The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Whatever it takes. -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Selene Sweetnam
membre du conseil | The Haven
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 5927
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Whatever it takes.   Sam 11 Nov 2017 - 19:08
Tout en préparant son fil et son aiguille – non sans se piquer l’index une paire de fois – Selene sourit doucement à la réponse de son amie. Elle n’ajouta rien mais il y avait un brin de cette malice adolescente, préservée en dépit des atrocités, dans le fond de ses yeux. Non elle n’irait pas trop vite en besogne mais c’était une excellente nouvelle de savoir que la régisseuse et l’ancien propriétaire de ranch avaient des points communs. L’un comme l’autre trouverait une forme de réconfort dans cette relation, quelle qu’elle soit, que personne d’autre ne saurait leur apporter. Elle osa un petit rire quand Andrea ajouta qu’Isaac avait la patience de la supporter. Certes, elle avait un sacré caractère, mais ça semblait être la marque de fabrique des femmes de leur camp. Pas une pour attraper l’autre alors que côté mâle, il y avait des personnalités comme Joachim, Lisandro ou Eli. Au sujet de ce dernier, ce fut vers lui que la conversation se dirigea.

- Et bien…, commença-t-elle en abordant son travail de couture, disons qu’on s’est entendu…, elle fit passer le fil à travers le cuir avant de se montrer plus spécifique, je lui ai… tout dit. A propos de moi je veux dire, et… y’a plus de… secrets entre nous, la pianiste souleva un sourcil qui trahissait ses pensées sur cet état de fait, c’est pas facile… de se livrer autant. J’ai l’habitude de… de toute garder pour moi. Alors…

Elle haussa les épaules en se pinçant les lèvres. Sur le coup, même si c’était passé, même si elle avait choisi de ne pas s’y attarder, elle se souvint des gestes d’Eli une poignée de semaines auparavant. La façon avait laquelle il l’avait plaquée au mur et touchée, les mots durs qu’il avait utilisé à son égard. Une partie d’elle aurait voulu confier cette douloureuse expérience à la régisseuse maintenant qu’elle était en état de l’entendre, mais les mots refusaient de se former sur sa langue. Selene avait beau chercher une façon d’adoucir le comportement du graffeur, elle ne voyait pas comment fidèlement restaurer la scène sans le faire passer pour un compagnon violent.

- Il aime vraiment le bébé, alors il fait des efforts, reprit-elle avec un sourire qui chassa le voile sombre dans ses yeux, et moi aussi, la musicienne rit doucement en serrant solidement le fil qui achevait de tenir la boucle en cuir, on a passé des années à se tourner autour sans que rien ne se passe, une – trop – douce façon de résumer leur relation, alors on doit apprendre à être un couple et à être parent…, elle souleva son travail à hauteur du regard d’Andrea pour qu’elle commente ses efforts, et toi, qu’est-ce tu penses de lui maintenant ? Tu peux me le dire sincèrement, assurant la jeune femme sans hésiter.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1321
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Whatever it takes.   Sam 11 Nov 2017 - 21:09
« C’est bien qu’il le sache, au moins il sait à quoi s’en tenir. » Souffla la régisseuse avec un sourire. Elle savait que ça n’avait pas dû être une mince affaire pour Selene. « Et c’est mieux pour vous deux, quand on est avec quelqu’un qu’on aime, on ne devrait pas avoir de gros secrets pour lui. »

L’espace d’un instant, elle repensa à Ben, sans pouvoir s’en empêcher. Son cœur se serra, et elle chercha du regard sa bague qu’elle n’avait plus depuis des semaines désormais. Le coup fut rude, mais elle encaissa sans que son visage ne trahisse ce sentiment d’abandon. Elle avait été à la place de Selene, en se mettant avec cet homme. Avec son passif un peu compliqué, sa famille en morceaux, son travail chronophage, elle avait mis du temps avant de lui dire qu’elle avait été la maitresse d’un autre, tout ça parce qu’elle avait eu peur qu’il l’aime moins. Ben n’en avait rien eu à faire, puisqu’elle était avec lui à ce moment-là. Autant dire que ça l’avait rassuré.

« C’est toujours difficile de trouver un équilibre, de savoir quand, comment, pourquoi en parler. » Admit-elle. « Vous tenez l’un à l’autre… » Remarqua-t-elle avec un sourire en coin, l’air de lui dire que c’était de toute façon le plus important.

Elle conseilla la jeune femme quand celle-ci manqua de se piquer à nouveau le doigt, puis pour l’aider à finir le pli qu’elle faisait. Ça n’en était qu’au début, mais Andrea avait bon espoir que ça prenne rapidement forme. Et elle ne pouvait cacher que ça lui faisait du bien, qu’elle se rassurait ainsi. En se disant qu’il y avait sûrement un demain qui valait la peine d’essayer encore.

« Ce que je pense de lui ? » Répéta-t-elle. Ça lui faisait bizarre de devoir en parler ainsi, notamment parce qu’elle avait passé un moment très dur avec Eli, dans cet entrepôt. « Tu n’as pas choisi d’aimer le pire, c’est une bonne chose. Et je suis persuadée que c’est un très bon ami, fidèle et loyal. » Souffla-t-elle en toute sincérité.

Pouvait-elle ajouter autre chose ? Elle ne le connaissait pas si bien, et pour tout dire, ce qu’il s’était passé là-bas, elle n’avait pas vraiment essayé d’en reparler avec lui ou Sarah. Les trois, d’un accord tacite, s’étaient tus, par peur de réveiller des souvenirs douloureux. Le traumatisme était frais, les sentiments aussi. Limpides, clairs encore.

« Il m’a toujours l’air un peu immature. » Admit-elle encore. « Ou irréaliste dans le genre. Peut-être que des fois il pense pouvoir te guérir de tout, ou qu’il croit que c’est possible par sa simple présence. Ça n’est pas possible. » Elle planta son regard dans celui de Selene, esquissant un sourire : « Il l’a compris ? » Questionna-t-elle dans la foulée.

Le fait que la pianiste lui demande son opinion n’était pas anodin, elle le sentait. Bizarrement, son instinct était toujours aussi développé pour ce genre de choses. La présence de Ruben, le fait de devoir s’en occuper, devancer ses besoins, l’avait affûté. Il en était de même pour Selene :

« Quelque chose te tracasse ? » Fit Andrea en préparant les chutes suivantes à la jeune fille.




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
membre du conseil | The Haven
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 5927
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Whatever it takes.   Dim 12 Nov 2017 - 17:08
Selene poursuivait en suivant les conseils de son amie pour cesser de se planter régulièrement l’aiguille dans le doigt. Le portrait qu’elle dressait du graffeur la faisait sourire et elle ne pouvait pas savoir comme elle tapait juste. Elle aussi pensait que sur certaines questions, Eli était encore trop immature. Ils avaient le même âge pourtant, elle n’était l’aînée de même pas deux mois, mais elle avait la sensation que la vie après l’épidémie l’avait fait grandir deux fois plus vite que lui. C’était attendrissant et dangereux à la fois.

En plus de cela, la régisseuse mettait également l’accent sur quelque chose d’important : l’impression – ou la volonté – du mexicain à vouloir combattre ses démons. La pianiste avait besoin d’aide pour ne pas se laisser engloutir par sa maladie et le soutien de son petit-ami était le bienvenu, mais parfois… elle avait la sensation qu’il voulait plus que ça. Il cherchait à la « changer », à la faire redevenir une personne qu’elle n’était plus. Ça l’attristait un peu, parce que cela signifiait qu’ils fonctionneraient bien, jusqu’au prochain conflit.

- Je ne sais pas…, avoua-t-elle.

Andrea demanda alors si quelque chose la tracassait et là… elle n’arriverait pas à faire semblant. Même si tout allait en surface, il y avait toujours des revers à confier. Le temps de réunir ses mots, Selene se concentra sur sa tâche, s’habituant de plus en plus à manier l’aiguille et le fil. L’afro-americaine lui avait dit une fois que c’était une activité parfaite pour s’occuper l’esprit et effectivement : à chaque tour, la jeune femme avait l’impression que ses pensées se fluidifiaient.

- Je crois que… il ne le dit pas comme ça, mais il préfèrerait que je redevienne la fille qu’il a connu au lycée… je pense qu’il a espoir qu’en me comprenant, il pourra me faire revenir en arrière, tu vois ? Récupérer la « Selene » de son adolescence, parce que celle de maintenant lui fait peur…, c’était ce qu’elle avait compris et il avait même sous-entendu qu’elle était dangereuse pour son bébé, alors…, je crois qu’il a du mal avec l’idée que certaines choses que je fais maintenant ne changeront plus…

Par exemple, le fait qu’elle tuait. Car même si la psychose ne lui faisait pas perdre le contrôle, même si ses actes n’étaient pas guidés par la folie, même si ses pensées n’étaient pas aliénées, il restait que pour la protection de son camp, elle était prête à prendre toutes les mesures nécessaires. Dusse-elle assassiner un autre vivant de sang froid. Ce genre de mécanisme de défense, Eli ne les comprendrait pas avant d’y avoir été confronté et d’avoir fait une erreur. Le genre d’erreur qu’on ne se pardonnait pas.

- Et en fait…, elle suspendit ses gestes pour chercher les yeux de son amie, je crois qu’une partie de moi a peur qu’il réussisse, ses pupilles se tournèrent brièvement vers la porte, craignant qu’il n’ait été là pour entendre, je ne veux pas redevenir cette fille-là, ni même celle que j’étais au début de l’épidémie… ces filles-là mourraient.

C’était bien pour ça qu’elle avait évolué, qu’elle avait changé de peau. Les animaux ne s’adaptaient jamais vers un état qui les désavantageait. Alors si Selene en était là, c’était pour une raison bien précise : elle n’aurait pas survécu sans ça.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1321
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Whatever it takes.   Mar 14 Nov 2017 - 9:19
« C’est hypocrite de penser ça. » Commenta Andrea d’une petite voix, croisant le regard de la jeune femme un bref instant en soupirant.

C’était ça qui était compliqué en amour. On tombait amoureux d’une personne à un moment M, où elle correspondait forcément à toutes nos attentes. Et puis, le temps passait, et la dite personne évoluait avec, changeait d’une certaine manière. De ce même moment, il ne restait plus grand-chose d’elle, sinon les souvenirs qu’on en gardait. Il fallait ensuite tomber amoureux de la nouvelle personne qui existait devant nos yeux, et l’aimait aussi sincèrement qu’on avait aimé la première. Rien n’était simple, pour cette raison.

« Est-ce qu’il est toujours le Eli de ton adolescence, lui ? Est-ce qu’il n’a pas changé, à sa manière ? » Demanda-t-elle doucement.

Le garçon avait forcément évolué. L’épidémie avait forcément agi sur lui pour le métamorphosé. Il n’était plus aussi naïf qu’il devait l’être avant tout ça. Peut-être était-il toujours aussi aventurier et tête brûlée, oui, peut-être. Mais il avait été contraint de murir, de s’adapter, de tout faire pour survivre. Et qu’on la croit ou non, la survie marquait, au fer rouge. Elle contraignait au changement qu’on le veuille ou pas. Personne n’était resté identique à celui d’avant, parce que tous avaient affronté des horreurs innommables.

« Pourquoi voudrait-il que tu redeviennes une fille qui meurt ? » Questionna-t-elle avant de sourire à la jeune femme à ses côtés. « Ne doute jamais de toi, Selene. » L’avertit-elle fermement, avec une lueur encourageante dans le regard.

La nostalgie pouvait rendre les gens bêtes lorsqu’ils s’y mettaient. Mais Eli reviendrait à la raison à un moment donné : il ne voulait pas perdre Selene, pas maintenant qu’ils étaient enfin ensemble et réunis pour le meilleur mais surtout pour le pire.

« Tu as fait ce qu’il fallait, à chaque fois. Et nous, on est là pour te soutenir quand tu ne t’en sens pas la force. » Expliqua-t-elle à sa voisine, avant de reprendre distraitement le pli du cuir pour lui permettre de continuer sa couture. « Tu peux toujours devenir meilleure – tout le monde le peut, mais tu es comme tu es, et quoiqu’on en dise, c’est comme ça qu’on doit t’aimer si on dit t’aimer. »

Andrea n’était pas persuadée d’être très claire dans sa formulation. Elle pouffa d’un petit rire, loin d’être amusée cependant. C’était juste qu’elle se surprenait à s’entendre comme avant. Comme la elle qu’elle était avant de perdre son bras. Il restait des morceaux, éparpillés, mais toujours là.

« Tu comprends ce que je veux dire, pas vrai ? » Demanda-t-elle pour confirmation, avec un regard inquiet de bien se faire entendre.




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
membre du conseil | The Haven
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 5927
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Whatever it takes.   Mar 14 Nov 2017 - 20:47
L’opinion de son amie était tranchée. Nette. Selene sourit timidement, à peine une esquisse, mais ne prenait pas mal sa réaction. Comme toujours, c’était de ça qu’elle avait besoin : lorsque ses pensées et ses émotions commençaient à s’entortiller sur elles-mêmes, Andrea savait comment défaire le nœud d’un coup. Est-ce qu’elle était amoureuse de l’ancien Eli ou du nouveau ? Elle ne savait pas vraiment… de son point de vue, les deux étaient sensiblement les mêmes. Les deux cherchaient à la protéger comme une petite chose fragile, les deux avaient cette nonchalance rafraîchissante, les deux étaient trop immatures pour leur âge. La vie depuis le début de l’épidémie n’avait fait que mettre en exergue des facettes de la personnalité du grapheur quand elle avait été carrément été aliénée. Mais ce qui était sûr, c’était que c’était le « lui » du jour qu’elle aimait. La musicienne avait donc répondu à son aîné par des signes de têtes avant de confirmer :

- Je ne doute pas.

C’était peut-être un peu trop ferme, sans doute car elle essayait de se convaincre elle-même. Ça lui faisait du bien néanmoins d’entendre le ton encourageant de la régisseuse, mais c’était ainsi : la pianiste était l’incarnation du doute. Elle avait confiance en sa façon de penser et en même temps… il y avait cette intarissable crainte de dépasser les bornes. De ne plus être la louve protectrice et de devenir autre chose ; de plus malsain et de plus répréhensible. Le petit rire de l’afro-américaine fut contagieux, bien qu’il n’y ait pas vraiment quelque chose d’amusant.

- Je comprends oui… je comprends vraiment, certifia-t-elle en sentant qu’elle n’avait pas été assez catégoriques, mais aussi…, elle se pinça les lèvres avant de livrer ce qu’elle avait sur le cœur, je crois que… qu’il pense toujours à sa… à son ex. Kathlyn. Il était avec elle depuis le lycée aussi et… elle et moi c’était…, ce fut à son tour de pouffer par le nez, on était pas amies on va dire. Je suis pas jalouse mais ce que je veux dire c’est que… parfois, j’ai la sensation qu’Eli m’idéalise. Qu’il aimerait retrouver avec moi ce qu’il avait avec elle…, elle marqua une pause, pensive, avant de balayer ses paroles d’une main, laisse tomber, c’est pas clair. Tu vois ce que ça me fait de rester enfermée ? Je me mets à gamberger sur mes histoires de cœur comme une adolescente.

Elle était vraiment embarrassée parce que la sensation de se comporter comme une enfant gâtée venait de lui sauter à la gorge. De quoi se plaignait-elle quand l’un de ses meilleurs amis de jeunesse était encore en vie et qu’il s’avérait être son compagnon et le père de son enfant à venir ? A ses côtés, Andrea avait perdu son fiancé et le bras qui l’unissait encore à lui par-delà la distance – et la mort, très certainement. Le pire, c’était qu’au lieu de la réprimander, elle l’encourageait avec cet incroyable mélange de douceur et de fermeté. Signe que l’horreur ne l’avait pas complètement brisée. Pour essayer de faire oublier ces derniers instants, Selene s’éclaircit la gorge et demanda en parlant de leur activité :

- Ensuite ? Qu’est-ce que je fais ?


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1321
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Whatever it takes.   Ven 17 Nov 2017 - 20:22
« Effectivement, tu as beaucoup de temps pour penser… » Plaisanta Andrea en fronçant les sourcils, regardant la brune en face d’elle avec un sourire amusé. « Peut être un peu trop, j’ai bien fait de venir. » Ajouta-t-elle en s’approchant d’elle, venant lui fournir un petit peu plus de travail.

La visserie n’était toujours pas prête, il lui faudrait encore un peu de temps avant de venir à bout de sa fabrication. Mais la discussion avec Selene et ses petits doigts permettaient au moins d’avancer à ce sujet, et ça lui réchauffait le cœur. Isaac lui enseignait la patience de la plus belle des manières : un pas après l’autre, un objectif après l’autre. Autant dire que si elle perdait parfois le calme qu’elle peinait à garder à cause de ses blessures, l’afro-américaine avait fait de beaux progrès depuis quelques semaines.

Elle se sentait pourtant très différente de celle qu’elle était avant le passage dans cet entrepôt. Sans doute qu’elle ne serait plus jamais vraiment la même, probablement même qu’elle s’était fondamentalement métamorphosée. Son amputation, suivie par sa tentative de suicide, avait bousculé bien des certitudes dans son esprit. Si elle savait que plus rien n’était acquis, elle n’avait jamais envisagé qu’on pourrait lui arracher davantage que ce qu’elle avait déjà perdu…

« Il va falloir percer le cuir, et coudre cette partie là aussi. » Expliqua-t-elle à Selene en la guidant méthodiquement.

De temps en temps, elle se referait à son plan grossier pour essayer de se faire comprendre. Si pour l’instant, l’assemblage ne ressemblait à pas grand-chose, Andrea avait la conviction qu’elle y parviendrait. Observant les mains de la jeune femme s’afféraient avec précaution, elle se racla doucement la gorge :

« Son ex, Kathlyn était probablement très gentille, mais elle n’est plus là. » Souffla-t-elle sans quitter l’aiguille du regard. « Elle n’est pas toi. Elle n’a pas survécu à tout ça. Vous êtes fondamentalement – enfin je suppose – différentes, il ne pourra jamais la retrouver ailleurs. Il doit faire son deuil. »

Une certitude qui trouvait écho en elle présentement. Alors qu’on lui enlevait la dernière chose qui la rattachait à celui qu’on lui avait promis.

« J’espère qu’il le sait. » Ajouta-t-elle en hochant la tête. « Je n’aimerais pas le clone de Ben comme j’ai aimé Ben. Je l’aimerais forcément différemment, je… » Parler de son ex-fiancé lui faisait toujours un pincement au cœur. Mais désormais, Andrea sentait qu’elle n’avait plus le choix que d’avancer. « Je ne pourrais pas me raccrocher éternellement à lui. »

Ses épaules se courbèrent. Autant parce que la pression se relâchait, que parce que ça lui faisait du mal de devoir céder un peu plus de terrain là-dessus. Deux ans qu’elle retenait Ben. Désormais, elle ne pouvait juste plus.

« Tu as pu laisser Gabriel s’en aller. » Fit-elle, sans chercher à être blessante dans ses mots. C’était juste… Un fait. Selene avait subi la disparition de Gabriel, elle en avait souffert, mais elle avançait. « Il y arrivera avec cette fille. » Assura-t-elle.

Parce que pour elle, une Selene valait bien mille Kathlyn. Même sans connaître cette dernière, c'était une certitude.




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
membre du conseil | The Haven
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (en général) glock17, couteau de chasse, couteau de camping dans la ranger
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 5927
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Whatever it takes.   Lun 20 Nov 2017 - 11:54
Une fois encore – comme toujours en réalité – les mots d’Andrea trouvaient chez elle un écho parfait. La musicienne n’avait jamais prétendu être Kathelyn, ni pouvoir l’imiter, ni vouloir la remplacer. Elle ne s’attendait pas à ce qu’Eli aime la réplique d’un fantôme, elle voulait qu’il l’aime elle, toute entière ; pour ce qu’elle avant été et ce qu’elle était aujourd’hui. Jamais elle n’osait aborder le sujet de cette façon avec le graffeur, bien sûr, mais les faits étaient là : la rouquine était morte. Pas elle. Tout en suivant les indications de son amie, Selene hochait la tête pour montrer qu’elle était d’accord.

Ses yeux bleus se relevèrent brusquement lorsque la régisseuse lâcha qu’elle ne pourrait pas se rattacher éternellement à Ben. C’était… la première fois qu’elle l’entendait parler de la possibilité d’aimer quelqu’un d’autre et de se détacher de son fiancé. Jusqu’à lors, c’était comme si sa vie sentimentale était en pause ; un arrêt-sur-image entre elle et ce mystérieux homme dont elle dressait un admirable portrait. Le regard de la pianiste se baissa sur sa main gauche et la bague qu’elle portait toujours. Si elle avait laissé Gabriel s’en aller ? Oui et non. Il était toujours là : sur son doigt, dans sa chambre, dans son cœur. Elle n’aimerait jamais personne comme lui et elle avait peur de se débarrasser des dernières traces de son amour. Ne serait-ce pas un peu comme l’oublier sinon ?

- Tu crois ? Demanda-t-elle en laissant planer un doute involontaire sur sa question, tu crois que je l’ai… « laissé partir » ? Elle suspendit ce qu’elle faisait pour lever sa main à hauteur du regard d’Andrea, je n’arrive pas… à l’enlever. J’ai… j’ai gardé un carton avec certaine de ses affaires, elle désigna le coin de la pièce où il se trouvait, à la base, c’était juste pour qu’il les retrouve plus vite en revenant. Maintenant… c’est juste pour me dire qu’il est encore un peu là.

Elle poussa un soupir et se remit au travail. L’instituteur était ressorti de sa vie aussi brusquement qu’il était entré. Sans prévenir, sans signe avant-coureur, sans rien. Ça faisait si longtemps maintenant que l’espoir de le revoir vivant s’était étiolé depuis longtemps ; il ne restait plus qu’une espèce de réflexe synaptique irrationnel. Chaque fois qu’elle apercevait un rôdeur de l’autre côté des grilles, elle se demandait avant si ce n’était pas – enfin – Gabriel qui revenait.

- J’ai du mal à lâcher-prise, admit-elle honnêtement, lui et Abigail… ils avaient été là pour toutes les… tout ce qui m’est arrivé l’année dernière. J’avais l’impression que ma survie et leur présence était indissociables…

Selene eut un sourire triste. En fait, elles l’étaient, jusqu’à ce qu’Andrea et Ruben la trouvent et lui viennent en aide. Dans la logique des choses, elle aurait dû mourir ce jour-là. Une partie d’elle l’était ; et suite aux remontrances de l’afro-américaine, elle avait utilisé les cendres de la jeune femme décédée pour reconstruire sa personnalité. La musicienne s’éclaircit la gorge et ajouta, pensive :

- Ça fait un an maintenant qu’on est installés ici et… il s’est passé tellement de chose…


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Whatever it takes.   
Revenir en haut Aller en bas  
- Whatever it takes. -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» The winner takes it all
» TAKE SOME QUAKER OATS
» THE OAS TAKES FURTHER STEPS TO SUPPORT 2010 ELECTIONS IN HAITI
» BIRTHDAY Ϟ Madness takes it's toll.
» It takes a lot to surprise me ► 26/06 - 14:44

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: