The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-44%
Le deal à ne pas rater :
Grosse promo sur les baskets Nike Air Max 270
84 € 150 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -16%
Promotion sur le kit d’entretien K&N pour ...
Voir le deal
15.37 €

Waking the demon ft Alan /!\ Violence
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kaz H. Hargraves
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 297
Sujet: Waking the demon ft Alan /! Violence   Mer 30 Déc 2020 - 1:07

Waking the demon -- For the animal's soul is your's. We will be completed right before your eyes. I have no control this time and now we both shall dine in Hell tonight.


Les lueurs du soleil d'hiver percent entre les rideaux de la caravane et baignent mon visage d'un rayon de lumière. Je plisse les yeux, tenté de me retourner sur le ventre et d'enfouir mon visage dans l'oreiller quand je réalise finalement que cette douce chaleur est agréable. Sous mes paupières, je ne vois que du rouge et je me sens aveuglé même comme ça. Je ne les ouvre pas pour autant et je me contente de pousser un grognement de plaisir en entament tout doucement d'étirer mon corps engourdis par une nuit de sommeil paisible et profond. Comme chaque fois que je dors ici, près de lui. Toujours a l'aveugle, ma main vient glisser lentement sous les draps à la recherche de son contact. Ma main s'arrête finalement sur son avant bras que je caresse du bout des doigts. Je bascule doucement sur le côté et entrouvre un œil, il dort encore. L'autre œil ne tarde pas à s'ouvrir lui aussi et je prends quelques minutes à le regarder dormir en souriant. Seulement, je suis rapidement impatient tel un gamin impatient qu'il se réveille et que la journée puisse commencer. Impatient aussi de voir un sourire et un regard désapprobateur se dessiner sur son visage. Alors, doucement ma main remonte le long de son bras en caressant sa peau pour s'arrêter sur son épaule ou le bout de mes doigts exercent une petite danse.

Il dort trop profondément où il se moque de moi ? Je ne sais pas trop. Je secoue alors mes pieds sous la couette dans un signe d'impatience, mais rien n'y fait. Aucune réaction de son côté. Il faut dire que je bouge beaucoup la nuit et qu'il en a peut -être tout simplement pris l'habitude, alors il en faut plus pour le sortir des bras de Morphée. Et je me mets à jalouser ses bras qui le retiennent d'ailleurs. Je pousse un soupir faussement irrité et m'extirpe hors du lit pour me ruer dans la cuisine en frissonnant. Cette habitude de me balader à poil quand il fait froid tout comme bien trop souvent je me balade pieds nus. En me dandinant, j'entame de faire chauffer de l'eau tout en sifflotant. Je ne serais pas étonné s'il avait fait semblant de dormir et si il était en train de m'observer et pour le plaisir du jeu, je ne regarde pas vers la chambre. Lorsque l'eau frémis dans la casserole, je m'empare du café moulu et en verse quelque cuillère au fond des tasses avant d'y ajouter l'eau. Je mélange avec la cuillère, regrettant de ne pouvoir adoucir le breuvage avec du lait ou du sucre. J'entame de fouiller les armoires, laissant derrière moi les placards grands ouverts. Posant des choses sur le plan de travail sans les remettre à leur place et je tombe finalement sur un petit pot qui contient du sucre. J'en verse trois bonnes cuillères dans ma tasse. Je ne sais pas du tout comment il aime boire son café et ça me frustre subitement de ne pas le savoir alors par principe je lui met aussi trois cuillères de sucre en haussant les épaules. Je reviens vers la chambre, il semble toujours endormis ou il fait bien semblant. Je pose une tasse sur sa table de nui et l'autre de mon côté.

Je bondis ensuite sur le lit sans aucune douceur. Ok, il fait un peu trop froid en dehors de la couverture. Surtout en tenue d'Adam, mais je n'en ai que faire des frissons qui me feraient presque grelotter. L'une de mes jambes passe au-dessus de lui et j'entame de sauter sur le matelas en courbant la tête pour ne pas me cogner contre le plafond.

Debout la-dedans ! Darling the sun is shinning and waiting only for you ! Rise and Shine. Maintenant !

Et je me laisse tomber lourdement sur le lit à côté de lui et viens me réfugier sous la couette. Mon corps glacé qui vient se blottir tout contre lui. Me pieds froids qui l'envahissent. On a vu plus délicat dans l'histoire du réveil, mais la délicatesse ce n'est pas toujours mon fort. Je me presse contre lui et tente de vampiriser toute sa chaleur. Je pose ma tête sur son torse et déclare.

Alors, aujourd'hui on part à la chasse aux livres et t'as pas le choix, c'est le grand jour. Tu te souviens je t'en avais parlé qu'on devait faire ça ? Ouais je sais je ne te laisse pas le temps de te réveiller que je joue déjà au moulin a parole. T'as pas intérêt à avoir d'autres plans aujourd'hui.

Je pousse un grognement qui se transforme aussitôt en éclat de rire et j'ajoute alors d'un ton informatif.

T'as un café sur ta table de nuit.

Et me lèvres se posent sur sa peau. J'imagine qu'il est réveillé maintenant, après le passage du bulldozer Kaz, je lui fais pourtant le petit affront de ne pas le regarder, un large sourire dessiné sur mes lèvres.




    We are not written for an instrument alone; I am not, neither are you. I’m not wise at all. I told you, I know nothing. I know books, and I know how to string words together.It doesn’t mean I know how to speak about the things that matter most to me.
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 329
Sujet: Re: Waking the demon ft Alan /!\ Violence   Mer 30 Déc 2020 - 14:48
Waking the demon

Waking the Demon
Where'd you run to?
Walking in shadows
Watch the blood flow.


Les nuits étaient plus douces en compagnie de Kaz, Alan devait bien l'admettre. Le froid s'insinuait dans la caravane, mais leurs souffles chaud et la chaleur de leurs corps parvenait à réchauffer l'atmosphère. Grâce à la compagnie de Kaz, les nuits du galeriste étaient plus lourdes, plus profondes. Les joies des orgasmes répétés et des caresses narcotiques parvenaient à assouvir la puissance bestiale du cinquantenaire qui dormait, avouons-le, littéralement comme une pierre. Le train de vie imposé par Connor, après qu'Alan ait frappé à sa porte, portait leurs fruits : le galeriste se montrait plus en forme, plus endurant. Il parvenait à maintenir le rythme malgré le froid. Cependant, il savait qu'il n'irait pas courir ce matin-là, ayant promis à Kaz une sortie spécifique. Il avait promis et tiendrait la promesse faite à son éphèbe. C'est donc sans se faire faire prier qu'Alan était tombé dans les bras de Morphée après leurs étreintes de la veille.

Quand Kaz s'était réveillé, il ne l'avait presque pas senti s'agiter, plongé dans un sommeil de mort. Ce n'est que quand il sentit le lit s'alléger, se vider, se refroidir, que le cinquantenaire grogna et se tourna sur le côté, sentant qu'il manquait quelque chose. Il n'ouvrit qu'un oeil quand il sentit s'insinuer en lui un froid glacé. Kaz venait de se reglisser sous la couverture après s'être levé. Alan arqua un sourcil, celui de son oeil ouvert qu'il referma, refusant de se lever.

Les paroles du bel éphèbe sonnaient comme un bourdonnement à ses oreilles. Il fronça les sourcils en appuyant sa tête dans l'oreiller, refusant d'émerger. Je commençais à comprendre le personnage. Quand il voulait quelque chose, Kaz ne se faisait pas prier pour l'obtenir. J'adorais ça. Diablement insolent. Alan ouvrit finalement les yeux et enlaça une jambe autour de la sienne comme pour le bloquer, tandis que les lèvres de son cadet se posait sur lui. Alan frotta sa barbe contre le torse du jeune homme, grognant comme un ours sortant de son hibernation avant de se redresser sur un coude et et de cligner des yeux plusieurs fois avant d'esquisser un sourire en coin. « Je t'ai répété cent fois hier soir qu'on irait... C'est moi le plus vieux et c'est toi qui perd déjà la mémoire ? » Ironisa Alan en arquant un sourcil, un air narquois et moqueur sur le visage avant que celui-ci ne s'adoucisse au contact des lèvres de Kaz.

Alan lui attribua un baiser sur le coin des lèvres avant de glisser sur lui de tout son poids pour attraper un café posé sur la dite table de nuit. « Merci... » Ce jus de chaussette n'avait rien de passionnant mais il permettait à Alan de garder les idées claires. Il s'assit sur le rebord du lit après avoir enjambé le jeune homme, nu lui aussi, avant souffler à la surface du café et de boire une gorgée, sentant les poils de sa moustache lui chatouiller les lèvres. « Il faudrait que tu me tailles de nouveau cette barbe... » Il se détourna du café pour s'asseoir au fond du lit avant de hausser les épaules d'un air presque innocent. « Je pourrais très bien le faire moi-même mais je préfère quand tu tiens la lame... » Un aveux plein de sous-entendu qu'il ponctua d'un sourire en coin avant de se lever. On voyait bien que les hachures de son corps se dessinait davantage. Alan faisait attention à sa corpulence et son apparence pour rester en forme. Hors de question pour le galeriste de se retrouver de nouveau en position de faiblesse comme lors des derniers événements.

« Habille-toi. Si tu veux qu'on y aille, il faut se préparer. En profiter tant que le soleil est encore là. » Indiqua Alan en plissant les yeux à la vue du rare rayon de soleil qui était parvenu à percer les nuages hivernaux qui ponctuaient le ciel. Alan chercha du regard leurs sous-vêtements qui avaient volé dans la pièce la veille, abandonna l'idée de les retrouver et attrapa un caleçon neuf. Il lorgna un instant sur la vue du corps parfait, finement ciselé de Kaz et se retint de ne pas y plongé de nouveau. Il se pencha vers lui pour lui arracher un baiser qu'il stoppa à contrecœur. « Ne me donne pas envie d'y replonger... C'est de ta faute, nous avons d'autres plans pour la journée. » Dit alors le collectionneur avec un sourire plein d'envie sur le visage avant de hausser les sourcils à l'adresse de Kaz.



APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 297
Sujet: Re: Waking the demon ft Alan /!\ Violence   Mer 30 Déc 2020 - 18:22

Waking the demon -- For the animal's soul is your's. We will be completed right before your eyes. I have no control this time and now we both shall dine in Hell tonight.

Les signes sont perceptibles que malgré la lutte, il émerge enfin pour mon plus grand plaisir.

Je t'ai répété cent fois hier soir qu'on irait... C'est moi le plus vieux et c'est toi qui perd déjà la mémoire ?

Je pousse un grognement qui s'adoucit à l'instant où ses lèvres rencontrent les miennes et je rétorque d'un air boudeur.

Je ne crois que ce que je vois !

Ce que l'on sait bien lui et moi, est totalement faux. J'ai tendance à croire en une foule de choses qui n'ont strictement pas le moindre besoin d'être tangibles ou palpables. Je voulais juste confirmer qu'il ne s'agissait pas hier soir de paroles à la légère et qu'il avait bel et bien l'intention de venir avec moi aujourd'hui. Satisfait par sa réponse, j'affiche un sourire de contentement. Il glisse alors sur moi et je fais mine un instant d'étouffer sous son poids lorsqu'il s'empare de la tasse. Toussant et le repoussant en maquant de lui faire renverser le contenue de sa tasse entre les draps. Je lui adresse un clin d'œil lorsqu'il me remercie et m'empare à mon tour de me tasse. Je préfère le thé, mais j'ai envie d'être en forme aujourd'hui. Comme si j'avais besoin de ça pour être du genre surexcité quand je le veux. J'alterne toujours ces phases d'hyper activité qui finissent par me vider tellement que je me retrouve totalement apathique au final. Je bois le café trop sucré en le regardant s'asseoir au bord du lit, mon regard qui glisse le long de son dos.

 Il faudrait que tu me tailles de nouveau cette barbe...  Je pourrais très bien le faire moi-même mais je préfère quand tu tiens la lame...

Je glousse en le regardant droit dans les yeux.

Tu sais que si je fais ça maintenant on ne va pas sortir de la journée...

Mon doigt vient courir délicatement sur sa barbe.

Parce que ça tourne toujours « mal ». Enfin mal c'est pas le bon mot, mais tu vois très bien ce que je veux dire.

Je relève le menton et lui adresse à mon tour un regard lourd de sous-entendus.

Je le ferais avec plaisir, s'il nous reste un peu d'énergie en rentrant de notre expédition.

Il se lève et sans la moindre retenue, ni pudeur je laisse mon regard courir sur son corps. Je sais qu'il a repris les entraînements avec Connor. Je ne cacherais pas le fait qu'il m'est arrivé de me pencher à la fenêtre de ma caravane pour les mater tous les deux en plein séance de sport et que je dois reconnaître que cela m'a fait de l'effet. Une série d'idées et d'images aussi sensuelles qu'inavouables que d'imaginer le boss se mêler à nos échanges fiévreux. Ok on se calme Kaz. Je ne suis pas convaincu que Connor serait ravi d'apprendre que ce genre d'idées me passent par la tête et viennent même à hanter l'une ou l'autre de mes nuits. Je glousse pour moi-même et pose ma main sur mon entre jambe, incapable de dissimuler ce que mon corps trahis à face à ce genre de pensées. Oh cela ne veut pas dire qu'Alan ne me suffit pas amplement, simplement que j'ai les hormones en permanence en ébullition. Je continue de boire mon café en matant Alan avant de déclarer.

Ça te réussit bien le sport.

Je relève un sourcil en hochant la tête d'un air grandement approbateur.

Habille-toi. Si tu veux qu'on y aille, il faut se préparer. En profiter tant que le soleil est encore là. 

Je vide la tasse et la repose sur la table de nuit avant de bondir hors du lit. Signe flagrant de mes pensées qui se tend encore et que j'ignore du mieux que je peux. Le baiser qu'il m'accorde ne fait rien pour aider, je dois l'admettre. Heureusement que je suis bien déicide à mener a bien notre mission du jour parce que je suis à deux doigts de me laisser retomber sur le lit et de l'inviter à m'y rejoindre.

Ne me donne pas envie d'y replonger... C'est de ta faute, nous avons d'autres plans pour la journée. 

J'affiche un air offusqué en poussant presque un cri d'exclamation.

Tu mens. Je n'ai rien fait ! Je suis innocent.

Et en gloussant j'enfile les quelques vêtements que j'avais sur moi la veille. Il est évident que je ne vais pas avoir assez chaud comme ça alors je me rue vers la sortie et annonce d'une voix chantante.

Je vais chercher des trucs chez moi, retrouve moi dehors.

Un détour par ma caravane où j'enfile rapidement des vêtements plus chauds et enroule une grosse écharpe autour de mon coup, des mitaines noires sur mes mains et je chausse de grosses bottines noires elles aussi. Je récupère mon sac à dos que je vide pour être bien certain d'avoir la place de le remplir et je range mes couteaux de lancer là où je pourrais les atteindre facilement malgré les couches de vêtements. Une petite caresse à Onyx qui se trouve boudeur de me voir trop souvent absent ces derniers jours et je me précipite à l'extérieur en criant vers la caravane de Alan.

Je suis prêt Darling ! Dépêche toi. Allez hop! En route ! L'aventure nous attends !

Nous nous apprêtons à prendre la route vers le centre de Seattle. Les livres ne sont pas forcement la chose la plus recherchée depuis le début de l'apocalypse. Ça ne se mange pas, on ne se défend pas et on se soigne pas avec. J'ai de grands espoirs que nous parvenions à en trouver dans un état correct. Ils sont partout, dans tous les foyer. Je sautille d'un pied à l'autre pour faire face au froid en attendant qu'il me rejoigne. Lorsqu'il apparaît finalement je me précipite vers lui et me penche pour lui murmurer.

Tu penses qu'on devrait être plus discret?





    We are not written for an instrument alone; I am not, neither are you. I’m not wise at all. I told you, I know nothing. I know books, and I know how to string words together.It doesn’t mean I know how to speak about the things that matter most to me.
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 329
Sujet: Re: Waking the demon ft Alan /!\ Violence   Ven 1 Jan 2021 - 14:02
Waking the demon

Waking the Demon
Where'd you run to?
Walking in shadows
Watch the blood flow.


Il avait fallut du courage de la part du galeriste pour résister à l'appel délicieux du corps de l'éphèbe, qui le sexe dressé, semblait attirer l'entité du cinquantenaire comme un aimant. Une alchimie, une formule faisant office d'argument d'autorité pour justifier leur relation. Alan esquissa un sourire en arquant un sourcil, le voyant cherché ses vêtements. Effectivement, l'entretien de la pilosité du collectionneur était quelque chose de dangereux, qui leur brûlait les doigts. Il secoua la tête en riant d'un ton grave avant de se passer une main dans les cheveux.

« Je ne peux pas te dire le contraire... Ça n'aurait pas été pour m'en déplaire... » Alan ne refusait jamais une partie de plaisir aux côtés de Kaz, mais il lui avait promis de partir à la recherche de quelques livres supplémentaires pour leurs collections respectives. Une sortie assez simple par ailleurs, je n'avais aucune idée de ce qui pouvait nous attendre. Je sentais un enthousiasme profond tapit dans mon esprit. Je ne l'avais pensé innocente. Le collectionneur avait alors acquiescé simplement, finissant son café tandis que Kaz retournait à sa caravane chercher d'autres affaires. Il se pressa ensuite pour enfiler un pantalon noir, un col roulé de la même couleur et un manteau identique duquel dépassait une capuche grise. Il réfléchit un moment et consentit à s'équiper simplement d'un marteau à une main et d'un couteau de chasse à sa ceinture, ainsi que d'un sac à dos vide qui avait pour vocation de servir de réceptacle pour leurs future collecte. Une simple gourde, une barre de céréales et une petite boîte dans laquelle quelques bandages étaient rangés dans la pochette avant, sans prétention.

En ouvrant la caravane, fin prêt, Alan retrouva Kaz, vêtu de circonstance, arborant les couteaux colorés qu'on lui avait offert à Noël. Le collectionneur arqua un sourcil en constatant l'enthousiasme de son partenaire qui semblait enjoué à l'idée de partir de dégourdir les jambes pour une telle quête. Il l'accueilli en attrapant ses deux avant-bras de ses mains et sourit en penchant la tête sur le côté. « Ce será une promenade de santé. Nous trouverons notre bonheur au premier coin de rue. En route ! » En lui pressant les avant-bras affectueusement avec un sourire, Alan relâcha son étreinte avant de se mettre en route. Ils marchaient au même rythme, vêtus de manière assez similaire, ce qui ne pouvait qu'attacher un sourire au galeriste.

« J'ai besoin de quelques livres de théorie... Kandinsky... Heinich... Mais je me contenterai de quelques récits de voyage à défaut tomber sur la maison d'un professeur... » Raconta sur l'air de la discussion le cinquantenaire en haussant les épaules. Il n'espérait pas trouver ce qu'il voulait exactement mais peu importait. Leur amour pour la littérature et l'objet même du livre suffisait à justifier cette sortie. Le chemin était simple : longer le golf pour atteindre une petite zone résidentielle près de là. Là-bas, ils trouveraient bien leur bonheur.

« Pas d'infectés... Le froid les ralentis c'est un mal pour un bien. » Ajouta Alan après quelques instants en battant le pavé abîmé par la nature reprenant ses droits : de nombreuses racines éventraient certaines parcelles de béton, reprenant leur droit.

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 297
Sujet: Re: Waking the demon ft Alan /!\ Violence   Sam 2 Jan 2021 - 1:43

Waking the demon -- For the animal's soul is your's. We will be completed right before your eyes. I have no control this time and now we both shall dine in Hell tonight.

Ce sera une promenade de santé. Nous trouverons notre bonheur au premier coin de rue. En route ! 

Je réponds à son sourire avant de sautiller sur quelques pas pour finir par me calmer et me caler sur le même rythme de marche que lui. Je crois bien que c'est la première fois qu'on fait quelque chose rien que tous les deux, du moins en dehors de nos caravanes respectives. J'enfonce mon visage dans son épaule pour quelques secondes avant se poser un baiser sur sa joue. Ça me fait plaisir de partir en expédition avec lui, il s'agit là d'un moyen supplémentaire de se créer des souvenirs et d'autant plus si c'est basé sur notre amour commun des livres. L'espace d'un instant, je prends du recul, nous imagine comme si je pouvais nous voir de l'extérieur et je dois reconnaître que je trouve le tableau absolument charmant. Il est certainement évident aux yeux de tous que nous formons un couple, même si l'un et l'autre on rechigne encore probablement à vouloir se qualifier de la sorte. Il n'y a probablement que nos yeux qui ne sont pas crevés par l'évidence. A moins que... Je rigole doucement pour moi-même. Au final je m'en fous qu'on puisse se coller une étiquette ou un qualificatif, j'apprécie chaque moment passé avec lui et c'est tout ce qui compte. Je me blottis un peu plus dans mon écharpe pour lutter contre le froid qui me mord le visage.

J'ai besoin de quelques livres de théorie... Kandinsky... Heinich... Mais je me contenterai de quelques récits de voyage à défaut tomber sur la maison d'un professeur..

Oh ce serait une chance de tomber pile sur ce qu'il cherche. Je note de toute façon ses références dans un coin de ma tête au cas où je tomberais moi-même dessus. Je sors alors de ma poche arrière une feuille de papier griffonnée dans tous les sens, chiffonnée, abîmée, rafistolée ou led mots se superposent presque et je la tends devant nous.

Tout ça ce sont les tomes qui me manquent dans certaines séries de livres ou pour compléter certains auteurs, puis aussi ceux que je voudrais absolument trouver. Il y a de quoi faire ! Puis y a aussi toutes les surprises, ceux auxquels je ne m'attends pas...T'sais je serais capable de ramener un livre de recettes juste pour la forme si je ne trouve rien qui me plaît.

Je hausse les épaules et replie la liste pour la ranger dans ma poche.

Par contre je vais finir par manquer de place chez moi. Je vais devoir faire un tri et ça me rend malade d'avance.

Je glousse un peu pour dédramatiser. Je ne parviens pas à me séparer d'un livre, même ceux dont je n'affectionne pas particulièrement le contenu. Je trouve cela bien trop triste d'imaginer que peut-être il ne sera plus jamais lu, que son utilité première n'aura plus de raison d'être. J'ai l'impression de commettre un acte de trahison, je dois pourtant me faire à l'évidence, je ne peux pas tous les garder.

Pas d'infectés... Le foie les ralentis c'est un mal pour un bien. 

Je hoche la tête en balayant du regard les alentours avant de venir prendre son bras pour l'entourer autour de moi.

En parlant de froid tu pourrais faire un effort pour m'aider à me réchauffer.

Je rigole à nouveau en me blottissant contre lui, on sait bien tous les deux que ce n'est pas un vrai reproche, mais simplement un prétexte pour réduire l'espace entre nous. Nous continuons notre route, enjambant certains obstacles pour revenir vers lui dès qu'il est possible d'avancer de front. Les maisons se dévoilent à notre vue et je m'arrête alors au milieu d'une rue pour contempler les faire l'instinct aussi. Mon regard se pose finalement sur une maison qui à mes yeux à plus de charmes que les autres et je la désigne en pointant mon index dans sa direction.

On commence par celle-là.

Il s'agit d'une maison avec un étage comme on en voit bien souvent dans ce genre de quartier. Son ancien propriétaire a peins des fleurs autour de la porte d'entrée et oui ce petit détail suffit pour me plaire. Je tire Alan par le bras et de ma main libre je m'empare d'un de mes couteaux, il vaut mieux être prudent. Je tente de voir si la porte cède, mais le bois doit s'être dilaté à cause de l'humidité et je ne parviens pas à l'ouvrir. Je remarque alors une fenêtre cassée sur le côté passe le bras à l'intérieur pour ouvrir ce qui tient encore debout.

Par là.

Je passe en premier et lui fait signe de me suivre. Il fait un peu sombre dans la cuisine dans laquelle nous entrons et cela sent le moisi à l'intérieur. A première vue, je ne vois rien d'inquiétant. Je tends l'oreille, il ne me semble pas entendre de grognement qui gronderait dans le silence.

Ok c'est parti pour l'exploration.

Je tire à nouveau Alan à ma suite pour entrer dans le salon. Je fais preuve d'une impatience qui trahi mon excitation. Malheureusement, pas la moindre trace d'un livre dans cette pièce.

Si pas dans le salon, ça doit vouloir dire dans un bureau ou une chambre. Une maison sans le moindre livre, cela n'existe pas.

J'indique un côté du couloir à Alan et décide de prendre l'autre. Deux portes de chaque côtés qui sont à ouvrir et peut-être renferment l'un ou l'autre trésor.




    We are not written for an instrument alone; I am not, neither are you. I’m not wise at all. I told you, I know nothing. I know books, and I know how to string words together.It doesn’t mean I know how to speak about the things that matter most to me.
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 329
Sujet: Re: Waking the demon ft Alan /!\ Violence   Dim 3 Jan 2021 - 11:17
Waking the demon

Waking the Demon
Where'd you run to?
Walking in shadows
Watch the blood flow.


Un papier griffonné de sa main, une liste non exhaustive des ouvrages qu'il espérait trouver. Kaz attendrissait Alan sans s'en apercevoir, par des gestes simples ou des paroles lancées sur le ton de la conversation, qui suffisait au cinquantenaire pour esquisser un sourire dont il ne se rendait même pas compte. Pressant son bras contre le sien quand il le lui pris un bref instant, Alan s'autorisa cette approche en plein terrain inconnu. Il assumait parfaitement son âge, beaucoup mieux depuis qu'il avait commencé le programme de remise en forme de Connor, et d'être vu au bras de cet éphèbe aux yeux brillants de malice.

À la mention du manque de place, Alan toussa un rire en haussant les épaules, faisant tournoyer son marteau entre ses mains. « Il n'y aura plus qu'à installer une bibliothèque quand on aura enfin cette salle commune dans le véhicule mentionné au cours du repas la dernière fois... » Il avait en effet question d'une suggestion, au détour d'un repas pris tous ensemble au coin du feu dans le hall d'accueil du golf, celle d'un véhicule qui pouvait tout à fait convenir à bleues déplacements potentiels et à l'accueil de leurs lourdes carcasses pour se réunir. Un lieu commun qui aurait le droit, selon Alan, à une dose culturelle qui adoucirait peut-être les mœurs... Pourquoi pas après tout, notre lieu de vie était agréable, je l'appréciais sincèrement, mais un lieu où échanger n'aurait pas été de refus.

Poursuivant leur route, le galeriste se fraya un chemin jusqu'à l'allée principale, une route donnant sur la zone pavillonnaire dont ils avaient parlé la veille, qu'Alan et Kaz avaient sélectionné sur la carte. Elle se trouvait à une bonne heure de marche de leur camp et contiendrait, ils l'espéraient, des ouvrages intéressants. Alan acquiesça quand Kaz proposa de commencer par la maison à l'allure plus raffinée que les autres. Les précédents propriétaires avaient fait des efforts pour que leur maison achetée sur plan, sorte un peu du lot. Pour convenir à leur personnalité, quelque chose dans ce goût là. La personnalisation n'était pas vraiment au goût du collectionneur, qui avait toujours évolué dans des appartements qu'il n'occupait pas de manière optimale, toujours occupé à bouger, voyager. Il appréciait les belles choses, le design épuré mais bizarrement, c'était retrouvé dans le bric à brac de Kaz, dans sa propre caravane. Parce qu'il avait tout de même du goût ou parce qu'Alan n'était pas très objectif, et aussi peut-être parce qu'il avait changé, depuis Los Angeles, depuis la Mork's Galery et depuis tout le reste...

Ils s'afférèrent dans le salon de cette maison pour trouver quelques ouvrages... Pas grand chose. Alan grogna d'agacement à voir qu'une famille si créative pour la marquetterie et qui s'entetaient à rajouter des petits dessins peints à la main sur leurs meubles, n'avaient pas de livres, ne serait-ce que de loisirs créatifs. Il pencha la tête en arrière pour guetter des bruits suspects à l'étage... Rien. Il fit un signe à Kaz en mentionnant la cuisine. « Bruce appréciera peut-être des recettes de cuisine pour trouver de nouvelles Inspirations. Je vais jeter un œil à l'étage, rejoins-moi après. »

Le galeriste sourit à Kaz et le quitta quelques instants pour se faufiler à l'étage, notamment dans une salle de jeu dans laquelle une table de billard avait été installée. Heureusement pour lui, il y avait également une petite bibliothèque, dans laquelle il trouva quelques romans, des bandes-dessinées et quelques autobiographies d'historiens. C'était bien rare que je pense aux autres, mais j'avais tout de même pris le tout. Les bandes-dessinées se lisait rapidement et pourraient faire le tour des âmes du camp, c'était toujours ça de prit. Alan pensait au groupe et en était le premier surpris. Il ajusta la montre qui était à son poignet, qui fonctionnait de nouveau grâce à Kaz et y jeta un œil presque trop heureux de pouvoir estimer le temps qu'ils mettaient à fouiller une maison.

En se dirigeant vers la chambre des parents - espérant trouver une bibliothèque - Alan rencontra les yeux de Kaz qui le rejoignait à l'étage. « Comme quoi le charme d'une maison n'a rien à voir avec ses habitants... Je dois avouer que je m'attendais à mieux. J'ai un Zola, assez scolaire, et un Dickens, rien de bien passionnant. Des bandes-dessinées aussi. On termine la chambre et on va à celle d'en face. Elle avait l'air assez miteuse. On verra alors si la prophétie dit vrai sur les maisons d'artistes. » Dit-il avec un brin d'humour en haussant les sourcils, passant à la suite de Kaz pour toucher délicatement la tête de lit poussiéreuse du lit conjugal. Ces gens avaient pris le temps de faire le lit avant de quitter leur nid... Vers un camp de réfugiés dont ils ne sortiraient probablement pas indemnes.



APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 297
Sujet: Re: Waking the demon ft Alan /!\ Violence   Dim 10 Jan 2021 - 22:39

Waking the demon -- For the animal's soul is your's. We will be completed right before your eyes. I have no control this time and now we both shall dine in Hell tonight.


Il n'y aura plus qu'à installer une bibliothèque quand on aura enfin cette salle commune dans le véhicule mentionné au cours du repas la dernière fois...

Je tourne la tête vers Alan. Mes lèvres qui forment un « oh » silencieux alors que mon regard se part de mille étincelles tel un gamin le matin de Noël devant ses cadeaux. Je me presse un peu plus fort contre lui me retenant de laisser exploser ma joie parce qu'il vaut mieux être discret. Je m'empresse pourtant de lui répondre.

Ce serait le rêve ça ! J'adorerais ! Enfin c'est pas pour autant qu'il ne faudra pas me mettre des limites. Tu me donnes un champ et je te le remplis de livres. Ça sera ta mission de sélectionner ceux qui en valent le coup. Je fais entièrement confiance à ton jugement !

Après tout, je serais plus que mal placé pour contredire son goût certain. Je glousse doucement et lui adresse un clin d'œil complice. Nous entrons finalement dans une maison qui a attiré mon attention et je sais l'occasion lorsqu'il parle de livres de cuisine pour Bruce. Faut dire qu'on en profiteras tous au final et que je me régale avec plaisir de tout ce qu'il prépare. Je hoche la tête lorsque Alan m'invite à le rejoindre après et je me précipite vers la cuisine où je trouve une petite étagère qui contient en effet plusieurs ouvrages culinaires. J'en parcours rapidement quelques-uns et décide d'en fourrer trois dans mon sac dont les images des recettes me font déjà saliver et provoquent un gargouillis absolument pas discret au creux de mon ventre. J'ouvre ensuite les portes au rez-de chaussé et me trouve ravi de découvrir une chambre d'adolescent dans le plus pur respect de l'art. Je remarque au mur un poster d'un groupe que moi-même j'écoutais beaucoup à l'époque et je me retrouve à chantonner les paroles d'une de leurs chansons en fouillant la pièce. Je finis par tomber sur une série de comics et je sais automatiquement à qui ils feront plaisir. J'en enfuis une dizaine dans mon sac. Je proposerais à Milow qu'on revienne tous les deux pour chercher le reste. Je me dirige finalement vers l'étage pour rejoindre Alan qui me fait le bilan de ses trouvailles. Un sourire qui s'étire sur mon visage à ses paroles.

J'ai trois livres de cuisine pour Bruce et une série de comics pour Milow. Je n'ai rien trouvé de ma liste par contre.

Je penche la tête sur le coté en haussant les épaules, il est trop tôt pour perdre espoir. Je trouverai bien quelques choses un peu plus tard. Je me retourne vers Alan et le vois poser ses doigts sur la tête de lit. Je prends soin de garder mes distances lors de ce genre de visites. Si je me laisse aller, je sais que je peux me retrouver paralysé à tenter d'imaginer ce qu'était la vie dans cet endroit et quel a été le destin des occupants de cette maison. Si je me laisse prendre, ça me bouffe bien trop rapidement et je m'écroule pris de fatigue et de douleurs. Je laisse tomber mon sac à mes pieds, je secoue férocement la tête en serrant le point et comme dans une tentative de me distraire et pour trouver quelque chose à quoi m'accrocher, je grimpe sur le lit et le traverse pour rejoindre Alan. Comme bien souvent, je laisse une trace de chaos derrière moi en emmêlant les draps sur mon passage parce que l'ordre n'est pas signe de vie, jamais. Ma main se dépose sur son épaule et je viens poser mes lèvres contre sa joue, glissant lentement à ses lèvres auxquelles je m'accroche pour chasser tout ce qui me passe par la tête. Mon visage caresse le sien avant que je ne m'éloigne un peu pour parcourir la pièce des yeux. Il n'y a pas grand-chose pour attirer notre attention. J'ouvre une armoire, un tiroir et pas un signe de quoi que ce soit d'intéressant en vue. Je me tourne vers lui.

Ok, on bouge ?

Je me précipite hors de la pièce en lui faisant signe de me suivre. Je dévale rapidement les escaliers, en vérifiant qu'il me suit et ce n'est que lorsque nous nous trouvons au milieu de la rue que je réalise mon oubli.

Euh, je ne suis pas doué, j'ai laissé mon sac dans la chambre.

Je lui désigne la maison qu'il a choisie pour continuer l'exploration et je déclare.

Prends les devants et trouve moi une perle. Je retourne le chercher et je te rejoints.

Je m'éloigne en lui souriant, avant de faire volte face et de remonter dans la maison où je récupère mon sac déjà un peu lourd. Je redescends sans plus attendre et lorsque j'arrive dans la rue je remarque que Alan a bel et bien disparu dans la maison. Rien ne presse finalement. Alors, poussé par une mauvaise habitude, je glisse une clope entre mes lèvres avant de le rejoindre. Je prends appuis sur le muret devant la maison dans laquelle il est entré et je fume tranquillement. Je ne remarque même pas les deux silhouettes qui débouchent dans la rue derrière moi avant que leurs voix ne résonnent à mes oreilles.

-Oh, mais ce ne serait pas le connard auquel on a a mis la misère y a quelques mois ? Tsais le bouffon qui pense qu'il peut te dire l'avenir et communiquer avec les fantômes.

- Mais ouais ce bouffon qui t'a prédit que t'allait te faire manger la misère par un grand mec aux cheveux bruns. Spoiler : c'était pas lui en tout cas.

Un frisson me glisse le long du dos. Je me souviens d'eux. Leur voix. L'agression que j'ai subie quelques mois plutôt et l'état dans lequel ils m'ont mis simplement parce que je ne leur revenais pas. Je suis resté pendant des semaines enfermé dans ma caravane à panser les plaies et à tenter de digérer l'injustice de me faire lyncher simplement parce que je suis différent d'eux. Pas pour la survie, pas parce que c'était nécessaire pour eux, pour se défendre. Oh non, simplement gratuitement. Je balance ma clope et me redresse pour partir quand déjà ils m'entourent de chaque côté.

Je ne cherche pas la merde. Chacun continue son chemin et c'est très bien comme ça.

Par réflexe l'une de mes mains glisse vers l'un de mes couteaux Je n'ai pas de problème avec l'idée de me défendre si il le faut, mais je préfère éviter. Même des connards pareils, je n'ai pas envie de leur faire mal s'il est possible de contourner cette éventualité. Il est évident qu'un jour, c'est ma bonté qui me perdra. Ils ne perdent pas un instant à me bousculer et je serre les dents. On, dirais deux putain de connards dans une  cour de récré qui se croient les plus fort et peuvent bander qu'en faisant régner la terreur autour d'eux. Je relève le menton, les regardes dans les yeux l'un après l'autre.

C'est bon, j'ai bien compris la première fois. On s'ignore et tout ira bien.

Ils ne font que me rire au nez en se chauffant et en se donnant des coups de coude pour gonfler leurs petits égos respectif.

-Non, mais nous on envie de jouer tu sais. On a besoin de se défouler et devine quoi ? Ta gueule nous reviens pas plus que la première fois. Pour qui tu te prends avec un look pareil d'ailleurs ? On n'a pas idée de ressembler à un truc pareil.

Je tente de passer entre eux en les bousculant quand un premier coup de point s'écrase dans mon ventre et qu'un autre vient me fendre la lèvre. Je trébuche et me recule en pointant mon couteau devant moi. Je n'ai aucune envie d'en venir à ce genre de recours, mais si je n'ai pas le choix, cette fois je n'hésiterais pas. Je tente de m'en persuader alors que plié en deux je me tiens le ventre où la douleur m'empêche de me redresser. Un filet de sang qui me coule des lèvres.




    We are not written for an instrument alone; I am not, neither are you. I’m not wise at all. I told you, I know nothing. I know books, and I know how to string words together.It doesn’t mean I know how to speak about the things that matter most to me.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Waking the demon ft Alan /!\ Violence   
Revenir en haut Aller en bas  
- Waking the demon ft Alan /!\ Violence -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: