The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Nothing like it in the World
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Bras droit | Inglorious Fuckers
Chasseur de primes
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 197
Sujet: Re: Nothing like it in the World   Sam 14 Nov 2020 - 21:50
Elena se tenait légèrement en avant, ses yeux cherchant dans la pénombre un nouveau signe de la part de la jeune femme effrayée. Elle adressa même un regard accusateur à Gabriel qui ne chercha pas à s’excuser ; il avait de l’expérience, il n’était pas du genre à se laisser duper par la première paire d’yeux larmoyants qu’il croisait. D’ailleurs il resta statique dans une position moins menaçante mais prête à l’action. S’il avait baissé son arme, il la tenait toujours fermement dans la main, et saurait dégainer dans un fragment de secondes si nécessaire. Mais serait-ce seulement suffisamment ? Si l’autre tirait, même s’il était réactif, ce serait peut-être trop tard, aussi l’hispanique resta figé, tendu. La grecque aurait voulu qu’il lise ses pensées, qu’il ressente ce qu’elle ressentait aussi, cette intuition qui lui soufflait de ne pas s’inquiéter. Elle en était intimement persuadée ; il n’y avait pas de duperie chez cette femme. Elle dégageait quelque chose de similaire à Ludwig. C’était dans son aura, dans son regard, sa posture.

D’ailleurs la jeune femme réapparut dans l’angle d’où elle était apparue la première fois. Craintive, méfiante. Elle demanda à l’ancien sicario de reculer pour être sereine. Le Brun ne bougea pas d’un millimètre d’abord, décidé à rester en place, à ne pas concéder du terrain à une offensive potentielle. Elena dut presser de nouveau sa main autour de son tibia pour le faire obtempérer. Elle le pressa d’un long regard, et après une lutte silencieuse il finit par capituler. Il recula de quelques pas sans lâcher des yeux la japonaise qui s’avança, couteau en main. La grecque pouvait sentir la nervosité de son partenaire mais elle leva une main vers lui comme pour lui demander d’attendre, de lui faire confiance.

La jeune femme était terrorisée, elle pouvait le sentir. D’ailleurs, celle qu’elle supposait muette ne prit plus le risque d’écrire sur son cahier. Mais les gestes, l’intention dans le regard suffisaient.  « Oui. » lui répondit-elle aussitôt. Elle regarda l’homme derrière. « Il est méfiant, il cherche juste à me protéger. » expliqua-t-elle pour justifier le comportement inhospitalier de son ami. « Il n’y a que nous. » répondit Gabriel à la place d’Elena qui fut secouée de nouveau par une violente toux. « Et toi, tu es seule ? » Sourcils froncés, regard perçant, il s’attendait toujours à voir surgir d’un rayon un complice. « Je ne veux pas te faire de mal. Je veux seulement la soigner ; c’est pour ça qu’on est ici. » Il désigna l’ancienne pharmacie d’un geste de la main. « J’imagine que tu es ici pour des médicaments aussi. Il y a quelques boites de pastilles pour la gorge, des antiseptiques mais rien qui ne puisse l’aider dans son état. » Il adressa cette fois un regard à la grecque. Elle savait qu’il s’en voulait de ne pas pouvoir l’aider. La nuit allait bientôt recouvrir Olympia de son étendue d’encre et ils n’avaient ni médicaments, ni nourriture.





what is dead may never die but rises again
- harder and stronger
Revenir en haut Aller en bas  
Tori H. Watanabe
Tori H. Watanabe
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administratrice
Inglorious Fuckers
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1663
Sujet: Re: Nothing like it in the World   Sam 14 Nov 2020 - 22:23
Tori fixa les deux individus, tour à tour. Méfiante évidemment, et pas forcément très à l’aise. Mais maintenant que l’homme s’était en effet reculé, elle était un peu plus confiante, même si ses yeux ne pouvaient s’empêcher de descendre vers son arme et la fixer de temps à autre. Ils parlèrent, la japonaise les écouta et elle pinça les lèvres finalement. Seule ? Non, elle ne l’était pas, et elle secoua la tête :

Je suis avec deux personnes, Peter et Irving, expliqua-t-elle cette fois par écrit, parce que ça devenait trop compliqué de se faire comprendre sans ça pour l’aider : Mais ils sont très malades, comme elle, ils ont les mêmes symptômes, son index la désigna alors que Gabriel et Elena parcouraient les lignes qu’elle notait dans ses pages encore vierges.

Et elle en était très inquiète. Ça n’était pas qu’elle ne pouvait pas les gérer tous les deux et les aider comme elle pouvait, c’était davantage qu’elle craignait de ne pas être assez présente pour les sauver si quelque chose arrivait durant son absence. Le temps qu’elle passait ici était du temps qu’elle ne pouvait pas passer auprès de Peter, pour humidifier le gant frais qu’elle posait sur son front, ou essayer d’éponger ses suées qui finissaient par le glacer. Quand à Irving, ce dernier était souvent trop faible pour parvenir à se faire du thé pour se réchauffer et faire passer cette mauvaise toux.

Je voulais des médicaments pour eux, nous avons de quoi manger pour plusieurs jours, sauf que Peter fait beaucoup de fièvres et Irving a du mal à respirer, ajouta-t-elle en les présentant directement. Il fume trop, aussi, précisa-t-elle.

Bon, de fait, l’alliance tabac et pneumonie – ce qu’elle supposait être une pneumonie – ne faisait pas bon ménage. Mais Irving était grand et plutôt froid, alors Tori imaginait mal pouvoir lui tenir tête.

J’aimerais aller au No Man’s Land, pour avoir un médecin, mais je ne suis pas sûre de pouvoir y arriver toute seule et revenir en vie, fit-elle finalement. Si vous êtes déjà trois à l’avoir attrapé, qui sait s’il n’y a pas d’autres cas au No Man’s Land, au moins pour savoir ce que c’est et ce qu’on peut faire ?

Tentant de procéder logiquement, Tori laissa à ses vis-à-vis l’occasion de prendre connaissance de ses suppositions. Elle hésita longuement sur la suite, parce qu’elle avait peur évidemment mais ça n’était pas seulement ça… Si elle prenait trop le temps de réfléchir à si ça valait le coup d’essayer, est-ce que Peter et Irving n’allaient pas continuer à souffrir, voire mourir, par sa faute ?

Je peux vous proposer un marché, elle demanda quelques secondes supplémentaires :Rentrez avec moi, pour qu’elle se repose au chaud et au sec. Et on va tous les deux au No Man’s Land pour essayer d’obtenir des réponses ou de l’aide, fit-elle en désignant Gabriel et elle de son index.


Us against them
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Bras droit | Inglorious Fuckers
Chasseur de primes
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 197
Sujet: Re: Nothing like it in the World   Sam 14 Nov 2020 - 23:36

La grecque se sentait faiblir, c’était comme faire une chute vertigineuse. Un frisson coulissa le long de sa colonne, remonta jusque dans ses cervicales. L’échange même bref avec l’étrangère avait puisé dans ses dernières forces, émietté ce qu’il restait de son énergie mis à l’épreuve aujourd’hui en suivant Gabriel à l’extérieur. Elle toussa de nouveau dans son coude, le souffle sifflant, le teint soudain arborant une pâleur plus prononcée. Gabriel s’en rendit compte, son regard coulant sur elle avec une préoccupation évidente. Il rompit d’ailleurs le distance, vint s’accroupir près d’elle et passa une main derrière sa nuque. La brune pouvait saisir l’inquiétude dans ses yeux. Elle-même s’interrogea sur son état de santé ; ça ne s’améliorait pas, loin de là. Les doigts de l’homme glissèrent jusque sur son front ; brûlante bien sûr. Il se pinça les lèvres, ennuyé. La frustration suintait de chacun de ses pores. L’impuissance revêtait les traits de son pire ennemi, sa pire crainte. Il haïssait ce sentiment, redoutait de ne rien pouvoir contrôler.

Il se redressa et se retourna vers Tori qui avait réemployé l’usage de son cahier pour communiquer. Ça n’échappa pas à l’attention encore vaguement présente de la brune. Elle tenta de suivre, de lire les informations que leur offrait la jeune femme. Peter, Irving. Des prénoms qu’elle essaya d’imprimer dans son esprit embrumé, mais qui s’évaporeraient probablement dans la foulée. Le sicario en revanche ne manqua rien, il enregistra chaque phrase, hocha la tête, l’air grave quand elle mentionna l’état de ses deux amis eux aussi touchés par la maladie. Elena n’était donc pas un cas isolé ; bien sûr, les intempéries avaient touché du monde autour de Seattle. Ce qui mettait à mal leurs chances déjà restreintes de trouver des antibiotiques. Gabriel souffla par le nez.

Tori poursuivit, évoqua son intention d’aller trouver de l’aide au No man’s Land. Gabriel y avait songé aussi, mais l’état de santé d’Elena ne leur permettait pas d’entreprendre un tel trajet. Il sembla considérer un instant la japonaise ; elle craignait de ne pas rentrer en vie. À la regarder, c’était vrai qu’elle n’avait pas l’air d’une personne taillée pour la survie en milieu hostile. Elle paraissait même dénoter dans leur environnement.

Quand elle écrit avoir l’idée d’un marché, tant Elena que Gabriel froncèrent les sourcils en la fixant. L’homme lut rapidement la proposition. Il se gratta la joue, sembla prendre le temps de réfléchir, jetant un regard en coin à la grecque. Il finit par ranger son arme à l’arrière de son pantalon. « Vous êtes installés loin d’ici ? » Il voyait mal la petite brune avoir fait beaucoup de kilomètres loin de chez elle cela dit. « Voilà ce que je te propose ; on va aller chez vous tous les trois. » Il voulait voir cet Irving et ce Peter avant d’y laisser Elena. Il désigna de l’index son amie mal en point. « Tu restes auprès d’elle et tes amis pour veiller sur eux, et moi j’irai au No Man’s land trouver de quoi les remettre sur pieds. » Bien sûr qu’il n’était pas à l’aise avec l’idée de laisser la méditerranéenne avec des inconnus, mais il refusait de la regarder mourir sans avoir rien tenté, et c’était leur seule option à ce jour. « J’irai plus vite seul et si tes amis sont dans le même état qu’elle, ils ne sont pas en état de se défendre. » Gabriel n’était pas convaincu que la japonaise le soit davantage mais en l’absence de solution plus fiable… « Je m’appelle Gabriel. Et elle c’est Elena. Je vais la porter pour aller plus vite. On est d'accord ? Tu me guides ? » Il n'y avait plus de temps à perdre.





what is dead may never die but rises again
- harder and stronger
Revenir en haut Aller en bas  
Tori H. Watanabe
Tori H. Watanabe
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administratrice
Inglorious Fuckers
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1663
Sujet: Re: Nothing like it in the World   Sam 14 Nov 2020 - 23:57
Tori répondit méthodiquement à Gabriel. Non, elle n’était pas loin. Elle acceptait de les conduire chez eux. De veiller sur Elena. Et d’une manière imperceptible, elle fut même soulagée de la proposition de l’homme sur le fait de se rendre seul au No Man’s Land pendant qu’elle veillait sur les autres. Ils étaient d’accords, sur absolument tout. Sans doute que Peter aurait négocié mieux qu’elle, sans doute n’aurait-il même pas proposé cette solution pour se tirer de là mais qu’importait, Peter n’était vraisemblablement pas en état de vraiment lutter avec les autres pour l’instant, c’était donc à elle de prendre les bonnes décisions.

Tori, se présenta-t-elle.

Ils se relevèrent, Gabriel aidant Elena à le faire. Tori aida d’ailleurs la brune à se couvrir davantage, elle tremblait à cause de la fièvre et atteindre l’extérieur n’allait pas l’aider à se remettre à ce train-là. Soufflant un coup, elle prit les devants en remettant son sac à dos en place et ses maigres affaires. Ce fut dans un silence relatif d’ailleurs qu’ils firent route tous les trois. A un moment, ils furent contraints de s’arrêter. Gabriel prit Elena sur ses épaules, et Tori l’aida à attacher un pull autour de ses jambes pour parvenir à la maintenir un peu mieux dans son dos. Elle porta par ailleurs les propres affaires du duo.

Quand ils arrivèrent, la japonaise ne prit pas la peine de lui faire faire un tour des lieux : elle les accompagna directement jusqu’à la dernière chambre – normalement la sienne, mais puisqu’elle squattait avec Peter la majorité du temps pour se rassurer en l’entendant respirer, celle-ci était libre. Gabriel l’installa dans les draps et la couette qu’elle venait de tirer pour qu’elle s’allonge, et elle se hâta de montrer à l’homme ce qu’il voulait voir. Irving était dans son propre lit, affalé et fiévreux. Il ouvrit à peine un œil quand Tori le présenta, trop faible pour parler. Peter lui, était endormi, et tremblant sous ses couvertures.

Elle croisa le regard de Gabriel, comme pour lui dire qu’elle n’avait pas menti. Il faudrait du temps pour l’homme pour faire la route jusque là-bas, d’autant plus dans ces circonstances. Mais c’était maintenant ou jamais. Quand il partit, Tori souffla longuement. Ses pas la ramenèrent à la chambre de son protecteur, à côté duquel elle s’installa pour vérifier qu’il allait bien. A peine rassurée, elle tâcha de remonter sa couette jusqu’à son cou et de réajuster son coussin sous sa tête.

Peter, murmura-t-elle d’une toute petite voix. J’ai trouvé une solution, vous irez rapidement mieux, promit-elle alors en dégageant quelques mèches de cheveux de son front en sueur et bouillant.

Ce ne fut que plus tard qu’elle revint dans la chambre d’Elena. Une tasse à la main, dans lequel trempée une infusion de plante et du sucre pour rendre ça un peu meilleur. D’un signe de la tête, elle la lui proposa, et demanda silencieusement comment elle se sentait.


Us against them
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas  
Elena Hortos
Elena Hortos
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Bras droit | Inglorious Fuckers
Chasseur de primes
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 197
Sujet: Re: Nothing like it in the World   Dim 24 Jan 2021 - 18:41
Elle avait vainement tenté de protester quand Gabriel avait glissé ses bras sous son corps pour la hisser sur ses propres épaules à l’extérieur, marmonnant des propos indéchiffrables, l’esprit alourdi, le corps brûlant que même les températures froides ne parvenaient pas à rafraîchir. Finalement, elle s’était laissée sombrer, elle avait cédé à l’appel du néant, embrassant une quiétude absolue, dans l’indifférence ingrate de ces deux survivants réunis autour d’un même objectif ce jour-là : sauver ceux qui leur étaient chers. Sur le chemin, l’hispanique se contenta de suivre la japonaise sans plus de mots que nécessaires, focus sa mission, sa seule préoccupation dans l’instant : mettre son amie en lieu sûr, s’assurer des bonnes intentions de la jeune femme qui le guidait, et se mettre en route sas tarder vers le No Man’s Land dans l’espoir de mettre la main sur quelqu’un en mesure de les aider. S’il fallait kidnapper un médecin pour ça, il le ferait aussi.

Lourdement, les paupières de la grecque se relevèrent, la faible luminosité traversant les rideaux lui brûlant la rétine, la forçant à plisser les yeux. Au bout de quelques minutes, quand sa vision s’adapta à l’éclat blanc, elle scruta son environnement. Inconnu. Les odeurs ne lui étaient pas familières, les draps qui enveloppaient son corps suintant non plus, pas plus que cette porte qu’elle fixait avec incompréhension. Au trouble succédèrent la peur, l’appréhension qui la submergea comme un raz-de-marée virulent, surtout lorsque des bruits étouffés de pas se manifestèrent dans le couloir. Elena se redressa tant bien que mal dans le lit, avant que la porte ne s’ouvre sur Tori. La brune mit quelques secondes à rassembler les morceaux, se remémorant doucement les échanges dans la pharmacie.

“Où est Gabriel ?”
questionna-t-elle immédiatement alors que la japonaise s'approchait avec une tasse fumante odorante. “Le No Man’s Land… Il est parti, c’est ça ?” Elle se laissa retomber sur le coussin, répondant seule à ses interrogations. Elle tourna le visage vers le thé que lui proposait Tori, l’observa un moment, une pointe de méfiance dans la tête, comme une germe tenace qu’il était presque impossible d’arracher, qui s’obstinait à repousser sans arrêt. Elle ramena le regard sur la frêle jeune femme. Elle avait envie de lui faire confiance, de se fier à ce qu’elle voyait, de faire taire ce qu’elle redoutait. De toute façon, qu’avait-elle à perdre désormais ? Elle n’avait plus rien à protéger, plus personne qui l’attendait… Elle se redressa de nouveau, tendit fébrilement le bras pour se saisir de la tasse avec l’assistance de son hôte. “Merci.” souffla-t-elle en humant les effluves sucrées qui émanaient de la boisson brûlante.

“Comment vont tes amis ?”
s’inquiéta Elena en jetant un regard instinctif vers le couloir. “Gabriel va revenir avec de l’aide. Il sera de retour rapidement.” promit la grecque, sans l’once d’un doute. Elle plaçait une confiance aveugle en l’ancien sicario et voulait rassurer la jeune femme : elle avait bien fait de se fier à lui aussi. "Tu devrais être à leur chevet, ne t'inquiète pas pour moi." lui assura-t-elle en l'incitant silencieusement à rejoindre les siens. S'ils devaient rendre leur dernier souffle, sans doute aimeraient-ils se savoir accompagnés, sentir la main d'un être cher presser la leur. Elena lui offrit un sourire encourageant. Elle aurait aimé pouvoir être entourée d'un être cher elle aussi.





what is dead may never die but rises again
- harder and stronger
Revenir en haut Aller en bas  
Tori H. Watanabe
Tori H. Watanabe
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administratrice
Inglorious Fuckers
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1663
Sujet: Re: Nothing like it in the World   Lun 25 Jan 2021 - 10:01
Tori hoche la tête en réponse à Elena. Oui, Gabriel est parti au No Man's Land, et elle ne peut cacher qu'elle est impatiente qu'il revienne avec un traitement pour aider tout le monde. Elena est d'ailleurs pâle, fatiguée, elle tient la boisson chaud que la japonaise lui a préparé sans grande conviction, comme si tous ses muscles la faisaient souffrir. Elle ne sait pas à quoi elle échappe mais Tori se rend forcément compte que la situation pourrait être plus catastrophique. Et si la grec la chasse diplomatiquement, la japonaise n'en fait rien.

Elle attend aux côtés de la brune une bonne partie du reste de la journée, et quand sonne la nuit, elle s'en va veiller les deux autres et leur amener de quoi boire et manger. Ce rôle d'infirmière, elle ne sait pas si elle est douée pour le faire. Elle éponge les fronts en sueur, fait chauffer de l'eau, tente de parler à tout le monde, veille à ce que chacun soit à peu près cohérent. Le plus difficile, c'est Peter, qui sommeille profondément et n'a pas la force de trop échanger avec elle.

Le retour de Gabriel ne se fait que le lendemain cependant, avec dans son sac suffisamment de médicaments pour tout le monde. Même lui a du mal à comprendre comment c'est possible de réussir à avoir tout ça. Ses explications ne tombent pas - sans doute en parlera-t-il à Elena - et Tori ne pose pas la question. Elle est suffisamment contente à l'idée d'avoir un traitement pour eux. Sortant les boites, préparant les infusions, Tori s'active avec Gabriel, dans un ballet millimétré. Un pas à gauche, deux à droite, elle contourne l'homme, ils se retournent de concert.

Pour voir Elena, sur le bord de son lit, et Irving, dans l'encadrement de la porte de sa chambre.

Qu'est-ce qu'il se passe ? Demande Irving soudainement, entre deux quintes de toux épuisées.

Des mots qui font tomber un silence et fige Elena soudainement. Laissant présager une autre tempête.

FIN


Us against them
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Nothing like it in the World   
Revenir en haut Aller en bas  
- Nothing like it in the World -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: