The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Une rencontre inattendue ! Feat Ava
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ava S. Gutierrez
Ava S. Gutierrez
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 228
Sujet: Re: Une rencontre inattendue ! Feat Ava   Mer 30 Déc 2020 - 19:37
Peut-être que la situation était plus importante que j’le pensais ? Pour moi, c’était qu’un petit bobo comme il nous arrive à tous d’en faire. Le petit bout de verre dans sa jambe était pas si gros qu’ça, déjà. Et quand je l’ai retiré, y a pas plus de sang qui s’est mis à couler de sa jambe alors... j’pensais que ça irait ? Que je pourrais la soigner avec un peu d’alcool, un pansement et que ça irait mieux ?

Sa soudaine chute au sol m’a laissé comprendre que non, ça n’irait pas mieux. Elle était vraiment pas bien. « Eh, ça va ? » C’est drôle comme on est toutes les deux passées d’un conflit à... quelque chose de plus doux ? J’ai plus envie de lui tirer les cheveux mais de l’aider. C’est marrant, quand même, la vie...

Elle s’est rattrapée de justesse, a évité de se faire d’autres bobos, des bobos plus importants que j’aurais vraiment pas su soigner. Si elle était tombée sur la tête ou qu’elle s’était coupé avec un autre bout de verre, ça aurait vraiment été la cata...  « Eh, tu meurs pas, hein ? » Ça se voyait peut-être pas, mais j’étais beaucoup moins rassurée en voyant son état. Ces yeux qu’elle peinait à garder ouvertes, sa poitrine qui se soulevait à une vitesse monstre et ses battements de cœur bruyants que je pouvais ressentir sans même être collée à elle. Elle me faisait super méga peur... et même si je la connaissais absolument pas, je commençais un peu à paniquer. Non pas d’avoir possiblement tué quelqu’un, mais surtout de ne pas avoir les compétences, ni les capacités de lui venir en aide.

J’avais treize ans, je savais juste me mettre un pansement en cas de gros bobo, c’est tout. Mais voir autant de sang sur ses fringues, dans la petite marre qui se formait sur le sol près de sa jambe, ça commençait à me faire un peu peur. Elle était en train d’aller ailleurs, de perdre connaissance. « Meurs pas, s’teuplaît... j’ai rien fait, j’voulais pas qu’tu sois blessée. » Je voulais pas, mais c’était arrivé...

Et ce que je redoutais est arrivé. Les larmes qui coulaient le long de ses joues, son teint qui tournait au pâle complet... Elle voulait que je m’occupe d’elle. Et c’était plus du tout qu’une question d’alcool et de pansement, elle voulait que j’fasse tout un tas de trucs, que j’me mette à la recoudre ? C’était un truc de taré ! J’savais pas coudre, moi. Puis elle me disait trop d’informations à la seconde, trop d’instructions... elle croyait vraiment que j’allais retenir tout ça ? Déjà que d’habitude, j’étais pas vraiment attentive... alors si en plus fallait que je me souvienne de tout ça alors que j’étais plus paniquée que jamais, c’était impossible.

J’essayais quand même. De me rappeler. Alcool, désinfecter, coudre. Elle m’a aussi parlé du lapin, mais c’était le cadet de mes soucis... J’allais pas l’oublier, bien sûr, mais la blondinette qui était en train de tomber dans les pommes à côté de moi, c’était ma priorité, celle qu’il fallait à tout prix sauver.

« Je... j’sais rien faire, moi ! J’peux pas... » J’ignorais totalement ses dernières paroles. Elle pensait encore me voir m’envoler, mais c’était pas dans mes plans, ça l’a jamais été... et le jour où je laisserais quelqu’un dans l’embarras, je ne serais plus moi-même.
Puis plus rien. Les yeux qui se ferment, les tremblements qui cessent, les gémissements qui finissent par se taire. Est-ce qu’elle était morte ? C’est la première chose dont je me suis assurée en me penchant par-dessus elle et en venant caler mon oreille gauche contre sa poitrine. Son cœur battait encore, elle était juste... endormie. Je crois ? Elle était quelque chose, mais elle était pas morte !

C’était pas encore bien clair jusque là, mais ses symptômes commençaient eux-aussi à apparaître chez moi. Les tremblements de panique, la tête qui commençait à chauffer à cause de cette lourde tâche qu’elle venait de me confier. J’avais sa vie entre les mains, et j’pouvais pas faire n’importe quoi.

Ma main s’est mise à trifouiller dans la boîte à bijoux jusqu’à ce que j’en sorte un paquet de compresses et de l’alcool. Avec le bout des doigts qui fait mal et les mains qui tremblent, ça a été plutôt compliqué. Si j’tremblais autant pendant que je me mettais à la recoudre, c’était foutu de chez foutu. Mais c’était pas ce qui m’inquiétait, ce qui hantait mes pensées... Y avait de tout, en fait, là-haut. De la panique, de la peur, de la crainte. J’crois que si j’étais un peu plus jeune, je serais allée la rejoindre au pays des rêves. J’avais pas les épaules pour un truc pareil.

Avant tout ça, j’ai d’abord aspergé mes doigts de « vaseline ». Je savais pas trop à quoi ça servait, mais je suivais ses conseils à la lettre. Elle avait l’air intelligente, et elle savait clairement plus à ce sujet que moi.

J’ai ensuite pris l’alcool. Avec le flacon dans la main, j’ai aspergé une partie de la plaie d’alcool. Je crois que ça sert à désinfecter, je suis pas sûre. J’en ai aussi mis sur une compresse que je suis venue presser contre la plaie avant de m’occuper du fil et du p’tit crochet qui trainaient dans la boîte... C'était pas du matériel comme Mamie en utilisait quand elle faisait des chandails. Nan, c'était... des trucs de pêche, je crois ? C'était différent d'une simple aiguille, mais le concept était le même. Elle avait plus trop l’air de saigner. Faut dire, elle s’était déjà vidé de son sang comme il le fallait avec la dose de liquide rouge qui trainait au sol.

Le crochet et le fil désinfectés eux-aussi avec une grande dose d’alcool (j’ai mis tout le flacon), j’ai mis le p’tit fil à travers le trou dans le crochet. J’crois que c’est comme ça qu’on fait.

La prochaine étape, je la connaissais très bien... j’allais devoir planter le bout du crochet dans sa peau pour refermer la plaie, c’était le but. Je m’y suis prise à deux fois. J’ai d’abord pas eu la force de le faire... mais avec une main sur son mollet et le crochet dans l’autre main, j’ai fini par y parvenir. C’était très dur psychologiquement de percer la peau d’une fille. Un animal mort, j’en avais déjà vu un. J’ai toujours aimé la viande d’ailleurs, mais devoir toucher comme ça à la peau, la chair de quelqu’un, ça me donnait envie de vomir. C’était moche, en plus... mais c’était une question de vie ou de mort.

J’ai avalé ma salive plusieurs fois pendant ma petite activité couture. Je me suis même sentie sur le point de vomir, mais c’était une fausse alerte. Je crois qu’au bout d’une trentaine de minutes, sa plaie était refermée. Le résultat était absolument dégueu, loin d’être une œuvre d’art... C’était pas droit, j’avais un peu fait n’importe quoi, mais c’était refermé... et c’est tout ce qu’elle avait demandé, nan ?

J’avais fini mon boulot. J’étais en nage, mon pyjama puait la sueur mais j’y prêtais pas trop attention. Les mauvaises odeurs, c’était depuis bien longtemps le dernier de mes soucis. « Alessia ? T’es morte ? » Je veillais de nouveau à ce qu’elle soit bien vivante. Sa tension semblait s’être calmé. C’était bon signe, je pense ? J’ai mis un bandage par-dessus la plaie que j’ai accroché avec du scotch : ça lui ferait mal quand elle l’enlèverait, mais elle me remercierait.

J’ai veillé à bien faire un gros ourlet à son pantalon, par-dessus sa plaie. Elle serait obligée de le jeter, j’crois que laver autant de sang, c’est impossible... Je l’ai débarrassée de ses chaussures et de ses chaussettes que j’ai jeté dans un coin, et je l’ai doucement tirée sur le matelas pour l’installer correctement et la couvrir de sa petite couverture. Elle allait avoir besoin de se reposer, c’était évident. Pendant un instant, j’ai même pensé à être gentille et à lui donner mon pyjama pour récupérer ses fringues, histoire qu’elle soit bien au chaud, mais j’me suis dit qu’il fallait pas abuser non plus...

Du temps est passé, je sais pas combien de temps, mais... quand j’ai éteint le feu à l’extérieur et que j’ai coupé des bouts de viande sur le lapin, il commençait déjà à faire nuit... alors, je me suis servie de ma lampe torche pour éclairer l’intérieur du bâtiment.

Alessia dormait toujours. J’ai veillé plusieurs fois sur elle, j’ai passé le temps qui a suivi mes soins à la regarder, à me poser des questions sur elle... J’ai même fait un petit tour de son sac à dos et de toutes ses affaires. J’ai toujours été aussi curieuse, je sais.

Je suis remontée à ses côtés avec un genre de bol en plastique dans lequel j’ai mis le plus de viande possible, et j’ai commencé à manger sur le matelas à ses côtés. J’étais en train de me goinfrer quand elle a ouvert les yeux, paraissant encore plus shootée que lorsqu’elle s’est endormie... mais elle était vivante, c’était l’important ? « Ça... ça va ? Tu t’sens bien ? »

Adossée contre le mur et bien affalée sur le matelas, j’ai posé le bol sur la couverture pour poser ma main sur son front et prendre sa température. J’ai jamais fait ça, mais elle me semblait un peu chaude... plus chaude qu’il le fallait. « Tiens, bois un peu... et mange. » J’ai pris ma gourde et je l’ai aidé à boire un peu de l’eau que j’avais, avant de prendre deux bouts de viandes entre mes doigts et de venir lui caler contre les lèvres. Ça me rappelait un peu toutes ces heures que j’ai passé à jouer à la poupée quand j’étais plus p’tite, sauf qu’Alessia était pas une poupée. « Ça va aller ? Tu vas pas mourir ou j’sais pas quoi, hein... ? Tu vas rester vivante ? » que je lui demandais d’un ton un peu hésitant, comme si j’essayais surtout de me rassurer moi-même d’avoir fait un plutôt sale boulot. C’était de ma faute si on en était là. Et qu’elle le croie ou non, j’avais fait de mon mieux pour qu’elle s’en sorte.


You only need one thing to survive the apocalypse: a badass unicorn.
Revenir en haut Aller en bas  
Alessia Marino
Alessia Marino
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 140
Sujet: Re: Une rencontre inattendue ! Feat Ava   Mer 30 Déc 2020 - 20:30
Je m'enfonçais dans un nuage de douceur, entourée d'une chaleur mordante ou alors était-ce du froid ? Mes membres étaient engourdis, comme envoutés par cet délicatesse empoisonnante. Le bruit du vent, un tintement de plastique, des bruits de mastications, c'était donc ça, je me faisais bouffée ?

" ♪ Il destino è stato crudele e l'ordine scortese... mh... ti ho portato dolcemente a dormire... ♪"

Des mots s'échappaient de façon incontrôlable de ma bouche, je me rappelais cette chanson que ma mère chantait... La mastication s'était arrêtée, ma bouche était moite, je ne suis même pas certaine que des sons se soient échappés d'entre mes lèvres. Une voix atteignait mes sens, elle était familière.

"Mamma ?"

J'ouvrais péniblement mes yeux, tout resta trouble pendant quelques secondes jusqu'à ce qu'un visage se dessine devant moi... C'était la jeune fille, Ava, elle avait l'air morte d'inquiétude ? Que je la mange peut-être ? Elle guidait jusqu'à ma bouche un récipient, une gourde peut-être, dont je prenais quelques gorgées m'aidant à reprendre mes esprits. Mon corps commençait lui aussi à retrouver la raison et la douleur guettait à la porte de mon cerveau. Un doux goût se frottait à mes lèvres, de la viande oui... Ah oui... Le lièvre.

Je me redressais très légèrement, écroulant le haut de mon dos contre le mur proche, tendant l'une de mes mains à ce morceau pour le maintenir moi-même, tentant de mâcher un petit bout. Il faisait sombre dans la pièce, le clair de lune traversant difficilement la fenêtre de l'entrepôt.

« Ça va aller ? Tu vas pas mourir ou j’sais pas quoi, hein... ? Tu vas rester vivante ? »

Je prenais le temps d'assimiler chacun de ses mots, cherchant le meilleur moyen de répondre alors que mes yeux glissaient sur la pièce. Tout était toujours en bazar, une partie de mes vêtements gisaient dans un coin, accompagné de mon sac entrouvert et de la flaque de sang entrain de figer. Ava elle, était couverte de sueur et de sang séché, sûrement le mien. Mon pauvre matériel médical était étalé sur le sol, le flacon de désinfectant vide, le crochet posé sur une compresse détrempée. Clairement, ça avait pas du être simple. Je regardais ma jambe, il fallait que je la rassure.

"Mais oui ça va signorina, tu as fais ça très bien..." j’émettais une toux suite à mes paroles avant de reprendre "Je vais pas mourir pour si peu, par contre le lièvre est un peu trop cuit."

J'avais tenté un peu d'humour en reprenant une bouchée, que je prenais le temps de savourer. Je faisais un petit sourire à la gamine, elle était peut-être pas si idiote que ça ? Bon encore faudrait-il que je vois à quoi ça ressemble sans le pansement, mais si ça pissait plus le sang, c'est qu'elle avait du recoudre ça, aussi moche soit-il. En vrai, je devais carrément avoir l'air morte, mais j'avais pas dis mon dernier mot. J'avais une cachette secrète dans cette pièce et vu la situation, il était temps de la piller.

"Dis Ava, tu veux pas accompagner ça d'un truc plus sympa ? Tu peux glisser ta main derrière la caisse du haut qui bloque la porte ? Y a une boite en métal, sors là. Tu peux l'ouvrir, fais juste rien tomber."


Dedans il y avait pas mal de choses, certaines utiles d'autres plus... Médiocre, mais agréable on va dire. Il me restait trois antibiotiques que j'avais trouvé quelques semaines plus tôt dans un fond de tiroir, je m'étais dis que ça me servirait si je choppais un sale truc.. Bon c'était le moment. J'avais aussi une petite photo d'un chien que j'aimais imaginer comme compagnon quand je me sentais mal. Ce qui allait nous intéresser toutes les deux allait être le reste. Un petit paquet de chips au barbecue, une barre chocolatée aux cacahuètes et un tout petit sachet d'ours en gélatine, vous savez, un paquet qui vient avec les plus gros où ils y a pleins de sachets comme ça.

Des petites trouvailles que je gardais, si un jour j'avais quelque chose de spécial. Faut dire que c'était un peu bête étant donné que je célébrai jamais rien et que j'avais une vie plutôt morose il faut avouer. J'étais plus intéressée par apprendre des choses et des compétences pour permettre ma survie et reconstruire un monde meilleur, pour moi d'abord puis peut-être pour d'autres. Mes pensées avaient glissées.

"Tu as trouvé ? C'est pas dangereux, t'en fais pas."

J'imaginais déjà la galère que ça allait être de descendre mon échelle, j'allais devoir passer quelques jours enfermée. Mais ça irait. J'étais jeune après tout, on se remet vite à cet âge et puis clairement, vu comment ma jambe me tirait, l'ingénue avait clairement resserré assez les deux bords de ma blessure. Au moins, elle s'était pas cassée quand j'y repensais...


As I wish you knew : I told you
Revenir en haut Aller en bas  
Ava S. Gutierrez
Ava S. Gutierrez
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 228
Sujet: Re: Une rencontre inattendue ! Feat Ava   Ven 8 Jan 2021 - 21:46
C’est quand même fou c’qui s’est passé ! Si on m’avait dit que je jouerais au Docteur Maboule en version taille réelle, je l’aurais jamais cru ! Mais faut croire que c’était pas une blague, que j’ai vraiment réussi à recoudre une fille que j’ai blessé sans le faire exprès. J’ai fait de mon mieux pour faire ça le plus proprement possible, mais j’étais pas non plus médecin donc... ouais, le résultat était pas génial, c’était absolument pas bien fait... je suis même sûre qu’une fille à qui il manque un bras aurait p’têtre pu faire mieux, mais bon... l’important, c’est qu’elle soit en vie, nan ? Et si elle garde la trace toute sa vie, elle pourra dire que c’est Ava Gutierrez qui l’a recousue, et ça, c’est vachement la classe ! J’suis sûre que j’ai plein de fans qui voudraient que je fasse la même chose. Avant, mes dédicaces se faisaient à base de signatures... On peut dire qu’on a monté d’un niveau.

Pendant toute sa phase de dodo, je me suis demandé si elle était en vie et si j’avais pas fait de bêtise. Peut-être qu’elle aurait pu finir infectée par je sais pas trop quoi, ou peut-être même qu’elle aurait pu se remettre à saigner abondamment sous son pansement sans que je m’en rende compte et mourir sur le coup. Ça m’aurait rendue vachement triste, mais j’y aurais gagné du soucis en moins et un lapin géant plein de viande... Nan, ça m’a fait trop de bien de la voir rouvrir les yeux et reprendre connaissance. Je sais pas ce que j’aurais fait si elle se serait jamais réveillée... ouais, j’aurais pas été trop bien dans ma tête.

Le premier truc qu’elle m’a dit à propos du lièvre m’a un peu rassurée... au moins, ça voulait dire qu’elle avait encore toute sa tête. « J’ai jamais cuisiné, moi. Enfin, si, je faisais d’la dinette avant mais c’est pas trop pareil. » Parce que c’était majoritairement avec des aliments en plastique et qu’il fallait pas se servir de feu. Bah ouais, parce que le feu, ça brûle... mes doigts s’en souvenaient encore, même quelques heures après. Je voyais, en lui tendant ma gourde et quelques petits bouts de viande, qu’elle irait bien. Elle était encore un peu amochée à cause de sa blessure, mais... elle était en forme. Par contre, je m’inquiétais davantage pour elle et sa survie durant les prochains jours. Vivre seule, descendre et grimper une échelle dans un état pareil, ça lui serait impossible, ou vachement compliqué.

Je continuais de lui donner à manger, à lui glisser des petits bouts de viande sur le bout des lèvres comme je le faisais avant avec le chien du voisin. Il était mignon, mais j’avais toujours un peu peur qu’il me bouffe un doigt, alors... « Franchement, j’ai trop géré. J’suis contente, t’es même pas morte ! » Et ça, il nous fallait le célébrer ! Si ma mère était toujours là, elle serait la plus heureuse... nan, mais sans rire ! Peut-être que dans le monde d’avant, j’aurais pu devenir une grande médecin, on en sait rien du tout. C’est un sacré exploit qu’j’ai fait là !

Assise en tailleur à côté d’elle, j’en profitais pour avaler certains bouts de viande à mon tour, pour pas crever de faim... mais aussi pour me nourrir parce que même si elle avait beau être blessée, j’avais aussi mon propre bidon à remplir. Et peut-être qu’elle avait raison, que la viande était un peu trop cuite... mais j’le sentais pas vraiment. Quand on a faim, on a faim. Et c’était pas le moment de faire la fine bouche, surtout pas quand on galérait à se nourrir et à trouver la moindre boite de conserve...

J’avais encore les doigts un peu gras quand elle m’a demandé d’aller chercher un truc. Un accompagnement, qu’elle disait... « Mhm ? Ouais, si tu veux. » Je refusais certainement pas un peu plus de nourriture, surtout si ça donnait plus de goût au gros lapin... Je me suis redressée en essuyant mes mains grasses sur mon pantalon, et je suis allée voir près de la porte. J’ai escaladé la chaise qui se trouvait juste à côté, puis j’ai glissé ma main derrière la caisse qui la bloquait... jusqu’à ce que mes doigts finissent par toucher une genre de boîte métallique. Elle était pas lourde, mais elle était pas légère non plus. « C’est quoi d’dans ? T’as des smarties ? Du Nutella ? » Mon Dieu, c’que le Nutella me manquait... j’ferais tout pour pouvoir noyer les doigts dans un pot !

J’ai sauté de la chaise, puis j’ai ouvert la boîte que je gardais bien contre moi histoire de rien faire tomber... J’ai commencé à fouiner, y avait tout un tas de trucs qui avaient rien à voir avec les autres. Genre, une photo de chien, un paquet de chips, une barre chocolatée, un sachet... d’ours ! Nan, c’était un truc de fou ! « Comment qu’t’as fait pour trouver tout ça ? C’est trop bien ! » J’la regardais avec de gros yeux. À sa place, si j’avais trouvé tout ça, jamais j’serais sortie de ma salle d’arcades ! J’aurais hiberné, comme un ours. Nan, c’est pas possible, elle avait trop d’chance !

Je me suis assise à nouveau près d’elle, la boîte sur les genoux. J’ai sorti les chips, la barre chocolatée et le sachet d’oursons sans vraiment savoir ce qu’elle allait utiliser... mais c’était pas trop grave, j’avais faim et j’méritais bien une petite récompense, nan ? « J’ai l’droit de prendre des n’oursons ? Et des chips, aussi ? Ça fait trop longtemps qu’j’ai pas mangé tout ça, moi... » Je trifouillais les sachets avec mes doigts. Il m’a pas fallu longtemps pour ouvrir un petit sachet d’oursons et commencer à me régaler... et y avait pas à dire, c’était vachement meilleur que la viande ! J’pourrais manger ça jusqu’à la fin de ma vie...

J’étais vraiment gourmande, je l’ai toujours été, surtout quand on parlait de trucs sucrés ou de vraiment pas bons pour la santé... Mais je crois que c’est un truc d’enfants, ça. C’est le cas de tout le monde, sauf de ceux qui sont grabétique ou j’sais plus trop quoi. C’est quand t’es allergique, je crois.

« T’sais... j’crois que tu vas galérer un peu à cause de ta grosse blessure. J’veux bien rester un peu avec toi pour t’aider, si tu promets de m’en laisser quelques paquets. » J’avais la bouche pleine, j’avais délaissé la viande pour mon paquet d’oursons qui a pas fait long feu. « J’ai un groupe à rejoindre... ils vont peut-être s’inquiéter que je rentre pas. Ou p’têtre pas, mais j’crois que c’est mieux si j’reste là. Parce que sinon, tu vas pas passer deux jours. » J’ai jeté le paquet vide par-dessus mon épaule, et je suis venue me glisser à côté d’elle contre le mur, jusqu’à ce que mon épaule vienne coller la sienne. Fallait que je fasse attention à mes mouvements, je voulais pas trop lui faire mal non plus. « T’es toute seule, genre vraiment toute seule ? Y a personne avec toi... ? » J’en savais rien, mais peut-être qu’elle avait un Papa qui allait arriver, quelqu’un qui était sorti et qui était censé revenir à un moment ou un autre... j’en savais trop rien. Après, elle paraissait quand même assez intelligente pour survivre toute seule, donc...

« Là où j’suis, y a plein de caravanes... j’ai même la mienne ! C’est Bruce qui m’a ramenée, c’est un mec trop cool qui adore les licornes et qui crie tout l’temps. Y a que des garçons, c’est contre les règles de prendre des filles, j’crois. Sauf si elles aiment les filles ou si elles font pipi debout, y a un truc comme ça, j’crois... » Je sais pu. Y a beaucoup de règles, Connor et Bruce me les ont rappelées lorsque j’suis arrivée, mais j’ai jamais été douée avec les règles, faut dire... « Mais ils ont rien contre les filles, tu vois ? Parce que, genre, ils font la différence entre « femme » et « fille »... C’est comme le menu enfant chez McDonald’s avant, tu t’souviens ? Bah c’est un menu enfant, mais tu pouvais même l’acheter si t’étais un vieux papy. » Ouais... en y réfléchissant un peu, j’crois que mon exemple avait pas trop de sens... mais j’me comprenais, c’était le principal. « J’sais pas... mais j’ai l’impression que vivre toute seule, ça t’réussit pas trop, alors... » Après, j’parlais mais... c'était à cause de moi si elle était blessée, donc... j'aurais peut-être dû me taire..


You only need one thing to survive the apocalypse: a badass unicorn.
Revenir en haut Aller en bas  
Alessia Marino
Alessia Marino
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 140
Sujet: Re: Une rencontre inattendue ! Feat Ava   Sam 9 Jan 2021 - 19:40
Pendant qu'Ava cherchait la boite, j'en profitais pour prendre un peu plus de viande et la manger par moi-même. Du moment que je bougeais pas trop tout allait bien. Par contre le moindre mouvement de ma jambe me tiraillait et ma stabilité était assez légère, faut dire que j'avais perdu pas mal de sang. Elle avait l'air fière d'elle, dans le fond, cela me faisait plaisir malgré les circonstances compliquées. D'une parce que cette fille de mon âge restait avec moi et que dans le fond, c'était sympa. De deux, parce que pour réussir dans ce monde, il faut croire que l'on peut tout réussir.  Par contre, c'était une vraie pipelette, elle s'arrêtait jamais !

"Tu parles de la nourriture je présume ? J'étais dans une ville plus petite avant, j'ai tout trouvé là-bas. Les chips étaient cachées dans une chambre d'enfant, les bonbons, dans un magasin qui avait été ravagé, le sachet était coincé sous une étagère renversée, il était passé inaperçu et la barre... dans la poche de quelqu'un."


Bon on va pas lui dire que je l'avais trouvée dans la poche d'un infecté et que la plupart des trucs, je les gardais depuis deux ans. Puis de toute façon, je suis pas certaine qu'elle m'écoutait, vu comment elle a plongé ses mains dedans, me demandant la permission alors qu'elle commençait déjà à manger. Elle avait un comportement enfantin, qui me réchauffait un peu le cœur, des gestes pleins de joie. "Moi aussi, ça fait longtemps, je les gardais pour une occasion spéciale. Tu sais quoi on va partager !" Peut-être que c'est parce que j'avais besoin d'une présence, mais je voulais lui faire plaisir. Je lui laissais les oursons qu'elle dévorait déjà, de toute façon, ça a jamais été mes préférés. J'ouvrais les chips, en prenant une dizaine pour moi, lui laissant le reste du paquet ; suite à ça, j'ouvrais la barre de chocolat, j'en prenais environ un quart lui laissant le reste.

J'avais un peu poussé tout ça sur le côté, pour qu'elle ne se rende pas compte que je lui en laissais bien plus que je ne prenais. Je mangerai doucement de toute façon, trop de sucre après avoir mangé que des plantes et de la viande, ce ne serait pas très bon pour mon corps. Un grand sourire c'était dessiné sur les lèvres d'Ava que je peinais à rendre, n'y étant pas habituée. Elle me proposait de rester m'aider en échange de sucrerie, c'était un échange amusant, mais je n'avais plus rien à lui offrir. Le petit paquet vide s'écrasait au sol, j'imaginais déjà le sort qu'elle réserverait aux autres friandises alors que je mordais dans une chips. Bon, elle aurait pu être plus croustillantes, mais ça avait un bon goût salé, chimique et délicieux. Tout naturellement, un sourire apparaissait sur mes lèvres, involontaire, incontrôlable.

"Je veux bien que tu m'aides, mais j'ai que ce matelas et quelques couvertures... Et surtout, j'ai pas plus de friandises, mais y a une forêt juste au-dessus de nous, y a des noix et quelques autres plantes."


Pour pas dire racines.... Je suis pas certaine qu'elle le prendrait bien. Je reprenais :

"Si tu veux rentrer avec ton groupe, tu peux, je me débrouillerais comme toujours. Et oui Ava, je suis seule. Depuis deux ans maintenant, ma famille est morte ou sur un autre continent..." ma voix diminuait, se coupait presque "probablement morte aussi."

La gamine s'empressait de me racontait sa vie, des informations sur ses camarades, leurs règles. Heureusement que mes intentions n'étaient pas mauvaises, parce qu'elle me déballait tout comme une bombe que je pourrais retourner contre elle. Une communauté de caravanes, pas bête et plutôt pratique, enfin pas terrible pour faire pousser quoi que ce soit. Remarque, depuis que j'étais revenue à Seattle, je n'avais pas essayé de travailler le sol. Avec seulement des garçons ou des fillettes... ou des homosexuelles. Ce point me rassurait, si on s'était arrêté à garçon et fillette, je l'aurais empêché de retourner là-bas, elle était bien trop innocente pour comprendre.

Je continuais à manger les chips avec la viande, croquant à plusieurs reprises dans les petites patates pour les faire durer. Surtout qu'en apprenant que je n'avais rien de plus, l'enfant s'enfuirait sûrement auprès de ses protecteurs. Il allait falloir que je nettoie la pièce du sang et que je mange les noix que je stockais, j'avais de la viande grâce au lapin. D'ici quelques jours, je pourrais aller dans la forêt pour chercher des racines et des plantes à faire en soupe ou en bouillie et puis je pourrais toujours essayer de pêcher. Ca devrait aller, j'allais juste me déplacer lentement. D'ici une semaine, je devrais pouvoir me déplacer en ville en faisant attention à pas faire trop d'efforts. Je voyais le regard d'Ava se poser dans le mien alors qu'un silence pesant s'était installé.

"Oui pardon, Du coup tu aimes bien les licornes comme Bruce, c'est ça ?" dis-je pour me rattraper. "Et ça allait jusqu'à te rencontrer ! J'avais un peu faim, mais j'avais attrapé un lièvre et j'étais pas blessée."

Je me rendais compte à quel point mes mots avaient été cyniques et agressifs pour une jeune, je me reprenais assez vite, attrapant un bout de lièvre que je fourrais dans la bouche d'Ava.

"T'en fais pas, je sais me débrouiller toute seule, ça ira d'ici quelques jours, suffit que je limite mes efforts, que je garde ma plaie propre et hydratée. Mon corps fera le reste."
lui annonçais-je en rajoutant un clin d’œil. "C'est pas toi qui veut pas rester toute seule et qui veut d'autres lapins surtout ?"


As I wish you knew : I told you
Revenir en haut Aller en bas  
Ava S. Gutierrez
Ava S. Gutierrez
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 228
Sujet: Re: Une rencontre inattendue ! Feat Ava   Lun 11 Jan 2021 - 19:21
« Et dire que moi, j’galérais à trouver des p’tits trucs à manger quand j’suis partie de chez Edgar. »

Je me surprenais à prononcer son nom. C’était bien la première fois que j’en parlais depuis plusieurs semaines, depuis un long moment, en tout cas. C’est plus aussi douloureux que ça l’était avant. C’est un truc que j’aimerais bien oublier, mais c’est pas tous les jours que tu plantes quelqu’un dans la jambe alors... j’pense que si j’dois l’oublier, ça prendra du temps. En attendant, j’étais bien contente de plus voir sa sale tronche, à lui. J’aurais pu aussi me demander ce qu’il pourrait bien être en train de faire, mais... j’m’en fichais un peu. Tant que nos chemins ne se croisaient plus, ça m’concernait plus.

C’était un génie, Alessia. Genre, la fille trop trop trop (trop) intelligente. Si j’y réfléchissais même un peu, j’aurais pu me penser bête, débile à côté d’elle. Mais c’est pas bien de penser comme ça, alors... Puis même, elle semblait plus grande que moi. Je mettais l’écart de maturité et de compétences là-dessus, alors que je m’asseyais à ses côtés en continuant à trifouiller dans la petite boite métallique. De la bouffe, une photo de chien... Y avait pas à dire, elle s’en était plutôt bien sortie. Et notre rencontre lui aurait peut-être évité de se blesser. Mais elle l’a un peu cherché aussi.

Elle m’avait même pas encore proposé de partager que j’étais déjà en train de me servir. Etant donné la situation dans laquelle on s’était mises, je me disais que ça servait pas à grand-chose de faire des manières. On avait faim, elle avait proposé de sortir ses bonbons et ses chips pour l’occasion : j’allais en profiter tout en essayant de pas trop faire ma gourmande et de lui en laisser assez pour qu’elle se remplisse le bidon elle-aussi.

Je me suis installée à côté d’elle, j’ai sorti tout ce qu’il fallait pour se régaler... Et mon air crispé du tout début m’avait quitté. Je pouvais juste plus trop m’empêcher de sourire parce que, même si la situation était cocasse, c’était quand même bien d’être là avec elle. J’veux dire, on était pas copines... mais peut-être qu’on pourrait l’être ? Et étant donné l’état dans lequel elle se trouvait, je pouvais pas la laisser seule cette nuit... ça aurait été irresponsable. Puis y avait aussi la nuit qui m’empêchait un peu de partir, j’avoue. Déjà que j’avais la boule au ventre en me baladant la journée, alors si en plus je reprenais la route jusqu’au camp en pleine nuit... ça aurait été ma fin ! Et j’avoue que c’est pas malin de se balader la nuit, surtout quand t’as peur du noir.

Je me suis gavée, Alessia peut-être un peu moins. J’ai fait un genre de mélange de nounours, de lapin et de chips. Et même si je savais davantage que j’aurais mal au ventre par la suite avec un mélange pareil... je profitais du moment pour me rappeler que manger comme ça, c’est vraiment pas donné.

« Je m’en fiche, de ça. J’peux rester cette nuit, juste pour t’aider... pas parce que j’ai peur du noir. Pas du tout, hein ! » que je lui expliquais en m’essuyant la bouche avec mon avant-bras. C’était gras, c’était un peu sale. Je fais jamais trop attention quand je mange, c’est vrai. « Je pourrais aller chercher d’autres trucs à manger demain, si tu veux que je t’aide. » Des noix, des plantes... j’ai jamais mangé ça et ça me tente pas vraiment. Mais c’est pour elle, alors... si il faut l’faire, j’le ferai ! Juste pour me faire pardonner mais aussi pour lui rendre service, parce que laisser une fille dans cette position, c’est pas possible. Nan, elle va avoir besoin de moi, la p’tite blonde !

Elle m’a parlé de ses parents morts, ou perdus. J’ai rien fait, j’ai pas répondu. Mes parents aussi me manquaient, mon agent aussi. Hughie... Mais je crois que c’est monnaie courante de perdre des proches quand y a des vilains rôdeurs qui sortent de nulle part et qui exterminent une grande partie de la population... Le tout, c’est de savoir se relever et de pas se laisser croquer tout cru. Et ça, si elle savait pas le faire, elle aurait pas été là pour m’en parler.

« J’espère que tu les retrouveras un jour. Moi, je crois que je me suis habituée à plus les voir, mes parents. » Je la voyais bien être un peu triste rien qu’en abordant le sujet. Sans forcément vouloir m’étaler, je me suis un peu rapprochée d’elle sur le matelas jusqu’à ce que nos épaules viennent se coller l’une à l’autre. Avoir de la compagnie, c’est important. Je savais pas si elle avait été seule pendant longtemps, si c’était nouveau pour elle... mais oui, passer une nuit à côté d’elle, ça l’aurait pas dérangée, je pense. Et même si ça m’inquiétait un peu de pas prévenir Bruce et les autres, c’était pas très important... Rien m’empêchait d’aller les prévenir le lendemain, de toute façon.

Les bouchées se multipliaient, les chips avalées aussi. C’est fou comme la faim se faisait ressentir alors que j’étais pas non plus en train de crever la dalle. Je crois que c’est l’excitation qui m’a poussée à avaler tout ça... le fait d’être avec une autre fille de mon âge, mais aussi toutes ces bonnes choses que j’avais pas vu depuis longtemps. On mangeait dans le plus grand des silences, jetant de temps en temps un œil à l’extérieur pour vérifier que la lumière n’attirait personne.

« Les licornes, c’est la vie ! Tout l’monde devrait les aimer, ça les rendrait tous heureux et le monde serait p’têtre plus beau. » C’était même pas peut-être, c’était sûr ! Là, ça m’parlait. Les licornes, les poneys, les trucs mignons. « T’imagines, si quand on s’baladait dans la rue, on trouvait des licornes ? Genre des vraies, qui volent avec le pouvoir des paillettes ! » J’avais les yeux qui brillaient, qui pétillaient rien qu’à l’idée d’imaginer ça... mais c’était pas vrai et ça le serait jamais. « Tu regardais My Little Pony aussi toi, avant ? Toi aussi, tu trouves que Rainbow Dash, c’était la plus mignonne de la bande ? Et pas à cause de sa crête et de sa queue multicolore, mais juste parce qu’elle était tellement... BADAAAAASS ! » J’ai élevé la voix, et j’ai laissé s’échapper un énorme rôt que j’suis sûre devrait même pas sortir de la bouche d’une fille de mon âge. J’étais pas humaine !

Ce simple gros rototo m’a lancée dans un grand fou rire, après un bref instant de silence... Nan, ça fait du bien parfois de vraiment se comporter comme une enfant, de pas avoir à jouer aux grandes parce que le monde veut qu’on fasse ça comme ça et puis c’est tout.

Il a fallu que je me tapote un peu le ventre et que j’arrête de manger pour qu’on puisse reprendre notre conversation. Elle avait pas tort. C’était un peu blessant de l’entendre le dire comme ça, mais... « Nan, j’vais rester un peu avec toi. Jusqu’à demain, au moins. J’irai te chercher des trucs à manger, pis... on verra bien. Je t’ai fait du mal, il faut que j’me rattrape, maintenant. Pour que tu me pardonnes. » que je lui disais d’un ton plutôt doux, suivi d’un clin d’œil pas très bien exécuté pour répondre au sien. « Nan... puis t’aurais bien du mal à m’en donner d’autres lapins, vu que t’as du mal à te lever. » Nan, c’était pas du tout pour profiter d’elle. Absolument pas.

J'ai laissé le paquet de chips sur le sol, et je me suis doucement allongée sur le matelas. « Mais... j’me dis que tu pourrais être ma copine, si tu veux pas t’venger dès que tu pourras marcher comme avant. » Ma copine, une copine, et celle de personne d’autre. Elle est sympa, Alessia, même si elle crie en allemand tout le temps. Et avoir quelqu’un d’aussi fort à ses côtés, ça peut être que super, je crois ? « Avoir une copine, c'est important... et un groupe, c'est encore mieux. »


You only need one thing to survive the apocalypse: a badass unicorn.
Revenir en haut Aller en bas  
Alessia Marino
Alessia Marino
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 140
Sujet: Re: Une rencontre inattendue ! Feat Ava   Jeu 14 Jan 2021 - 22:30

Au vu de ses paroles, elle aussi avait été seule pendant un moment... Probablement moins longtemps que moi, mais elle était certainement moins préparée aussi, il faut dire que j'avais eu la chance de vivre isolée du chaos pendant presque deux ans, dans un cocon protégé. Le retour à la réalité avait été brutale, mais j'étais prête, autant que possible du moins. Quand elle avait rapporté la boite, j'avais attrapé la petite photo de chien, juste pour la garder près de moi. C'était un symbole de mes espoirs et de mon rêve, le seul vestige de mon enfance. J'avais même fini par sourire plus naturellement à la demoiselle, un vrai sourire aussi léger soit-il. Quant à Ava, elle s'était calée à mes côtés, son épaule contre la mienne, continuant à manger de tout son soûl.

"Je veux bien que tu restes, tu m'aideras à faire quelques trucs demain."
avais-je répondu à sa proposition.

J'avais l'impression d'avoir cassé sa joie avec mes paroles au sujet de mes parents, Elle était plus calme, mais très vite, elle me souhaita de les retrouver un jour... Je ne pense pas qu'elle est conscience d'à quel point c'était impossible, mais l'intention comptait. Elle m'annonça la mort de ses propres parents, son habitude face à leur absence, je comprenais, mais je n'en disais rien de plus. Après tout, nous étions tous ou presque orphelins, adultes comme enfants, privés de nos proches. Malgré tout cela, la gamine ne s'arrêtait pas d'engloutir tout ce qui lui tombait sous la main, est-ce qu'elle savait que si elle était malade et vomissait tout ça, ce serait contre productif ?

Au bout d'un certain temps, elle se remit à parler, beaucoup, comme pour combler le silence qui régnait dans la pièce. Sauf qu'elle me parlait de licorne, bon je veux bien fallait trouver un sujet, mais pourquoi ça ? Se balader et trouver des licornes, des paillettes, elle avait clairement des délires d'enfant par contre, au mieux si je croisais une licorne ça ferait de la viande, remarque, je crois qu'elle était connue pour leur capacité à exaucer les vœux. Elle continuait à parler, intensément, me parler d'une série pour enfant maintenant, je crois que j'avais entendu quelques trucs à ce sujet mais j'étais pas sûre. Je décidais donc de répondre maladroitement pour ne pas qu'elle se sente seule, surtout après l'énorme rôt qu'elle avait lâché.

"Ouais c'est vrai elle était mignonne elle, puis y en avait une avec des pommes aussi je crois hein ?"


J'avais un vague souvenir d'un poney qui donnait un coup de sabot dans un verger de pommier ou un machin du genre, au moins, j'avais l'air intéressée comme ça, même si dans le fond, j'en avais pas grand chose à faire (bon, peut-être parce que je comprenais rien) ! Au moins, elle avait l'air heureuse. Elle avait rit, à plein poumons, je sais pas si c'était à cause de ce que j'ai dis ou de son rôt, mais y avait un truc qui s'était passé dans sa tête ! Mon sourire s'élargissait un peu. Ca faisait longtemps que j'avais pas côtoyer quelqu'un comme ça, ça faisait du bien.

Je l'avais suite à ça, laissez parler, s'excuser, me dire qu'elle aimerait être mon ami et je crois tout ce qui lui passait par la tête. Elle avait fini par s'allonger sur le matelas, laissant la chambre dans un désordre sans nom, je ne sais même oas si elle m'avait entendu lui répondre. "Je ne t'en veux pas, tu as pas fais exprès, on peut être copine si tu veux." À peine quelques secondes plus tard, j'entendais une respiration forte s'échapper d'elle, se transformant progressivement en ronflements. Je me doute que la fatigue l'avait rattrapée, ça avait été une journée forte en émotion pour elle aussi. Je m'étais laissée glisser dans le lit, tirant les couvertures et autres tissus formant la couette pour nous recouvrir, afin de la rejoindre dans le sommeil.
_____

Le lendemain matin, je m'étais réveillée en première. J'étais restée en boule sous les draps comme à mon habitude, sauf que là, deux choses différaient. La première, j'avais un mal de chien à la jambe. La deuxième, Ava était collée à moi, me transmettant sa propre chaleur. Les larmes avaient fini par me monter aux yeux, ça faisait si longtemps que je n'avais pas eu de contact humain... Je pensais que je vivais bien sans, mais peut-être que j'avais tord ? Lorsqu'elle émergea à son tour, elle m'aida pour quelques trucs. Faire bouillir de l'eau pour que j'ai de quoi boire, nettoyer le sang et le bordel présent dans la pièce, ramasser quelques trucs à manger dans la forêt pas loin, même si la moitié était pas comestible. Elle était partie en début d'après-midi et moi, je restais ici, seule et blessée.


As I wish you knew : I told you
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Une rencontre inattendue ! Feat Ava   
Revenir en haut Aller en bas  
- Une rencontre inattendue ! Feat Ava -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: