Partagez | 
 

 Help me get closure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
April E. Hamilton
Island Freedom
Modérateur
avatar
Date d'inscription : 20/06/2016
Messages : 757
Age IRL : 27
MessageSujet: Help me get closure   Jeu 2 Nov 2017 - 0:37

Elle n’y arrivait pas. Pas vraiment. Tourner la page, aller de l’avant, c’était de belles résolutions, mais c’était trop dur. Chaque matin, elle ouvrait les yeux en se persuadant que cette journée serait différente et chaque soir, elle se disait que plus rien n’avait de saveur. S’activer pendant des heures lui faisait oublier qu’elle souffrait, être entourée lui éviter de songer au pire ; mais chaque fois, inévitablement, les doutes revenaient. Ils profitaient de chaque pause, chaque brèche, chaque temps mort. April ne pouvait cesser de se demander : et si elle en avait fait un peu plus ? Si elle était restée quelques jours à Normandy Park ? Si elle était retournée à Gorgetown ? Si elle avait tenté sa chance dans les boutiques de puériculture ? Si… si… s’il y avait quelque chose à quoi elle n’avait pas encore pensé pour retrouver Rowen ? Cette pensée était la pire, c’était un véritable poison, parce qu’elle ne s’arrêterait jamais. Elle aurait pu le chercher pendant des décennies qu’elle se demanderait toujours si elle n’aurait pas dû s’obstiner un peu plus…

Et quand elle se détachait de ces espoirs vains, quand elle s’arrachait aux « et si » venimeux, c’était pour s’imaginer que l’illustrateur était mort. Loin d’elle. Rosaleen aussi. Décolorée, blafarde, son ventre tristement arrondi sous ses vêtements tachés de sang. Ces visions lui écharpaient le cœur. La quadragénaire ne savait plus pleurer, depuis longtemps, mais la peine s’imprimer sur ses traits comme un masque dont elle ne pouvait pas se débarrasser. Ce soir-là ne faisait pas exception à la règle. Après avoir couché les filles – elle remplaçait parfois Emerson dans son rôle de maman de substitution – elle s’était toilettée dans la salle d’eau et était montée s’enfermer dans sa chambre. Les murs étaient toujours aussi impersonnels mais elle n’avait pas le courage de les égayer un peu. Elle avait plus important à faire, et puis… elle avait toujours la sensation que ce ne serait pas chez elle bien longtemps.

April resta figée un instant au milieu de la pièce, l’esprit ailleurs, avant de commencer à se déshabiller pour enfiler son pyjama, trouvé à l’époque où ils étaient encore à Madison Park. Pour une fois, il était à sa taille, ce qui relevait du miracle ! Les températures avait considérablement chuté ces derniers jours, alors elle piocha également dans son armoire un gilet en laine qu’elle boutonnait tout juste quand on frappa à sa porte. Un peu surprise, elle se dirigea vers la porte, ses pieds nus s’enfonçant souplement dans la moquette encore poussiéreuse. Elle ouvrit, se cala dans l’embrasure, pour se retrouver face au mètre quatre-vingts de Kerwan.

- Tu as… besoin de quelque chose ? Demanda-t-elle gentiment.

Dans un moment où elle était si torturée par les rémanences de ses pensées les plus sombres, elle aurait sans-doute voulu s’esquiver et prétexter qu’elle allait se coucher. Mais c’était l’agent immobilier, alors elle consentit même à accrocher un semblant de sourire, au moins une esquisse, sur ses lèvres. Elle avait beau connaître les Barnett depuis le lycée ou s’être attaché à Noam, c’était lui qui, dans cette maison, passait le plus facilement la barrière de givre qui l’entourait.


Make me believe again
Never win and never lose, there's nothing much to choose between the right and wrong ♪ Nothing lost and nothing gained, still things aren't quite the same between you and me ♪ I keep a close watch on this heart of mine.
Revenir en haut Aller en bas
Kerwan Day
Island Freedom
avatar
Date d'inscription : 17/01/2016
Messages : 398
Age IRL : 20
MessageSujet: Re: Help me get closure   Jeu 2 Nov 2017 - 19:13

Help me get closure × ft. April & Kerwan

Depuis qu'ils étaient arrivés dans ce nouveau "groupe", Island Freedom, Kerwan avait eut un peu de mal niveau adaptation à la communauté. Pendant plus de deux ans il faisait tout, tout seul. Et là, à peine il se levait qu'il pouvait croiser d'autres de ses congénères dans les couloirs de l'ancienne maison de retraite. Il ne mangeait plus seul, ne discutait plus tout seul. Il n'avait plus l'habitude de croiser autant de personnes d'un coup, mais entendre des bruits humains et voir de l'agitation lui avaient fait grandement du bien. A lui oui, mais pas à April, apparemment.
L'ancien agent immobilier avait remarqué des petits changements dans le comportement de la jeune femme. Bien qu'il ne traînait pas depuis très longtemps à ses côtés, il avait remarqué qu'elle se faisait plus silencieuse, qu'elle s'était renfermée sur elle-même, et qu'elle n'exposait plus son caractère de chieuse, non plus. Bien qu'il n'était pas le plus doué des hommes pour décrypter le comportement d'une femme, il avait compris que quelque chose n'allait pas.

Il s'était donc mis en tête d'aller lui parler, d'aller essayer de voir ce qui n'allait pas. Il avait sa petite idée, oui, mais il préférait en être sûr. Ce soir, il n'était pas de garde dehors, alors il allait en profiter pour aller parler en tête à tête avec elle.
Il avait dîné avec les autres, pris une rapide douche pas très chaude -pour son plus grand bonheur-, enfila un espèce de survêtement et un t-shirt qu'il avait trouvé dans l'armoire de son ancien hôte -qui sentait un peu le petit vieux, d'ailleurs-, et s'était rendu à quelques portes plus loin du même couloir, derrière laquelle se trouvait la chambre d'April.
Il frappa sans trop tarder à cette même porte, et il attendit qu'elle vienne lui ouvrir. Il lui fit un petit sourire et la salua. Sa question semblait presque étonnante, et il essaya d'y répondre avec la plus grande simplicité dont il pouvait parfois faire preuve.

- Ce n'est pas moi qui ait besoin de quelque chose, mais toi, April. Alors j'aimerais que tu me laisses entrer et qu'on discute de ce qui te tracasse. Les autres n'ont peut-être pas vu, mais moi je sais tout.

Enfin... C'était un bien grand mot. Il savait juste qu'elle n'était pas dans son assiette, et souhaitait l'aider à lui remonter le moral, et à lui enlever ce poids de ses épaules qui semblait tant l'alourdir, à cette pauvre femme. Néanmoins, elle ne semblait pas très coopérante.

- S'il te plaît, April. Je sais que ça ne va pas, et tu as besoin d'en parler.
code by lizzou × gifs by tumblr




 
 


   
••• ••• ••• ••• ••• •••
   • Look. Do you see in front of you ?
There are the Hell's door. Good luck my friend ! •
© Mzlle Alice.

   

Revenir en haut Aller en bas
April E. Hamilton
Island Freedom
Modérateur
avatar
Date d'inscription : 20/06/2016
Messages : 757
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Help me get closure   Jeu 2 Nov 2017 - 20:16

L’aplomb avec lequel Kerwan lui retorqua que c’était elle qui avait besoin de quelque chose lui fit avoir un léger geste de recul, étonnée. Elle ne s’y attendait simplement pas. Il savait « tout » ? A quel sujet ? La quadragénaire ouvrit la bouche, cherchant à toute vitesse une bonne raison de refuser, mais rien ne lui venait. Trop las, son cerveau était à sec, alors elle bafouilla rapidement :

- Non-je… rien me…

Son cadet l’interrompit pour insister et April n’eut même pas la force de se fermer comme une huitre. A l’époque, avec Rowen, elle faisait son possible pour refouler ses ressentis : il était la priorité, alors il ne fallait surtout pas qu’il s’en fasse plus pour elle qu’elle pour lui. Aujourd’hui, tout était différent, mais elle avait encore du mal à lâcher prise, à admettre qu’elle était aussi vulnérable que les autres. Avec un « euh… » d’hésitation, elle replaça derrière une oreille une mèche de cheveux qui tombait devant son regard. Elle ouvrit un peu plus grand et se pencha légèrement pour voir s’il n’y avait personne dans le couloir avant de s’écarter pour laisser passer l’agent immobilier.

- Viens.

En refermant le battant derrière Kerwan, elle se sentait légèrement intimidée de le recevoir dans ce qui était désormais « sa chambre ». Comme au lycée lorsqu’elle était venue voir Clive en pleine nuit pour discuter. Hormis avec son fils de cœur, elle avait perdu l’habitude de se retrouver en tête à tête avec un homme dans un contexte si intimiste. A Madison Park, même seule avec Noam, ils dormaient dans des pièces séparées. La tête légèrement rentrée dans les épaules, la blonde avait des airs de petite-fille en se tournant vers le trentenaire. Elle traversa la pièce pour s’asseoir dans le fauteuil en cuir marron qui se tenait le plus proche de la fenêtre. A travers les stores, on voyait le ciel noir de l’automne, sombre, nuancé par la lueur de la lune.

- Je ne suis pas vraiment… sûre d’avoir « besoin » d’en parler, lâcha-t-elle après avoir massé ses tempes, c’est juste…, elle haussa les épaules en plissant les lèvres, j’ai l’impression de faire semblant ici. Si tu avais vu… ce qu’on avait avant, une esquisse de sourire douloureux traversa ses traits, j’avais du mal à croire que c’était possible et pourtant… on était une soixantaine et ça fonctionnait. C’était une communauté, plus qu’un simple camp. Et maintenant…, elle soupira en levant ses yeux bleus vers ceux de son ami, j’arrive pas à ne pas me dire que c’est temporaire… que quelqu’un d’autre va arriver un jour et tout raser, encore une fois ; et aussi qu’il… qu’il est encore dehors, quelque part, à attendre que je le trouve…

« Il », Rowen. Encore et toujours lui. Elle ne pensait qu’à lui, à en oublier qu’elle existait, qu’elle avait des sentiments propres. Les mots lui avaient échappé plus vite qu’elle n’avait pu les retenir, signe que Kerwan avait été dans le vrai. April avait besoin que ça sorte, que ça cesse de l’empoisonner de l’intérieur, qu’elle arrive à tourner cette foutue page. Ça lui paraissait tellement contre-nature, comme de s’arracher le cœur pour oublier qu’il battait. C’était stupide. Elle ne le reverrai plus jamais. Ja-mais. Et elle avait… peur. Une peur intense qui ne la lâchait plus, incrustée sur sa chair, injectée dans son système nerveux. Tout tombait en morceau, c’était irrémédiable…


Make me believe again
Never win and never lose, there's nothing much to choose between the right and wrong ♪ Nothing lost and nothing gained, still things aren't quite the same between you and me ♪ I keep a close watch on this heart of mine.
Revenir en haut Aller en bas
Kerwan Day
Island Freedom
avatar
Date d'inscription : 17/01/2016
Messages : 398
Age IRL : 20
MessageSujet: Re: Help me get closure   Ven 3 Nov 2017 - 20:46

Help me get closure × ft. April & Kerwan

Il y avait été franc jeu avec elle. Le grand brun ne voulait pas qu'elle se renferme d'avantage; elle avait besoin d'évacuer tous ses soucis, toutes ses pensées. Alors, il était insistant face à elle, la prenant très certainement un peu au dépourvu, mais tant pis, il fallait jouer le tout pour le tout. Enfin, après quelques minutes d'hésitation et de silence, elle finit par céder et laisser entrer le cadet dans sa chambre.
Une fois seuls, le grand brun se permis de jeter un petit coup d’œil à la chambre de son aînée; un poil plus grande et plus spacieuse, c'était bel et bien une chambre d'une ancienne résidente. Mais la décoration était toute aussi vieillotte que celle de sa propre chambre. L'odeur était tout de même un poil plus plaisante à sentir.

Il ne tarda pas à s'installer dans le fauteuil en cuir face à celui d'April, les jambes écartées et les coudes posés sur ses cuisses; et son visage tenu par ses mains. C'est alors qu'il se tut, resta silencieux le temps que son amie prenne la parole. Elle semblait de nouveau hésitante, mais Kerwan avait décidé de faire un peu comme un peu psychologue; c'est-à-dire à se taire et à tout simplement écouter les peines, les peurs et les souffrances. Elle avait enfin choisi de parler; de parler de son ressenti. L'ancien agent immobilier l'écouta alors avec une grande attention, les traits du visage particulièrement sérieux; il ne pouvait que l'être s'il désirait qu'elle se confesse à lui.
Il eut de la peine pour elle. Il était vrai qu'elle vivait une seconde intégration dans un autre groupe; et elle avait peur que tout reparte à zéro, comme dans l'ancien; à cause d'un ou de gros connards qui n'en avaient rien à foutre. Alors, il décida d'avancer son fauteuil vers le sien, et une fois suffisamment proche il se pencha vers elle, suffisamment prêt pour qu'elle seule puisse l'entendre.

- Je comprends que la vie dans ton ancien groupe devait être vraiment chouette, que des connards sont venus tout foutre en l'air, mais malheureusement on n'y peut rien... Mais si toi tu as survécu jusqu'à maintenant, je suis sûr qu'il est toujours dehors, et peut-être qu'il te cherche aussi. Faut garder espoir, April. Mais en attendant, n'y penses plus, s'il te plaît. Ça te bouffe de l'intérieur, et tu vas finir par contaminer tout le monde avec ton pessimisme. Pense d'abord à toi. Tu es en vie, April. Pense à aujourd'hui, voire à demain, mais ne penses pas à l'avenir lointain. Si tout se répète encore comme dans ton ancien groupe, on partira, toi, Noam, et moi. Je te promets que je ne te laisserai pas seule.

Il la regardait droit dans les yeux, cherchant à lui faire pénétrer un maximum ses paroles.  Il comprenait aussi parfaitement qu'elle s'inquiétait pour cet inconnu, dehors, mais il fallait d'abord qu'elle pense à elle. Elle se devait d'avoir une once d'égoïsme, pour une fois. Elle lui avait tendu la main, alors il se devait de lui tendre la sienne à son tour.
code by lizzou × gifs by tumblr




 
 


   
••• ••• ••• ••• ••• •••
   • Look. Do you see in front of you ?
There are the Hell's door. Good luck my friend ! •
© Mzlle Alice.

   

Revenir en haut Aller en bas
April E. Hamilton
Island Freedom
Modérateur
avatar
Date d'inscription : 20/06/2016
Messages : 757
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Help me get closure   Sam 4 Nov 2017 - 0:04

April s’était redressée contre le dossier de son fauteuil en voyant son cadet approcher le sien. Elle le regardait faire, avec un air las qu’elle ne laissait personne d’autre voir. Kerwan commença à parler et instinctivement, elle dut se pencher à se tour pour entendre les mots qu’il lui glissait comme une confidence. Si le lycée était « chouette » ? Ce n’était pas vraiment ça. Ils avaient des problèmes, des soucis de ressources, des limites, des dysfonctionnements. Mais ça ressemblait à quelque chose… un microcosme. Dire qu’à l’époque, elle n’osait pas croire en les paroles de Rowen qui disait qu’ils avaient fait le plus dur, qu’il fallait désormais vivre et recréer la civilisation… si seulement elle pouvait le revoir et lui dire qu’il avait raison…

- Contaminer tout le monde ? Se braqua-t-elle, mais je suis pas pessim-

Le trentenaire poursuivit sans la laisser l’interrompre et il avait bien raison. Elle était prête à se fermer, à tout rejeter d’un « pfffff » et d’un haussement d’épaule. Ne plus y penser ? Grader espoir ? Voir à court terme ? C’était tellement facile à dire ! La quadragénaire était à deux doigts de lui demander de sortir quand son ami acheva sa tirade. Ses yeux bleus s’étaient immédiatement relevés vers les siens. Ils le sondaient, cherchaient à savoir à quel point il était sérieux, à quel point il semblait prêt à tenir cette promesse. Et puis… il avait parlé de lui et de Noam, mais avait pourtant précisé « Je ne te laisserai pas seule ». Est-ce que c’était de ça qu’il s’agissait ? De ne plus être seule ?

- Tu sais, je…, l’esquisse d’un sourire timide et triste scinda sa phrase, j’ai… cette impression que « être en vie », ce n’est pas assez. Parce que… depuis longtemps… j’ai toujours vécu pour les autres, elle eut une moue fataliste avant de préciser : pour ma famille je veux dire. Dès mon premier fils j’étais… ou j’essayais d’être, ce genre de maman qu’on voyait dans les films. Courageuse, dévouée, absolue, un douloureux éclat nostalgique traversa ses prunelles alors qu’elle se remémorait l’enfance de Bruce, j’ai fait de mon mieux… je me suis battue pour lui, tellement battue… et après lui, il y a eu le deuxième… et mon mari, bien sûr…, April poussa un long soupir démoralisé, je crois que j’ai toujours existé à travers mon rôle de maman ou de femme de foyer… je ne sais pas ce que je suis maintenant.

Maintenant qu’elle n’avait plus rien. Bien sûr qu’il y avait le camp, qu’elles avaient retrouvé leur équilibre avec Emerson, mais vouloir y croire ne suffisait plus. Ce n’était pas une dépression futile ou un besoin de se sentir valorisée : Kerwan serait bien le seul auquel elle oserait confier tout ça. Sans qu’elle ne s’en rende compte, c’était un vrai appel à l’aide. Qu’était un arbre déraciné de son environnement ? Ses racines pouvaient-elles toujours s’implanter dans une terre étrangère ? D’un geste fragile, elle écarta les filaments blonds coincés à la commissure de ses lèvres et tenta sincèrement de sourire. Elle avait toujours l’air plus malheureuse qu’autre chose.

- Mais… merci. De dire que tu resteras avec moi.


Make me believe again
Never win and never lose, there's nothing much to choose between the right and wrong ♪ Nothing lost and nothing gained, still things aren't quite the same between you and me ♪ I keep a close watch on this heart of mine.
Revenir en haut Aller en bas
Kerwan Day
Island Freedom
avatar
Date d'inscription : 17/01/2016
Messages : 398
Age IRL : 20
MessageSujet: Re: Help me get closure   Sam 4 Nov 2017 - 12:49

Help me get closure × ft. April & Kerwan

Il ne voulait pas qu'elle l'interrompe pour bafouer des bêtises, alors il continua à dire tout ce qu'il souhaitait lui confier. Il parlait avec un grand sérieux; ce sérieux qu'il avait uniquement lorsqu'il devait en avoir besoin; c'est-à-dire au travail lorsqu'il était avec des clients, ou en quelques rares occasions. Il n'était pourtant pas celui qui donnait des leçons, car il n'était pas forcément le meilleur exemple à suivre. Mais des choses, il en a vu, vécu, partagé, et même entendu dire. Alors il essayait de faire un mélange de tout ça; pour pouvoir essayer de rassurer son amie; qui semblait tout lâcher prise. Il voulait qu'elle continue de croire. Mais croire en quoi ? C'était la vraie question à laquelle il voulait l'aider à résoudre.
Lorsqu'il se tut, elle pris à son tour la parole, et il l'écouta avec beaucoup d'attention. Maintenant il comprenait son ressenti, ce ressenti de femme et surtout de mère qui avait tout sacrifié pour la bonheur de sa famille, de ses enfants; au détriment du sien. Le grand brun haussa les épaules d'un air las, puis se redressa pour se mettre dans le fond de son fauteuil en cuir; les bras posés sur les accoudoirs exprès. Et il devait lui répondre quoi, maintenant ? Kerwan cherchait des mots. Les mots de réconfort, de soutien. C'était le plus difficile. Et après un petit temps de mûre réflexion, il osa enfin reprendre la parole.

- En fait, tu as toujours vécu sous un autre visage, si je comprends bien. Tu as donné une image aux autres qui était différente de toi, et maintenant tu es perdue, car tu n'as plus de repère. Moi aussi j'ai eu une maman qui a tout donné pour mon père et moi, mais elle est restée la même, jusqu'au bout. On dirait que tu t'es trop nourrie des films pour te forger un semblant de vie parfaite.

Il se mis à lui sourire, espérant tout de même qu'il avait raison au fond de lui. Elle avait vraiment besoin de nouveaux repères, que quelqu'un la prenne par la main et la guide. Même si sa famille n'était plus là, et justement, elle devait maintenant vivre pour elle, pour sa propre personne; car maintenant c'était sa propre survie qui comptait. Mais lorsqu'elle parlait de ce fameux "il" inconnu, Kerwan sentait qu'elle avait noué une profonde relation avec cette personne; et qu'ainsi elle se ressentait à nouveau maman. Sauf qu'il n'était pas là; et avait une forte chance d'être probablement passé de l'autre côté.

- Moi je sais ce que tu es. Tu es une femme; une belle femme. Tu as besoin de t'épanouir et de penser à toi, maintenant que tu n'as plus personne sur qui veiller. Ca va être compliqué de rattraper tout ce temps perdu avec toute cette merde dehors, mais je suis sûr que tu peux montrer à ton mari et à tes enfants la vraie toi. Il suffit juste de le vouloir, et je sais qu'au fond, tu as envie de te débarrasser de cette fausse peau qui t'a trop longtemps collée sur le corps.

Il décida ensuite de se lever, et alla se poster devant la fenêtre qui menait à l'extérieur. Le ciel s'assombrissait petit à petit, et l'obscurité prenait place dehors, lieu de tout danger imminent. Son corps était droit et rude comme la pierre; seuls ses paupières bougeaient pour cligner des yeux.

- Ne me remercie pas pour ce que toi tu as fait. Mais maintenant, c'est à moi de t'aider, si tu le veux bien.
code by lizzou × gifs by tumblr




 
 


   
••• ••• ••• ••• ••• •••
   • Look. Do you see in front of you ?
There are the Hell's door. Good luck my friend ! •
© Mzlle Alice.

   

Revenir en haut Aller en bas
April E. Hamilton
Island Freedom
Modérateur
avatar
Date d'inscription : 20/06/2016
Messages : 757
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Help me get closure   Sam 4 Nov 2017 - 20:34

Kerwan mettait le doigt sur quelque chose et en même temps… ce n’était pas exactement ça. Il n’était pas vraiment question d’avoir eu un masque mais, au contraire, de ne pas avoir pris le temps de se constituer une personnalité indépendante des autres. April pouvait se définir par « je suis maman donc je suis » ; dans ce cas, comment pouvait-elle exister maintenant qu’elle était privée de son essence ? Un sourire triste avait soulevé le coin de ses lèvres quand son cadet prit son image tirée du cinéma au pied de la lettre. Les yeux rivés sur le bout de ses doigts qu’elle triturait nerveusement l’un contre l’autre, elle tenta de répondre :

- Je… c’est pas tout à fait…

Mais son interlocuteur reprenait et pour le coup, ses compliments la firent rougir instantanément. La quadragénaire se redressa, passa sa main dans ses cheveux et prit une position pensive, la main en travers du visage, plus pour cacher son trouble que véritablement réfléchir. C’était… bête, non ? Que maintenant, après tout ça, avec tout ce qu’ils avaient à penser, elle était touchée par un homme qui la complimentait. Il ne la trouvait peut-être même pas belle en vérité, c’était juste une façon de parler. Quelle importance, comme si elle était capable de refaire sa vie…

La suite du discours de Kerwan était pertinente pourtant. Non pas l’idée d’enlever sa « fausse peau » mais, dans le même ordre d’idée, de trouver qui elle voulait être maintenant que les pendules étaient remises à zéro. Deviner les vœux des morts était stupide, parce qu’on leur faisait dire ce qu’on voulait, mais April était persuadée que Rowen souhaiterait la voir être heureuse. Il ne cessait pas de lui dire de toute façon, qu’elle aurait pu rencontrer quelqu’un au lycée si elle voulait. Ce n’était juste… pas quelque chose à laquelle elle pensait. Quant à son mari, à ses enfants… est-ce que se laisser abattre leur rendait honneur ? Est-ce que, pour eux, elle ne ferait pas mieux de se battre et de rester en vie ? Tant qu’elle existait, ils existaient avec elle.

Elle suivit du regard son ami qui se levait pour aller se poster devant la fenêtre. Il avait raison. Les souvenirs ne devraient pas la ronger, ni la détruire, ni la ternir. L’illustrateur lui répétait de temps à autre : « le mieux qu’on puisse faire à l’égard des morts, c’est continuer à vivre en souriant en attendant d’aller les rejoindre ». Elle prenait ça pour des inepties de pacifistes, mais couplé aux paroles de l’agent immobilier ça devenait… plus compréhensible. La mère pouvait mourir, mais la femme avait encore des choses à accomplir. C’était à ça qu’elle devait s’accrocher quand elle douterait – et elle allait douter ; c’était inévitable.

- Tu as raison… sur le fond, ne put-elle s’empêcher de préciser en lui lançant toutefois un regard amical et un léger sourire, si je ne peux pas te remercier, alors qu’est-ce que je peux faire pour toi ?

Elle allait essayer, sincèrement. Être elle-même avant d’être le prisme qu’elle projetait à travers les autres. Accepter de laisser le passé dans le passé, pour faire de la place au présent et à l’avenir. Et si d’autres criminels devaient venir raser cet endroit : au moins elle n’aurait pas attendu la fin comme une prisonnière dans le couloir de la mort.


Make me believe again
Never win and never lose, there's nothing much to choose between the right and wrong ♪ Nothing lost and nothing gained, still things aren't quite the same between you and me ♪ I keep a close watch on this heart of mine.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Help me get closure   

Revenir en haut Aller en bas
 
Help me get closure
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: