The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Le Deal du moment : -38%
Lot de 3 Tasses Empilables en Céramique – ...
Voir le deal
10.49 €

scream, and tears.
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nihima Brown
Nihima Brown
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 230
Sujet: scream, and tears.   Sam 25 Juil 2020 - 15:51

La piste s'arrêtait subitement, faisant froncer les sourcils à la brune. En pleine apprentissage de la chasse, Joey ne risquait pas de pouvoir lui indiquer si le daim s'était envolé subitement, ou s'il avait rejoint une faille temporelle. Etrange... Avait soufflé Nima en venant poser ses mains sur la terre, voir si les empreintes n'avaient pas été effacées volontairement. Mais rien. Peut-être vers le ciel ? Relevant les yeux vers les branches à la recherche d'un reste de corde, sans succès. Si il y avait eu piège, les chasseurs s'étaient occupé d'en récupérer la plus petite pièce pour l'installer ailleurs.

On dirait que la piste s'arrête ici. Avait-elle soupiré à l'attention de l'hispanique en lui offrant un regard désolé. Dune, savamment attaché à leurs côtés restait patient, calme. Signe que pour le moment, aucun coyote ne rôdait dans les parages. Venant flatter l'encolure de l'animal et lui donner un peu de carottes coupées qu'elle conservait dans son sac pour le faire patienter, avant de se tourner à nouveau vers Joey. On va voir si on trouve pas autre chose. Je tuerai pour manger autre chose que du gibier. Avait-elle soupiré en relevant les yeux vers le ciel.

Elle ne pouvait pas se plaindre de manger à sa faim. Mais quand même. Elle n'aurait pas été contre un peu de poisson frais, histoire de changer de saveur. Elles avaient avancés de quelques mètres encore, en silence, prenant soin de traîner Dune à l'aide de sa longue jusqu'à arriver devant l'entrée d'un village.
Du moins, de ce qu'il en restait. Fronçant les sourcils en constatant que les trois quarts des habitations s'étaient écroulés sous leur propre poids, et que ce qui devait à une époque être la place centrale n'était désormais qu'un vaste marécage ou se dressaient encore les reste calcinés d'une église.

Charmant, le coin. Avait-elle marmonné à l'attention de l'ex pompier. Le genre ou on à envie de passer du temps. Elle préférait ne même pas imaginer ce qui avait pu se passer ici. Le lierre avait recouvert en partie la plupart des maisons encore debout, alors que l'une d'entre elle dans un état particulièrement pitoyable, avait au moins le mérite de posséder une véranda qui semblait encore tenir debout.

On fouille ? Avait-elle proposé à Joey en revenant attacher Dune dans les fourrés les plus proches, histoire que l'animal ne soit pas à la vue de qui que ce soit, et en sécurité. Ca serait bien de ne pas rentrer les mains vides.

Et puis, elles n'étaient pas à l'abri d'une bonne surprise. Piles encore dans l'emballage, nécessaire de jardinage, draps pas encore envahi de moisissure...




   
the end of times for all
And every hand will reach for
The power that lies untold
The time of axe and sword is night
Blood-red seeds of war are down
Revenir en haut Aller en bas  
Joséphine Duprès
Joséphine Duprès
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2396
Sujet: Re: scream, and tears.   Mar 28 Juil 2020 - 0:26
Légèrement en retrait par rapport à Nima, Joséphine haussait les sourcils, trouvant elle aussi cela…étrange. Enfin, pas tant le fait que les empreintes de l’animal qu’elles traquaient disparaissent subitement, bien sûr ça l’était, mais plus cette communion que la brune à ses côtés semblait avoir avec la nature. Alors qu’elle-même ne voyait que des arbres, des branches, des craquements dus à la fuite d’animaux, la survivante voyait tout différemment, portait une attention particulière à leur environnement, et Jo était…presque fascinée, elle ne pouvait le nier. Comme souvent depuis que l’amérindienne avait accepté de partager avec elle son savoir, Joey observa avec attention les gestes, les regards, l’attitude, tous ces détails qui attestaient que la jeune femme savait parfaitement ce qu’elle faisait, que l’habitude de chasser était ancrée en elle, comme une seconde nature. La jeune femme ne tarda d’ailleurs pas à tourner un regard désolé vers la pompier, qui lui répondit d’un léger sourire. « -On aura plus de chance la prochaine fois. » souffla-t-elle, pourtant bien consciente que la chance n’avait rien à voir là-dedans.

A son tour, l’hispanique leva le nez suite aux paroles de la survivante, avant de hausser une épaule : « -La journée est encore loin d’être terminée, on a encore du temps avant de devoir rentrer… » dit-elle, alors que le duo se remettait en route, accompagné du cheval de la survivante. Joséphine n’était encore pas très à l’aise avec l’idée de grimper sur l’une de ces bestioles, et pourtant, depuis sa conversation avec Connor, l’idée que c’était pour le mieux se faisait de plus en plus tenace dans son esprit. Elle imaginait par exemple sans peine le temps précieux que cela lui ferait gagner quand elle souhaitait rejoindre le No Man’s Land. Presque timidement, elle tendit la main vers l’animal pour venir caresser doucement ses flancs, avant de marquer un léger arrêt quand les ruines d’un village se dessinèrent face à leurs yeux surpris. Si elle avait été superstitieuse, Joey aurait sans doute fait demi-tour, prétextant que les lieux inspiraient tout, sauf la confiance, et que de quelconques esprits maléfiques pourraient s’y trouver, venant narrer aux survivantes les terribles histoires, les atrocités qui avaient dû s’y dérouler. Mais elle était trop terre à terre, et tout ce qu’elle voyait-là étaient les ravages du temps, du manque d’entretien, de l’absence de l’homme.

Suivant le regard de Nima, Joey détailla à son tour l’une des rares maisons encore debout, mais qui pour autant n’avait pas été épargnée par le lierre, qui se faufilait partout, dans la moindre craquelure sur la façade, venant affaiblir encore davantage la structure. Les yeux foncés de Joséphine scrutèrent attentivement la maison branlante, puis les autres, dans le même état pour celles qui étaient encore debout, avant qu’elle pousse un soupir. Elle n’avait pas particulièrement envie de s’aventurer là-dedans, les bâtisses semblaient sur le point de s’effondrer au moindre coup de vent un peu trop fort, et pourtant, elle rejoignait l’avis de la survivante, peu désireuse de rentrer les mains vides au camp. « -Okay. Fais attention où tu mets les pieds, l’humidité a rendu les planchers et escaliers peu sûrs… » dit-elle en lui lançant un regard entendu, bien qu’elle ne doutait pas que la brune en soit parfaitement consciente. Mais mieux valait prêcher par excès, que par défaut, après tout.

Sortant son couteau de son étui, Joséphine s’avança donc vers la véranda par miracle encore debout, dont seul un carreau avait explosé, la branche coupable reposant à l’intérieur, sur les débris de verre. Sans s’engager, la pompier sifflota, tapotant du manche de son arme sur le carreau, sans pour autant entendre le moindre bruit suspect à l’intérieur, trahissant une présence humaine, ou plus vraiment. Joey adressa donc un regard à Nima, puis enjamba la bordure en aluminium de la véranda, pour pénétrer à l’intérieur de la maison. Une épaisse couche de poussière reposait sur les morceaux de verre brisés, qui crissèrent sous les semelles de la survivante s’engageant dans les lieux avec prudence. La porte séparant la véranda du reste de la maison n’était plus qu’à moitié sur ses gonds, le bois gonflé d’humidité, et Joey se faufila pour glisser dans l’habitation, une odeur de moisissure venant chatouiller ses narines.

Ses pas soulevaient des petits nuages de poussière à chaque fois qu’elle levait puis reposait son pied au sol, et la brune ne tarda pas à aviser une cuisine aux tiroirs et placards ouverts, attestant que d’autres qu’elles étaient sans doute déjà passés par là. Peu de probabilités pour elles de trouver quoi que ce soit, donc. Poursuivant dans le couloir, Joséphine avança encore, avant de jurer à voix basse. Face à elle, une partie de l’escalier s’était effondré sous le poids du toit, des tuiles se trouvant même dans le salon, ce qu’elles n’avaient pu voir depuis l’extérieur. Son regard se tourna vers Nima, alors qu’elle haussait les épaules. Après tout, c’était une possibilité que chacune avait dû envisager, en son for intérieur, sans l’évoquer à voix haute. « -Peut-être qu’on aura plus de chance dans celle d’à côté. » lança-t-elle, peu découragée malgré tout. Cet appel à la chance, encore. Les deux brunes prirent néanmoins le temps de fouiller les lieux, mais ne trouvèrent rien d’autre que beaucoup de poussière, et des babioles diverses, inutiles. Elles quittèrent donc la maison par le même chemin que précédemment, empruntant la véranda, pour se retrouver de nouveau dans les décombres du village, se dirigeant déjà vers une des autres maisons qui tenaient encore debout, même avec peine.


Storm in her eyes, peace in her smile.
I hope to arrive to my death late, in love, and a little drunk.
Revenir en haut Aller en bas  
Nihima Brown
Nihima Brown
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 230
Sujet: Re: scream, and tears.   Sam 1 Aoû 2020 - 19:34

La fouille n'avait rien donné. Prenant au mot les conseils de Joey en s'assurant de ne pas faire s'effondrer le plancher vermoulu sous son poids, alors qu'elle grimaçait en constatant les cafards qui rampaient sur le carrelage de la cuisine. Evitant la pièce ou toute tentative de fouille, ne s'attardant que brièvement sur les photos au mur d'un couple âgé, presque attristée de constater ce qu'avait pu devenir leur habitation. Je n'imagine même pas l'état de mon appart, à Rosebud... Avait-elle soufflé à Joey en constatant le toit écroulé au coeur de la maison, rendant l'étage inaccessible.

Elle était partie en vacances ici, à la base. Voir sa fille et son ex mari avant la reprise. Si son ancien deux pièce ne payait pas de mine, elle n'imaginait même pas son état actuel. La végétation avait-elle pris place dans l'appartement ? Ou des survivants avaient-ils forcés les serrures, et s'étaient étonnés du mobilier sommaire, savant mélange d'encens, attrapes rêves et autres décoration native ? Elle aurait été bien incapable de le dire. Ne pouvant qu'espérer que la réserve amérindienne avait tenu contre les assauts des morts, et pouvait continuer de vivre.

Hochant la tête à la question de la brune, alors qu'elles avaient pénétré dans les lieux de la seconde habitation, d'avantage en meilleur état. Ford. indiquait par ailleurs la petite plaque rouillée sur laquelle le nom des anciens habitants était encore visible, alors qu'elles avaient pu rentrer par la porte sans difficulté. Pourtant, tout à l'intérieur de cette maison la fit se tendre silencieusement. Rien ici ne la mettait à l'aise. Des sourires figés d'une famille de deux enfants, à la niche de chien brisée de moitié à côté de la véranda. C'était comme si le lieu était encore hantée par les esprits de ses anciens habitants, malgré un désordre et une crasse apparente. L'endroit avait visiblement été fouillé plusieurs fois, ou alors les parents avaient fui dans la hâte, ne s'inquiétant pas du désordre qu'ils laissaient sur place. Nima entrant dans l'ancien salon, alors qu'une couche de poussière épaisse se soulevait à chacun de ses pas fluide, jusqu'à effleurer la table à manger. Son regard se posant sur une feuille jaunie par le passage du temps, ou les lignes d'encres restaient encore lisibles. Chérie, rejoins nous au centurylink. On t'y attendra.

Apparemment, la mère n'est pas partie avec eux. Et j'ai pas l'impression qu'elle soit repassée par ici...Fit remarquer la native à l'attention de Joey en tournant le regard vers elle avant de fouiller les tiroirs, n'en retirant qu'une boîte d'allumettes qu'elle vint glisser à la poche arrière de son jean. Rien dans le salon. On tente l'étage ? Tout dans cet endroit semblait crier qu'il était à l'abandon, pourtant elle ne pouvait pas s'empêcher de se sentir observée. Mais peut-être qu'il y aurait d'avantage de choses aux étages supérieurs. Au moins l'escalier ne s'écroula pas alors qu'elles se retrouvaient devant des portes fermées, la brune ouvrant la première pour tomber sur la chambre parentale. Tu tentes celle des enfants ? Avait-elle proposé en rentrant dans les lieux, fronçant le nez en sentant une forte odeur de pourriture. Si elle s'était attendue à voir un cadavre, elle ne s'était en revanche pas du tout attendue à en trouver deux. Et frais de quelques jours, au vu des insectes qui leur tournait autour. Jo ! avait-elle appelé en venant cacher son visage dans son coude pour supporter l'odeur, indiquant les corps à même le sol, non loin de la salle de bain privée. Non loin d'eux, un petit tahus d'effets personnels, allant de bijoux à des munitions. Ils ont été tués. Regarde les gorges, et l'entaille dans le front.



   
the end of times for all
And every hand will reach for
The power that lies untold
The time of axe and sword is night
Blood-red seeds of war are down
Revenir en haut Aller en bas  
Joséphine Duprès
Joséphine Duprès
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2396
Sujet: Re: scream, and tears.   Dim 2 Aoû 2020 - 21:22
La porte d’entrée de la maison des Ford n’opposa aucune résistance à l’arrivée des deux brunes, comme une invitation silencieuse à pénétrer dans les lieux. A l’intérieur, ce sentiment dont elle n’arrivait toujours pas à se défaire assaillit Joséphine, cette sensation cuisante qu’elle ressentait de violer l’intimité d’inconnus à chaque fois qu’elle pénétrait dans ce qui avait été le lieu de vie de ces étrangers, qui lui lançaient des sourires figés depuis des cadres photo. Ces mêmes cadres qu’elle prenait toujours bien soin d’ôter, ou de retourner, visages cachés, quand la pompier devait dormir dans ladite maison. Autant dire que c’était un geste qu’elle avait effectué des tas et des tas de fois en cinq ans de survie, dont deux et demi passés en itinérance, au cours desquels ils avaient passé la nuit dans pas mal de maisons d’emprunt.

Dans cette maison-ci, un nouveau silence épais les accueillit, à peine perturbé par l’avancée des deux survivantes, qui s’abimaient dans les lieux, gagnant le cœur de la maison. Une fois arrivées au salon, Nima s’empara d’une feuille posée sur la table, et qui semblait toujours attendre sa destinataire. La mère, à en croire ce que lui disait l’amérindienne, Joséphine ne pouvant que supposer ce qui était arrivée à cette dernière, ou si elle avait pu rejoindre sa famille, ne serait-ce que les revoir. La pompier haussa les épaules d’un air impuissant en réponse, avant d’aller fouiller le meuble télé, puis le buffet du salon, n’y trouvant que de la vaisselle, et du bordel. « -Va pour l’étage. » souffla-t-elle en réponse à la proposition de la brune, persuadée que rien ne les attendait au rez-de-chaussée, alors qu’elles se dirigeaient d’un même pas vers les escaliers, qui supportèrent leur poids, bien qu’elles laissaient des marches entre elles, comme une sécurité supplémentaire.

Une fois en haut des escaliers, les deux jeunes femmes se séparèrent, Nihima se dirigeant vers la première chambre, celle des parents, alors que Joséphine poursuivait un peu plus loin dans le couloir, pour tomber sur une chambre de petit garçon, très porté par les dinosaures si elle en croyait la décoration. La pompier s’empara d’un t-rex en plastique qui trainait là, laissant son regard s’imprégner des lieux, avant de froncer les sourcils quand son acolyte l’appela subitement. Main sur le manche de son couteau, Joey regagna donc la première chambre, plissant le nez quand une violente odeur de décomposition vint agresser ses narines, qu’elle cacha vite dans l’encolure de son t-shirt. Les coupables, deux cadavres grouillant de larves et insectes, étaient étendus à leurs pieds, sur la moquette autrefois beige, aujourd’hui maculée de larges tâches sombres, presque noires. « -Merde. » laissa-t-elle échapper, avant de s’accroupir, comme pour détailler davantage les plaies.

Nima avait raison, il n’y avait aucune lame à portée de main indiquant que ces deux survivants se seraient auto-infligés ces blessures, ce qui ne laissait d’autre possibilité que l’intervention d’au moins une troisième personne. La pompier se releva, avant d’attraper un chargeur, au milieu d’un petit tas d’affaires. « -C’est…bizarre. Pourquoi tuer ces personnes, mais laisser quelque chose d’aussi précieux que des munitions derrière soi ? » demanda-t-elle, relevant son regard plein d’incompréhension sur la survivante à ses côtés, pas certaine de comprendre ce qu’elle avait sous les yeux. Joey glissa les différents chargeurs dans son sac à dos, avant de glisser à l’attention de Nihima : « -On devrait se barrer d’ici. Ce lieu me file la chair de poule. » avoua-t-elle, alors que son regard trainait sur les deux cadavres à leurs pieds. Les deux brunes quittèrent donc la chambre parentale, reprenant la direction des escaliers, lorsque Joséphine se figea tout à coup, à peine la moitié des marches descendues. Des voix masculines se faisaient entendre, proches d’elles, alors que la porte d’entrée s’ouvrait presque dans la foulée. « -J’t’avais dit qu’j’chop’rais c’daim ! » s’exprima une voix grave, excitée, alors que des pas foulaient déjà le carrelage de l’entrée, si proches d’elles. Yeux écarquillés, Joséphine tourna son visage grave vers Nima, sur le visage de laquelle une expression similaire à la sienne était bien visible. Et pour cause, il y avait fort à parier que ceux qui venaient d’entrer n’étaient autre que les coupeurs de gorge du couple de la chambre.


Storm in her eyes, peace in her smile.
I hope to arrive to my death late, in love, and a little drunk.
Revenir en haut Aller en bas  
Nihima Brown
Nihima Brown
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 230
Sujet: Re: scream, and tears.   Mer 12 Aoû 2020 - 20:56

Parfois, les cadavres s'avéraient plus bavards que les vivants. Détaillant les strilles le long de la peau abîmée, les marques de lutte, et la coupure fatale des deux pauvres hères en fronçant légèrement les sourcils. Le silence s'était installé dans les ruines, alors qu'elle écoutait la question de Joséphine. Ca et là, des objets encore utilisables, utiles à la survie. Munitions, gourdes, couteau de poche... Le plaisir de tuer ? Avait-elle demandé tout en étant persuadé qu'il ne pouvait s'agir que de cela. Aucune personne saine d'esprit n'aurait laissé dans sa planque deux corps en décomposition au risque de ramener des rats, des insectes et autres éco système peu ragoûtant.

Délaissant les corps au regard de Joey, alors qu'elle observait la commode, ouvrant un tiroir par curiosité. C'est pas leur premier coup d'essai. Avait-elle annoncé en se tournant vers la pompier, sourcils froncés. Au lieu de vêtements empestant le renfermé, les tiroirs s'ouvraient sur beaucoup trop d'éléments qui laissaient entendre qu'elles n'avaient définitivement pas choisi la bonne adresse. Ca et là, des dizaines d'effets personnels allant du permis de conduire basique à la peluche d'enfant étaient entassés les uns sur les autres, et le peu de lien entre eux, ou leur degré d'usure laissait entendre qu'ils appartenaient potentiellement à de parfaits inconnus.

Elle avait hoché la tête quand à sa remarque de quitter les lieux, refermant le tiroir et prête au départ, quand il y avait eu les bruits en bas. Stoppant son élan alors que sa botte restait en suspens à quelques centimètres d'une nouvelle marche qu'elles pouvaient entendre les voix masculine qui pénétraient les lieux. Se jetant un regard entendu alors qu'elle attrapait le bras de la brune pour la faire remonter en silence les escaliers, la poussant presque sur le côté pour venir à son tour se plaquer contre le mur au moment ou les pas se rapprochaient de l'escalier, et que la discussion animée entre trois voix d'hommes laissait entendre qu'ils ne les avaient pas repérées.

Pas encore, du moins.

Maintenant on sait ou est passé le daim. Avait-elle murmuré à la pompier en lui lançant un regard entendu, alors que les éclats de voix couvraient leur murmures. Ce ne serait pas ce soir qu'elles iraient négocier avec eux, au vu de ce qu'elles avaient trouvés dans la chambre. Tu vois une fenêtre ?

Les tambourinements de son coeur la laissaient penser que même ceux d'en bas pouvaient l'entendre. Mais le barouf qu'ils émettaient devraient, en toute logique, leur accorder encore un peu de répit. Et alors qu'elle faisait signe à Joey de la chambre parentale ou elles étaient sûres d'avoir accès à une fenêtre, ou de tenter la seconde chambre, déjà des bruits de pas venaient résonner non loin d'elle, et qu'un nouveau regard horrifié ne s'affiche sur leurs visage. L'un d'entre eux montait les marches.
Instinctivement, sa main vint se poser sur le couteau à sa hanche, le chuintement infime laissant entendre qu'il était désormais hors de son fourreau.

Deux choix, donc. Ne pas rater l'homme et l'assassiner en silence, ou tenter de foncer dans la chambre parentale. Restait à savoir ce qui serait le plus prudent, avec les deux autres en bas.



   
the end of times for all
And every hand will reach for
The power that lies untold
The time of axe and sword is night
Blood-red seeds of war are down
Revenir en haut Aller en bas  
Joséphine Duprès
Joséphine Duprès
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 2396
Sujet: Re: scream, and tears.   Ven 14 Aoû 2020 - 11:40
La main à quelques centimètres de la rampe, figée dans une expression d’horreur, Joséphine tourna lentement son visage vers celui de Nima, pour y voir que ses traits étaient sans doute tout aussi crispés que les siens. Mais bordel…quelle était la probabilité de tomber sur des survivants dans ce bled paumé et en ruines qui n’inspirait aucune confiance, et en plus de ça, des survivants qui prenaient manifestement plaisir à tuer, comme l’avait dit la jeune native quelques instants plus tôt ? Entrainée une nouvelle fois vers l’étage par la brune, Joey se plaqua contre le mur, tendant l’oreille pour tenter de repérer le nombre de voix différentes qui se faisaient entendre depuis le bas, et donc, le nombre de personnes contre lesquelles elles devraient potentiellement défendre leurs vies. Trois, à priori, mais elles n’étaient pas à l’abri qu’un petit timide se cache dans les rangs, et ai gardé le silence depuis tout ce temps. Elle hocha la tête à la mention de ce daim qu’elles avaient traqué, et qui avait subitement disparu, puis la pompier répondit à voix basse, si basse à ses propres oreilles qu’elle ne savait même pas si Nihima avait pu l’entendre : « -Y’en avait une dans la chambre du gosse. » souffla-t-elle, elle qui n’avait pas eu le temps de faire le tour du reste de l’étage puisque la survivante l’avait appelé pour lui montrer les cadavres.

Son sang se glaça dans ses veines quand elle entendit la première marche de l’escalier grincer, indiquant que l’un des joyeux lurons présents en bas s’apprêtait à venir leur faire un petit coucou. Elle jura en espagnol sans émettre le moindre son, avant d’aviser la porte de la chambre parentale d’un geste du menton, à destination de sa compagne d’infortune. Arriveraient-elles à y aller, sans bruit, avant que le type n’arrive à leur niveau ? Les pas se rapprochaient de plus en plus, alors, puisqu’il n’était plus l’heure de se poser davantage de question, Joséphine s’élança, se glissant par la porte entrouverte pour rejoindre directement la fenêtre devant laquelle elle se posta, tâchant d’ignorer les battements sourds de son sang à ses temps. Elle n’accorda aucun regard aux cadavres derrière elle, éloignant autant que possible cette idée qui se frayait un chemin dans son esprit, celle qu’elles finiraient sans doute dans le même état, si elles ne parvenaient pas à sortir d’ici rapidement.

Les doigts de la brune agrippèrent fermement le bord de la fenêtre…qui lui opposa une résistance coriace, avant de se lever de quelques millimètres, à tout casser, non sans émettre une plainte, qui semblait assourdissante dans le silence de la chambre. Le mécanisme se bloqua de nouveau, le cadran en bois refusant de bouger davantage. Des années de manque d’entretien, et d’humidité étaient passées par là, et le bois avait d’ailleurs gonflé par endroits. Joséphine eut beau forcer, rien n’y fit, et le type devait approcher à chaque seconde davantage de cette chambre dans laquelle elles s’étaient réfugiées. « -Elle est bloquée. » souffla-t-elle donc avec horreur, tournant son regard sombre, écarquillé, vers Nima. Et maintenant ? Devaient-elles se planquer, et croiser les doigts en espérant que ce type descendrait, et leur laisserait l’occasion d’aller essayer d’ouvrir une autre fenêtre ? Devaient-elles foncer dans le tas, au risque d’y laisser quelques plumes ? L’idée lui traversa soudainement l’esprit de bloquer la porte de la chambre, quitte à dévoiler leur présence, puis fracasser le carreau de la fenêtre, et se sauver malgré tout. Mais que se passerait-il, si ces gens avaient des renforts, à l’extérieur ? Elles étaient aveugles, dans cette situation, ne possédaient pour simple information que la principale : ces types étaient dangereux. La pompier n’eut pas l’occasion de prononcer le moindre mot qu’un craquement retentit en haut des escaliers, accompagné d’un petit sifflotement léger. Il était , à quelques pas.


Storm in her eyes, peace in her smile.
I hope to arrive to my death late, in love, and a little drunk.
Revenir en haut Aller en bas  
Nihima Brown
Nihima Brown
Fiche de personnage

Caractéristiques
Caractéristique Tir:
Caractéristique Physique:
Caractéristique Habilité:
Survivor
CASIER DE SURVIVANT
Messages : 230
Sujet: Re: scream, and tears.   Dim 16 Aoû 2020 - 11:50

La fenêtre dans la chambre des gosses. Hochant la tête à l'attention de la brune alors qu'elle y pénétraient en silence, sans un regard pour les corps morts non loin. Refermant la porte dans son dos en y restant plaquée le temps que Joey n'essaie d'ouvrir la fenêtre, sans succès. Coincée. Le sang battait à ses temps en comprenant que leur salut ne dépendait que de cette fenêtre maintenant que les pas dans le hall se rapprochaient de la porte.

Restes calme. Avait-elle presque ordonné à Joey alors que son corps se tendait lentement mais sûrement, et qu'une partie de son être lui hurlait de briser ce maudit verre pour sauter, tout en ignorant la hauteur de la chute ou l'éventualité d'autres survivants en extérieur, non loin. On va trouver une solution.

Parce qu'il le fallait. Parce que Waka Tanka n'était jamais malicieux quand il s'agissait d'une situation d'urgence comme celle-ci. Et sans doute aurait-elle pu trouver d'avantage les termes pour rassurer son amie, si seulement il n'y avait pas le sifflotement qui se rapprochait de la porte. Sous le lit. Avait-elle incité la brune, l'aidant à se faufiler sous le sommier, dans la poussière des années écoulées alors qu'elle n'avait plus le temps pour s'y glisser. C'était prendre le risque que l'homme n'arrive et ne la voit à semi cachée, ou pire. Privilégiant la courte distance entre la porte d'entrée et le mur, alors que sa respiration se coupait en voyant la poignée tourner, et l'homme entrer dans la chambre. Cachée par la porte alors qu'elle cessait toute respiration, croisant le regard de Joey sous le lit en lui faisant signe que tout allait bien, cherchant la meilleure des idées pour la suite des événement.

L'attaque. Il n'y avait que ça. Les phalanges de sa main blanchies sous la pression exercée sur le manche du tomahawk, se jetant vers l'avant pour venir glisser la lame de son arme sous la gorge de l'homme, un quarantenaire à la barbe sale et emmêlée, venant chuchoter à son oreille. Si tu hurles, je t'égorge comme eux. Le glapissement de surprise fût rapidement suivi d'un court silence, alors qu'elle observait Joey en l'incitant à rester immobile pour le moment. Dis moi combien vous êtes, et vite. Il n'avait même pas répondu à sa question. Se contentant de relever la main pour montrer ses cinq doigts, alors qu'elle jurait dans sa langue natale.

Il n'avait toujours pas repéré la pompier cachée sous le lit. C'était déjà sa chance pour s'enfuir en premier, pendant qu'elle le retenait ici. Peut-être, peut-être pas.

Ben, qu'est-ce que tu fous ?

La voix du rez de chaussée lui avait arraché un frisson d'horreur, alors qu'elle resserrait d'avantage la lame sous la trachée de l'homme. Ouais, j'arrive ! S'était-il contenté de hurler d'un air presque paniqué, pour s'assurer que la froide morsure sur la gorge ne serait pas fatale.

Profitant qu'il occupait son compère plus bas pour jeter un regard hésitant à Joey. Si elle avait une idée, c'était maintenant ou jamais.



   
the end of times for all
And every hand will reach for
The power that lies untold
The time of axe and sword is night
Blood-red seeds of war are down
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
CASIER DE SURVIVANT
Sujet: Re: scream, and tears.   
Revenir en haut Aller en bas  
- scream, and tears. -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: RP Terminés-
Sauter vers: