The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
-29%
Le deal à ne pas rater :
Réduction de 30% sur la veste de survêtement FB Barcelone
59.97 € 84.99 €
Voir le deal

When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Tyler J. Keenan
Tyler J. Keenan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Devil's Rejects
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 130
Sujet: When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 -   Mer 4 Nov 2020 - 0:52

When The World Explodes -- I'm right here. When the world explodes try to remember these words.In the darkest of nights you are my endless fire inside. Across the waters and back to shore. Find the stream that leads to open water. Watch the divine. Come lay with me.

Taverne brûlée, envolée la couverture, le point central où récolter les informations et les bruits de couloirs. Se faire connaître sous un « bon » jour et développer des relations utiles. Partie en fumée sous les flammes de Mal. Je peux comprendre que ce soit son bien et qu'elle en fait ce qu'elle veut. Elle aurait simplement pu la laisser à Nina. Qu'est-ce que ça pouvait lui foutre au juste ? Comme m'offrir ce boulot pour tout détruire ensuite. Des promesses pour n'être  finalement qu'un fantôme, l'ombre d'elle-même. La personne avec laquelle j'ai passé un pacte je ne l'ai vue que ce soir là. Tu parles d'une putain de déception. Je ne me sens plus du tout attaché à ce pacte, il n'a aucune valeur à mes yeux. C'est elle qui est partie, le pacte avec. Je hausse les épaules, blasé et totalement désintéressé. Qu'elle fasse seulement sa vie de son côté, c'est ce qu'elle a voulu.Et au final elle a probablement bien de la chance que la déception ne m'ait pas poussé à lui ôter cette vie. Il faut croire que j'avais définitivement perdu tout intérêt.

Je me concentre alors sur mon boulot de mercenaire, les affaires sont bonnes et ça me permet de me défouler bien plus que le boulot à la taverne. Une couverture, j'en trouverai une autre si besoin. Je me concentre aussi sur la faction, bien décidé à faire saigner tous ceux qui tenteraient de se mettre sur notre chemin. Je me suis rarement senti autant à ma place dans un groupe et ça stimule en moi des choses enfuies depuis longtemps. Un clan peut-être qui se forme, des semblables aux même aspirations. Et putain ils n'ont pas intérêt à me décevoir. Et tant que ça n'arrive pas je sortirai les crocs, déverserais la folie et déchaînerais la violence pour protéger nos arrières.

Et je ne me demande même pas pourquoi je me suis fait avoir si vite, pris au jeu, embarqué dans la meute. La seule évidence en réalité c'est Billie. Rousse incendiaire qui se glisse sous ma peau tel un venin délicieux sans même que je puisse luter. Pensées qui dévient trop souvent vers elle, ses mouvements, son parfum. Obsession dangereuse que je développe pour celle qui porte mon enfant. Chaque fois que je l'aperçois, entends le son de sa voix ça déclenche le frisson, mâchoire serrée. Pouvoir qu'elle prend sur moi sans faire le moindre effort. Pire addiction qui s'installe et je me demande parfois pour qui ce jeu est le plus dangereux. Je me lance pourtant dans la partie sans craindre un seul instant. Je la suis du regard chaque fois qu'elle apparaît, son visage puis son ventre qui abrite ma progéniture. Je suis toujours avec elle, qu'elle le veuille ou non. Et lorsqu'elle me laisse approcher cette main se perd sur son ventre, bras solides qui l'enlacent et promette que rien sur cette terre ne viendras leur faire de mal parce qu'ils sont miens. Miens selon mes propres règles bien-sûre. Qui ne sont pas encore pleinement définies d'ailleurs. Parce que la diablesse m'évite. Je le vois bien, je ne suis pas dupe. Mon regard qui se pose sur elle avec insistance quand elle fait semblant de ne pas me voir. Bouffée par le turquoise sans aucune pudeur ou retenue. Elle ne perd rien pour attendre.

C'est décidé. Nous devons parler elle et moi. Fini de m'ignorer. Ça a assez durer. Ok elle était malade. Malgré moi je peux faire preuve d'indulgence mais, là c'est trop. Je déambule sur le campement, lame qui danse dans ma main, rebondis, vole; guidée par l'habilité de ma main. J'ai bien réfléchi à la bonne façon d'aborder les choses avec Billie. Je me plairais volontiers à me lancer dans un nouveau combat avec elle, mais ce n'est pas vraiment ce que j'ai prévu dans un premier temps. Main qui glisse dans ma poche, vérifie que ce qui doit y être s'y trouve bien et je contourne un wagon pour apercevoir la chevelure incendiaire. Ça se contracte partout dans mon corps. Main qui quitte ma poche et se se ferme sur le vide. L'envie de la toucher au moins autant que de la posséder dans une mort qui ne l'éloignera jamais de moi. Sourire carnassier accroché aux lèvres quand je me dirige vers elle. Mon bras qui se pose contre le wagon et lui barre la route. La coince un peu aussi, mon corps qui vient lentement se presser contre le sien. Les bras qui l'enlacent dans une étreinte dangereuse et délicate à la fois. Prisonnier, le petit oiseau pas si fragile.

Je me penche un peu plus.Pousse son corps contre le métal. Mon front qui rencontre le sien. Ça fait déjà des putains d'étincelles à des kilomètres à la ronde. Je lui adresse un regard qui trahis bien tout ce que je pense.Tenté de venir cueillir ses lèvres, mais je me retiens en espérant que ça puisse la rendre dingue. Le turquoise qui glisse sur son visage, son corps et remonte se perdre dans le noisette.

T'as pas fini de m'éviter ?

Légère pression supplémentaire contre son corps et ce ventre qui s'arrondit à vue d'œil. Ma main libre glisse dans ma poche. Je ne lui demande pas de permission, mais je viens passer autour de son coup un putain de collier que j'ai chopé sur une victime à l'époque. Trophée de ma cave secrète qui lui revient. Et qui trouverait ça glauque d'offrir le bijou d'un de mes cadavres quand au final c'est terriblement romantique ? Mes mains soulèvent ses cheveux et viennent refermer le bijou sur sa nuque fragile. Chaîne fine en or au bout de laquelle danse un saphir bleu clair. Oh ça devait valoir un sacré paquet de thune dans le passé. Le genre de bijou qui est passé par de générations. Aujourd'hui plus aucune réelle utilité pour ce qui n'est au final qu'un joli caillou qui brille. Je relève le menton alors que mes mains se posent sur ses épaules.

Alors, pourquoi tu fuis Billie ? T'as peur de quelque chose peut-être ?

Sourcil qui se relève interrogateur  voir un peu provocateur alors que le contact ne se brise pas un seul instant entre nos âmes qui semblent s'appeler au -delà de toute raison.




    Follow me through this forsaken land. -Because I feel numb. For the vision burning before me is one of former glory. An icon cast in the light of freer times, now writhes in a bed of lies...Hope doesn't live here.
Revenir en haut Aller en bas  
Billie Dean
Billie Dean
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Bras droit | The Devil's Rejects
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 320
Sujet: Re: When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 -   Sam 7 Nov 2020 - 16:33

J’étais pas de bonne humeur ces derniers jours. Je m’inquiétais pour Sam qui avait eu un épisode étrange, on avait pas pu fêter notre annive comme il se devait, j’étais en cloque, j’avais encore mal au bras après ma chute dans les douches… Bref ! Les hormones ? Mon caractère de petite peste habituel ? Sans doute un peu des deux.

J’ai essayé de me concentrer sur notre boulot pour le coup, notre projet de bouger d’ici et de s’éloigner de Seattle. On a fait quelques allers-retours au Costco et on a chopé des trucs sympas pour refaire la déco, rajouter des meubles et commencer à préparer les nouveaux wagons qui allaient se rajouter à notre train. On préparait aussi le matos pour l’installation de l’électricité qui se ferait normalement à la fin du mois. ENFIN ! Ça, ça me donnait envie de sautiller partout. De l’eau chaude, de la lumière, mon sèche-cheveux qui va fonctionner, notre jacuzzi, un lave-linge fonctionnel, ouah ! J’en rêvais la nuit !

Je m’étais aussi résolue à choper des trucs pour moi vu que… j’allais avoir un mioche. J’étais toujours pas enchantée, mais je commençais à me faire à l’idée. J’avais quelques bouquins, quelques vêtements pour moi et le parasite, des couches encore en état et tout l’attirail de future mère. Pas le choix, je rentrais déjà plus dans mes jeans normaux. J’avais un ptit ventre tout rond et… contrairement à ce que j’aurais pu penser, je trouvais ça mignon. Bon, j’aurais vite l’air d’un cachalot échoué, mais là ça allait. Pis… depuis que j’l’avais senti bouger il y avait quelques jours, j’me surprenais à poser mes mains sur mon bide sans m’en rendre compte. J’sais pas… Les hormones qui prennent le relais pour que j’sois pas une mère merdique peut-être. Ça m’a fait tout drôle comme sensation et c’est vraiment parce que je l’ai lu dans un de mes bouquins que j’ai su ce que c’était. Comme une plume qui caressait mon ventre de l’intérieur. Dur à expliquer… Encore un tas de cellules et déjà en train de manipuler son monde.

J’suis tellement perdue dans mes pensées que j’entends pas la personne qui approche derrière moi. Avant que j’relève la tête, y a un bras qui apparait devant moi pour me barrer la route. Mon cerveau fait rapido un plus un et je retiens de justesse un juron entre mes lèvres pincées. J’peux pas m’échapper là, j’ai merdé. J’ai réussi à l’éviter jusqu’ici, mais là j’ai fait une erreur… Doucement il se presse contre moi et ça m’agace trop de trouver ça agréable, de le retrouver. J’veux pas le retrouver… J’veux l’utiliser. Il m’enlace dans une étreinte qui me donne l’impression qu’il pourrait me broyer entre ses bras, mais qui est très douce à la fois. Ça sert à rien que j’essaie de le repousser, j’ai plus de chance de mourir étouffée.

J’me mords l’intérieur de la joue quand il me coince contre le métal froid du wagon derrière nous, resserrant nos corps l’un contre l’autre. J’sais pas comment il fait pour déclencher autant de bordel dans ma tête et je déteste ça. Je déteste le fait que j’me sens bien enveloppée de ses bras, bien de ce contact de son front contre le mien, de son souffle qui se mélange au mien. Y a un truc que j’veux tuer dans l’œuf. J’veux pas avoir besoin de lui, j’veux que lui puisse pas se passer d’moi. J’veux garder mon sang-froid et le manipuler, l’utiliser jusqu’à l’usure. Pas d’attachement, juste de l’affection comme je pourrais en avoir pour mon couteau préféré quoi…

Ça doit être les hormones. Forcément. La partie primitive de mon cerveau qui se dit que puisque je suis enceinte, j’ai besoin de quelqu’un pour m’aider, pour me protéger, pour prendre soin de moi. Ouais voilà, faut juste que je déjoue ma matière grise.

Je réprime mes envies, j’tiens bon. Je vais pas m’abandonner dans ses bras, me lover contre lui, dans sa chaleur et son odeur. J’reste bien droite et j’flanche pas. J’emmerde ma cervelle hormonale.

- Faut croire que si. Que j’lui réponds avec affront, les yeux plantés dans les siens.

En même temps, ça commençait un peu à me gaver. Tôt ou tard, il allait falloir que j’arrête mon cirque, ça devenait trop chiant. Visiblement, c’était aujourd’hui qu’il fallait que j’arrête de bouder. Il se presse un peu plus contre moi et j’sens bien que mon bide arrondi fait un peu barrière. J’retiens un ptit sourire, j’suis à la fois amusée de sentir mon ventre comme ça se mettre en nous deux et j’suis à la fois ravie de me retrouver si collée à lui, même si j’veux pas l’admettre. Mon corps me trahit petit à petit. Mon cœur bat un peu plus fort et je tente pas de le repousser. Mes iris noisette ne cherchent pas à le fuir, bien au contraire, et mon air renfrogner commence doucement à s’adoucir. Faut juste que je fasse gaffe, oui, voilà. Je profite, mais j’fais gaffe à pas me laisser prendre à mon propre jeu. C’est tout.

J’sens qu’il retire son bras pour aller fouiller dans sa poche et mes yeux se posent immédiatement sur le truc brillant qu’il en sort. J’suis un peu comme une pie moi, j’aime les jolis trucs qui brillent. Mon ptit côté vaniteux sans aucun doute. J’arque un sourcil tandis qu’il me passe la fine chaine dorée au cou. Faut que je vois ça comme une laisse, une médaille pour dire que j’suis à lui ? Il se met le doigt dans l’œil jusqu’au coude si c’est ça son but. J’ai presque envie de lui rire au nez. D’un autre côté, s’il en est à m’faire des cadeaux pour s’assurer qu’il garde une place auprès de moi, ça me plait bien en fait.

Du bout des doigts, j’viens me saisir de la pierre qui pend au bout de cette chaine. C’est joli. Un saphir. Ça devait valoir cher dans le temps.

- Peur ? Je rigole un peu, les yeux pourtant toujours fixés sur la belle pierre bleue. Je boudais. Ouais, je boudais mon avortement raté, ma grossesse forcée, le responsable de tout ça…

Je relève les cils pour venir plonger mes grandes prunelles dans les siennes.

- Alors ? Tu fais de jolis cadeaux comme ça à tous tes plans cul ?Ta moche faiblarde elle y a eu droit aussi ? J’me moque ouvertement, j’veux le piquer parce que j’lui en veux toujours même si j’accepte de nouveau cette proximité délicieuse. J’sais pas s’il va faire le lien avec Mal, j’suis persuadée qu’il s’est passé un truc entre eux. Suffit de voir comment elle l’a mentionné durant notre consultation… Il en a peut-être plein d’autres des comme elle. Beurk. Tu les aimes aux couches en plus ! Elle avait l’air d’une gosse rachitique. J’sais pas si je devais être offusquée qu’il me tourne autour aussi.

Je lâche finalement la pierre qui retombe au creux de mon décolleté, enfin si j’avais pas un gros pull vu le froid de canard de l’automne.

- Je t’imagine mal faire du shopping chez les bijoutiers. Que je rajoute faussement pensive. Tu te donnes la peine que pour celle que tu fous en cloque, j’imagine… J’suis curieuse de savoir où il a trouvé ça, de savoir ce qu’il me veut avec ça. Sauf que j’avoue, j’aime beaucoup, c’est un beau bijou.



Are you deranged like me ?
Revenir en haut Aller en bas  
Tyler J. Keenan
Tyler J. Keenan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Devil's Rejects
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 130
Sujet: Re: When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 -   Mar 10 Nov 2020 - 1:07

When The World Explodes -- I'm right here. When the world explodes try to remember these words.In the darkest of nights you are my endless fire inside. Across the waters and back to shore. Find the stream that leads to open water. Watch the divine. Come lay with me.

A peine à son contact, je sens déjà qu'elle résiste. Il y a comme une lutte dans son comportement alors qu'il est juste évident que ça la fait chier que j'ai réussi à la coincer. Elle ne pensait pas, Bilie, qu'on se retrouverait dans cette situation tous les deux. Moi non plus d'ailleurs lorsque que le pacte a été sceller dans la chair et qu'elle en porte maintenant la marque en permanence. Destin qui a forcé la main, tracé une route que je me serais pourtant fort probablement laissé aller à emprunter sans ce dégât collatéral. Jamais, je n'aurais pensé sentir quelque chose se réveiller au fond de moi à l'idée de pouvoir engendrer une délicieuse ignominie à notre image. Mais, ça se dessine clairement l'envie de façonner avec elle un être qui pourra marcher dans nos pas. Destin funeste dont je trace les contours pour un être qui n'aura pas le droit de connaître la compassion envers les autres. Et comme je lui ai promis, si c'est réellement insurmontable alors je jouirai de la puissance de savoir que cette vie ne dépend que de mon bon vouloir. Mienne. La question de de savoir si elle va continuer son petit jeu bien longtemps est posée.

Faut croire que si. 

Ma langue vient claquer contre mes dents, alors que je secoue la tête. Elle oublie probablement que si je veux trouver un moyen réel pour qu'elle ne puisse pas me fuir, j'ai une foule de plans macabres en tête pour parvenir à mes fins. Elle peut simplement saluer l'idée au fond de ma tête que je voudrais encore plus parvenir à lui faire accepter l'évidence. Que le trône est taillé pour nous deux. Lui laisser croire qu'elle a le choix, qu'elle a encore un peu de pouvoir alors que si en fait elle prend le mauvais choix, elle en payera les conséquences. Lueur qui danse dans le turquoise et la défie en retour. Je ne m'énerve pas. Hors de question que je lui donne cette satisfaction. Je me satisfais aussi de constater que malgré ses paroles son corps semble dire tout l'inverse. Que pas un seul instant elle ne me repousse. Alors, c'est le bon moment pour lui offrir le cadeau que j'ai pour elle. Pas un moyen de l'acheter, non. Je ne m'abaisse pas à ce genre de conneries. Je sais simplement qu'elle aime ce qui est beau. Que ça pourrait lui plaire, alors l'évidence c'est que ça lui revient. Mon regard se perd sur ses doigts qui viennent saisir la pierre.

Peur ? Je boudais.

Je me laisse aller à un petit rire rauque tout en baissant la tête que je secoue lentement avant de révéler vers elle un air désapprobateur. Les regards se retrouvent et ne se lâchent plus.

Alors ? Tu fais de jolis cadeaux comme ça à tous tes plans cul ?Ta moche faiblarde elle y a eu droit aussi ?  Tu les aimes aux couches en plus !

Je relève un sourcil en penchant la tête sur le côté. Pas besoin de faire un plus un pour savoir qu'elle parle de Mal. Le mystère reste à savoir comment elle est au courant. La blonde a disparu de la circulation, personne n'était réellement au courant de notre relation. En dehors de Nina peut-être, mais je ne vois pas quel intérêt elle aurait à en parler à Billie. Et sur le fond j'en ai pas grand-chose à foutre que Billie soit au courant. J'ai rien à cacher, on n'a jamais parler d'exclusivité elle et moi. Je ne pense pas que ce soit notre genre à tous les deux et puis surtout elle aurait l'air bien con a y prétendre quand elle me fuit comme la peste et que notre relation ne convient à aucune case prédéfinie. Non c'est autre chose qui m'inquiète.

Je t’imagine mal faire du shopping chez les bijoutiers.Tu te donnes la peine que pour celle que tu fous en cloque, j’imagine…

Je me laisse aller à rire à nouveau alors que ma main vient se serrer fermement autour de son poignet. Un peu trop fort probablement. Mon visage s'approche du sien et je réponds avant tout à ce qui m'intéresse le plus.

Tu parles de Mal. J'ai rien à justifier quant à elle...Mais si ça peut te rassurer vu que tu sembles puer la jalousie malgré toi, non elle n'a pas reçu de cadeau elle. Je pensais quand je l'ai rencontrée qu'il y avait le feu en elle, du potentiel. Il s'avère qu'elle n'était pas du tout à la hauteur pour assumer quelqu'un comme moi. La pauvre petite a pris ses jambes à son cou.

Je lui adresse un regard blasé avant de continuer pour en venir au fait. Ma main relâche l'étreinte sur son poignet et vient se poser avec une délicatesse totalement contradictoire contre sa joue.

Elle est pas net du tout !

C'est littéralement l’hôpital qui se fou de la charité.

Tu l'as rencontrée ? T'as pas fait la connerie de lui dire pour nous deux ? Parce que elle croit qu'on a un pacte, j'ai fait ça sur le moment, mais j'en ai rien à foutre en vérité. Je ne suis pas du genre à me faire attacher par des paroles quand les actes n'ont pas suivi. Billie, tu dois faire attention. Je ne sais pas de quoi elle est capable. Si elle touche ne serait ce que a un de tes cheveux, je me ferai un plaisir de répandre ses tripes partout sur les murs.

Je hausse les épaules affichant un air froid, déterminé et pragmatique. Billie et Mal ne jouent pas dans la même coure, c'est une évidence pour moi, mais il serait stupide de ne pas se méfier de l'eau qui dort. Surtout quand Billie n'est pas au fort de ses capacités. Ma main quitte sa joue. Il va falloir que je surveille ça de près et ça va de paire avec le fait que Billie ne va pas m'échapper facilement. Plus de place pour bouder. S'il le faut je me transforme en putain de garde du corps et elle n'aura plus d'autre ombre que la mienne. Je secoue la tête à nouveau et viens reposer sur elle un regard impatient et insistant pour répondre finalement au reste de ses élucubrations.

Non Billie. Pas que celles que je fous en cloque. T'es bien la première à porter un de mes rejetons et à pouvoir continuer à respirer en le faisant. Et tu me fais chier parce que je suis pas le genre de connard a rassurer la biche blessée et que t'as pas intérêt à me décevoir. Mais je crois que contrairement à Mal, le feu en toi n'est pas une illusion et c'est bien la première fois que je vois ça.

Une telle intensité, jamais j'en ai croisé la route. Jamais même pensé que je pourrais trouver le semblant d'un égal quelque part. J'y ai jamais cru avec Mal, je voulais pouvoir l'utilisée, la vidée de sa substance et si peut-être elle avait été à la hauteur d'encaisser, elle aurait pu avoir de l'intérêt. Avec Billie, c'est totalement différent. Jamais je n'ai voulu posséder quelqu'un comme j'en ressent le besoin avec elle. Parce que oui tout est une historie de possession, de contrôle. Non ? J'en viens finalement à évoquer le dernier point et je sais que je n'ai pas besoin de faire attention à mettre un filtre sur mes paroles, elle connaît mon passé, mes penchants.

Et non je ne fais pas les bijouteries.

Ma main se lève entre nous comme pour dessiner dans les airs un canevas à ce que je vais lui raconter.

Son prénom on s'en fout, le goût de son sang un peu moins. Il appartenait à une victime comme une autre. J'ai pris ce que je voulais prendre et je lui ai tellement cassé les pattes arrières et rongé les tripes que la pauvre n'aurait plus jamais été capable de marcher. Alors, qu'est ce qu'on fait Bilie avec le bétail blessé ?

Un fin sourire se dessine sur mes lèvres. Pas besoin d'explications supplémentaires, elle comprend très bien où je veux en venir. Ma main vient glisser autour du pendentif que je caresse avec une douceur presque nostalgique avant de replonger le turquoise dans le noisette.

Il te plaît au moins ?






    Follow me through this forsaken land. -Because I feel numb. For the vision burning before me is one of former glory. An icon cast in the light of freer times, now writhes in a bed of lies...Hope doesn't live here.
Revenir en haut Aller en bas  
Billie Dean
Billie Dean
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Bras droit | The Devil's Rejects
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 320
Sujet: Re: When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 -   Mer 11 Nov 2020 - 20:30

Il ne m’interrompt pas et me laisse déblatérer toute seule, j’aurais presque préféré qu’il s’offusque en fait, qu’il me rétorque quelque chose, me coupe la parole ou aller savoir quoi. Sauf qu’il se contente de rester calme, il rigole, arque un sourcil, prend un air désapprobateur et ne se fâche pas, pour ensuite rigoler à nouveau et se saisir de mon poignet avec beaucoup trop de force. J’réprime un petit couinement, mais je ne me débats pas. J’crois qu’au fond, je déteste pas qu’on sache réellement me tenir tête pour une fois, qu’on me ramène un peu à l’ordre malgré moi. Il est en fait l’seul a qui j’autorise tout ça en dehors de ma moitié. C’est évidemment pas pareil avec Sam, mais d’ordinaire quand on s’en prend à moi ou qu’on essaie d’avoir le dessus sur moi, on finit avec une lame sur la gorge et plus que quelques secondes à vivre.

J’ai un sourire en coin tout à fait détestable sur la gueule quand il reconnait de qui je parle. ‘’Mal’’, quel nom de merde. C’est genre la emo au fond de la classe qui veut se donner un genre. ‘’J’suis méchante et sombre’’… Quelle connerie. En tout cas, c’est comme ça que je l’ai pris en la rencontrant, si ça se trouve elle a un nom de première de classe comme Malaurie ou Malika. Par contre, j’explose de rire quand Tyler me dit que je pue la jalousie. Il relâche par la même occasion mon poignet endolori et vient caresser ma joue avec douceur.

- Jalouse ? Franchement, tu y crois ? On est pas du tout dans la même ligue elle et moi, sur tout en fait. Elle est moche, anorexique, faible d’esprit et de conviction, complètement parano pour rien et si tristounette de plus avoir d’amis.  Pathétique en gros. Et pas ‘’net’’. Ça m’arrache un nouveau sourire. C’est qu’une pauvre gamine désœuvrée. Aussi fragile que du verre.

Ça semble plus fort que lui de me question sur elle, savoir où je l’ai vu, ce que je lui ai dit ou non et ça m’amuse beaucoup.

- Oh Tyler… Mes mains glissent sur son torse et viennent se poser à son cou. On s’inquiète ? Je me moque un peu, mais au fond j’aime bien qu’il s’inquiète, ça me donne un certain pouvoir sur lui et j’en suis ravie. Tu me connais un peu quand même depuis le temps. Un cure-dent pareil j’la bouffe au petit-déj. Je rigole doucement. Même enceinte j’la plierais en deux et c’est pas moi qui suis la plus forte. Un coup de vent et elle s’envole cette pauvre fille. Je l’ai vu qu’une fois à mon cabinet, elle était venue pour une consultation. J’vais peut-être lui demander de développer à ton sujet tiens… Elle semblait si attristée de t’avoir ‘’déçue’’. Tu veux que j’lui donne des trucs et des conseils pour qu’elle te plaise à nouveau, ton sac d’os ? Pour respecter votre petit pacte de gamins ?

J’ai presque envie de tiller l’autre idiote juste pour voir si ma bête s’en prendrait réellement à elle. Si ce n’est pas que des paroles en l’air pour me flatter.

Étrangement, j’suis assez enchantée à l’idée qu’il n’y ait pas d’autres nanas dans l’coin que Tyler ait foutu enceinte comme moi. Si j’suis coincé avec ce parasite, le géniteur est mieux d’être aussi coincé que moi. Je ne tolèrerai pas qu’il s’occupe de d’autres que moi.

- Tout le monde te déçoit visiblement… Et si c’est toi qui me décevais ? On pouvait jouer à ce petit jeu tous les deux non ? Il avait de la chance d’être utile, mais le jour où il deviendrait un poids mort, fallait pas se voiler la face sur son sort le moment venu.

Je retire finalement mes bras toujours accrochés à son cou, le boisé de mes prunelles ne quittant pas la glace des siennes. L’espace d’un court instant, j’sens mon parasite bouger dans mon bide et j’me surprends à me demander à quoi ce gosse ressemblera. S’il aura nos tares psychologiques, parce qu’on en a pas mal, c’est même pas une question… Est-ce que je voudrai me donner la peine de le garder ? De l’élever ? Est-ce que je saurais lui inculquer comment se jouer des autres ? Comment le reste du monde n’est là que pour être utilisé ?

Je reviens vite sur terre, tandis que Tyler répond à mes autres questions. Il a rien oublié, comme s’il en avait fait une liste mentale et ça me fait sourire à nouveau. Sourire que je tente d’ailleurs de plus en plus de réprimer tant il grandit, vu ce que me raconte le Taxi Killer. Je comprends doucement ce que j’ai autour du cou et franchement, j’crois qu’aucun cadeau ne m’a jamais autant plus désormais. J’ai ni plus, ni moins qu’un trophée autour du cou. J’ai les yeux pétillants, la mauvaise humeur est définitivement bien loin, j’suis tellement ravie c’est juste indescriptible. Si le monde était pas devenu ce qu’il était, j’me serais jamais retrouvé dans cette position, dans cette situation. J’ai toujours eu une passion pour l’Esprit humain, plus spécialement celui des tueurs en séries ; toutes leurs habitudes, leurs Motu opérande, les trophées, l’histoire, les causes, la famille, etc. Je les étudiais dès mon plus jeune âge, fasciner par les documentaires et les livres sur leur vie, sur le profiling, sur l’attrait culturel qu’ils avaient.

Et là… Cinq ans après la fin du monde moderne, après que j’ai découvert la partie la plus sombre de moi-même, que je prenne plaisir à laisser celle-ci guider ma vie, de passer à l’acte dans ce monde sans lois ni conséquences… J’me retrouve au creux des bras d’un sérial Killer qui m’offre de ses trophées morbides pour me faire plaisir.

- Oui. Beaucoup. Que je souffle avant de l’attraper par la barbe du menton et de tirer pour qu’il se baisse à ma hauteur, afin de m’emparer de ses lèvres qui me tentent depuis de bien longues minutes maintenant.

Ma main lâche sa barbe et sa jumelle et elle viennent doucement attraper le visage de Tyler pour l’empêcher de s’écarter. Un baiser avide qui traduit bien mon enthousiasme et peut-être même un peu plus de ce j’veux pas admettre. J’finis pourtant par me détacher, presque à contrecœur, parce que ma curiosité emporte le meilleur de moi-même.

- T’en a beaucoup des trophées du genre ? Que je demande malicieuse. Des récents peut-être même ?



Are you deranged like me ?
Revenir en haut Aller en bas  
Tyler J. Keenan
Tyler J. Keenan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Devil's Rejects
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 130
Sujet: Re: When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 -   Dim 15 Nov 2020 - 2:50

When The World Explodes -- I'm right here. When the world explodes try to remember these words.In the darkest of nights you are my endless fire inside. Across the waters and back to shore. Find the stream that leads to open water. Watch the divine. Come lay with me.

Jalouse ? Franchement, tu y crois ? C’est qu’une pauvre gamine désœuvrée. Aussi fragile que du verre.

J'affiche un air faussement mitigé en levant une main une l'air. L'air de vouloir lui accorder qu'elle ne l'est pas alors que ses commentaires semblent prouver tout le contraire. Ça l'interpellait de savoir si je fréquente encore la blonde, persuadé qu'elle aimerait même savoir si je fréquente n'importe qui d'autres qu'elle. Il est totalement exclu que je lui fasse le plaisir d'admettre que pour le moment non, je ne vois personne d'autres. Après, ce n'est pas à prendre pour agent comptant. Aujourd'hui, demain, allons savoir. Ça dépend pas mal d'elle aussi et des efforts qu'elle pourra fournir pour que je ne vienne pas à m'égarer. Si c'est ce qu'elle souhaite. Trop flou tout ça pour s'attarder à y réfléchir ou même à en discuter. Le plus important c'est de plus faire part de mes inquiétudes. Même si Mal est fragile, elle pourrait tout de même représenter danger si elle venait à apprendre pour nous. A apprendre que le pacte entre elle et moi ne tiens plus du tout.

Oh Tyler… On s’inquiète ? Tu me connais un peu quand même depuis le temps. Un cure-dent pareil j’la bouffe au petit-déj. 

Je relève le menton, l’air provocateur. Ses mains qui glissent sur mon cou alors que le turquoise ne se détourne pas un seul instant du noisette.

Je l’ai vu qu’une fois à mon cabinet, elle était venue pour une consultation. J’vais peut-être lui demander de développer à ton sujet tiens… Elle semblait si attristée de t’avoir ‘’déçue’’. Tu veux que j’lui donne des trucs et des conseils pour qu’elle te plaise à nouveau, ton sac d’os ? Pour respecter votre petit pacte de gamins ?

Et c'est tellement gros que je me laisse aller à rire. Ma main vient glisser dans ses cheveux dégageant sa nuque et son épaule. Je me penche vers l'avant pour venir enfouir mon visage contre sa peau. Respirant son parfum a plein poumon, comme je le fais toujours. Mes lèvres qui caressent sa peau pour remonter à son oreille.

Je ne te sous estime pas. T'es juste pas au top de ta forme, tu devrais être prudente.

Ma main glisse sur son ventre arrondis avant de venir s'accrocher sur le haut de sa hanche.

Et si je ne m'inquiétais pas, c'est là que tu déchanterais. Mais ouais, vas y explique seulement à la gamine comment tu fais, on verra bien qui gagne à la fin. Questionne là si ça te fait plaisir, je ne pense pas que t'apprendra quoi que ce soit que tu ne peux pas savoir en me le demandant directement.

En réalité on ne peut pas parler d'attachement ou de ce genre de concept banal pour ce qu'elle déclenche en moi. Non il s'agit plutôt tout simplement de désir de possession maladif. Serrant les dents, parce que je ne veux pas concevoir que sa vie dépende de quelqu'un d'autres que moi. Et quand j' y pense la pulsion est là, de remédier à ce problème en faisant craquer cette nuque entre mes doigts. Ajouté quelque chose à ma collection de trophées, ses jolies boucles rousses par exemple. Je me recule et m'éloigne de l'objet de ma tentation, cette nuque fragile. Regard qui glisse sur cette peau qu'il serait probablement si dommage de laisser tourner au bleu. On a encore du chemin devant nous, des choses à accomplir. J'en suis convaincu et c'est ce qui me retient pour le moment de céder aux appels primaires.

Tout le monde te déçoit visiblement… Et si c’est toi qui me décevais ? 

Le regard se fait insistant, un fin sourire qui se dessine sur mes lèvres avant de changer de visage en un instant, plus cruel, plus déterminé. Mon corps qui se rapproche du sien et le visage tout proche.

C'est pas facile d'être à la hauteur avec moi tu sais. J'ai des besoins et des délires...particuliers. Je doute être du genre à te décevoir...mais pour en être certain tu pourrais exposer tes attentes plutôt que de continuer à fuir. On ne peut décevoir que lorsqu'il y a des attentes...Et moi je pensais que t'attendais que ça que d'aller te perdre chez le voisin. Moi ou un autre après tout.

Prise au piège de son propre jeu? Un petit peu ouais. Je me doute bien qu'elle n'est pas du genre à m'exposer ce qu'elle attend de moi, faudrait qu'elle baisse sa garde pour ça. Qu'elle reconnaisse qu'il y a cette alchimie unique entre nous et que pour elle aussi ça devient fort difficile de lutter contre. Est-ce que ça a du sens ? J'en ai pas grand-chose à foutre. Je suis juste convaincu que le jeu est dangereux des deux côtés. Ravi d'avoir trouvé enfin une adversaire à ma hauteur. Et pour parler de tout l'opposé d'une déception, je vois bien ce qui se dessine sur son visage quand je lui raconte l'histoire du collier. Lèvres qui s'étirent, regard qui pétille. J'ai rarement trouvé si bon public pour ce genre d'histoire et ça tombe bien pour elle parce que j'en ai paquet des histoires savoureuses dans ce genre. Mon passé en regorge et je me ferai un plaisir non dissimulé de la ravir. Et c'est presque un signe de fierté qui pointe dans mon regard quand elle reconnait aimer le cadeau. J'ai donc visé juste. Je me laisse tirer vers elle et concède à ce baiser empli de tension. Ses lèvres qui rencontrent les miennes et l'envie de lui faire mal qui pointe encore dans le bas du ventre. Un baiser qui semble indiquer tout sauf de la déception quand elle s'accroche à mon visage et que entre nos lèvres, je laisse échapper un souffle rauque.

T’en a beaucoup des trophées du genre ?  Des récents peut-être même ?

Je la regarde d'un air suspicieux. Il est évident que je pèse le pour et le contre. Je ne le cache pas. Ma main remonte le long de son bras, le temps que je me décide. Je n'ai jamais montré ma collection à qui que ce soit. La brune qui a tenté de forcer la chaîne a manqué ne pas en sortir vivante. J'aime garder ça pour moi. Mon rituel de m'y retrouver seul pour me ressourcer. Caresser les objets en laissant venir les souvenirs de destruction. Parfois même m'égarer à des plaisirs solitaires en repensant à certains de ces moments d'agonies délicieuses de mes victimes. Si je le montre à Bille, ce ne sera plus mon endroit, mais le nôtre. Je ne suis pas convaincu. Je penche la tête sur le côté. En même temps ce serait une bonne façon de lui montrer la place qu'elle prend dans mon univers. Mère de mon enfant et terrifiante obsession. Ok, c'est bon. Je me suis décidé. Je me redresse et fait un pas en arrière.

Oui j'en ai beaucoup. Des récents plus que des anciens. Ceux qui m'ont mené en prison doivent se trouver comme pièces à convictions au fond des tiroirs d'un bureau fédéral.

Je laisse volontairement planer un moment de silence, me détachant encore un peu plus d'elle. Comme si je m'apprêtais à sonner la fin de cet échange. Pourtant, je suis déjà gagné par l'idée qu'elle seule pourrait apprécier cette collection à sa juste valeur. Je relève les yeux vers elle.

Tu voudrais que je te montre Billie ?

Si elle accepte, nous devrons marcher un peu pour accéder à la maison que je me suis appropriée. Je pourrais envisager de lui bander les yeux pour qu'elle ne puisse pas retrouver l'endroit par la suite. Je ne le ferai pas, je suis certain que cela lui gâcherait le plaisir de pouvoir fouiller dans cette partie sordide et délicieuse de ma vie. Je relève un sourcil tout en la regardant et tends une main vers elle.



    Follow me through this forsaken land. -Because I feel numb. For the vision burning before me is one of former glory. An icon cast in the light of freer times, now writhes in a bed of lies...Hope doesn't live here.
Revenir en haut Aller en bas  
Billie Dean
Billie Dean
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Bras droit | The Devil's Rejects
Modératrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 320
Sujet: Re: When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 -   Lun 23 Nov 2020 - 21:17

Je retiens un frisson quand il dégage mes cheveux et que l’air froid d’automne atteint la peau de mon coup. Bien toutefois, il vient s’y perdre et je profite des baisers qu’il pose à ma nuque, avant de venir me chuchoter des conneries à l’oreille. J’suis pas au meilleur de ma forme ?! J’me mords l’intérieur de la joue avec force quand il passe sa main sur mon ventre… J’suis agacée, mais j’dis rien. Franchement, j’ai pas envie de me lancer dans ce débat. J’veux juste le piquer et ça fonctionne pas, il est pas joueur du tout comme d’hab, sans grande surprise. Je sais pourtant, mais je tente toujours pour me distraire. Même quand je le provoque avec sa p’tite conquête parano là. Pas que j’en aie quelque chose à foutre qu’il aille voir ailleurs, mais il pourrait être un peu plus regardant sur la qualité quoi. J’suis limite un peu insultée.

Puis qui gagne à la fin, entre elle et moi, ah ! Il tente l’humour visiblement, alors qu’il sait très bien qu’on joue pas dans la même cour Skeletor et moi. Sauf qu’une fois de plus j’réagis pas, j’lui offre le même traitement de silence et de sourires amusés. C’est mon jouet, il peut bien faire ce qu’il veut, tant qu’il revient dans mon coffre à jouets à la fin de la journée. J’avoue que si j’avais réellement de la compétition par contre, ça pourrait vraiment titiller ma jalousie et partir en couilles, mais là…

J’me contente de soupirer quand il me dit que j’ai qu’à lui demandé ce que je veux savoir et qu’il me répondra. Les gens disent jamais tout, moi la première, mais étrangement j’ai presque envie de le croire. Après tout, il est tellement du genre à se foutre de tout et tout le monde, c’est un peu un trait typique de cette tare mentale qu’est la psychopathie. Pas d’empathie, absence de remords, indifférence assez généralisée qui font qu’on ne peut pas les prendre par les sentiments… J’ai beau vouloir m’amuser à le piquer, j’y arriverai probablement jamais. J’me demande même d’où ça lui vient cette obsession pour le parasite dans mon bide, pour moi par extension, le temps que je porte ce môme… Faut que je joue mes cartes avec adresse, sinon…

Mon sourire se fait un peu plus froid, plus perfide lorsqu’il parle de ses attentes, des miennes et du voisin.

- L’un n’empêche pas l’autre. Si j’veux me perdre chez le voisin, si j’le préfère à toi, j’vais me faire un plaisir d’y aller. Mes attentes ? J’suis pas certaine encore outre le fait d’pouvoir me servir de lui comme je l’entends. De m’assurer qu’il pourra plus me tuer au bout d’un moment. Ce désir au fond d’moi qu’il me revienne toujours, qu’il puisse plus se passer d’moi. De la possessivité ? Oui, tant que ça prend pas d’autres dimensions. C’est une bête, et j’veux que ce soit la mienne. J’veux la déchainer sur ceux qui nous tiennent tête, ceux qui osent nous répondre. T’es encore ici et en vie, c'est donc que ça va pour l’instant niveau attente. Rassure-toi. Que j’ajoute effrontément. J’suis curieuse par contre concernant ses fameux besoins et délires particuliers, sauf que de lui poser des questions, ça reviendrait à accepter un truc que j’veux pas.

Alors j’me contente de lui dire que j’aime beaucoup son cadeau, j’le remercie en lui offrant un baiser tellement j’suis contente d’avoir ce bijou autour du cou. Ce que ça représente, la petite histoire qui l’accompagne et tout… Oui, plus ça va, plus il fait ressortir mon côté dérangé en fait. Un côté que je soupçonnais sans jamais en avoir réellement conscience, sans jamais vouloir laisser aller cette part plus sombre encore que le reste. Il fait ressortir le pire en moi. J’sais pas comment j’me sens par rapport à ça. Curieuse ? Excitée ? Apeurée ? Des questions pour un autre moment que celui-ci.

Je laisse donc ma curiosité parler et j’lui pose des questions sur ses possibles autres petits trophées. Tyler à l’air méfiant, mais il ne me répond pas tout de suite que c’est pas mes affaires. Sa main remonte le long de mon bras et je sens la chaleur de sa paume au travers du lainage de mon pull. Il a l’air d’hésiter avant de me répondre et ça m’amuse. L’habitude de cacher ses petits secrets sans doute. Sauf que je sais ce qu’il est et ça me fait pas un pli.

Il me dit finalement que ceux qu’il a sont plus récents, les anciens lui ayant été pris. Logique. Je m’attends à quelques histoires s’il est de bonne humeur du coup. J’aimerais bien en fait. Lui demander comment il se sent à chaque fois, ce que ça déclenche en lui, s’il va revoir ces souvenirs de temps à autre, peu importe où il les planque. J’me demande combien il en a. S’il ramène un truc chaque fois qu’il tue quelqu’un. S’il va ‘’chasser’’ régulièrement. Oh, mon esprit bouillonne et j’suis sacrément de bonne humeur pour le coup.

Par contre, c’est pas des histoires qu’il me propose… Et j’ai du mal à cacher la surprise sur mes traits. Bien du mal. C’est pas ce que je demandais, j’aurais même jamais pensé même que ça pourrait se faire. J’aime pousser les limites, mais j’aurais pas demandé ça et pourtant… Il me l’offre tout simplement. Quelques secondes de silence s’s’installent entre nous. Je… je sais pas quoi dire. Est-ce que c’est un piège ? Comment j’vais réagir en voyant sa petite collection ? J’en meurs d’envie, mais…

- Tu veux vraiment partager ça avec moi ? J’suis très consciente de ce que ça peut représenter pour un type comme lui. Après toutes mes lectures, tous mes cas d’études, tous les documentaires, tout ce qui s’est fait sur les serial killers… Je penche la tête sur le côté, essayant de réprimer le grand sourire qui me ferait mal aux joues, mais ça doit très certainement se lire dans mes yeux, à quel point j’suis ravie et mitigée par cette proposition. Oui, j’aimerais. Que j'lui répond finalement.



Are you deranged like me ?
Revenir en haut Aller en bas  
Tyler J. Keenan
Tyler J. Keenan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Devil's Rejects
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 130
Sujet: Re: When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 -   Dim 6 Déc 2020 - 19:16

When The World Explodes -- I'm right here. When the world explodes try to remember these words.In the darkest of nights you are my endless fire inside. Across the waters and back to shore. Find the stream that leads to open water. Watch the divine. Come lay with me.

L’un n’empêche pas l’autre. Si j’veux me perdre chez le voisin, si j’le préfère à toi, j’vais me faire un plaisir d’y aller.

Je hausse les épaules. Ça me semble évident qu'elle ne va pas se retenir, ce sera simplement à moi d'aviser en temps voulu. Je ne sais pas du tout ce que cela pourrait provoquer en moi, je ne suis pas du genre jaloux, mais plutôt possessif. Je serais  aussi du genre à vouloir monter la garde derrière la porte si elle se prend l'envie de se taper quelqu'un d'autre. Ou d e demander à être invité à regarder et si le connard ne se montre pas à la hauteur c'est lui qui payera. Mes rapports aux autres n'ont pas grand-chose de conventionnels ni de prévisibles alors qu'elle prenne le risque et on verra après. La seule chose qui m'importe pour le moment, c'est qu'elle me revienne toujours à la fin et tant qu'elle est enceinte de moi, j'ai une prise que personne d'autre ne peut avoir. Une place unique. Je me persuade que ce sera pareil quand le rejeton verra le jour.

 T’es encore ici et en vie, c'est donc que ça va pour l’instant niveau attente. Rassure-toi.

Je rigole doucement en penchant la tête. Quelle clémence Miss Dean. Il en va de même pour elle. Toujours en vie. Et je reste convaincu qu'à ce petit jeu elle a bien plus à perdre que moi. La vie à très certainement plus de valeur à ses yeux qu'aux miens, ne serait-ce que pour l'amour qu'elle porte à sa sœur. Alors que moi, bien souvent je me perds à envier l'au-delà. Je ne crois pas en dieu, mais j'aimerais croire aux enfers. Ce lieu tel qu'il est décrit semble absolument délicieux. Souffrances et tortures perpétuelles, orgies bestiales et chaleur étouffante. Chaos pur et liberté. Huuummm c'est terriblement séduisant. Mais, je reste persuadé que j'ai encore des choses à tirer ici, des expériences à faire et des vies à briser. Pour ce qui est d'avoir des choses à perdre, je ne crois pas que ce soit mon cas. Si j'ai un instinct de survie développé c'est uniquement pour assouvir mes besoins, profiter à ma façon et parce que ma vie vaut plus que celle de tous les autres. Sauf que maintenant, il y a Billie et l'hérité qui viennent fausser la donne, perturber le jeu. Mon regard insistant l'examine sans retenue. Billie et le sort qu'elle m'a jeté. Obsession aussi dangereuse que délicieuse.

Elle me remercie pour le cadeau par un baiser que j'accepte dans un grognement. Satisfait que le collier lui plaise. Et je pourrais m'en contenter, mais je décide de lui en offrir d'avantage. Je n'ai jamais eu l'occasion de partager les travers de mon esprit malade avec quelqu'un qui soit en mesure d'apprécier cela à sa juste valeur et ce n'est pas quelque chose de négligeable. Bien loin des médecins, avocats, flics et autre connards de la prison qui malgré leur professionnalisme n'avaient  pour seul but  que d'endormir le monstre. Ce n'est pas sans un doute que je lui propose finalement de lui montrer mes trésors et que en réponse la surprise se dessine sur son visage.

Tu veux vraiment partager ça avec moi ? 

Je hoche la tête. Si pas avec elle alors avec qui ? Personne. Je veux aussi qu'elle se rende compte un peu plus de l'ampleur de mes vices. Qu'elle sache parfaitement quel genre de serpent la couve du regard. Les risques qu'elle prend, mais aussi ceux que prennent tous les connards qui pourraient tenter de s'approcher d'elle. Au moins de cette façon, elle ne pourra pas jouer les innocentes. Elle semble tout aussi ravie qu'hésitante et si elle devait choisir de ne pas montrer son intérêt, je sais pertinemment que c'est une offre unique. Je ne le proposerais plus jamais.

Oui, j’aimerais. 

Un léger sourire sombre appairait sur mes lèvres et je m'empare de sa main, pour l'entraîner à ma suite. D'abord, jusqu'à mon wagon où je m'empare d'un sac à dos et de mes armes. J'enfile un manteau et en passe un autre autour de ses épaules. Beaucoup trop grand pour elle et je rigole doucement en la regardant avant de poser un baiser sur son front et de l'entraîner à ma suite. Le trajet dure presque une demi-heure. Je la regarde souvent pour m'assurer que tout va bien. Arrivé à destination, je désigne une petite maison, semblable a toutes les autres. Elle semble aussi abandonnée que les autres, elle ne paye pas de mine. Les fenêtres et la porte sont barricadées.

C'est ici. Il faut faire le tour par l'arrière.

Je la devance et sort un trousseau de clef de ma poche. Je n'ai pas eu de mal à le trouver dans la maison et cela faisait partie des points indispensables lors de mes recherches pour trouver le lieu idéal. J'ouvre la porte et l'invite à entrer. Il fait sombre, sale et une odeur dégueulasse de moisi couvre toute autre odeur possible. On peut voir que je passe ici régulièrement. Que j'y mange parfois, que j'y dors aussi. Le plus intéressant se trouve pourtant à la cave. Je lui prends la main et m'empare d'une lampe de poche avant de descendre les marches. Nous nous retrouvons face à une épaisse porte entravée de lourdes et épaisses chaînes cadenassées. Je marque un instant d'hésitation. Je m'apprête à partager avec ce que j'ai probablement de plus intimes. Un lieu ou personne d'autres que moi n'a l'autorisation d'entrer. Je pousse un soupir. Puisqu'on est là. J'entame d'ouvrir les cadenas et de faire glisser les chaînes qui dans un tintement métallique retombent au sol. Je suis curieux de voir ses réactions. Si elle va se montrer à la hauteur ou se défiler dès qu'elle passera la porte. Un haussement d'épaule et je pousse la porte en lui faisant signe d'attendre.

Attends ici. Je reviens.

J'entre dans la pièce et allume plusieurs bougies qui dévoilent en lueur dansante le contenu de mon antre. Sur des étagères, des bocaux en tout genre contenant diverses parties de corps humains. Certains conservé correctement et d'autres en phase avancée de putréfactions. Au milieu de la pièce deux malles qui dévoilent divers objets ayant appartenu à mes victimes. Il peut s'agir de vêtements, lingerie, bijoux, armes, photographies et autres bien aussi utiles que l'inverse. Les armes sont attachées au mur, cadenassées elles aussi. Sur une table divers ustensiles en tout genre pour lesquels il est mieux parfois de ne pas comprendre l'utilité. Et le plus surprenant peut-être c'est ce mouvement qu'on perçoit à peine dans un coin de la pièce. Un souffle rauque, brisé et entravé. Un léger bruit de chaîne lorsque j'approche et du bout du pied j'écarte une gamelle qui semble contenir ce qui s'apparente à de la bouffe pour chat. J'allume quelques autres bougies qui dévoilent ce coin de la pièce. Attachée au mur se trouve une femme au corps décharné, abîmé, signes évidents des nombreuses tortures infligées par ma main. Elle n'a plus grand-chose d'humain, se vie ne tient plus qu'à un fil et je m'en approche pour m'assurer qu'elle n'est pas encore transformée. Le pouls très faible bas sous mon index et je hoche la tête. Bien. Je m'approche d'elle et de la puanteur qu'elle dégage en murmurant.

On va être bien sage, on a de la visite.

Pour seule réponse un gémissement à peine audible. Même plus la force de relever la tête ou d'ouvrir les yeux. Je reviens à la porte et pose les yeux sur Billie. Elle s'apprête à passer un test, celui de voir ce que je pourrais faire d'elle si je le voulais. Celui de voir mes biens les plus précieux et je jubile de voir comment elle va assumer tout ça. Je m'écarte pour la laisser passer devant moi en déclarant.

Après toi Princesse.

Ma main se pose au creux de son dos pour accompagner son mouvement et d'un geste du pied, je ferme la porte derrière nous.



    Follow me through this forsaken land. -Because I feel numb. For the vision burning before me is one of former glory. An icon cast in the light of freer times, now writhes in a bed of lies...Hope doesn't live here.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 -   
Revenir en haut Aller en bas  
- When The World Explodes Ft Billie - Warning violence +18 - -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: