The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -40%
SanDisk Carte Mémoire MicroSDHC Ultra 128 Go + ...
Voir le deal
18.49 €

A guardian angel, one for the other.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kaz H. Hargraves
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 252
Sujet: Re: A guardian angel, one for the other.   Sam 5 Déc 2020 - 18:29

I wish you were here --The world's a roller coaster and I am not strapped in. Maybe I should hold with care but my hands are busy in the air.

Je le sens bien, qu'il se déplace dans mon dos, qu'il suit mes mouvements. A chaque pas qui m'éloigne de lui, je sens qu'il réduit la distance. Un fin sourire satisfait se dessine sur mes lèvres. J'aime ressentir qu'il ne perd pas l'intérêt. Que cette situation ne veut pas dire qu'il faut que l'on arrête de se stimuler l'un l'autre comme on sais si bien le faire. J'y vois une motivation, une envie de me reprendre et d'aller de l'avant. Probablement qu'il faut que l'on se pousse un peu dans nos retranchements, l'équilibre aussi savoureux que dangereux. Il s'approche finalement et me coince contre le placard. Mon dos qui percute la surface et je lui adresse un air de défi bien que je me délecte de ce contact. Mon regard figé dans le sien, menton relevé, l'air de dire et quoi ? Tu vas faire quoi ? Pourtant, je souris, plus que toute autre chose. Son nez frôle le mien, il glisse vers mon oreille et je ne peux pas masquer le frisson qui me parcourt le corps. Le souffle qui se coince un instant au fond de ma gorge.

Je n'ai pas besoin de beaucoup d'efforts pour retrouver notre petit jeu. Ça brûle en nous, comme un incendie impossible à contrôler.

Je relève un sourcils alors que ma main se pose sur sa hanche et tout en grimaçant d'un air amusé je murmure en retour.

Ce serait con de se brûler.

Son souffle contre ma nuque, sa main qui se perd sur mes vêtements. Je pose un baiser le côté de son visage avant de plaquer ma main contre son torse. Là où je le peux , un peu plus haut que son bras en écharpe. Un caresse  sur ma peau avant qu'il s'empare de mon menton. Je le laisse faire tout en dosant savamment une très légère résistance, juste pour la forme.

Mais ne me force pas à dire quelque chose que tu pourrais regretter... Il n'est pas encore temps pour ça.

J'ouvre de grands yeux, entre ouvre les lèvres avant de rire doucement. Pas encore temps. Probablement pas en effet, pourtant il ne s'agirait que de mettre des mots sur ce qui est évident, flagrant même. On le voit tous les deux, on le sent. Je pourrais même admettre que je le sais depuis que j'ai senti son regard se poser sur moi, ce jour là sous la pluie. Il a déclenché quelque chose et sans les évènements des derniers jours, il était évident que cela ne se serait pas autant précipité. Je l'ai su tout de suite, qu'il se rendait indispensable à mon équilibre. Qu'il stimulait quelque chose d'endormi en moi. Cette envie de briller, cette envie de voir l'approbation dans son regard. Comme s'il pouvait être un baromètre pour mes choix, mes actions. Et je m'apprête à lui réponde quand il me presse un peu plus fort contre le mur et vient m'accorder un baiser. Mes lèvres se pressent en retour contre les siennes.

Ça en revanche... 

Je ris à nouveau, doucement tout en secouant la tête en lui adressant un autre regard offusqué de ma spécialité. En revanche quoi ? Je le sais très bien, mais je prends un malin plaisir à jouer les innocents. Sauf que personne n'est dupe, ni lui ni moi. Ma main sur son torse exerce une légère pression alors que mes doigts serrent le tissu. Le repousser un peu tout en m'assurant pourtant qu'il ne s'éloigne pas.

Je ne te force à rien du tout. Je n'oserais pas , c'est pas mon genre. C'est toi qui tente de me dévier du droit de chemin comme toujours !

Audace ? Probablement un peu. Il me semble cependant évident que je ne le force pas. Je suis bien d'accord avec lui, il est trop tôt pour mettre à voix haute des mots sur ce qui se passe entre nous. Peut-être parce qu'à ce stade, il est plus facile de pouvoir garder une porte de sortie, si tout cela venait à nous dépasser. Ou alors tout simplement que cela viendrait peut-être fausser la donne. Je m'empresse d'ajouter.

Et que moi je pourrais regretter ? Non mais tu te fous de moi. C'est toi qui le regretterais. Ou au pire nous deux, mais certainement pas juste moi.

Les regards se répondent avec défi. Ma main quitte sa hanche et mon index se pose sur ses lèvres.

Mais tu as raison. Chuuut. Surtout ne dit rien qui serait regrettable.

Je continue à rire et mon corps se presse un peu plus fort contre le sien. Le désir pointé sous le tissu, l'appel de son corps, de son âme. Ma jambe remonte le long de sa sienne et viens s'enrouler autour de sa taille. Je lui donne un léger coup de bassin avant de plonger mon regard brûlant dans le sien. Ma tête bascule légèrement vers l'arrière, lui offrant ma gorge. Et je pousse un léger gémissement tout en me mordant la lèvre inférieure. Et je rebascule brusquement la tête, ma jambe retombe le long de son corps et je m'écarte en le repoussant un peu, me faufilant pour échapper à son emprise.

Mais tu es en bien trop mauvais état pour tout ça. Je ne voudrais pas que ta convalescence soit prolongée parce que tu fais des folies de ton corps.

Je tourne la tête en continuant de m'éloigner. Me mordant encore la lèvre sans qu'il puisse le voir, parce que ce petit jeu me coûte et que je me retiens de ne pas revenir à l'assaut sans la moindre précaution pour son corps meurtris.

Il serait bien plus sage que je te fasse la lecture. A manger peut -être... Un tisane et au lit ?




    We are not written for an instrument alone; I am not, neither are you. I’m not wise at all. I told you, I know nothing. I know books, and I know how to string words together.It doesn’t mean I know how to speak about the things that matter most to me.
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 265
Sujet: Re: A guardian angel, one for the other.   Dim 6 Déc 2020 - 15:53
A guardian angel,
one for the other.

Je sais que vous avez la beauté destructive
Et le sourire vainqueur jusqu'au dernier soupir.
Je sais que vos mâchoires distillent l'agonie.
Moi, je vous dis : "bravo" et "vive la mort !"


Il le sait, nous le savons, je le sais. Pourquoi risquer de tout gâcher en s'encombrant de paroles creuses ? Alan ne pouvait vraiment avouer la pure et stricte vérité, beaucoup trop pudique et fier pour avouer que, petit à petit, le plus sincèrement du monde, il tombait très certainement amoureux de celui qu'il considérait comme une muse. Le bel éphèbe avait un rire qui donnait envie au galeriste de sourire et qui à la fois faisait gronder la Bête en lui, comme agacé par ce son qui pourtant lui manquait quand il se retrouvait seul. Plaqué contre ce mur, je pourrais facilement, d'une seule main, l'empêcher d'ouvrir la bouche jusqu'à ce qu'il peine à respirer... Ce genre de pensées traversaient l'esprit d'Alan à certains moments, aléatoires ; et si la plupart du temps, le cinquantenaire vivait en parfaite harmonie avec ses pensées troubles, penser ce genre de choses envers Kaz commençait à la mettre mal à l'aise. Troublé, il secoua la tête un instant puis retrouva contenance en arquant un sourcil, avant d'esquisser un sourire discret en coin.

« Je ne regrette rien du tout. » Répondit alors Alan en effaçant son sourire au profit d'une mine tout à fait sérieuse, son regard sombre planté dans les yeux clairs de Kaz. En prononçant ces paroles, lourdes de sens, le galeriste se pressa un peu plus contre le jeune homme, attiré comme un aimant à son corps ciselé et fin. Kaz agissait sur lui comme une drogue, l'envie d'y regoûter était présente, souvent, l'envie d'y replonger... Le geste du bel éphène enivra totalement le galeriste qui saisit la gorge de Kaz délicatement de sa main de libre avant de lui aposer un baiser dans lequel les dents pointues du cinquantenaire tentaient de s'interposer. Il gouta la peau du jeune homme comme s'il s'agissait d'un met de qualité avant de fermer les yeux profondément. Quand ses lèvres quittèrent la peau de Kaz, un baiser plus doux termina cette étreinte, remuant littéralement les entrailles d'Alan.

Encore... L'appel était trop fort. Mais Alan était épuisé et son corps demandait un peu de répit. « Kaz... » Murmura-t-il pour lui-même en le voyant s'éloigner de lui, de dos, après lui avoir prétendu vouloir protéger sa convalescence. Le galeriste se passa la main sur le visage et soupira pour lui-même, perturbé par cette tempête émotionnelle dont il n'avait pas l'habitude. Il regrettait de ne pouvoir se jeter sur le bel éphèbe comme il l'avait déjà fait par le passé, pouvoir lui arracher ses vêtements à coup de dent et plonger en lui comme dans un verre de grand cru. Alan tomba assit dans le coin cuisine en observant Kaz de dos, se dirigeant vers le coin cuisine. Faire comme si de rien n'était était insupportable. Le galeriste serra le poing et grimaça : il avait essayé de serrer le poing de son bras meurtri, un pic de douleur se réveillant à cause de ce geste. « Non. Kaz. Non. » Se relevant, le bras invalide collé contre son corps, Alan dominait la pièce de toute sa hauteur, malgré l'air pathétique que lui infligeait sa blessure.

Il s'approcha du bel éphèbe et lui prit la main avec un peu plus de force qu'il ne le voulait réellement. L'attirant vers lui, il plaqua sa main dans le dos du jeune homme pour obliger leurs visages à se tenir à seulement quelques milimètres l'un de l'autre. Balayant une mèche de cheveux de l'acrobate d'un petit geste du nez, Alan esquissa un sourire qui sonnait double : à la fois il traduisait une envie certaine, bouillonnante, mais un peu triste, il signifiait également une demande, une supplication de la part du galeriste. Je refuse d'être considéré comme un faible, il n'en est pas question. Pensait-il sans ciller du regard. « Reste avec moi... Je... Reste avec moi. » Alan avait hésité mais confirmé son souhait, sentant en lui un duel acéré entre sa fatigue physique et son désir brûlant pour le jeune homme. S'il finissait par s'endormir, Alan savait que Kaz pourrait très probablement s'écclipser : la chose dont Alan avait le moins envie à l'heure actuelle.

Tirant légèrement son bras, le tenant par la main, Alan l'entraina dans son couchage. Allongé sur le dos, il se rendit bien compte qu'il était limité dans ses mouvements. Grimaçant, s'empêchant de serrer les dents de rage, Alan laissa retomber sa main valide pour jeter un oeil à Kaz en redressant légèrement le cou. « Veux-tu bien m'enlever cet accoutrement stupide ? » Demanda-t-il, agacé non pas par rapport au bel éphèbe mais par rapport à ce que lui-même renvoyait. Il était engoncé dans ce gilet et ce t-shirt informe qu'il détestait, tout simplement parce que cela avait été la seule chose qu'il avait réussi à enfiler tout seul. Son pantalon était de seconde main et ne le mettait pas en valeur. Levant légèrement son bras en écharpe en le décollant de son torse, Alan grimaça mais afficha une mine déterminée. En repassant sa main de libre sur le visage, Alan se rendit compte d'une chose : depuis leur retour, il n'avait pas eu l'occasion de s'occuper de sa barbe qu'il avait laissé pousser volontairement pour les besoins de leur mission. Il soupira avant de laisser retomber sa main, désormais profondément agacé. Il se redressa légèrement et esquissa un sourire en coin, en cherchant du regard son rasoir : une lame ancienne provenant d'un kit de barbier très cher dont il avait fait l'acquisition quelques temps auparavant.

« Pourrais-tu me débarasser de ceci ? » Demanda-t-il alors en désignant son visage en penchant la tête sur le côté.




APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 252
Sujet: Re: A guardian angel, one for the other.   Mer 9 Déc 2020 - 1:06

I wish you were here --The world's a roller coaster and I am not strapped in. Maybe I should hold with care but my hands are busy in the air.

Il ne regrette rien du tout. La lueur qui danse dans mon regard lorsque je le plonge dans le sien semble indiquer très clairement que moi non plus je n'ai pas le moindre regret. Pincement au creux du ventre, ou papillons peut-être ? Il est plus que certain que je suis tout sauf indifférent à l'homme qui se tient devant moi. L'évidence semble même me dire que lorsque j'ai eu cet accident sur la route ce jour-là c'était certes un signe du destin pour me mener à me joindre à ce groupe, mais avant tout un moyen de mettre Alan sur mon chemin. Il s'insinue entre mes veines, se rend indispensable à mon équilibre sans même voir l'air d'avoir à faire le moindre effort pour ça. La seule chose qui me chiffonne c'est cette lutte évidente que je continue de sentir en lui par instants. Et je ne parviens pas à mettre le doigt dessus. Sur ce que cela implique pour nous. Si il lutte contre moi, contre lui, contre nous. Je vais probablement devoir creuser, incapable de me résoudre à ne pas comprendre ce qui se passe sous sa peau. Ce n'est pas le moment. Pas quand il souffre et qu'il est affaibli. Alors, je me laisse aller au contact de nos corps, lui offrant comme toujours mon cinéma en tenant d'attiser ses sens par mes gestes et mes attitudes. Ravi de constater que cela fonctionne quand ses lèvres se perdent sur ma gorge, provocant un frisson dans tout mon corps. Et je serai prêt à céder à cet appel sans me faire prier, me perdre entre ses bras sans chercher la moindre issue. Pourtant, non. C'est trop facile. Il est toujours exclu qu'il puisse penser que je suis totalement acquis à sa cause, à sa merci. Je m'écarte donc brusquement pour échapper à cette tension dévorante et j'ai beau m'éloigner cela m'est difficile. Tout mon corps qui semble n'appeler qu'à rejoindre le sien. Je tiens le coup.

Kaz...

Je ne réagis pas. Ce n'est pas le but. Il s'agit simplement d'un autre jeu. Un jeu qui consiste probablement un peu à tenter de le réveiller. De le sortir de la léthargie causée par les derniers évènements. Je le comprends pourtant, pourquoi il est dans cet état là, mais je pense que c'est mon rôle de le forcer à aller de l'avant. Comme il le fait avec moi. Je lui tourne le dos, mais je peux sentir la tension, la frustration qui émane de lui et je suis convaincu qu'elle n'est pas uniquement liée à moi.

Non. Kaz. Non. 

Je fais finalement volte face pour plonger mon regard dans le sien. Tête qui se penche sur le côté et un sourcil qui se relève, je secoue la tête. Comment ça non ? Pourquoi non ? Je ne cherche pourtant pas à me battre d'avantage et me laisse entraîner lorsqu'il s'empare de ma main un peu trop brutalement et m'attire contre. Je serre les dents, je n'aime pas me sentir contraint de faire quelque chose et cela pourrait me mener à m'emporter. Je lui laisse le bénéfice du doute que ce n'est pas voulu de sa part. Je pousse simplement un grognement, me retenant de lui mordre le premier coin de peau que je trouverais à ma disposition. Je n'ai pas pitié de son état, simplement que je n'ai pas envie de lui faire mal quand il souffre déjà. Sa main se presse dans mon dos et ok j'ai déjà tout oublié. Je le reconnais, je suis faible. Son visage proche du mien, nos souffles qui se mélangent et cette mèche de mes cheveux qu'il chasse. Ma main s'agrippe au tissu dans son dos avec force. Peut-être que je m'accroche autant pour ne pas sombrer. Ne pas tout donner sans plus attendre. Il m'adresse un sourire lourd de sens. Est-ce qu'il pense un seul instant que je pourrais réellement le considérer comme faible? Pas du tout, pas un seul instant. C'est tout le contraire. Et si il me plaît autant c'est parce qu'un feu sauvage brûle en lui. Ça se sent. Je l'ai senti tout de suite. Force tranquille qu'il ne faut pas sous-estimer. Cette pointe de danger même que je ne parviens pas pleinement à définir. Oh non il est tout sauf faible, même dans un tel état. Je me contentais de le titiller. Ce n'était peut-être pas une bonne idée.

Reste avec moi... Je... Reste avec moi. 

Je hoche la tête tout en gardant mon regard dans le sien. Si s'est demandé comme ça, il est certain que je ne peux pas résister. Il m'entraîne à sa suite et je me laisse faire sans résistance. Mon regard qui reste figé sur lui, sa nuque, ses épaules. Je le regarde finalement s'allonger et lutter contre ses entraves.

Veux-tu bien m'enlever cet accoutrement stupide ? 

Stupide ? Confortable surtout, et plus que légitime vu son état. Ce n'est pas moi qui vais le juger quand je traîne bien souvent dans des vêtements trop larges pour le simple amour de leur confort. Je m'approche de lui et délicatement, j'entame de l'aider à enlever son gilet.

Pourrais-tu me débarrasser de ceci ? 

Je suis son regard vers la lame de rasoir et reviens à lui. Je ne réponds pas tout de suite. Je l'aide à enlever le reste de ses vêtements, mes doigts qui en profitent pour courir sur sa peau. La tâche accomplie j'enlève mon pull et grimpe à moitié sur lui pour venir me blottir contre se peau chaude. Je pose un baiser au creux de son cou et je murmure sur le ton de la confidence.

Tu sais, je trouve ça bien que tu puisses te montrer vulnérable avec moi. C'est un cadeau et pas une plaie. Ça montre que tu me fais assez confiance pour ça.

Je recule mon visage pour le regarder dans les yeux.

C'est pas mal sexy aussi. Comme ton côté un peu cabossé du moment. Moi ça me plaît pas mal. Je me sens en sécurité avec toi. Et celui que je vois aujourd'hui c'est la même personne que celle que j'ai rencontrée...Un peu mieux encore même...

Je me mords l'intérieur de la joue avant de prendre le risque de m'égarer. Je me redresse et quitte son étreinte pour faire quelques pas en arrière et le regarder.

Moi je l'aime bien ta barbe. Je propose qu'on la garde, on va juste raccourcir et rafraîchir tout ça.

Je disparais fouiller pour trouver une paire de ciseaux, je prends un bol avec de l'eau, une serviette et la lame de rasoir pour revenir vers lui.

Je n'ai pas beaucoup de poils. Tu le sais. Si je voulais me faire pousser une barbe ou même une moustache, putain même à 26 ans, j'en serais incapable. Puis je ne suis pas certain que cela m'irait. Mais, j'ai pas mal expérimenté avec mes cheveux et au cirque ça arrivait souvent que je m'occupe des cheveux de certains camarades. Alors, je devrais pouvoir m'en sortir.

Tout en parlant, je dessine mentalement le résultat à obtenir et j'entame de couper, égaliser comme je peux. Ma langue est pincée entre mes lèvres, je m'applique à la tâche. J'en viens ensuite avec la lame pour dégager sa gorge et certains contours et en passant sur le côté je fais une légère entaille dans sa peau.

Oups. Faut jamais me faire confiance.

Je lui offre un air innocent et interdit avant de venir récupérer du bout de la langue la goutte de sang qui glisse sur sa gorge.

Ni vu ni connu.

Je lui adresse un clin d'œil et continue de m'atteler à la tâche.



    We are not written for an instrument alone; I am not, neither are you. I’m not wise at all. I told you, I know nothing. I know books, and I know how to string words together.It doesn’t mean I know how to speak about the things that matter most to me.
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 265
Sujet: Re: A guardian angel, one for the other.   Mer 9 Déc 2020 - 18:48
A guardian angel,
one for the other.

Je sais que vous avez la beauté destructive
Et le sourire vainqueur jusqu'au dernier soupir.
Je sais que vos mâchoires distillent l'agonie.
Moi, je vous dis : "bravo" et "vive la mort !"


Le sentir plus près de moi... Quelque chose brûle à l'intérieur, je n'arrive pas vraiment à identifier ce que c'est. C'est une sensation que j'aime par-dessus tout et que je hais à la fois... Qu'il se dépêche de venir près de moi ! Les yeux fixés sur Kaz, Alan avait l'esprit totalement embué. Non seulement la convalescence le faisait se sentir un peu ailleurs, mais en plus de ça, il avait l'impression d'avoir la tête dans un étau. Savoir que le bel éphèbe se blottissait tout contre lui avait des effets apaisants et excitants qui combinés ensemble, parvenaient à lui faire trouver un certain équilibre. Car si Alan avait toujours été quelqu'un de droit, d'infaillible et de plutôt solitaire, savoir qu'une autre âme sur cette Terre se souciait de lui le perturbait et le ravissait à la fois. Il s'agissait d'une attirrance spéciale, quelque chose d'unique qu'il n'avait jamais pu retrouver chez un.e partenaire... Sauf peut-être Mrs Mork.

Soupirant au contact de sa peau, désormais débarassé de sa camisole ingrate, le galeriste s'appuya contre le jeune homme. Appuyant son front contre le sien, Alan se laisse bercer par ses gestes précautionneux, certainement pour faire attention à son bras. Les yeux clots, il l'écouta alors mentionner une confiance mutuelle entre eux... Cela fait bien quoi... Quinze ans que ce n'est pas arrivé ? Il fallait quoi, attendre l'Apocalypse pour que j'ose ressentir quelque chose à nouveau ? Se dit-il en ouvrant un seul oeil pour observer le visage laiteux de son compagnon. Il esquissa un sourire en coin, moitié touché, moitié amer, avant d'ouvrir le deuxième oeil pour fixer son regard azur. Une déclaration sincère de la part de Kaz qui laissa littéralement Alan bouche bée. Il reserra les mâchoires en se rendant compte de son air ahuri puis toussa un rire avant de toucher l'avant-bras de Kaz. Un élan d'affection, l'envie de se faire prendre par le bel éphèbe, maintenant, tout de suite...

Quand ce dernier s'éloigna de son étreinte, il y eut comme un grondement de la Bête en lui. Comme si elle-même semblait s'accoûtumer de la présence de cet être qu'elle avait déjà eu l'occasion de s'emparer. La première fois, l'acte lui avait plu, depuis, elle avait eut envie d'y replonger sans cesse, se mettant d'accord avec son hôte comme lorsqu'il s'agissait de super-violence. Cette fois-ci ma vieille amie, nous sommes bien d'accord sur un point... Je n'ai aucune envie de le laisser partir. Je sais que tu tiens à lui aussi, ne me regarde pas comme ça. Mais nous ne pouvons pas nous livrer comme cela.

Concernant cette barbe, Alan passa sa main valide dans cette dernière, en fouilli. Les poils blancs, symboles de son âge aussi mûr que le fruit défendu dans lequel ils avaient tous les deux croqués, s'entremêlaient dans une barbe noire qui n'avait jamais été si foisonnante. Arquant un sourcil, plaquant correctement son pansement d'un blanc maculé sur sa joue d'un geste méticuleux, Alan esquissa un sourire en voyant Kaz s'éloigner pour chercher de quoi chouchouter le cinquantenaire. « Tu n'as presque pas de poils... C'est une pure merveille pour le regard... Une véritable sculpture grecque. » Alan scruta le visage finement ciselé de Kaz et esquissa un sourire en coin. « En tout cas je suis tout à toi. »

En tendant le cou pour qu'il égalise, de manière à rendre cette barbe propre et entretenu, Alan essayait d'observer les gestes du tatoué, lorgnant sur les veines apparentes de ses mains. Sentant la petite coupure, Alan serra la mâchoire et haussa les sourcils. Il toussa un rire en le voyant prendre un ton d'excuse, et après que son doigt ne se soit approché de ses lèvres pour sucer la goutte de sang du cinquantenaire, celui-ci lui saisit la main, avec une certaine poigne douce, pour venir à son tour sucer ce même doigt désormais vierge de son sang.

« Tu le fais exprès... » Murmura Alan à Kaz en arquant un sourcil, sa voix suave et rauque résonnant entre leurs deux corps attirés l'un par l'autre grâce à une force presque mystique que le galeriste lui-même n'aurait su expliquer.




APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 252
Sujet: Re: A guardian angel, one for the other.   Sam 12 Déc 2020 - 19:27

I wish you were here --The world's a roller coaster and I am not strapped in. Maybe I should hold with care but my hands are busy in the air.

Je le vois bien son air un ahuris, bouche bée à mes paroles. Je suis de mon côté presque étonné que ça le laisse comme ça. Ne s'en doutait-il pas ? Je m'adoucis pourtant, je baisse la garde. Je le laisse gagner toujours un peu plus de terrain, alors je suis surpris que mes paroles puissent avoir cet effet. Je serre un peu la mâchoire. J'ai beau lutter, je n'y parviens pas. Il prend mes armes et m'en débarrasse avec une habilité déconcertante. Bien plus vite que je ne l'aurais voulu. Mon cœur s'accélère, manque un battement avant de reprendre de plus belle, je n'en montre rien alors que mon regard reste un instant figé dans le sien. Il rit et caresse mon bras. Je frissonne. J'ai toujours peur de tout ce qu'il déclenche en moi, de cette intensité, de cet éclat. J'ai l'habitude que tout soit trop fort, trop rapide, je suis comme ça. Sauf que bien souvent je me détourne au moins aussi vite pour retrouver cette intensité ailleurs. Avec lui j'apprécie aussi le calme, j'apprécie la tendresse. Il a une manière de faire avec moi que je n'ai jamais connue avant lui et je crois qu'il a le don de se rendre unique à mes yeux. Je secoue la tête et brise notre étreinte avant de m'y perdre pour de bon.

Et pour me distraire de tout ce qui se chamboule dans le cœur et dans la tête, je m'occupe d'exécuter sa requête. Je lui raconte des banalités tout en gardant du coin de l'œil mon attention aux aguets de la moindre de ses réactions. Je lui souris et hausse les épaules comme si je n'étais pas convaincu quand il me compare a une sculpture grecque. Je chasse une mèche de mes cheveux qui me retombe devant les yeux. L'attirance physique entre nous deux crève les yeux. Je réponds donc à son sourire en coin par une expression similaire.

En tout cas je suis tout à toi.

Ces mots sont toujours bien choisis, ils ont un pouvoir certain sur moi. Je les aimes les mots, ceux qui décorent les pages d'un livre comme ceux quittent ses lèvres. J'aimerais être aussi doué que lui pour les poser. Je doit être encore trop fougueux, trop jeune pour réussir à en faire usage avec autant d'habilité. J'ai beaucoup à apprendre à ses côtés et cela fait partie de la fascination qu'il exerce sur moi. Je baisse les yeux vers lui et me contente de lui répondre.

J'espère bien.

Je fais ensuite exprès d'ignorer son regard alors que je sens bien le sien qui reste posé sur moi et scrute mes mouvements. Et lorsque l'entaille se fait dans sa peau, sa réaction est instantanée et se lit sur son visage. Je me retiens d'afficher un air hautement satisfait par mon affront. Il vient récupérer mon doigt et le glisse entre ses lèvres. Le bleu devient brûlant en le regardant exécuter ce geste. Un frisson qui me glisse de la nuque jusqu'au bas des reins.

Tu le fais exprès... 

Je relève un sourcil et penche la tête sur le côté. Continuant d'afficher ce même air innocent, je lui réponds.

Moi ? Je n'oserais pas.

Et doucement la lame vient se presser contre sa gorge. N'entaille pas la peau, mais se pose contre elle, menaçante. Mon autre main se glisse dans ses cheveux, mes doigts s'y emmêlent et je tire doucement vers l'arrière pour dévoiler d'avantage cette gorge. Je termine de rafraîchir la zone avec soin et attention avant de revenir poser la lame à la base de son cou.

Tu prends des risques. Laisser quelqu'un de maladroit comme moi, s'approcher de toi avec un objet aussi dangereux. C'est totalement inconsidéré. T'as bien vu comment je tombe des arbres malgré mes talents d'acrobates.

Cette chute n'était pourtant pas due à ma maladresse. Je fais souvent les choses trop vite, sans réfléchir, mais je ne manque aucunement d'agilité. Je relève le menton en le regardant de haut. Pointe de défi dans le regard quand mon genou vient écarter le sien et que je me glisse entre ses jambes.

Ce serait con de finir plus blessé que tu ne l'es déjà.

Exerçant toujours une pression dans ses cheveux, je viens poser un baiser au-dessus du pansement qui cache à ma vue cette partie blessée de sa peau. Mes lèvres glissent sur le côté de son visage, se perdent sur cette barbe fraîchement taillée qui me pique et me chatouille la peau. Je grimace un peu en pressant ma joue contre le bas de son visage avant de glisser lentement jusqu'à ses lèvres. Je m'arrête à quelques centimètres d'elles et les effleure doucement avant d'y poser un coup de langue provocateur. La lame s'appuie un peu plus fort et la pression dans ses cheveux s'accentue elle aussi. Mon nez effleure furtivement le sien. C'est de sa faute, j'en oublierais toutes résolutions de le laisser tirer profit de sa convalescence pour reprendre des forces. Être sage ce n'est pas mon fort et cette situation des plus excitante à bien fait de laisser rapidement mon corps trahir le désir que j'ai pour lui. Je lui adresse un regard dur et emplis de culpabilisation. Comme si je n'avais strictement rien avoir dans ce petit jeu et qu'il risquait d'être puni de m'y entraîner.




    We are not written for an instrument alone; I am not, neither are you. I’m not wise at all. I told you, I know nothing. I know books, and I know how to string words together.It doesn’t mean I know how to speak about the things that matter most to me.
Revenir en haut Aller en bas  
Alan Nielsen
Alan Nielsen
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 265
Sujet: Re: A guardian angel, one for the other.   Sam 12 Déc 2020 - 21:19
A guardian angel,
one for the other.

Je sais que vous avez la beauté destructive
Et le sourire vainqueur jusqu'au dernier soupir.
Je sais que vos mâchoires distillent l'agonie.
Moi, je vous dis : "bravo" et "vive la mort !"


La lame du couteau de barbier appuyée sur la gorge d'Alan, la Bête gronda, semblait frotter des talons sur la terre, provoquant un nuage de poussière autour d'elle. Qu'il me tranche la gorge, cela aurait été magnifique, une fin certaine dans un flot de sang et de sperme, tout à fait ce que je recherche. Je refuse de mourir autrement. Un aveux interne qui fit sourire Alan, les yeux portés sur Kaz qui s'appliquait sur sa tâche en adressant au cinquantenaire une provocation certaine. Arquant un sourcil, docile, Alan se laissa manipuler. De toutes façons, le risque était trop grand : si la Bête se rebellait et décidait de s'attaquer au bel éphèbe, Alan en aurait eu le bras encore plus endommagé qu'il ne l'était déjà. Et bien plus encore : il n'était pas question de lui faire du mal. Il suffit pourtant de se retourner. Je pèse plus lourd que lui, je suis capable de le plaquer au sol et de le posséder de tout mon être. De force s'il le faut. Des paroles parasites dignent d'une Bête boudeuse, qui sembla fulminer avant de se calmer lorsque les lèvres du jeune homme se mirent à parcourir la peau du galeriste.

« Et bien ose alors... » Répondit alors Alan à la provocation du brun en esquissant un sourire en coin, sans pour autant bouger d'un iota. Quand il sentit qu'une jambe de Kaz venait se presser contre la sienne, Alan poussa un grognement rauque. Il le faisait languir, ce qui décuplait bien certainement le désir brûlant que le galeriste avait pour lui. Bien plus qu'une muse, une véritable bombe à retardement pour le coeur et les envies ardentes d'Alan. Il fallait qu'ils se rapprochent, qu'ils ne forment plus qu'un, qu'ils ne se quittent pas. Sinon j'en mourrais ? Se demanda le galeriste en fermant les yeux un instant, écoutant Kaz avant de sentir sa langue se jouer de lui. Un sourire s'esquissa sur le visage désormais fraîchement ratiboisé du cinquantenaire. La main de libre d'Alan, la seule encore valide, vint se poser sur les reins de Kaz, glissant un peu plus bas, petit à petit. Elle était chaude et douce et se glissa bien vite dans les vêtements du tatoué.

Alan laissa échapper un nouveau grognement d'envie avant de rouvrir les yeux. Il retira sa main de la cambrure de Kaz et vint saisir la lame de rasoir qu'il jeta à terre avant de saisir le poignet du jeune homme. Juste assez pour attirer son attention. Son regard noir rencontra le bleu de ses yeux et un sourire mutin habilla le visage du galeriste. « Je n'ai rien contre, tant que tu t'occupes de me prendre. » Alan fit un petit mouvement de la tête avec une sensation de défis. Qu'il le prenne, qu'il s'amuse, qu'il lui fasse du bien... Le galeriste n'aurait aucun mal à lui rendre la pareille. Si cette relation était alimentée par une attirance physique accrue, Alan savait très bien que désormais, il y avait bien plus en jeu. Mais ça, il n'osait pas se l'avouer, même pas au plus profond de son esprit. Il y avait quelque chose de puissant, bien plus puissant qu'une simple envie sexuelle, même la plus brûlante d'entre elle. Non. Quelque chose de plus précieux.

Sa main tenant toujours fermement le poignet de Kaz, Alan descendit ce dernier plus bas, bien plus bas pour qu'il atteigne un point culminant à travers le pantalon du galeriste. On sentait qu'une bosse ardente s'y logeait, réussissant tout de même à faire surface malgré une convalescence et une déception face au conflit dans lequel ils avaient été impliqué. « Tu sais bien que je finirais par te rendre la pareille... N'oublie pas que je suis un gentleman... » Dit-il avec une certaine espièglerie dans la voix avant de hausser un sourcil en rencontrant de nouveau le regard de l'éphèbe. Poussant sa tête avec la sienne, leurs lèvres se rencontrèrent une nouvelle fois dans un baiser pressé et brûlant de désir. À défaut de poser des mots sur leur relation, leurs langues s'attelaient à un autre jeu qui, Alan en était certain, parviendrait à traduire une partie de ses sentiments pour le jeune homme.




APOCALYPSE IS A CONCEPT

Revenir en haut Aller en bas  
Kaz H. Hargraves
Kaz H. Hargraves
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Expendables
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 252
Sujet: Re: A guardian angel, one for the other.   Sam 12 Déc 2020 - 23:06



    We are not written for an instrument alone; I am not, neither are you. I’m not wise at all. I told you, I know nothing. I know books, and I know how to string words together.It doesn’t mean I know how to speak about the things that matter most to me.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: A guardian angel, one for the other.   
Revenir en haut Aller en bas  
- A guardian angel, one for the other. -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: