The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-64%
Le deal à ne pas rater :
HARPER SM200 White – Appareil à croque-monsieur
12.54 € 34.45 €
Voir le deal

When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Billie Dean
Billie Dean
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Bras droit | The Devil's Rejects
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 320
Sujet: Re: When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 -   Lun 7 Déc 2020 - 16:54

Il m’attrape par la main pour que je le suivre, j’devine donc qu’il veut bien me montrer tout ça, tous ses petits trophées, tous ses petits souvenirs funestes. Sa planque, son antre. Le genre de truc qu’il doit pas faire voir à pleine de gens, à personne même. Je jubile intérieurement. C’est genre le rêve d’une vie, de pouvoir étudier tout ça, d’avoir le privilège de découvrir tout l’univers d’un meurtrier du genre. J’pense que quelque part, j’suis assez ravie qu’il choisisse de me montrer à moi.

On passe par son wagon et on m’affuble d’un manteau trop grand et moche. C’est la petite attention qui me fait sourire par contre en plus du baiser sur le front. C’est vrai que si on doit marcher, juste en pull j’vais me les geler. Pas trop envie d’être alitée encore une fois, franchement pas du tout même. J’me sens mieux en plus, plus de nausée ou de fatigue intense. Pas question de retomber. Alors je referme la fermeture éclair du manteau moche et j’le suis, un grand sourire aux lèvres.

J’le vois bien qui se retourne plusieurs fois pour voir si ça va de mon côté. C’est vrai qu’on aurait pu prendre une bagnole quand même, mais d’un autre côté, c’est bien plus facile de couvrir notre présence sans. Puis, ça va de toute façon. J’le sens que j’ai pas la même énergie que d’hab, mais j’suis pas à bout de souffle non plus. J’vais peut-être juste avoir quelques courbatures ce soir. J’ai quand même de la chance niveau symptômes jusqu’à présent. J’lisais que pour certaines c’est franchement pire.

On arrive finalement près de maisons qui se ressemblent toutes. Tyler m’explique qu’il faudra passer par l’arrière et moi je prends bien note de quoi tout ça a l’air. Pas pour y revenir, loin de là, juste pour comprendre son choix, ce qui fait que c’est ici qu’il s’est installé et pas ailleurs. Y a rien d’exceptionnel, rien qui sort de l’ordinaire au premier coup d’œil et j’me dis que ça doit sacrément y jouer. J’le vois sortir un trousseau de clefs et j’souris toute seule. Il a de quoi tout verrouiller en partant, c’est certainement un point en plus pour cette planque. Quand on entre part contre, je retrousse les narines un peu. Ça schlingue la moisissure. Si au départ je cligne un peu des yeux, mon visage finit par se détendre assez rapidement. J’ai senti pire. C’est pas compliqué de sentir pire de nos jours. Sauf que je note… l’odeur forte de moisissure, j’suis persuadée que c’est pas non plus laissé au hasard. Sinon il aurait trouvé un truc pour que ça sente moins…

Mes yeux avides découvrent doucement l’endroit, tandis que Tyler attrape à nouveau ma main pour que je le suive. Il passe du temps ici, forcément je m’en doutais, c’est juste logique c’est sa planque, mais… y a des traces ici et là qui ne mentent pas en plus. J’ai pas trop le temps de m’y attarder qu’on descend déjà un escalier pour aller à la cave. J’y découvre une lourde porte bien cadenassée avec des chaines. Mon cœur s’accélère subitement. D’appréhension, mais d’excitation aussi. J’suis dans une position délicate et je le sais très bien, mais ma curiosité est plus forte que tout. Toutes les chaines finissent par tomber au sol avec fracas et ça me fait sursauter. J’suis comme dans un état second faut dire, plus spectatrice que figurante en fait. J’analyse tout, mes sens sont en alertes et j’essaie de repousser l’idée que j’suis peut-être en train de me jeter dans la gueule du loup. J’aurai jamais une occasion pareille à nouveau, de plonger dans le monde d’un serial killer. C’est un désir plus fort que tout.

J’attends donc sagement dans l’embrasure de la porte, tandis que lui pénètre dans la noirceur pour aller y allumer plusieurs bougies. Doucement, les flammes dansantes commencent à éclairer l’endroit, révélant ici et là des objets, des bocaux, des malles, mais rien que je ne puisse distinguer avec détails. J’ai qu’une envie et c’est d’aller le rejoindre pour fouiller tout ça, mais j’me fais violence et j’reste sagement en place. C’est un privilège qu’on m’accorde et j’vais pas tout foutre en l’air. Y a une odeur particulière aussi, que j’arrive assez aisément à reconnaitre en fait. Ça me fait à nouveau sourire, la moisissure est donc assez utile que je conclu finalement dans ma tête.

Les dernières bougies s’allument et je devine les contours d’un corps. Ça me choque pas en fait et j’me demande plutôt ce qu’il fout avec un corps inerte, c’est peut-être même un rôdeur ? Sauf que quand il se met à lui parler et à vérifier son pouls, j’réalise en fait que… sa victime est encore en vie. J’ai un grand frisson qui me parcourt l’échine. J’suis pas certaine de comment j’me sens par rapport à ça. Pas bien, mais loin, très loin de mal que j’me rends compte. Tyler revient finalement vers moi et m’invite à entrer, m’encourageant en posant sa main au bas de mon dos. Je file doucement, mais directement vers le corps enchainé plus loin. C’est plus fort que moi. Je reste à une distance raisonnable, mais je m’accroupis pour observer ce truc puant. Je penche la tête sur le côté et je distingue les blessures qui ornent sa chair, sa maigreur cadavérique… Mes yeux louchent sur la gamelle que son tortionnaire a repoussée du pied quelques secondes auparavant, mais je reviens vite à ce que je devine être une femme.

- Ça fait combien de temps que tu l’as ? La pauvre, j’aimerais pas être à sa place, mais voilà toute l’empathie que je semble pouvoir éprouver pour cette victime. Empathie égoïste de ne pas vouloir subir le même sort.

Est-ce que j’suis dérangée à ce point ? Est-ce qu’à force de voir la mort tous les jours ou de tuer en y prenant même un certain plaisir y est pour quelque chose ? Est-ce que ça a toujours été en moi ?

Je sais pas, mais c’est sacrément intéressant. Je pensais pas réagir comme ça. Peut-être que mon cerveau est juste en mode pro là, peut-être que je vais faire un choc nerveux plus tard ? Ah ! J’doute en fait…

J’finis par me relever, pas hyper confortable avec mon ventre. J’peux pas imaginer ce que ça va être à sept ou huit mois. Une vraie baleine pff. Je délaisse la nana cadavérique et je commence à mieux faire le tour du proprio. Y a plein de trucs ici et là, j’ai les yeux pétillants j’le sens. Comme une gosse à Noël encore une fois. J’me demande ce qui fait qu’il a gardé tel ou tel truc, comment il a pu avoir l’idée de conserver des morceaux, comment il se sent quand il revient ici. Mon esprit est agité, c’est un véritable capharnaüm dans mon crâne et j’adore ça !

- Tu mets quoi dans te bocaux pour conserver tes petits trophées ? J’me demande ce qu’il peut bien trouver de nos jours en fait, il a peut-être des endroits pour trouver des stocks conséquents ? Ceux qui pourrissent, c’est voulu ou c’est de l’essai erreur ? Franchement, j’suis hyper intéressée à comprendre son mode de pensée, la logique derrière tout ce qu’il fait.

Du bout des doigts, j’effleure d’ailleurs délicatement l’un des bocaux les mieux préservés. Est-ce qu’il préfère ramener des morceaux de ses victimes ? Ou c’est plutôt aléatoire ? Est-ce que ça dépend du temps qu’il a avec les corps ? Ou plutôt ce que sa proie lui inspire ? Limite, pour le parasite dans mon ventre j’comprends l’idée du bocal en fait.



Are you deranged like me ?
Revenir en haut Aller en bas  
Tyler J. Keenan
Tyler J. Keenan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Devil's Rejects
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 130
Sujet: Re: When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 -   Lun 14 Déc 2020 - 1:43

When The World Explodes -- I'm right here. When the world explodes try to remember these words.In the darkest of nights you are my endless fire inside. Across the waters and back to shore. Find the stream that leads to open water. Watch the divine. Come lay with me.

La porte se referme derrière nous et je ne peux m'empêcher de repenser à cette envie, cette éventualité de l'enfermer elle aussi ici. Pour m'assurer qu'elle mène a bien cette grossesse ou pour m'assurer qu'elle m'appartienne définitivement aussi. Oh cette idée est terriblement séduisante. Mon regard se perd sur ses boucles rousses, sa silhouette cachée par l'épais manteau. Je suis toujours derrière elle et je serre violemment le poing pour ne pas venir l'assommée avec. J'inspire profondément, ce n'est pas ce que je veux. Pas sans lui laisser la chance de m'appartenir de son plein gré avant d'en venir à de tel recours. Certains hommes cherchent la perle rare, un diamant. Moi tout ce quoi j'aspirais c'est de trouver une pierre aussi noir que la nuit. Aussi noir que mon âme. Et je veux laisser cette chance à Billie d'être pour moi la nuit la plus sombre. Parce qu'elle en dessine toutes les promesses. Si elle est là aujourd'hui ce n'est pas par hasard. Je ne laisse rien au hasard. Si elle est là ce n'est pas pour le simple plaisir d'une balade romantique. Non, tout à un but. Qu'elle sache ce dont je suis capable. Que je puisse voir comment elle régait à tout ça. Cela représente toujours un risque et peut-être que je ne le considère pas assez, mais n'est-ce pas le lot de ma condition que de se penser plus fort que tout ?

Billie file directement vers le déchet d'humain qui trône dans un coin. Elle s'accroupit, observe et semble garder un certain recul. Son attitude est presque scolaire face à l'horreur. Un détachement qui n'a rien pour me déplaire. Le corps décharné ne réagis même pas à la visite. Pas de supplique, elle sait depuis longtemps que cela ne sert à rien. Tout comme elle sait aussi que les réactions ont tendances à me stimuler. Elle l'a appris a ses dépends et depuis qu'elle ne montre plus aucune forme de combat en dehors du faible battement de son cœur je me suis désintéressé. Je la maintiens tout juste en vie pour le plaisir de la voir continuer à se battre pour rien. Parce que je ne lui ai pas encore trouvé de remplaçante aussi et que dans ce cas c'est mieux que rien.

Ça fait combien de temps que tu l’as ?

Question purement pratique. On dirait qu'elle parle d'un animal de compagnie. Ça me plaît. Je penche la tête sur le côté, remonte le fil des jours. Je laisse échapper un grondement de réflexion et à ce simple son, le corps se recroqueville un peu plus. Ça me fait sourire et je réponds simplement.

Un bon mois je dirais. Elle ne sert plus a grand-chose. Soit je vois combien de temps elle mets à partir soit une dernière partie et c'est terminé.

Je hausse les épaules alors qu'un gémissement éteins, mais déchirant s'échappe du corps. Et moi ça me laisse échapper un petit rire gras. L'être humain est fait de manière si complexe que même face à la terrible vérité, il continue de lutter, d'espérer. C'est absolument fascinant quoi que totalement inutile, futile même. Je m'approche du corps et sans ciller le moins du monde mon pied se dépose sur les doigts de la victime. Les chaînes sont accrochées au mur et s'encerclent autour des chevilles et poignet. Dans un geste brusque, je bascule tout mon poids sur les doigts et un craquement dégueulasse retentis avant d'être suivi par un sanglot de douleur étouffé. Mon regard se pose sur Billie et je hausse à nouveau les épaules avant de me détourner du corps décharné.

Billie se relève et fait un tour de la pièce, son regard semble briller à la lueur des bougies. On dirait presque qu'elle est... heureuse d'être là. Ça me confirme une chose. Si il y a bien une personne qui devait mettre les pieds ici c'est elle. Je croise le bras sur mon torse et la regarde évoluer dans la pièce, mon antre. Elle est belle, elle est à moi. Je l'ai décidé après tout. Une reine pour un royaume de désolation. Je penche la tête sur le coté en affichant un sourire satisfait.

Tu mets quoi dans te bocaux pour conserver tes petits trophées ?  

Je fais un pas en avant. Je ne réponds pas tout de suite et me contente de la regarder effleurer les bocaux du bout des doigts. On dirait une gamine dans un magasin de jouets la veille de Noël et cela fait gonfler en moi un étrange sentiment de fierté. Je m'approche d'elle et me place dans son dos. Mes bras viennent s'enrouler autour d'elle et je pose mon menton sur son épaule dans un grognement approbateur. J'entame alors de lui répondre.

Il y a plusieurs mélanges...Et comme tu peux le voir les résultats varient. J'ai eu la chance de me procurer du formol. Il faut l'injecter avec une seringue puis après quelques manipulations le conserver dans l'alcool. C'était pas viable sur le long terme. J'en ai pas eu assez, puis impossible d'en retrouver.

Mes doigts montrent les bocaux tout en énonçant les diverses tentatives et combinaisons.

Ici de l'éthanol et du vinaigre blanc. Trop difficile à trouver aussi. Par là ça se dilue entre de l'alcool et de l'eau...bref plus ça avance plus tu vois que ça ne tient pas la route. Il va falloir que je trouve autre chose.

Et j'énonce selon moi un problème très sérieux. La chaire à son importance, mais elle est bien trop difficile a conserver de nos jours. D'un geste de la main, je lui montre quelques os au bas des étagères. Humains sans aucuns doutes.

C'est moins grandiose, mais c'est mieux que rien.

Toujours en la tenant dans mes bras, je pousse un grognement en haussant les épaules. Je n'aime pas sentir les limites à mes élucubrations. Ça me frustre. Je pourrais me renfermer et passer des heures à réfléchir dès maintenant au moyen le plus satisfaisant d'entasser les trophées. Ma main se perd distraitement sur son ventre. Il est évident que si le fruit de ses entrailles vient a ne pas naître vivant, je trouverai la meilleure façon de lui faire honneur. Elle doit se douter que je pense à ça. Je tourne la tête et pose un baiser sur sa joue en baragouinant entre mes dents.

Je préférais qu'il soit vivant...

Je me détache doucement et fait un pas en arrière. J'ouvre plus grand une des malles et la désigne du doigt.

Il y a d'autres bijoux, ou objets si certains te plaisent ... je t'en prie. Donne leur une seconde vie.

Une lueur danse dans le bleu glacé. Oui je trouve ça excitant que Billie porte certains de mes trophées. Cette idée me plaît beaucoup. Je vais m'appuyer contre le mur et je sors un clope que je coince entre me lèvres avant de l'allumer. A chacun de mes mouvements un gémissement retenti au coin de la pièce, mais je n'y prête pas la moindre attention. Je me contente d'ajouter tout en ne quittant pas Billie des yeux.

Si tu as des questions, ne te retiens pas.

Mon regard intense s'accroche au sien avant de m'en détacher lentement pour me concentrer sur la cigarette entre mes doigts.




    Follow me through this forsaken land. -Because I feel numb. For the vision burning before me is one of former glory. An icon cast in the light of freer times, now writhes in a bed of lies...Hope doesn't live here.
Revenir en haut Aller en bas  
Billie Dean
Billie Dean
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Bras droit | The Devil's Rejects
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 320
Sujet: Re: When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 -   Mar 29 Déc 2020 - 18:17

Je l’entends rire quand sa victime gémit en entendant qu’il va la tuer ou la laisser crever. De voir qu’elle a encore de l’espoir, ça doit être ça qui lui fait bien plaisir en fait. Moi je sais que c’est ce qui m’aurait ravie. C’est ce qui m’avait ravie même lorsqu’on avait torturé les deux mecs qui s’en étaient pris à moi. De voir qu’ils croyaient s’en sortir, qu’ils l’on espérer jusqu’au dernier moment en fait. Le contrôle, le pouvoir, c’est assez grisant, alors quelque part, j’comprends ce monde de mort.

J’pose ma petite question au sujet de ses bocaux. Il me répond pas de suite, mais je le sens s’approcher derrière moi, puis m’enlacer. J’me laisse faire, me demandant s’il imite des comportements qu’il a déjà vu, qu’il sait être normal malgré la situation anormale, ou s’il n’est pas aussi coupé d’émotions ‘’saines’’ que je pourrais le croire. Il m’énumère les différents mélanges qu’il a tentés, me montrant chacun des bocaux devant mes yeux. C’est déjà impressionnant qu’il ait réussi à conserver tout ça vu le monde actuel. J’pense à Cook forcément. Le chimiste au camp pourrait certainement voir avec Tyler pour trouver un moyen de tout conserver. Plus que ça encore, j’pense aussi aux taxidermistes… Peut-être que ce serait une solution ? J’souris toute seule en fixant les os au sol que le tueur me pointe joyeusement. J’suis vraiment en train d’essayer de lui trouver des alternatives pour conserver ses trophées ? Pourquoi ? Pour le plaisir de trouver une soluce à un problème ? Pour avoir plus de trucs à découvrir ? Pour l’aider lui ?

J’ai tellement d’interrogations qui brûlent mes lèvres, je sais même pas par où commencer. L’une de ses mains vient toutefois trouver mon ventre et je me raidis quelque peu à ce contact. J’ai un grand frisson qui me parcourt l’échine. Faut pas être un génie pour comprendre qu’on est devant ses petits bocaux et qu’il m’avait déjà clairement dit ce qu’il ferait de ce parasite si je le perdais. Je sais pas comment j’me sentirais de voir ça dans sa collection… L’idée me plait pas ça c’est certain. J’me détends un peu malgré moi par contre quand il m’avoue qu’il préfèrerait que le parasite reste en vie. J’crois… que moi aussi. Pas juste pour pas le voir sur ces étagères, mais… Je sais pas. Les hormones qui font leur boulot probablement…

Il se décale de moi et je l’entends ouvrir l’une des malles que j’ai vues en arrivant. J’me retourne forcément, prête à découvrir ce qu’il a pu garder d’autre. Je m’approche doucement en le regardant lui aller se poser plus loin avec sa clope. Cette fois, je m’agenouille par terre. Je serai plus confortable pour fouiner. Je découvre petit à petit d’autres bijoux, des vêtements, des sous-vêtements, des porte-monnaie, des photos et toutes sortes d’objets en tout genre.

- Comment tu choisis ce que tu vas ramener ? Déjà entre chair et objet, qu’est-ce qui fait que tu ramènes plus l’un ou l’autre ?

J’avais déjà quelques idées, mais je voulais l’entendre lui, j’voulais comprendre son mode de pensée, ses réflexions, son petit rituel. Je continue de fouiller pendant qu’il me répond, mais j’ai tellement de questions c’est juste l’opportunité d’une vie !!!

- Niveau objet, comment tu choisis ce que tu prends à ta victime ?

Un truc qui lui rappellera cette personne sans doute. Juste de réaliser le potentiel d’histoires que j’ai sous les yeux, de savoir qui, quand, où et comment, j’en aie la chair de poule. J’en oublie presque où je suis, la loque humaine enchainer dans un coin, les morceaux humains dans les bocaux… C’est juste… Noël.

- Comment tu choisis tes victimes au fait ?

Au fond de la malle, j’trouve une belle paire d’escarpins et je m’arrête subitement dans mes fouilles. Je saisis l’un d’eux doucement et je l’observe d’un peu plus près. Ils sont en très bon état et je crois à ma taille ! Ils sont vraiment beaux. J’me demande à quel genre de femme ça a pu appartenir tiens… Je sors la paire de la malle puis referme celle-ci pour m’y asseoir. Faut que je les essaie. Je retire mes petites bottes en cuir, puis mes chaussettes avant de frissonner vu la fraicheur ambiante.

- C’est toujours des femmes tes victimes ? Tu t’amuses comment quand tu trouves une victime ? Que je demande en souriant, réellement curieuse. J’suis à la fois en mode professionnel et en mode tarée de première j’crois. J’enfile les escarpins et me remets debout, ravie de les voir à mes pieds.



Are you deranged like me ?
Revenir en haut Aller en bas  
Tyler J. Keenan
Tyler J. Keenan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Devil's Rejects
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 130
Sujet: Re: When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 -   Mar 12 Jan 2021 - 0:02

When The World Explodes -- I'm right here. When the world explodes try to remember these words.In the darkest of nights you are my endless fire inside. Across the waters and back to shore. Find the stream that leads to open water. Watch the divine. Come lay with me.

Appuyé contre le mur, je fume ma clope en la regardant fouiller les objets récupérés sur mes victimes. Ptêtre qu'en temps normal, je n'aimerais pas que quelqu'un y laisse traîner ses pattes. Ce sont mes biens et j'ai tendance à me montrer quelque peu possessif. Pourtant, là j'éprouve un plaisir certain à la voir effleurer les objets du bout des doigts et convoité peut-être la possession de certains. Un frisson au creux de mon dos à l'idée que son corps se pare de l'un ou l'autre de ces trophées et lui donne une seconde vie. Une vie qu'ils méritent enfin parce que Billie se place bien au-dessus de tous ces parasites des plus inutiles. A croire que le bijoux que j'ai posé autour de son cou brille d'une lueur plus féroce depuis qu'il y a trouvé sa place. Ma langue passe sur mes lèvres, mon regard ne la quitte pas quand d'un autre côté j'ignore totalement la proie gémissante dans le coin de la pièce.

Comment tu choisis ce que tu vas ramener ? Déjà entre chair et objet, qu’est-ce qui fait que tu ramènes plus l’un ou l’autre ?

Je penche la tête sur le coté et prends le temps de lui répondre.

C'est plus une impulsion qu'une pensée réfléchie. Quelque chose qui me plaît, qui attire mon attention, que ce soit un objet ou une partie d'un corps. Avec toi, je garderais ton scalpe par exemple.

Ces paroles quittent me lèvres avec une froideur absolument pragmatique. Depuis que j'ai posé les yeux sur elle, cette chevelure de feu me fascine tout particulièrement. Pourquoi au juste? Pas uniquement pour sa beauté, mais plutôt parce que à mes yeux, c'est le symbole extérieur évident du feu qui brûle en elle.

Niveau objet, comment tu choisis ce que tu prends à ta victime ?

Je pousse un grognement et relève le menton.

Soit c'est purement pragmatique et ça a une valeur marchande, soit ça met en valeur une partie de la personne, ou ça semble compter pour elle.

Je continue de l'observer en me repassant en tête l'histoire de certains des objets qu'elle effleure. Je dois faire avec ce que les gens ont sur eux finalement, alors le tour est vite fait la plupart du temps. J'aime par exemple retourner une arme contre son propriétaire et me l'approprié ensuite. M'approprier une paire de chaussure, un sous-vêtement. Parce que ce sont des objets plus intimes. Un portefeuille, des photos, un bijoux également et lorsque rien ne rempli les pré requis, alors je prends ce que je trouve. J'aime amasser une quantité d'objet et me complaire dans le plaisir de leur présence comme on le ferait avec un diplôme encadré sur un mur. Ce satisfaire du travail accomplis par un constat physique et tangible.

Comment tu choisis tes victimes au fait ?

Je tique de nouveau. Cela fait un peu beaucoup de questions en une seule fois et cela me rappelle furieusement les interrogatoires policier et autres évaluations psychologiques. Oh à elle, je lui réponds volontiers, mais ma patience se trouve progressivement mise à l'épreuve. Il faudrait peut-être que je l'invite à être plus subtile sauf que ce serait comme on dit : l'hôpital qui se fout de la charité. Je décide de puiser dans un semblant de patience pour continuer de lui répondre.

Avant, je les choisissais à l'arrière de mon taxi. Une voix principalement, qui m'interpellait plus d'une autre en entrant dans le véhicule. Puis le regard aussi, celui que je pouvais apercevoir dans le rétroviseur. Je suis moins sélectif depuis que je suis dans le coin. Je ne peux pas me le permettre alors on va dire que je pends ce que je trouve dans un souci pratique de ne pas attirer l'attention.

Elle s'empare d'une paire d'escarpins et je frissonne. C'était une belle prise elle, la propriétaire de cet objet. L'une de ces personnes qui ne pensent pas stupide de se balader avec ce genre de chaussures dans son sac par les temps qui courent. Je ricane pour moi-même avant de m'arrêter dans mon élan quand Billie se pose sur la malle dans le but évident de les essayer. Un grondement intérieur qui descend jusqu'au bas de mon ventre. Je trouve cela particulièrement excitant et je ne tente rien pour dissimuler cette pulsion qui me fait décoller du mur pour m'approcher plus près d'elle et contempler avec avidité le moindre de ses mouvements.

C’est toujours des femmes tes victimes ? Tu t’amuses comment quand tu trouves une victime ?

Ma langue claque contre mes dents, j'en ai définitivement assez des questions et je me doute que lui laisser une part de mystère ne fera qu'attiser son intérêt. Elle se redresse et sans perdre une seconde, je jette ma clope au sol et je tombe à genoux devant elle. Mes mains qui descendent lentement le long de ses jambes.

Ils te vont mieux qu'à cette pauvre pute à qui je les ai pris. Tu sais que j'ai utilisé le talon de celui là...

Je montre l'escarpin de gauche.

Pour lui crever un œil.

Je hausse les épaules en pinçant les lèvres avant de laisser mes mains se poser sur ses chevilles. Je remonte doucement sa jambe pour qu'elle pose le pied gauche sur ma cuisse. Continuant de masser sa peau entre mes doigts. Oui ça m'excite tout ça. Personne n'est dupe là-dessus. D'un autre geste de la main, je la repousse doucement pour qu'elle vienne se rasseoir sur la malle en prenant appuis sur ma jambe pour que le talon s'enfonce dans ma peau à travers le tissu de mon pantalon. Mon regard remonte dans le sien alors que l'autre connasse continue de gémir dans le coin et je remonte son pied pour le poser contre mon torse. Je penche le visage et viens poser mes lèvres sur sa peau avant de me perdre dans un coup de langue qui remonte jusqu'à sa cheville. Je la regarde à nouveau en relevant un sourcil avant de mordiller sa peau du bout des dents. Ma main vient se serrer à nouveau autour de sa cheville.

Fini l'interrogatoire. T'as déjà de quoi faire un rapport et j'ai pas l'envie de te donner l'idée de te débarrasser du patient quand tu penseras en avoir fait le tour... Docteur. D'ailleurs putain, elle te vient d'où l'idée de vouloir fouiller les cervelles comme ça ? J'en ai rencontré pas mal dans ton genre et je peux te dire qu'en règle générale c'est plutôt une sale race. T'en a eu à faire à beaucoup des esprits vraiment malades ou je fais exception en matière de terrain de jeu pour toi ?

Je continue de masser sa cheville avec une détermination qui trahit ce qui bouillonne en moi.



    Follow me through this forsaken land. -Because I feel numb. For the vision burning before me is one of former glory. An icon cast in the light of freer times, now writhes in a bed of lies...Hope doesn't live here.
Revenir en haut Aller en bas  
Billie Dean
Billie Dean
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Bras droit | The Devil's Rejects
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 320
Sujet: Re: When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 -   Lun 25 Jan 2021 - 22:29

Il répond à ma première question et j’suis ravie. Donc on parle plus de pulsion, ce qui est logique avec tout ce que j’ai sous les yeux depuis que je suis dans cette cave froide. Il y a de tout et ça prouve ses dire. J’frisonne et je grimace un peu quand il parle de ce qu’il garderait de moi. Mon scalp. J’en ai mal aux cheveux juste d’y penser, mais d’un autre côté je ne suis pas surprise. La couleur de ma tignasse a toujours su attisée, alors j’peux juste trouver ça normal que ce soit le truc qu’il souhaiterait garder de moi s’il me tuait. J’devrais probablement vraiment m’inquiéter de cette possibilité, mais pour l’instant j’me plais incroyablement à jouer avec lui, à me dire que je vais assez bien lui trifouiller les neurones qu’il ne pourra plus envisager de me faire du mal ni même de me tuer.

Évidemment, une autre question quitte mes lèvres et je l’entends grogner. Il en a déjà marre ? Il réfléchit juste ? Je pourrais pas le dire, parce que mes yeux sont rivés dans la malle et sur les objets que je touche et déplacer. Il finit quand même par me répondre et je relève un sourcil, intriguée. Il y a donc néanmoins une part de pragmatisme dans tout ça. Enfin, hormis la planification du crime en soi et la façon dont il réussit à passer inaperçu aux yeux de la populace ordinaire. C’est hyper intéressant de retrouver ces deux opposés en fait, pulsion et pratique.

Plus fort que moi, je continue avec mes questions. J’pense qu’au fond je sais que ça va finir par l’agacer et j’veux optimiser le plus possible le temps que j’ai pour en apprendre le plus possible. J’me mordille d’ailleurs la langue pour retenir un petit sourire. J’me rends bien compte que toute cette soif d’en apprendre plus ça n’a pas seulement à voir avec ma profession, que ça n’a jamais eu juste à voir avec ça. Même gamine en fait, à lire sur le sujet, à écouter des documents sur tout ça, à orienter ma vie vers ces gens. La fin du monde m’apporte beaucoup plus de clarté sur qui je suis… qui je suis vraiment. Sans elle, j’aurais continué ma vie sans jamais oser apprivoiser ce côté de moi-même, mais aujourd’hui…

J’le sens bien à son ton, au temps qu’il prend avant de me répondre qu’il commence à s’impatienter. Qu’est-ce qu’il fera quand il en aura assez ? Oui, j’ai quelques idées qui me traversent l’esprit, mais j’suis curieuse. Je reviens toutefois à ses mots, préférant écouter la réponse qu’il m’offre. Je ris doucement même, quand je constate que tout son succès il le doit à son adaptabilité. À l’époque, mais aussi aujourd’hui. Le jour où il se fera coincer, c’est parce qu’il aura voulu qu’on sache qui il est vraiment. Ça, c’est limpide dans mon esprit maintenant.

Je lui lance d’ailleurs une petite œillade quand il se stoppe dans son rire, au moment où il me remarque sur la malle. Il est pas indifférent, mais dans quel sens penche la balance, j’suis intriguée. Il se décale du mur où il était et commence à se rapprocher et moi, j’en profite pour essayer d’avoir une dernière réponse pour aujourd’hui. Sa langue claque contre ses dents et je devine que c’est terminé. J’fais une petite moue faussement déçue quand il recommence à nouveau à s’approcher de moi, avant de s’agenouiller à mes pieds. Ça, ça m’arrache un sourire bien vil. D’avoir quelqu’un à ses pieds, qui n’aime pas ça après tout ? Particulièrement vu la dangerosité de ladite personne agenouillée.

Il évite soigneusement de me répondre, mais sans pour autant me décevoir, me racontant plutôt comment il a utilisé les jolis escarpins à mes pieds.

Ses mains trouvent mes chevilles et la chaleur qu’elles dégagent me fait doucement frissonner. J’aurais même eu pour réflexe de ne pas mettre de poids sur le pied désormais contre sa cuisse lorsqu’il me fit doucement me rasseoir, mais je connaissais bien la bête devant moi. Je prends donc appuie contre sa chair avec le talon aiguille, me rasseyant lentement. Histoire oui de lui faire un peu mal, mais aussi parce que je peux plus bouger aussi vivement qu’avant avec ce bide tout gonflé. Le glacial de ses yeux trouve les miens et je reconnais bien ce qui y danse. Je penche cependant la tête sur le côté, appréciant cette langue qui vient lécher ma peau, ces dents qui minaudent ensuite avec, puis profitant de ses caresses offertes à ma cheville quelque peu endolorie dernièrement.

Il reprend finalement la parole pour me confirmer ce dont je me doutais quant à la façon dont il a perçu mes questions. Les rôles s’inversent alors d’un coup et ça me faire rigoler un petit instant. Je ferme ensuite les yeux pour profiter du petit massage auquel j’ai droit, avant de lui offrir quelques réponses à lui aussi.

- C’est intéressant non, de comprendre l’esprit humain ? De comprendre ce qui nous pousse à agir comme on le fait. D’en apprendre plus sur autrui, mais également sur soi. D’en comprendre les mécanismes et de pouvoir jouer avec. De savoir ensuite comment manipuler les plus faibles.

J’ouvre à nouveau les yeux, avant de replonger dans les siens, un sourire tout sauf innocent étirant toujours mes lèvres.

- C’est un peu la continuité de ma personnalité, on va dire, un outil de plus pour arriver à mes fins. Ni plus ni moins. Un bon moyen de faire du fric aussi, à l’époque. J’ai jamais eu de bonnes intentions en fait. Je rigolais à nouveau. Surtout sachant quel était mon but principal. But bien entaché par des désirs que je ne comprenais pas jusqu’à aujourd’hui également. J’allais en faire une spécialité, oui, les gens comme toi. Comme moi. Bon on est a beaucoup de degré de diff lui et moi, mais… y a des choses que je peux plus ignorer chez moi. J’ai toujours été intéressée de plus loin que je puisse m’en souvenir à la psyché hors norme. Celle qui a été décidée ‘anormale’ ou ‘dérangée’.

Oh je pourrais en parler très longtemps en fait, de ce que la société juge être normal ou pas, des comportements qui en découlent, de ce qui créer des tares et ce qui n’en est pas.



Are you deranged like me ?
Revenir en haut Aller en bas  
Tyler J. Keenan
Tyler J. Keenan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Devil's Rejects
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 130
Sujet: Re: When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 -   Dim 31 Jan 2021 - 17:59

When The World Explodes -- I'm right here. When the world explodes try to remember these words.In the darkest of nights you are my endless fire inside. Across the waters and back to shore. Find the stream that leads to open water. Watch the divine. Come lay with me.

Je continue les caresses sur sa cheville, me régalant de l'éclat de rire qui quitte sa gorge et de sa peau entre mes doigts. Ma mâchoire qui se contracte alors que je refoule toute une série de pulsions qui viennent m'assaillir par vagues dévastatrices. Lui faire mal, la posséder. Ça tourne en boucle, mais je parviens à me retenir. Je ne sais pas trop pourquoi d'ailleurs. Probablement parce que au fond de moi, ça fait un moment que j'ai tiré la conclusion que pour le moment je la préfère vivante que morte. Le turquoise en contrebas remonte s'accrocher à son visage en attendant qu'elle me délivre ses réponses.

C’est intéressant non, de comprendre l’esprit humain ? De comprendre ce qui nous pousse à agir comme on le fait. D’en apprendre plus sur autrui, mais également sur soi. D’en comprendre les mécanismes et de pouvoir jouer avec. De savoir ensuite comment manipuler les plus faibles.

Un grognement caverneux émane de moi. Je ne trouve pas cela particulièrement intéressant. Pour moi tout se joue dans le primale. J'en ai rien à foutre de savoir ce qui cloche chez moi aux yeux du plus grand nombre. Ça m'irrite même tous les connards qui ont tenté de mettre un terme bien précis sur ce que je suis. Comme s'il s'agissait d'une tare, d'une maladie. Un truc pour me dédouaner, un truc pour qu'ils puissent tenter de comprendre comment et pourquoi je suis comme je suis. Face à des actes de barbaries, l'homme a besoin d'essayer de cerner ce qui le dépasse. Cela le rassure de savoir pourquoi je suis capable d'étaler les tripes d'un gosse sur les murs. Ça les rassure qu'il y ait une explication tangible qui fait qu'ils peuvent se conforter dans l'idée qu'eux ne seront jamais capables d'en faire autant. Psychopathie, manque cruel d'empathie et de remords. Il n'y a que la peur pour les motiver à penser que tout cela est problématique. Personnellement, je trouve ça plutôt pathétique. Je fonctionne correctement, simplement que y a un putain de filtre qui n'a jamais été là. Je me suis jamais entravé de chaînes de la bienséance et du respect des normes établies. Je ne suis pas anormal, je suis au-dessus des autres, c'est pas plus compliqué. Prédateur avant tout. Les connards ils appelaient ça un délire mégalomaniaque. Moi je constate simplement ma supériorité.

Elle ouvre les yeux et les pose sur moi. Je penche la tête sur le côté et d'un coup de menton je l'encourage à continuer. Est-ce qu'il y a réellement besoin de manipuler les autres quand on peut les écraser, les détruire? Dans une certaine mesure oui, mais en finalité, absolument pas. Est-ce qu'elle se pense en position pour me manipuler ? Est-ce qu'elle pense pouvoir cerner mes mécanismes ? Cela m'irrite et je chasse dans un mouvement d'épaule une gêne au creux de ma nuque. Ce sourire qu'elle m'adresse, celui qui n'a rien d'innocent. Heureusement qu'il est là parce que mes mains menacent de se resserrer plus fort autour de sa cheville.

C’est un peu la continuité de ma personnalité, on va dire, un outil de plus pour arriver à mes fins. Un bon moyen de faire du fric aussi, à l’époque. J’ai jamais eu de bonnes intentions en fait.  J’allais en faire une spécialité, oui, les gens comme toi. Comme moi. J’ai toujours été intéressée de plus loin que je puisse m’en souvenir à la psyché hors norme. Celle qui a été décidée ‘anormale’ ou ‘dérangée’.

Anormale, dérangée. Ma mâchoire se contracte un peu plus. Je n'aime pas ces putains de mots. Je les ai entendus trop souvent et de manière péjorative. Je sais que ce n'est pas ce qu'elle fait, elle s'englobe elle-même dedans. Probablement qu'elle ne comprend pas ce que c'est d'avoir passé des heures et des heures à se faire explorer le cerveau contre son gré pour recevoir des étiquettes collées dans un dossier. C'est terriblement réducteur. La colère monte en moi et si je m'écoutais, je pourrais briser cette cheville en un claquement de doigt pour lui faire comprendre que je lui reverserai toujours des surprises. Un sourire carnassier se dessine sur mon visage alors que je repose son pied au sol et que sans rien dire je me lève pour m'éloigner. Mes doigts courent sur diverses armes et je m'empare finalement d'un gourdin accroché au mur. Je le frappe plusieurs fois dans la paume de ma main avant de me tourner vers Billie et de la regarder droit dans les yeux. Je fais quelques pas pour la rejoindre et je pose le gourdin sur son épaule. Légère pression lorsque je le glisse sur le côté de sa joue. Je pourrais lui exploser la tête, là maintenant. Et quoi ? Elle ferait quoi ? Est-ce qu'elle est seulement armée ? Il n'y aurait personne pour l'entendre crier. Serait-ce de la peur que je devine dans son regard ou s'agit-il d'un affront ?

Je me détourne alors brusquement et fonce vers la connasse attachée au fond de la pièce. Profitant de mon élan, je lui explose le gourdin en plein dans la face. Un craquement dégelasse se fait entendre alors que des dents se perdent au sol dans une explosion sanguinolente. Elle ne parvient même pas à gueuler cette pute. Je recule à nouveau pour revenir de plus belle et lui assèner une série de coup emprunts de colère et soif de puissance. Un gargouillis s'échappe d'elle et cela ne me suffit pas. Je continue à m'acharner jusqu'à ce que à la place de sa tête, il ne reste plus rien qu'un tas de chaire, de sang, d'os broyés. Difficile de voir qu'avant il s'agissait d'un être humain. Mon rire retentis alors qu'un ultime coup de pied s'écrase dans le ventre de cette poupée désarticulée. Je lui crache dessus et laisse retomber le gourdin couvert de sang au sol dans un bruit sec qui brise le silence. Je suis toujours de dos à Billie, respiration saccadée et les épaules qui remontent et descendent au rythme de ma respiration.

Je préférais que t'évites de poser des diagnostics sur moi. Je trouve ça particulièrement réducteur. Tu utilises les méthodes que tu veux pour faire tes griffes chaton. J'ai juste pas besoin de le savoir. On m'a assez trifouillé le cerveau pour que j'ai plus envie qu'on le fasse. Alors, le conseil ce serait que si tu veux le faire tu t'y prennes de manière un peu plus subtile à l'avenir et qui sait si tu parviendras à le faire assez bien pour me manipuler. Je demande à voir tu sais. Les jeux dangereux, c'est particulièrement excitant. Surtout avec toi.

Elle doit avoir conscience qu'elle a plus qu'intérêt à m'avoir dans sa poche que à me retourner contre elle.

Si tu t'y prends correctement, je pourrais tout détruire, tout faire pour toi Billie. Fait simplement attention à ce que tu as entre les mains.

Avertissement, mise en garde. Probablement. Je fais finalement volte face pour poser les yeux sur elle. Le visage couvert d'éclaboussures de sang et le corps tendu par la pression. Je crois que je n'ai pas envie de la décevoir, pas envie qu'elle me déçoive également.




    Follow me through this forsaken land. -Because I feel numb. For the vision burning before me is one of former glory. An icon cast in the light of freer times, now writhes in a bed of lies...Hope doesn't live here.
Revenir en haut Aller en bas  
Billie Dean
Billie Dean
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Bras droit | The Devil's Rejects
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 320
Sujet: Re: When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 -   Lun 8 Fév 2021 - 15:58

Ce sourire qu’il m’adresse avant de se relever et de me délaisser, il m’intrigue. Je l’observe aller chercher un espèce de gourdin puis revenir vers moi. Toujours assise sur la malle, je trésaille pas lorsqu’il le pose sur mon épaule pour ensuite faire pression sur ma joue. Je le perçois pas comme si impulsif, si désorganisé. Certes, il a des pulsions, mais de là à simplement me blesser comme ça ou même me tuer. Je doute. Mon cœur s’emballe, mais mon esprit lui reste parfaitement calme. Mon petit sourire vil de tout à l’heure ne quitte même pas mes lèvres et je soutiens son regard polaire de mes iris noisette. Tyler se détache brusquement de moi et avant même que je ne puisse me retourner, un craquement sonore retentit derrière moi et ça me fait sursauter. JE tourne la tête par-dessus mon épaule pour observer ce qui se passe et mon sourire revient.

Il ne se sentait plus en contrôle. C’est aussi simple que ça dans mon crâne. Quelle est la prise de contrôle absolu ? Ce pouvoir de vie ou de mort sur autrui. Avec détachement, j’admire le spectacle. C’est à la limite de la miséricorde pour cette femme déjà aux portes de la mort. Une mort assez rapide, ou en tout cas je suppose vu la vitesse et la force des coups. L’acharnement me fait sourire davantage parce c’est du défoulement. Réduire ce corps en purée, le rendre méconnaissable… Il acquiert un certain pouvoir en faisant ça, à chaque fois j’en suis certaine.

Puis, tout ce sang, cette chair… Autrefois, j’aurais grimacé, j’aurai sans doute même pleuré de choc, mais aujourd’hui… Avec tout ce qu’on a déjà fait pour survivre Sam et moi… C’est que de la chair, point.

Le grand blond se décide enfin à l’ouvrir de nouveau et je roule les yeux au ciel tout en lâchant un soupire. Pas que je comprends pas qu’il aime pas qu’on lui trifouille les neurones, juste… c’est pas ce que je faisais, là… Je tends quand même l’oreille aux « conseils » que cette bête me donne. Puis, encore une fois… Il me dit qu’il pourrait tout détruire pour moi, me confirmant qu’il me suffit de bien jouer mes cartes. Ça me plait d’entendre ça. Énormément. D’avoir cette arme entre mes mains, cette bête…

Il se retourne finalement vers moi, toujours assise sur la malle et emmitouflé dans un manteau trop grand. Je masse un peu ma nuque, tendue d’être restée longtemps étirée parce que je regardais par-dessus mon épaule, puis je me lève. Le bruit des talons résonne dans cette cave puante et qui se rapproche doucement du tueur. Du revers de ma manche, j’essuie un peu les éclaboussures qu’il a sur le visage, avant de me faufiler dans ses bras.

- T’es un peu susceptible quand même. Que je souffle d’un ton très amusé, avant de rigoler blottie contre son torse. Désolé si t’as eu l’impression que je te posais un diagnostic, tu te méprends. C’était un réel intérêt. Une fascination, de l’admiration même. Oui, je mets enfin le mot juste sur ce que j’ai toujours ressenti, je crois pour ce genre d’individu. J’aime comprendre, donc je pose des questions. Ça ne va pas plus loin que ça dans ton cas. Oui et non, je m’immisçais quand même doucement dans les recoins de son esprit pour être certaine d’avoir un certain pouvoir sur lui, sauf que… je sens que ça commençait à se retourner contre moi. L’arroseur arrosé ?



Are you deranged like me ?
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 -   
Revenir en haut Aller en bas  
- When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 - -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: