The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-38%
Le deal à ne pas rater :
Disque Dur Externe – WD Elements™ – 1To – USB 3.0
49.99 € 80.01 €
Voir le deal
-83%
Le deal à ne pas rater :
Antivirus McAfee Total Protection 2021 – 5 Appareils – 1 an
15.51 € 89.95 €
Voir le deal

/!\ We only live once... [+18]
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 488
Sujet: /! We only live once... [+18]   Mer 9 Déc 2020 - 14:02
Décembre 2020.

Face à la porte qui la sépare de la salle d'auscultation la chirurgienne n'en mène pas large. Les mains dans les poches de sa blouse elle se mord l'intérieur de la joue, tentant de se concentrer sur l'aspect purement médical de cette visite et de faire omission du reste. Plus aisé à dire qu'à faire, même après les semaines passées. Elle n'avait pas revu Jill depuis la soirée que les deux femmes avaient partagé, l'évitant un peu trop soigneusement pour que cela paraisse un hasard de calendrier. La doc avait même demandé à Jackie de s'occuper du suivi post opératoire de la flic, prétextant un emploi du temps trop chargé qui n'avait pas vraiment fait mouche. Heureusement sa collègue ne s'était pas montrée trop intrusive, habituée au fait que Maeve ne s'épanchait jamais sur ce genre d'histoire.
Elle avait laissé des instructions quant aux exercices de rééducation et suivit scrupuleusement l'avancée des choses au travers des notes de la seconde traumatologue, évitant d'être visible durant les visites de la jeune femme. La requête de June sur le tri des médicaments déjà périmés ou qui le seraient bientôt était tombée à point nommé pour justifier son manque cruel de professionnalisme.

Mais parce qu'elle ne pouvait fuir ses responsabilités plus longtemps et surtout Jill qui ne méritait clairement pas ça, la spécialiste avait repris la main et demandé à sa patiente de venir pour un dernier bilan. Sa patiente. C'était étrange de la considérer seulement ainsi après ce qui s'était passé entre elles. Certes, ça n'avait été qu'un baiser, une parenthèse inattendue qu'elle ne regrettait finalement pas. Et c'était bien ce qui la troublait depuis ces dernières semaines, ce manque flagrant de regrets. Elle avait d'abord pensé à une impulsion dictée par l'alcool, parfaite justification de son comportement. Sauf qu'elle n'avait pas bu assez pour rendre cette excuse crédible. Elle avait ensuite mis ça sur le compte du décorum. La plage, la nuit, l'ambiance. Mais c'était définitivement trop réducteur par rapport à que la quarantenaire avait ressenti. Et c'était ça le hic. Ne pas savoir précisément ce qu'elle avait ressenti, autre qu'une attraction évidente sur le moment et du... désir ?
C'était pour toutes ces raisons et plus particulièrement la dernière qu'elle avait repris les rênes sur ce dossier. Parce qu'il était encore possible que cette attirance n'ait été que le fruit de l'instant.

Actionnant la poignée elle finit par entrer dans la salle où Jill se trouve déjà. Un instant, leur regard s'accroche et la chirurgienne sait qu'elle ne pourra pas porter ce masque qu'elle se plaît à montrer à la face du monde dès qu'elle enfile une blouse. Le sourire est timide, presque gêné quand elle referme derrière elle et qu'elle se rapproche de sa patiente à qui elle fait signe de s'installer. Comment agir naturellement maintenant ? Se raclant la gorge, elle se positionne face à la flic maintenant assise sur la table d'auscultation. « Comment tu te sens ? » La question porte autant sur sa main que sur son état général. Et en parlant de sa main, la doc tend la sienne pour la récupérer entre ses doigts, tentant de se concentrer sur autre chose que la présence intoxicante de la jeune femme. Inspectant les deux cicatrices, elle appuie légèrement sur ces dernières pour en vérifier le tissu cicatriciel, hochant la tête à l'affirmative pour elle-même. « Les hématomes se sont résorbés, tu cicatrises bien. Pas d'échauffements particuliers quand tu fais tes exercices ? » Elle évite un peu trop soigneusement son regard, concentrée sur sa main. Attendant la réponse, elle plie son annulaire tout en vérifiant le tendon fléchisseur, puis le tend jusqu'à détecter une grimace chez Jill. « Désolée... » Elle était plus que satisfaite du résultat. « Serre ma main aussi fort que tu peux.. » Si possible sans la broyer.

Elle a beau tenter de ne rester que le docteur Wheelan, professionnelle, elle ne peut nier que le contact l'électrise. Merde...
Alors elle évite le sujet sensible autant que possible.
Lâche.


+ Do your worst, I'll do my best +
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 564
Sujet: Re: /!\ We only live once... [+18]   Mer 9 Déc 2020 - 22:52
Je ne vais pas me mentir à moi-même : je suis passée à autre chose. Par rapport à Maeve je veux dire. Après notre rendez-vous, je l’ai pas pressée, je suis pas le genre à courir après les gens ou à faire du forcing. J’ai honnêtement cru m’être trompée et avoir embrassé une hétéro un peu réservée. Le choc est compréhensible : tu t’amuses en prenant un verre innocent, tu commences à t’ouvrir, tu penses te faire une amie et bim : bisou. Tu te mets à revoir toute la soirée, tu as l’impression d’avoir été prise dans un traquenard, blablabla. Comment la blâmer ? Ma réputation me précède pas vrai ?

Sauf que je l’aime vraiment bien Maeve. Je me suis dit qu’au pire, je la reverrai pour le suivi de ma main… mais quelle surprise de constater que Jacqueline a pris le relais ? Je veux bien croire que le boulot de la chirurgienne est prenant, on est tous débordé ici. Mais je suis pas idiote, je sais reconnaitre quelqu’un qui me ghost. J’aurais pensé qu’elle serait du genre à me prendre entre quatre yeux pour parler de ce malentendu mais… qu’est-ce que j’y peux ? Je regrette pas de l’avoir embrassée et elle mentirait de dire qu’elle me l’a pas rendu. J’aime pas me compliquer la vie, alors je suis allée de l’avant, comme d’habitude.

Tandis que j’attends dans la salle d’auscultation, bien que surprise que miss Wheelan ait acceptée de me recevoir, je suis sereine. Depuis notre rendez-vous, j’ai bu d’autres verres, vu d’autres personnes, couché certaines – y compris l’une des prostituées de Seattle qui s’avère être l’ex de Nathan… akward as fuck. Bref, j’ai continué d’être qui je suis en ravalant la déception et… à la rigueur, tout ce que je lui souhaite, c’est d’avoir eu une autre relation secrète entre temps. Qu’elle ait tiré quelque chose de notre parenthèse.

- Hey doc’ ! Lui lancé-je quand elle arrive.

Je me suis mise à l’aise : mon cuir est sur le dossier d’une chaise, j’ai le cul sur le bureau et je suis en train de m’étirer comme un chat. Prise la main dans le sac, je m’installe, non sans lui jeter ce regard naturel et désinvolte. Je ne reparlerai pas ce qui s’est passé entre nous la première et à son sourire, ainsi qu’à sa gêne, je vois que Maeve y repense.

- Normale, comme… un jour à Fort Ward en plein automne, réponds-je en haussant les épaules.

Ce qui est la réponse la plus honnête sur mon état général d’ailleurs. Un frisson me descend dans la nuque quand elle prend ma main mutilée. Je cherche ses yeux mais elle les évite soigneusement. Damn, c’est un cliché, mais je la trouve super attirante avec sa blouse. Et maintenant que j’y ai gouté, je ne peux pas m’empêcher de me dire que je veux l’embrasser. Encore.

- Tout va bien, c’est… c’est parfait.

Je suis sincère en appréciant son travail. Et le pire, c’est que j’ai un peu abusé… c’est-à-dire qu’une fois la cicatrisation bien avancé, je suis retournée sur le terrain. En épargnant ma main gauche, certes, mais avant d’avoir fini la rééducation. Tandis que j’obtempère à son exercice, je me fais la réflexion que… j’ai presque envie qu’elle m’opère encore. Juste pour qu’on se retrouve toutes les deux et ressentir ce frémissement d’être son sujet d’expérience. Mon dieu, je suis tellement bizarre.

- Ça va toi ? Que je demande un peu de but-en-blanc, sur le ton de la conversation, si t’es de retour aux auscultations c’est que t’as fini ce qui te prenait masse temps ?

Je prends l’air détaché qui va avec mon ton désinvolte, histoire de jouer la fille qui a cru à ses excuses. Je verrai bien… si j’arrive à lui faire dire quelque chose…


Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 488
Sujet: Re: /!\ We only live once... [+18]   Jeu 10 Déc 2020 - 0:05
La doc ne sait si elle doit se sentir soulagée ou vexée de la désinvolture et de l'apparente indifférence de la jeune femme tandis qu'elle examine son doigt et constate les excellents résultats de l'opération. Soulagée de ne pas avoir à se justifier dans les premières secondes de cette entrevue, et vexée de constater que ce qui la trouble depuis plusieurs semaines ne semble pas affecter plus que ça la flic. Bon sang était-elle à ce point prétentieuse et hypocrite ? S'insurgeant intérieurement contre elle-même de se la jouer à ce point gamine capricieuse et égocentrique, elle tente, vainement, de se focaliser sur son travail et sur lui seul. La proximité de Jill ne l'y aide pas, bien au contraire.
Acquiesçant aux propos de sa patiente, elle attrape un stylo dans la poche avant de sa blouse, et, l'actionnant, note ses observations sur le calepin posé à côté de la jeune femme. Revenant à sa main, elle s'interrompt quand son absence des derniers temps est évoquée. Relevant enfin son regard pour soutenir celui de la blessée, elle tente d'y lire un quelconque sous entendu mais bon sang... elle est douée pour faire comme si de rien était. Un instant, elle laisse le silence planer. Le mensonge n'avait jamais été un domaine qu'elle maîtrisait autrement que pour préserver ses amis. « On sait toutes les deux que je n'étais pas si occupée... » Elle n'oserait pas rabaisser la perspicacité de sa vis-à-vis ni même en douter.

Elle n'en dit cependant pas plus, pas encore, laissant courir le bout de son index sur l'auriculaire récemment opéré de la trentenaire, de bas en haut, et inversement, jusqu'à y détecter un léger tressaillement. À nouveau, elle note « bonne sensibilité » avant de reposer son stylo et de rendre sa main à Jill, sortant de l'une de ses poches une petite balle bleue assez souple pour se déformer quand on la pressait. « Pour ta rééducation. » La lui tendant, elle enfouit ses mains dans lesdites poches, comme pour trouver quelque chose à en faire au lieu de les agiter comme à chaque fois qu'elle était nerveuse .  Elle avait retrouvé le petit objet en rangeant il y a deux jours et le lui cédait volontiers le temps que tout se remette pleinement.

À nouveau le silence, qui l'angoisse encore un peu plus. Elle n'était pas douée pour ça, maîtriser les aspects de sa vie privée, ne l'avait jamais été. Mais c'était aussi pour éclaircir ses idées et la situation qu'elle avait fait venir Jill. « Je ne voulais pas t'éviter... » Techniquement si, c'était exactement pour ça qu'elle avait refilé son dossier à sa collègue. « C'est juste que... » Elle soupire. Elle n'aimait pas les quiproquo ou les non dits. « C'est stupide je sais ce n'était qu'un baiser mais je suis du genre... barbante ? Je veux dire que je n'ai jamais pris une cuite au point de ne pas me rappeler de ce que j'ai fait la veille, je n'ai jamais fumé d'herbe, même à l'université et jusqu'à il y a deux semaines, je n'avais jamais embrassé de femme. » Est-ce que ça justifiait sa fuite et surtout son évitement des dernières semaines ? Probablement pas. Bon sang plus elle parlait et plus elle avait l'impression de se noyer dans ses incohérences personnelles. Une bouée ! Vite ! « Je suis douée pour ça. » Elle tire un instant sur les pans de sa blouse pour pointer symboliquement le médecin qu'elle représente. « Pas pour dealer avec... » Sa main va et vient entre elle et Jill, les désignant toutes deux successivement. « Ca. » Passant une main dans ses cheveux, elle plante à nouveau ses yeux dans les siens. Comment Jill faisait pour que tout glisse ainsi sur elle sans la toucher ? Du moins c'était l'impression qu'elle en avait présentement. « Tout ça pour dire que c'était nulle, et très peu professionnel et je suis désolée. » Rame Maeve, rame !

Ce qu'elle tait pour le moment, ne sachant trop comment réagir face à la désinvolture de sa patiente, ce qu'elle ne regrette pas ce qui s'est passé. Certes, ça a remué tout un tas de choses qu'elle ne pensait pas un jour avoir à analyser et la présence de la jeune femme apportait finalement plus de questions que de réponses mais elle ne regrettait pas. En tout cas pas la soirée, et encore moins le baiser.

Bon sang elle ne s'était jamais sentie aussi empotée de toute sa vie.


+ Do your worst, I'll do my best +
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 564
Sujet: Re: /!\ We only live once... [+18]   Jeu 10 Déc 2020 - 2:16
- Ah oui ? Fais-je avec une impertinente et factice innocence quand elle prétend qu’on sait toutes les deux qu’elle avait menti.

Je m’attends à ce qu’elle embraye sur autre chose, mais non, elle me tâte le doigt de bas en haut. Ça pourrait presque faire partie d’un jeu de séduction, sauf qu’elle va jusqu’à des tiraillements pas forcément agréables. Elle a donc remis sa blouse – au sens figuré – et me parle de ma réactivité, puis me confie une balle à presser. Cool. Je lui fais la démo que je sais m’en servir et… je dois y aller, c’est ça ? C’est ce que semble dire le silence. Je m’apprête à me lever pour m’échapper de ce face à face silencieux quand elle reprend la parole.

- Heureusement que tu le précises.

Aïe, le sarcasme m’a échappé – faut dire que si elle ne voulait pas m’éviter, qu’est-ce que ce serait si elle en avait eu l’intention ?! Je me pince les lèvres et la laisse continuer. J’ai aucune raison de lui en vouloir ; je ne lui en veux même pas en fait. Je l’ai embrassée, c’était pas son kiff, fin de l’histoire. Mais alors, la chirurgienne s’ouvre, s’explique, me fait comprendre – à demi-mot – qu’elle a été troublée. Par « ça ». Nous deux. Elle se prend tellement la tête… j’ai ouvert la bouche pour lui dire, mais j’ai finalement capituler. Pour la laisser finir et pour changer de tactique. Je ne contrôle pas le sourire attendri qui fend mon visage quand elle me dit être désolée, je me rattrape bien vite par une moue espiègle qui fronce mon nez.

- T’es si craquante quand tu rames…, j’éclate d’un rire frais, balance brièvement en arrière, yeux levés au ciel, puis me remet en place, Maeve… tu réfléchis trop.

Le ton n’est pas méchant, au contraire. Derrière ses apparats taquins, il cache une tendresse véritable – rare. La voir se tordre les méninges comme ça, ça me file mal au crâne. Tout semble si compliqué et c’est pourtant si… simple. Machinalement, je presse la balle qu’elle m’a confiée de ma main convalescente, tandis que l’autre écarte de mon regard les mèches rebelles qui ont refusé la tyrannie de ma queue de cheval.

- C’était juste un baiser, Maeve, tu parles de « ça », c’est au tour de ma main de faire l’aller-retour, comme si on avait débuté une relation, ma bouche se plisse, je m’y prends mal, alors je reprends, écoute… et puisqu’on est dans une salle d’auscultation, je demande à ce que je vais avouer soit inscrit sous le sceau du secret professionnel, mon expression se fait complice, plus posée aussi, moins ostensiblement désinvolte, j’ai… de l’affection pour toi. Je veux dire : la femme que j’ai découvert au Summer’s était cool, amusante et… pleine de surprises. Je ne t’ai pas trouvée « barbante » et je me fiche de la quantité d’herbe que tu as fumé à la fac, je hausse les épaules pour accentuer mon détachement, j’ai passé une excellente soirée, je t’ai embrassée et…, tout mon corps, de mes bras à mes lèvres, miment un « voilà ! », si ce baiser t’a mise mal à l’aise ou que le feeling n’est pas réciproque, tu peux me le dire. Je suis une grande fille, je peux entendre un « non » et rester ton amie, je penche légèrement la tête sur le côté et termine, enjôleuse mais… si jamais ça t’a plu… c’est pas une demande en mariage. Tu n’es pas censée changer ou… je ne sais quoi. Crois le ou non, c’est cette ennuyeuse chirurgienne dresseuse de ver de terre qui me plait.

Je… ne sais toujours pas si j’ai été clair. Je veux pas non plus qu’elle croit que je suis éperdument amoureuse, que je découpe des photos d’elle pour les mettre dans un journal et les embrasser le soir. Je ne m’attache pas aux gens d’ordinaire, alors ce petit pincement pour Maeve, c’est une exception. Mais ce n’est que ça, un pincement. Une flammèche qui, sans entretien, aura tôt fait d’être soufflée par les bourrasques du temps. Ça me va complètement. De toute façon, la seule personne scientifiquement capable de me supporter pour l’éternité, c’est moi-même. Et souvent, je me fatigue.


Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 488
Sujet: Re: /!\ We only live once... [+18]   Jeu 10 Déc 2020 - 11:18
Maeve....tu réfléchis trop.
Elle ferme les yeux devant cette évidence, exaspérée par sa propre personne, mais le rire franc de la jeune femme devient communicatif et ses lèvres s'étirent en un sourire nerveux. Elle ne le savait que trop bien. Ce besoin impérieux de tout analyser, de tout décortiquer pour y trouver une raison logique, les causes, les conséquences, les tenants et aboutissants... devenait un temps perdu qu'elle n'avait plus le loisir et l'envie de voir gaspiller, sans néanmoins réussir à se libérer pleinement des entraves avec lesquelles elle se contenait seule.
La chirurgienne sent tout de même son angoisse diminuer quand les sarcasmes s'envolent pour quelque chose de plus léger, de moins pesant. Jill ne semble pas lui tenir rigueur de son comportement puéril et des deux pas en arrière qu'elle a initiés. Deux pas avec les bottes de sept lieues...Elle envie son insouciance pour ce genre de choses, cette faculté à tout relativiser en optant pour la réponse la plus simple, ce haussement d'épaules désinvolte sur la plupart des problèmes de la vie. Elle ne pourrait jamais être ainsi, et bien qu'elle ne le cherche pas, elle aimerait pouvoir choisir de ne pas penser à tous les détails, parfois même insignifiants, de sa vie. Mettre de côté le non essentiel et profiter un peu du temps qui lui reste, somme toute assez relatif dans ce nouveau monde.

Attentive aux propos de la flic, elle sent sa gêne revenir à la charge quand la canadienne se rend compte qu'elle passe pour une espèce de lycéenne coincée amourachée de la fille un peu rebelle de la classe. Elle laisse cependant son envie de répliquer de côté, laissant le champ libre à sa patiente qui l'a écoutée jusqu'au bout sans l'interrompre. Ce n'était pas ça. Jamais elle n'avait extrapolé ce baiser au point d'en faire le début d'une relation ou quoi que ce soit qui aurait pu y ressembler, et pourtant, Dieu sait qu'elle l'avait extrapolé...sous toutes les coutures, se refaisant le film encore et encore. Bordel, elle ressemblait vraiment à une lycéenne amourachée, et c'était d'un pathétique absolu !
Chassant ses pensées, elle acquiesce à la demande de Jill. C'était une règle tacite, tout ce qui était dit ou fait ici restait à l'intérieur de cette pièce. Mais quand la trentenaire parle d'affection, elle découvre soudain un intérêt certain pour ses chaussures et baisse les yeux vers celles-ci. Pourquoi ça la surprenait toujours autant qu'on puisse s'intéresser à elle ? Elle n'était pas repoussante, avait même compris assez rapidement qu'elle pouvait susciter l'attirance chez les hommes... et visiblement les femmes, sans jamais pourtant admettre ou réaliser son potentiel. Elle était tout un paradoxe. Prétentieuse et sûre d'elle dans son travail, elle s'était toujours sous estimée en tant que femme. Et délaissée. Après tout, elle n'était jamais celle qu'on choisissait, la confiance en prenait fatalement un coup.
Les mots de Jill font cependant leur chemin et elle finit par relever son regard sur elle, touchée plus qu'elle ne veut l'admettre par ses déclarations. La doc avait aussi aimé cette version d'elle ce soir-là. Plus libre, au-dessus de ses blocages sociaux et affectifs. Ça avait été incroyablement libérateur et en adéquation avec les promesses qu'elle s'était faite ces derniers temps. Profiter. Vivre, tout simplement.

À l'évocation du baiser, ses yeux se perdent inconsciemment sur la bouche de la flic et ne remontent sur ses iris que lorsqu'elle se fait plus aguicheuse. Levant les yeux au ciel, toujours debout entre ses jambes, son genou vient percuter gentiment le mollet de la jeune femme. « Je sais que ce n'est pas une demande en mariage Sherlock ! » Elle veut que les choses soient claires sur ce point. Elle ne s'imagine rien. C'est bien la seule chose qu'elle n'a pas essayé de décortiquer les semaines précédentes. « J'ai beau avoir passé plusieurs heures sur cet annulaire et avoir fait des merveilles, je ne veux pas y mettre un diamant pour autant. » Un sourire vient enfin étirer ses lèvres, sentant la pression retomber comme un soufflé. Jill avait ce pouvoir certain de dédramatiser et désamorcer ce genre de situations.
Inspirant un grand coup, elle décide que l'honnêteté doit aller dans les deux sens. « Tu ne m'as pas mise mal à l'aise... tu m'as rendu... » Elle ne trouvait pas de mot adéquat pour décrire réellement ce qu'elle avait ressenti. « Confuse ? » Ce n'était pas le mot recherché, pas celui qui collait le mieux à ce moment mais faute d'en trouver un mieux, il conviendrait. Se mordant la lèvre, maladroite dans ses propos, la doc finit par clarifier un point qui lui semble primordial. « J'ai passé un très moment avec toi l'autre fois et... je ne regrette rien de cette soirée. Absolument rien. » Baiser y compris. « Et je ne parle pas du début d'une grande histoire d'amour d'accord ? » Elle n'était pas si stupide, même en tant que femme. « Ce n'est pas ce que je te demande et clairement, ce n'est pas ce que je veux. » Et qu'est-ce qu'elle lui demandait, qu'est-ce qu'elle voulait au juste ?

Bon sang elle pensait vraiment beaucoup trop


+ Do your worst, I'll do my best +
Revenir en haut Aller en bas  
Jill S. Blair
Jill S. Blair
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 564
Sujet: Re: /!\ We only live once... [+18]   Jeu 10 Déc 2020 - 17:22
Soyons honnête : cette position à quelque chose… tentatrice. Moi, docilement assise sur sa table d’auscultation, elle, face à moi, à me regarder de toute la lumière de ses yeux azurés. Tout y est, le fantasme de l’uniforme, le fantasme de se taper son docteur, le fantasme de s’envoyer en l’air sur un coup de tête dans un cabinet médical… bon ce dernier, c’est peut-être juste moi. Mais ça me rend féline, joueuse, surtout maintenant que je peux voir que je ne l’ai effectivement pas laissée indifférente.

- C’est… bien dommage, ronronné-je avec un sourire alors qu’elle se défend d’avoir cru à une demande en mariage, ce serait littéralement la cerise sur le gâteau.

Je lâche ma balle entre mes cuisses pour agiter sous son nez mes quatre doigts, dont celui qu’elle avait réparé. Mes pitreries cessent à l’inspiration de Maeve. Elle veut dire quelque chose – elle va dire quelque chose – et je m’en voudrait de la refroidir. Je ne l’ai pas rendue mal à l’aise mais… confuse. Pas un mot, seulement un haussement de sourcils pour signifier que j’attends la suite. J’ai déjà dit qu’elle est vraiment mignonne quand elle est embarrassée comme ça ?

Mes lèvres s’étirent plus encore, accentuent l’expression mutine de mon visage. Elle ne regrette rien, c’est bon à savoir. Elle ne demande pas une relation sérieuse et une histoire d’amour ? Aouch, ce serait presque vexant ! Ne suis-je que la fille d’un soir rencontrée dans un bar, même pour elle ? Je ne sais pas comment je dois le prendre. Sniff. … je blague, bien sûr.

- Ok…, j’expire, la regarde, en résumé : je te plais, mais ça te flanque la trouille parce qu’on est très différente. Il y a la partie de toi qui voudrait sortir de sa zone de confort et… que ce magnifique cerveau de chirurgienne spécialiste des poulies digitales qui te fait te dire… « réveille toi ma grande, t’es juste la fille timide du premier rang qui crush sur la bad girl au fond de la classe ».

J’ai pas la prétention de dire qu’elle est tombée amoureuse – ohlalala non – mais seulement que cette confusion est une conséquence entre son manque de confiance en elle. Elle ne sait pas ce qu’elle a ressenti parce que la nouveauté l’attire mais est aussi mille fois plus terrifiante que la solitude qu’elle connait.

- Dis-toi que ça, je nous désigne toutes les deux et, doucement, ma main va chercher la sienne, cachée dans sa blouse, ça peut être aussi simple que ça, je glisse mes doigts entre les siens et plonge mes yeux dans ses prunelles, ça peut durer une heure, une semaine, un mois… ou même dix minutes, ici et maintenant, la taquiné-je d’une œillade lascive – c’était une plaisanterie, elle n’accepterait pas, t’auras pas l’obligation de rentrer pour diner, t’auras pas à m’écouter me plaindre de ma journée, t’auras pas à me faire une pile de pancakes le main…

Je hausse les épaules : non, pas de contraintes. Par contre, toutes les choses funs sont fortement recommandées : fumée l’herbe de feu Lawrence, se mettre une race, s’embrasser sous la douche avec la musique à fond et utiliser toute l’eau chaude, jouer au docteur sur cette table d’auscultation – j’y reviens toujours, incroyable. Bref, prendre le meilleur, entre deux batailles à mort et une opération urgente.

- Et quand ça marchera plus…, je dessoude nos doigts, libère sa main et ma tête repose sur mon épaule, tadam. Simple, je soupire finalement, m’humecte les lèvres et reprends un air plus neutre, t’es pas obligée de… dire un truc maintenant, que ça ne devienne pas gênant quoi, je peux y aller, dire bien fort « merci docteur » sur le pas de la porte pour que personne ne se doute de quoique ce soit et…, petite moue détachée, je serai au Summer’s ce soir. Si jamais tu te laisses tenter par un autre verre.


Drain the blood
« I walk through the valley of the shadow of death, and I fear no evil because I'm blind to it all. And my mind and my gun they comfort me... because I know I'll kill my enemies when they come. »
Revenir en haut Aller en bas  
Maeve Wheelan
Maeve Wheelan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 488
Sujet: Re: /!\ We only live once... [+18]   Jeu 10 Déc 2020 - 18:44
 La fille timide du premier rang ?
Plutôt la quarantenaire esseulée et un peu coincée qui se laissait volontiers séduire par sa cadette d'une dizaine d'années. Celle-là même qui avait ce don particulier de trouver une issue favorable à chaque problème, de vous faire lire entre les lignes ''on s'en balance non ?'' comme si tout était d'une déconcertante facilité. Et quelque part ça semblait l'être, en tout cas de la façon dont la flic exposait les faits. Baissant les yeux sur leurs doigts entrelacés, elle sent son cœur s'accélérer, ne pouvant prétendre à son indifférence. Ce jeu de séduction qu'elle n'avait jamais vraiment pratiqué avait le don de lui faire perdre tout sens commun. Elle devient docile, se laisse porter par les mots et les gestes de la jeune femme. Ou dix minutes, ici et maintenant... La spécialiste ferme les yeux, visualisant un peu trop précisément la scène qui pourrait se jouer, déglutissant avec difficultés quand elle tente de retrouver un semblant de contenance.

Les avantages, sans les inconvénients, elle avait connu ça par le passé, et s'y était perdue plus d'une fois. Jill avait au moins le mérite de ne pas faire de promesses et juste d'exposer les faits. « On peut dire que tu sais exposer ton sujet... » Rouvrant les yeux elle laisse un sourire discret étirer ses lèvres tandis que leur main se délie. Simple. Oui, ça avait l'air simple quand c'était la trentenaire qui le disait. Tout paraissait simple avec elle depuis le début de toute façon, comme si cette dernière avait choisi d'en faire sa marque de fabrique. Et la balle était dans son camp. Celle d'une aventure inconnue qui l'excitait autant qu'elle lui faisait peur. Finalement la flic l'avait bien cerné, un peu trop sans doute. Peur de quoi ? De souffrir ? De l'avis et du regard des autres ? Elle n'en savait rien, mais elle sentait encore cette corde invisible autour d'elle l'enserrer dans ses idées conformistes. Douloureuse tentation mentale que la scission du corps et de l'esprit. Quand le cerveau vous soufflait d'être raisonnée et raisonnable et que votre corps vous suppliait de succomber. Oui, la balle était dans son camp, et elle savait pas quoi en faire. « Je...ne te promets rien. » Pour ce soir. Pour sa proposition. Jill lui avait offert le choix du silence, et pour le moment, c'était la seule chose qu'elle avait à donner.

[….]

Passant une main dans ses cheveux encore légèrement humides de sa douche, elle s'arrête en bas des marches de l'escalier, son regard se portant sur la porte de sa chambre là-haut. Il n'y a que le silence, pourtant assourdissant. Quinn et Arizona ne sont pas encore rentrées et elle est seule dans cette maison trop grande. Expirant de lassitude, elle laisse sa tête reposer contre le mur, fixant cette porte, cette chambre qu'elle connaît par cœur, le bouquin qui l'attend et qu'elle a déjà lu trois fois, et son lit froid. Les mots de Jill résonnent encore dans sa tête. C'est grisant, inconnu, flatteur elle ne pouvait le nier, et indéniablement attirant. En haut, la solitude mais la sécurité. De l'autre côté de cette porte, de la rue, du camp, la prise de risques mais la certitude d'enfin couper cette corde qui l'empêche de respirer.
La chirurgienne grimpe une marche, puis deux, et, se stoppant, inspire un grand coup et fait marche arrière, attrapant son manteau dans l'entrée et quittant sa maison en claquant la porte.

[…]

Vu l'heure tardive, la doc n'est pas certaine d'y trouver encore Jill et elle ne pourrait guère l'en blâmer. Pourtant, quand elle franchit le seuil du Summer's et après avoir salué les quelques personnes qui lui offrent cette politesse, elle la repère, au bar cette fois-ci et non à la table qu'elles avaient occupé quelques semaines plus tôt. La détaillant un instant, la canadienne finit par se rapprocher, se glissant sur le tabouret libre à ses côtés. « Tu as raison, je réfléchis trop. » Pas de préambules, juste cette simple constatation. Et quand elle capte son attention, quand ses prunelles sombres percutent les siennes, c'est avec assurance qu'elle lâche. « Ce soir, je veux  vivre au moins une fois. » Pas survivre, pas se conformer à ce qu'on attend d'elle, à ce que la société dicte comme convenable ou non. Juste vivre pour elle, la femme, sans la blouse, sans le dispensaire, sans tout ses blocages qui lui pourrissent depuis trop longtemps la vie. « Je suis prête à vivre l'expérience Jill jusqu'au bout. » Sans promesses, sans faux semblants. « Qu'il se passe quelque chose ou non, que ce soit un soir, une semaine, ou un mois. Ou même dix minutes, mais pas ici, et pas maintenant. » Elle avait repris les termes de la flic, modifiant seulement la fin.

Elle ne savait pas dans quoi elle s'embarquait et bon sang ce que ça pouvait faire du bien !


+ Do your worst, I'll do my best +
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: /!\ We only live once... [+18]   
Revenir en haut Aller en bas  
- /!\ We only live once... [+18] -
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: