The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Salade de fruits et buffet à volonté | w/ Reese
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ava S. Gutierrez
Ava S. Gutierrez
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 229
Sujet: Salade de fruits et buffet à volonté | w/ Reese   Jeu 3 Déc 2020 - 3:31
Je sais absolument pas comment c’est arrivé, mais alors vraiment pas. La fuite du camp, le couteau dans le genou d’Edgar, c’était y a quelques jours, une semaine peut-être, je sais pas, j’arrive pas à compter. J’me suis dit que j’allais sortir, il le fallait bien. La faim commençait à se faire ressentir, l’ennui tout autant. Il fallait que j’me défoule un peu, que je fasse marcher mes jambes mais aussi que j’trouve de nouvelles fringues parce que mon t-shirt et le vieux jean plein de sang, c’était vraiment plus possible.

Le ventre qui gargouille, les jambes que j’ai un peu du mal à faire marcher parce que j’ai passé les derniers jours recroquevillée sur moi-même... c’est dur, très dur. J’ai marché un kilomètre, peut-être deux. Je me suis mise à fouiller le premier bâtiment que j’ai vu, la première boutique qui semblait être la moins touchée, la moins ravagée par le pillage... J’ai troqué mon vieux paquet de gâteaux complètement périmés contre un vieux paquet de chips sauce barbecue. J’ai mis les mains sur une nouvelle tenue aussi, un truc qui me tiendrait bien froid et qui m’éviterait pendant un certain temps de sentir c’te vieille odeur dont j’arrive pas à me débarrasser, un pyjama licorne plutôt joli, un genre de combinaison comme j’en portais avant. C’est un peu trop grand, je flotte légèrement dedans mais ça tient plutôt chaud... c’est l’point positif, puis c’est mignon.

J’étais complètement heureuse de mes trouvailles quand je suis sortie de là, prête à regagner la salle de jeux que je squatte depuis ma fuite... mais mon regard s’est posé sur une genre de vieille voiture bleue garée à quelques pas de là. Propre, plutôt stylée bien qu’un peu abimé, le genre de véhicule qui attire directement le regard... Dans ma tête, il était évident qu’elle appartenait à quelqu’un. Mais justement, c’est peut-être le meilleur facteur à prendre en compte lorsqu’on est en quête de ressources. Je m’en suis approchée quand même histoire de jeter un coup d’œil à la banquette arrière à travers la vitre, c’est là qu’ils ont tous l’habitude de poser leurs trucs importants. Rien du tout, cette fois-ci. J’ai fait le tour de la voiture tout en veillant bien à surveiller les alentours. À part des rôdeurs qui trainaient sur le trottoir d’en face, personne.

Je me suis glissée à l’arrière du véhicule, j’ai essayé d’ouvrir le coffre qui, à ma grande surprise, n’était pas fermé. Et c’est là que j’ai trouvé mon plus gros jackpot de la journée. Un sachet plein de bouffe, ouais, moi-même j’ai eu du mal à y croire. Des paquets de pâtes sèches, de la soupe, de la salade de fruit en conserve... incroyable. Si la télévision existait encore, j’aurais pensé à une caméra cachée... mais c’en était pas une.

Mon ventre s’est mis à gargouiller à la vue de toutes ces jolies trouvailles... il fallait que j’y goutte. Les bras enfouis dans le grand sac plastique, j’ai commencé à le fouiller, à essayer d’y trouver mon bonheur... Je sais pas d’où tout ça sortait, mais c’était clairement impressionnant à voir. J’avais pas vu autant de bouffes depuis un long moment.
J’ai escaladé l’arrière de la voiture histoire d’y voir plus clair, me suis agenouillée dans le coffre pour fouiller ce sac bien plus lourd que mon corps entier l’était. Et c’est là que l’improbable est arrivé, que le coffre s’est refermé sur moi. « Merde. » J’ai essayé de m’en tirer, de m’en libérer alors que j’étais livrée à moi-même dans le noir le plus complet. Des coups de pieds, des petits coups de tête... des hurlements, même, mais rien. J’arrivais pas à en sortir, c’était impossible. Le coffre semblait comme... bloqué ? Verrouillé ?

Pendant une trentaine de minutes, pendant une heure, j’ai tout fait pour essayer de l’ouvrir... mais rien. C’était juste impossible. J’ai fait ce que toute personne sensée aurait fait... j’ai juste mangé. Pour déstresser, mais surtout pour rendre service à cet estomac qui criait famine depuis bien trop longtemps. J’ai failli me couper en tirant sur la languette de ce que j’ai rapidement découvert être de la salade de fruits, j’en ai fait tomber une bonne partie sur le tapis... mais je suis parvenue à en avaler aussi (et heureusement !).

Nan, on peut dire que je m’y étais faite, que je m’attendais à passer le restant de mes jours enfermée dans le coffre d’une voiture... J’étais en train de divaguer, de m’endormir à l’arrière quand soudainement un vrombissement s’est fait entendre  et que la voiture s’est mise à trembler... le moteur ! « Heeeey ! Y a quelqu'un ?! » J’y allais à grand coups de coude contre la paroi intérieure du coffre, donnait de grands coups de pieds contre la porte pour me faire entendre. J’pouvais pas passer le reste de ma vie là-dedans. Impossible.

Et quand le coffre s’est finalement ouvert, les reflets du soleil vinrent éclairer mon tout nouveau pyjama que j'avais complètement défoncé, mais surtout l'arrière du coffre dont j'avais fait un joli bordel. De la salade de fruits partout, des pattes et des céréales collées là-dedans... j'ai vraiment déconné, c'était pas joli à voir.


You only need one thing to survive the apocalypse: a badass unicorn.
Revenir en haut Aller en bas  
Reese B. Maddox
Reese B. Maddox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Gentle Bastards
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2059
Sujet: Re: Salade de fruits et buffet à volonté | w/ Reese   Jeu 3 Déc 2020 - 11:21
Putain je pensais pas ça possible. Réussir à dénicher une boite à CD pleine de disque des années quatre-vingt. J'sais pas c'que le karma a en ce moment, mais après le sac plein de bouffes, de quoi tuer le temps et me détendre un peu. Cet arrêt aura pas été pour rien, et si ça peut permettre d'éviter de trop penser, d'me buter la tête tranquillement avec Lucette, je prends. En contournant la voiture, le coffre ouvert m'arrache un soupir agacé. J'le referme brutalement avec une injure au passage avant d'me rendre jusqu'au siège conducteur pour m'y glisser. J'avoue, j'ai déjà l'album que je veux de prêt dans ma main, j'le glisse sans attendre dans le lecteur et monte le son jusqu'à plus soif.

Et Lucette démarre dans la foulée. Les quelques morts de l'autre côté se pointent vers moi, mais j'en cogne un avec l'aile arrière, l'autre se prend le retro avant que j'lui fasse un bon gros fuck qu'il mérite. Allez, j'rentre à l'abri là, pour me peler le cul ailleurs que dehors. Dans l'habitacle ? On a le droit à tout ce que j'aime, sans transition. Je suis tellement surexcitée que je matte pas la route, me contentant de zapper pour aller d'une musique à l'autre. All night long, she drives me crazy, the passenger, je bloque finalement sur Like a Prayer de Madonna avant d'avoir un petit rire.

C'est décidé, c'est elle que je vais écouter en boucle et chanter - faux - à tue-tête. Noël serait pas dans plusieurs mois, je pourrais croire que c'est le Père Noël lui-même qui m'a livré tout ça. Et j'suis à deux doigts aussi de remercier Jésus pour son implication.

♫ I hear your voOoOoice, it's like an angel sighiiiiiiiing ! I have no choOoOoice, I hear your voiiiiiiiiice : Feels like flyiiiiing ! ♫

Putain ce que je chante faux ! Mais je m'en fous un peu j'avoue, j'suis bien la seule que ça pourrait déranger et pour tout dire, ça me dérange pas du tout. Les morts et la ville ont rien à me dire à ce sujet, j'en viens à quitter le quartier industriel pour aller me pointer ailleurs ou y'aura de quoi faire. J'avais trouvé refuge dans le nord la semaine dernière, mais les morts se font trop pressants et j'pense qu'il vaut mieux bifurquer. Du coup, en toute logique ça sera le sud.

♪ When you call my name it's like a little prayer ! I'm down on my knees, I wanna take you there ! ♫

Je tourne soudainement, braque, me gare et coupe le contact pour soupirer d'aise. Sauf qu'un bruit à l'arrière me fait lâcher un cri de peur. Une VOIX ? Une VOIX DANS MON COFFRE ? Je fais les gros yeux, l'arme à côté de moi, sur le siège passager, finit dans ma main et j'sors brutalement pour claquer les portes. Y'a quoi DANS MON COFFRE ?! J'm'en vais vite le découvrir et lui plomber la face si ça me plaie pas trop. Je contourne, ouvre, et découvre une putain de licorne - ou presque. Je suis en train d'halluciner je crois. Pourquoi y'a une gamine dans ma caisse ?

Sors d'ici ! J'la saisis par la jambe et la tire violemment avant de l'extirper de force de l'habitacle. C'est sans grand ménagement que j'la remets sur ses pieds, avant de la garder d'une main fermement agrippée à son bras. Si j'lui fais mal, j'm'en branle. J'admire plutôt la catastrophe qui vient de se passer chez Lucette : PUTAIN MAIS T'ES SERIEUSE !

Mes yeux se tournent vers elle, elle voit sans peine que je suis folle de rage, et c'est rien de le dire :

Sale petite merdeuse, j'vais nettoyer ton bordel avec ta grosse tête de cloche ! j'dis ça en l'agrippant par les cheveux d'ailleurs, sans attendre, avant de réaliser un truc : MA SALADE DE FRUITS ! J'rêve mais bordel c'est pas possible ! Et recrache ce que t'as mangé ! C'est à moi ! J'vais lui foutre les doigts au fond de la gorge, elle va comprendre celle-là !


I'll face the night and I'll pretend
I got Something to Believe in

Revenir en haut Aller en bas  
Ava S. Gutierrez
Ava S. Gutierrez
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 229
Sujet: Re: Salade de fruits et buffet à volonté | w/ Reese   Dim 13 Déc 2020 - 3:08
Le pyjama trempé du sirop que j’ai essayé de boire, c’est en tâtant le tapis de mes propres mains que j’me rends compte du bordel que j’ai foutu partout. La bouffe que j’ai essayé d’ouvrir et que j’ai laissé se déverser dans le coffre d’une bagnole qui est même pas la mienne, tout c’que j’ai laissé couler sur mes fringues, toute la bouffe que j’suis quand même parvenue à avaler... J’avais le bide qui criait famine, j’crois qu’il est désormais trop rempli pour l’ouvrir, et c’est tant mieux. Nan, maintenant c’qui me dérange un peu, c’est les maux de ventres que j’suis obligée de me taper, cette petite douleur qui me rappelle que j’ai peut-être eu les yeux plus gros qu’le ventre... et ça m’fait chier.
 
Les mains toutes collantes, j’ai presque abandonné mon envie de me tirer de là tant j’ai l’impression d’avoir trouvé un paradis avec ce gros sac plastique de nourritures, mais les haut-parleurs de la voiture qui se mettent à cracher de la musique à un volume qui serait capable de me déchirer les tympans si j’étais sur la banquette arrière me réveille, me ramène à la raison. La voiture appartient bien à quelqu’un, ce qui peut être un bon point... ça veut dire que j’vais pas y passer le restant d’mes jours. Mais en même temps, c’est flippant parce que je sais pas à qui j’ai à faire.
 
Je fais tout pour me faire entendre. J’ouvre la bouche bien grand et j’hurle, mes talons s’abattent sur les murs intérieurs du coffre pendant que mes poings tapent contre ce foutu coffre que j’arrive pas à ouvrir. Puis la musique devient inaudible, s’arrête subitement. Le moteur de la voiture fait de même. La prochaine chose que j’entends, c’est des bruits de pas. Le coffre s’ouvre, et même si le soleil vient m’aveugler, j’aperçois une tête brune. Ma sauveuse, bordel de merde ! « Merc... »
 
La vilaine ! Elle m’chope par les jambes alors que j’ai même pas le temps de la remercier, me tire hors du coffre. J’ai le réflexe de me protéger le crâne avec les mains quand mon corps vient toucher le sol. Aïe. Mon p’tit cri sonne faux, pourtant j’peux vous dire qu’il est bien réel. « Putaaaaain, mais arrête ! » J’suis pas souvent vulgaire, mais faut arrêter les conneries. J’suis pas un vulgaire sac à patates, j’suis humaine !
 
Sans même que j’ai le temps de faire le moindre mouvement, c’est elle qui m’pousse à me redresser et qui m’agrippe le bras comme j’me souviens que ma mère avait l’habitude de le faire quand j’faisais une connerie, une grosse connerie. Elle hurle, elle est vénère. J’crois que si elle y met un peu plus d’entrain, j’pourrais voir des postillons venir me couvrir la face.
 
Elle a la tête toute rouge, elle est folle de rage, et à juste titre. J’ai le réflexe de me couvrir le visage de mon autre bras. J’ai tellement peur de m’en prendre une que je préfère prendre cette précaution... mais elle choisit la solution de faciliter et m’agrippe la tignasse de toutes ses forces. « Mais arrête, tu m’fais maaaaaal ! » Le tirage de cheveux, le truc le plus pire que Dieu ait choisi d’inventer... ça fait ultra supra méga mal. J’me débats, j’essaie de lutter mais qu’est-ce que vous voulez que j’fasse...
 
Elle me force à regarder du côté du coffre. À la lumière du soleil, c’est vrai que j’peux me rendre compte que le bordel est plus important que j’le pensais... Des tâches, une rivière de jus et de petits bouts de fruits qui s’baladent dans le coffre... « J’peux netto... » Mon estomac me pousse à la fermer, mes tripes me forcent à lâcher l’un des plus gros rots que j’ai entendus depuis plusieurs mois. Un nuage acidulé vient frotter contre mon palais, j’crois que j’vais vomir. J’attends, j’essaie de méditer, de me calmer... mais ça vient, c’est trop tard.
 
Mon corps décide de me faire passer un message. J’ai le réflexe de pencher ma tête en avant, et j’lâche tout. Au départ sur ses chaussures, ensuite sur le goudron. J’en fous partout, et c’est même impressionnant la quantité que j’parviens à faire sortir... j’pensais pas avoir autant mangé. C’est vert, c’est rouge... si y avait des paillettes là-dedans, j’pourrais trouver ça beau.
 
J’ai les yeux qui piquent, j’en fous partout. Ça dure une bonne trentaine de secondes. Il y a d’abord la première vague, puis la seconde, puis la trois... nan, fausse alerte. J’suis un peu sonnée, j’me sens pas très bien. J’relève la tête en m’essuyant la bouche avec mon avant-bras, mon pyjama est déjà foutu, j’suis plus à ça près... Heureusement qu’elle m’a tenu les cheveux, au final, ça m’aura empêché d’les salir. « C’est... c’est bon, j’en ai pu... » J’avale vulgairement ma salive. C’est un comble, tout dégobiller quand elle me demande de tout recracher...
 
Je cherche même pas à tirer sur mon bras pour lui demander de me lâcher, je sais que j’suis foutue. « J’suis désolée, j’avais juste faim et j’me suis coincée là-dedans... » Trop faim, même. J’essaie quand même de lui faire les yeux doux, ceux qui me permettaient d’avoir une ration de plus quand j’étais toujours avec Edgar.
 
« J’ai... j’ai des trucs dans mon sac. » J’lève mon menton en sa direction, alors qu’il trempe lui aussi dans le coffre. J’ai des conneries dedans. Une figurine Bob L’Eponge collector, une peluche Elmo (dont il est hors de question que j’me sépare), un bouquin, un jeu de cartes... y a bien un truc qui peut l’intéresser là-dedans, nan ? « J’promets d’nettoyer... mais me fais pas mal d’mal, steuplaît ! »
 
J’essaie de lire dans son regard, d’essayer de voir si elle veut toujours me faire la peau ou si elle s’adoucit un peu... Puis j’me rends compte que ça fait quand même beaucoup en peu de temps... « ... Pardon ? »


You only need one thing to survive the apocalypse: a badass unicorn.
Revenir en haut Aller en bas  
Reese B. Maddox
Reese B. Maddox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Gentle Bastards
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2059
Sujet: Re: Salade de fruits et buffet à volonté | w/ Reese   Dim 13 Déc 2020 - 15:10
Pourquoi faut qu'ça tombe sur moi ? Pourquoi quand y'a une merdeuse dans la ville, faut qu'elle se pointe dans MON coffre et qu'elle bouffe MES affaires ? Et quand j'essaie d'lui fourrer mes mains dans le fond d'la gorge, faut qu'en plus elle me rote à la gueule et que j'puisse sentir au passage l'odeur de tout c'qu'elle a mangé à l'œil sans m'demander mon avis ? Sérieux, le rot a au moins l'mérite de me surprendre, mais alors le reste !... MAIS LE RESTE !!

Bordel de merde mais…! Elle dégueule sur mes chaussures avant d'vider le reste de son estomac directement sur le bitume. J'hallucine. Déjà, comment un si p'tit corps peut vomir autant d'trucs et ensuite, comment elle peut avoir le culot d'bouffer tout ça et de le gerber ensuite ! Oh c'est dégueulasse, que j'souffle en lui tenant toujours les ch'veux.

Parce que ouais du coup, j'ai l'air con et on dirait que je lui rends service alors que c'est absolument pas mon but. Quelle affreuse gamine ! Qui a pu engendrer ça ? Et c'est vraiment comme elle que ça grandit ? Allez c'est décidé, jamais j'en veux, si c'est pour éponger leurs conneries quand ils font genre ils sont pas en âge de le faire, plutôt crever qu'enfanter quoi que ce soit. Non mais sans blague, déjà c'est moche, ensuite ça pue… Et en parlant d'odeur…

J'vais gerber aussi j'crois… Que j'souffle plus pour moi qu'pour elle en sentant mon ventre se tordre à cause de l'odeur. C'est un peu l'principe d'un mimétisme : j'la vois faire alors ça me donne envie de le faire. J'sens déjà d'ailleurs mon estomac s'creuser et qu'ça remonte dans ma gorge quand je ferme la bouche et prends une grande inspiration. Faut que j'me calme. Main collée devant le nez, j'ferme les yeux dans la foulée et pense à quelque chose de bien. Une grande bibliothèque où y'a que l'odeur des livres. Pffiou, ça passe ! Non c'est bon, j'ai ravalé !

Glamour vous dites ? Désolée mais quand on vient d'voir une gamine vomir pendant trente vraies secondes - et j'pense qu'on est clairement pas loin d'un record - je vois vraiment pas c'qui peut vraiment dégoûter qui que ce soit. J'crois qu'on est quand même sur le summum du dégoût actuellement et pourtant, j'ai pas des critères très hauts en la matière ! J'veux dire… Vous avez jamais rencontré Tonizzio, un vieux gars en quatrième année qu'avait plus de boutons que de QI, bah figurez vous que j'l'ai déjà embrassé mais je sais franchement plus pour quoi. Il était ivre, j'avais perdu un pari de mémoire, et fin d'l'histoire.

Pourquoi tu t'es enfermée là-dedans ? que j'lui demande, toujours fâchée. Elle essaie d'excuser, veut pas que j'lui fasse de mal, mais le pire est déjà fait de toute façon ! Bien sûr que tu vas nettoyer, et tu vas le faire tout de suite !

J'relâche son bras que pour la mettre pile devant ses conneries, quitte à la faire marcher sur son vomi.

Et ton sac maintenant, il est à moi, j'vais prendre tout ce que j'veux dedans ! que j'balance en lui arrachant l'truc et en le mettant sur mon épaule. Sérieusement ? Je sais pas ce que je vais y gagner mais ça a intérêt à être de l'or ! Allez ! Et j'te surveille, y'a pas intérêt à en laisser une miette, c'est clair ? Oh et pendant qu'on y est : Et tu passeras un coup d'chiffons sur mes chaussures, ça t'apprendra à vomir dessus !

Je devrais avoir de la pitié pour cette gosse… Je devrais… Mais vraiment quand je la regarde, c'est pas du tout la pitié qu'ça m'inspire :

Putain de merdeuse, que j'grogne finalement.


I'll face the night and I'll pretend
I got Something to Believe in

Revenir en haut Aller en bas  
Ava S. Gutierrez
Ava S. Gutierrez
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 229
Sujet: Re: Salade de fruits et buffet à volonté | w/ Reese   Lun 4 Jan 2021 - 2:04
Ça faisait un moment que j’avais pas vomi. Longtemps, pas assez longtemps à mon goût quand même. J’ai la chance d’avoir une bonne santé et de pouvoir me piffrer de trucs bons que très rarement, alors... disons que ça diminue les chances de salir ses fringues. « P... P’tain. » J’ai un second haut-le-cœur mais j’ai le temps de le calmer, celui-ci. J’hoche la tête en agitant la main, j’essaie de m’assurer que la vague de salive qui me remplit la bouche fait pas partie d’une seconde vague de dégueulis mais... nan, c’est bon. J’crois que ça va aller. « Désolée pour tes chaussures, j’te jure que je voulais vraiment pas... » Elle me coupe, c’est elle qui veut vomir à son tour. Faut dire, il y a peu de chances qu’elle y échappe avec l’odeur dégueulasse que je viens de créer... Si je savais pas ce que j’avais mangé, je pourrais deviner la présence de fraises et de kiwi... c’est fou comme l’odeur du vomi, c’est hyper net !
J’essaie de reculer un peu, de marquer une certaine distance avec l’autre parce que je veux pas qu’elle m’inflige la même punition et qu’elle me gerbe sur les chaussures, mais avec sa main autour du bras, c’est compliqué. Je la fixe avec les yeux bien écarquillés, prête à la voir dégobiller sur le trottoir mais... fausse alerte. Alléluia !

Au final, c’est peut-être bien qu’elle soit là. Elle m’a empêché de me vomir dessus et de me salir les cheveux, elle m’a aidé à sortir du coffre... et même si j’ai vomi plus de la moitié de ce que j’ai avalé, je me sens quand même bien pleine. M’enfin, avec des ballonnements en plus, mais ça passera... je pense ? « J’ai... j’ai pas fait exprès, il s’est refermé tout seul sur moi ! Ça fait deux heures que j’essaie de sortir de là, que j’mets des gros coups de pied mais qu’ça marche pas... elle est vieille, ta voiture. » J’essaie de lui expliquer, mais j’crois qu’elle s’en fout un peu. Mais bon, j’suis pas non plus assez débile pour entrer dans un coffre et m’enfermer dedans toute seule, et ça, faut qu’elle le sache. C’est vrai qu’elle est vraiment pas toute neuve. On dirait une voiture de l’année de ma grand-mère ! Ça fait longtemps qu’on en voit plus dans la rue des comme ça.

Elle me lâche le bras, m’offre enfin un peu de liberté. La propriétaire du véhicule me pousse vers le coffre, me met face à ma connerie... et quelle connerie. J’en ai jamais fait une comme ça, je crois. Y a les vases de Maman, les verres d’eau que je laissais couler sur le canapé... mais j’ai jamais eu à nettoyer, moi. C’était pas mon boulot. « J’crois que j’ai... » J’ouvre la fermeture éclair de mon sac, en sort un petit plaid que j’avais roulé en boule à l’intérieur. Un joli plaid, un truc qui tient bien chaud... je suis pas sûre que ça puisse absorber tout le jus, mais j’ai pas trop le choix. J’aurais bien demandé à utiliser sa veste, mais j’ai peur que ça fasse trop.

Je grimace un peu, mais je m’exécute. Je pose le plaid par-dessus le coffre, appuie-bien de mes deux mains pour essayer de tout éponger correctement, de ramasser tous les petits bouts de fruit qui se baladent dans la rivière que j’ai créée. Je sens le gros bout de tissu s’humidifier sous mes doigts. Ça a l’air de marcher, de bien marcher même. La tête dans le coffre, j’appuie de toutes mes forces sur la couverture... L’autre s’amuse avec mon sac, me dit qu’elle va m’le voler, mais j’la laisserais pas faire. Puis p’têtre que si j’nettoie bien son coffre, elle va être un peu plus sympa... ? J’suis une gamine, elle peut pas m’voler mes trucs. Ça devrait être une loi.

J’ai un peu l’impression d’être une esclave... ça fait donc ça de nettoyer ses conneries ? J’préférais quand c’était Maman ou la nounou qui le faisait. Ça m’fait chier, j’comprends pourquoi on fait moins de conneries en grandissant. Je l’entends grogner, m’insulter. J’crois que je l’ai vraiment mise en rogne.

« J’crois qu’c’est bon ! » que j’lui dis une fois que je pense que la couverture a absorbé une grande partie des dégâts. Je la roule en boule, la soulève hors du coffre et j’la jette sur le trottoir pour voir le résultat. C’est encore un peu mouillé, y a deux/trois petits bouts de cerise qui trainent... mais ça va sécher. « Ça va être un p’tit peu collant j’pense, mais... j’suis pas nettoyeuse de voitures, j’ai pas les produits qui faut. » que je me justifie en prenant l’une des cerises qui traine dans le coffre pour l’avaler. Ça m’aide à oublier le dur goût de vomi que j’ai dans la bouche...

Comme pour faire la paix, j’en saisis une autre et lui la tends avec l’un des plus doux sourires que je pourrais lui offrir... J’ai besoin de me racheter, mais j’ai surtout l’obligation de récupérer le sac rose qu’elle a sur l’épaule. « Et mon sac... je peux le récupérer, alors ? » Je la regarde, l'observe d'un air curieux. Je baisse les yeux, découvre ses chaussures qui ont pas échappé à la guerre... « Y a vraiment rien d'intéressant d'dans, j'vois pas ce qu'une fille comme toi pourrait faire avec c'que j'ai. » À son âge, on aime pas les peluches et les babioles, j'crois... ?


You only need one thing to survive the apocalypse: a badass unicorn.
Revenir en haut Aller en bas  
Reese B. Maddox
Reese B. Maddox
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Gentle Bastards
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2059
Sujet: Re: Salade de fruits et buffet à volonté | w/ Reese   Lun 4 Jan 2021 - 12:59
T'as foutu des gros coups de pied dedans ?! J'vais faire une syncope je crois. Plus ça va, et plus elle m'annonce des trucs qui m'donnent envie de lui dévisser la tête pour la lui enfoncer où j'pense.

J'reste à côté et elle m'fait rouler des yeux alors qu'elle dégaine un plaid pour venir éponger ses conneries. Moi, j'regarde aussi l'état du coffre pour voir si y'a des impacts ou quoi, de visible sur le lot. Heureusement : rien. Elle échappe tout juste à une branlée monumentale, j'jure que j'en serais venue littéralement à la tabasser si y'avait eu ne serait-ce qu'une bosse de ses conneries. J'souffle. Ma voiture est vieille, mais elle roule, alors l'avis d'une morveuse m'intéresse absolument pas sur la question. Puis elle veut quoi ? Elle a mieux à proposer peut-être ? J'la vois pas conduire un Hummer ou une limousine que j'sache !

Je hais les gosses, c'est définitif. La naine a côté est une publicité pour les contraceptifs à elle toute seule, autant dire que j'vais même pas me donner la peine d'essayer d'lui trouver des qualités. Elle termine en tout cas et j'la fixe de haut en bas un temps avant d'pousser un soupir. Le résultat est... Moins pire qu'en la découvrant dedans, c'est un bon début. Mais elle ? Elle mériterait de plonger entière dans une piscine de javel pour la désinfecter. J'imagine même pas. En plus, j'la tiens et ça se trouve maintenant, j'ai des puces ou des trucs du genre...

C'est ignoble, que j'souffle. Va falloir que j'aère pour pas qu'ça garde l'odeur, y'a même plutôt pas intérêt. Encore que c'est pas le vomi que ça sent dedans ! Pas merci pour ça hein...

J'la relâche et lui refile son sac sans chercher plus loin. J'en ai pas besoin, et rien a en tirer. J'veux dire que même ses peluches, j'peux rien en foutre. A part si j'les prends pour lui dire d'me les racheter si elle veut les récupérer. En attendant, elle m'a heureusement pas tout manger dans mes stocks, mais va quand même falloir que j'trouve de quoi me retourner où j'vais pas être bien pour l'hiver.

Effectivement, et j'vois pas ce que toi tu peux faire de ce que tu gardes là-dedans, t'as rien à grailler, au lieu d'collectionner les peluches, tu devrais plutôt trouver d'quoi bouffer, simple conseil. Et d'ailleurs, pourquoi j'lui donne des conseils hein ? Elle peut toujours se démerder toute seule. Quoi que, vraisemblablement : non. Ils sont ou tes parents là ? J'vais leur faire un mot pour parler d'ton éducation : voleuse, pilleuse et vomito en puissance, ils doivent être fiers de toi !

Ils doivent avoir honte. J'peux même pas leur accorder la défense qu'élever une gosse en temps de fin du monde, ça doit pas être simple, parce que vraisemblablement, le problème date d'avant !


I'll face the night and I'll pretend
I got Something to Believe in

Revenir en haut Aller en bas  
Ava S. Gutierrez
Ava S. Gutierrez
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 229
Sujet: Re: Salade de fruits et buffet à volonté | w/ Reese   Mer 27 Jan 2021 - 18:48
« Fallait bien qu’je sorte... » que j’lui dis d’un air un peu relâché... J’peux comprendre qu’elle soit en rogne après que j’ai mis l’dawa dans le coffre de sa voiture, mais c’est pas comme si c’était irrécupérable. J’veux dire, j’ai réussi à ravoir à peu près tout l’vomi que j’ai laissé trainer dans le coffre, mes coups d’pied ont pas laissé de traces... On peut dire c’qu’on veut, mais j’m’en sors quand même mieux que j’le devrais. « Tu critiques, mais j’suis sûre que t’aurais fait pareil pour sortir si t’avais été d’dans à ma place. » J’hausse les épaules, parce que c’est vrai, quoi... et c’est pas comme si c’était un truc qui arrivait tous les jours. J’hésite même à lui dire qu’au final, ça aurait pu être pire mais j’le fais pas parce que j’sais qu’ça pourrait la faire démarrer au quart de tour. Et vu comme elle a l’air de s’énerver facilement, c’est peut-être mieux si j’me tire avec mon sac sans qu’elle m’ait fait avaler le béton avant.

Moi, je suis ravie du résultat. Elle, elle l’est pas. Elle souffle, elle fait la gueule. Mais bon, c’est ça ou rien... « Va falloir aérer, et p’têtre mettre un peu d’parfum, de déodorant ou d’truc qui sent bon. T’as ça, là où t’habites ? » J’préfère demander quand même, même si j’suppose qu’elle saura quoi faire.

Elle finit par me refiler mon sac. J’le récupère sans me faire prier, puis j’viens le serrer bien contre moi. Il est précieux, mon sac. On en voit pas souvent des comme ça... Et il était pas pailleté quand on l’a trouvé, c’est moi qui l’ai personnalisé. Pas besoin d’ailleurs de l’ouvrir pour vérifier qu’elle m’ait rien volé, je l’ai pas vue l’ouvrir... et étant donné ce qu’elle dit de son contenu, j’ai du mal à croire qu’elle puisse m’avoir volé quoi que ce soit. « C’est pas la bouffe qui t’empêche d’avoir des cauchemars le soir. » que j’rétorque en plissant un peu du nez. « Puis c’est dur à trouver. Enfin, j’avais du mal à en trouver avant que... » Son sac, ses affaires. On va dire que j’me suis bien remise des derniers jours grâce à elle, peut-être un peu trop. « Merci, du coup... même si, voilà... pas merci, quoi. » J’avale ma salive. Je sais que ça lui fait pas plaisir, elle l’a bien montré... mais elle a quand même fait un beau geste. Dans la vie d’avant, tout le monde aurait bien vu ce genre de trucs... C’est comme si elle venait d’donner une pièce à un sans-abri, sauf que l’sans-abri est allé se servir lui-même dans sa poche... ça reste quand même une sacré bonne action.

Elle s’met à me parler de mes parents. J’crois que dans une autre vie, ça aurait pu m’faire pleurer... mais étant donné que je les ai pas vus depuis un bail, ça m’fait la même sensation qu’une fessée. Genre, après tout plein d’années, ça fait plus trop mal... tu finis par t’y habituer. « Si t’as un téléphone avec l’au-delà, j’peux p’têtre te donner leur numéro ? » que j’lui dis en grognant un peu, j’recule quand même un peu... l’odeur du vomi puis la peur de m’en prendre une s’fait un peu ressentir. La vérité, c'est que j'suis pas sûre d'où ils sont. Ils peuvent être morts, vivants... j'en sais rien du tout. « Mais ils étaient bien fiers d’moi avant. J’rapportais plein d’sous, j’passais à la télé et j’étais une fille modèle, genre... la meilleure fille qu’tu pourrais avoir. »

Et j'dis pas ça pour la rendre jalouse... nan, juste pour lui rappeler que j'ai beau avoir des défauts, j'ai quand même pas mal d'qualités... « Tu crois qu'tu peux me ramener... ou pas ? » Est-ce que j'ai du culot ? Beaucoup, oui. Mais c'est qu'il fait froid et qu'j'habite assez loin...


You only need one thing to survive the apocalypse: a badass unicorn.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Salade de fruits et buffet à volonté | w/ Reese   
Revenir en haut Aller en bas  
- Salade de fruits et buffet à volonté | w/ Reese -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: