The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment :
-20€ dès 299€ en plus des SOLDES
Voir le deal

Routier propre et pas trop mal éduqué cherche femme patiente et bien intentionnée
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kassandra Taylor
Kassandra Taylor
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 656
Sujet: Re: Routier propre et pas trop mal éduqué cherche femme patiente et bien intentionnée   Ven 11 Déc 2020 - 12:53
De la neige plein les gants, elle les sent s’humidifier sur ses doigts gelés. On crie son nom, on essaie de l’en dissuader mais c’est trop tard, la guerre est lancée ! La première boule de neige, les premiers éclats viennent éclater en plein dans sa face, pile sur son nez. “J’vais t’la faire bouffer la neige, Zelda !” Et c’est de cette façon que, même face aux tentatives de désarmement de Zelda, elle se met à la poursuivre. Sa seconde boule de neige la loupe de près... mais c’est pas grave, elle l’aura.

Elles passent clairement l’un des meilleurs moments de leur semaine, se courrent après et laissent tout un tas d’empreintes dans l’herbe recouverte de neige. Jeunesse se fait. Elles se comportent enfin comme les gamines qu’elles sont, et non comme les adultes qu’on les force à être, à devenir. Kassandra est sûre de son coup quand elle se jette sur elle pour la faire s’écrouler dans la neige... mais c’est pourtant l’effet inverse qui se produit. C’est elle qui tombe en arrière, c’est elle qui vient goûter le goût de la neige la première tout en entraînant sa colocataire dans sa chute. Elle sent l’humidité du sol blanchâtre dans son dos, elle en a plein les cheveux et son bonnet s’est tiré, à quelques mètres de là. Elle lâche un grand soupir face à ces sensations, à ce froid qui vient soudainement l’envahir alors que toute cette énergie, toute cette adrénaline a réchauffé son corps. Ses mains qui tremblent dans la neige, elle parvient à mettre de la neige dans le manteau de sa copine qui finit heureusement par la maîtriser et la faire se calmer... Et c’est là qu’elle se rend compte que les plans foireux de Zelda sont toujours les meilleurs...

“J’te déteste, j’te jure...” Elle lâche prise, déserre les poings et laisse les bras tomber dans la neige. Elles sont dans une bien drôle de position à présent, l’une allongée sur l’autre. C’est mignon, certains verraient ça d’un bon oeil quand ça ne fait que leur rappeler ce qu’il s’est passé quelques jours plus tôt, dans cette chambre à côté de la sienne. Elle retrouve la même ambiance, ces mêmes effets qu’entrainent une proximité bien trop importante. Les deux filles semblent gênées. C’est une réaction naturelle quand il arrive quelque chose d’incompréhensible, d’inexplicable mais de pourtant bien naturel... ? Elles récupèrent leur respiration, se remettent de leurs émotions dans le silence le plus profond. Kassandra a aussi cette impression, cette sensation de froid et de chaud qui se mélangent en elle. Elles n’ont pas besoin de prononcer un seul mot pour converser. C’est pas la peine, elles comprennent toutes le deux ce qui est en jeu. Zelda fermer ses yeux, Kassandra ferme les siens... Elle sent son souffle venir caresser ses lèvres, puis... c’est tout.

La voix de Dean se fait entendre comme dans un rêve bien chelou qu’elle ne voudrait jamais avoir à faire. D’un simple penchement de tête, elle aperçoit ce garçon qu’elle cherche pourtant à éviter à quelques mètres... Zelda se redresse, met fin à leur petite session de jeu et Kassandra la suit. Elle frotte son manteau pour se débarrasser de toute la neige qu’elle a sur ses fringues. C’est Zelda qui lui fait d’abord la conversation, alors que le regard de sa colocataire se veut fuyard... Elle l’aime bien, Dean. Mais ça l’emmerde quand même un peu qu’il soit là, et ce pour des raisons pourtant évidentes. “T’es pas avec Connie... ? J’croyais que vous étiez censés réviser ensemble, justement.” qu’elle demande quand même, tout en échangeant un autre regard avec l’australienne... Du rose plein les joues, elle prie de tout son coeur qu’il ait rien vu, que sa langue ne se délie pas et qu’elles ne passent pas pour des parias auprès de leurs autres amis... surtout pour une situation qu’elle ne sait même pas expliquer.

Et elle comprend qu’ils vont devoir passer les prochaines minutes ensemble dès lorsque Zelda se met à l’inviter dans leur plan. Un plan à elles, pas une énième mission pour l’Armée de June... Elle est d’autant plus gênée, Kassandra, mais elle fait de son mieux pour ne pas le montrer. “Du coup, euh... si tu veux qu’on te mette d’la boue aussi...” Mais elle se rend compte que ce sera sûrement pas nécessaire quand son regard se pose sur son visage sombre. “Nan, oublie, en fait... t’en as pas vraiment besoin.”

Elle s’avance, son épaule vient frôler la sienne alors qu’elle récupère son sac, lui aussi inondé de neige. “On a fait une affiche pour trouver l’amour à Clayton... mais ‘faut qu’on la photocopie, vu qu’on a la flemme d’en faire vingt à la main.” Mais aussi parce que ce serait fatiguant, parce que faire vingt fois les mêmes dessins, c’est un peu usant. À trois, ils ont le moyen de faire les choses d'une façon beaucoup plus propre, comme dans les films.

“Il faudrait que quelqu’un fasse le guet, pendant que quelqu’un d’autre passe à l’arrière, ou par une fenêtre, et aille utiliser la photocopieuse pour faire quelques copies...” Et elle a peine à le temps de ravaler sa salive qu’il prend la parole, comme si le temps était compté, comme si c’était réellement important pour lui. “On fait le guet à deux, et on laisse Zelda s’occuper de la photocopieuse... si tu veux ?”

Coup dur pour l’adolescente. Ça la dérange, ça la gêne... et elle se sent presque coupable pour ça quand elle voit les yeux doux, presque timides que lui rend Dean, comme s’il était conscient de cette gêne qui les habite depuis un petit moment et qu’il veut que ça s’arrête. “Ouais... on peut faire ça. Ça te va, Z ?” qu’elle demande quand même à sa meilleure amie, même si elle est convaincue que c’est loin de lui poser problème...

“On va aller voir à l'intérieur, on va faire la causette et... essaie de pas te faire remarquer, s'teuplaît ?" Nan parce que, ce serait bien qu'elles évitent de s'attirer des emmerdes, surtout pour une foutue histoire d'affiche. Le plan mis sur papier, Kassandra jette son sac à sa coloc'... et c'est ainsi qu'elles se séparent. Kassandra et Dean se dirigent à l'entrée du dispensaire pendant que Zelda... fait son affaire de son côté. C'est gênant, aucun d'entre eux n'ose parler... Il y a cet embarras, ce gêne qui les empêche de discuter convenablement, comme avant. "J'espère qu'elle va rien faire foirer..." Elle se parle à elle-même, alors qu'elle retire la boue sur son visage avec ses gants foutus. Il y aura bagarre pour avoir accès à la salle de bain en rentrant.


    Life After God
    “And then I felt sad because I realized that once people are broken in certain ways, they can't ever be fixed, and this is something nobody ever tells you when you are young and it never fails to surprise you as you grow older as you see the people in your life break one by one. You wonder when your turn is going to be, or if it's already happened.” + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5053
Sujet: Re: Routier propre et pas trop mal éduqué cherche femme patiente et bien intentionnée   Sam 12 Déc 2020 - 14:01
« Heu... Kassy ? »
Zelda a beau être gênée, elle ne peut pas s'empêcher de pouffer alors que son amie propose à Dean de lui étaler un peu de boue sur le visage. L'australienne a l'habitude de faire des blagues sur la couleur de peau de leur camarade. Parfois il s'en offusque mais la plupart du temps il en rigole avec elle. Mais la question de l'américaine semble sincère. Et c'est aussi pour ça qu'elle l'adore. Parce que d'une manière ou d'une autre, elle trouve toujours un moyen de la faire rire. « Son camouflage naturel suffira, non ? » Même si Kassy s'est déjà rendue compte de sa bourde, Zelda ne peut pas s'empêcher de taquiner leur ami. Et ce dernier lui répond par un regard un peu blasé. Parfait !

Et puis elle se pose dès lors en observatrice, l'australienne. Elle guette les regards, étudie la gestuelle de ses deux camarades tandis qu'ils conversent. Dean regarde sa colocataire avec un regard doux. Peut-être un peu trop doux, d'ailleurs, du point de vue de la jeune espionne. Elle évacue la neige qui reste dans son col, s'offusque encore un peu de cet intérêt que l'afro-américain témoigne à sa meilleure amie puis croise les bras jusqu'à ce que le nouvel-arrivant propose une nouvelle stratégie. Qui, outre l'aspect pragmatique, lui permettra de rester seul avec Kassy pendant de longues minutes. Elle ne veut pas le reconnaître, Zelda. Mais ça l'agace un peu ! Et l'intéressée, de son côté, à l'air plutôt gênée. Pourtant elle accepte l'idée avant de demander l'avis de l'australienne qui finit par hausser les épaules. « Ouais, pourquoi pas... » Elle leur adresse un sourire un brin forcé dans la foulée. Ce n'est qu'une histoire de quelques minutes après tout... « Mais c'est l'moment où j'vous avoue que je n'sais pas du tout comment on fait fonctionner une photocopieuse, là, je crois ? » Bon au pire c'est pas grave ! Elle se débrouillera. Comme toujours !

« M'faire remarquer ? Moi ? » L'adolescente arbore un air presque outré, pétri par un sourire sincère. « Comme si c'était mon genre... » Non, vraiment, elle ne voit pas pourquoi son amie lui recommande d'être discrète. Zelda les regarde ensuite partir de leur côté. Elle hésite. Mais pas très longtemps. « Eh, Dean ?! » La voici qui les rattrape un peu avant qu'ils entrent dans le dispensaire. L'australienne se mordille la lèvre, observe le garçon d'un air un peu gêné. « T'es vraiment prêt à nous aider, hein, on est d'accord ? Tu tiens à c'que Clay retrouve l'amour, non ? » Il hoche la tête puis se rend compte de l'air franchement embarrassé de l'australienne. Son regard change. Il a flairé le soucis. « Zelda... » gronde-t-il, cherchant déjà à désamorcer un éventuel soucis. « Excuse-moi ! C'est pour la bonne cause ! » Et booom ! Coup d'boule dans le nez ! Il n'y a pas vraiment de craquement. Son pif, il n'est pas cassé. Par contre le sang ne tarde pas trop avant de couler. « Pardon ! » Elle s'excuse, est sincèrement désolée. Mais quelque part elle vient d'obtenir l'assurance que Dean ne profitera pas trop du temps qu'il va pouvoir passer avec son amie. « Pardon ! » répète-t-elle à nouveau, grimaçante, en se massant le front. Dean, forcément, commence déjà à jurer et à la traiter de tous les noms. Mais oui, c'est pour la bonne cause ! Là, clairement, ils ont de quoi faire une diversion digne de ce nom.

L'australienne lève deux mains apaisantes, décoche un regard à Kassy en espérant qu'elle ne le prendra pas mal puis s'écarte à nouveau d'eux pour rejoindre la porte arrière du dispensaire. Et la voici en embuscade, qui attend que la stratégie de ses deux amis entraîne l'adulte loin de la photocopieuse. Elle décoche de petits regards réguliers par la fenêtre puis entre dans les lieux lorsque Dean est pris en charge. Elle voit les lèvres de ses camarades bouger, imagine tout juste ce qu'ils peuvent bien dire. Puis il y a cette opportunité qu'elle saisit et qui l'emmène à côté de la photocopieuse. Placer l'affiche, c'est facile. Comprendre que le gros bouton sert à lancer l'impression et que le pavé numérique sert à indiquer le nombre de copies que l'on souhaite, aussi. Mais à chaque fois qu'elle appui sur un bouton, il y a un petit bruit aigüe. « Psssht ! Ta gueule ! » ordonne-t-elle, impérieuse, à la machine.

Et puis il y a ce moment où elle se dit que se photocopier la tronche, ça peut être marrant. Cet instant où elle glisse sa tête entre la vitre et le clapet. Elle ferme les yeux tandis que la lumière blanche glisse d'un bout à l'autre de l'appareil. Puis lorsqu'elle se retire elle découvre, à moitié aveuglée, ses deux amis et... la veilleuse. « Heu... » Elle ne sait pas trop quoi dire, là, Zelda. « J'suis sûre que ça doit paraître un peu bizarre, tout ça ! Mais j'vous assure qu'il y a une explication ! » L'ennui c'est qu'elle ne sait même pas par où commencer ! Et la voici qui prend appui sur la photocopieuse tandis que les copies - et accessoirement - son visage continuent de sortir à rythme régulier de la machine. « J'ai des troubles d'la personnalité ! » C'est débile mais c'est l'excuse qui lui a parue la plus sensée sur le moment. Normalement, on excuse tout aux handicapés, non ?

Cela dit le regard de l'adolescente dévie bien vite sur Kassy. C'est elle, la diplomate. Celle qui parvient d'un regard, d'un mot ou d'un sourire à apaiser les âmes des adultes et de ses camarades...


Can you remember who you were, before the world told you who you should be ?

Awards 2020:
 

May Zelda be with you !:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Kassandra Taylor
Kassandra Taylor
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 656
Sujet: Re: Routier propre et pas trop mal éduqué cherche femme patiente et bien intentionnée   Dim 13 Déc 2020 - 5:43
Il y a un grand malaise. Si Kassandra refusait de parler en grande timide qu’elle était, ce serait certainement encore plus gênant, mais elle fait de son mieux pour essayer de les débarrasser tous les deux de ces mauvaises ondes qui semblent pourrir chaque instant qu’ils partagent. Il est mignon Dean, mais... dans leur amitié, quelque chose s’est brisé et c’est pas sûr que ce soit réparable. Puis on recolle pas un verre cassé avec du scotch... c’est trop facile. Peut-être qu’il faut laisser le temps s’en occuper, peut-être que d’ici quelques temps, tout ira bien. Peut-être qu’ils rigoleront à nouveau ensemble, peut-être qu’elle répondra automatiquement aux sourires du garçon, mais pour l’instant, tout ça semble comme compromis.

Pas besoin d’échanger le moindre mot pour que les deux filles comprennent et saisissent l’ambiance malsaine qui se dégage de la proposition que leur fait Dean. C’est d’autant plus gênant maintenant que Zelda sait tout, qu’elle sait qu’entre eux deux, c’est bien plus important que ça devrait l’être. Et forcément, son approbation quelque peu forcée est évidente. Elle a pas envie de la laisser partir quand ça la ferait d’habitude marrer de voir Kassandra galérer. Est-ce un grain de jalousie qu’elle croit reconnaitre dans l’air parmi les flocons qui leur tombent sur la tronche ? « Faut juste appuyer sur les gros boutons... genre tu l’allumes, et y a un bouton vert pour imprimer, j’crois. » Elle essaie de se rappeler de la façon dont ça peut bien fonctionner, mais elle se souvient qu’elle a jamais touché à une photocopieuse, alors... « ... Ça doit pas être bien compliqué. Fais comme tu l’sens, et au pire... »

Elle en sait rien. Elle hausse les épaules. Au pire, elles se feront chier à tout recopier. Elles appelleront Connie, elles subiront la lourdeur d’un Dean qui ne veut pourtant que le bien de ses amies... et puis c’est tout. Ce sera chiant, ce sera douloureux mais au moins, Clayton pourra peut-être enfin retrouver l’amour et tirer un trait sur la rouquine qui lui rend la vie dure, ces derniers temps.

Et même si Zelda le prend avec humour quand Kassandra lui demande de faire bien attention, elle sait très bien qu’à elle-seule, elle peut faire tomber leur petit projet à l’eau. Consciemment ou peut-être sans le faire exprès, mais elle en est capable. C’est Zelda, elle est comme ça... et elle ne lui en veut pas. Puis c’est pas comme si on parlait d’une mission de vie ou de mort. Un peu blasée, Kassandra arbore un sourire un peu forcé à sa meilleure amie alors qu’elles sont sur le point de se mettre en route et de mettre leur plan à exécution.

Elle marche, forme des traces dans la neige qu’elle aime regarder, qui l’empêche de trop penser à ce que le garçon va essayer de lui dire. Parce que ce moment où il essaie de la raisonner et de mettre fin à une boucle de malaise, elle le sent venir et elle veut l’éviter à tout prix. Mais Zelda la tire de ses pensées. Elle appelle le garçon, joue un peu avec lui... et c’est pas qu’elle lui met un gros coup de boule dans l’nez. « Zelda, putain ! »

Il y a de l’agacement dans sa voix, elle est énervée, saoulée mais ne s’en cache pas. Elle l’a fait pour leur donner une raison valable de se rendre au dispensaire, mais... du faux sang n’aurait-il pas suffit ? Ou un p’tit coup de pied bien placé ? Le sang qui coule de sa narine, qui vient baptiser le sol entièrement blanc... « T’étais vraiment obligée d’faire ça ? » Elle s’approche de lui, lui porte secours en venant remplacer sa main par la sienne. « Penche ta tête en arrière, ça va aller. » Ça saigne bien, la couleur de son gant qu’elle compresse contre sa narine change doucement. D’ici quelques minutes, s’ils ne bougent pas, elle aura un gant rouge. « J’espère vraiment qu’tu lui as pas cassé... Putain, j’te jure que t’abuses, Zelda. » Elle lui en veut pas, elle lui en veut jamais, Kassandra... mais ça l'embête quand même. Elle tourne la tête pour lui adresser l’un de ces regards blasés alors qu’elle se rend aux portes du dispensaire avec le garçon.

L’abus, toujours l’abus. L’art d’en faire trop, de rien prendre au sérieux... c’est ce genre de situations qui découlent de ses actions souvent imprudentes. Et aujourd’hui, c’est Dean qui en souffre et qui ne peut se retenir de l’insulter à juste titre. « T’as pas trop mal, hein... ? » Mais la bêtise de Zelda aura au moins le mérite de donner un peu de répit aux deux adolescents qui en avaient marre de devoir faire semblant, de jouer une pièce de théâtre qui ne leur ressemble pas. Les airs gênés causés par un mauvais souvenir s’en sont allés.

Ils se ruent tous les deux à l’intérieur du dispensaire, s’approchent de la surveillante qui semble étonnée de les voir là. Elle a la tête toujours pleine de boue, il a le nez qui pisse le sang. Le ton de Kassandra devait au départ être surjoué mais il ne l’est pas, elle est vraiment paniquée pour le garçon. « Il a chuté, j’sais pas s’il a le nez cassé mais... » « Je vais m’en occuper. »

Elle prend le relais, s’occupe d’un Dean qui ne craint pas vraiment la douleur et qui s’efforce même de faire le bonhomme pour la surprendre. La situation est exagérée... s’il avait chuté, il serait plein de neige, il serait trempé de la tête aux pieds... mais la veilleuse ne pose pas de questions et se contente juste de faire son travail. Elle les connait, de toute façon, les p’tites manigances des jeunes de Fort Ward...

Une compresse, un peu d’alcool... un p’tit bout de tissu de coton dans le nez. Des instructions précises et détaillées. Il n’a rien de cassé, mais il doit faire attention pour le reste de la soirée. « Merci beaucoup... c’est pas cassé, alors ? Il a besoin de rien de plus, hein ? » Elle est inquiète, pose des questions qui la taraudent... mais essaie surtout de couvrir de sa propre voix les sons aigües qui proviennent d’une autre pièce, ceux de la photocopieuse.

« Faudra aussi que j’passe vous voir, moi... J’ai pas mal de maux de ventres, en ce moment. » Mensonge. Elle cherche à gagner du temps, elle monte le volume de sa voix pour couvrir des sons bien trop forts. Puis forcément, elle commence à s’interroger. Elle se retourne, la dame, puis elle quitte la pièce parce qu’elle sent bien qu’on est en train de se moquer d’elle. « Merde. » Kassandra la suit, Dean emboîte le pas.

On les amène à l’arrière, près de la photocopieuse où Zelda a l’air de bien s’amuser... Elle ne photocopie pas l’affiche, non, elle s’amuse à prendre des photos de son visage collé à la vitre de l’appareil. « Je peux savoir ce que t’es en train de faire ? » Elle, par contre, elle ne rigole pas. Elle observe la gamine, puis se tourne vers le patient et son accompagnatrice. Elle découvre la supercherie. « Vous vous foutez vraiment d’la gueule du monde ! »

Kassandra est trop occupée à s’en vouloir à elle-même d’avoir accepté cette idée bidon pour réellement paniquer à l’idée de se prendre une autre punition de Clay, de June, de qui que ce soit d’autre... Non, l’idée du dispensaire et de la photocopieuse étaient ingénieuses. C’est juste le fait d’y envoyer Zelda qui est bancal, qui aura fait de la mission un échec total... L’américaine ne réagit pas, ne se contente que de secouer la tête et de se frotter le front, le regard baissé.

La situation devrait la faire rire, mais... elle n’y arrive pas. Le nez de Dean qui pisse le sang, les photocopies qui se sont transformées en séance de shooting de selfies... Pas la peine de fuir, on sait qui ils sont, ça ne fera que leur apporter plus de problèmes. « Désolée. On avait juste besoin de la photocopieuse et on a pas osé demander. » Elle offre un sourire sincère et empli d’honnêteté à la jeune femme. « Zelda, récupère... prends juste les feuilles, on y va. » Elle ne la regarde pas, se retrouve soudainement à devoir porter un goût bien amer au fond de la bouche... Il est tard, elles en entendront certainement parler le lendemain mais... pas question de créer une scène à cette heure-ci, et l’adulte semble bien d’accord avec ça.


    Life After God
    “And then I felt sad because I realized that once people are broken in certain ways, they can't ever be fixed, and this is something nobody ever tells you when you are young and it never fails to surprise you as you grow older as you see the people in your life break one by one. You wonder when your turn is going to be, or if it's already happened.” + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5053
Sujet: Re: Routier propre et pas trop mal éduqué cherche femme patiente et bien intentionnée   Dim 13 Déc 2020 - 23:39
« J'arrive ! »
Pas besoin de lui dire deux fois, ça ! Zelda récupère les photocopies et adresse un sourire un peu gêné à la réceptionniste tandis qu'elle entame un petit arc-de-cercle autours de cette dernière. Histoire d'éviter une baffe ou un truc du genre. Une main levée, le pas lent, elle reste sur ses gardes en rejoignant ses deux camarades. Et puis elle remarque quelque chose : que l'adulte, là, elle correspond plutôt bien au style de femmes qu'elles recherchent pour leur père adoptif. « J'vous laisse une affiche, d'accord ? Au cas où ! » Elle tapote sur la feuille qu'elle vient de déposer sur le bureau. Peut-être que le routier peut l'intéresser ? Et sinon ça lui fera un petit souvenir !

Cela dit si l'ambiance n'est pas top à l'intérieur du dispensaire, elle ne s'améliore pas vraiment lorsque le trio regagne l'extérieur. Les regards noirs de Dean, le silence significatif de Kassy... Le signal est plutôt clair : ils trouvent qu'elle a abusé. « Tu saignes encore un peu... » Mais le mouchoir à peu près propre qu'elle lui tend, son ami le balaie d'un geste agacé de la main. « Oh c'est bon, j'suis désolée ! » s'irrite-t-elle un peu alors qu'elle sait pourtant pertinemment qu'elle n'en a guère le droit. « Je... Voilà quoi ! J'ai été un peu trop enthousiaste ! » Ce n'est pas la fin du monde, si ? C'est juste un peu de sang ! « T'es toujours trop enthousiaste, Zelda ! » C'est bon, là ! Elle a compris qu'elle a abusé. Ils ne vont quand même pas lui faire un procès, si ?

Autant dire que l'atmosphère est glaciale jusqu'à l'instant où Dean les abandonne pour rejoindre Connie. L'australienne lâche un petit soupir blasé en le regardant s'éloigner. Elle sait que ce n'est pas la fin des ennuis pour autant. Ce n'est pas vraiment cette histoire avec les photocopies qui la dérangent. Ce ne serait pas la première fois qu'on les engueulerait pour une bêtise somme tout bégnine. Mais elle est inquiète parce qu'elle sait bien que son amie a désapprouvé son geste. « J'ai pas réfléchi... » Elle lance directement la conversation, cherchant à se justifier avec cette maladresse habituelle. « J'ai pas trop d'excuse valable sur ce coup-là ! » poursuit-elle en haussant les épaules. Aucune qui semble acceptable, en tout cas. Elles n'arrivent déjà pas forcément à mettre des mots sur ce qu'il se passe entre elle. Alors... Les conséquences qui en découlent ?!

« C'est nous ! » clame-t-elle en poussant, quelques instants plus tard, la porte de la maison. Des voix s'élèvent du salon pour les saluer en retour. C'est le bon moment pour monter à l'étage sans trop se faire repérer. Un peu bordélique sur les bords, pressée de se débarrasser de ses vêtements sales et trempés, l'australienne se contente de balancer les couches supérieurs dans le hall avant de monter les escaliers à peu près discrètement. « Clay' ? Demain, y'a des chances qu'on vienne te voir pour te dire qu'on a fait des trucs pas trop nets au dispensaire ! » Faute avouée à moitié pardonnée, non ? De toute façon elle referme déjà la porte de sa chambre pour se déshabiller.

Puis, vêtue de sa serviette de bain et des produits qu'elle garde jalousement pour Kassy et elle - hors de question que Misha en profite ! - elle rejoint la salle de bain et tombe sans grande surprise sur son amie. Elles s'observent, un peu comme les cow-boys qui font les duels dans les films, dans la rue principale d'un bled. Elles sont super amies, les deux adolescentes. Mais dans quelques rares circonstances, il leur arrive d'être aussi des rivales. Et tout particulièrement lorsqu'il s'agit de définir qui squattera la salle de bain la première. « Mmh... » L'australienne plisse les yeux. « J'crois qu'il y a une étrangère de trop dans c'pays ! » Elle aurait pu faire une bonne actrice, non ?

Cela dit c'est un peu con parce que l'étrangère, pour le coup, c'est elle. Kassy est une parfaite américaine et elle, une australienne un peu égarée. L'argument ne tient pas. Et clairement, son amie ne mettra pas bien long avant de le balayer sans la moindre pitié. « J'ai pris les plus gros risques ? » tente-t-elle alors de rappeler. « Dean m'a pas un peu explosé l'front ? » La tension devient presque pesante. Zelda agite le bout de ses doigts comme si elle s'apprêtait à se saisir du flingue invisible qui pendouille, accroché, contre son flanc. « Kassy... » gronde-t-elle, ne cherchant même pas à réprimer ce petit sourire amusé au coin des lèvres. Son regard se pose sur la poignée de la salle de bain, sur son amie et encore sur la poignée. Et pouf, elle bondit dessus.

L'ennui c'est qu'elle n'est pas la seule. Ou alors il faudra qu'on lui explique comment la porte s'est ouverte avec tant de violence et pourquoi elle s'est retrouvée, emportée par son élan, projetée contre la baignoire puis à l'intérieur de celle-ci...


Can you remember who you were, before the world told you who you should be ?

Awards 2020:
 

May Zelda be with you !:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Kassandra Taylor
Kassandra Taylor
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 656
Sujet: Re: Routier propre et pas trop mal éduqué cherche femme patiente et bien intentionnée   Lun 14 Déc 2020 - 2:29
Kassandra est la première à sortir, Dean la suit de près. Ils n’ont pas besoin de prononcer un seul mot pour se comprendre, pour partager ces pensées qu’ils ont tous les deux dans la tête... Ouais, Zelda a bien abusé sur ce coup-ci. Pour le coup de boule, pour n’avoir fait aucun effort pour rester discrète alors que les deux faisaient de leur mieux pour essayer de fournir une bonne excuse de se pointer au dispensaire à une heure pareille... Mais Zelda n’en a fait qu’à sa tête. Tel un footballeur professionnel, elle a lui a donné son meilleur coup de boule et a pris ses meilleurs selfies avec la photocopieuse. C’est indéniable, elles en riront le soir-même en rentrant, mais en attendant... Les deux adolescents ont un goût amer au fond de la bouche, une impression d’agacement après un plan qu’ils semblent être les seuls à avoir pris au sérieux.

Et forcément quand l’australienne les rejoint, elle s’excuse. Elle a capté qu’elle a merdé et veut se racheter. Dean l’envoie bouler, lui fait bien comprendre que sur ce coup, elle a vraiment fait de la merde... Kassandra, elle, préfère ne pas réagir et continuer de mener le trio à ce croisement auquel ils se sépareront. « Bonne soirée... et fais bien attention à ton nez, hein, Dean. » se surprend-t-elle à lui dire quand même... Parce que même si Zelda n’aura pas fait que leur rendre service, peut-être que son intervention leur aura quand même donné un p’tit coup de pouce, à eux qui en avaient tellement besoin.

Les deux filles se retrouvent seules. Comme toujours, comme d’habitude. Elles vivent ensemble, elles sont inséparables, c’était la fin la plus évidente et certainement la plus adaptée, ramener Dean à la maison aurait été le coup de grâce qu’elles auraient toutes les deux voulu éviter. « C’est bon... Juste, essaie de pas l’refaire la prochaine fois, s’il te plaît, Z ? » Elle voit bien qu’elle se sent coupable, Zelda. Par rapport à Dean, par rapport à sa meilleure amie ? Ça n’a pas d’importance, mais au moins, elle se sent désolée et elle a la gentillesse de s’excuser. C’est pas donné à tout le monde...

« Il... J’croyais que tu lui avais pété le nez, j’étais pas bien. » Elle avoue quand même, levant ses yeux du chemin blanc qu’elles empruntent avant d’enfin la regarder à nouveau et de ricaner dans ses dents. C’est pas bien de se moquer, mais en y réfléchissant, c’était quand même un beau coup. « T’y as vraiment mis du cœur, en plus... t’as même pas sourcillé. » Elle y est allée sans même hésiter, c’est peut-être ce qui rend la chose plus drôle qu’elle ne l’est réellement. Et là, elle se pose la question : est-ce que c’était lié ou non à ce que Kassandra lui a avoué quelques jours plus tôt, est-ce que c’est une conséquence indirecte de ce moment qu’il aura interrompu entre les deux filles ?

Elles passent la porte d’entrée. Les voix qui proviennent du salon les préviennent qu’elles ne sont effectivement pas seules. Kassandra emboîte le pas, se débarrasse de sa veste mais aussi de son bonnet, de ses gants souillés par le sang de leur collègue. « Et vous inquiétez pas pour mes gants... j’ai frappé personne, mais faut quand même les laver ! » Parce que ce serait quand même bête qu’on la prenne pour une tueuse en série... Zelda, elle est innocente, elle a jamais tapé qui que ce soit... pourtant, c’est pas l’envie qui manque, parfois. Mais comme elle aime le penser peut-être avec beaucoup de naïveté, la violence ne résout rien. Non, elle ne fait qu’attiser la haine.

Alors que Zelda s’élance déjà dans les escaliers, son amie prend son temps et n’oublie pas de récupérer la petite pile de feuilles qu’elle a laissé dans l’entrée. Au sommet trônent quelques exemplaires des photocopies de sa figure collée la vitre de l’appareil. Et c’est en les regardant qu’elle se rend compte que l’idée qui a traversé l’esprit de l’australienne (certes au mauvais moment) n’était pas si mauvaise...

L’américaine monte les escaliers qui les mènent à sa chambre, pousse la porte pour garder un peu d’intimité. Elle laisse trainer les photocopies sur son bureau avant d’en détourner son attention et de plonger les bras dans l’une de ses armoires pour récupérer des affaires de toilette : serviette, gant de toilette, vêtements à porter pour la nuit. Pas besoin de plus, le reste se trouve déjà dans la salle de bain. Elle est la première à s’y rendre, à poser ses affaires sur la chaise qui trône près de la baignoire. D’une main, elle se débarrasse de son pullover et de l’autre, elle pousse la porte... « Preum’s ! » C’est pas possible, non. Elles vont pas encore se battre pour la salle de bain... pas à cette heure-ci, pas après l’état dans lequel elles se sont mises. Le visage plein de boue, les fringues trempés et les corps gelés. Non, faut qu’elle soit la première à se glisser dans le bain, c’est pas possible autrement.

« Justement, c’est toi l’australienne, Zelda... » C’est raciste si, pour la blague, elle lui dit de retourner dans son pays... ? Nan, ce serait méchant, puis elle veut pas qu’elle s’en aille... Elle est devenue une vraie américaine, Zelda, depuis le temps qu’elle est sur le territoire. La situation est plus risible qu’elle ne devrait l’être. Les deux se lancent dans un duel de regards acharné plein de suspense... plus intense que la fin de Titanic, même.

« On risque les mêmes sanctions. » Les plus gros risques... Kassandra pourrait en rire si elle voulait se déconcentrer et être prise au dépourvu par sa colocataire. Non, faut pas qu’elle la lâche du regard, qu’elle soit la dernière à agir. « Tu t’es explosé le front. » Elle la corrige, plisse les yeux comme le font les méchants dans les plus grands Westerns qu’elles se sont coltinées avec Clayton... C’est tendu, c’est intense, l’une d’elle va devoir attendre pendant que l’autre sera en train de se réchauffer dans la baignoire... il faut être attentive.

Zelda veut la jouer cowboy, Kassandra décide de la prendre par inattention, comme elle l’a fait juste avant avec Dean. Les yeux qui clignent, les cibles de son regard qui changent. Elle attend que les yeux bleus de l’australienne la lâchent pour faire le premier coup, celui qui marquera la fin d’un duel acharné.

D’un coup sec, Kassandra s’élance sur la porte, la pousse de toutes ses forces pour finir par être la première à avoir le privilège de passer dans la baignoire... mais c’est pas ce qu’il se passe. Coup dur, force insoupçonnée qu’elle n’a pas su maitriser, Zelda perd l’équilibre et va s’écrouler dans la baignoire où elle s’est retrouvée projetée. « ... Meeeeerde ! » C’était pas prévu. Ce simple moment lui vole un rire plein d’embarras. Elles s’approchent de la baignoire pour voir si tout va bien, si l’adolescente n’a rien de cassé... mais faut croire qu’elle va bien. « Tu m’as fait trooop peur ! » Vachement peur. Ça aurait été bête de sa part de lui en avoir voulu d’avoir heurté Dean pour au final lui rendre la pareille... Un fou rire finit par s’emparer d’elle... « T’as vu l’vol plané que t’as fait... ? » Les larmes qui montent, les joues qui tournent au rouge et un rire qu’elle ne peut garder pour elle-même... c’est le second en deux jours.

L’une des filles dans la baignoire avec sa serviette, l’autre toujours fringuée sur le tapis qui protège le sol... on dirait que le duel aura décidé du vainqueur. Mais pour une fois, Kassandra veut aller contre les règles. « Si tu veux t’laver, faut au moins allumer l’eau. » Elle le fait même à sa place, se penche un peu par-dessus la baignoire pour venir enclencher le robinet et laisser l’eau chaude venir remplir la baignoire avec sa colocataire toujours dedans.

Puis elle n’attend pas, elle ne sort pas comme elle devrait le faire après avoir perdu leur duel. Elle n’est pas mauvaise perdante, mais parfois... c’est plus fort qu’elle. « Si tu crois que j’vais poireauter dans ma chambre alors que j’suis complètement gelée... » Elle continue de glousser pendant qu’elle s’empare de ses fringues et les jette du côté du panier à linges sales sous les yeux de Zelda qui semble partager son fou rire... et c’est tout ce qu’elle y voit, exposant une nudité qu'elles ne connaissent que très bien. Est-ce que c’est bizarre ce qu’elle est en train de faire ? Est-ce que c’est différent de toutes ces fois où elles se retrouvent dans la chambre de l’autre pour s’habiller le matin, ou pour se dévêtir le soir ? Elle en sait rien, elle y réfléchit pas... elle veut juste gratter un coin de la baignoire et venir réchauffer des jambes bouffées par la neige.

Avec des corps qu’elles connaissent par cœur, Kassandra n’y voit aucun gêne. Peut-être devrait-elle ? « Bouge-toi, allez... sinon j’mets l’eau froide. » Elle pousse l’une des jambes de Zelda pour gagner un peu de place, puis finit par passer les siennes par-dessus le bord pour venir la rejoindre.

Son premier réflexe, c’est d’attraper l’un des flacons que l’australienne a amené pour en laisser couler dans l’eau. Ça fait des bulles, ça sent bon... puis c’est marrant, non, les bulles ? « Match nul, du coup... ? » Et sur ces mots, elle l'éclabousse de mousse.


    Life After God
    “And then I felt sad because I realized that once people are broken in certain ways, they can't ever be fixed, and this is something nobody ever tells you when you are young and it never fails to surprise you as you grow older as you see the people in your life break one by one. You wonder when your turn is going to be, or if it's already happened.” + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5053
Sujet: Re: Routier propre et pas trop mal éduqué cherche femme patiente et bien intentionnée   Lun 14 Déc 2020 - 18:50
« Vu ? Non... »
Elle est sonnée, Zelda. Elle se masse le front en reprenant ses esprits, constate avec soulagement qu'elle peut bouger sans ressentir une trop grande forme de douleur. Concrètement, elle semble toujours entière. Mais elle les voit bien, là, ces étoiles voltiger. « Par contre j'peux t'dire que j'l'ai senti ! » Ce foutu vol plané... Mais il y a eu plus de peur que de mal. Et leurs rires se mêlent avec cette aisance tout particulière, cette complicité sans cesse renouvelée.

« Bon ! Ben... » Elle a gagné, là, non ? Elle va pouvoir profiter d'un bon bain chaud. « Eh ! » Kassy allume l'eau, la force à se redresser à peu près n'importe comment pour éviter que sa serviette soit trempée. Elle s'en débarrasse, la jette un peu plus loin et frissonne un peu quand sa peau dénudée entre en contact avec la baignoire. Fort heureusement l'eau chaude s'accumule et se charge de la réchauffer. Clairement, les bains, c'est l'une des plus belles inventions. Et sûrement l'une des choses les plus importantes qu'ils aient réussi à conserver après la chute de la civilisation. C'est ce genre de petits plaisirs qui leur rappelle constamment pourquoi elles ont de la chance de vivre à Fort Ward !

Et puis elle comprend bien vite que Kassy n'entend pas attendre sagement son tour. Elle l'observe se dévêtir à son tour et se faire sa place dans la baignoire. D'abord surprise, Zelda garde le silence et retire ses jambes pour lui permettre de s'asseoir. Au final elle en rigole, l'australienne. Elle ne voit pas vraiment de soucis à partager son bain avec sa meilleure amie. « T'as fermé la porte, cette fois ? » Parce qu'une arrivée impromptue peut toujours avoir lieu. Dean qui vient réclamer vengeance pour l'hémoglobine qu'elle lui aurait fait sacrifier ? Possible. Mais Clay' respecte leur intimité, lui. Et elle doute que Misha soit du genre à venir s'exposer à leurs critiques. Maya ? Bon, au pire, ce ne serait pas si grave !

Leur folle soirée et ses conséquences semblent déjà loin de leurs préoccupations. Les bulles ne tardent pas à se propager à la surface de l'eau. Zelda leur accorde une relative attention. En réalité elle déploie déjà pas mal d'énergie à concentrer son regard dans celui de son amie. Ou ailleurs. N'importe où sauf sur ce corps qui s'est joint au sien. Ce serait de la curiosité. Peut-être un signe évident que cette nudité qui n'a jamais posé aucun soucis entre elles revêt un nouvel intérêt. Quelque chose d'inavouable mais pourtant bien présent et trop dur à ignorer.

Mais il existe heureusement certaines constantes dans ce monde. Notamment celle qui stipule que deux jeunes dans un même bain provoquent automatiquement une catastrophe. « Match nul ? Non mais tu crois encore au Père Noël, toi ? » plaisante-t-elle. Et... ploof ! Elle se prend un nuage de bulles dans le visage. Ca y'est, c'est parti ! L'australienne riposte, la lutte s'engage. Et la seule véritable perdante, au final, c'est la salle de bain et l'eau qui s'est accumulé sur son sol. Les deux filles en prennent conscience, échangent un regard un peu gêné. « Ca va s'évaporer ! » assure Zelda. Oui, c'est une simple histoire de jours. Elle n'a de toute façon pas envie de nettoyer maintenant. Rien que l'idée de s'extirper de l'eau chaude lui insuffle un nouveau frisson. Clairement, ça peut attendre.

Et puisque le calme est appelé à succéder à la tempête, les deux amies s'installent plus confortablement. L'australienne s'octroie le droit d'allonger ses jambes, venant échouer son extrémité contre les flancs de l'américaine Quitte à rester longtemps dans le coin, autant prendre ses aises. Et puis elle était la première dans la baignoire, après tout !. « T'as encore un peu d'boue ! » Elle pose son doigt sur son propre visage, pour lui indiquer l'endroit qu'elle doit nettoyer. Mais elles ne se comprennent pas trop. « Non, de l'autre côté ! » rigole-t-elle. Finalement elle se résout à se pencher en avant pour venir frotter délicatement de son pouce les restes de terre humide sur la joue de son amie. L'eau doit avoir une couleur un peu étrange. Heureusement que les bulles la cachent.

« Tu crois que Dean va m'faire la gueule longtemps ? » s'inquiète-t-elle tandis qu'elle replie un bras derrière sa tête pour utiliser sa paume en guise d'oreiller. « J'vais sûrement avoir besoin d'tes talents d'négociatrice si t'es d'accord... » Parce que Kassy, c'est la championne pour désamorcer les conflits. Rien d'étonnant à ce qu'elle soit tant appréciée par les adultes. Lorsqu'ils vantent sa maturité, ils n'ont pas tort. « J'ai vu Adel l'autre jour. Elle tarit pas d'éloges sur toi, tu sais ? Elle pense aussi que j'ai une mauvaise influence sur toi... » avoue-t-elle du bout des lèvres. « T'en penses quoi, toi ? » Zelda se plaît à croire qu'aucune des deux est en mesure d'influencer l'autre. Que leurs caractères s'accordent parfaitement au naturel.

Elle relève sa jambe, balaie l'eau de son pied pour gicler un peu d'eau sur son amie. Puis elle n'oublie pas que le but d'un bain, c'est aussi d'en ressortir propre. Alors elle se retourne, présente son dos à l'américaine et se rapproche un peu d'elle. « Puisque j'te tolère dans ma mare, tu verras pas d'objection à m'faire mon shampoing j'imagine ?» Elle fait glisser contre elle le pommeau de douche et le produit nécessaire. Et puis elle s'installe, prenant appui de ses bras sur les bords de la baignoire, s'adossant un peu contre son amie. « Imagine que t'es ma coiffeuse et qu'je suis ta meilleure cliente, okay ? Donne tout ! » C'est l'heure de se faire bichonner la crinière, là !


Can you remember who you were, before the world told you who you should be ?

Awards 2020:
 

May Zelda be with you !:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Kassandra Taylor
Kassandra Taylor
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 656
Sujet: Re: Routier propre et pas trop mal éduqué cherche femme patiente et bien intentionnée   Mar 15 Déc 2020 - 5:32
En y réfléchissant bien, Kassandra en arrive très vite à la conclusion suivante : elles n’auraient pas dû sortir ce soir. Elle n’aurait pas croisé Dean, le nez du garçon n’aurait pas un peu souffert à cause de l’australienne, et elles ne se seraient certainement pas retrouvées dans cet état lamentable si elles avaient juste décidé de s’occuper de ces affiches le lendemain et de profiter de la soirée en regardant un second film.

En se désapant, l’adolescente se rend compte qu’en plus d’être trempés, certains de ses vêtements sont en plus recouverts de tâches brunâtres, de la boue. Parce qu’en plus d’avoir eu une idée naze sortie d’un des plus gros nanars des années 80, l’australienne n’a pas su être assez précise dans ses mouvements et aura laissé de la terre humide s’écrouler sur ses fringues... Cette simple vision lui donne envie de soupirer, mais elle s’en fiche. Ils finiront dans le panier de linges sales, et la prochaine fois qu’elle les portera, ils seront comme neufs.

Quand la jeune femme dans la baignoire regagne le regard de sa meilleure amie, elle est entièrement dévêtue. « N-Nan... mais on s’en tape, hein ? » qu’elle lui répond, à moitié confiante. Si Dean se repointe chez elles ce soir (ce qui est loin d’être possible) et les surprend toutes les deux de la même façon qu’il l’a surprise quinze jours plus tôt, la situation sera quand même plutôt ironique. Non, elle ne s’inquiète pas. Parce que si quelqu’un entend des voix, du mouvement dans la salle de bain, ils n’ouvriront pas la porte. Clayton et les autres locataires savent très bien comment fonctionne la vie à plusieurs... ça fait des années que c’est comme ça, qu’ils s’habituent chacun au style de vie de l’autre. Et puis si Maya ouvre la porte alors qu’elles prennent leur bain, elle ne verra rien qu’elle n’a jamais eu l’occasion de voir auparavant...

Une jambe par-dessus le bord de la baignoire froid, elle sent son corps entier frémir avant qu’elle ne vienne se retrouver immergée dans l’eau bouillante qui s’écoule dans le bassin plutôt étroit. Pour chacune avoir de la place et pouvoir s’installer confortablement, elles doivent d’abord rester assises avant de laisser les jambes tomber et aller s’allonger le long de la baignoire. C’est ce que Zelda fait, et c’est ce que Kassandra reproduit par-dessous les jambes de la brune aux yeux bleus.

L’eau claire disparait plutôt rapidement sous un marée de bulles et de savon qui vient remplir la baignoire et masquer la couleur de l’eau qui ne doit plus être transparente étant donné la saleté qu’elles y noient. Leurs corps trempés, leurs visages plein de boues, les cheveux de Zelda que Kassandra n’a pas loupé... L’eau doit avoir une couleur dégoûtante, mais le simple fait de ne pas pouvoir la voir la réconforte.

Non, ce qu’elle voit est bien plus important, voire même plutôt passionnant. C’est l’un de ces énièmes moments privilégiés qu’elle partage avec elle, sa meilleure amie « de toujours » comme elle aime le dire alors qu’elles ne se connaissent que depuis un peu plus d’un an. Sa p’tite bouille d’ange, ses yeux bleus dans lesquels il lui arrive de se noyer, son p’tit nez qu’elle aime bisouter quand elles font des bisous esquimaux et cette chevelure blonde qu’elle lui envie bien trop souvent. Consciente, elle remarque bien que ses yeux ont pourtant l’envie de descendre pour contempler une partie de son corps qu’elle connait, une poitrine qu’elle a l’occasion d’apercevoir pourtant bien trop souvent mais sur laquelle ils ne semblent jamais s’attarder. C’est pas important, elle n’a rien de plus qu’elle n’a elle-même... Pourtant, elle semble se découvrir une curiosité insoupçonnée qu’elle n’a pas envie d’assouvir en cet instant mais que ses deux yeux bleus la forcent à nourrir.

« Quoi, il existe pas, l’Père-Noël ? T'es sérieuse ? » plaisante-t-elle à son tour, veillant à garder un air sérieux pour laisser planer le doute quant à ses croyances envers le vieux barbu avant de se laisser aller et de lui envoyer une valse de savon au visage. La bataille qu’elles ont commencé à l’extérieur recommencent, et il n’est qu’une question de secondes avant qu’elle ne sente à son tour une vague de bulles venir lui claquer contre son visage. Le combat recommence, elles repartent en guerre. Elles s’échangent plusieurs éclaboussures avant de remarquer qu’effectivement, contrairement à l’extérieur, ce qui s’écoule sur le parquet ne se nettoiera pas tout seul... et ne s’évaporera pas non plus. L’adolescente se redresse un peu, pose l’un de ses bras sur le bord de la baignoire pour venir jeter un coup d’œil à l’état de la salle de bain... mais c’est que de l’eau. Et au pire, elles nettoieront... enfin, elle nettoiera.

Elles y songent un instant, à continuer cette petite guerre qui transformerait la pièce en un véritable tsunami, mais elles préfèrent arrêter pour se consacrer à la raison pour laquelle elles sont dans une baignoire... « Là ? » On lui indique qu’il lui reste un peu de bout sur l’extrémité de son visage, elle gratte avec le gant de toilette qu’elle a sur la main... mais le gant reste propre. Alors, elle continue de chercher sur son visage, elle fait même en sorte d’en frotter chaque recoin, mais... rien. Zelda décide finalement de lui faciliter la tâche et de s’en occuper... C’est la meilleure, encore et toujours.

« Tu l’connais... il peut pas te résister. Demain, j’suis sûre qu’il va faire le garçon un peu blasé alors que tout c’qu’il voudra faire, c’est rigoler avec toi. » la rassure-t-elle tout en l’observant se mettre à l’aise. « Tu te rappelles quand on a voulu lui faire une vanne et qu’on a caché ses fringues quand on est allés s’baigner ? » Bah il était hyper remonté sur le moment alors qu’avec Connie, elles étaient mortes de rire... et le soir-même, il était en train d’essayer de se racheter d’avoir mal réagi. Elles peuvent parfois lui en vouloir, mais il n’y a pas plus doux qu’un Dean. Et même si elle doute avoir quoi que ce soit à faire pour les pousser l’un vers l’autre, elle le fera si besoin.

Les révélations de Zelda quant à Adrienne ne l’interpellent pas, mais la surprennent quand même un peu. C’est compliqué de savoir ce que pense la française alors qu’elle n’a pourtant aucun mal à l’exprimer. Quand quelque chose ne va pas, elle ne mâche pas ses mots... mais savoir qu’elle est fière de son élève, ça la rend heureuse parce que ça la pousse à penser qu’elle fait les choses comme elle devrait les faire. « Ils disent tous ça, tu sais ? » Et c’est pas une révélation, ni un secret... elles le savent, elles l’entendent constamment. « Mais... tu sais comment j’suis. Si t’étais pas là, j’serais toujours en train de réviser ou de rester dans ma chambre à lire des bouquins... » Elle abuse certainement un peu, mais Zelda a beaucoup aidé à son intégration au camp même si Clayton a bien fait le nécessaire auparavant... Avoir une autre fille de son âge, une autre fille sous leur toit, ça lui a redonné un peu goût à la vie, ça lui a donné envie de consacrer son temps à faire autre chose que de s’ennuyer. Et même si le temps qu’elles se consacrent l’une à l’autre n’est pas toujours utilisé à bon escient et qu’elles passent leur temps à se faire taper sur les doigts, ça reste du temps, des moments bien utilisés. « Si t’étais pas là, j’m’ennuierais bien. Et c’est peut-être débile ce que j’vais dire, mais on s’influence l’une et l’autre. » C’est comme le Ying et le Yang, elles sont les pièces d’un même puzzle qu’il faut assembler pour le compléter. « Je l’aime bien Adrienne, elle m’apprend beaucoup de choses, mais... l’écoute pas, on s’en tape un peu de c’qu’elle peut penser de nous deux. » Le seul qui a un pouvoir de parole à ce sujet, c’est leur père adoptif.

« En parlant d’elle, du coup... ça t’embête pas que j’ai un peu piqué ta place... ? » Parce que même si leur relation n’est pas au beau fixe, elle continue quand même d’y penser parfois, Kassandra. À la façon dont Adrienne a préféré lui proposer cet apprentissage à elle et pas à l’australienne, justement à cause de « l’incident » entre elles juste avant. Elle s’en veut parfois, Kassandra, de prendre ces leçons, d’apprendre toutes ces choses pour lesquelles elle ne s’est jamais soupçonné d’attrait, et elle n’aimerait pas que son amie puisse un jour lui en tenir rigueur.

Elle se redresse, l’australienne, prend encore plus ses aises dans la baignoire en tournant sur elle-même comme une toupie et en venant se blottir contre elle en lui présentant son dos. « Est-ce que j’ai l’choix, de toute façon... ? » qu’elle lui répond pour plaisanter, alors qu’elle sait pertinemment que non, elle devra s’occuper de ses cheveux... Et c’est vraiment loin de la déranger.

« J’peux utiliser une paire de ciseaux pour couper l’surplus... ? » Une autre plaisanterie, d’accord, même si un jour, s’amuser avec un ciseau ne la dérangerait pas. Mais couper ses cheveux, c’est similaire à un homicide. Personne ne touche aux cheveux de Zelda !

Ses cheveux d’ailleurs couverts de particules, de petits bouts de boue un peu partout. C’est dégueulasse, ça donne pas envie d’y toucher... De sa main droite, l’adolescente vient récupérer le pommeau de douche sur les genoux de l’australienne pour venir couvrir ses cheveux d’eau bien chaude. « Pas trop chaud, Mademoiselle Anderson ? » lui demande-t-elle d’un ton presque parodique, essayant de se rappeler de ses derniers rendez-vous chez le coiffeur pendant que ses mains s’amusent à jouer avec ses cheveux, à les rincer et à en extraire les résidus de boue qui trainent et qui viennent s’évaporer dans l’eau... Elle avait quel âge lors de son dernier rendez-vous, neuf, dix ans ? Elle avait encore besoin d’un petit oreiller quand elle s’asseyait sur le fauteuil... Cette pensée lui inspire un soupir amusé. Le bon vieux temps, quand être jolie pour passer les fêtes chez les grands-parents avaient encore de l’importance.

De façon à aussi s’asseoir confortablement, Kassandra relève un peu les jambes avant de les allonger le long des flancs de son amie et de les voir venir essayer de toucher l’autre bout de la baignoire. Zelda assise entre ses jambes, elle fait en sorte de bien la garder contre elle, de venir sentir certains de ses cheveux caresser sa clavicule, l’extrémité de ses bras... Elle laisse tomber le pommeau et s’empare du shampoing qu’elle vient appliquer sur sa tête blonde. Elle en met une grosse dose, de quoi être sûre qu’elle ne s’endormira pas même pas avec un petit bout de terre dans les cheveux. « T’as vraiment de trop beaux cheveux. J’te jure que j’tuerais pour avoir ça. » Elle caresse, masse son crâne de ses doigts fragiles tout en faisant en sorte de créer pas mal de mousse là-haut, de quoi faire gonfler ses cheveux et lui donner assez de matière pour rendre ses cheveux propres.

Elle est délicate dans ses mouvements, fait en sorte de rendre ce moment agréable, peut-être plus qu’il ne devrait l’être. Elle n’y fait pas bien attention, c’est pas le plus important, elle a la tête ailleurs alors qu’elle continue de jouer à la poupée et à dorloter sa meilleure amie. « Tu vas pouvoir rincer, j’pense... »

Elle lui rend le pommeau et se penche un peu en arrière pour s’allonger, s’adosser au fond de la baignoire. Cette vue de dos de Zelda avec les cheveux plein de shampoing et ces quelques bleus dans le bas du dos, ça... lui plait ? Elle pense, elle en est pas sûre. Elle sait même pas pourquoi elle y pense. L’une de ses mains vient s’attarder sur son dos qu’elle caresse du bout des doigts. « Ça t’fait pas mal... ? » Elle pose délicatement son index sur l’un des bleus en question, caresse cette partie de son dos avec douceur et délicatesse.

Elle a vraiment la tête ailleurs, mais elle ne saurait pas dire où. Elle continue d’explorer son dos, disperse un peu d’eau sur chacune de ses anciennes blessures de combat comme s’il s’agissait d’un remède, d’une pommade qui pourrait les faire disparaître à tout jamais... Et elle laisse les mots se prononcer, elle se laisse parler sans trop y penser. « C’est bête si j’dis que j’suis bien, là... avec toi ? » Et ça veut rien dire. Elles sont amies, c'est normal qu'elle soit bien à ses côtés, non... ? Au contact de sa peau, l’une quasiment blottie contre l’autre, dans des circonstances loin d'être anodines...


    Life After God
    “And then I felt sad because I realized that once people are broken in certain ways, they can't ever be fixed, and this is something nobody ever tells you when you are young and it never fails to surprise you as you grow older as you see the people in your life break one by one. You wonder when your turn is going to be, or if it's already happened.” + aeairiel.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Routier propre et pas trop mal éduqué cherche femme patiente et bien intentionnée   
Revenir en haut Aller en bas  
- Routier propre et pas trop mal éduqué cherche femme patiente et bien intentionnée -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: