The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -12%
Apple MacBook Air (2020) 13,3″ à ...
Voir le deal
1050 €

Just like fire.
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Friedrich W. Eden
Friedrich W. Eden
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Severus Rogue
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 266
Sujet: Just like fire.    Lun 9 Nov 2020 - 14:44
Il était arrivé au banquet quand tout était terminé, quand il n’y avait plus qu’au sol une marée de cadavres tous ayant suffoqué, s’étouffant dans leur propre bave tandis que le poison s’insinuait dans leurs veines et causait des dommages alors, irréversible à leurs poumons et leur cœur. Leur mort avait été atroce, plus encore pour ceux qui avaient quand même lutté, alors que le poison avait mis plus de temps à faire effet. Ils avaient vu leurs camarades, leur compagne ou compagnon mourir, et ils s’étaient débattus contre leurs meurtriers avec l’énergie du désespoir, certains malgré tout d’y passer aussi – tout en espérant en emmener certains avec eux. Ce qui avait failli être le cas, à vrai dire. Misha avait été conduite d’urgence à l’infirmerie dans un état critique. Amrani et Crawford allaient mettre quelques temps à se remettre et Madisson n’était pas en reste non plus.

Lui, eh bien… Il était arrivé après.

Fabriquer le poison et l’administrer étaient deux choses différentes. S’il avait su compartimenter lors de la fabrication il n’avait pas eu le courage d’aller jusqu’au bout. Il n’avait d’ailleurs forcé aucun membre du complexe scientifique à prendre part à ce sombre banquet. Chacun ici, travaillait dans un seul et unique but : protéger ce qui restait de l’humanité. Leur humanité. Fabriquer ce poison, inviter leurs assaillants à ce qu’ils pensaient être un banquet scellant leur alliance… c’était compliqué pour la plupart d’entre eux. Moralement. Il n’avait forcé personne, mais certains étaient restés avec lui pour fabriquer le poison qui scellerait leur destin. Il n’avait pas de regrets cependant, ils avaient fait ce qui devait être fait. Et cette méthode était de loin celle la plus sûre et la plus efficace pour eux. Rapide, inéluctable, l’empoisonnement leur coûterait moins en ressources militaires et en pertes humaines aussi. Stratégiquement, c’était la meilleure chose à faire. Il n’en restait pas moins difficile pour tout être humain de participer à ce spectacle. Le généticien n’y avait peut-être pas directement participé, mais il s’était présenté – comme d’autres – quand le banquet fut terminé pour nettoyer, transporter les corps et les brûler. Il ne resterait bientôt plus aucune trace de leurs méfaits, si ce n’est dans leur mémoire.

Quelques jours plus tard, l’autrichien pouvait encore sentir les cendres du brasier funéraire qu’ils avaient allumés. Les images étaient encore vives, la conscience encore un fragmentée. Les petites boites. Il travaillait encore à tout compartimenter, parce qu’il se le devait, pour être efficace pour la suite. Mais quelque chose lui souffla que ce sujet était encore loin d’être enterré, quand il trouva Adrienne qui l’attendait devant chez lui, visiblement courroucée de devoir attendre dehors comme une malpropre. Il y avait un éclat dans son regard qui lui disait que les tensions qui régnaient entre eux depuis le banquet n’étaient pas encore prêtes de s’alléger. Bien, il était temps qu’ils y mettent fin s’ils voulaient encore profiter l’un de l’autre à leur guise. « Adrienne, cela me fait plaisir de te voir. Je m’excuse de t’avoir fait attendre. » Dit-il, avec un léger sourire. Son regard était plus franc, cependant. Adrienne lui faisait toujours cet effet-là, gonflant ses poumons d’un souffle plus conquérant, redressant ses épaules et faisant briller ses prunelles aciers d’un éclat provocateur. Il s’avance pour lui ouvrir la porte et l’inviter à passer la première. Elle n’était pas ici pour s’envoyer en l’air, sinon l’aurait-il embrassé à même le seuil de la porte. Elle était là pour autre chose. « Veux-tu un café ? J’ai bien l’intention de m’en faire un. » Dit-il, avant de lui-même passer à la cuisine pour s’exécuter.



( crawling back to you )
i die everytime you walk away, don't leave me alone with me, see, i'm afraid of the darkness, and my demons, and the voices – see nothing's gonna be okay.


Revenir en haut Aller en bas  
Adrienne De Castel
Adrienne De Castel
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 232
Sujet: Re: Just like fire.    Mar 10 Nov 2020 - 1:10

Il était temps de parler avec Friedrich, de mettre les choses au clair entre lui et moi. J’ai très fermement fait comprendre ce que je pensais de l’action contre les Skagits. Je l’ai attendu devant chez lui, en dépit de son absence, j’étais prête à patienter pour avoir l’occasion de lui parler. Bien que je déplorais son retard et le ton léger qu’il employait : « La courtoisie n’est plus ce qu’elle était. » Je l’ai suivi à l’intérieur refusant sans appel son offre de café :

« Je regrettes, mais je ne souhaite pas de boisson venant de ta part. » Un empoisonneur tel que lui, il ne manquerait plus que je m’abaisse à partager une boisson avec lui. Non, il n’en est pas question, il n’en n’est plus question. Je suis ici pour mettre fin au semblant de relation que nous avions. Comment, il faut me pardonner l’expression, je peux laisser cet homme m’embrasser et me caresser avec ces mains, celles-là même qui ont servi à la confection d’un poison abominable.

Je m’adosse au mur, les bras croisés, le regard dur, pas question ici de supériorité amusée, pas de jeu, pas de sympathie. Je lui lance le regard qu’il mérite, pathétique petite merde, empoisonneur de bas-étage ! Tant de mots que je pense, que j’aimerais lui lancer au visage, mais je dois m’efforcer de lui être supérieur, de ne pas lui laisser la facilité des mots. Froidement, je lui pose une question signifiant beaucoup : « J’aimerais comprendre comment quelqu’un d’aussi brillant que toi, un génie de la génétique puisse s’abaisser à produire un vulgaire poison pour une expédition punitive amorale et infamante. » Punir pour l’insulte et l’humiliation faite, ce n’est pas un problème, j’ai moi-même dégusté cette viande et je souhaitais vraiment leur faire payer. Mais pas comme ça, pas dans une vengeance aveugle et lâche !

Mais outre cela, c’est simplement… le fait de l’avoir vu passif, un simple pion obéissant, qui ne semblait pas s’opposer ou se poser de question. Impassible, je crains que ce soit une des choses les plus misérable qu’il m’est été donné de voir ce soir-là, alors que j’avais diné en compagnie de Misha : « C’est tel un mouton, un chien obéissant que je t’ai vu derrière June, avec cette pathétique St Germain. Je n’ai pas vu l’homme que tu prétendrais, où était le grand scientifique ?! » Oui, Quinn aussi prend pour son grade, il n’y a aucune raison de l’épargner, déjà que je n’avais pas d’estime pour elle, voilà qui achevait de me convaincre de cette nécessité : la mépriser. Je lève une main pour signifier que j’ai terminé de parler, il est libre de tenter de s’expliquer maintenant.



En dépit de mes ailes brisées, j'ai retrouvé le ciel
Revenir en haut Aller en bas  
Friedrich W. Eden
Friedrich W. Eden
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Severus Rogue
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 266
Sujet: Re: Just like fire.    Lun 23 Nov 2020 - 16:14
Il a un petit rictus quant à ses manières, mais il n’en prend pas ombrage. Pas encore du moins. Il a perçu l’éclat dans son regard, elle n’est effectivement pas ici pour prendre le thé. Lui, par contre, ne se gêne absolument pas pour se préparer un café, malgré qu’elle ait déclinée son invitation. « Comme tu voudras. » Assure-t-il, sur un ton toujours aussi léger. Il ne sait pas encore ce qui l’amène, mais il se doute qu’il l’apprendra bien assez tôt. Il est en train de verser le liquide noir fumant dans une tasse quand elle parle enfin du motif de sa visite. Ses mots lui arrachent un rire moqueur, alors que son regard devint soudain plus acéré encore. « Amorale et diffamante, rien que ça ? » Dit-il, acide.

Il se retourne pour lui faire face, s’appuyant sur le bord du plan de travail tout en amenant le café à ses lèvres. Elle utilise des mots dont elle ne semble pas mesurer l’importance, ou peut-être que si justement, pour le fustiger de ces actes terribles qui avaient été commis. Un mouton ?!  « Je ne te permets pas, Adrienne. » Tranche-t-il, brusquement. Le regard qu’il pose sur elle est noir, et glaciale. Il laisse le silence s’installer entre eux, pendant qu’il la jauge. Il prend le temps de se rappeler pourquoi sa réaction était si peu surprenante. Il ne pouvait cependant s’empêcher d’être déçu, quelque part, il avait misé un peu plus sur son intelligence.

C’est une approche rationnelle et suffisante qu’il choisit pour lui répondre. Le ton est froid et mécanique, volontairement insultant. « Le poison était la réponse la plus rationnelle que nous avions face à l’affront que ce groupe nous avait fait. Que tu ne puisses pas le comprendre ne me surprend guère à vrai dire. » Peu surprenant, oui. Mais décevant, il ne s’en cachait pas. Il reprit la parole, comme il aurait continué un cours pour un étudiant. Il se détachait volontairement de tous sentiments qui pouvaient le relier à elle. « Statistiquement, une frappe directe était trop coûteuse en termes de munitions et de vies humaines. Il n’était pas question ici de morale, mais de priorités. Les Skagit ne méritaient pas les pertes que nous aurions subies, nous n’allions pas perdre nos ressources pour une poignée de cannibales. New Eden est la seule priorité. Tu l’aurais compris si tu étais capable de voir plus loin que ta petite personne. » Les faits étaient là, pour lui la moral ou l’honneur n’avaient pas eu sa place dans la décision prise ce jour-là. Il ne s’agissait que d’user leur intelligence plutôt que de laisser une impulsivité quelconque et un sens de l’honneur déplacé causer du tort à leur communauté.

C’était une telle évidence. Il se détacha du plan de travail pour s’avancer vers elle. « Tout ce qui compte ce sont les chiffres et les résultats. J’ai fait mon travail ce soir-là, et si c’était à refaire, je prendrais la même décision. » Assura-t-il, en la regardant avec condescendance. Il s’approche encore, la domine de toute sa hauteur. Il n’a pas peur d’elle, et elle n’a aucune idée de ce que cette décision parfaitement rationnelle a pu lui coûter. Mais au vu de sa réaction, jamais il ne le lui laisserait apercevoir le moindre doute, la moindre faille. Jamais. Il ancre son regard dans le sien, brûlant. Une ultime provocation. « Mais je crois que tout ça te dépasse, n’est-ce pas ? »



( crawling back to you )
i die everytime you walk away, don't leave me alone with me, see, i'm afraid of the darkness, and my demons, and the voices – see nothing's gonna be okay.


Revenir en haut Aller en bas  
Adrienne De Castel
Adrienne De Castel
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 232
Sujet: Re: Just like fire.    Lun 23 Nov 2020 - 20:27
Il ne me permet pas ? Non mais il a vu comment il s’adresse à moi et il me considère ? Je l’écoute jusqu’au bout mais il n’est pas question que je laisse passer cela ! Je rétorque sèchement : « C’est car je suis justement capable, certainement d’ailleurs plus que toi, de voir au-delà de ma personne que je peux critiquer ce qui a été fait. C’était une frappe aveugle, sans préparation. » Je tends un doigt accusateur vers l’autrichien :

« Et moi, puisque nous en sommes à nous interdire des choses, Eden, je ne te permets pas de remettre en cause mes capacités de raisonnement. Cependant, je vois l’estime que tu portes actuellement à mes capacités, ton verni, n’est pas difficile à gratter. » Une simple remarque sur son éthique et voilà qu’il perd sa superbe et qu’il me reprend, s’énervant et m’attaquant directement : « Du haut de ton doctorat c’est la seule insulte que tu saches me donner ? Me traiter d’idiote de façon détournée ? » Détournée mais dont la finalité est aussi douloureuse. Surtout quand je l’écoute me soutenir ses propos : « Ce sont les considérations éthique qui différencient les gens comme Louis Pasteur de gens comme Hans Haber. » L’un a inventé un vaccin pour combattre la rage, l’autre était un chimiste de renom qui a participé à la création du gaz moutarde… Un avait de l’éthique, l’autre non et il avait d’ailleurs tellement pas d’éthique qu’il a assassiné sa femme et que le lendemain il est parti sur le front russe pour superviser des attaques chimiques.

A cet instant précis, Fried est comme cet homme, il se cache derrière les mêmes défenses, les mêmes excuses et semble aussi froid que lui. Je me demande encore pourquoi je le laisse accéder à mon entrejambe, en dehors de son intelligence remarquable.Je fais claquer ma langue avant de détourner les yeux une seconde et croiser les bras : « Tout le monde ici semble persuadé qu’ils sont meilleurs que New Eden, mais quand je vois ces méthodes… quand bien même il est justifié de détruire un groupe comme celui-ci ! » Je retiens une grimace à ces évocations, ça ne sert à rien de débattre avec lui. Les germains sont décidément tous les mêmes, ils oublient souvent l’éthique scientifique pour « les chiffres ». Le pragmatisme a ses limites et les miennes sont visiblement inférieures à celle de Friedrich : « Je t’en foutrais d’être dépassé ; je suis certainement la femme la plus intelligente ici en dehors de la secte des doctorants. » Non mais je sors de Saint Cyr bordel ! Je ne suis pas n’importe qui ! « D’ailleurs putain ! Pourquoi j’en ai quelque chose à foutre de ce que tu peux bien penser de moi ? Et toi d’ailleurs ? ça te touche vraiment que je te dises ça ? » ça m’énerve encore plus que l’histoire du poison !



En dépit de mes ailes brisées, j'ai retrouvé le ciel
Revenir en haut Aller en bas  
Friedrich W. Eden
Friedrich W. Eden
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Severus Rogue
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 266
Sujet: Re: Just like fire.    Mer 2 Déc 2020 - 12:21
Cette femme était aussi belle qu’elle était agaçante. Elle s’emporte et son regard noir rencontre le sien, aussi glacé que le sien est enflammé. Il a touché un point sensible, mais elle aussi. Balle au centre ? Il ne peut pas se contenter de l’écouter jusqu’au bout. La colère qu’il ressent ne traduit en réalité que la culpabilité qu’il se traine pour cet acte qui n’a rien d’anodin. Lui, comme son équipe au laboratoire, n’avait jamais signé pour causer la mort avec leurs recherches. Ils n’étaient là que pour sauver des vies, tout en connaissant le prix à payer. L’expérimentation en vue de la fabrication du vaccin était une chose, la conception d’un poison en était une autre. S’il se justifiait à lui-même son absence au banquet ce soir-là, en soutien à son équipe qui, pour certains, avaient très mal vécu cette décision, la vérité c’était qu’il n’avait eu aucune envie de voir son travail à l’œuvre. Alors qu’elle ose le comparer Hans Haber le touchait, bien évidemment. Friedrich était capable d’endosser les responsabilités et les reproches qu’on lui faisait. Mais cette femme partageait une partie de sa vie avec lui, s’il était touché par elle, c’était parce que malgré tout ce qu’ils pouvaient se dire et penser, il tenait à elle, d’une façon ou d’une autre.

« La décision éthique dont tu parles, c’était de préférer une attaque frontale et meurtrière à une solution rapide et qui a sauvé une partie de nos gens et de nos ressources, c’est ça ? En quoi est-ce plus moral alors que nous parlons ici de deux façons terribles de donner la mort ?! » Demande-t-il, en haussant le ton à son tour. La colère exprimée est froide, alors qu’Adrienne s’enflamme. Chacun leur manière d’évacuer cette rage qui les habitait en cet instant. Chacun sa méthode pour faire mal et viser là où ça fait mal. Et l’autrichien ne fait pas non plus dans la mesure en la toisant avec le même mépris dont elle faisait preuve à son égard. « C’est culotté de la part d’une femme prête à nous demander de fabriquer du napalm pour exterminer les troupes ennemies. Et ne viens pas me dire que son utilisation ne servirait pas qu’à tuer d’autres êtres humains, cette technique est aussi pernicieuse que le poison. Excepté que tu ne peux choisir qui survit, qui meurt. Le napalm tuera toute forme de vie sur son passage. Combattants, civils, femmes et enfants. Sans compter les dégâts sur les animaux que nous chassons, la faune et la flore. Et ceux qui survivront à cette attaque se mourront dans une lente agonie, carbonisés à petit feu. Et tu me reproches l’utilisation d’un poison qui a tué nos adversaires en quelques secondes seulement ?! » Il était au courant pour le napalm, évidemment. Encore une chose qu’on leur demanderait de fabriquer et qui leur coûterait une partie de leur âme pour le bien commun. « Ta méthode n’est pas moins répréhensible que la mienne. » Elle, comme tous ceux qui ne faisaient pas partie du complexe scientifique, n’avaient aucune idée de ce que cela leur coûtait psychologiquement.

Il l’accule à nouveau, la coince entre lui et le plan de travail sur lequel il pose sa main, se rapprochant dangereusement d’elle. « Tu en as quelque chose à faire parce ce que je te dis touche cette carapace qui fendille l’image que tu te renvois à toi-même. » C’était un aveu, aussi. La raison pour laquelle il réagissait à sa colère et sa provocation. C’aurait été une autre, la colère serait restée sienne. Et inversement. Si cela la touchait, comme ça le touchait, c’était parce que l’opinion de l’autre comptait. D’une façon ou d’une autre. Il est le premier à mettre fin au contact visuel, alors qu’il se redresse et recule, lui tourne le dos. Peu importe que ça le touchait finalement, il assumait cette décision. La meilleure qu’ils avaient pu prendre en l’état. Celle qui avait fait le moins de victimes de leur côté. « J’ai fait ce que j’avais à faire, pour la survie de notre communauté, pour la préserver de ce qui est à venir. Mais ça ne veut pas dire que c’est une chose qu’il m'ait été facile de faire. » Assena-t-il, ensuite, d’une voix particulièrement dure. Pour elle, comme pour lui-même.



( crawling back to you )
i die everytime you walk away, don't leave me alone with me, see, i'm afraid of the darkness, and my demons, and the voices – see nothing's gonna be okay.


Revenir en haut Aller en bas  
Adrienne De Castel
Adrienne De Castel
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 232
Sujet: Re: Just like fire.    Mer 2 Déc 2020 - 18:28
Un claquement de langue agacé accompagne les derniers propos de Fried, l’image que je me renvois ? Rien à faire de l’image que je me renvois, je sais ce que je vaux. Et je peux affirmer avec autorité que mon jugement sur la création et l’utilisation du napalm. Son commentaire me reste en travers de la gorge et je ne vais pas le laisser continuer sur cette voie ! « Je parle de bombardement tactique, je te parle d’une arme efficace lors d’un combat armé, pas pour aller bombarder une communauté et frapper à l’aveugle. » Ma voix est inflexible et sûre de son fait, il s’engage sur un terrain que je maitrise mieux que lui :

« N’oses même pas espérer t’engager sur le terrain de la technique militaire. Tu es peut-être un scientifique de génie, mais tu n’es pas apte à porter le moindre  jugement sur ce point. » Qui est-il pour cela ? Je suis fille de général, représentante d’une lignée de soldat, ma vie entière fut dédié à l’art de la guerre, quand bien même je n’ai pu servir mon pays comme je l’espérais.

Je continue en ayant un faux sourire me coupant le visage, fort de mon savoir et de ma supériorité moral à cet instant : « Le napalm est une arme de guerre, nous sommes en guerre, si je dois la larguer sur une population civile, non je refuserai. Mais si je dois la larguer sur une bande de soldats, crois moi que je viserai le point le plus sensible. » Combattre et assassiner sont deux choses différentes, mon père, mes oncles, mon grand-père m’ont tous expliqué cette différence durant tout ma vie. « Demande moi d’abattre un appareil, je le ferai, demande moi de tirer sur le pilote qui saute de son avion en flamme, je le refuserai. » C’est un mot résumé de ma façon de penser, car en plus cela est interdit par la convention de Genève. Pas question pour moi de la bafouer, même maintenant.

Cet exemple me permet de rebondir : « La guerre obéit à des règles, c’est aussi simple que cela et je ne démordrai pas ce point Friedrich, tu penses avoir fait ce qui est juste, mais en réalité, tu as simplement cautionné l’extermination d’un groupe sans même te poser de questions sur la culpabilité réelle de celui-ci. » Suis-je vraiment la seule à m’être posé cette question ? Si tel est le cas, alors je suis vraiment déçu de constater cela, si Fried ne se l’est pas posée, il achèverait de baisser dans mon estime.



En dépit de mes ailes brisées, j'ai retrouvé le ciel
Revenir en haut Aller en bas  
Friedrich W. Eden
Friedrich W. Eden
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Severus Rogue
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 266
Sujet: Re: Just like fire.    Lun 14 Déc 2020 - 21:28
Elle était infernale à ne rien vouloir comprendre, à ne rien vouloir entendre. Il se demandait réellement pourquoi il perdait encore son temps avec elle. Mais l’arrogance – l’intérêt qu’il lui portait encore, l’importance quelque part, de son opinion sur lui – le poussa à continuer, encore. « C’est justement parce que je ne suis pas militaire que je ne vois pas de différence entre une attaque ciblée au Napalm, et une attaque ciblée avec un poison. » Il insistait sur ce mot qu’elle ne voulait entendre. Aucun hasard n’avait été laissé. « Le résultat est exactement le même. » Les deux options n’offraient qu’une fin douloureuse et surtout, irrémédiable. Elles ne faisaient aucun survivant et ne faisaient aucune distinction de classe ou de genre. La mort était inéluctable.

Elle l’interdisait de jouer à ce petit jeu avec elle, mais il mettait les pieds dans le plat sans sourciller, se tournant vers elle, les bras croisés. Si elle s’énervait en haussant le ton, si son regard était aussi flamboyant, l’attitude de Friedrich restait sombre et froide. Il n’en était pas moins mordant pour autant. « D’autant plus que, si je m’en réfère à vos règles, le Napalm a été interdit en 1980, par les Conventions de Genève, parce qu’il s’agit d’une arme ne faisant pas la distinction entre les civils et les combattants. » Alors oser prétendre le poison moins noble, n’était-ce pas se foutre de la gueule du monde ?

« La culpabilité des Skagit ne faisaient pas partie d’un doute raisonnable. Ils se sont engagés à nous fournir en viandes. Mais le contrat ne mentionnait nullement de viande humaine, ils ont agi en omettant sciemment la nature de ce qu’ils nous fournissaient. Si le cannibalisme faisait partie de leurs mœurs et n’avaient aucun problème avec ça, pourquoi nous auraient-ils caché une telle information ? Ils nous ont sciemment fourni une viande que nous ne tolèrerons pas dans cette communauté. Pour nous choquer ou s’en prendre à nous peu importe. Ils savaient ce qu’ils faisaient… Et la frappe éclair qui a suivi nous a confirmé que nous ne nous trompions pas sur leur compte. » Il expliquait, répétait finalement ce qu’il avait déjà pu dire. Parce qu’elle n’entendait pas, ne voulait pas comprendre. La patience du généticien avait déjà atteint sa limite, il n’aurait bientôt plus assez de tolérance pour elle.

« Quant à faire la différence entre civil et militaire, crois-tu qu’au sein de notre communauté même, nous la faisons ? Nous sommes tous capables de nous battre, de prendre une arme et de tuer. La fin de notre ancienne civilisation a annihilé cette différence… Chacun d’entre nous a du sang sur les mains, et il en va de même pour les populations extérieures. Il n’y a bien que New Eden pour prétendre faire cette différence. De ce fait-là, Adrienne. Comment choisis-tu qui doit vivre, qui doit mourir ? » Comment choisissait-elle, finalement ? La politique de June avait fait de tout Fort Ward des combattants capables de monter au front pour se battre pour leur communauté. Il y avait des militaires de formation, oui. Mais il y avait également des civils redoutables dans leurs rangs. Cette distinction n’avait plus lieu d’être, encoure moins dans les communautés extérieures, moins bien organisées que la leur. Les traces de luttes au banquet n’émettaient aucun doute sur le fait que les femmes étaient toutes aussi capables de vous trancher la gorge qu’un soldat plus entrainé. La fin de leur monde avait redistribué les cartes, mais Adrienne semblait encore penser le contraire.

Il ne s’avance plus, cesse de faire les cent pas devant elle. Il la toise, de toute sa hauteur. « Tu affirmes que nous avons frappé à l’aveugle. Mais tu n’étais pas là. Ni dans le bureau de June, ni dans les laboratoires quand nous avons fabriqué ce poison, et encore moins au banquet. Nous savions exactement ce que nous nous apprêtions à faire, nous connaissions les risques, les enjeux et le prix à payer. Cela ne veut pas dire que la décision a été facile à prendre. » Elle semblait complètement occulter le fait que ça avait été difficile pour eux – pour lui – de réaliser ce poison, d’exécuter cette tâche qu’il avait pourtant approuvé lui-même. Au même titre que le Napalm qu’on leur demanderait peut-être de créer un jour, ce produit n’aurait qu’un seul but : semer la mort. Prétendre qu’ils avaient agis à l’aveugle, sans en mesurer les conséquences était d’une pitoyable offense. Elle ne savait pas. Et il perdait son temps avec elle.



( crawling back to you )
i die everytime you walk away, don't leave me alone with me, see, i'm afraid of the darkness, and my demons, and the voices – see nothing's gonna be okay.


Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Just like fire.    
Revenir en haut Aller en bas  
- Just like fire. -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: