The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Get you hands off my prey -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Victoria L. Raven
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Event : 1 flingue, 1 piolet, 1 couteau militaire, 1 canif dans la chaussure
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/10/2017
Messages : 908
Age IRL : 28
MessageSujet: Get you hands off my prey   Dim 5 Nov 2017 - 13:33
Début août 2017 •• ♫ ♪ ♫

Elle descendait vers le sud pour mettre le plus de distance possible entre elle et l’incendie qu’elle avait vu briller dans le ciel. Pendant plusieurs jours, une odeur de brûlé avait empli l’air, mélange âcre du mobilier calciné et celui des chairs grillés, qui évoquait du porc sur un barbecue. C’était dingue comme le con braisé pouvait donner faim. Victoria supposait que la dernière pluie estivale avait éteint le foyer, sans doute tant mieux. La chaleur était revenue, son blouson en cuir avait rejoint son sac à dos malheureusement trop peu rempli en vivre. Elle ne portait alors qu’un débardeur qui dénudait ses bras pâles comme un cul qui n’avait jamais vu le soleil, un jean usé et des espèces de rangers qui avaient vu des jours meilleurs.

Dans les rues pavillonnaires qui descendaient depuis le quartier M Baker, elle progressait tranquillement, batte sur l’épaule. Quand un débile se manifestait pour essayer de la croquer, il se faisait dévisser les cervicales d’un joli homerun. Si ça n’avait pas suffi à lui ramollir ce qu’il restait de neurones, la pigiste l’achevait « soigneusement » – c’est à dire en évitant d’en faire gicler sur ses fringues. C’était devenu tellement coutumier maintenant : attendrir des cadavres à coup d’aluminium. A croire qu’elle avait été faite pour ça. Elle arrivait au croisement de la 37è et de la Hanford street et vit, sur le petit parvis de l’église un type un peu maigrelet en train de racler le fond d’une conserve avec une cuillère tordue.

- Amen mon frère, lança la trentenaire avec un sourire en coin, c’est l’heure d’la cantine chez tonton Jésus ?
- Euh…, le jeune homme paraissait craintif. De là, elle pouvait voir qu’il avait la peau grêlé et sèche comme un parchemin.
- Flippe pas, j’suis juste une bonne sœur, c’est l’heure d’la quête.

Son sourire faux s’élargit mais ses yeux ne suivaient pas le mouvement. Ils étaient fixes, blasés, indéchiffrables. Machinalement, elle fit sa batte décrire un ou deux moulinets avant de s’arrêter devant le pauvre survivant qui ne demandait rien de plus que manger tranquillement. Baaaah, pas de sa faute s’il avait une tête de victime ! Il appelait à se faire braquer avec une gueule pareille et vu que Victoria était une fille avec le cœur sur la main, elle n’était pas insensible à sa demande. Tranquille et nonchalante, elle insista :

- Alors ? Tu m’donnes quoi ?

Elle ne s’attendait pas à ce que sa victime bondisse si vivement, la bousculant au passage, pour se mettre à courir. C’était qu’il avait une foulée de lapin de garenne en plus, il traçait ce petit rouquin. Tout en pestant et en grommela des gentillesses à base de « fuck », « shit », « fuck » encore et « damn geezus » pour finir, elle se résolut à se mettre à sa poursuite. C’était son quatre-heure qui se barrait et elle n’aimait pas sauter le goûter.


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Get you hands off my prey   Dim 5 Nov 2017 - 14:13
- Leeee ! J'ai chauuuud...
- Rahh... J'vais te couper les cheveux, vraiment.
- Noooon ! La petite recule, comme si j'allais effectivement mettre à exécution ma menace dans la seconde. Pas mes cheveux !
- Alors arrête de râler, t'es chiante.
- Hmf.. Elle tend ses petits bras derrière sa tête pour nouer son épaisse tignasse en queue de cheval. On se trouve dans la rue, sur la Mt Rainer Street en direction du Nord. Mon dos est chargé de quelques précieuses trouvailles que l'on rapatrierait dans notre refuge une fois la main mise sur un véhicule encore fonctionnel et dont on aurait pas à forcer la porte : de la nourriture, principalement, un mélange de ce que l'on a honnêtement volé dans les magasins et de ce que l'on a repris aux imprudents qui de toute évidence ne méritaient pas qu'on leur fasse une fleur. Le sac est lourd, les conserves pèsent une tonne et le soleil de plomb n'arrange rien à l'endurance qui faiblit doucement. Sur mes tempes se forment déjà de minuscules perles de sueur, qui me dégringolent jusque dans le dos sous la chaleur du sac et la mince épaisseur de mon T-shirt.

- Haaaa !

C'est un mec qui, un peu plus bas dans la rue, court à s'en décrocher les poumons. Brusquement, je tire Lucy avec moi derrière la palissade d'une maison. Je pose notre butin à ses côtés, bouge pas. et décroche du sac à dos ma batte de Baseball. Compris ? J'insiste, dans un air absolument décidé à faire taire le forcené. La petite acquiesce et s'asseoit dans l'herbe. Moi, je déboule dans un timing parfait au milieu de la rue pour faire face à l'homme effrayé. Il me regarde, je le regarde. J'arme la batte en bois par dessus mon épaule et l'accueille d'un bon swing dans les cervicales.

L'homme s'écroule, il n'est pas tout à fait mort. Il tremblote, paralysé, la nuque tordue dans un angle tout sauf naturel. Je lève brièvement les yeux pour regarder derrière lui, mais ne distingue pas de horde à sa poursuite. Je soupire, pose un genoux à terre et commence à lui faire les poches : sait-on jamais qu'il ait quelque chose d'intéressant. Un paquet de mouchoirs... Nope. Un ouvre boîte... Je prends. Un briquet, je prends également. D'un geste de la main, je le retourne sur son dos pour dézipper son sac et le fouiller sur fond de râles douloureux et suppliants. Tais-toi, bon sang...
Revenir en haut Aller en bas  
Victoria L. Raven
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Event : 1 flingue, 1 piolet, 1 couteau militaire, 1 canif dans la chaussure
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/10/2017
Messages : 908
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Get you hands off my prey   Dim 5 Nov 2017 - 15:08
Bodel. De. Putain. De. Merde. Il galopait plus vite qu’elle, c’était indéniable, y’avait que la fierté pour l’empêcher de renoncer. Si seulement il lui restait quelques balles, elle lui aurait collé une bastos dans le derrière. Là c’était peine perdue. Presque. Victoria venait de le perdre de vue, à une bifurcation au milieu de ces baraques délabrées qui se ressemblaient toutes. Petit coup de fouet, elle accéléra l’allure, la main serrée sur le milieu de sa batte pour qu’elle soit plus facile à tenir en courant. En tournant enfin, elle se sentait beaucoup trop en retard, et d’ailleurs… il était où ce con ? Il lui fallut plusieurs secondes pour réaliser que ça se passait plus au niveau du sol : sa proie, étalée sur le bitume, et une autre silhouette qui lui faisait les poches. La pigiste approcha, jusqu’à ralentir le rythme et s’arrêter, à quelques mètres de ce gosse qui était en train de lui piquer ses affaires.

- Hey, douc’ment le razmocket, lança-t-elle, reprenant son souffle, le nez plissé par l’effort, poil de carotte est à moi et-holy shit, s’interrompit-elle brusquement en baissant les yeux vers le roux agonisait, tu m’l’as cassé…

Elle avisa la courbe étrange de la nuque de sa proie, la batte de baseball du gamin puis le gamin lui-même. Il fallait en avoir une sacrée paire pour oser faire ça – et réussir à le faire. A son âge, elle dansait en pompon pour donner la gaule aux joueurs de football du lycée et lui, visiblement, il cassait des cous dans la rue. Aaaaah les générations et leurs différences… l’avantage, du coup, c’était qu’il n’y avait pas besoin de passer par quatre chemins. Victoria reporta sa main sur le manche de son arme fétiche et la laissa pendre docilement comme la prolongation de son bras.

- Ok, pffff… tu mériterais que j’cafte à tes parents qu’t’as cassé la propriété d’autrui, mais… j’suppose que t’en as plus, un sourire plus moqueur que cruel étira ses lèvres charnues, alors vide t’es p’tites po-poches et dégage. J’suis cool ! Il fait beau, c’est l’été, j’vais quand même pas faire un strike avec tes vertèbres aussi, oui, bon, c’était pas le même sport, mais elle était de toute façon plutôt une adepte du basehead si on allait par-là. Les termes techniques, elle n'était pas au point.

L’autre n’avait pas l’air de vouloir obtempérer. Est-ce qu’il ne comprenait pas l’anglais ou est-ce qu’il était juste très con ? Quand même pas un peu des deux ?! Ce serait sacrément compliqué d’avoir survécu si longtemps avec ces deux handicaps. La trentenaire le toisait toujours, ses paupières lourdes lui donnaient cet éternel air blasée. Comme si elle avait déjà tout vu et que tabasser un adolescent n’avait pas lui faire plus de peine que le moustique qu’elle avait claqué entre ses mains le matin même. Et encore, le moustique l’avait bien cherché.

- J’le répèterai pas, prévint-t-elle soudainement plus froide, j’sais que j’suis bonne et qu'ça doit faire longtemps qu’ton ptit cerveau prébubère n’avait plus d’image fraîche sur laquelle se branler le soir. Alors rends-toi service : arrête de m’fixer et obéis, elle poussa un soupir faussement compatissant, sinon, t’auras plus jamais l’occasion d’te tripoter la nouille.


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Get you hands off my prey   Dim 5 Nov 2017 - 18:10
Bordel. Rien de glorieux dans les affaires de ce mec. Le sac est presque vide, si ce n'est une pauvre conserve de pois-chiches et un ridicule couteau de table. Il gémit encore pour protester, mais je l'ignore et m'apprête à ouvrir les plus petits compartiments. Je suis interrompu lorsque le bruit des pas me fait tourner la tête derrière moi.

Je lève les yeux vers elle, et délaisse instantanément les bagages de l'étranger pour reposer la main sur le manche de mon arme, toujours au sol. C'est une trentenaire aux cheveux noirs, le visage pâle rougi par un sprint. Je l'observe, curieux, sans dire un mot, et hausse un sourcil dédaigneux, c'est moi qu'elle appelle Razmocket ? S'il s'agit de son alliée, me voilà en bien mauvaise position. Mais non, elle n'exprime aucune inquiétude, rien qu'une espèce de frustration noyée dans la grossièreté. Je me redresse doucement face à elle. La jeune femme est armée d'une batte en métal. Elle est mieux que la mienne. Au diable le sentimentalisme, je devrais la lui prendre... Elle remplacerait la seconde qu'on a éclaté le mois dernier.

Elle cause, et cause, tandis que je scrute son allure et ses affaires. Pas de parents, non. Pas plus qu'elle, probablement. Elle doit sans doute se moquer de mon âge. Je roule des yeux et tourne lentement la tête de droite à gauche à sa demande. J'articule doucement, comme pour rendre le message plus accessible à son esprit de gothique éteint par la drogue,

- Tu parles beaucoup. Même de branlette, comme s'il y avait de quoi s'exciter sur sa petite personne. Elle se croit bonne, sincèrement ? Peut-être qu'après une longue douche et un relooking, on pourrait sauver quelque chose, mais ses allures de pouilleuse semblent férocement accrochées à sa peau.

- Je l'ai trouvé, il est à moi. Et sincèrement, il n'a pas grand chose. Du bout de ma batte, je donne un petit coup sur l'épaule de la victime, pour m'assurer qu'il est encore en vie et ne risque pas de se changer dans l'instant. Il y répond par un vague gémissement. "Pour ce qui est des mes affaires... tu débloques complètement, ma pauvre." J'ai un brusque sourire en coin, plein d'assurance et d'un sincère amusement. Ça n'est pas une gonzesse mal vieillie qui va me causer de tort, et ce n'est certainement pas elle qui arrivera à me prendre quoi que ce soit.  

En reprenant un peu de sérieux, je poursuis, "Mais maintenant que tu es là... donne moi ça." Je tends le bras vers elle pour heurter doucement mon arme sur la sienne. Qu'il faille que je lui décroche le crâne ou non, je suis bien déterminé à l'avoir.
Revenir en haut Aller en bas  
Victoria L. Raven
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Event : 1 flingue, 1 piolet, 1 couteau militaire, 1 canif dans la chaussure
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/10/2017
Messages : 908
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Get you hands off my prey   Lun 6 Nov 2017 - 8:08
Il répondait le marmot et il en avait une putain de grosse paire avec ça. Non seulement il n’écoutait pas mais en plus, il osait essayer de la braquer à son tour. Le sourire superficielle de Victoria s’exagéra tandis qu’elle laissa flotter un blanc : elle avait sa réponse à son sujet, il était con. Elle secoua légèrement la tête, sa langue claquant contre ses dents, l’air de dire « j’t’avais prévenu jackass » et sans autre forme de procès, sa batte décolla en direction de la gueule du bellâtre prépubère. Ce qu’elle n’avait pas vraiment prévu, ce fut qu’il ait de suffisamment bons réflexes pour esquiver et riposter. Le coup du sale gosse résonna dans son flanc, lui retourna l’estomac, lui soutirant même une brève exclamation de douleur.

Oh merde. Elle allait le tuer. L’aluminium fendit l’air à nouveau. Manqué. Sauf que cette fois, elle aussi était prête à éviter l’assaut. Agacée par ce manège, Victoria se rua carrément sur lui. Il eut le temps de lui renvoyer un coup qui lui vrilla l’os de l’avant-bras placé en parade, mais ça ne l’empêcha pas d’emporter le razmocket au sol. Tous les deux avaient trébuché sur le corps agonisant du rouquin, ils roulaient sur l’asphalte, dans une confusion de tissus et de gestes nerveux.

Les épaules de la trentenaire s’éraflaient sur le goudron, ses cheveux tombaient lui masquer une partie de la vision. Qu’importe. Bordel de merde. Se battre était devenu une seconde nature, son corps agissait de lui-même. Elle avait lâché sa batte pour coller une droite au gamin. Ses les os de ses phalanges vibrèrent douloureusement, ses jointures s’écorchèrent un peu, mais elle recommença. Et encore. Jusqu’à ce qu’un choc lui coupe le souffle et l’oblige à rouler sur le côté. Aller, il se défendait pas mal pour un gosse, elle allait lui accorder ça. Mais il était en train de faire une putain de belle connerie.

Victoria n’eut pas le temps d’attraper le couteau à sa ceinture qu’ils luttaient à nouveau. Deux chats sauvages et enragés. Cette fois, sa main droite était occupée à retenir celle de son adversaire, alors c’était la gauche qui frappait où elle pouvait. C’était la même : après si longtemps à cogner à longueur de journée, on devenait ambidextre dès qu’il en venait à attendrir du crétin.



I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Get you hands off my prey   Lun 6 Nov 2017 - 13:18
Quelle putain de furie. Elle aurait pu se contenter de me filer sa batte sans faire d’histoires. Voilà encore une bonne dose d’énergie dépensée pour rien et - j’esquive un coup, le bout du nez chatouillé par le coup de vent - elle a l’air plutôt dégourdie, pour une vieille peau. J’arrive à lui en mettre une, mais c’est encore trop peu pour la décourager, et elle m’offre une belle manifestation de spontanéité en se jetant droit sur moi. Sous nos ébats fâchés, notre proie commune a le souffle coupé, arrive parfois à exhaler un sifflement découragé. J’râle en me prenant une droite qui me fait claquer les mâchoires. Et bam, bam, bam, elle s’acharne comme un putain de moustique. J’essaie un moment de lui attraper les poings, sans grand succès. Alors, pendant qu’elle me surplombe, je rattrape ma batte qui roule encore à portée de bras et la lui écrase entre les côtes. Elle retombe, c’est assez pour souffler une demi-seconde, constater la douleur qui m’irradie le visage. La salope, à être un thon plein d’arrogance, elle voudrait défigurer les rares éphèbes de ce monde. Je me redresse, on lutte encore, je lui grimpe dessus, me prends un sale coup à l’arcade mais tente coûte que coûte d’écraser toute sa petite personne dans la batte que je maintiens et baisse à deux mains au dessus de sa gorge - et qu’elle parvient encore à retenir.

Lucy est juste là, à quelques mètres ; elle entend, je suis également certain qu’elle regarde attentivement. Mais la petite connaît le deal, qui reste inchangé depuis bientôt deux ans : elle ne doit pas intervenir, sous aucun prétexte. Et Dieu que j’aimerais qu’elle n’enfreigne pas cette règle tout le temps, à la première occasion venue.

J’ai l’impression d’avoir le dessus, vraiment. Qu’il faudrait encore endurer ses petits airs de salope quelques secondes, mais que sa résistance finirait par céder, que le passage serait libéré pour lui éclater le crâne et le réduire en miettes.

C’est sans compter sur la fourberie de la sorcière, dont les doigts viennent trouver le creux de mes yeux et presser avec force contre mes paupières. “Ah, putain !!” Réflexe, douleur insupportable : je lâche tout pour reculer brusquement, retomber sur le cul, essoufflé et momentanément aveuglé. Et puis, alors que j’essaie de m’éclaircir la vue en me frottant le coin des yeux, c’est l’impact sans retenue de son talon en plein entre-jambe qui me réduit à une boule de douleur remuée par de petits tics électriques. ”Pétasse...“ Depuis ma gorge, et à travers une grimace affreusement rouge, un faible sifflement tordu s’échappe.
Revenir en haut Aller en bas  
Victoria L. Raven
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Event : 1 flingue, 1 piolet, 1 couteau militaire, 1 canif dans la chaussure
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/10/2017
Messages : 908
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Get you hands off my prey   Lun 6 Nov 2017 - 20:04

Sale petit con. Il tenait le coup le marmot et dans un ultime rouler-bouler de fauve, il parvint à prendre le dessus. Elle avait perdu sa batte, il tenait encore la sienne et lui écrasait sur la gorge. Victoria en était réduite à lutter, férocement, pour réduire la pression sur sa trachée. Elle en devint rouge, la respiration sifflante, le visage atrocement crispé par l’effort. Enculé de mioche. Le razmocket avait une sacrée force, elle ne l’aurait pas comme ça. Obligée de céder du terrain, la pigiste laissa le bois lui plier le cou et lancer des pouces dans ses yeux. Son propre champ de vision était voilé de rouge, l’air ne parvenait plus jusqu’à ses poumons, mais elle crèverait ses putain d’yeux avant de claquer si c’était comme ça que ça devait finir.

Soudainement, elle put prendre une inspiration. L’oxygène se frayait un chemin douloureux jusqu’à sa poitrine. Elle en toussa à s’en arracher le larynx, cracha un jet de salive teinté de rouge. Oh hell fucking shit ! Il avait tout gagné. Elle allait lui refaire la gueule avec tellement de soin que même sa salope de mère le reconnaîtrait pas. L’autre geignait encore sur ses mirettes de puceaux ; la brune se releva et balança violemment son talon dans une cible toute ouverte : ses grosses couilles de sale gosse. Un rire sadique la secoua, son poignet essuya sous son nez. Un tracé de sang lui resta sur la peau.

- Ça aurait pu être tell’ment simple…, elle flanqua un lourd coup de pieds dans les côtes de l’adolescent encore recroquevillé sur ses parties, t’vides tes poches, t’pars en chouinant, sa voix éteint érayée, abîmée par la strangulation, c’était réglé, nouveau choc, en plein dans l’abdomen, mais là…

Elle poussa un soupir et se racla le fond de la gorge. Il lui avait fait mal ce sale con. Ça lui apprendrait à être sympa avec les enfants. La prochaine fois, ça se réglera directement avec une caresse de batte dans les dents, et voilà. Parlant de ça, Victoria ramassa la sienne, laissant volontairement l’aluminium érafler le bitume. Qu’il sache ce qui l’attendait : ça n’allait pas se finir tout de suite. Oh yeah, elle lui briserait quelques – dizaines de – trucs avant de lui ouvrir le crâne.

- T’m’as sincèrement fais chier.

Et le premier coup s’abattit. Sans pitié. Sans concession. Sans demi-mesure.


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Get you hands off my prey   
Revenir en haut Aller en bas  
- Get you hands off my prey -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» (D11) ▲ how to kill with bare hands - pho&vi.
» Clap Your Hands [James & Pollo]
» rapport de bataille apocalypse
» Haitian Deportees Fate Now In The Hands Of Team Obama
» Has Sean Penn been recruited by Jean-Claude "Baby Doc" Duvalier?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: