The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Whatever it takes. -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Hache de pompier
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1257
Age IRL : 25
MessageSujet: Whatever it takes.   Mar 7 Nov 2017 - 19:53
Ça convenait parfaitement, même si ça méritait encore quelques ajustements. Andrea retira l’embout de son bandage, sous le regard approbateur de Lisandro. Sa plaie était cicatrisée, même si elle méritait encore quelques attentions. Soupirant, elle laissa l’homme à ses affaires pour se concentrer sur autre chose. Ça faisait quelques semaines qu’elle travaillait là-dessus, qu’elle dessinait de sa seule main des indications pour ceux acceptant de l’aider. Ruben en première ligne ! Son neveu ne l’avait pas lâché d’une semelle, prenant sa relève, sacrifiant son sommeil en partie pour l’aider en toutes circonstances. Murphy ensuite, qui avait besoin de contact, et de se familiariser avec la prison.

Elle n’était pas seule, elle s’en rendait compte. Du coup, les deux adolescents avaient réussi à lui faire ce qu’elle voulait, et Andrea décida de les laisser tranquille pour l’instant. L’un comme l’autre avait d’autres chats à fouetter que de sans arrêt l’assister. Ils apprenaient beaucoup avec elle ! Cependant, ça n’était pas tout ce qui comptait, pas quand la sécurité du campement dépendait aussi d’eux. Elle fourra tout ce dont elle avait besoin dans son sac à dos, qu’elle ferma en tenant la poignée dans ses dents. Elle tira sur la fermeture, laissant les mailles se refermer avant de hisser son bien sur son dos.

Elle quitta sa chambre, sans un regard en arrière. Depuis quelques temps, elle recommençait à parler aux autres. Ça n’était jamais plus de quelques phrases, lancées à la va-vite. Elle écoutait, cependant, beaucoup. La présence d’Isaac à ses côtés finissait de la rassérénée, d’une certaine manière. L’homme se donnait du mal pour qu’elle se sente bien, et ça passait surtout par sa compagnie quotidienne à ses côtés. Ils parlaient généralement de tout, de rien, se contentant parfois juste de faire une tâche ensemble. Isaac lui réapprenait à vivre sans un bras, avec une patience légendaire qu’elle savait apprécier.

Pas toujours de la bonne manière, car elle-même perdait son calme. Lui, ne lui en voulait jamais. Ça n’était jamais grave, même lorsqu’elle s’en prenait à lui. Au fond, il savait que ça n’était pas contre lui qu’elle s’agaçait, jamais.

Chassant ses pensées et ce petit sourire au coin des lèvres, Andrea tapota contre la grille ouverte donnant sur la chambre que Selene partageait avec Eli. Elle adressa à la jeune femme un regard doux, en lui faisant un signe de la main quand elle chercha à se relever pour l’en empêcher :

« Tu as un peu de temps ? » Demanda-t-elle. « J’aurais besoin d’un bras supplémentaire. »

C’était à prendre au propre comme au figuré. S’approchant d’un pas, elle déposa le sac sur le matelas de la brune, avant de venir y prendre place :

« Tu ne t’ennuies pas trop ? » S’inquiéta-t-elle.

La pianiste était en repos forcée depuis quelques temps. Tout le monde veillait à son confort et sa sécurité. Il fallait dire qu’elle approchait des derniers mois de grossesse, et qu’il fallait à tout prix qu’elle reste tranquille.




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (généralement) couteau de chasse, glock 17, poignard dans une botte
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 4786
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Whatever it takes.   Mer 8 Nov 2017 - 10:10
Elle commençait à ne plus voir le bout de sa grossesse. Ça devait approximativement faire six mois et demi mais déjà, la musicienne avait l’impression que ça faisait toute une vie. Jamais elle n’aurait supposé qu’être enceinte transformerait autant sa façon de percevoir son corps. Entre le poids de son ventre, la lourdeur de ses jambes, la fatigue, ses sens qui s’aiguisaient, ses hormones qui affolaient ses émotions… Selene était continuellement à fleur de peau. Pourtant, elle était hyper-sensible de nature mais là, c’était exceptionnel. Le départ d’Eli avec Sarah par exemple, lui avait retourné l’estomac. Elle avait passé deux jours à de ronger les ongles et à imaginer les meilleures façons de l’engueuler à son retour. En fin de compte… elle l’avait essentiellement étouffé dans ses deux bras en lui murmurant que la prochaine fois qu’il la laissait seule aussi longtemps, elle l’enchaînerait à son lit.

Ce n’était pas facile d’être assignée à résidence. D’accepter l’idée que désormais, elle était une mère et une femme avant d’être une survivante et une guerrière. Tous les autres semblaient s’être mis d’accord pour qu’elle cesse de se surmener alors, surtout après le sermon médical de Lisandro, elle avait cédé. Elle avait un peu cette sensation qu’ont les enfants qui mettent leurs pieds dans les chaussures de leurs parents. Cette personne-là qui tâtonnait vers l’âge adulte, difficile à croire que c’était elle. Dans sa vie d’avant, jamais elle n’aurait eu de bébé aussi tôt… mais maintenant, le pire, c’était qu’elle ne regrettait rien. Elle lisait dans sa chambre quand on frappa à sa porte. Ses yeux bleus se levèrent vers la silhouette d’Andrea et un sourire éclaira son visage ivoirin. La jeune femme allait se lever mais son amie lui fit signe de ne pas bouger, alors elle se rapprocha juste sur le rebord du matelas.

- J’ai du temps, acquiesça-t-elle, et je peux même te prêter deux bras si tu veux.

Elle était heureuse de constater que depuis leur fameuse discussion un mois et demi auparavant, la régisseuse avait choisi de vivre. Encore un peu en tout cas. Selene savait que ce n’était pas facile, que ce n’était pas fini et qu’elle était loin d’être la seule à avoir jouer dans la reconstruction du moral de son aînée. Qu’importe, elle ne cherchait pas la reconnaissance, simplement la sensation que sa complice se remettait. La pianiste avait bien vu que Ruben et Murphy s’activaient autour d’elle depuis quelques jours, signe qu’elle n’avait rien perdu de son ingéniosité. Le sac qu’elle avait posé à ses côtés attisa alors la curiosité de la musicienne qui prit le temps de répondre :

- Ça va, ça va…, elle fit un geste évasif de la main, je me dis que c’est comme des vacances, ça peut pas faire de mal, elle eut un petit rire, mi-amusée/mi-sarcastique, et puis… si ça va, vraiment.

Elle voulait dire « psychologiquement » mais n’osait pas aborder le sujet. Ses crises s’étaient vraiment espacées depuis sa réconciliation avec Eli, le fait de se poser et de prendre du temps pour elle aidait beaucoup à reconstruire l’équilibre que William lui avait insufflé. En parler ne serait pas vraiment nécessaire, alors elle s’intéressa à ce que lui avait apporté Andrea.

- Tu as besoin de moi pour quoi ?


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Hache de pompier
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1257
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Whatever it takes.   Mer 8 Nov 2017 - 18:02
« C’est bien que tu vois les choses comme ça alors… » Souffla Andrea avec un petit sourire en coin.

Discret, qui s’échappa assez rapidement. Selene se montra déjà curieuse quant à ce qu’elle voulait d’elle. La métisse pinça les lèvres, et attrapa son sac pour le mettre sur les jambes de la jeune femme. D’un signe de la tête, elle l’invita à en tenir un côté, le temps qu’elle ouvrit avec soin la fermeture éclair. Il ne lui fallut pas longtemps pour sortir ce qu’il y avait à l’intérieur. Une petite boite qu’elle déposa tout près de la pianiste, en l’invitant à l’ouvrir :

« Je vais t’apprendre à coudre. » Fit-elle lorsque Selene put voir à l’intérieur des aiguilles et du fil. « J’aurais bien demandé à Ruben ou Murphy, mais ils préféraient faire autre chose bizarrement… » Plaisanta-t-elle.

Il fallait dire que ça n’était pas tout à fait l’activité la plus cool de l’univers. Ça passait le temps et ça piquait les doigts ! Chose qu’elle n’avait plus l’opportunité de faire de son côté, à cause de son handicap évident. Elle sortit de la poche avant un dessin, qu’elle déplia en coinçant un des bouts entre ses lèvres, pour le montrer ensuite à son amie :

« J’ai besoin de deux sangles. » Expliqua-t-elle à la jeune femme. « Une pour tenir ça autour de mon bras, éviter qu’il ne glisse et que je le perde. »

De sa main valide, elle lui désigna son coude, pour montrer où ça devrait venir s’attacher.

« L’autre pour tenir ça, et d’autres trucs. » Et tout en disant ces mots, elle sortit un poignard de son sac à dos, avant de le ranger aussi vite. Elle ne tenait pas à ce qu’elles se blessent par accident lors de la conversation. « ça doit être ajustable, donc on va faire une sorte de ceinture. »

En fait, Andrea avait pratiquement pensé à tout ! Elle n’avait pas perdu de ce côté-là, et elle devait admettre qu’avoir à se concentrer sur ces petits objectifs l’aidait à ne plus se sentir mal. Elle maintenait loin d’elle le traumatisme, la peur, la honte et tout ça, pour ne pas se laisser totalement couler. Travailler, c’était l’objectif. Pour elle, mais pas que. Elle trouverait de quoi occuper les autres.

« J’ai trouvé du cuir, j’en ai fait les patrons et la découpe avec Ruben. » Fit-elle en laissant le bon soin à la jeune femme de voir par elle-même. « On va passer un peu de temps toutes les deux comme ça. »

Et de nouveau, elle lui offrit un sourire.

Spoiler:
 




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (généralement) couteau de chasse, glock 17, poignard dans une botte
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 4786
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Whatever it takes.   Jeu 9 Nov 2017 - 13:31
Elle accueillit le sac sur ses genoux et aida son amie à l’ouvrir. Le temps qu’elle lui montre la boîte qu’elle l’invitait à ouvrir, elle pu déjà jeter un œil à ce qu’il y avait à l’intérieur. C’était… la jeune femme n’était pas sûre de comprendre en fait, alors elle découvrit le nécessaire à coudre avec un petit sourire. Ça faisait déjà bien six mois – voire plus – qu’Andrea lui avait proposé d’apprendre et la musicienne avait oublié de la relancer sur le sujet. Honte à elle. Tant mieux que les deux jeunes garçons se soient défilés ! De toute façon, les aprioris avaient la vie dure : deux mecs ? Ils devaient effectivement estimer avoir plein d’autres choses à faire avant de savoir manier du fil et une aiguille.

- Autre chose… comme draguer Juliet par exemple ? Plaisanta-t-elle à son tour.

La régisseuse déplia un dessin que Selene regarda attentivement et alors… tout s’éclaira. Elle voulait se fabriquer une prothèse baïonnette ! Sa bouche s’ouvrit légèrement, autant d’admiration que d’étonnement, mais aucun mot ne vint sur le coup. Le silence fut comblé par les explications de son aînée, qui avait apparemment très bien en tête ce qu’elle voulait faire. La pianiste ne savait pas totalement quoi en penser. C’était extraordinaire, bien sûr, de la voir retrouver du poil de la bête et imaginer de tels stratagèmes pour diminuer l’impact de son handicap. Mais en même temps… un poignard au bout du bras ne serait jamais aussi efficace qu’une véritable main. Son esprit un brin pessimiste ne pouvait s’empêcher de projet des scénarios où Andrea perdait la vie à l’extérieur malgré – ou à cause de – son invention.

- C’est… c’est super, approuva sincèrement l’étudiante, tu peux pas savoir comme ça me fait plaisir de te revoir comme ça.

Elle rendit son sourire et un instant, sa main lâcha ce qu’elle tenait pour serrer affectueusement celle de son aînée. Bien sûr qu’elle aurait préféré passer du temps avec elle pour d’autre raison que lui bricoler un substitut de bras pour celui qu’elle avait perdu, mais elles ne pourront pas se morfondre éternellement sur le passé. Il fallait aller de l’avant, toujours : c’était Selene elle-même qui lui avait répété. Elles pouvaient se laisser abattre ou bien faire un pied-de-nez à ces sales expériences. Leurs corps et leurs âmes portaient les stigmates de cette nouvelle ère mais… elles étaient toujours en vie.

- C’est super mais… je ne peux pas m’empêcher de me demander…, elle eut une moue désolée, craintive de casser l’enthousiasme de son amie, tu es sûre de ça ? Je veux dire… si tu mets cette prothèse, ce sera pour retourner dehors et… si tu la perds au mauvais moment, si une lanière s’accroche quelque part, si la lame reste bloquée dans le crâne d’un rôdeur…, elle se pinça les lèvres et poussa un petit soupir, je ne t’empêcherai pas de retourner sur le terrain et… je t’aiderai, c’est promis ! Assura-t-elle, juste… je suis vraiment… contente que tu aies choisi de vivre, alors… je ne veux pas te perdre…

L’avoir sortie des ténèbres pour la voir périr tout de même. Peut-être était-ce une chance, un signe, un avertissement. Et elles ne retenaient pas la leçon. Evidement qu’à sa place, la musicienne aurait fait la même chose : elle aurait trouvé une façon de faire en sorte que ces monstres ne l’aient pas rendue incapable. Mais elle n’était pas à sa place et elle tenait beaucoup trop à elle. Elle avait besoin d’elle.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Hache de pompier
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1257
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Whatever it takes.   Sam 11 Nov 2017 - 12:49
« Cette fille va briser quelques cœurs à mon avis. » Blagua-t-elle d’une petite voix, en esquissant un sourire.

Pas qu’elle tenait à ce que ça soit le cas. Pas que ça soit drôle si ça arrivait à son neveu. Mais elle voyait ça avec une certaine légèreté, comme pour se dire que la vie continuait. Et puis, après tout, un cœur brisé, ça n’était presque rien après tout ce qu’ils avaient pu traverser ensemble. Tomber amoureux avait toujours été difficile, et souffrir de cet amour n’était pas davantage une partie de plaisir. Mais la tendresse était la dernière chose belle sur ce monde : au lieu de la repousser, il fallait pouvoir lui sourire.

Elle hocha la tête pour remercier son amie de son compliment. C’était super, oui. Ça n’était qu’un plan, une idée assez précise de ce qu’elle voulait, qui ne fonctionnerait peut-être pas comme elle le voulait. Mais c’était toujours ça de pris, et ça qui comptait. Elle avait désormais un objectif en tête, auquel elle tenait. Un objectif qui lui permettrait d’approcher un semblant de normalité dans ce monde. Il y eut cependant très vite un mais, qu’elle attendait de pied ferme. Andrea planta son regard sombre dans celui de Selene et l’écouta jusqu’au bout.

Elle n’eut qu’un sourire à lui offrir, rien de plus pour lui faire comprendre qu’elle comprenait ses doutes. Ça faisait peur. Ça faisait peur parce que c’était humain. Elle hocha la tête :

« Il faut que je fasse quelque chose, Selene. » Commença-t-elle d’une petite voix, en détournant les pupilles un instant. Elles se plantèrent sur son bras absent. Sur cette main qui ne figurait plus à côté de l’autre. « Je ne peux pas… Rester avec un vide, une partie en moins. »

Elle pouffa d’un rire sans joie, en ayant encore l’impression de plier ses doigts sur l’instant. Sa gorge se noua malgré elle :

« Tu te rends compte que là, je suis en train de bouger mes doigts, comme on joue du piano. Je pianote, Selene, et je ne le vois pas. » Tout ça n’avait plus aucun sens dans son esprit, pas d’avantage hier qu’aujourd’hui. « Je ne vais pas… Aller trop loin, toute seule. » Jura-t-elle en revenant vers sa voisine : « Isaac et Ruben ne me lâchent pas d’une semelle alors ça m’étonnerait qu’il m’arrive quoi que ce soit pendant quelques mois. »

C’était à peine si elle avait le droit d’aller prendre un semblant de douche toute seule. On craignait toujours qu’elle se fasse du mal, alors que sa tentative était passée. Pas le choc, pas le traumatisme, pas la douleur.

« Mais il faut que je me rende utile, que je ne devienne pas un poids. » Reprit-elle dans la foulée : « Je ne pourrais plus bricoler autant qu’avant, alors… Il faut que je pense à me reconvertir ! Et puis, je vais pouvoir y attacher un poignard ou… Un tournevis, ou un marteau ! » Suggéra-t-elle avec un sourire sincère et amusé. Là, elle pourrait se retrouver. « Ça sera une prothèse intelligente. Pas du niveau de celle d’Iron Man, mais presque. »




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (généralement) couteau de chasse, glock 17, poignard dans une botte
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 4786
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Whatever it takes.   Sam 11 Nov 2017 - 13:36
Selene plissa les lèvres mais laissa Andrea s’expliquer. Elle ne pouvait de toute façon ni lui en vouloir, ni lui reprocher de « vouloir faire quelque chose ». A sa place, elle aurait fait la même chose. N’avait-elle pas cherché jusqu’au bout à se rendre utile à l’extérieur malgré sa grossesse ? Ce n’était pas de l’insouciance, elle avait pleinement conscience du danger, mais c’était comme… avoir besoin de sentir qu’elle ne devenait pas faible ou inutile. Ce qui l’avait sauvée, c’était sa capacité à s’adapter et à laisser son instinct la guider. Ça et la chance. Alors la jeune femme ne cesserait pas de jouer. De toute façon, la possibilité de se voir mourir vieille en avait pris un sacré coup. Ils étaient en sursis, tous.

Machinalement, alors que la régisseuse confiait que l’écho de ses doigts perdus pianotaient, elle tendit les siens pour essayer de les saisir. Ils n’étaient pas là, bien sûr, mais elle imaginait presque leur texture et bientôt, leurs contours apparaissaient. Il y avait quelque chose de fascinant dans cette absence – de terrifiant aussi. La musicienne récupéra sa main, timidement, tandis que ses fossettes creusaient son visage opalin. Elle avait remarqué qu’Isaac et Ruben étaient particulièrement au petit soin. Si ce n’était pas étonnant pour le deuxième, le premier en revanche… elle se posait légitimement quelques questions.

- Ils ont bien raison, approuva-t-elle avant de préciser malicieusement, je me sens moins seule comme ça. Entre Eli et Lisandro, j’ai l’impression d’être en sucre maintenant.

Elle avait appris à s’en amuser. Selene avait pris conscience que ce n’était pas contre elle, c’était pour le bébé. Depuis qu’elle avait entendu son petit cœur battre, tout était devenu réel, palpable, intense. Alors elle pouvait accepter de jouer l’oiseau en cage encore quelques mois. D’ailleurs il allait être tant qu’elle pense à comment s’organiser pour une fois qu’elle aurait accouché : elle ne comptait pas jouer la femme au foyer, ni même attendre que le petit soit sevré pour recommencer à sortir. Une fois remise de l’accouchement, elle demanderait à Duncan de lui faire faire des exercices de rééducation pour pouvoir vitre retourner sur le terrain.

- Ooooh, fit la pianiste après la référence à Iron Man, aller, je suis sûr que c’est le début. Après ça, tu vas nous construire une armure à chacun, elle lui sourit, tout aussi amusée et fascinée par le projet de son aînée, ok-ok. On fait ça, par quoi on commence ? Elle se vouait complètement aux indications de l’afro-américaine et une fois qu’elle lui eut donné les consignes, elle osa demander doucement : alors… j’ai l’impression que… enfin, toi et Isaac… vous vous entendez plutôt bien, non ?

La lueur espiègle dans ses pupilles était discrète. En vérité et avant tout, Selene était heureuse de voir que son amie se rouvrait de nouveau aux autres et, surtout, qu’elle réussissait à communiquer si bien avec quelqu’un d’autre. Jusqu’à lors, on ne pouvait pas vraiment dire qu’elle était très proche de Duncan, ou Sarah, ou Juliet, ou… personne d’autre que son neveu ou l’étudiante. Néanmoins, elle supposait que c’était un sujet sensible – surtout qu’elle avait perdu le dernier vestige qui l’unissait à Ben. Alors elle ne foulerait pas trop vite ce territoire, pas avant de savoir ce qu’en pensait la concernée.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Hache de pompier
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1257
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Whatever it takes.   Sam 11 Nov 2017 - 15:52
« C’est qu’ils s’inquiètent pour toi. » Fit la brune avec un sourire en coin. « Dans notre état, on ne devrait techniquement pas trop en faire. C’est presque qu’ils nous attacheraient s’ils le pouvaient. Mais y’a pas grand-chose pour nous retenir, pas vrai ? »

Oui, elle se comprenait dans le lot, même si ces histoires là concernaient bien plus Selene qu’elle depuis quelques temps. Si on la forçait à garder le lit, c’était parce que son état le demandait. A plus de sept mois de grossesse, ça commençait à devenir bien plus que nécessaire. Elle devrait bientôt faire face à une autre étape de son existence, à un moment où elle devrait forcément devenir quelqu’un d’autre : une maman. La pianiste ne savait pas encore comment elle serait en tant que mère, et ce dernier mois tranquille devrait lui permettre de se préparer à tout ça…

« Ok, ok, allons y alors ! » Fit Andrea en prenant une profonde inspiration. « Si je dois construire une dizaine d’armure ultra-technologique avant l’année prochaine, faut s’y mettre. » Blagua-t-elle.

Sortant tout son attirail, elle confia une petite boite à Selene pour qu’elle puisse armer son aiguille de son fil, histoire de pouvoir coudre plus facilement. Elle ne savait pas dans quel ordre prendre les choses de son côté, aussi fit-elle attention à ne pas se mélanger les pinceaux.

« J’ai préparé les chutes de cuir. » Expliqua-t-elle en sortant celles-ci. Elles avaient pour la majorité des tailles différentes, Andrea les avait numéroté pour pouvoir s’y retrouver. Sur son plan figurait d’ailleurs les dits chiffres : « Il faut le recoudre par endroit, là… » Elle désigna l’une des chutes pour désigner ça à Selene : « Avec ça. »

Bon, ça avait l’air un peu complexe. De sa seule main, elle plia le cuir et montra à Selene ce qu’elle voyait. Un trou y figurait déjà, d’ailleurs, pour passer le bout de la ceinture. De l’autre côté, ce fut une boucle qu’elle dénicha pour la poser et replier le cuir dessus. Il faudrait que les points soient solides, repasser une seconde fois pour que ça ne casse pas. C’était une grosse responsabilité qu’elle avait là :

« Et replier là pour mettre la sangle de la ceinture. » Fit-elle alors que déjà, la pianiste lui posait une autre question qui n’avait pas grand-chose à voir : « Hm ? » Demanda-t-elle en relevant le regard. Isaac ? « C’est un homme très gentil, oui… » Fit-elle avec un sourire en coin. « Je ne sais pas ce que tu vas imaginer, mais tu vas un peu vite en besogne. » Souffla-t-elle. « On a juste… Beaucoup de points communs, lui et moi. C’est pour ça qu’on s’entend bien. Et… Il a la patience de me supporter, ça aide. »

Elle l’appréciait beaucoup, en effet. Isaac l’aidait à retrouver une certaine indépendance, à ne pas perdre espoir même. Mais il y avait-il autre chose à dire à ce sujet ? Elle ne pensait pas.

« Et toi ? Tout va mieux avec Eli désormais ? Il a fini par t’entendre ? » Demanda-t-elle distraitement.




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Whatever it takes.   
Revenir en haut Aller en bas  
- Whatever it takes. -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» The winner takes it all
» TAKE SOME QUAKER OATS
» THE OAS TAKES FURTHER STEPS TO SUPPORT 2010 ELECTIONS IN HAITI
» BIRTHDAY Ϟ Madness takes it's toll.
» It takes a lot to surprise me ► 26/06 - 14:44

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: