The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Need coffee
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lisandro Sedillo
Lisandro Sedillo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 963
Sujet: Need coffee   Mer 12 Aoû 2020 - 16:09
La routine de l’infirmerie lui manquait. Andrea ne l’avait pas réintégré, alors même qu’il aurait pu ne serait-ce que se rendre utile, le temps que la méthode qu’Emerson lui avait enseignée pour se remettre à niveau rende les résultats escomptés. Quand il était revenu à Fort Nisqually, il n’avait plus grand-chose. Sa famille était en miettes par sa faute, la confiance de ses amis entachée, une revalidation qui le mettait sur la touche pour encore un moment, en lui ôtant l’infirmerie Andrea se vengeait du mal qu’il lui avait fait en les abandonnant elle et Annabella. Certains diraient que c’était mesquin, ça l’était. Peut-être. Mais il pouvait difficilement lui en vouloir. C’était à lui qu’il reprochait cette situation. Au moins lui restait-il Annabella – quand sa mère le lui permettait. Mais ce n’était pas le cas aujourd’hui.

Non, aujourd’hui la journée était rythmée d’une toute autre manière : Exercices de revalidation et… Rien d’autre. Il ne pouvait ni participer activement aux travaux du Fort, ni se rendre utile à Nolan pour le déménagement de l’infirmerie, il n’avait jamais eu de réelle infinité avec les chevaux et restait trop maladroit avec sa prothèse pour les efforts du quotidien. Mais il s’appliquait dès qu’il pouvait être utile. Néanmoins, Shawna le laissait venir s’occuper des enfants avec elle. Il était encore assez doué pour faire le clown et amuser la galerie, c’est déjà ça. Et cela lui permettait de passer du temps avec Annabella, à l’occasion. Aujourd’hui, il avait promis de passer l’aider l’après-midi, après ses exercices de revalidation, et à cette heure matinale, le chilien prenait son petit déjeuner tranquillement. C’était tout un spectacle d’ailleurs, un peu moins avec le temps mais, il avait compris les mouvements, les enchainait de plus en plus rapidement. Mais ça restait très… enfantin ? On va dire ça. Ludwig s’était entrainé avec lui, et les deux amis avaient chacun peaufiné leur technique. Sauf que ce matin, il était tout seul à sa table. Et fier de sa petite tartine beurrée. Mais ça, ce fut que jusqu’à ce qu’il sente un liquide encore chaud se renverser sur sa tête. « Santa Madre » Jure-t-il brusquement.

A l’odeur, c’était du café – ou le semblant de café qu’ils avaient réussi à produire ici. Il passe sa main sur son visage pour dégager ses yeux car ce n’était pas un fond de tasse qu’on lui avait versé. Il n’y avait pas grand monde au réfectoire, et les deux seules autres personnes présentes détournèrent rapidement les yeux. Lisandro tourna la tête à la recherche du coupable avant de reconnaitre la silhouette de Nihima. S’il est furieux, il n’est pourtant pas si surpris que ça. Si Andrea se retenait de passer ses nerfs sur lui, Nihima était l’incarnation même de la colère que son ex-compagne gardait en elle. Et Nihima ne faisait pas que défendre sa meilleure amie… Elle faisait également partie des personnes qu’il avait profondément blessée quand il avait tout quitté. Auparavant, ils faisaient fronts communs à l’extérieur, Nihima lui ayant même appris quelques techniques mais aujourd’hui, la native le traitait… Comme s’il n’était plus personne. Il l’acceptait sans broncher la plupart du temps, parce qu’il se sentait coupable. Mais… Il s’était excusé auprès d’elle – comme auprès de tout le monde – après son retour. Certes, les conneries qu’avaient balancées Jonah concernant leur séjour au Motel n’avait pas du tout plaidé en sa faveur. Mais il essayait d’avancer, de faire mieux. Il aurait pu se taire, laisser faire et laisser son ancienne amie filer et suivre le cours de sa journée mais… « Nihima ! » S’exclame-t-il, attendant qu’elle s’arrête. « Sérieusement ?! Qu’est-ce que j’ai fait cette fois ? » Dit-il avec humeur.




tout le monde a peur d'être soi même, de ses erreurs, et pourtant il faut vivre, ça vaut le coup. plonger, avancer, trébucher, hésiter, trembler, c'est ça qui est beau... devenir soi même.



The badge:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Nihima Brown
Nihima Brown
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 248
Sujet: Re: Need coffee   Sam 15 Aoû 2020 - 12:36

Elle n'avait pas pu s'en empêcher. Lentement mais sûrement, sa tasse de café était venue se déverser sur les cheveux de l'hispanique qui jurait déjà dans sa langue natale, non sans lui arracher un sourire de profonde satisfaction à l'idée d'avoir ruiné son petit déjeuner gratuitement. Et déjà, elle était partie de son côté, sans lui accorder un seul regard, ou même de fausses excuses.

Lisandro et elle, c'était toute une histoire. Ils avaient partagés des instants forts, de réelles moments d'amitié. Mais dès l'instant ou il avait pris la décision de fuir, de laisser Andrea seule ici avec leur fille... Quelque chose s'était brisé en elle. La confiance qu'elle lui avait accordé avait été sauvagement arrachée, et apprendre de la bouche de Jonah les infidélités qu'il avait pu faire subir à sa meilleure amie... C'était comme si une partie de son coeur s'était brisée au rythme de celui de la métisse. Alors non, elle n'arrivait pas réellement à le lui pardonner, au chilien. Même si par instant, il lui manquait tout de même un peu.
Elle avait quitté le réfectoire, prête à rejoindre l'extérieur en compagnie de Dune alors qu'elle s'approchait des écuries avant d'entendre la voix tonitruante de Lisandro. Levant les yeux au ciel dans un appel à l'aide qui ne viendrait pas, avant de se tourner lentement vers le latino. Bras résolument croisés contre sa poitrine et le regard froid, l'air de dire qu'il n'était pas le bienvenu ici.
Mais déjà, il l'invectivait, presque surpris de se demander ce qu'elle pouvait bien lui reprocher cette-fois ci.

Tu es ici. Voilà le problème. S'était-elle contenté de lâcher après l'avoir toisé en silence, le menton relevé presque avec défi face à celui qui la dépassait d'une bonne tête. Je n'ai pas de café sous la main, mais il y à une fosse à purin non loin si tu veux retenter l'expérience. avait-elle prévenu d'un air fermé, avant de reprendre.

A quoi pensais-tu, Lisandro ? Qu'une vague excuse baragouinée à ton arrivée allait suffire à apaiser tout ce par quoi tu nous as fait passer ici ?

C'était plus fort qu'elle. La rancoeur. Elle était venue dévorer son intérieur, et ressortait désormais en acides paroles à l'égard de celui qui, un jour, avait compté parmi ceux en qui elle avait cru pouvoir avoir confiance. Mais puisque tu as l'air de vouloir discuter, vas-y, je t'écoute. Si tu espérais des excuses pour le café en revanche, navrée de t'apprendre que je ne regrette rien.

Elle détestait se sentir en colère, ou trahie. Et l'élan de compassion à l'égard d'Andrea n'avait fait que distiller d'avantage sa rancoeur comme un délicat poison qui s'insinuait dans ses veines alors qu'elle l'observait froidement, presque impatiente de savoir s'ils allaient crever l'abcès ou en venir aux mains. Même si par respect pour Andrea, elle éviterait au maximum la seconde option.



   
the end of times for all
And every hand will reach for
The power that lies untold
The time of axe and sword is night
Blood-red seeds of war are down
Revenir en haut Aller en bas  
Lisandro Sedillo
Lisandro Sedillo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 963
Sujet: Re: Need coffee   Dim 30 Aoû 2020 - 10:25
La Native daigne alors se tourner vers lui, bras croisés sous sa poitrine, le visage froid et distant. Le temps qu’elle mit à lui répondre lui sembla bien plus lourd qu’il n’y paraissait. Le chilien ne se démonte pas, campant sur ses pieds pour lui faire face. Il rasait les murs depuis longtemps déjà, faisant de son mieux pour retrouver sa place à Nisqually – du moins, dans les limites qu’Andrea lui avait imposé. Retrouver la confiance des personnes qui lui étaient chères prendraient plus de temps, mais Lisandro commençait à en avoir simplement assez de se cacher. Il acceptait les décisions prises par le Conseil concernant sa réaffectation à l’infirmerie – plus tard peut-être – et il était reconnaissant de la place qu’Andrea lui accordait dans la vie d’Annabella, à défaut de la sienne. Il espérait bien sûr, que le temps ferait les choses. Qu’ils apprendraient à nouveau à se connaitre, à se faire confiance… Plus ? Il le désirait ardemment, mais sans brûler aucune étape.

Mais avec Nihima aussi le lien était rompu. Il n’y pouvait rien, évidemment, c’était trop tard. Les excuses formulées ne répareront pas les erreurs commises, mais s’il y avait un temps pour raser les murs, il y avait également un temps pour dire ‘stop’. Et l’attitude de son ancienne amie envers lui commençait à lui peser sérieusement. La rancœur l’animait sérieusement, il pouvait l’entendre dans sa voix. Un dégoût aussi sans doute, parce que tout le monde avait préférer croire Jonah que lui-même. Et quand ce dernier avait tenté de corriger le tir, le chilien avait dû lui demander d’arrêter. C’était pire que mieux. Certains avaient fini par l’écouter et le croire, d’autres non. S’il savait que Teresa avait su discuter avec Andrea, il ne savait pas ce que Nihima avait décidé de croire. Oh l’intention derrière cette sale histoire n’était pas innocente pour autant, mais elle était beaucoup plus nuancée que Jonah avait essayé de faire croire à tous.

« Parce que tu crois que je n’le sais pas ? Parce que tu crois sincèrement que les excuses que j’ai baragouinées comme tu dis, étaient aussi naïves que ça ?! » Dit-il, avec une certaine colère également. Il n’attendait rien d’elle, ni des autres d’ailleurs. Il savait pertinemment qu’il ne pouvait forcer les choses, ni regagner la confiance des siens avec de simples excuses. Il a un mouvement en avant en écartant les bras pour montrer ce tout et ce vide qui les séparait à présent. « Il n’y a rien que je puisse dire qui te fera m’écouter. Tu t’es déjà forgée ton opinion. » En croyant Jonah, plutôt que lui. Par contre, il en avait assez de baisser la tête et de rentrer les épaules devant les autres. Il y avait un temps pour tout, et le chilien ne comptait pas se laisser disparaitre dans cette communauté. « T’as tout à fait le droit de n’pas me croire, de pas vouloir me pardonner c’que j’ai fait. Mais franchement, ces gamineries-là ?! T’as pas mieux à faire que de jouer à ça à chaque fois que tu m’vois ? » Sincèrement, elle aurait pu trouver mieux que le café quand même. Mais son attitude puérile le fatiguait. « Parce que j’ai une mauvaise nouvelle pour toi ; je n’irai nulle part. » Dit-il, bien campé sur ses jambes, les bras croisés dans une attitude aussi brûlante qu’elle. Il était parti parce qu’il en avait besoin, sa démarche avait été dévastatrice parce qu’il était dans une telle souffrance qu’il n’aurait pu qu’entrainer les autres avec lui. Mais partir lui avait permis de mieux se comprendre et de se trouver. Alors non, il ne partira pas. Il ne partirait plus. « Apprends à vivre avec cette idée-là, avant que j’rende les coups à mon tour. » Parce qu’il ne fallait pas oublier que, fut un temps, c’était lui le plus gamin des adultes du Fort. Si aujourd’hui, il comprit et grandit, il n’en oubliait pas son passé. Et il n’oubliait pas la fosse à purin qu’elle avait mentionné juste à quelques pas d’eux.




tout le monde a peur d'être soi même, de ses erreurs, et pourtant il faut vivre, ça vaut le coup. plonger, avancer, trébucher, hésiter, trembler, c'est ça qui est beau... devenir soi même.



The badge:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Nihima Brown
Nihima Brown
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 248
Sujet: Re: Need coffee   Dim 20 Sep 2020 - 17:16

La colère se lisait et s'entendaient dans les mots de l'hispanique, alors qu'elle restait de marbre. Silhouette glacée le toisant avec un certain mépris, lèvres intimement scellées pour le laisser déverser toute cette rancoeur dû à bon nombre des coups bas qu'elle ne se gênait pas pour lui faire subir depuis son retour.

Mon opinion dans tout ça, importe peu. Avait-elle finalement répondu sèchement, reprenant. Ce qui m'importe, c'est le bien être d'Andrea. Ca à toujours été son bien être.

Voyait-il doucement ou elle voulait en venir ? Un bref rire sans joie s'échappant de ses lèvres en l'écoutant annoncer qu'il n'irait nulle part, secouant légèrement la tête à cette remarque. Comment voudrais tu que je te crois, quand je vois le chemin que tu as emprunté récemment au juste ? Il s'était enfui. Délibérément. Avait tourné le dos aux siens, pour faire ce qu'il lui plaisait sans se soucier un seul instant de sa meilleure amie. Et malgré la rancoeur et la colère qui faisaient écho à celle de Lisandro, elle continuait de rester froide. Impassible, malgré la tension qui venait lentement mais sûrement s'installer dans chacune de ses fibres, de ses muscles.

Ses yeux noirs rivés sur lui, qui le dépassait pourtant d'une bonne tête, bras éternellement croisés contre sa poitrine en le défiant du regard. Les mots ne valent rien sans les actions. se contenta t-elle de lui souffler au visage d'un air entendu, alors qu'il menaçait cette fois de rendre les coups.

Pourquoi pas ? N'étaient-ils pas guerrier, tous deux ? Avant de devenir ennemis, n'avaient-ils pas croisés le fer contre les Remnants, ou les coyotes inhumés ? C'est la même chose pour tes excuses. Des mots. Montres moi que tu ne vas pas t'enfuir comme un lâche dans les prochains jours, et alors peut-être trouverons nous un semblant de trêve.

C'était bien ça, le souci. Quand la confiance disparaissait, que lui restait-il à part la crainte et la méfiance ? Que valait un vague je suis désolé, contre des jours sans nouvelles de sa part ? Qu'il fricote avec des prostituées n'étaient pas réellement son affaire, à la base. Mais la douleur que cela avait occasionné chez Andrea... Elle le pardonnait nettement moins.

Tu nous as abandonné Lisandro. Alors excuse moi de ne pas réussir à tout oublier en quelques secondes.

Ce n'était pas qu'une question de colère. La trahison avait toujours eu un gout amer à définir, et sans doute était-ce qui la poussait d'avantage à le faire sortir de ses gonds, telle une enfant de 10 ans qui ne savait pas par ou commencer pour affronter la personne qui l'avait blessé.



   
the end of times for all
And every hand will reach for
The power that lies untold
The time of axe and sword is night
Blood-red seeds of war are down
Revenir en haut Aller en bas  
Lisandro Sedillo
Lisandro Sedillo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 963
Sujet: Re: Need coffee   Lun 28 Sep 2020 - 10:56
« Tu n’comprends pas… » Personne ne semblait avoir vraiment compris. Et pour cause, il n’avait jamais vraiment pris le temps d’expliquer. Mais il fallait aussi dire que depuis son retour, peu de monde était vraiment prêt à entendre ce qu’il avait à dire. Alors il s’était contenté d’excuses, à défaut de pouvoir faire mieux. Elle était en colère, c’était normal. Sa sœur d’arme, son amie, était également la plus proche amie d’Andrea, avec Selene. Qu’elles défendent l’honneur de la régisseuse n’avait rien de surprenant. Mais encore une fois, tout comme au début, après son amputation. On ne l’écoutait pas. La différence aujourd’hui était qu’il avait pu reprendre confiance en lui, retrouver une certaine estime de lui-même, ne serait-ce que pour pouvoir être patient avec elles.

Il est néanmoins déçu, et cela se voit. « Nihima… Je sais qu’en partant j’ai blessé beaucoup de monde mais… C’était pour que ce soit plus facile pour vous si… Si je n’revenais pas. » Commenca-t-il, avec cette franchise qu’on lui connaissait bien. Le chilien n’avait jamais été très doué pour les mensonges, il avait fallu qu’il se montre atrocement convaincant à l’époque, pour quitter The Haven. « Et s’il n’y avait pas eu l’entêtement de Teresa. Je n’serai pas revenu. » Il se tait, non pas pour qu’elle digère l’information, mais parce que c’était la première fois qu’il évoquait de vive voix que son intention première n’était pas de revenir au campement. « Je n’cherche pas ta compassion, c’est simplement… la vérité. Ça n’avait rien à voir avec toi, encore moins avoir avec Andrea et Annabella… Ou plutôt si justement. Ça avait tout à voir avec vous. »

Il passa sa main dans ses cheveux mouillés, encore tièdes du café qu’il s’était pris sur le crâne. Il y a encore un peu d’humeur dans ses gestes et dans sa voix. « J’étais en colère… et dévasté. Je ne suis pas aussi fort que vous tous… ça fait tellement longtemps que je ne fais que donner le change que, quand j’ai perdu mon bras j’ai complètement perdu pied. Je n’savais déjà pas comment faire pour être à la hauteur avant ça, alors maintenant… » Aujourd’hui, il pouvait dire tout ça en la regardant dans les yeux, en assumant ses failles et son manque de courage.

« Je ne savais pas comment je pouvais être un père, un compagnon, digne d’elles. Je ne pouvais plus me regarder en face alors, soutenir vos regards, comment j’aurai pu ? Je ne savais pas comment faire, vos attentes étaient trop difficiles à porter. » Ca n’avait rien d’un mensonge, dès l’instant où il s’était réveillé de ses soins post-amputation, tout le monde lui avait assuré que tout irait bien, qu’il avait de la chance car Andrea saurait lui montrer comment faire. Personne ne lui avait vraiment demandé comment il allait à l’époque, personne n’avait voulu entendre qu’il ne se sentait pas à la hauteur, parce que de toute façon, il avait Andrea et qu’il n’avait qu’à faire comme elle, que tout irait bien ensuite. Il s’était senti dépossédé de lui-même, de sa propre douleur et, parce qu’il n’avait jamais eu une bonne estime de lui-même, il s’était braqué auprès de tout le monde. « J’étais entouré par tous ces visages confiants et rassurants, pourtant je ne me suis jamais senti aussi seul qu’à cette période. » Tout ça parce qu’il n’avait aucune confiance en lui, en ses capacités à faire face, et aussi quelque part, parce qu’ils avaient toujours eu l’habitude de voir le chilien sourire à tout, se plaindre de beaucoup de choses mais de toujours suivre les pas d’Andrea aveuglément. C’était vrai oui, Lisandro s’était toujours caché dans l’ombre d’Andrea par facilité. Mais cette amputation l’avait mis face à lui-même, à son identité, à ce qu’il était désormais et ce qu’il n’était plus. Il s’était demandé plusieurs : d’accord, mais la suite ? Il n’avait aucune réponse, et il était terrifié. D’autant plus qu’il ne se sentait pas écouté alors, sous prétexte qu’il avait Andrea pour lui montrer la voie à suivre. Acculé et terrifié, le chilien avait fini par exploser… brisant tout ce qu’il avait de précieux sur son passage.

« Alors, je ne peux pas te prouver tout ce que tu me demandes, je suis rentré. C’est tout ce que je peux te dire. Je participe à nouveau à la vie de cette communauté et je m’occupe de ma fille, autant qu’Andrea me le permet. Je n’m’attends pas à ce que tu comprennes, ou que tu me crois. Mais partir était nécessaire… et ose me dire que si j’avais simplement demandé, vous m’auriez laissé faire. » Il savait qu’Andrea ne l’aurait pas laissé faire, pas tout seul, pas sans quelques membres de cette famille qu’ils formaient. Hors c’était tout ce qu’il avait besoin à cette époque ; leur échapper, pour se retrouver face à lui-même.




tout le monde a peur d'être soi même, de ses erreurs, et pourtant il faut vivre, ça vaut le coup. plonger, avancer, trébucher, hésiter, trembler, c'est ça qui est beau... devenir soi même.



The badge:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Nihima Brown
Nihima Brown
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 248
Sujet: Re: Need coffee   Dim 4 Oct 2020 - 17:51

En effet, elle ne comprenait pas. Mais Lisandro semblant désormais d'avantage apte à discuter qu'à l'invectiver, la Lakota reste silencieuse. Statue de glace aux bras croisés contre sa poitrine, alors qu'elle ne quittait pas son regard tandis qu'il reprenait la parole. L'écoutant parler de cette colère sourde, de cette sensation d'inutilité à la suite de la perte de son bras, qui l'avait amené à fuir. Ses yeux noirs s'adoucirent brièvement en écoutant la détresse dans sa voix, les accents de sincérité de ces mots qui s'enchaînaient dans une mélopée des plus funestes, ravivant les souvenirs douloureux de son départ.

Je ne t'aurai jamais laissé partir. Acquiesça cependant Nima avec franchise à la fin de sa tirade, hochant la tête. Mais si tu m'en avais parlé, j'aurai pu comprendre. Je te rappelle que ma fille à perdu son bras, dans la bataille du Ranch.

N'était-elle pas la plus disposée à l'écouter, avec Andrea ? Je me dois cependant de te reprendre sur une chose, Lisandro. Lança t-elle avec cette sévérité qui la caractérisait, concernant son histoire de faiblesse. Tu n'as jamais été faible. Pas à mes yeux. Ni à ceux d'Andrea, ou qui que ce soit dans ce campement. Que tu le pense, c'est une chose. Mais tu as tendance à oublier que tu respire encore, là ou d'autres ont perdu la vie ce jour là. A commencer par Freya ou son père, qui n'avaient pas eu la chance de voir le jour se lever de nouveau. Et si Wakan Tanka les avaient accueilli en son sein, ils n'empêchaient qu'ils ne respiraient plus le même air qu'eux, désormais.

Perdre son bras n'est pas une fin en soi. C'est comme tout le reste. On l'accepte, on se relève, et on se bat. N'as tu jamais pensé qu'en expliquant les choses de cette manière, ton départ aurait causé moins de peine ? D'incompréhension ?

Et toute ces histoires de femme avec qui il aurait été infidèle à Andrea... Y penser lui donnait envie de retourner chercher le thermos de café pour lui jeter en plein visage.

Je pense que de toute manière, tu t'es puni tout seul. Vivre dans ce camp depuis ton retour ne doit pas être une sinécure. souligna t-elle quand au fait que personne ne lui adressait la parole, ou très peu. Je ne sais pas encore si je te pardonnerai un jour. Je peux essayer, il va sans dire. Mais celle à qui tu dois le plus de te rattraper, ça reste la mère de ta fille.

Andrea. C'était bien elle qui en avait le plus souffert après tout.



   
the end of times for all
And every hand will reach for
The power that lies untold
The time of axe and sword is night
Blood-red seeds of war are down
Revenir en haut Aller en bas  
Lisandro Sedillo
Lisandro Sedillo
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 963
Sujet: Re: Need coffee   Mer 21 Oct 2020 - 19:05
« Oui… et Andrea s’est fait amputer le bras par des cannibales. Je connaissais le soutien qu’on m’offrait. » Dit-il, mais à cette époque, il n’avait pas su prendre cette main tendue. Il connaissait les histoires de toutes les personnes qui l’entouraient, par toutes les étapes difficiles par lesquelles ils étaient passés. Mais jusqu’ici, Lisandro avait toujours été le soutien, le médecin aussi, un père d’une certaine façon. Il ne s’était jamais senti aussi fort, ou aussi courageux que ces personnes qui avaient survécu à ces traumatismes. Et celui qu’avait traversé Andrea l’avait à l’époque, terrifié. Il avait été là pourtant, il avait réussi à braver ses peurs pour s’approcher d’elle en lui offrant ce qu’elle avait besoin à l’époque. Il avait vu Andrea jouer sur le fils. Alors, quand lui-même avait perdu sa main, c’était comme s’il s’était lui-même interdit de sombrer comme eux. Sauf que le déni lui était impossible, faire semblant d’y croire, ça n’avait duré qu’un temps, qu’un très court laps de temps avant que tout n’explose en mille et un morceaux. La vérité, c’était qu’il s’était mis la pression de surmonter ça – comme Andrea – parce qu’il avait de la chance, elle était passée par là elle aussi. En réalité, c’était la phrase la plus douloureuse qu’il avait entendu après son accident. « D’ailleurs tout le monde me le répétait sans cesse. » Dit-il avec encore, une pointe d’amertume.

Parce qu’au final, on ne lui avait pas tellement laissé le choix d’encaisser à sa manière ; il allait se remettre, il n’aurait qu’à faire comme sa compagne. Sauf que, ce n’était jamais aussi simple. « Peut-être que si on ne m’avait pas sans cesse comparé aux autres, les choses auraient été différentes. » Dit-il, plus las cette fois. Il n’était plus en colère, plus maintenant. Son deuil, il avait finalement pu le faire à sa manière en dehors de ces murs, et ça avait été tellement plus salvateur qu’elle ne pouvait imaginer. Il était fatigué, en réalité. Il avait eu mille et une occasion d’agir différemment, mais c’était sa peur, son insécurité qui avait pris toute la place, le menant dans une voie sinueuse et encore plus douloureuse. Parce qu’il n’était pas aussi fort, pas comme Nihima le lui disait. « Je ne suis pas… aussi fort que ça. » Que vous, en fait. « Mais j’essaye. » Et c’était dit avec conviction cette fois-ci.

« Je suis reconnaissant d’être en vie. Même si ça n’a pas toujours été le cas. » Dit-il, avec résilience. Il avait conscience aujourd’hui, qu’il avait eue de la chance. Il aurait pu ne jamais revenir. Il aurait pu ne jamais avoir la chance de prendre Annabella dans ses bras, de revoir le sourire tendre d’Andrea. Même si aujourd’hui, il s’était perdu à cause de lui.

Mais il n’était pas vraiment d’accord avec les remontrances de Nihima. Lisandro n’avait pas fait une crise de la quarantaine, il n’avait pas tout quitté sur un coup de tête. Il y avait une réelle souffrance derrière tous ces actes. « Tu n’étais pas dans ma tête à cette époque, Nihima. Personne n’y était. C’est facile de dire que si c’était à refaire, je referai différemment. Sauf que j’n’en sais rien, et que j’espère ne pas retoucher le fond comme ça un jour. » C’était la réponse la plus sincère qu’il pouvait lui donner, la plus juste aussi. Aujourd’hui, on ne retenait que la peine qu’il avait causée, il comprenait. Mais la douleur qu’il ressentait à cette époque-là était indescriptible, et il avait été incapable de se décharger de ce fardeau alors. Mais ça… ça tout le monde l’oubliait.

« Les choses auraient probablement été moins… compliquées, si Jonah n’avait pas été raconter des conneries pour me sauver la face. » Grogna-t-il plus bas. Cela aurait pu changer quelque chose, non ? Rendre moins virulente cet abandon. Tout cela est-il que Jonah, en édulcorant leur soirée au Motel, avait finalement causé plus de mal que de bien. Le routier voulait sauver la face de son ami, déjà au plus bas moralement, mais ce faisant, il avait blessé beaucoup de personne. Même si, au final, le chilien était encore plus blessé qu’on puisse ne pas vouloir entendre ce qu’il avait à dire. Il avait été condamné par sa famille qui pourtant, le connaissait soi-disant mieux que personne.

(…) Mais celle à qui tu dois le plus de te rattraper, ça reste la mère de ta fille. « Je sais, et j’essaye. Et je continuerai d’essayer jusqu’à … jusqu’à ce qu’on soit les parents qu’Annabella mérite… A défaut de… » Il s’interrompt. Par pudeur, et parce qu’elle est l’une des plus proches amies d’Andrea, il n’a pas envie de s’étaler sur ses sentiments. Pour ce qu’il ressentait pour Andrea, encore aujourd’hui, plus fort que jamais. La tignasse encore trempée de café, il n’oubliait pas le regard sévère qui Nihima posait sur lui, il ne la prendrait pas à parti. « Je fais de mon mieux. » Dit-il, avec sincérité. S’il devait avancer alors, il essayerait. Mais il n’était pas encore prêt à renoncer, pas encore non.




tout le monde a peur d'être soi même, de ses erreurs, et pourtant il faut vivre, ça vaut le coup. plonger, avancer, trébucher, hésiter, trembler, c'est ça qui est beau... devenir soi même.



The badge:
 
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Need coffee   
Revenir en haut Aller en bas  
- Need coffee -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: