The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment :
-20€ dès 299€ en plus des SOLDES
Voir le deal
-40%
Le deal à ne pas rater :
Sony HT-RT3 Barre de Son Surround 5.1, Bluetooth – Noir
179 € 300 €
Voir le deal

L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Valérian Zacharias
Valérian Zacharias
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Leader | The Exiles
Chasseur de primes
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1781
Sujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   Mar 24 Nov 2020 - 22:31
Les yeux rivés à ceux d’Eddie, Valérian écouta avec attention les informations qu’il accepta enfin de leur confier au sujet des New Eden. Si le jeune homme confirma ses doutes quant à leur puissance de feu, il ne fit cependant que répéter ce que Ruby et Raina avaient d’ores et déjà appris aux Exilés : à savoir, quelle était la politique de ce groupe à l’égard des femmes et leur nombre. Rien de bien intéressant, donc. Si bien que Valérian sentit un mélange de frustration et de dépit le gagner. Il avait espéré qu’un soldat à l’instar d’Eddie serait capable de leur apporter des précisions au sujet des New Eden. Pourtant, force était de constater que lui et Anton se heurtaient à un mur et qu’exercer davantage de pression sur ce garçon serait vain. Putain !

« Je vois. » Après avoir échangé un regard avec Anton, Valérian se pencha à nouveau vers Eddie et reprit d’un ton pressant : « Et pourquoi vous ont-ils attaqués ? » C’était tout ce qu'il lui importait de savoir désormais. Les New Eden étaient-ils à l’origine de ce conflit ? Et, si oui, quelle raison les avaient-ils poussés à abandonner leur rôle de bons samaritains pour entrer en guerre ? Avec cette information, le grec espérait pouvoir anticiper les réactions de ce groupe à l’égard du No man’s land et déterminer à quel point il représentait une menace pour Seattle.  

L’instant d’après, ce fut la voix de la jeune fille qui l’interpella avec une familiarité qui fit sourciller Valérian. L’air renfrogné, il poussa un soupir et daigna finalement lever les yeux vers Zelda : « Qu’est-ce que tu veux ? » lui aboya-t-il. Il ne l’aurait jamais avoué, mais voir cette gamine dans un tel état lui retournait l’estomac. Jamais le grec n’avait souhaité en venir à de telles extrémités - jamais. Pourtant, Zelda comme Edward s’étaient obstinés à répondre à leurs questions par des provocations ou des silences méprisants. Ils n’avaient eu d’autre choix que de leur forcer la main, quoique la violence d’Anton ait une fois de plus déconcerté Valérian. Nul doute qu’il en discuterait plus tard avec le géant, tout comme des injures qu’il lui avait adressées lorsqu’il avait été en position délicate.

Jusqu’alors de marbre, Valérian ne put réprimer une franche stupéfaction à la proposition que lui fit la jeune fille, avec un tel aplomb qu’un sourire fit frémir les lèvres du grec : un sourire empreint d’incrédulité et d’amusement. Quel culot ! Cette gamine avait décidément le don de le surprendre autant qu’elle pouvait l’agacer. « Quelle proposition alléchante. » minauda-t-il, en plissant les yeux d’un air féroce. « J’aurais peut-être consenti à l’accepter... Si j’avais été aussi écervelé que toi, Zelda. » Cette nouvelle pique était gratuite, mais, à vrai dire, Valérian prenait un indéniable plaisir à provoquer la jeune fille. « C’est vous qui êtes en guerre contre les New Eden et donc vous qui auriez tout intérêt à trouver des alliés. Pourtant, vous vous êtes jusqu’à présent bornés à taire des informations au sujet de ces New Eden dont auraient - justement - pu bénéficier de potentiels alliés. » souligna-t-il durement. « Par ailleurs, je ne peux pas m'empêcher de constater que tu es prête à accepter l’aide d’un traitre qui a le sang de son ami sur les mains. Voilà qui est évocateur, je suppose, concernant le genre d’alliés que vous feriez. » L’air méprisant, Valérian secoua la tête et se détourna de la jeune fille.  

Après qu’Anton l'eut bâillonnée, Valérian reporta son attention vers Eddie que le géant interrogeait à nouveau au sujet de son groupe. Un groupe dont ils devinaient aisément l’identité - notamment après qu’Eddie ait confirmé qu’il était en conflit avec les New Eden - et dont ils avaient beaucoup appris par le biais des fermiers et d’autres informateurs. Le jeune homme refusa toutefois de prononcer son nom et, à vrai dire, Valérian s’en moquait quelque peu. Il n’était pas venu se poser en menace contre ce groupe-ci, mais avait plutôt espéré se prémunir d’un autre ennemi, bien plus dangereux encore, par son biais.  

Par ailleurs, compte tenu l’état d’Edward et de Zelda, il était évident qu’ils ne tireraient plus aucune information de leurs captifs. Valérian s’apprêtait par conséquent à interrompre l’interrogatoire… Lorsqu’il entendit Eddie mentionner les Exilés - d’une voix à peine perceptible.

Un silence de plomb tomba sur la pièce. Les sourcils froncés, Valérian contempla longuement le jeune homme, puis dit d’un ton sec. « C’est mal joué de ta part, Eddie. Très mal joué. » Les traits durcis par une froide détermination, il sortit de son étui son couteau puis s’approcha du militaire. « En nous menaçant, tu te condamnes ; et elle aussi, par la même occasion. » Valérian haussa les épaules. « Après tout, si j'étais un Exilé, pourquoi ne vous trancherais-je pas tout simplement la gorge ? Voilà qui résoudrait tous mes problèmes ! (son ton était faussement enjoué.) Nous vous ferions tous les deux disparaitre, et, avec vous, le risque de subir les représailles de votre groupe. » Plus que jamais, les yeux du grec étaient noirs.

Après avoir laissé quelques secondes s'écouler, Valérian reprit finalement : « Mais je ne vais pas le faire. (il secoua la tête.) Je ne vais pas le faire, parce que - contrairement à ce que laissent supposer nos méthodes et aussi ironique que ça puisse paraitre - vous n’êtes pas nos ennemis. Non. Nous voulions obtenir des informations au sujet des New Eden - nos ennemis à tous les quatre, qui gagnent du terrain pendant que nous sommes occupés à nous tirer dans les pattes, comme des idiots ! »

Tout ceci était effectivement d’une absurdité telle que le grec était plus décontenancé qu’autre chose par l’issue de cet interrogatoire. Glacial, il fit un nouveau pas vers Eddie et ajouta. « Je vais donc te dire ce que tu vas faire : tu vas sagement rentrer chez toi et expliquer à tes petits copains à quel point tu as foiré. D’une part, en mettant en danger cette gamine qui était sous ta responsabilité et que tu n’as pas su protéger. Et d’une autre, en refusant de nous livrer des informations dont la promulgation aurait pourtant été bénéfique à ton groupe. » Le regard de Valérian était réfrigérant lorsqu’il dévisagea le jeune homme. « Sans compter que parler plus tôt vous aurait - à tous les deux - épargné bien des désagréments. Mais peut-être votre fierté a-t-elle plus de valeur que votre vie, après tout ? »


Anger is an acid that can do more harm to the vessel in which it is stored than to anything on which it is poured - Mark Twain.

Awards 2020:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Zelda Anderson
Zelda Anderson
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Administratrice
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 5092
Sujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   Mer 25 Nov 2020 - 17:37
« Ca lui arrive si souvent qu'ça ? »
Son air étonné est à peine perceptible derrière son omniprésente grimace de douleur. Une goutte de sueur glisse sur ses paupières avant d'être happée par le contours de son nez et enfin, de glisser sur son pantalon. « De s'faire prendre en otage ? » En temps normal elle se serait ouvertement moquée de lui. Mais vu son état, tout au plus se contente-t-elle d'un regard un peu absent en direction de Valérian. Si seulement il pouvait accepter sa proposition...

Mais pour l'heure elle doit surtout lutter contre sa vision que sa brouille et les lancées bien trop régulières de douleur. Elle se tortille sur place comme pour chasser cette souffrance qui la submerge. Aussi les propos de l'homme lui semblent provenir de très loin, déformées par un écho pourtant inexistant. En substance, elle comprend que le camarade d'Allïa et de ce foutu Anton ne compte pas accepter son offre. « Dommage... » déplore-t-elle. Oh elle aurait voulu être plus cinglante. Mais l'énergie qu'il lui reste, elle l'emploie déjà pour se raccrocher à cette réalité. Si elle ferme les yeux, si elle répond au chant des sirènes de l'inconscience, elle craint de ne jamais se réveiller. En fait non, elle a dépassé le stade de la simple crainte. Elle est terrorisée à l'idée de mourir et que ses dernières secondes sur Terre aient le goût de la douleur et de la défaite.

Mais elle ferme déjà les yeux sans même s'en rendre compte, glissant vers cette torpeur qu'elle ne parvient plus à repousser. Des doigts se referment comme un étau sur ses joues et l'obligent à ouvrir la bouche. Et même si elle tente de résister à cette violation, elle se retrouve bien vite forcée d'avaler une petite pilule. Elle l'avale d'ailleurs avec un semblant de docilité. Du poison ? Sa vie la quitte déjà au rythme de ces gouttes de sang qui se répandent sur son bras puis sur le sol. Anton est si pressé que ça ?

Ce qu'il lui dit, elle ne l'entend pas. Pas plus qu'elle n'a conscience de cette soude qu'Anton déverse sur sa plaie. Ca pique un peu. L'odeur vient agresser ses nasaux. Mais la douleur, elle, ne s'est manifestée que sous la forme d'un sursaut. La souffrance s'évapore peu à peu pour laisser place à une étrange sensation d'ataraxie. « T'laisse pas faire Eddie ! » Est-ce qu'elle a prononcé cette phrase ou l'a-t-elle simplement pensée ? L'adolescente est en train de démissionner de son environnement. Il ne cesse de se restreindre. Elle en oublie la présence de leurs kidnappeurs. Puis celle d'Eddie et enfin, d'elle-même.

Ses yeux se ferment, son menton glisse contre sa poitrine et elle, elle tombe tout simplement dans l'inconscience. Hors de portée de ces deux enfoirés, abandonnant malgré elle son camarade à cette dure réalité...


Can you remember who you were, before the world told you who you should be ?

Awards 2020:
 

May Zelda be with you !:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Anton Donovan
Anton Donovan
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
The Exiles | Chasseur de primes
Chat Noir
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 1010
Sujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   Jeu 26 Nov 2020 - 22:33
Anton regarda la gamine sombrer dans l’inconscience, au moins elle ne parlerait plus et elle ne souffrirait pas, par contre, le militaire lui il allait déguster comme il fallait car c’était un dur et qu’il avait voulu tuer Valérian. Le policier resta silencieux pendant tout l’excellent discours de son ami, qui sût mettre les points là où il fallait pour désamorcer un peu le conflit et éviter que la situation ne s’envenime pour toute la distillerie. Calmement, il dit : « J’ai rien à ajouter Val. » Le policier rassembla ses affaires et alla tout redéposer dans sa voiture avant de vérifier plaies de la gamine et d’Eddie. Il lava la soude avec un peu de vinaigre : « Précise bien que c’était de la soude caustique en poudre, il faudra découper tes vêtements. Fin, tu te démerderas bien. »

Anton se redressa et parla un peu avec Valérian de la suite des évènements : « On va les sécuriser puis partir, j’ai pas envie qu’ils se fassent tuer ces cons. » Un signe de professionnalisme et de sympathie qui pourrait peut-être jouer en leur faveur, en plus du discours du grec. Anton aida Eddie à se remettre debout, le mec était dans un sale état, mais il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même : « Si tu avais coopéré, rien de tout ça ne serait arrivé. » Il récupéra le pistolet d’Eddie et pris toutes les balles sauf deux. Qu’il posa par terre : « Une pour toi, une pour la gamine, si vous veniez à être mordu et évite de claquer mon gars, la petite est sous morphine là. Donc sans défense si quelqu’un venait les emmerder. Mais encore une fois c’était maintenant son problème.

Sur le chemin qui les ramenait à la distillerie, il fut temps pour Anton de présenter ses excuses au grec, en bonne forme et lui rendre justice, il avait vraiment réussit à redresser la situation et sauver les meubles : « J’ai perdu la main pour les interrogatoires, heureusement que t’as sauvé l’affaire Val. » Comme quoi, la violence ne résolvait toujours pas tout. Anton donna une tape sur l’épaule du grec pour marquer le coup, sincèrement reconnaissant de ce qu’il venait de faire. « Je te paie la première tournée ce soir. » Une façon comme une autre de se remettre de la situation et de discuter de la situation qui venait de se créer.




No pain, no gain
ANAPHORE

The Exiles:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton]   
Revenir en haut Aller en bas  
- L'épée de vérité [Zelda, Eddie et Anton] -
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: