The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment :
Soldes Converse : -50% de réduction sur une ...
Voir le deal

One foot in front of the other
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
Invité
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: One foot in front of the other   Lun 26 Oct 2020 - 20:21
Mal en était certaine à présent, l'inconnue ne l'aiderait pas pour Bill mais ce n'était pas grave, la vengeance était un plat qui se mangeait froid et parfois même glacial. Elle avait tout son temps, cela prendrait peut-être des années mais elle l'aurait un jour, elle se le jura.

La femme confirma ce qu'elle savait déjà: aucun endroit n'était préservé des dangers et cette honnêteté la rassura mais ce qui fit tressaillir quelque chose au fond de ses tripes fut la deuxième phrase: elle venait d'un camp protégé.
Mal n'était pas sans savoir qu'il en existait un à Seattle, elle se rappelait le mal de chien qu'elle avait eu à retrouver Joséphine et fut à deux doigts de penser que c'était de celui-là dont elle parlait. Pourtant, quand elle lui dit qu'il était très différent, elle hésita. Y en avait-il un autre ? Encore plus secret ? Encore plus protégé où l'on ne passait pas son temps à faire pousser des légumes ?

Cela titilla sa curiosité car ces quelques mots firent ressurgir en elle des images à peine enterrées: l'Arène de Detroit, ultra protégée et ultra différente. Existait-il dans les environs quelque chose qui ressemblerait de près ou de loin à ce qu'elle avait tant chéri ?
D'instinct son corps se détendit et ses yeux se mirent à pétiller. Etait-ce son changement d'attitude qui avaient poussé l'inconnue à lui proposer de la suivre dans cet endroit secret ?
Mal n'en savait rien mais une chose était sûre, à l'Arène ils prospectaient de la même manière pour trouver de nouvelles personnes; preuve en était des acolytes planqués dans un coin dont un luttait avec un mangeur d'homme. Mal avait bien vu le regard de Evemade se tourner discrètement dans cette direction; elle n'était pas seule, elle avait des arrières et c'était normal, presque rassurant.

Tu peux me redire ton prénom lentement ?
Demanda t-elle tout en réfléchissant à tout ce qu'elle venait d'entendre.
Si elle devait accepter de la suivre, autant qu'elle sache dès maintenant articuler son patronyme correctement.
Une maison... Une autre vie... Très différente... chez des gens apparemment tous soudés, au moins pour une même cause, comme là-bas... C'était plus que tentant. Ce ne serait pas une fuite mais un choix...
Les consignes à respecter ne la firent pas frémir. Mal savait en son for intérieur qu'elle avait besoin de telles choses pour la tenir debout, pour lui éviter de partir tous azimuts comme un cheval fou. N'avait-elle pas été une des responsables de la discipline à l'Arène ? N'avait-elle pas servi César avec une loyauté sans borne ?

La jeune fille esquissa l'ombre d'un sourire à la vue de la bouteille d'eau. C'était incroyable comme tout le monde lui proposait la même chose depuis l'incendie. La bouteille de la psy était encore dans son sac à dos, à peine entamée.
Pourtant, elle l'a prit et bu une gorgée en signe d'apaisement.
D'apaisement, vraiment ? N'était-ce pas plutôt pour montrer une forme de coopération ? Ou mieux encore, une nouveau pacte qui allait se sceller ?

Pourtant, en refermant le bouchon, le visage de Mal s'assombrit.
C'était bien beau tout ça mais cela devait avoir un prix. En admettant qu'elle dise ok, que lui demanderait-on ? Le contenu de son sac à dos serait-il suffisant ? N'allait-on pas purement et simplement la voler ?
La paranoïa de la jeune fille s'éveillait tandis que ses yeux se plissaient de suspicion.
Eve-Madeleine était un appât et ses allures angéliques cachaient un plan démoniaque.
Ils devaient savoir qu'elle avait une bouteille de whisky 12 ans d'âge, des paquets de clopes, des médocs, quelques petits sachets de coke et des morceaux de shits puisqu'elle avait vidé les rayonnages des bénefs de la taverne avant de partir. Ce qu'elle possédait valait un prix d'or au troc et Eve-madeleine était là pour l'en déposséder avant de filer à l'anglaise !

Non, non, non
, dit-elle soudain très froide, tu ne pars pas maintenant pour revenir plus tard, trop facile ! Dis-moi d'abord combien ça coûte de te suivre, j'imagine que ça doit pas être gratos pour mes beaux yeux parce que ça non plus ça n'existe pas alors explique le fond de ta pensée et n'essaye pas de me blouser sinon...
Elle n'avait pas besoin de finir sa phrase, n'importe qui pouvait le faire aisément en voyant son regard plus dur et plus acéré qu'une lame d'acier.
Mal en avait trop bavé pour ne pas se méfier.
Revenir en haut Aller en bas  
Eve-Madeleine Bethany
Eve-Madeleine Bethany
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 312
Sujet: Re: One foot in front of the other   Dim 1 Nov 2020 - 18:17
- Eve-Madeleine, ai-je répété, tu peux m’appeler Eve.

C’est souvent ce que choisisse les autres en tout cas. Néanmoins, la considération de mon prénom s’éloigne alors que la jeune femme semble se braquer soudainement. Son visage s’assombrit, elle se méfie, menace même et… que faire, sinon comprendre ? Si un homme a véritablement abusé d’elle, la défiance doit être inscrite en elle comme moyen de préservation. Luke se rapproche justement, me demande si tout va bien ; je lui adresse un signe de la main, et un bref sourire, pour lui demande de ne pas s’interposer. Je gère.

- Ça ne coûte rien, sinon d’accepter de me faire confiance, commencé-je lentement, notre communauté est… un peu comme l’arche de Noé, tu vois ? Un navire pour braver les flots de l’apocalypse, sauf que les torrents de pluie ont été remplacés par des marées de morts-vivants, il faudrait que tu me confies tes armes et tes affaires le temps qu’on arrive. Une fois là-bas… on t’assignera une habitation, temporaire ou permanente, tu pourras prendre tes marques et… tu devras rencontre notre dirigeante, ma tête toute entière opine pour accompagner un battement de cils bienveillant, pendant quelques temps, tu ne pourras pas être armée mais… ne t’en fais pas, il ne t’arrivera rien. Tout est bien organisé.

Est-ce que j’oublie quelque chose ? Je ne crois pas… tout est là, dans les grandes lignes en tout cas. Ai-je convaincu mon interlocutrice ? Pas forcément. De nos jours, les mots ne valent plus grand-chose, malheureusement. Mais si Mal ne veut pas me laisser repartir et revenir, alors je n’aurais pas grand-chose de mieux à lui proposer pour prouver ma bonne foi.

- On veut juste sauver un maximum de personne de… de tout ce qui peut faire du mal.

Les charognes, les vivants, la fin, le froid, la maladie. J’ai connu tout ça avant de rencontrer des gens de Fort Ward et je pense que sans Mary-Ann, et sans la bonté du Seigneur, je n’aurais pas survécu. Si j’ai la chance d’être encore ici aujourd’hui, c’est pour tendre la main aux âmes égarées comme celle de Mal – je ne vois pas qu’elle serait le plan divin sinon.

- Qu’est-ce que tu en dis ?


« A candle in darkness »
Are we not wise enough to give all we are ? Surely we're bright enough to outshine the stars ♪ Human kind gets so lost finding its way ♪ We have a chance to make a difference 'till our dying day.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
Invité
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: One foot in front of the other   Lun 2 Nov 2020 - 19:16
L'homme qui faisait le guet s'était légèrement rapproché et Mal se redressa, tendue comme un arc, arme en main, prête à en découdre ou du moins à essayer mais Eve avait fait un signe et le garde du corps s'était à nouveau enfoncé dans la pénombre.
Il étaient au moins deux. Logiquement, s'ils avaient voulu la détrousser, ils l'auraient fait depuis longtemps d'autant qu'elle n'était plus apte à se battre avec ardeur et s'ils lui avaient voulu du mal, ils lui auraient ouvert les entrailles depuis belle lurette sans avoir à promettre de l'emmener dans un lieu sécurisé.

Le jeune fille scruta le visage de l'inconnue. Il était resté aussi doux qu'à son arrivée devant elle et c'est sur un ton serein qu'elle annonça juste demander qu'elle lui fasse confiance.
Mal réfléchit. Le deal était énorme; en serait-elle capable ?
Au final, elle aurait mille fois préféré que la femme lui demande l'entier contenue de son sac en échange plutôt que « ça », à elle qui doutait de tout le monde et qui ne croyait plus en la bonté gratuite.

Pourtant, elle ne faisait aucun geste pour s'en aller, de même qu'elle n'avait pas encore chasser l'intruse; au contraire, elle écoutait les explications avec attention tiquant tout de même sur le fait de confier ses armes à de parfaits inconnus.
La proposition était d'autant plus alléchante qu'elle se sentait épuisée physiquement et moralement avec l'intime conviction que son avenir au NML était complètement bouché, du moins pour le moment.

En fait, tu me propose le paradis ! S'exclama t-elle sur un rictus.
Mais après tout, pourquoi un tel lieu n'existerait-il pas ici ? Tout ne pouvait pas être aussi pourri que le sud-est de Seattle. Que risquait-elle à au moins essayer ?
Mal avait aussi conscience d'une chose: dans son état de santé actuel, c'était ça ou la mort assurée. Elle n'avait plus de protecteurs, avait grillé toutes ses cartouches et ce ne serait pas Tyler qui viendrait l'aider en bon chevalier servant. L'enjeu en valait peut-être la chandelle.

Ok... Dit-elle après un long moment.
Partir d'ici l'enivrait presque à présent et puis, si Eve s'avérait être une pourrie comme les autres, elle lui ferait la peau. Elle n'avait pas besoin de son casse-tête pour tuer quelqu'un, pas même d'une force herculéenne; le krav était fait pour ça.
Je suppose que là-bas, il y a des gens armés qui veillent sur la sécurité des autres ? Demanda t-elle tout en se doutant de la réponse.
Je veux être de ceux-là. Je ne saurais plus vivre à la cool; c'est trop tard pour moi, j'ai pris goût à tout ça, à cette guerre... Elle allait dire à tuer mais n'osa pas heurter sa sauveuse.
A la place, elle lui tendit à contre cœur le casse-tête iroquois, fouilla dans sa poche de jean pour en sortir un rasoir coupe-chou qu'elle confia lui aussi et attendit les directives.
Elle avait hâte de savoir où Eve-Madeleine l'emmènerait.
Revenir en haut Aller en bas  
Eve-Madeleine Bethany
Eve-Madeleine Bethany
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 312
Sujet: Re: One foot in front of the other   Dim 8 Nov 2020 - 14:43
- Je dirais plus… une arche, corrigé-je.

Car le paradis n’a pas les zone d’ombre de Fort Ward et nos membres ne sont définitivement pas des anges. Mais j’ai appris que l’Homme est pétri de nuances et j’ai foi dans le fait que le temps sera propice à la paix. Notre première civilisation a disparu, probablement que les peuples étaient incapables de s’entendre et que les conflits qui déchiraient la planète ont poussé le Seigneur à nous infliger un fléau de plus. Nous tirerons des leçons de cette époque… et quand on descendra de l’arche, on sera plus mature, mieux préparé à une nouvelle vie.

- Je parierais pas dessus, grogne Luke qui avait entendu les aspirations de Mal

Moi, je lui fais signe de ne pas faire attention et récupère ses armes. En route pour la maison…

*

Il a fallu attendre la fin de la journée pour reprendre le bateau, je l’ai passé à expliquer mieux notre campement à notre recrue. Je lui parle de notre nombre, des plantations, des médecins, du confort dont on dispose, du bar et même de l’église. Je m’aventure un peu à lui évoquer le vaccin et son efficacité : pour preuve, la cicatrice sur mon bras vieille de presque un an. Je suis une miraculée, le signe que Dieu ne nous a pas abandonné : il nous donne les clefs pour survivre à sa colère légitime.

Après la traversée, j’emmène Mal se faire enregistrer à l’intendance – nom, prénom, âge, date d’arrivée, référent – puis je l’emmène dans la maison que je ne partage désormais plus qu’avec Clarke. Tout y est parfaitement rangé et ça sent le propre – je reconnais être une maniaque du ménage. Le salon est illuminé d’une somptueuse fresque murale, toute en couleurs, lignes, formes, et éclat. Une création moderne, presque urbaine, qui me donne le sourire tous les matins.

- Je te propose de te laver si tu veux, je vais voir si je trouve des vêtements à ta taille. Ensuite… je vais aller voir si June peut déjà te recevoir et je te prendrai rendez-vous au dispensaire pour un check-up, d’accord ?

La routine pour tous les nouveaux arrivants, mais je ne veux pas la brusquer : ça peut faire beaucoup d’un coup…


« A candle in darkness »
Are we not wise enough to give all we are ? Surely we're bright enough to outshine the stars ♪ Human kind gets so lost finding its way ♪ We have a chance to make a difference 'till our dying day.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
Invité
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: One foot in front of the other   Jeu 12 Nov 2020 - 18:51
Tandis que Mal confiait ses armes à contre cœur, elle entendit l'homme soulever des doutes sur son désir de protéger les gens de ce camp inconnu.
N'étant pas une imbécile, elle se doutait bien que dans son état actuel elle ne pourrait rien faire d'autre que reprendre des forces mais après ? Y avait-il souci ? Ils n'acceptaient pas les femmes dans ce rôle ?
Inquiète elle regarda Eve-Madeleine qui sut la rassurer d'un mouvement et la suivit afin qu'elle discutent en attendant la fin de la journée.

La description qu'elle lui fit du lieu et des commodités étaient presque idylliques: pas de morts vivants, l'électricité, l'eau chaude, de la nourriture en quantité, des bâtiments tels qu'une église, une bibliothèque, une école, un bar, un hôpital et même...
Un vaccin ? S'exclama t-elle surprise. Est-ce que cela voudrait dire que petit à petit l'apocalypse disparaîtrait et qu'on retrouverait le « monde d'avant » ?
Elle laissa sa protégée répondre puis demanda:
même moi, je pourrai être vaccinée en arrivant ? Et est-ce que vous allez bientôt le vendre à tous les autres ?
La jeune fille était vraiment curieuse d'en savoir plus, au point qu'elle se demandait pourquoi personne n'en trouvait au troc. Ne pouvaient-ils pas donner la formule à tous les scientifiques afin que l'humanité entière puisse en bénéficier ?

Enfin ce fut l'heure de monter dans le bateau. Le cœur de Mal se serra en voyant les lieux qu'elle avait connu s'éloigner et quand enfin elle se tourna vers l'avant, ce fut pour découvrir les berges d'une île verdoyante bien que teintée des couleurs de l'automne.
Une fois arrivées à terre, les choses se précipitèrent et elle n'eut pas l'occasion de voir grand choses.
Elle se retrouva dans un bureau où elle dut décliner son nom en entier ainsi que tout le reste puis, elles allèrent dans la maison d'Eve-Madeleine.
Que c'est beau ! Souffla Mal en admiration devant la fresque avant de découvrir sa chambre, simple mais confortable qu'elle pourrait décorer comme elle l'entendrait.
Elle déposa son sac à dos et alla sous la douche se décrasser.

Un bonheur ! L'eau était chaude. Elle n'avait plus connu cela depuis l'arène.
Pourtant, elle n'osa pas en profiter longtemps. Eve-Madeleine avait dit qu'elle devait encore rencontrer June, la chef et passer à l'infirmerie où elle se doutait bien de ce qu'on lui annoncerait.
Quand elle ressortit elle était propre comme un sou neuf. Des vêtements à sa taille étaient posés sur une chaise. Ils étaient simples mais cela lui convenait: des sous-vêtements, un jean's, un tee-shirt et un sweat noir à capuche.
Elle s'empressa de les enfiler et alla annoncer à la jeune femme qu'elle était prête.

Elle avait un peu le trac. Elle comprenait que cette June était le « César » du camp et elle espérait pouvoir la servir aussi bien qu'elle l'avait fait à Detroit pour le précédent.
Revenir en haut Aller en bas  
June D. Phelbs
June D. Phelbs
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Leader | Remnants
Administrateur
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2204
Sujet: Re: One foot in front of the other   Ven 13 Nov 2020 - 10:19
Ces dernières semaines avaient été… épuisantes. Outre la préparation du banquet qui était un calcul de tous les instants pour garantir la parfaite adéquation entre le plaisir et la sécurité requise, il y avait cette arrivée massif de survivants d’Okanogan. L’avocate ne pouvait que se féliciter, non seulement d’avoir pu préserver d’autres personnes du joug des New Eden, mais surtout d’avoir encore gonflé leurs rangs. Face au monstre fanatique, ça ne représentait qu’une goutte d’eau, mais… le potentiel de puissance d’une communauté était exponentiel. Plus ils seraient nombreux, plus ils auront de possibilités… c’était mathématique.

June avait rencontré tellement de nouvelles têtes ces derniers jours qu’elle en avait le tournis alors une de plus ou une de moins… elle avait demandé à immédiatement rencontrer cette recrue de Seattle, rapportée dans la soirée. Ce serait son dernier rendez-vous de la journée et en toute logique, il ne serait pas bien long. Le registre spécifiait une jeune femme, Mallow Brickson. Avant son arrivée, la rouquine raccompagna à la porte deux représentants des chasseurs du camp venu lui faire part d’un désagrément avec la population de chevreuils de Bainbridge et fila se faire un café.

A cette heure-ci, elle pouvait être certaine qu’il l’empêcherait de dormir quasiment jusqu’aux premières lueurs de l’aube, mais c’était ce qu’elle lui demandait. Ne pas dormir. La répartition de ces cent vingt nouvelles têtes était un trop gros casse-tête pour qu’elle d’autorise une nuit entière de sommeil. Cela signifiait des logements inoccupés à réhabiliter en vitesse, une surveillance à assurer et une intégration à faciliter. Ils devaient vite adapter leurs mœurs, leur rythme et leur mode de vie.

June remplissait enfin son thermos quand on frappa à la porte. Elle l’ouvrit sans faire attendre pour accueillir la jeune nonne et leur nouvelle inconnue. Cheveux roux tirés en chignons, top noir en coton, l’avocate dénotait avec l’apparence frêle de la blonde, perdue dans son sweat à capuche. Les prunelles émeraude de la rouquine se baissèrent sur sa cadette, très petite, alors qu’elle-même n’était pas un modèle de grande taille.

- Allez-y, entrez. Merci Eve-Madeleine, remercia-t-elle en laissant la trentenaire sur le pas de la porte tandis que la benjamine était invitée à pénétrer sa maison, on va aller dans mon bureau. Je vous sers un café ? Pendant cet échange, elles montèrent à l’étage ; la quarantenaire avait déjà le thermos en main et il restait des tasses dans sa pièce de travail, vous pouvez m’appeler June, se présenta-t-elle en invitant d’une main la jeune femme à prendre place dans un fauteuil, et je sais que vous vous appelez Mallowe. C’est ça ? Question rhétorique pour l’instant, parlez-moi de vous Mallowe. Votre parcours, ce que vous avez eu à faire de… difficile pour survivre.


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy and plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Titres:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Anonymous
Fiche de personnage
Invité
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: One foot in front of the other   Lun 16 Nov 2020 - 0:05
Mal laissa Eve-Madeleine toquer à la porte d'une grande maison à l'écart des autres.
Elle était à cran, elle voulait bien présenter tout en ayant conscience que la crise d'anorexie dont elle souffrait actuellement ne la mettait pas à son avantage. Pour combler le manque, il lui faudrait être convaincante par rapport à ses anciennes capacités mais elle n'eut pas le temps de préparer mentalement un discours que l'huisserie s'ouvrit sur une femme rousse au visage un peu masculin, pas très grande, impeccablement habillée et assez intimidante.
Une chose était certaine: à la voir, la jeune fille comprenait qu'elle ait été nommée chef. Elle semblait en avoir la carrure.

La femme congédia la protectrice et c'est donc seule que Mal fit ses premiers pas dans l'antre de celle qui avait toute autorité sur ce camp.
Oui, avec plaisir... Répondit-elle à la proposition.
La jeune fille était plus thé que café mais elle n'osa pas refuser l'invitation qui devait être une preuve d'hospitalité.
Elle pénétra dans un bureau d'allure contemporaine et s'assit ou plutôt se perdit dans le fauteuil à sa disposition, raide comme un piquet dans l'attente de questions.

Oui, répondit-elle une nouvelle fois, je m'appelle Mallowe. Mallowe Brickson.
Puis elle écouta avec attention.
Elle s'attendait à une foule de petites questions privilégiant les réponses courtes mais là, June lui demandait apparemment un curriculum complet.
Un peu inquiète elle se gratta la tête et bredouilla:
Mon parcours et tout ce qu'il a fallu faire de difficile ?.... ça va être très long et je vais certainement oublier des choses alors car je suis à la rue depuis presque le début de l'épidémie !

Elle n'était pas du tout certaine que cette femme ait le désir d'entendre les mille et unes mésaventures traversées depuis toutes ces années aussi laissa t-elle passer léger un temps de silence avant de se reprendre.
Mais le nouveau « César » exigeait une biographie, il fallait donc s'y soumettre. Elle n'allait pas commencer à passer outre la première directive; elle voulait faire du chemin ici, pas traîner des pieds comme une looser !
Elle prit une profonde inspiration et se lança.

Je suis partie très rapidement de chez mes parents, raconta t-elle. Au début, je dois avouer que j'avais très peur. Je ne savais pas me battre, je n'avais qu'un rouleau à pâtisserie pour me défendre alors je passais mon temps à me cacher dans les bennes à ordures parce que j'avais remarqué que la puanteur des poubelles empêchaient les mangeurs d'hommes de me localiser.
Puis j'ai rencontré un homme qui s'appelait Mani, un Indien. Il m'a appris beaucoup de choses essentielles à la survie et aussi comment me servir du rouleau à pâtisserie vu que j'avais que ça. Du coup quand il est parti, je me suis sentie plus à l'aise et j'ai fait la connaissance d'autres gens qui m'ont appris plein d'autres trucs.


La jeune fille avait du mal à s'exprimer. June pouvait probablement ressentir qu'elle n'était pas du genre à faire de grands discours, qu'elle manquait de vocabulaire. Sa voix était un peu rauque et hachée comme ceux qui agissent beaucoup mieux qu'il ne parlent.
Nounours, mon amant de l'époque m'a offert un rasoir coupe-chou. Avec ça je coupais le ventre des morts vivants et je me cachais dedans. Je me faisais passer pour l'un des leurs et ça c'était difficile car il ne suffit pas de marcher avec leur barbaque pourrie partout sur soi, il faut aussi contrôler sa respiration, ses mouvements, ses émotions car c'est ça qu'ils sentent. Si vous faites un mouvement brusque ou que vous respirez trop fort, vous êtes foutue !

Elle lui raconta ensuite qu'elle avait profité d'un couple en partance pour aller à Detroit. A nouveau la rudesse des rues, la nourriture à chercher, les planques, les connaissances, les nouvelles acquisitions d'expériences.
Là-bas j'avais tellement la rage contre les puants que j'étais devenue une guerrière. J'avais une camionnette avec un pare-buffle qu'un mécano m'avait posé et mon truc c'était d'en écraser le plus possible dans la journée. Un ami m'avait appris un peu de combat de rue, alors quand je ne conduisais pas, on les déglinguais à main nue, avec des barre ou avec mon casse-tête. C'était presque comme un jeu. Parfois. D'autre fois je ne cherchais pas la merde, c'est les ennuis qui venaient à moi mais heureusement j'ai toujours eu la chance d'être défendue par quelqu'un. Faut jamais être seule. Jamais, c'est ce que j'ai appris de plus fort je crois. D'autres fois, c'est moi qui défendais des gens en danger

Elle lui parla, ou plutôt lui détailla l'arène avec passion.
Elle qui jusque là avait gardé des yeux froids et indéfinissables les éclaira soudain de milliers d'étoiles quand elle narra les heures d'apprentissage quotidien de krav-maga, comment elle faisait régner l'ordre et la discipline en l'absence de César, son truc magique avec ses petits tickets de « rab » de rationnement en récompense et ses coups de fouets en punition. Certaines choses pouvaient passer pour cruelles ou déplacées hors contexte, comme le fouet, les esclaves, les gladiateurs débutants à mater mais elle n'avait pas le choix. C'était le rôle qu'on lui avait assigné, elle devait obéir elle aussi malgré son rang de tribun. Le lieu l'exigeait. Tout était en place pour et à la gloire de César sous peine de mort.

J'ai tenté de lutter pour améliorer la condition de vie des femmes esclaves malheureusement César a refusé une telle chose, expliqua t-elle. Mais j'ai réussi à en protéger quelques-unes en les prenant à mon service. C'est tout ce que j'ai pu faire.

Enfin, elle parla de l'incendie de l'arène, de son retour à Seattle, du NML, de sa difficulté à s'intégrer et surtout à trouver un nouveau sens à sa vie après la perte de sa condition de chef et l'explosion de sa famille de cœur.
Elle détailla la taverne et sa fin à cause d'un certain Bill. De la trahison de sa meilleure amie et du feu qui posa un point final à l'aventure pour deux raisons:
je ne voulais pas que Bill récupère quoi que ce soit. Quant à mon amie, elle ne voulait plus s'en occuper car elle trouvait débile qu'il y ait deux bars presque côte à côte. Pour ça elle avait raison. Lança t-elle froidement.
Quant à moi, je me voyais mal passer ma vie à servie des verres, faire la plonge et le ménage toute seule là-dedans jusqu'à la fin de mes jours.

Elle laissa passer un nouveau temps de silence et déclara sûre d'elle:
je voudrais redevenir une guerrière comme avant. Me battre pour protéger un camp que j'aime contre les ennemis... Quand j'irai mieux, bien sûr car là je suis malade mais je vais me soigner maintenant. J'en suis capable parce que je le veux.

Elle pensait avoir terminé et planta dans le regard d'émeraude de sa nouvelle chef le sien, froid, acéré comme une lame d'acier, déterminé et franc.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: One foot in front of the other   
Revenir en haut Aller en bas  
- One foot in front of the other -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: