The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Les artistes cartographes de l'extrême.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Janek G. Abramovitch
Janek G. Abramovitch
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 45
Sujet: Re: Les artistes cartographes de l'extrême.   Ven 4 Déc 2020 - 16:19
Janek se sentait vraiment faible. Tout le monde passait son temps à le rassurer, et ce depuis le tout début de tout ce merdier. Il se sentait pitoyable à être ainsi. Janek ne voulait pas imaginer quelle image il donnait pour que tout le monde veuille être ainsi avec lui, jusqu’à le protéger à en perdre la vie. A votre avis, comment un type comme lui avait survécu dehors tout ce temps ? Rien n’avait changé, il était toujours ce peintre paumé au milieu de ces morts qui avait causé la perte de ce militaire. Lui aurait été bien plus utile que sa misérable personne. La lame accrochée à sa ceinture se fit de nouveau lourde et il dû se faire violence mentalement pour stopper ses sombres pensées qui n’en restaient pas moins vraies. Il n’était qu’un drogué qui aurait dû mourir au milieu d’un bad trip. Le destin en avait voulu autrement, et il devait l’avouer, il ne comprenait pas trop pourquoi il était encore en vie. A moins que c’était là une manière de le punir pour tout ce qu’il avait pu faire et qui allait à l’encontre des règles de leur foi. Son père aurait bien honte de lui. Janek répondit d’un sourire aux paroles bienveillantes de Teresa, bien que le cœur n’y fut pas, mais ça, c’était ses démons à lui seul. Il préférait s’occuper des autres aujourd’hui et être le moins possible un fardeau. Il se devait d’entreprendre ce chemin.

« Oui je comprends ce que tu ressens. Il est vrai qu’il est dur de se faire une place. En un sens, ça nous rappel notre ancienne vie, dans ces grandes villes où l’on croise des milliers de personnes chaque jour sans les connaître. Juste des visages inconnus qui ont chacun leurs propres objectifs pour surmonter la noirceur de ce nouveau monde. »

C’était étrange. On aurait pu croire que dans ce monde dévasté par la mort, les quelques survivants qui restaient seraient heureux de vivre de nouveau en communauté, ensemble, soudé. Et pourtant, certains n’hésitaient pas à quitter la protection du camp et à enchainer les missions à l’extérieur pour fuir cette vie en groupe, comme s’ils ne trouvaient plus leur place. D’autres se tuaient à la tâche, dans tous les sens du terme, pour fuir leur pensée. D’autres laissaient la folie prendre le dessus et ajoutaient encore plus de sang sur cette terre qui en était déjà imprégnée. Après tout, comment pouvait-on se remettre de toute cette haine, de toute cette violence, cette tristesse ? Pourrait-il s’en relever et vivre de nouveau comme avant ? Janek en doutait. Il était bien l’un des derniers à rester à la traine, à retarder l’inévitable : tuer ou être tué.

« Puis-je me permettre de te demander ce que tu faisais avant tout ça ? »

Bien plus tard, lorsque la nuit fut bien avancée, les occupants de la voiture n’eurent pas le choix que de se réveiller en urgence. Janek avait les mains crispées sur le volant, des sueurs froides coulant le long de sa colonne tandis qu’il ne quittait pas des yeux le groupe de rôdeurs qui passaient dans un silence mortel plus loin devant eux. Le murmure de Teresa ne fit que glacer d’avantage son corps d’angoisse. Il regarda dans les rétroviseurs sans bouger. Il faisait encore sombre et Janek n’avait pas autant de visibilité qu’il l’aurait voulu. Il se tourna lentement, fixant une seconde Teresa avant de regarder par les vitres s’il voyait du mouvement derrière eux. Le soleil commençait à éclaircir le ciel. Il allait y aller lentement. Ils ne pouvaient pas rester ici. Le peintre souffla pour se calmer, se répétant que les morts étaient lents, qu’il avait le temps de manœuvrer pour ne rien percuter, qu’ils étaient à l’abris dans la voiture. Les pieds sur les pédales, Janek sembla faire un compte à rebours dans sa tête avant de tourner les clés et de démarrer le moteur. Celui-ci toussa puis se tut.

« Et merde ! »

Les rôdeurs avaient bien évidemment entendu sa tentative et certains commençaient à se tourner lentement vers eux. Ils avaient le temps, on reste calme.

« Et merde ! Ce n’est pas le moment ! »

Il recommença à tourner les clés, et cette fois-ci le moteur ronronna délicieusement à ses oreilles. Puisant dans ce qui lui restait de self contrôle, Janek alluma les phares, enclencha la marche arrière et commença à faire un créneau pour faire demi-tour. A part quelques secousses dû au terrain, il n’y eut pas d’autres accroches. Janek fila alors sur la route pour s’éloigner des rôdeurs, espérant ne pas en croiser d’autres.
C’est bien une demi-heure plus tard, il ne savait plus trop, qu’il sentit la main de Skyler sur la sienne agrippée au volant. Son ami semblait l’appeler depuis quelques secondes sans qu’il ne l’entende, encore paniqué par ce qui venait de se passer. Plus jamais il ne dormirait derrière le volant. La voix de Skyler fini par atteindre son cerveau.

« Hé Janek ! C’est bon t’as assuré mec, on est à l’abris. Arrêtes toi maintenant. Allez gares toi ! On va prendre le relais. On est hors de danger. »

Il finit par ralentir, hochant la tête à l’affirmative, avant de stopper la voiture sur la route. Skyler regarda autour d’eux et sortit pour vérifier qu’ils ne craignaient rien. Le peintre sursauta quand leur garde du corps toqua au carreau de son côté, l’invitant à sortir. Janek eut bien du mal à lâcher le volant, ses muscles crispés, avant de maladroitement sortir de la voiture pour aller souffler dehors. Ses jambes tremblaient.

« Bon sang ! »

Il avait réussi. Il avait gardé le contrôle et n’avait pas tout fait foiré. Il aurait dû en être heureux mais il était énervé de réagir ainsi. Il n’avait pas du tout évolué. Enfin un peu quand même. L’ancien Janek aurait paniqué et aurait fait n’importe quoi avec la voiture et les choses se seraient passés autrement. Il entendit Skyler demander à Teresa comment elle allait. Ils semblaient être tellement à l’aise et habitués par tout ça, lui s’efforçait encore à calmer ses tremblements.
Revenir en haut Aller en bas  
Teresa Guevera
Teresa Guevera
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 446
Sujet: Re: Les artistes cartographes de l'extrême.   Dim 6 Déc 2020 - 23:29
Il y avait une étrangeté chez Teresa. Une dualité, voire un paradoxe, même. Ceux qui ne la connaissait que mal voyaient en elle sa force de vie, sa volonté d'aller de l'avant envers et contre tout. C'était ce qui l'avait fait avancer après l'abandon de sa famille, et bien plus tard, après la mort de son fils. C'était grâce à cet élan qu'elle était encore là, à œuvrer pour les membres de The Haven.
Mais ceux qui la côtoyaient plus intimement, ou qui avaient l'occasion de sortir en mission avec elle, pouvaient apercevoir une autre de ses facettes, une partie d'elle prête à se sacrifier pour les autres, une part d'elle qui n'avait plus rien à perdre dans la vie. Joséphine et Corray l'avaient vue courir au devant des rôdeurs pour jouer les appâts, et ce n'était sans doute pas les seuls à pouvoir se poser des questions sur l'instinct de survie de la cubaine.

Mais là, dans cette voiture, elle avait préféré jouer la prudence, sans faire prendre le moindre risque à ses deux compagnons de route. D'un commun accord, tous trois décidèrent de rester à l'abri dans la voiture, sans tenter le diable pour se débarrasser des cinq morts-marcheurs. De toute manière c'était comme le chiendent, plus ils en abattaient et plus il en revenait, encore et encore.
Après un faux départ qui alerta les rôdeurs, la voiture démarra pour de bon, et Janek les conduisit à une demi-heure de là, pied au plancher. La brune était restée immobile, scrutant l'extérieur de l'automobile avec la boule au ventre d'y voir apparaître d'autres cadavres ambulants.

C'est finalement sous l'impulsion de Skyler que le jeune artiste parvint à revenir à lui et arrêter sa course effrénée, sortant ensuite pour jeter un oeil autour d'eux. Son toctoc à la fenêtre fit sursauter Janek, mais là encore Teresa ne broncha pas. Elle avait eu la trouille, avait senti son ventre se glacer en regardant les faces décharnées de ces créatures, mais n'avait pas dit un mot, pas fait un geste. Certains oseraient la dire courageuse, d'autres penseraient que la peur la paralysait, et ce n'était pas totalement faux. Sans doute la fatigue et son réveil en panique y étaient-ils aussi pour quelque chose.

Elle sortit de la voiture, happant une goulée d'air frais comme si elle avait manqué de se noyer. A côté d'elle, Skyler continuait de scruter les alentours, et le peintre, sorti à son tour, semblait avoir du mal à reprendre contenance.
Sans même y penser, la cubaine étira ses doigts pour enserrer doucement l'épaule du jeune homme.

- Merci. T'as vraiment assuré Janek. Elle lui sourit, sincère et reconnaissante. Elle sortit une bouteille d'eau de son sac pour la lui tendre. Bois... ça remettra en marche ton système salivaire et.. diminuera ton stress. C'est mécanique. Elle ne savait plus exactement d'où elle tenait ça. Ça ne l'empêcha pas d'ajouter : C'est pour ça qu'on donnait à boire aux victimes quand il y avait.. des accidents ou des attentats. Pour faire redescendre leur angoisses.
On ne la connaissait pas aussi terre à terre, la brune. Pourtant parfois, être prosaïque permettait de se raccrocher à une réalité simple et rassurante.

Elle se laissa glisser assise au sol, l'invitant à faire de même. Tu m'as demandé ce que j'faisais, avant. J'étais couturière. A dix-neuf ans, j'ai eu un enfant. Ma famille m'a reniée, et j'ai dû me démerder seule avec ce p'tit bout de vie dans les bras. J'ai enchainé les petits boulots, jusqu'à être engagée comme petite main dans l'atelier d'une styliste. Comme j'étais plutôt douée, je me suis retrouvée à bosser au plus près d'elle.. Et de fil en aiguille -formule toute trouvée, hein ?- elle et moi.. on est devenu plus que collègue. Elle était ma moitié, elle était.. parfaite pour moi. Ça a duré une décennie, et je jure que ça durerait encore, si toute cette merde nous avait pas séparées.

Son regard retourna sur Janek, avec un léger sourire, peut-être mélancolique. Bref, en gros je faisais la même chose qu'aujourd'hui, et tout c'que j'ai jamais su faire : coudre.
Et toi... Tu peignais, c'est ça ?


La nuit risquait d'être encore longue, et la cubaine n'était pas prête de se rendormir après la trouille qu'elle avait eue. Alors tant qu'à faire, autant la passer à discuter plutôt qu'à broyer du noir.



 "Je suis perdu dans ta bouche,
 Comme une bouteille à la mer
 Comme un clodo sous la douche,
 Comme un soleil en hiver
 Je nagerai dans tes eaux,
 Jusqu'au comptoir de mes rêves
 C'est ma langue sur ta peau,
 À l'abreuvoir de ta sève"



 

•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas  
Janek G. Abramovitch
Janek G. Abramovitch
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 45
Sujet: Re: Les artistes cartographes de l'extrême.   Dim 3 Jan 2021 - 19:31
Une légère pression sur son épaule fini par ramener totalement Janek de sa panique. Il tourna son visage vers Teresa dont le toucher le rassura. Elle allait bien, ils allaient tous bien, c’était pour lui tout ce qui comptait, en plus du fait qu’il n’avait pas été un poids, n’avait mit personne en danger. Janek lui accorda finalement un sourire, répondant au sien, hochant de la tête à ses remerciements et la remerciant à son tour tout en attrapant la bouteille d’eau. Maintenant qu’il y pensait, sa bouche lui semblait extrêmement sèche. Il ne douta pas un instant de ses paroles, ça semblait plus que logique. Une information qu’il garderait en tête. Il prit d’abord une gorgée qu’il garda en bouche, ses joues bougeant légèrement tandis qu’il faisait bouger l’eau, histoire de faire partir cette sensation d’assèchement avant d’avaler. Il reprit une dernière gorgée pour le plaisir de sentir l’eau fraîche descendre dans sa gorge avant de redonner la bouteille à Teresa. Il se sentait beaucoup mieux.

Il fut surpris par la discussion légère qui s’en suivit, mais ce n’était pas désagréable de parler d’autre chose après ces émotions fortes. Il est vrai que la couturière s’était endormie avant de lui répondre. Ne la connaissant que dans ce monde ravagé, Janek avait du mal à l’imaginer couturière au côté d’une styliste, mais elle était créative et pétillante, alors l’idée fut vite intégrée comme cohérente. Ils avaient tous dû changer pour s’adapter à ce monde. Au moins ses talents étaient utiles. Elle pouvait continuer de faire des vêtements pour les survivants, de la literie, des tentes, faire des réparations. Il était important d’être habillé de vêtements en bon état pour se protéger. Il l’imaginait même peut être créer des protections pour être moins facilement mordu. Ses capacités pouvaient servir aujourd’hui, pas comme lui.

Teresa était une battante. Il l’avait déjà remarqué. Voilà qu’il apprenait qu’elle s’était battu seule contre le monde avec un enfant. Janek n’osa pas demander ce qu’il était advenue de l’enfant. Ce n’était peut-être pas une question à poser alors qu’ils se connaissaient à peine, ni même ce qui était arrivé à sa moitié. Janek eut de la peine pour elle et honte de lui même. Elle avait eu un enfant, avait eu un amour partagé, avait tout perdu, et pourtant elle était devant lui, à le rassurer en souriant. Lui avait préféré jouer la carte de la drogue pour fuir ses déceptions.

« C’est déjà beaucoup. Tes connaissances en couture sont utiles dans ce nouveau monde. J’étais peintre oui, et c’est bien le seul talent que j’avais. Je dois tout réapprendre comme un enfant à présent, et j’avoue être bien maladroit. »

Janek souriait. N’aimant pas cette manie qu’il avait de toujours se rabaisser, se sentant si inutile, il préférait cette expression, pour qu’on ne s’occupe pas de lui. Il allait bien, il n’avait pas à se plaindre. Surtout depuis la mort du militaire. Ce jour là, il aurait dû mourir sous les dents d’un mort, mais un homme bien plus utile, bien plus fort que lui s’était interposé et avait prit sa place. Ça le rongeait, mais il ne voulait pas le montrer, il essayait de le cacher, de passer outre et de s’améliorer, préférant soutenir des personnes comme Teresa ou Skyler.

Ce dernier s’approcha d’eux, regardant toujours autours d’eux.

« Il faut que l’on repère notre position sur la carte. »

Le peintre hocha de la tête et se releva, , frottant son jean pour enlever la poussière, tournant autour de la voiture pour attraper la carte côté passager. Il la déplia sur le capot, Skyler pointant sa torche dessus pour mieux voir, montrant deux endroits.

« Nous étions ici. Si j’ai bien suivi, on doit être quelque part dans cette zone là. »

L’homme avait d’excellent réflexe. Il n’oubliait pas de repérer leur position même dans les moments d’urgence, assurait leur sécurité pendant qu’eux papotaient pour se remettre de leurs émotions et prenait les devants pour qu’ils puissent rapidement s’orienter au cas où et discuter de la suite de leur voyage. Leur petite mésaventure fut d’un impact assez mineur pour ne pas prendre la décision de rentrer mais plutôt de continuer leur mission. Janek regarda Teresa pour connaître son avis sur la question.
Revenir en haut Aller en bas  
Teresa Guevera
Teresa Guevera
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 446
Sujet: Re: Les artistes cartographes de l'extrême.   Dim 10 Jan 2021 - 15:35
La discussion faisait redescendre la pression, autant pour le peintre que pour la couturière. Elle avait fait montre de tout le sang froid dont elle était capable, mais le réveil en urgence ne l'avait évidemment pas laissée indifférente, et elle s'était bien gardée de dire que Skyler était passé à un cheveux de prendre un coup de couteau au moment où il l'avait réveillée. Ses doigts étaient restés ancrés au manche de son couteau, crispés sous la couverture, et elle n'avait su les en décoller qu'une fois que Janek les avait conduit à l'abri, une demi-heure plus tard.

Alors oui, poser ses fesses et échanger quelques mots badins lui avait fait du bien, détournant son attention de l'incident nocturne. En éternelle optimiste, elle secoua la tête aux mots du jeune peintre, revenant poser une main réconfortante sur la sienne, la serrant doucement.

- On est tous des enfants depuis l'invasion, Janek. Personne n'était prêt à se prendre tout ça sur la gueule. On doit tous réapprendre à vivre, à se rendre utile différemment. D'ailleurs ! J'avais pensé faire une fresque en peinture sur le mur de mon atelier de couture, pour l'égayer un peu. Si ça te botte de le faire contre service de ma part.. ce serait avec plaisir.

Skyler revint de son tour de surveillance, les rappelant à leurs obligations, et la brune lui adressa un sourire en se redressant rapidement. Bonne remarque ! Elle rejoignit les deux hommes devant la voiture, ajoutant sa lampe de poche à celle de Skyler pour voir les tracés de la carte. On venait de noter cette route, oui.. Elle approuva le survivant dans ses approximations, réduisant à peine la zone qu'il désignait d'un mouvement de doigt. On est dans ce coin-là, je pense. Ce sera facile de retrouver plus précisément demain, on devrait retomber sur cet embranchement assez rapidement.

Elle se tourna vers eux en ajoutant : on peut noter la présence des cinq rôdeurs dans la zone, quand bien même ils soient assez mobiles. La nuit est déjà bien avancée, j'propose de monter la garde pendant que vous vous reposez jusqu'à l'aube. Et demain on poursuit sur notre lancée. C'est pas cinq rôdeurs à la con qui vont nous arrêter, hein ?

Un sourire se glissa sur ses lèvres, et après quelques annotations rapides, la carte fut repliée et rangée. Skyler prit la place du conducteur pour s'y reposer et Teresa retrouva son petit espace sur la banquette arrière, aux aguets cette fois. Pour le jeune survivant, elle souffla tout bas : Essaye de dormir un peu, demain la journée sera encore longue.

La nuit quant à elle, fila sans autre alerte ni semblant de dérangement, à peine l'arrivée d'un renard qui parvint à faire sursauter la cubaine un peu trop sur ses gardes et qui se fit maudire sur quelques générations. A l'aube, ils purent repartir après une collation, s'approchant après quelques tours et détours de la Marina, tout à la pointe de la péninsule. La végétation y laissait place à des bâtiments industriels et commerciaux, qu'elle avait déjà eu l'occasion de parcourir une ou deux fois pour y récupérer du matériel.

- Les rôdeurs sont plus nombreux ici.. va falloir rester sur nos gardes.
Et si on arrive déjà à quadriller le coin grossièrement, je pense qu'on pourra tranquillement repartir vers le camp. Ce serait con de tomber en rade de carburant sur la route...



 "Je suis perdu dans ta bouche,
 Comme une bouteille à la mer
 Comme un clodo sous la douche,
 Comme un soleil en hiver
 Je nagerai dans tes eaux,
 Jusqu'au comptoir de mes rêves
 C'est ma langue sur ta peau,
 À l'abreuvoir de ta sève"



 

•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas  
Janek G. Abramovitch
Janek G. Abramovitch
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 45
Sujet: Re: Les artistes cartographes de l'extrême.   Jeu 28 Jan 2021 - 11:52
Janek n’arrivait pas trop à savoir comment Skyler et Teresa avaient vécu cette rencontre mortelle. Il se doutait, n’étant pas des surhommes, qu’ils avaient ressenti pas mal de stress et de tension, mais ils le cachaient plutôt bien au contraire du peintre qui était plutôt de nature un livre ouvert. Ce devait être anxiolytique de vivre avec lui. Ce qu’il pouvait cependant remarquer, c’est que leur petite discussion allégeait fortement l’ambiance. Teresa semblait moins tendu et il pouvait dire, en voyant ses épaules plus basses, que Skyler l’était aussi tandis qu’il leur tournait le dos à surveiller les alentours, s’éloignant. La chaleur de la main de Teresa fini par le détendre totalement, respirant mieux, attrapant le bout de ses doigts pour lui retourner son geste. Il la fixa un moment, inexpressif, la jaugeant, avant de tourner sa tête pour regarder le paysage face à lui qui s’éveillait en douceur avec le soleil aux rayons timides. Un sourire se dessina sur ses lèvres.

« Oui. Tu as sûrement raison. Personne n’était préparé à vivre ainsi. »

Un poids venait de s’envoler dans sa poitrine sans avoir conscience de l’avoir porté jusque là. Il pensait depuis le début être un fardeau. Avec quelques mots, Teresa venait de lui faire un cadeau. Il avait l’impression, pour la première fois depuis l’épidémie, qu’il avait le droit de vivre, qu’il avait sa place ici comme tout le monde, qu’il lui suffisait juste d’être patient et de continuer à faire des efforts pour changer et s’adapter à ce nouveau monde. Des personnes bien plus utiles que lui sont morts, mais lui était toujours là, ça ne servait à rien de penser à ce qui aurait dû être ou ne pas être.  Certains s’étaient habitués très vite, d’autres avaient juste besoin de temps. Mais personne n’y était préparé dès le départ, sauf peut-être quelques cas à part. Janek regarda de nouveau Teresa, son sourire lumineux de retour.

« Se serait avec plaisir ! »


Ah ça, quand on demandait à Janek de peindre, pas besoin de service en retour, il était un homme heureux. Skyler mit fin au moment de détente en leur rappelant le pourquoi ils étaient dehors, loin de l’abri du fort, à rencontrer des morts. Il était temps de se remettre au travail et de partir vite d’ici.  Penché sur le capot de la voiture, les cartes dépliées, Teresa confirma leur emplacement. N’étant pas cartographe de base, apprenant sur le tas à lire une carte, Janek indiqua la zone des rôdeurs sur la carte et le nota dans son carnet. Teresa proposa de se reposer. Honnêtement, Janek avait un sommeil court, il avait dormi bien plus que lorsqu’il vivait sa vie de peintre à l’esprit en fusion. Ajoutez la scène précédente, le sommeil n’était plus au rendez-vous. Skyler sembla pourtant accepter, il est vrai qu’il avait fait le guet, il devait dormir un peu pour être un minimum alerte. Quel bonheur de le voir prendre la place du conducteur ! Janek, sur la place passager, avait replié ses jambes, appuyé sur le tableau de bord, et faisait des croquis dans son carnet avec un léger sourire. Il chuchota pour ne pas déranger leur garde du corps.

« Merci Teresa, mais j’ai assez dormi. Si tu veux te reposer, je ferai le guet, sinon on peux le faire ensemble. »

Bercé par la respiration de Skyler endormi, Janek se sentait très calme. Lorsqu’il ne jetait pas un regard sur les alentours, il se permettait de dessiner. On pouvait voir des visages décharnés par moment, un autre qui ressemblait à Skyler de dos comme précédemment, surveillant le monde armé de son fusil, une Teresa penchée sur les cartes, concentrée… Janek mettait sur papier les souvenirs depuis le début de l’épidémie. Ses gestes étaient rapides et précis, signe d’habitude. Il faisait ça depuis aussi loin qu’il puisse se souvenir. Le peintre, une fois la surprise passée, eu un sourire d’amusement au sursaut de la couturière. Lorsque Skyler se réveilla, Janek était dehors, assis sur le capot à fumer une roulée tout en surveillant que rien n’approchait. Après avoir prit le petit déjeuner, ils repartirent.

C’est plusieurs heures plus tard que Janek découvrit la Marina dont on lui avait tant parlé. Pas de doute qu’il en fera un tableau plus tard le connaissant. C’est avec curiosité que Janek observa ce qu’il restait de cet endroit. Et grimaça en remarquant effectivement les nombreux rôdeurs.

« Faisons ça. Et ne parle pas de malheur. »

Le plus vite ils s’activaient, plus vite ils rentraient en sécurité. Skyler resta au volant tandis que Teresa indiquait au peintre ses observations qu’il retranscrivait sur carte et carnet. La route était en mauvais état par endroit, les bousculant dans la boîte métallique sur roue. Janek regarda les bâtiments.

« Je suppose que beaucoup de ses bâtiments ont été fouillés? Les habitants ont du mal à me parler de cet endroit. Cela semble être un souvenir encore douloureux à partagé, amère aussi. Surement. »
Revenir en haut Aller en bas  
Teresa Guevera
Teresa Guevera
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 446
Sujet: Re: Les artistes cartographes de l'extrême.   Mar 2 Fév 2021 - 16:48
Le caractère de Teresa n'était pas toujours facile. Dès lors qu'elle était contrariée ou qu'on se montrait agressif envers elle, quelque chose se déclenchait et elle répondait œil pour œil et dent pour dent, montant souvent bien trop vite dans les tours de la colère. Elle devenait ce volcan en activité, prêt à entrer en éruption au moindre mot de travers pour déverser sa rage et quelques flopées d'insultes espagnoles...
Mais, le reste du temps -ce qui heureusement représentait quand même une grande majorité du temps-, elle était juste une femme au caractère bien trempé certes, mais posée et bienveillante envers ceux qui l'entouraient. C'était la seconde façade de la cubaine, cette volonté naturelle, instinctive, de prendre soin des autres, de s'assurer que chacun aille bien. Et Janek ne faisait pas exception.

Dans ses mots, il semblait à la brune comprendre l'inutilité qu'il se pensait avoir, presque comme un regret d'être encore là, lui qui ne pensait rien savoir faire de particulier.
Teresa n'était pas d'accord avec ça.. La plupart des survivants, même au Fort, avaient appris sur le tas à se rendre utile. A travailler la terre, élever des animaux, construire ou reconstruire des habitations,  des défenses, utiliser des armes. Franchement. Qui avait déjà tué avant l'invasion ? Qui avait déjà dû enfoncer une lame dans le crâne de quelqu'un pour sauver sa vie ? Pas grand monde. Et certainement pas Teresa.
D'ailleurs ses quelques mots en ce sens parurent rassurer le peintre, en un sens, et ça fit sourire la couturière, qui serra doucement sa main en retour, heureuse de le voir plus serein.

- Dès qu'on rentre, on parle de cette fresque alors..! Enfin, après un bon décrassage et une nuit dans un lit confortable, on s'entend. Elle laissa échapper un rire en se redressant, alors que Skyler affichait leur carte.
Quand ils se furent mis d'accord sur leur localisation approximative et leur trajet du lendemain, chacun retourna dans la relative sécurité de la voiture, leur silencieux compagnon derrière le volant, et la brune sur la banquette arrière, venant se pencher sur le siège avant pour regarder Janek dessiner quelques moments de la journée, avec un talent plus qu'évident.

- Je vais veiller un moment aussi, alors.. Si je m'endors je t'interdis formellement de me dessiner comme preuve, je nierai tout en bloc !

A nouveau elle rit dans un souffle bas, pour ne pas déranger l'endormi, lançant une oeillade amusée vers l'israélien. La nuit se passa calmement, tout animal farceur mis à part et elle sombra une petite heure avant de réveil de Skyler, la tête contre la vitre de la voiture.
Après s'être étirée dans tous les sens pour compenser les quelques heures passées repliée sur elle-même, et un petit déjeuner avalé avec appétit, ils repartirent vers la Marina. Le lieu était comme elle l'avait quitté quelques semaines plus tôt avec le reste de leur petite expédition : désolé et mal fréquenté, si l'on pouvait dire.

- On est venu ici plusieurs fois, y'a eu pas mal d'expéditions dans le coin pour récupérer du matos. Tomas doit être celui qui connait le mieux les lieux, pour le coup. Il a dû faire facilement tous les magasins de matériel "marin" du coin, les affaires de plongée je crois aussi.. ce genre de trucs. Elle s'interrompit pour indiquer à Janek un enchevêtrement de voitures à l'arrêt coupant l'accès à une petite rue secondaire, avant de reprendre : je suppose que ça a été fouillé comme un peu partout oui ? Honnêtement j'en sais rien.. je viens pas de ce côté de la ville et au final je suis pas venue très souvent jusqu'ici. Pas pour faire de la fouille du moins.
Skyler, prends à droite ici. Janek, tu peux noter.. à cinquante mètre environs c'est une impasse, un camion renversé en travers de la route. On avait tenté de prendre ce chemin la dernière fois, on a dû faire demi-tour.


Elle se tourna finalement plus avant vers le jeune homme.

- Pourquoi tu demandes ça..? Tu veux explorer un bâtiment en particulier ? Oh, et d'ailleurs, t'as ce qu'il te faut en terme de matos de dessin, peinture et compagnie ? Sinon je peux voir avec Kara pour t'en trouver la prochaine fois que je vais au No Man's Land.



 "Je suis perdu dans ta bouche,
 Comme une bouteille à la mer
 Comme un clodo sous la douche,
 Comme un soleil en hiver
 Je nagerai dans tes eaux,
 Jusqu'au comptoir de mes rêves
 C'est ma langue sur ta peau,
 À l'abreuvoir de ta sève"



 

•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas  
Janek G. Abramovitch
Janek G. Abramovitch
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 45
Sujet: Re: Les artistes cartographes de l'extrême.   Ven 5 Fév 2021 - 12:28
Le sourire de Janek s’étira un peu plus, la chaleur de la main de Teresa agissant comme un baume. Son rire était lui aussi communicatif. Il vu même Skyler les regarder une micro seconde avec un sourire en coin. Bien qu’il n’y participait pas, la conversation semblait le détendre lui aussi.

Dans la voiture, Janek sentit Teresa se rapprocher pour chuchoter au balancement de son siège. Il n’était pas question de réveiller leur ami. L’israélien émit un son d’amusement discret aux paroles de Teresa. Ça sonnait comme un défi, il était tenté de le relever. Finalement, la couturière fini par s’endormir et Janek veilla sur eux jusqu’à l’aube – pas sans céder à la tentation et faire un rapide croquis des deux endormis ! Il ressortirait peut être tout ça plus tard, peut-être même sur la fresque, qui sait jusqu’où il avait envie de la faire criser. C’était un petit filet de bave qu’il voyait là ?-.

Si la journée commençait avec légèreté et une pointe d’amusement, arrivée à la Marina, la tension revint dans la voiture. Le peintre hocha de la tête à plusieurs reprises en écoutant Teresa, observant en silence les environs. Ce Tomas s’orientait clairement vers l’activité marine. Pêche ? Plongée ? Il était un peu curieux, il aimerait en savoir plus sur ce que faisait cet homme avec tout ce matos.

« Qu’est-ce qui a bien pu t’amener ici si ce n’est pas pour fouiller ? »
-demanda Janek distraitement en prenant des notes sur son carnet, n’oubliant pas pourquoi ils étaient là. Il se rendit compte que c’était peut-être indiscret de sa part. - « Pardon, ne répond pas si ça ne me regarde pas. »

Elle était donc déjà venu ici, mais n’en savait pas extrêmement plus. Tant de mystères semblent planer sur cet endroit. Pourtant il était clair que des membres du Fort venaient régulièrement par ici. Janek blanchit légèrement face aux questions de Teresa, répondant avec une légère précipitation devant une idée qui lui paraissait angoissante visiblement.

« Non je n’y tien pas. Du tout. »


Mais ce détendit légèrement en pensant à son matériel.

« Je fais avec ce que j’ai. Merci Teresa de demander. Je ne vais pas dire non si vous en trouvez, évidemment. Mais il ne faut pas que ça vous encombre. Et encore moins vous mettre en danger pour ça. »

Janek lui accorda un léger sourire avant de retourner dans ses notes. Le No Man’s Land, Janek n’y était pas retourné depuis qu’il avait rejoint le Fort. Il était conscient qu’il ne pourrait pas resté planqué ainsi indéfiniment. Une idée germa dans son esprit. Il avait passé un peu de temps là-bas et il ne lui était jamais rien arrivé. Bien sûr qu’il fallait rester méfiant au NML, mais c’est ce qu’il connaît de plus sûr en dehors du Fort.

« Il faudrait que j’y retournes un jour au No Man’s Land. Je me dis que ça m’aiderait peut-être à retrouver une certaine assurance en dehors du Fort. Il va bien falloir que je trouve du courage et que je sortes. Je ne peux pas aider uniquement à l’abri des murs. »

La preuve de leur mission actuelle. Mettre à jour les cartes amenaient obligatoirement à sortir. Il devait changer ça avant qu’on ne lui demande une mission moins sécure. Janek jeta un coup d’œil à un rôdeur isolé dans une ruelle, loin d’eux. Le peintre s’enfonça dans son fauteuil, une moue sur le visage.

« On ne devrait pas trop traîner dans le coin. On ne sait jamais ce qu’il peut se cacher dans ces ruelles étroites et ces bâtiments. Terminons notre mission et partons si vous voulez bien. »

Plus ils passaient du temps ici, et plus Janek se sentait nerveux. Il aimerait que les choses restent calmes. Plus vite ils rentreront, plus vite ils seront en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: Les artistes cartographes de l'extrême.   
Revenir en haut Aller en bas  
- Les artistes cartographes de l'extrême. -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: