The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -51%
Rowenta RH9252WO – Aspirateur Balai sans Fil Air ...
Voir le deal
189.99 €

Waking the demon ft Alan /!\ Violence
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kaz H. Hargraves
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 294
Sujet: Re: Waking the demon ft Alan /!\ Violence   Ven 22 Jan 2021 - 2:48

Waking the demon -- For the animal's soul is your's. We will be completed right before your eyes. I have no control this time and now we both shall dine in Hell tonight.

Les mains serrées sur l'évier à m'en faire blanchir les jointures. Je m'accroche comme je peux pour prendre le dessus. L'estomac qui se retourne encore, mais plus rien a dégueuler dans les tripes. Et les larmes qui ne cessent de couler du trop plein d'émotions emmagasiné. Combien de jours il va me falloir pour m'en remettre ? Une fois encore, je m'en veux et j'en viens presque à détester cette hyper sensibilité. Dans ce genre de moments, elle ne joue que en ma défaveur. Je voudrais être plus fort, plus en mesure d'assumer. Je me remémore alors les paroles de ma grand-mère qui me disait souvent d'embrasser ces émotions, que se retenir de ressentir les choses c'est le plus grand gaspillage d'une vie. Je hoche lentement la tête et tente de reprendre ma respiration. C'est à cet instant que sans même avoir relevé la tête je sens sa présence derrière moi. Frisson qui me parcourt le corps, fait dresser les poils dans ma nuque. La peur ? Ou tout autre chose ? Je serre les dents et ferme les yeux avec une férocité qui n'a d'égale que le déni dans lequel je choisi de m'enfoncer.

Cette partie de moi ne m'a rien laissé gérer... Je n'avais aucun contrôle. J'ai agit par amour et j'ai complétement perdu pieds...

Je relève brusquement le visage. Je fais d'abord face à mon reflet. Le cou couvert de sang et la plaie qui me déchire la peau et entaille un de mes tatouages. Le visage gonflé par les larmes et le bleu trop humide auquel je peine moi même à faire face. En flou derrière moi. Alan. Le focus qui se fait sur lui et mon propre reflet qui devient le flou. Aucun contrôle !?! Et si justement c'était ça qui me faisait autant flipper ? Lui qui m'a toujours paru si sûr de lui, si contrôlé. Savoir qu'il peut se perdre de la sorte ça me terrifie. Serait-il capable de perdre le contrôle avec moi ? C'est alors que la suite de ses paroles me percutent de plein fouet. Agit par amour...Ce mot, cet aveux probablement qui fait naître une étincelle au fond du bleu. Je ne suis pourtant pas capable de souligner ses paroles, de l'interroger comme je l'aurais fait habituellement ou même d'y répondre. Il pose sa main sur mon épaule et je me laisse faire docilement quand il m'écarte de l'évier. Je le regarde faire quand il ouvre le miroir et s'empare d'un kit de couture. Pas la peine de demander s'il y a du désinfectant. Faut pas rêver. Il se tourne finalement face à moi, proche. Trop proche et pas assez à la fois. Je me mords la langue et regarde le vide derrière lui.

Je ne te demande pas de faire comme s'il ne s'était rien passé... Mais j'ai besoin d'aide pour recoudre cette plaie... Et j'ai besoin que tu me regardes dans les yeux... S'il te plaît.

Mon aide pour le soigner, il n'a pas besoin de le demander. Ce qui résonne en moi c'est ce besoin qu'il évoque que mon regard rejoigne le sien. Je serre la mâchoire et autant par principe que parce que je suis totalement perdu, je continue de regarder le vide pendant plusieurs longues secondes avant de me décider enfin à laisser mon regard glissé dans le sien. Le bleu trahis tellement d'émotions qu'elles en sont indéchiffrables, autant pour lui que pour moi. Je hoche la tête en silence et laisse ma main glisser lentement le long de son bras valide. Mes doigts viennent se glisser entre les siens. Je hoche à nouveau la tête, comme si je cherchais à me persuader de quelque chose et je l'entraîne à ma suite dans le salon. Je le guide à nouveau jusqu'au canapé où je lui fait signe de s'asseoir. C'est plus pour moi que pour lui en vérité. Parce que si je fais ce debout, je sais qu'il y a de grandes chances que je tourne de l'œil et on n'a pas besoin de ça en plus.

Je disparais à nouveau et m'aventure dans la maison avec prudence. Pas de signe de danger à l'horizon. Dans la chambre je m'empare d'une paire de draps qui reposent parfaitement pliés dans l'armoire depuis un temps qui semble a une éternité de ce jour. Je passe par la cuisine où je trouve des ciseaux et je coupe des morceaux de draps avant de revenir vers Alan. Je fonctionne de manière mécanique. Entre survie et préservation. Je m'empare de nos sacs et je sais que cela ne sert a rien que je fouille le mien parce que je suis parti comme un con innocent avec tout l'espace possible pour ramener des livres dont je ne veux plus maintenant qu'ils sont associés à ce souvenir. Je pousse un grognement et me penche sur le sac d'Alan. Heureusement qu'il est plus prévoyant que moi ! Je sors la gourde.

Va falloir gérer ça à l'économie.

Je prends un morceau de draps et le glisse sous son bras. J'en humidifie un autre et viens nettoyer au mieux la blessure en levant plusieurs fois le regard vers lui pour m'assurer que je fais bien. Je frotte mes mains le mieux que je peux. Putain de merde on a vu mieux en matière de soins. Je m'empare du fil et d'une aiguille. Cet instant fait étrangement échos à la cicatrice sur mon mollet. La plaie qu'il a recousue lui-même. Tout cela sonnerait presque comme une promesse, celle de prendre soin l'un de l'autre. J'inspire profondément et comme pour détendre l'atmosphère, je déclare.

On va avoir des cicatrices assorties toi et moi. Enfin on sait déjà que je vais faire un moins beau travail.

Et je parle pour me distraire parce que l'adrénaline retombée, je ne suis pas fan de l'idée d'enfouir l'aiguille dans sa peau. Je le regarde, hoche la tête et je ne recule plus. J'enfonce l'aiguille dans la peau et je vais probablement un peu trop vite pour en finir au plus vite justement. J'évite de le regarder parce que je n'en ai pas besoin pour ressentir une partie de sa douleur. Mon bras pris d'une gêne, telle une brûlure à l'endroit équivalent à sa blessure. Mon souffle est rauque et saccadé. Je termine à la hâte et m'empare des bandages dans le sac d'Alan pour emballer la blessure le plus soigneusement possible. Je relève la tête vers lui.

Désolé... De t'avoir fait mal.

Je pose un baiser sur le bandage comme si ça suffisait à me faire pardonner. Je mouille légèrement un autre morceau de draps et le porte à son visage pour frotter une partie du sang. J'en oublie complètement que moi aussi je suis blessé et dans un état poisseux. Je ne sais pas quoi dire, quoi faire. Alors, je continue de frotter le sang et je murmure.

Je suis désolé aussi que tu ais dû en arriver là...à cause de moi...

Je me corrige aussitôt.

Pour moi.




    We are not written for an instrument alone; I am not, neither are you. I’m not wise at all. I told you, I know nothing. I know books, and I know how to string words together.It doesn’t mean I know how to speak about the things that matter most to me.
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 302
Sujet: Re: Waking the demon ft Alan /!\ Violence   Dim 24 Jan 2021 - 12:27
Waking the demon

Waking the Demon
Where'd you run to?
Walking in shadows
Watch the blood flow.


Les gestes de Kaz sont pressés et Alan le sentait mal à l'aise. Patient, silencieux, il resta assit sagement, le dos droit, le bras tendu sur la jambe de Kaz, à se laisser recoudre sans rien dire. Il ne pouvait détâcher son regard de son visage, qui se crispait, grimaçait alors qu'il plantait l'aiguille dans le bras du galeriste pour le raffistoler. Ce dernier esquissa cependant un léger sourire, à peine perceptible, quand il fit une remarque. Lui aussi se souvenait de la cicatrice du mollet de Kaz, la première fois qu'ils s'étaient donnés l'un à l'autre dans une ambiance torride et un désir brûlant. Ce désir, toujours présent cohabitait avec une sensation toute autre, une sensation qu'il avait appelé amour, sans même s'en rendre compte, quelques minutes auparavant. Le cinquantenaire plia et déplia les doigts sur le genoux de Kaz et le laissa terminer, le bras chaud et endolori, la peau tirée par les sutures brouillonnes qu'il lui avait fait.

Je me suis vraiment senti mal, sincèrement, quand j'ai croisé son regard et qu'il s'est excusé. J'ai trouvé ce moment injuste, indigne de nous. Alan afficha une mine presque imperceptible puis fronça finalement les sourcils. Quand il dépose un baiser sur son bras, Alan sentit son coeur se serrer, comme essorré par les mains griffues de la Bête, repue et complètement réceptive à ce nouvel être qui désormais partageait leur vie. Si l'envie de le trucider me traversait encore parfois l'esprit, j'avais laissé mon hôte s'enticher de ce jeune homme, parce qu'il était grisant, parce qu'il était unique, parce qu'il était comme nous, finalement. L'animal qui vivait en lui donna son feu vert et se retira, laissant un Alan boudeur, qui n'avait aucune envie de le ressentir en lui. Il avait fait assez de dommages comme ça. En sentant l'eau fraiche sur son visage, Alan ferma un instant les yeux. Kaz s'occupait de lui malgré toute l'horreur qu'il avait pu voir, un signe supplémentaire de l'attachement de son éphèbe pour lui. Alan rouvrit les yeux et posa sa main sur celle de Kaz, celle qui tenait le chiffon humide sur sa propre joue.

« Le mal fait parti du jeu... J'ai accepté de m'y prêter parce que je sais que c'est ce dont j'ai envie. » Annonça-t-il d'une voix nette et précise, presque sévère, en prenant la main de Kaz dans la sienne, abaissant le chiffon pour l'aider à l'essorer du sang qui recouvrait son visage. L'idée de me répétait me mettait mal à l'aise, mais je voulais qu'il comprenne que mes actes, s'ils n'avaient pas été du tout contrôlés de mon bord, traduisaient un attachement certain. Alan était sérieux quant à la promesse qu'ils s'étaient fait, par leurs cadeaux respectifs, par leurs échanges fougueux et passionnés, par leurs baisers, leurs caresses et leurs morsures... « Je regrette d'avoir laissé agir ainsi cette chose que je ressens en moi parfois. » Alan acquiesça mais passa sa main de libre dans les cheveux de Kaz. « Mais je ne la blâme pas d'avoir agi pour te défendre... Car si j'avais agi de moi-même, l'issue aurait été peut-être moins morbide mais tout aussi funeste. » Et ça, Alan n'avait pas à en rougir. Il suivit le tracé d'une mèche de cheveux du bel éphèbe jusqu'au bout de celle-ci et passa sa main sur la mâchoire anguleuse de Kaz.

« N'importe quel jeu comporte des risques... Des risques que je suis prêt à prendre malgré tout... » Un aveux sans les mots, encore une fois. Alan esquissa un demi-sourire mais fit la moue quelques instants après, contrarié cependant à l'idée d'avoir été plongé dans un trou noir total lors des agissements de son symbiote. « Je regrette simplement de ne pas avoir pu contrôler tout ça... » Il caressa la mâchoire de Kaz d'un pouce et ajouta dans un murmure. « Je ne contrôle pas grand chose quant il s'agit de toi... »




APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 294
Sujet: Re: Waking the demon ft Alan /!\ Violence   Mer 27 Jan 2021 - 12:14

Waking the demon -- For the animal's soul is your's. We will be completed right before your eyes. I have no control this time and now we both shall dine in Hell tonight.


Perdu, je me contente d'exercer des gestes automatiques comme s'ils pouvaient remplir tout l'espace, remplacer le silence qui s'installe tout autour de nous. Je ne parviens pas à ordonner mes pensées, le cœur qui bat toujours un peu trop vite et le souffle qui peine à reprendre un rythme serein. J'éponge le sang sur son visage, retrouvant petit à petit sous le rouge les traits de ce visage dont chaque expression me préoccupe probablement un peu trop. Je me mords l'intérieur de la joue. Plus je le regarde moins j'ai peur. À moins que je ne tente de m'en persuader. Je ne sais pas, je ne sais plus. Sa main se pose sur la mienne et mon cœur manque un bond dans ma poitrine. Mon regard qui se pose naturellement dans le sien, comme un réflexe.

Le mal fait parti du jeu... J'ai accepté de m'y prêter parce que je sais que c'est ce dont j'ai envie.

Un long frisson me glisse le long du dos. Le mal. En avoir envie. Non ! Je ne suis pas d'accord avec ça. Peut-être trop naïf ou éternel optimiste, têtu et borné aussi. Je ne comprends pas que l'on puisse avoir envie de faire mal. Même lorsque cela se montre primordiale, je le comprends, le coin mais jamais je n'en ai envie. Ce concept me dépasse totalement et cela doit se voir au fond du bleu de mes yeux. Je me mords la langue, je décide de ne pas l'interrompre parce que je pourrais jurer qu'il sais très bien ce qui se passe en moi et qu'il sait très bien également ce qui se passe dans ma tête.

Je regrette d'avoir laissé agir ainsi cette chose que je ressens en moi parfois.

Il remonte sa main à mes cheveux et je me laisse faire. Grisé et hypnotiser par ce geste auquel j'aspirai plus de raison. Je ferme les yeux l'espace d'une seconde. Malgré ce que j'ai vu, il n'a en rien perdu son don à m'apaiser. Il regrette, il a été dépassé c'est évident. Je rouvre les yeux pour le poser sur lui.

Mais je ne la blâme pas d'avoir agi pour te défendre... Car si j'avais agi de moi-même, l'issue aurait été peut-être moins morbide mais tout aussi funeste.

Je pousse un grognement. Il n'y a donc que la forme qui ne change pas le fond. Je secoue la tête. Je reste persuadé que ces mecs n'avaient probablement pas besoin de mourir, mais c'est ma façon à moi de voir le monde, pas la sienne. Je dois l'accepter j'imagine. Je ne peux pas m'empêcher d'avoir du mal a l'accepté alors que je sais que vu comment le monde tourne aujourd'hui, c'est probablement lui a qui a raison. Sa caresse continue son chemin jusqu'à dessiner le côté de ma mâchoire et presque malgré ma peau se presse un peu contre la sienne. L'aimant est toujours là. Celui qui m'attire inlassablement à lui. Peut-être que c'est justement d'autant plus révélateur de ce que je ressens pour lui de ne pas pouvoir le fuir à cet instant. J'inspire d'un souffle saccadé qui prend naissance au creux des tripes.

N'importe quel jeu comporte des risques... Des risques que je suis prêt à prendre malgré tout...Je regrette simplement de ne pas avoir pu contrôler tout ça... Je ne contrôle pas grand chose quant il s'agit de toi...

Mon regard se plonge dans le sien avec un peu plus d’intensité. Je reste silencieux parce que trop de choses se bousculent en moi et que je pourrais m’enfuir juste pour pouvoir réfléchir. A croire que moi non plus je ne contrôle pas grand-chose, mais de manière carrément générale. Alors peut-être que justement en échos à cette exception chez lui je peux décider de contrôler les choses pour une fois. Là, maintenant. Je peux décider en fait ! C’est entre mes mains, je n’ai pas à me laisse dépassé, j’aurais tout le temps et le loisir de le faire plus tard. Je déglutis lentement et mes paupières papillonnent un instant. J’assimile ce qu’il vient de dire, je laisse le temps à mon corps, mon cœur et mon esprit de s’en imprégner et j’ouvre enfin les lèvres.

Moi aussi j’ai des regrets. Je crois qu’on est tous les deux dépassés…

Et ça ne sonne pas comme je le voudrais alors ma langue viens claquer contre mes dents. Comme ça on dirait que je m’apprête à faire marche arrière sauf que ce n’est pas ce que je veux. Je le regretterais avant même de l’envisager. J’ai besoin de lui, de sa présence, de son regard, son odeur, chacun de ses gestes. Cela me frappe de plein fouet et je secoue la tête alors qu’un sourire se dessine sur mes lèvres. Je baisse la tête, remonte les yeux vers lui et mon sourire s’élargit.

Tu veux dire que je te rends dingue ?

Je laisse échapper un éclat de rire et mon corps s’approche du sien. Ma main qui se pose sur le coté de sa gorge et mon front qui viens rejoindre le sien. Je ne devrais probablement pas jouer vu la gravité de l’instant, mais c’est plus fort que moi. Mon nez viens se frotter contre le sien et mes lèvres effleurent les siennes.

Parce que moi je pourrais dire que oui Alan. Je pourrais même dire que j’envisage plus grand-chose sans que t’en fasse partie et cela malgré ce que je viens voir. Et j’imagine que si je te prends toi, je dois prendre aussi cette chose en même temps.

Mon autre main vient se poser sur son torse. Mes doigts qui courent lentement sur le tissu et descendent de son cœur au bas des ses côtes.

Alors dit lui bien qu’elle ferait mieux de ne jamais s’en prendre à moi. Parce que ça , je ne sais pas si je serais en mesure de le pardonner.

En vrai, je pense que oui, mais il n’a pas besoin de le savoir. Que l’avertissement résonne en lui jusqu’à atteindre cette chose si c’est possible. Mon visage s’approche un peu plus encore et je viens cueillir ses lèvres dans un baiser salvateur. Ma langue vient rechercher la sienne et je n’en ai rien foutre du sang qui coule encore de ma gorge et viens tacher davantage ses vêtements. Entre nos lèvres j’inspire profondément, j’ai comme cette impression de retrouver ma source principale d’oxygène.




    We are not written for an instrument alone; I am not, neither are you. I’m not wise at all. I told you, I know nothing. I know books, and I know how to string words together.It doesn’t mean I know how to speak about the things that matter most to me.
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 302
Sujet: Re: Waking the demon ft Alan /!\ Violence   Mer 27 Jan 2021 - 19:41
Waking the demon

Waking the Demon
Where'd you run to?
Walking in shadows
Watch the blood flow.


Des regrets ? Alan fronça les sourcils et pencha légèrement la tête, d'un air très pédagogue, comme un professeur qui chercherait à comprendre la réponse bancale de son élève. Son visage trésaillit légèrement, sentant son bras le tirer, pensant un instant aux difficultés qu'il aurait pendant quelques jours à devoir faire attention à ses mouvements. Alan laissa le visage de Kaz s'approcher du sien, sans ciller, sans même bouger en respirant. Qu'en était-il de la Bête ? Elle était simplement assouvie, abreuvée par l'ultra-violence dont elle avait fait preuve précédemment, elle n'avait plus besoin du galeriste et lui laissait alors les pleins pouvoirs. Pour combien de temps ? Cela faisait des mois qu'elle s'était retenue et avait explosé ainsi aux visages d'ennemis mineurs qui ne servaient pas à grand chose dans leur paysage.

« Dis-moi... ? » Demanda-t-il d'un air parfaitement aimable, très pédagogue, esquissant même un sourire en coin en sentant Kaz si proche de lui. Une déclaration que le galeriste n'attendait pas, il n'attendait rien, rien de la vie, rien de son éphèbe. Pourquoi ? Parce qu'il n'avait pas besoin des mots pour comprendre ce que son corps traduisait que trop bien. Haussant les sourcils, une expression de défis sur le visage, le cinquantenaire agrandit son sourire en coin pour dévoiler des canines étonamment pointues. Son sourire se perdit quand il l'avertit, prenant cette remarque en compte, sentant grogner la Bête en lui, un grognement d'acceptation, avec une certaine réserve.

Il vint alors chercher sa main, que Kaz avait porté à son torse, pour caresser la peau d'albâtre du jeune homme. « Je ne peux pas te dire le contraire... Je ne peux pas te livrer de belles paroles pour te faire plaisir... » Mais avant qu'il ait pu ajouter quoi que ce soit, l'acrobate vint saisir les lèvres d'Alan qui se sentit surpris, l'espace d'un instant. Le baiser était profond, du sang se mêlait à leurs baisers et leurs membres s'entremêlaient. Le galeriste sentit pleinement ce baiser, sans même la présence de la Bête pour déranger son esprit. Il saisit les épaules de Kaz un instant, les pressant pour traduire tout ce qu'il ressentait à travers cet échange mais également pour affirmer son avertissement. Si la Bête choisissait d'user de sa super-violence pour défendre celui qu'il protégeait, qu'à cela ne tienne. Je n'avais jamais eu pour objectif de dompter cette chose, je cohabitais simplement avec elle, et elle l'avait accepté... À savoir si elle se prendrait au jeu longtemps... Mais je ressentais quelque chose de plus puissant qui avait réussi à l'amadouer.

Il lui adressa quelques baisers dans le cou, chassant le foulard pour lécher le sang sécher qui était resté sur sa peau avant de l'embrasser et de lui sussurer à l'oreille d'une voix rauque et chaude. « Tu m'as jeté un sort, je n'arrive plus à t'enlever de ma tête. J'ai essayé, au début, mais c'est impossible. »




APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 294
Sujet: Re: Waking the demon ft Alan /!\ Violence   Jeu 4 Fév 2021 - 1:31

Waking the demon -- For the animal's soul is your's. We will be completed right before your eyes. I have no control this time and now we both shall dine in Hell tonight.

Dis-moi... ?

Je secoue la tête. Je ne voulais pas dire ça, pas vraiment. Je me perds un peu. Je n'ai jamais été doué pour exprimer ou contrôler mes émotions, alors ce n'est pas l'état dans lequel je suis, ni tout ce que je ressens auprès de lui qui vont m'aider à m'exprimer correctement. Je  me mords la langue et lui adresse un regard appelant presque à la patience. Sa main se pose finalement sur la mienne.

Je ne peux pas te dire le contraire... Je ne peux pas te livrer de belles paroles pour te faire plaisir...

Je viens sceller ses paroles d'un baiser. Je ne veux surtout pas qu'il dise quoi que ce soit pour me faire plaisir, parce que cela ne me ferait pas plaisir justement. Je ne suis même pas certain de vouloir entendre quoi que ce soit. Est-ce que je serais capable de l'assumer ? Trop de questions se bousculent en moi et je choisis de les laisser mourir en pressant mes lèvres contre les siennes. Au final le langage de la passion semble être le nôtre alors pourquoi s'encombrer de paroles ? Ses mains se pressent sur mes épaules et je pousse un soupire de satisfaction. Ses lèvres descendent sur mon cou et sa langue caresse ma peau. Tout mon corps en éveil par ce simple geste. Les frissons qui se dressent au creux de ma nuque et cet appel infatigable de nos âmes l'une pour l'autre.

Tu m'as jeté un sort, je n'arrive plus à t'enlever de ma tête. J'ai essayé, au début, mais c'est impossible.

Ma joue vient se poser contre la sienne et un léger rire quitte mes lèvres. Un peu provocateur, je lui réponds.

J'ai bien pensé à le faire au début, à te jeter un sort... pour de vrai.

Je suis ravi de ne pas l'avoir fait, cela aurait probablement tout faussé aujourd'hui. Je n'ai rien parasité, je ne suis pas intervenu de manière détournée et c'est probablement une des meilleures choses que j'ai faites. Ses paroles résonnent en moi et je me complais un instant à les répéter plusieurs fois en boucle dans ma tête. Il est évident qu'il en va de même pour moi. Douce obsession qui s'est dessinée malgré moi. Oh j'ai encore peur de m'y brûler les ailes. Tous les jours, tous le temps. Je ne dispose par contre d'aucune volonté de lutter contre cette prise de risque. A cet instant, je crois que je pourrais lui offrir la liberté de me briser le cœur s'il le veut. Je recule doucement le visage pour venir plonger mon regard dans le sien avec une intensité qui transpire les sentiments. Je pourrais consulter les cartes pour voir ce que je risque avec lui, pour tenter de deviner de quoi notre avenir en tant que couple est fait. Je n'en ai en réalité aucune envie. C'est bien une des premières fois que je ne veux laisser que la place aux surprises, qu'elles soient bonnes ou mauvaises. C'est une décision que je prends à cet instant précis. Mon front se pose contre le sien, mes lèvres jouent de caresses contre les siennes quand je reprends finalement la parole.

Moi aussi j'ai essayé de lutter et c'est au moins tout autant impossible. Ça doit être un coup de quelqu'un d'autres si je n'ai rien avoir là-dedans.

Je hausse les épaules. Je ressens comme une urgence de lui. J'ai eu si peur qu'il lui soit arrivé quelque chose quand la lame a disparu entre son corps et celui de l'autre gars. Je ne le vis pas bien ce qu'il s'est passé, mais je ne peux pas concevoir un instant l'idée que son corps aurait pu reposer au sol avec les deux autres. Un souffle rauque s'échappe entre mes lèvres et mon visage vient s'enfouir contre son cou que je parcours de baisers. Mes jambes viennent se plier sous mon corps et je m'accroche à lui en murmurant.

Serre moi contre toi.

Ça sonne un peu comme un ordre parce que s'en est probablement un.

Tu crois qu'on peut rester ici ce soir ? Que ce serait prudent ? On peut faire un feu dans la cheminée puis... je sais qu'on n'a pas beaucoup d'eau. J'ai envie d'oublier le reste du monde dehors...Au moins un instant.

Qui sait si par chance, cette maison n'abrite pas les trésors que l'on cherchait.





    We are not written for an instrument alone; I am not, neither are you. I’m not wise at all. I told you, I know nothing. I know books, and I know how to string words together.It doesn’t mean I know how to speak about the things that matter most to me.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Waking the demon ft Alan /!\ Violence   
Revenir en haut Aller en bas  
- Waking the demon ft Alan /!\ Violence -
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: