir pour récupérer un peu de matériel médicale contre des vivres et autres productions made in TH. Après les événements passés à George, les blessés avaient été nombreux et les soigner avait amoindri le stock. En gros, ça semblait être une « mission » des plus banales.

La journée avait passé à une vitesse folle et Emilie avait sentis son cœur se serrer à chaque fois qu’elle se remettait à penser à lui. Elle était finalement contente de ne pas l’avoir croisé, elle n’aurait pas été sûr de savoir quoi lui dire, ni même si elle avait vraiment eu envie de le recroiser. Si, mais si, bien sûr que si elle avait secrètement espéré le revoir. La nuit était tombée et c’est là que la sage-femme commença à se douter que toute ces histoires d’échanges en pleine nuit dans une ruelle c’était quand même très étrange. Après, leurs collaborateurs n’avaient peut être pas pu se libérer avant. Oui, naïf hein.

Elle attendis alors sagement dans la camionnette accompagnée de deux membres de son groupe. Enfin, les acheteurs se présentaient à eux. Des types louches, mais qui ne l’était pas vraiment à faire du troc à une heure si tardive finalement. Ses compagnons sortirent pour aller ouvrir le coffre, elle était vraiment pas rassurée et suivait la scène depuis la fenêtre ou un de leur prétendu acheteur se cala, la regardant droit dans les yeux, un sourire flippant sur le visage. Ça prenait du temps, c’était pas normal mais c’était la première fois qu’elle assistait à ce genre d’échange et elle n’avait aucune idée de comment tout ça était sensé se passer. C’est quand elle vit dans un des rétroviseurs encore presque entier de la camionnette, ses deux compagnons, les mains en l’air et l’air de paniquer qu’elle compris, trop tard malheureusement. Elle eut alors le réflexe de vouloir bloquer la portière de la voiture, mais bien plus rapide qu’elle, celui qui l’observait depuis tout à l’heure l’avait déjà ouverte, lui agrippant douloureusement le bras et en pointant un couteau juste sous son nez « Si tu bouges ma belle, je te tue » Son coeur se mît à battre à toute vitesse, elle était bloquée et ne pouvait rien faire.

Putain, comment elle s’était retrouvée dans une situation pareil ?



.
Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Exiles | Chasseur de primes
Bad Boy Sensible
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3546
Sujet: Re: On m'appelle le chevalier noir je cours et je vole au massacre de mechants   Sam 2 Jan 2021 - 15:23
Celui qui est choqué



« Allia ?? Putain… tu m’entends ou pas ??? Tu vas louper la fête !! Ils sont au moins 8 !! Je me sens chaud là !! En plus ils sont armés ! Oh putain !! Je crois que c’est un braquage dans un braquage !! Tu me croiras jamais !! En fait ils braquent le convoi que je voulais braquer !! Les enfoirés !»

Comment ca se fait trop pas ? Je suis outré pour le coup ! Ouai je me suis rapproché pour mieux voir et je sais vous dire que là, je trépigne d’y aller. J’attends juste le feu vert de la bro. Pas possible de lui faire dans le dos parce que je sens que si je reviens encore tout dégueulasse de sang, elle va surement se douter d’un truc et râler. En plus elle va poser 50 000 questions et moi je vais pas savoir répondre parce que je pense jamais a interroger les gens avant de trancher.  Un vague crachotements retentis enfin dans le talkie. J’entend des bouts de phrase sur la ligne. Un truc genre « pas… attends… arrive ». Putain, c’est quoi ces grésillements ?  Dans le doute je lui réponds :

« Ouai t’inquiète je gère !!
- Isha !!! Tu… rien… tout !! »


Gné ? La conversation coupe et je percute que les batteries sont à plat. C’est bien le moment !! A force de poireauter sous la flotte aussi. Bon, bah je pense que le message est clair : elle veut pas que je l’attende.  Ok, ca me va. Je range le talkie, sort Mauricette et me glisse dans ma nuit pour faire ce que je sais faire de mieux !! Heu, non pas faire régner l’amour et la justice… heu… pas faire le justicier non plus… en fait juste trancher des gens mais bon, au final, si c’est des méchants, c’est un peu pour la bonne cause non ?

En vrai j’ai besoin de faire ca, c’est le seul moyen que j’ai pour le retenir lui. Bah oui, si vous ne me connaissez pas encore bien, il faut préciser que je ne suis pas tout seul dans ma tête au sens littéral du terme. J’ai déjà mes trois plus ou moins figures paternelles mortes par ma faute qui prennent plaisir à commenter ce que je fais dès que je vais mal, mais eux, ça me rend juste migraineux. Non, le vrai souci, c’est l’autre moi. Le hasard a voulu qu’il prenne le nom du l’acolyte de Batman parce que c’est à cause d’un Bruce qu’il est apparu. Rien a voir avec le mec de Connor, non je vous parle d’un type sur Detroit qui aimait bien dérouler des entrailles de vivants sur le bitume. Le seul au monde a avoir voulu m’appeler fils et a se dire fier de moi. Le hic, c’est que j’ai peté un câble. Grand classique, trop de pressions, drogues, violences, souci de meuf et un excès de tout on fait naitre Robin. Il a pris les commandes pendant des mois et a fait que je suis surement un des pires boucher de Detroit.

Il n’est jamais loin et a tendance a se manifester des que je suis trop nerveux ou dans des situations impossibles. Le meilleur moyen que j’ai trouvé pour éviter qu’il ne revienne aux manettes, bah c’est de me défouler. Ma nature profonde est violente. Je suis né dans la violence, j’ai grandi dedans et toute ma vie ne semble être faite que de combats ou j’ai dû jouer des poings pour ne pas crever comme une merde dans un caniveau. En vrai, je n’existe que par elle. Je ne me leurre pas, le patron ne m’a pas gardé a la distillerie pour mon petite cul ou mes beaux yeux, c’est pas un grec de Mykonos, de même, à l’arène, on ne me nourrissait pas parce que je raconte des blagues tordantes. Aux yeux de tous, je me résume un peu a ça : le mec qu’on sort pour qu’il cogne. Bon, en même temps, c’est pas au scrabble que je serais le plus utile.

Cette petite parenthèse faite, revenons a notre rue ou il y a un braquage en cours si j’en crois le fait que j’ai l’impression que les mecs sont en train de faire des prisonniers. Heu… bon, du coup, je tue ceux qui veulent braquer le convoi que je voulais braquer et ensuite je braque les gens qui sont en train de se faire braquer ? Putain… j’ai un vieux doute là ! Merde sans le talkie, c’est compliqué de demander a Allia. Bon, allez, on verra bien comment ca se goupille. Les mecs sont l’air nerveux, c’est pas des petits flingue qu’ils ont, je vois mal leurs prises mais je pense qu’il y a trois personnes qui se sont fait chopper. Si a un moment je me dis que je vais y aller comme un bourrin parce que rien a foutre des otages, rapidement je me fige en les voyant secouer une petite blonde. Je me demande si la pluie et le fait que je me suis mal remis de notre séparation ne me fait pas halluciner mais non… Pepper Potts… putain… mais qu’est ce qu’elle fout là !!! ??? Et surtout comment je vais la sortir de la.

Je ne saurais dire ce que je ressens de la voir, déjà tout court, mais surtout dans cette situation ou le moindre faux pas fera qu’elle risque de se faire tuer. Fais chier ! Je reste à essayer de trouver un plan viable, surtout pour elle, en 4e vitesse quand j’entends un type dire a un autre :

« Vas vérifier qu’il y a pas de saloperies dans le coin pendant qu’on charge la marchandise ! »

Je le vois s’éloigner du groupe, une grosse pétoire comme j’en aime pas dans la main, pendant que les autres obligent leurs proies a monter a l’arrière de la camionnette. C’est ma chance. A pas de loup je vais sur son revers et lui tombe dessus sans prévenir. La magie des dés fait que c’est rapide et sans bruit. Il a pas eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait que mon poing lui arrivait dans la gueule dont le craquement discret ne donne pas de grosse illusion quand a sa survie. De toute façon, ils ont osé touché a MON Emie, ils vont tous crever. Je le rattrape avant qu’il ne tombe par terre pour éviter du barouf. Je ne réfléchis pas trop et lui choppe ses fringues, vire mon masque et enfile aussi vite que je peux ses vêtements.

« Rob ? Tu te magne ou merde !! »

Je planque comme je peux la Mauricette dans le manteau d’emprunt, ca me fait pas une démarche gracieuse mais au moins, j’ai le dos droit. Je vire mon masque et rabats la capuche de sa veste pour cacher mon visage avant d’aller vers la camionnette. Je fais signe genre « tout va bien » et suit un des mecs qui grimpe a l’avant du véhicule. Il fait sombre et je ne pipe un mot en cherchant encore comment intervenir sans risquer la vie de la blondinette. Le conducteur démarre avec un

« Qu’est ce que tu foutais, Jo a failli se barrer sans toi ! »


Je n’ai pas le temps de répondre que son pote m’offre une diversion qui ne m’aide pas a me calmer :

« Putain, on a de belles prises là, tu as vu le petit lot en bonus, celle la va nous rapporter un max. J’espère qu’ils vont pas trop l’abimer a l’arrière et nous en laisser un peu. »


Une colère sourde m’envahis et j’ai du mal a maitriser mon envie de lui faire bouffer la Mauricette pendant que je tends l’oreille vers l’arrière et que l’autre continue de dire des choses qui font que sa mort sera lente et douloureuse.




Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Emilie Knox
Emilie Knox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Medic | The Exiles
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 347
Sujet: Re: On m'appelle le chevalier noir je cours et je vole au massacre de mechants   Sam 2 Jan 2021 - 18:28



Tout s’était passé à une vitesse folle, Émilie n’avait pas vraiment eu le temps de comprendre ce qui se passait. En fait, ses deux compagnons et elle étaient tout simplement entrain de se faire braquer. Ce qui devait être une simple mission de troc se changeait en véritable cauchemars. Elle se fit alors sortir de la camionnette par celui qui l’avait tout du long regardé avec des petits yeux sournois.  Son poignet, maintenu par la main de son agresseur commençait à lui faire mal, elle aurait une trace c’était sûr. Le couteau toujours pointé vers son visage, il la força à gagner l’arrière de la camionnette. A ce moment-là, les pensées d’Émilie se bousculaient à toute vitesse. Elle aurait bien voulu se défendre, mais contre autant d’hommes armés, elle aurait signé son arrêt de mort. Elle avait mal au cœur aussi, à force qu’il batte à si vive allure. Elle avait mal au ventre, elle ne savait que trop bien ce qui était susceptible de lui arriver une fois qu’ils auraient eu ce qu’ils voulaient. Ne ce souciant guère du bien être de leur otage, les malfrats jetèrent Emie comme une vulgaire marchandise à l’arrière de la voiture.

« Allez monte petite souris, promis, on te fera pas trop mal » Les brutes qui les braquaient lui donnait envie de vomir en rigolant comme des pervers, faisant remonter à la surfaces bien trop de souvenir douloureux. Elle avait déjà vécu une situation semblable, et il était tout simplement hors de question qu’elle ne se laisse faire sans se défendre, mais pas tout de suite, c’était pour le moment bien trop risqué. Après quelques minutes qui semblaient les plus longues de sa vie, deux des hommes montèrent à l’arrière du véhicule pour surveiller leurs nouveaux prisonniers et ils étaient plus que bien armé. L’un d’entre eux s’approcha d’ailleurs bien trop prêt d’Émilie à son goût, un sourire des plus malsain sur le visage. Il rapprocha son visage de celui de la blonde la forçant avec une de ses mains libres à le regarder dans les yeux, son haleine sentait le moisis, Émie en eu des hauts le cœur « Regarde ça Fynn, quelle jolie petite souris, on dirait que les chats vont pouvoir s’amuser ce soir ! » Les deux hommes commencèrent alors à rigoler tandis qu’Émilie tenta tant bien que mal de s’éloigner de son tortionnaire. Peine perdue, il lui agrippait trop bien le bras et ce n’était pas avec sa force de crevette que la jolie blonde pouvait lutter « Va te faire foutre » lâcha-t-elle simplement en le regardant bien dans les yeux. Il était hors de question qu’elle se fasse malmener sans tenter de se défendre, au moins en les insultant un peu. Le problème c’est que ça ne fit que les faire rire de plus bel, et le dénommé Fynn lui fila une claque bien placée qui fit saigner Emilie de la lèvre « On t’as pas demandé ton avis la souris »

Elle était désormais au sol et le second agresseur se cala contre elle, l’empêchant par la même occasion de bouger. Elle cria bien évidemment et tenta de l’empêcher de faire, mais il était bien trop fort et fini par lui tordre le bras dans le dos, son genou venant bloquer sa tête contre le sol froid de la camionnette. Ses deux compagnons avaient eux aussi tenter de l’aider, mais les flingues pointés sur eux les en avait bien vite dissuadé, de toute manière, ils seraient surement morts s’ils avaient tenté quoi que ce soit, Émilie ne pouvait pas leur en vouloir de protéger leur vie. Elle tenta simplement de leur dire « C’est bon … Je me calme … Mais … Vous me faites mal je vous en prit … Lâchez moi » la sage-femme avait le souffle coupé, le poids entier de son agresseur sur elle l’empêchait de pouvoir respirer correctement. Elle avait le gout de son propre sang dans la bouche provenant de sa blessure à la lèvre, le froid du sol de la camionnette lui brulait la joue. La jolie blonde avait eu envie de pleurer, mais il avait été hors de question de donner satisfaction à ces deux sales types.

Elle ferma alors les yeux, priant pour qu’ils s’arrêtent ici, qu’ils finissent par la laisser tranquille. Elle pensa à toutes les choses qui la rendaient heureuse. Sa famille de survivant, le fait d’avoir fait une fête pour Noel, Lily, mais surtout à Isha. C’était surement le pire moment du monde pour penser à lui, mais là tout de suite, elle aurait tout donner pour qu’il soit là, qu’il la protège, qui la serre fort dans ses bras. Oui, à cet instant précis, alors que la situation allait clairement empirer pour elle dans les minutes qui allaient suivre, elle se rendit à l’évidence qu’elle avait tout simplement besoin de lui et que, peut importait à présent ce qu’il lui avait fait comme coup foireux, elle n’avait qu’une envie, le revoir et ne plus jamais le quitter.




.
Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Exiles | Chasseur de primes
Bad Boy Sensible
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3546
Sujet: Re: On m'appelle le chevalier noir je cours et je vole au massacre de mechants   Dim 3 Jan 2021 - 13:25
Celui qui part en vrille


J’ai cette putain de boule plein de rage et de fiel qui est en train de montrer sévère. J’ai du mal à la contrôler pendant que l’autre ricane et que nous roulons vers je ne sais où. Qu’est ce que j’attends ? En vrai ? Ma raison me dit qu’il faut une pause pipi, un plan ou une idée valable pour que j’arrive à gérer 8 personnes sans risquer la vie d’Emie. Ouai, les autres j’en m’en cogne. Ouai, aussi, je n’ai pas le sens des mesures, dans ma tête je suis presque capable d’arrêter une horde a moi tout seul. Non le vrai souci qui fait débat dans ma tête c’est comment faire pour sauver Emie et m’assurer que tout le monde crève salement dans les connards qui lui ont fait mal. Mon instinct me susurre une toute autre stratégie mais j’ai trop peur pour ma Pepper Potts si je suis le « on défonce tout » sans plus de finesse.

Robin est en accord avec moi, au moins, sur la partie boucherie. Le hic est quand j’entends le petit cri de détresse d’Emie, il y a le clic dans ma tête qui n’augure rien de bon. Je sais déjà que je vais pas savoir attendre et que je celui qui a fait ca va avoir mal. Avec un calme trompeur et sans quitter des yeux la route, mon couteau glisse dans ma main et je le porte a la gorge du conducteur avec un :

« Chuuut »

Le mec est pas crétin et après une hésitation, je le vois fermer sa gueule et commencer a transpirer abondement tout en se raidissant. J’ai du mal a ne pas précipiter les choses en entendant les suppliques d’Emie mais je tiens bon en m’imaginant brisé les doigt de celui qui fait ça avec lenteur, un par un. C’est presque un chuchotement que je dis au chauffeur :

« Je veux juste récupérer un pote a l’arrière, les autres je m’en branle, alors si tu veux que tout le monde s’en sorte tranquille tu vas faire ce que je dis. Tu vas t’arrêter, et être convaincant pour dire a tes copains que tu es en pannes et que tu as vu un truc louche dehors, ce que tu veux pour que j’ai le champs libre. Ensuite tu attends gentiment que je prenne mon pote et on repart tous chacun de notre côté. »


Je suis calme, presque tranquille, je sais que le ton est important dans cette situation. Il y a surement pas mal de choses qui peuvent alarmer l’homme sur le fait que ce que je lui dis est très boiteux. Mais, la lame du couteau pressée sur son cou, son instinct de survie doublé de ce reflexe étrange qu’ont les gens, dans les moments de stress, de vouloir faire confiance quant au fait qu’ils savent s’en sortir, font qu’il finit par ralentir le véhicule et annoncer aux autres :

« Je crois qu’on a une panne et aussi qu’on a de la visite. Jo, faudrait aller voir dehors le temps que Tomy regarde le moteur. »

Il est pas trop mauvais acteur. J’entends les types pester et un « ce n’est que partie remise ma belle » mais aussi que la porte de l’arrière s’ouvre. Il était 8, j’ai pris la place de l’un d’eux, je souris bestialement quand mon voisin regarde vers moi comme s’il s’attendait a ce que je sorte et lui foute la paix. Je devine sous ses traits pourceaux baignés de sueur qu’il est surement même en train de se demander comment me niquer. Sans prévenir ma lame s’enfonce d’un coup sec sous son menton. Il aura de la chance que je n’ai pas plus de temps. Ils ne sont plus que 6.

Toujours avec ce calme froid d’un prédateur en chasse je retire la lame, aide le corps qui se vide de son sang a se reposer sur son siège et quitte la voiture en me retenant de rire quand j’entends, venant de l’arrière : « putain c’est moi ou ça sent la merde là ?» Leur chauffeur a fait comme tous les cadavres en crevant, mais ces mots sont un doux euphémisme au regard de ce que je compte leur faire.

Malgré l’obscurité, avec les lampes de poches, je repère vite qu’ils sont 4 dehors : un a ouvert le capot et regarde sans, surement, comprendre le souci, un autre lui tient une lampe. Les deux autres sont, l’arme a la main, aux aguets. Les deux qui sont au moteur semblent moins tendus que leurs camarades.

« Putain Paulo, t’es sûr pour la panne, je vois rien qui cloche ! T’as pas roulé sur un truc ?»


J’avance surement vers un des mecs du guet qui ne se méfie pas. J’arrive dans son dos, Mauricette s’abat en silence et il se retrouve la tête séparée de son corps, dont je retiens la chute, pendant que le mécano du jour continue d’appeler Paulo. Je me retrouve, a nouveau couvert de sang mais je n’y prête pas attention alors que j’avance vers l’autre garde.

« Paulo ! Tu sais remettre le moteur ? Putain tu dors ou quoi ?»


Paulo ne répond pas, il ne répondra pas. Sentant un souci, le type de garde se retourne vers la camionnette, et ne me voit pas arriver. Je suis moins précis mais tout aussi efficace, a croire que les dieux des dés étaient avec moi ce soir il est tranché en deux dans un hoquet de surprise au même moment ou j’entends :

« PUTAIN PAULO EST MORT !! ON L’A TUE !!! FAB !! KENNY !!! VOUS ETES OU?!!!!!»


Ils sont 4. Avec un rire mauvais j’attrape la tête au sol et la lance vers ceux qui s’égosillent avec une imitation de voix de pucelle :

« Oh mon Dieu, ils ont tué Kenny !! »

Il y a un silence et puis des cris d’effrois il y en a un qui tire vers ou il pense que je suis. Ca va attirer des morts. Ils paniquent, tant mieux, j'aime ca. Qu'ils sachent que maintenant, c'est eux les proies et qu'ils me rendent mon Emie. Moi je veux jouer et ils vont payer de l'avoir fait crier. Je me glisse dans la nuit pour aller vers les deux encore dehors.




Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Emilie Knox
Emilie Knox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Medic | The Exiles
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 347
Sujet: Re: On m'appelle le chevalier noir je cours et je vole au massacre de mechants   Dim 3 Jan 2021 - 16:05


Alors que les deux tortionnaires de la blonde continuaient de prendre un malin plaisirs à la bousculer et à commencer d’essayer de faire ce qu’elle redoutais qu’ils essaient de faire, la camionnette s’arrêta. Pour son plus grand plaisir. Tout comme le véhicule, les deux loubards se stoppèrent net et se regardèrent. Apparement ce n’était pas un arrêt prévu, la camionnette semblait être en panne. Ils finirent par libérer Emie, alors que la panique commençait doucement à s’installer lorsqu’un des voleurs cria haut et fort que Paulo était mort. Ça n’avait rassuré personne, ni les enflures de première, ni les otages, encore moins Emilie. Tous se demandait en cet instant ce qu’il pouvait bien se passer.

Alors que là sage-femme en avait profité et réussi à se remettre à moitié debout dans le coin arrière de la camionnette on entendit un second cri. Ça avait été le tour de Kenny, quelque chose là dehors tuais sans pitié. Le tortionnaire le plus vieux des deux, ordonna à Flynn d’aller voir ce qu’il se passait, on pouvait entendre dans sa voix la peur lui serrer la gorge, tout comme l’état dans lequel se trouvait Emilie. Même si elle avait gagné du temps, elle n’avait pas la moindre idée qui avait bien pu tuer ses kidnappeurs.

« Bon, vous, vous bougez pas ok, ou je vous tue » avait sortit le plus âgé en regardant tour à tour les trois otages alors que Flynn sortait apeuré de la camionnette pour aller voir de quoi il était question. Il ne fit clairement pas le malin est resta à côté des portes ouvertes, de vrais couards en réalité « Je vois quedal putain, ça peut pas être des morts ça ! C’est ... c’est trop rapide ! » Profitant de l’instant de concentration extrême et du fait que le plus vieux regardait son collègue avec grande attention, Emilie glissa discrètement sa main vers sa botte, là où elle avait toujours eu le bon réflexe d’y planquer son petit couteau de chasse, l’agrippant fermement de sa main droite. D’ordinaire la jeune femme aurait tout fait pour essayer de régler ça dans le pacifisme le plus total mais la, elle n’avait pas eu le choix, c’était eux ou elle. Elle enfonça la lame du couteau dans la gorge du vieux pervers en ayant pris le soin de lui couvrir la bouche avec son autre main laissée libre. Le sang se mit à couler à flot sur son jolis petit haut blanc, tant pis et le bruit du mec qui se noie dans son propre sang la laissait toujours autant écœurée, mais aux grands maux, les grands remèdes. Elle ne se déconcentra pas pour autant et s’empara du flingue maintenant devenu inutilisable par le macchabé aux pieds de la blonde meurtrière. Elle fit discrètement signe à ses amis de se mettre derrière elle, tenant désormais en joue le fameux Flynn qui était trop concentré sur ce qu’il se passait dehors et sur les récents coup de feu de ses camarades pour avoir capté la scène qui venait d’avoir eu lieu à l’arrière de cette camionnette sordide. Elle se concentra puis lâcha « Hé connard, tu crois qu’elles font quoi les souris quand les chats ne sont plus là ? » Et elle tira, plusieurs coups même, pour être sur, mais le gros matou peureux avait eu le réflexe de fermer un des portes, les balles s’étaient donc perdues lamentablement dans la ferraille. C’était pas catastrophique en soit, maintenant au moins il était prévenu et les otages armés.

Toujours avec ses compagnons derrières elle, le flingue pointé vers la portière restée ouverte, Emilie ne détourna pas son regard un seul instant. Elle se sentait prête pour ce qui allait finir par venir les voir, eux aussi. Elle était également terrorisée, elle venait de tuer un homme, et l’adrénaline semblait l’avoir rendu plus forte et plus confiante que jamais « Allez viens enfoiré, je t’attend » avait elle simplement murmuré dans le silence le plus pesant au monde.




Revenir en haut Aller en bas  
Isha Cornwell
Isha Cornwell
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Exiles | Chasseur de primes
Bad Boy Sensible
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 3546
Sujet: Re: On m'appelle le chevalier noir je cours et je vole au massacre de mechants   Lun 4 Jan 2021 - 21:31
Celui qui fait pas ca proprement


La pagaille, les cris, le sang, la peur… je n’avais même pas réaliser à quel point cela me manquait. Les deux qui sont dehors sont terrorisés, je sens leur nervosité de bêtes traquées qui attisent mon envie de leur faire du mal. Ils ont attaqué Emie, je n’ai aucune pitié a avoir. Ils sont « méchants » et moi j’ai le droit de tuer les méchants. Je les vois chercher en vain qui a parlé dans l’ombre avant qu’ils ne réalisent que ce que je viens de leur envoyer est la tête de leur pote. En vrai j’avais une chance sur deux pour que cela soit Kenny, donc ma petite blague est peut être foirée, mais on va pas chipoter.  Là ils sont pas ouverts a mon humour de toute façon.

« C’est quoi ca ??!!
- Putain !!
- ON NOUS ATTAQUE !!
- Rob !!  t’étais ou Putain ??
»

Quand j’arrive au niveau des deux, dans la lumière de leur torche, avec mes yeux de fou, couvert d’hémoglobine et allez savoir quoi d’autre, ils sursautent en comprenant que c’est pas Rob. Le type qui avait le nez dans le moteur quelques minutes plus tôt essaye de lever son arme vers moi. Il ne finira jamais son geste. Il a juste le temps de pousser un cri de douleur en regardant ses poignets tranchés pisser le sang. Mauricette a coupé l’os comme du beurre et le flingue de ma cible est au sol avec ses mains qui le cramponne encore. C’est marrant, la plupart du temps les gens ne crient pas quand je fais ca. Mais lui si, c’est intéressant, enfin, je crois, en fait, je m’en branle, y’en a un qui fait le pire truc a faire quand vous avez un clebs au cul : son copain a le mauvais réflexe de vouloir fuir. Moi, ca court, je réfléchis pas, je cours après. Il a pas le temps d’aller loin, je le rattrape et lui enfonce la gueule dans la portière autant de fois qu’il le faut pour le sonner. J’ai des idées sadiques que me souffle mon géniteur dans ma tête mais des coups de feu et des cris me rappellent violemment à l’ordre. Emie !!! Après un rapide combat avec moi-même, je me contente de balancer le mec assommé devant les roues, marchant sur les côtes du type sans main braillant encore. Les gémissements ne trompent pas, on va bientôt avoir de la compagnie. Ils sont nombreux et l’odeur commence a être prenante.

Je les laisse la comme des jouets n’ayant plus aucun intérêt pour aller vers l’arrière ou je vois un mec le cul par terre fasse aux portes fermées de la camionnette en train d’essayer de se relever en fixant ou il y a des impacts de balles. Il pousse un hurlement quand je le soulève par le col pour lui écraser la tête dans la porte. Ma façon a moi de frapper pour entrer. Je le balance au sol sur le dos, pose un pied sur sa cage thoracique pour pas qu’il se redresse.

« Emiiiieee ! »

Le mec gesticule mollement, puis de plus en plus frénétiquement avec des :

« Putain… lache moi, lache moi… faut qu’on se barre… »


Je me retourne et avise que oui, y’a du mort. Pas mal, mais avec ma case en moins, trois mois enfermés dans des oubliettes attenant a des cages pleines de morts, ca m’a pas arrangé la caboche. J’hoche les épaules comme si je voyais pas le danger avant d’appuyer un peu plus mon pied sur le type. Sauf erreur de ma part il y en a encore un a l’intérieur et ca sent l’instant négociation champomy. Celles ont sa se termine toujours avec des morts partout avec moi. Putain… allez… cette fois ca va être la bonne, pas le choix.

« Je vous préviens j’ai ton pote et les clés du van, si t’as touché un seul cheveu de ma copine, on va p’etre pas très copain toi et moi, alors si t’es pas aussi con que je le pense, tu vas sortir gentiment récupérer ton pote et te barrer. »


Comme si je comptais les laisser aller ailleurs que la tête la première dans la horde. Quoique es pieds c’est bien aussi, ca dure plus longtemps. Sauf que la, je stresse… et si Emie était morte, s’il lui avait fait du mal… s’ils l’avaient… Malencontreusement j’appuie encore un peu plus mon pied et le crac des cotes de mon paillasson, doublé de son cris prouve qu’il va avoir du mal a courir ce con.



Codage par Libella sur Graphiorum






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: On m'appelle le chevalier noir je cours et je vole au massacre de mechants   
Revenir en haut Aller en bas  
- On m'appelle le chevalier noir je cours et je vole au massacre de mechants -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: