The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Not all wounds are visible || Tomeo
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
Invité
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Not all wounds are visible || Tomeo   Mar 8 Déc 2020 - 22:53
Il était clair qu’ils avaient tous été marqués par cette mission à George à différents degrés, dans leurs chairs, dans leurs esprits, parfois même dans les deux à la fois. En revanche, la pompier ne put s’empêcher de froncer doucement les sourcils, tout en secouant doucement la tête pour marquer sa désapprobation face aux paroles de Tomeo. « -Nolan a été magistral, ça c’est vrai. Mais il avait un excellent second, ça j’en démordrais pas. Tu l’as aidé, et vous avez réussi à garder votre calme dans des conditions qui étaient loin d’être optimales. » dit-elle avec sincérité, comme pour essayer de lui faire entendre qu’il n’avait pas démérité, que si le Doc avait été incroyable, Tomeo avait été d’une grande aide, et elle était prête à le répéter une deuxième, voire une troisième fois pour qu’il l’accepte s’il le fallait. « -Et je sais aussi que tu nous a aidé au dispensaire, malgré ta propre blessure. Alors laisse-moi te dire que je t’ai trouvé exceptionnel si j’en ai envie ! » dit-elle en tentant de sourire, sans y parvenir réellement pour autant.

Par mimétisme, son regard suivit celui du jeune homme, alors qu’elle le posait sur Elrik, toujours assoupi. Le chemin de la guérison allait sans doute être long et difficile pour le Viking, dont le corps avait été transpercé de six projectiles, occasionnant de sérieux dégâts, à son genou et sa hanche notamment. Joséphine prit une longue inspiration, pressant les lèvres, en levant une épaule. « -On connaît pas la volonté des personnes qui sont blessées…si elles veulent qu’on tente tout pour les sauver, ou au contraire… » commença-t-elle, sans juger utile de terminer sa phrase, parce que son ami voyait sans doute parfaitement bien où elle voulait en venir. « -Avant, dans les hôpitaux, y’avait des formulaires d’interdiction de réanimation, ou de soins poussés, je sais pas exactement comment ils appelaient ça…mais on a pas ça ici. On part du principe que chaque vie doit être sauvée, même si c’est pas forcément ce qu’aurait voulu le survivant en question… » ajouta-t-elle, avant de détourner son regard du patient endormi, pour le reporter sur Tomeo. Peut-être que c’était quelque chose qu’ils devraient songer à mettre en place, un formulaire sur les souhaits de chacun face à une blessure sévère, s’il souhaitait un quelconque acharnement, mais…n’était-ce pas dans leurs principes de vouloir sauver les autres, surtout lorsqu’ils faisaient partie des leurs ?

Sans trop savoir ce qui motivait ses aveux, Joséphine finit par confier à son collègue ce qui la poussait à quitter Nisqually si souvent, à prendre ce que beaucoup qualifieraient de risques inutiles, alors qu’elle pourrait se contenter de la protection dorée offerte par le fort. Mais l’hispanique ne pouvait pas s’y résoudre, parce qu’en réalité, elle avait peur d’oublier comment survivre, si elle se laissait trop ramollir par cette vie de sécurité et de confort, à l’abri des dangers qui guettaient un peu partout. Au moins Tomeo comprenait son point de vue, et ne la prenait pas totalement pour une cinglée. En tout cas, elle ne pouvait nier que son optimisme était appréciable, aussi, elle hocha doucement la tête : « -On saura recommencer. » répéta-t-elle à mi-voix, comme pour s’en convaincre à son tour. En tout cas, une chose était certaine, ils ne repartiraient pas de zéro cette fois-ci, la survie étant leur quotidien depuis cinq longues années déjà, ils avaient certaines habitudes qui reviendraient, si tout venait à s’effondrer…encore.

Il était inutile de dire que Joey avait ressassé les événements de George des tas de fois, la nuit, le jour, pendant son service, quand elle était avec Gemma, beaucoup trop souvent à son goût, pour en arriver toujours au même constat : les gens de New Eden étaient bien plus nombreux qu’eux, bien mieux armés qu’eux également, disposaient de protections efficaces contre leurs balles, et usaient de chiens féroces bien entraînés à chasser les intrus, Nihima et d’autres en ayant fait les frais. Il leur faudrait adapter leurs connaissances de terrain, pour réagir dans l’urgence face à ceux qui deviendraient sans doute, et bien malgré eux, des ennemis redoutables. Son idée sembla en tout cas plaire à Tomeo, et si Joséphine avait surtout l’habitude des blessures par armes blanches à l’arène, glaives, épées, couteaux, lances, poignards en tous genres, elle aussi apprécierait de recevoir quelques enseignements supplémentaires sur comment réagir face à une blessure par balle, en situation d’urgence. « -J’en parlerai au Doc…enfin, à Lis et Nolan, et je te tiendrais au courant. Enfin…j’imagine qu’avec ton bras, t’as d’autres chats à fouetter que de participer à ce genre de…euh…réunion…mais si tu veux en être, t’es le bienvenu, évidemment. » ajouta-t-elle, frottant du dos de la main ses yeux qui la piquaient d’avoir pleuré, tout en lâchant un long bâillement. « -J’ai l’impression que…qu’on aura toujours un combat à mener, des principes à défendre, qu’il faudra toujours verser le sang pour ça, et c’est… » commença-t-elle, sans jamais terminer sa phrase. C’était épuisant, angoissant, frustrant, désolant, effrayant aussi. Tomeo pouvait choisir l’adjectif qu’il préférait, il ne tomberait sans doute pas bien loin de ce que pensait l’hispanique.
Revenir en haut Aller en bas  
Tomeo A. Carrera
Tomeo A. Carrera
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 956
Sujet: Re: Not all wounds are visible || Tomeo   Ven 11 Déc 2020 - 17:41
Je lève une main devant moi en signe d’apaisement avec un léger sourire alors que Joséphine reprend fermement et m’englobe dans les félicitations. « D’accord, d’accord. » Il y a un léger amusement dans ma voix à la voir monter au créneau aussi vite. Je ne me déprécie pas du tout, mais voilà, mes compétences ne sont pas à la hauteur de celles de Nolan. Hormis le servir et lui apporter mon soutien moral… Mais ne débattons pas là-dessus et cela me fait bien entendu plaisir que Joséphine insiste sur ce point. C’est toujours gratifiant d’être reconnu par ses pairs après tout. Et je crois que ce n’est pas juste de la flatterie, mais bel et bien de la sincérité. « J’ai été exceptionnel donc. » On arrive quand même à trouver un peu de légèreté dans une conversation qui ne l’est pas.

Et cela nous rattrape vite quand je pense à Elrik, gravement blessé. Lui, on peut dire que c’est un miracle. Mais mes pensées vagabondent et prennent un tour bien plus sombre concernant ce miracle quand je me demande comment il va sortir de ça, au vu de la gravité des blessures… « Non en effet. » Et c’est ce qui rend les choses encore plus difficiles. Certains préfèrent la mort que d’être diminués. D’autres veulent à tous prix vivre. Parfois, certains qui pensaient vouloir mourir, se découvrent un instinct de survie qui leur fait changer d’avis quand l’heure est arrivée. L’être humaine t son corps sont de grands mystères. « Et même comme ça… Il y avait des volontés non respectées. Sans compter que beaucoup n’avaient pas de volontés anticipées. Ce n’est pas un truc auquel on pense quand on est en bonne santé. » Je soupire. « Mais maintenant, nous manquons de moyens pour améliorer la qualité de vie des plus fragiles ou dépendants… » C’est déjà miraculeux que les amputés parviennent à mener une vie normale. Mais certains handicaps sont trop importants pour que la personne ne soit pas… un fardeau. C’est horrible de penser ainsi mais c’est une fait. Et si l’homme a appris à se prendre pour dieu avec l’évolution de la médecine, sa régression soudaine nous a rappelé nos limites.

J’essaie de balayer ces considérations stériles en secouant la tête, tandis que Joséphine me fait part de son besoin de rester alerte quoiqu’il arrive et ne pas se laisser engourdir par le confort. Je comprends. Mais je reste persuadé qu’aucune rechute ne sera plus violente que quand notre civilisation a été balayée et que nous avons été jetés dans ce merdier innommable. Maintenant… on sait comment faire. Comment se passer de beaucoup de choses. Ce sera difficile. Mais pas le même choc.

La jeune femme me propose alors une idée qui a du germer au cours de nombreuses heures de rumination. Et je ne peux qu’approuver et être emballé par son idée. Je souris à ses paroles. « Bah au moins, une réunion ne me demande pas de m’en servir de ce foutu bras. » Et je complète à ses propos : « Démoralisant. » Et bien d’autres choses encore. Mais je ne vais pas faire une liste. « Mais quelque part… C’est bien d’avoir des combats à mener. Des principes à défendre. D’avoir un but tout simplement. Autre que survivre, au jour le jour. Si cela pouvait se faire sans effusion de sang… oui ce serait bien. » Mais je doute malheureusement de ça… Peu de combats se font sans se salir les mains. Ce n’était déjà pas le cas avant alors maintenant…« Désolé, je ne t'aide pas trop là. »


Survivor

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
Invité
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Not all wounds are visible || Tomeo   Sam 12 Déc 2020 - 12:12
La jeune femme hocha vivement la tête quand, reprenant ses mots, Tomeo accepta finalement de reconnaître qu’il avait été exceptionnel, alors qu’elle parvenait à esquisser l’ombre d’un sourire sur son visage épuisé. Oui, il l’avait été. Tout comme Nolan a qui certains devaient la vie, et Farah la pilote de l’extrême, qui avait su garder son sang-froid malgré la situation, et la horde qui leur collait aux pneus. Malgré les conditions tendues, angoissantes, la peur omniprésente, l’équipe avait tenu bon, et le résultat aurait pu être autrement plus dramatique, Joséphine en avait bien conscience. Malgré eux, leurs réflexions les amenèrent à Elrik, quelques mètres plus loin, qui souffrirait sans doute de longs moments des conséquences de ses mésaventures à George, et des nombreuses blessures subies.

La pompier pinça doucement les lèvres, avant de soupirer de façon inaudible quand Tomeo parla de leurs moyens désormais réduits pour aider ceux qui avaient été durement éprouvés par cette vie d’apocalypse, qui avait pu perdre un membre, ou…se faire trouer le corps de six balles. A l’heure actuelle, personne encore n’était en mesure de dire à quel point cela allait affecter la survie du viking à l’avenir. Allait-il réussir à remarcher ? Cette idée lui fit pincer les lèvres une nouvelle fois, alors qu’elle déglutissait doucement. « -Une de mes meilleures amies s’est retrouvée paralysée quand un immeuble s’est effondré sur elle, à Détroit. Mais…elle a rien voulu lâcher, tu sais. Il lui a fallu du temps pour se faire à sa situation, mais ensuite…ensuite elle a repris du poil de la bête, et a continué à mener son monde à la baguette. Elle était tribun, là où on vivait…et même dans son fauteuil, crois-moi qu’elle rigolait pas, et que personne ne songeait à discuter ses ordres. » dit-elle dans un sourire qui trahissait une certaine nostalgie, alors qu’elle repensait à l’arène, laissée à Détroit trois ans plus tôt, et au rôle de Mallowe, qui distribuait les coups quand elle le jugeait nécessaire. « -On fera ce qu’on sait faire de mieux…avec lui, et…tous les autres qui en auront besoin : on aidera comme on peut. » dit-elle en reposant son regard sur le grand brun endormi, insensible à leur conversation, avant de reposer un regard confiant sur Tomeo.

C’était presque étrange de se dire qu’après cinq ans d’apocalypse, ceux qui étaient devenus leurs premiers ennemis, les rôdeurs, en étaient désormais presque réduits à un morne quotidien. Les survivants savaient qu’ils étaient là, partout et nulle part, pouvant surgir d’une pièce dans une maison abandonnée, de derrière un arbre en forêt, de l’angle d’un bâtiment en plein centre-ville, mais ils savaient comment les traiter désormais. Lents, incapables de réfléchir, limités dans leurs mouvements, s’ils restaient des dangers omniprésents, ils n’étaient pourtant pas leurs ennemis les plus redoutables, non. D’autres hommes avaient pris ce rôle. De simples pillards, des fanatiques, des survivants rendus fous par cette vie difficile, d’autres qui torturaient ou tuaient par simple plaisir…Là où se serrer les coudes aurait pu être salvateur, les Hommes avaient préféré faire ce qu’ils savaient faire de mieux : s’opposer, les uns aux autres, comme si cette attitude était ancrée jusque dans leur ADN. Mais cela imposait nécessairement de prendre des dispositions particulières lorsque l’on se mettait à dos un groupe de dix milles humains, armés jusqu’aux dents. Et ils devaient être prêts pour la riposte, Joey en était convaincue. « -Okay…alors tu es plus que le bienvenu à la réunion ! » lui dit-elle aussitôt, persuadée que Tomeo y avait plus que sa place, et qu’il pourrait penser à des choses qui ne lui viendraient peut-être pas forcément à elle.

Son regard resta d’ailleurs focalisé sur le survivant quand celui-ci termina sa phrase d’un adjectif qui collait parfaitement à la situation, et à ses pensées. Oui, c’était démoralisant, au plus haut point. Savoir que quelque chose allait forcément arriver, et se dire que tout ce qu’ils pouvaient faire était d’essayer d’être prêts, tout en sachant d’avance qu’ils ne le seraient jamais assez face à ces ennemis contre lesquels ils s’étaient élevés. L’hispanique laissa un rire amer s’échapper de ses narines aux paroles de son collègue, hochant la tête d’un geste un peu brusque : « -Ouais…mais tu sais comme moi qu’on y échappera pas, à ces effusions de sang. New Eden…ça a l’air d’être un peu marche ou crève, du moins, d’après les photos que j’en ai vu… » lui dit-elle d’un ton sinistre, resserrant ses bras sur ses jambes en repensant à ces clichés de l’horreur qu’elle avait vu, des mois plus tôt, avant de glisser un regard en biais au survivant à ses côtés.

Joséphine resta à l’observer de longues secondes, avant de parvenir à lui adresser un doux sincère, bien plus sincère et naturel que tous ceux qu’elle avait pu lui faire depuis son arrivée dans l’infirmerie. « -Détrompe-toi Tom, toi et tes mots allaient m’aider. C’est…je sais que là, à chaud, mon ressenti envers ce que j’ai fait est toujours le même, et que je me vois toujours comme une personne monstrueuse, mais…je sais aussi que je repenserais à cette conversation, et qu’elle finira par me faire du bien. » avoua-t-elle dans une pâle esquisse de sourire, avant de se frotter la paupière alourdie de sommeil. « -J’en avais parlé à personne jusqu’à maintenant…et…ça me bouffait de l’intérieur, tout le temps, en permanence. Je pense que…c’était juste une question de jours avant que je finisse par exploser… » ajouta-t-elle en levant maladroitement une épaule, elle qui avait toujours l’habitude de tout garder pour elle, encore davantage lorsque ça faisait mal. Son regard trouva celui de son camarade, alors qu’elle prenait une longue inspiration. « -Merci Tom, vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas  
Tomeo A. Carrera
Tomeo A. Carrera
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 956
Sujet: Re: Not all wounds are visible || Tomeo   Ven 22 Jan 2021 - 18:58
« Je pense que finalement, on ne sait pas comment on réagirait dans ce genre de situation, avant d’y être confronté… Certaines personnes qu’on pense inébranlables s’écroulent et renoncent, et d’autres, plus fragiles, se découvrent une volonté de vivre incroyable… C’est facile de se dire, quand on est en pleine santé, qu’on ne veut pas être diminué ensuite, mais quand on passe près de la mort… Les perspectives changent. » C’est mon point de vue en tous les cas. Et j’ignore moi-même comment je réagirais. Là, ça me rend déjà dingue d’avoir le bras immobilisé, alors que c’est que temporaire, alors le perdre… Mais ce serait pire de perdre une jambe, clairement. Nous avons trop besoin d’être mobiles et de pouvoir bouger vite. Il y a vraiment des gens qui peuvent survivre en ayant perdu l’usage de leurs jambes ? « J’ai du mal à imaginer quelle vie on peut mener actuellement en fauteuil roulant pour être honnête. Faut être bien entouré ou respecté. » Pour avoir de l’aide en cas d’évacuation d’urgence. Je hoche la tête en silence devant le ton assuré de mon homologue concernant ce qu’on peut faire.

D’ailleurs, il semble nécessaire de faire le point après tout ça et de songer à augmenter encore nos capacités de base et mettre en place un système un peu plus élaboré. Nous devons être préparés à exercer de la médecine d’urgence, de guerre. Pouvoir aider au mieux les médecins dans cette lourde tâche. C’est ce que nous faisons déjà, mais il y a toujours des choses à améliorer, surtout quand on fait le bilan après chaque expérience difficile. Et celle que nous avons vécu l’est. Même si nous ne nous en sommes pas si mal sortis et que Nolan a été formidable avec Elrik, combien même cela était un coup de poker et qu’on ignore comment ça va évoluer. Mais tous les autres blessés vont se remettre et ça, c’est pas rien. On a perdu des membres de notre communauté, tués directement, mais le bilan aurait pu être tellement plus lourd… Et peut-être le sera-t-il dans un futur plus ou moins proche d’ailleurs. Joséphine craint les représailles et je ne peux pas lui donner tort sur ce coup là.

Du coup, je lui annonce être assez emballé par une réunion et m’y voilà convié avec plaisir. « Merci Joey. » C’est toujours satisfaisant de faire partie de quelque chose. De savoir que son avis peut compter. Même si je ne suis pas médecin, ni infirmier, j’ai quelques bases de soin et suis plutôt homme de terrain. Et je constate que notre conversation est en dent de scie, alors que nous alternons espoir et désillusion. Projets et peurs. Nous sommes bien conscients que tout ce que nous essayons de construire actuellement peut voler en éclats du jour au lendemain. Que nous pouvons de nouveau tout perdre. Il faut essayer de profiter du présent sans pour autant se montrer insouciants. Et ne pas non plus vivre dans la peur constante de tout perdre. C’est un équilibre délicat… Je comprends vraiment l’état d’esprit de Joséphine. Je ne peux que l’écouter et pas vraiment apaiser les tourments de son âme malheureusement. Je n’ai pas de solution miracle. « j’espère Joey. » J’espère vraiment que tout cela lui permettra de surmonter cette faible estime d’elle-même actuelle. « Je suis content d’être venu ce matin alors. J’avais aussi besoin d’en parler. » Même si je sais pouvoir me confier à Nolan, ou Cass ou Farah. J’ai cette chance. Je souris à ses remerciements et lui embrasse le front. « De rien. » Je recule un peu. « Tu ne veux pas essayer de dormir un peu ? Je prends la relève. »


Survivor

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Not all wounds are visible || Tomeo   
Revenir en haut Aller en bas  
- Not all wounds are visible || Tomeo -
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: