The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Deads are below us -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Victoria L. Raven
American Dream
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: 1 flingue, 1 piolet, 1 couteau militaire, 1 canif dans la chaussure
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/10/2017
Messages : 575
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Deads are below us   Mar 14 Nov 2017 - 7:38
Cette fille était une perle. Alors déjà, bon, faudrait lui expliquer le lien direct entre « étude à l’américaine » et « boire ». Mais bon, pas besoin d’avoir fini l’université pour comprendre qu’elle était coincée. Elle ne savait pas jouer au poker, elle ne buvait pas ni ne s’était offusquée quand elle avait sous-entendu qu’elle était pucelle – donc elle l’était sans doute. C’était quoi, une apprentie bonne sœur ? Quelque chose dans le style ? Victoria la dévisageait avec un air de plus en plus sceptique, se disant clairement qu’Alainna était un animal are. Elle avait même murmuré un nouveau « Geezus… » en l’écoutant parler. Ce fut tellement surprenant de l’entendre proposer qu’elles partent en quête d’alcool dans un immeuble potentiellement habité de quelques rôdeurs que la trentenaire crut qu’elle avait mal compris. Ses paupières s’écarquillèrent un instant avant qu’elle ne tape sur sa cuisse et balança négligemment le jeu de cartes en vrac sur la table basse.

- On v’là une excellente idée ! On trouve de la gnole et on dévierge ton foie, à défaut d’te faire découvrir ton clitoris.

Dans le salon, elle récupéra sa batte, son couteau étant de toute façon toujours accroché à sa ceinture. Elle fit signe à sa complice de récupérer ses armes – au moins pour l’instant. La prudence élémentaire était toujours de mise mais à moinse qu’il ne s’agisse d’une schizophrène souffrant d’un trouble dissociatif de la personnalité, il était fort peu probable que cette gamine essaye de la lui mettre à l’envers. Au cas où, Victoria embarqua son sac – vide – et le mit sur son dos. Non sans un coup d’œil par la fenêtre – la horde était toujours là – elle partit déverrouiller la porte et sortit la première dans le couloir.

Il faisait bien évidemment plus sombre, bien qu’une paire de fenêtres projetait une lumière crue sur les murs ternis et la moquette saturée par la poussière. En atteignant l’appartement suivant, l’aînée se souvint pourquoi elle n’était pas partie plus tôt en croisade dans les autres logements : elle n’avait pas les clefs. La poignée ronde qu’elle tournait s’obstinait à rester bloquée et ce n’était malheureusement pas le genre de battant qu’elle pouvait espérer défoncer à coup de pieds. Non sans grommeler quelques « fucking shit et autre joyeusetés dans le même thème, elle se tourna vers Lily, une esquisse de sourire désabusé aux lèvres.

- J’suppose qu’tu sais pas crocheter une serrure ?!

Ce serait bien le pompon tiens ! Qu’elle sache entrer par effraction dans une maison mais ne se soit jamais mis de murge. De toute façon, elles allaient tenter leur chance ailleurs : entre le rez-de-chaussée, le premier – où elles étaient –, et le deuxième, il y aurait bien quelques autres portes ouvertes. Victoria recommença à avancer, ses pas ponctués par la désinvolture qui la caractérisait. Sa voix était à mi-volume lorsqu’elle demandé sur un ton faussement intéressé :

- D’où est-ce que tu viens alors ? Si t’as pas fait « t’études à l’américaine » ?


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Deads are below us   Mar 14 Nov 2017 - 10:33
Je sentais bien le jugement dans la voix de la brune et pour le coup, j’avais envie de lui cracher au visage que ce n’était pas vraiment un choix, mais plutôt que je n’avais jamais vraiment eu l’occasion de m’amuser par le passé. Je n’avais jamais vraiment dit non, je n’avais plutôt jamais eu de proposition, c’était assez triste, mais je n’allais tout de même pas lui dire tout ça. Déjà qu’elle me jugeait elle serait sans doute d’autant plus en train de le faire si je lui parlais de ma vie d’avance.

Visiblement, cette idée d’aller chercher de l’alcool l’avait remotivé et pour le coup, je ne pus m’empêcher de sourire un peu plus décontracté, les choses étaient en train de récupéré une tournure presque plus agréable. Je la regardais prendre ses affaires et j’attendais une affirmation positive de sa part avant de mettre la main sur mon arme blanche. Mon arme de poing ne me servirait pas aujourd’hui et puis de toute façon, je ne savais toujours pas m’en servir. Je savais que c’était elle qui allait ouvrir l’exploration, alors je me contentais de la suivre. Première porte, elle se retrouvait fermée, c’était bien un manque de chance, mais ça pouvait se comprendre. J’essayais de visualiser l’entrée du bâtiment sans pour autant y parvenir. Je me contentais donc de poser la question après tout, je pouvais toujours tenter.

- Non, pas vraiment… Il y avait peut-être un concierge en bas, peut-être qu’on pourrait y trouver les clés.

Je ne savais pas trop ce qu’elle allait penser de tout ça, on ne risquait rien à aller voir. Il y aurait peut-être notre clé du succès, sans mauvais jeu de mots. Si elle ne voulait pas, ça m’était égal, je continuerais à la suivre de toute façon parce qu’une fois de plus je n’avais rien de mieux à faire. J’essayais de regarder autour de moi pour essayer de trouver une porte ouverte ce qui aurait pu être le début de la richesse niveau alcool. Une partie de moi était contente de se dire qu’elle allait pouvoir enfin tenter une expérience qu’elle n’avait jamais connue et l’autre avait vraiment peur de tout ça. Enfin, c’était sans doute l’excitation de la nouveauté. J’entendais alors la question de Victoria et pour le coup, je sentais bien que dans le fond elle s’enfichait, mais j’allais tout de même lui répondre et lui expliquer de quoi il était question.

- Islande, mais pour le coup, je parlais surtout du fait que j’ai eu des études aménagées à cause de mes entrainements de patinage.

Je me doutais qu’elle allait me juger et que ça n’aurait pas pu être bien pire sauf si je lui avais dit que j’étais danseuse étoile. J’aurais sans doute pu le faire, elle aurait pu choisir de ne pas me croire et j’aurais sans doute pu donner un peu le change puisque j’en avais fait quelques cours pour m’améliorer sur la glace, mais bon, ça aurait été un mensonge inutile. En avançant dans le couloir, j’avais tenté d’ouvrir une porte et cette dernière s’était ouverte sans un bruit. Je m’étais donc tourné vers elle pour lui dire de venir à mi-voix avant d’entrer dans l’appartement. Il ne sentait pas mauvais dans la pièce principale ce qui a priori était une bonne nouvelle. Il fallait encore voir s’il contenait ce que nous étions venus chercher. C’est sans réfléchir plus longtemps que je commençais à ouvrir les placards de la cuisine.
Revenir en haut Aller en bas  
Victoria L. Raven
American Dream
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: 1 flingue, 1 piolet, 1 couteau militaire, 1 canif dans la chaussure
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/10/2017
Messages : 575
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Deads are below us   Mer 15 Nov 2017 - 11:27
Pas si bête la miss, vraiment pas, mais Victoria avait aperçu la loge du concierge en sprintant au travers les charogne deux jours auparavant : elle était à l’extérieur. Du coup elle marquait un bon point et prouvait qu’à défaut d’être dévergondée, elle était maligne. Malheureusement, ça ne suffirait pas. S’engouffrant dans la brèche ouverte par la pigiste, elle lui apprit donc qu’elle était islandaise et qu’elle avait eu des études aménagées parce qu’elle pratiquait le patinage à haut niveau. Alors ce n’était pas pour faire dans le cliché mais déjà, la trentenaire imaginait son pays comme un gigantesque bloc de glace où les gens avaient de la neige jusqu’aux genoux tout l’année. Du coup…

- L’Islande…, avait-elle soufflé, j’ai jamais été là-bas, elle n’était jamais sorti d’Amérique en vérité, c’pas trop dur qu’il fasse nuit tout l’temps ? Demanda-t-elle nonchalamment sans se soucier de raconter n’importe quoi.

C’était bien plus pour faire la conversation que par véritable intérêt. Quand bien même le monde tournait encore rond, ce serait l’une des dernières destinations qu’elle aurait choisies pour aller en vacances. Non quitte à aller en Europe, Victoria aurait certainement pris un billet pour l’Espagne ou l’Italie : pour la chaleur et les beaux mecs. Quoi d’autre ? Elle ferait peut-être un crochet par la France, juste pour voir si c’était vrai que la bouffe était « si » bonne là-bas. C’était quand même difficile à croire que quelqu’un cuisinait mieux que le livreur de pizza de sa rue quand elle habitait à Seattle.

La reine des neiges – elle l’appellerait comme ça désormais – venait de trouver un appartement ouvert. Une fois à son tour à l’intérieur, la pigiste referma la porte derrière et commença à l’inspecter méthodiquement. A priori rien, même pas une odeur de putréfaction indiquant qu’une charogne était coincée dans les parages depuis deux ans. Après avoir vérifié les pièces, elle rejoignit le grand salon et ouvrit les rideaux pour laisser rentrer un maximum de lumière. Sa cadette fouillait déjà la cuisine alors elle jeta son dévolu sur un buffet dans la salle à manger.

- Hé-hé ! Elle leva une bouteille pour qu’Alainna la voit, on dirait qu’on est chez un amateur de rhum.

Elle vit tourner entre ses doigts la bouteille remplie d’un liquide ambré avec une étiquette à l’effigie d’un pirate. Un peu facile mais soit. Il y en avait deux autres, considérablement entamées, dont un translucide. Perdus sous la poussière également, un cognac et un whisky. Heureusement que la plupart des gens qui voulaient rester en vie piquaient d’abord les conserves et ne s’attardaient pas forcément sur la picole ! Victoria se releva en prenant appui sur sa batte.

- On continue ? Proposa-t-elle en remplissant son sac, il en faut plus si j’ai l’intention d’t’assommer et d’profiter d’toi, elle ricana mais s’arrêta finalement à hauteur de Lily pour pencher la tête sur le côté en demandant, aller, sérieusement, de femme-à-femme, t’avais un mec avant ? Il est mort pour toi dans tout cette merde ? Elle haussa les épaules, c’est ce qu’est arrivé au mien. On en a plus dans l’froc que ces p’tites couilles, pas vrai ?

En tout cas, elle, ouai. Et puis qu’elle se décoince enfin ! Elle avait peur de quoi, se faire manger ? C’était le boulot des morts ça, pas le sien. Déjà qu’elle avait perdu sa vie à faire du patin à glace sobre, elle pouvait au moins commencer à se libérer maintenant, sinon elle crèverait triste et frustrée.


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Deads are below us   Mer 15 Nov 2017 - 18:10
Elle avait parlé de l’Islande et pour le coup, ça ne me changeait pas vraiment de bon nombre de stéréotypes que j’avais eu en arrivant ici. Pour bon nombre d’américain, c’était la même chose. Il manquait clairement de culture concernant les autres pays, mais bon, j’avais l’habitude. Sans vraiment me formalisait plus longtemps, j’ajoutais d’un air penseur tout en continuant de fouiller autour de moi sans prendre la peine de remettre à sa place ou de fermer les portes.

- C’est que l’hiver ça, l’été ça arrive que le soleil ne se couche. C’est vrai que c’est un peu étrange pour les touristes, fatiguant pour les habitants, mais on a appris à vivre avec. À Reykjavík on avait toujours quelques heures de soleil ou de nuit.

Elle ne saurait sans doute pas de quelle ville je parlais, mais ce n’était pas vraiment important, c’était une façon de faire la discussion. J’avais prononçais le nom de ma ville en islandais, parce que je ne pouvais pas me résoudre à la faire en anglais, de toute façon, c’était pratiquement la même chose donc ce n’était pas si important. J’entendais d’un coup Victoria me dire avec joie qu’elle avait trouvé une bouteille de rhum. C’était une bonne nouvelle pour nous. Je me retournais pour observer la trouvaille.

- On va se prendre pour des pirates alors ?

Un sourire sur le visage, je commençais doucement à me détendre, j’avais bien l’impression qu’elle prenait un point d’honneur à me dévergonder un peu et je trouvais ça presque flatteur en fait. Peut-être que j’avais un intérêt ? Je n’en savais trop rien, mais ce n’était pas vraiment important.

- Je ne suis pas pressé dans la minute et de toute façon, on n’a rien de mieux à faire. Par contre, je ne suis pas certaine que tu es besoin de beaucoup plus, je n’ai jamais bu, et ça à l’air fort.

Je n’y connaissais strictement rien en alcool et une partie de moi avait sans doute totalement peur de tout ça, je savais que ce serait sans doute la première et la dernière fois que j’allais picoler, je ne pourrais sans doute jamais me le permettre. J’aimais bien cette femme, mais il faudrait que je reprenne mes recherches par la suite. Est-ce qu’elle était vraiment curieuse de savoir ce que la vie m’avait réservé ? Je n’en savais rien, en tout cas, j’ajoutais simplement.

- Non, je suis bien tombée amoureuse, mais il a choisi ma meilleure amie plutôt que moi… Depuis, je n’ai pas eu le cœur à tout ça…

C’était un peu un mensonge parce qu’il y avait celui que j’essayais de retrouver, mais il ne représentait pas tant que ça pour moi, c’était un objectif comme un autre. Une raison de continuer de se battre. Finalement, je sortais de cet appartement dans l’espoir d’en trouver un deuxième qui serait ouvert et qui pourrait avoir de l’alcool. J’étais stressé en étant dans le couloir, il était évident qu’un mort pouvait se trouver derrière chacune de ses portes et c’était inquiétant de le savoir. J’étais également en train de réfléchir à cette histoire qu’on avait plus de couille que les mecs et je ne pouvais que lui donner raison.

- Mais j’ai bien l’impression qu’on est quand même plus résistante, j’ai rencontré que des femmes jusqu’à présent.

J’avais pris les choses de façon sans doute un peu trop terre à terre, mais j’étais comme ça, si je n’aurais pas dû tant pis, de toute façon, c’était trop tard. Je tachais de sourire à la brune, j’apprenais doucement à me détendre. Le tour de cet endroit n’apportait rien de plus, il fallait reprendre les fouilles ailleurs. Je ne savais pas quelle quantité d’alcool elle désirait, mais si elle en voulait plus et bien on pouvait continuer de fouiller.
Revenir en haut Aller en bas  
Victoria L. Raven
American Dream
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: 1 flingue, 1 piolet, 1 couteau militaire, 1 canif dans la chaussure
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/10/2017
Messages : 575
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Deads are below us   Lun 20 Nov 2017 - 18:17
- Toi tu n’bois pas beaucoup, mais moi alors ? Rétorqua Victoria après que sa cadette ait supposée qu’elles aient assez récolté.

En vérité, elle n’avait jamais été une grande buveuse. Comme toutes les personnes normales – c’est-à-dire visiblement pas comme les patineuses professionnelles – elle avait pris de sévères cuites, surtout au lycée et à l’université, le peu qu’elle en avait fait. Mais ensuite, la pigiste restait une femme plutôt saine. Enfin, disons qu’elle ne fumait pas, ne se droguait pas et ne consommait pas de l’alcool à outrance. Elle eut un petit sourire en coin à la confidence de Lily, comme quoi le mec qu’elle aimait avait choisi sa meilleure amie. Mince, c’était à chialer. Quant à la suite… ça lui tira un bref ricanement mi-moqueur, mi approbateur.

- J’peux pas en dire autant, j’ai rencontré quelques paires de couilles depuis l’début, mais… ouai t’as raison, on en a plus dans le ventre, elle leva son poing en parodie d’un geste d’encouragement, mon mec est resté longtemps avec moi après l’début d’tout ça. J’sentais qu’passé un certain point, il avait du mal à suivre. Par exemple…, elle poussa la porte d’un second appartement, au bout du couloir, qui se révélait ouvert, il aurait eu du mal avec l’idée d’tuer quelqu’un d’autre. De vivant j’veux dire.

Elle fit signe à sa cadette de s’arrêter. Ça puait la charogne là-dedans. Après avoir complétement écarté le battant, Victoria cogna sa batte contre l’encadrement. Elle put silencieusement compter jusqu’à trois avant que deux silhouettes putréfiées ne se trainent dans son champ de vision. Deux anciennes femmes de petite taille, portant des robes fourreaux qui rendaient leurs démarches ridicules. Presque deux années de décomposition, elles étaient méconnaissables, les cheveux filasse, la peau tombante, les membres fragiles.

Sans perdre de temps, la brune décrivit un moulinet avec sa batte et frappa sauvagement la plus proches des mordeurs. Son crâne s’ouvrit son le choc, sa cervelle dégoulina en libérant une fragrance plus atroce que le reste encore. Dégueulasse. Son amie n’eut pas plus de chance : un choc violent lui enfonça ce qui restait de son nez jusqu’au cervelet. Le reste de la tête chavira avant de se décrocher, tombant au sol dans un « schploch » écœurant.

- Alors que parfois, t’as pas le choix, reprit-il comme si de rien rait, d’tuer les autres je veux dire, elle haussa les épaules tout en commençant à inspecter les autres pièces, et pour rev’nir à ta meilleure amie qui t’as piqué l’mec qui te plaisait… tu lui as fait r’gretter j’espère ? La pigiste ressortit de la pièce qu’elle inspectait pour regarder la nette dans les yeux, chez nous on dit « les copines avant la queue »… c’pas le cas en Irlande ?

Irlande, Islande, whatever. Une fille de sa classe d’histoire en dernière année de lycée avait couché avec un mec sur lequel elle flashait alors que c’était de notoriété publique, dans leur groupe d’amis, qu’il était chasse gardée pour Victoria. La concernée avait très certainement dû se dire que cette partie de jambe en l’air mesquine n’avait pas valu les conséquences. Surtout pas la gifle qui lui avait imprimé la main de la brune sur le visage pendant trois jours.


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Deads are below us   Mer 22 Nov 2017 - 21:44
C’est avec un regard presque émerveillé que je posais mes yeux sur elle, comment elle pouvait faire pour boire de façon régulière dans les conditions actuelles ? Je n’en savais rien, déjà, je ne savais pas vraiment ce que ça impliquait de boire donc à partir de là c’était compliqué d’avoir une approximation pour tout ça. J’aurais pu lui poser la question, mais je savais que cela créerait sans doute plus d’ennuie que nécessaire alors, je choisissais une fois de plus de me taire. Après tout, je ne pouvais pas risquer de la vexer, ce n’était pas mon but et je n’avais pas envie qu’elle s’en prenne à moi.

J’écoutais son discours sans rien dire de plus, la laissant parler de meurtre comme si de rien été. Je ne pouvais pas m’en prendre à des êtres humains, jusqu’à présent, j’avais choisi la fuite et je savais que si je devais choisir un camp je finirais sans doute dans celui des gens qui se ferait tuer. C’était la triste réalité. Enfin, c’était ce que je me disais au fond de moi. Je n’avais pas du sang de leader dans les veines pas spécialement celui de bâtant, enfin sans doute un peu sur la glace, mais pas dans la vraie vie. Je m’étais toujours laissé marcher sur les pieds et ce n’était pas aujourd’hui que les choses allaient changer. C’était sans doute un peu triste, mais c’était la réalité.

Arrivant dans la seconde maison, j’avais sorti mon couteau et j’étais prêt à m’en servir sans hésiter contre un monstre. Il n’était pas question de paraitre faible, alors que je partais un peu plus sur la gauche, la brune c’était déjà occupé des deux êtres qui se tenait dans la pièce pendant que du coup j’observais s’il y en avait d’autre dans les environs. Visiblement, il n’y en avait pas ce qui nous offrait une sécurité passagère. Je lui fis un signe de tête pour lui faire comprendre que c’était bon alors qu’elle continuait de tuer des gens. Avant qu’elle ne parle de ma copine qui avait volé l’homme de ma vie.

- Je n’ai pas vraiment eu le temps, j’ai déménagé assez rapidement après ça, à cause du patinage justement.

Je marquais une pause, c’était vraiment que j’aurais pu me venger, mais elle m’avait rendu service. Sans elle, je ne serais pas venue avec mon père vivre aux états unis, sans elle, j’aurais simplement continué de faire du patinage en duo avec lui et à arrêter de progresser parce qu’on était juste bien ensemble. Je ne regrettais aucune de mes décisions, j’en étais certaine aujourd’hui. J’ajoutais alors pour expliquer à Victoria.

- J’ai pensé à retourner la voir, pour me venger, mais dans le fond, sans elle et le fait qu’elle me vole ce mec, je n’aurais peut-être pas lancé ma carrière solo, alors avec le recul, elle m’a rendu service.

C’est avec un haussement d’épaules que je me retournais pour commencer à fouiller les différents placards du coin à la recherche d’une bouteille d’alcool. Après deux placards ouverts différents pour ne rien trouver de consommable, je ne finis par mettre la main sur une bouteille ambrée avec une fine couche de poussière. Je l’attrapais dans mes mains et soufflais dessus avant de la tournée pour pouvoir lire l’étiquette.

- Une autre bouteille ici, du whisky apparemment.

Elle était remplie à trois quarts, peut être que ça serait à présent suffisant et qu’on pourrait retourner dans l’appartement, je n’étais pas rassuré à l’idée de vagabondais dans un bâtiment que je ne connaissais pas, surtout en laissant mon sac à dos derrière moi…
Revenir en haut Aller en bas  
Victoria L. Raven
American Dream
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: 1 flingue, 1 piolet, 1 couteau militaire, 1 canif dans la chaussure
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/10/2017
Messages : 575
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Deads are below us   Jeu 23 Nov 2017 - 22:58
Donc en plus d’être vierge, de ne jamais avoir bu et de ne pas savoir jouer aux cartes… cette fille était bouddhiste. Si-si, c’était absolument comme ça que Victoria s’expliquait le fait qu’elle puisse avoir avec autant d’abnégation le fait qu’une amie lui ait piqué un mec. Qu’importe les retombés : une humiliation restait une humiliation. Les yeux las de la pigiste toisèrent un instant Lily avant qu’elle ne hausse les épaules en se consacrant à son tour à sa quête. Pas de chance : il n’y avait rien de potable ici d’autre que les ¾ de Whisky trouvés par la cadette. Aller, ça suffirait. Tout en quittant la pièce, enjambant les charognes comme si de rien était, sa batte pendant comme la prolongation naturelle de son bras, la brune lançait :

- Laisse jamais les autres te marcher d’ssus. Même si au final tu t’y r’trouves, elle réessaya machinalement certaines portes en remontant le couloir, et crois moi, ceux qui disent qu’la violence ne résout pas les problèmes, ils ont juste pas tapé assez fort.

Avec sa démarche nonchalante, elle recouvrit leur refuge, attendit que la blonde ne la double et referma soigneusement le battant. Plus tard, elles seraient sans doute murgées, alors mieux fallait avoir pris toutes les précautions. Après avoir déposé ses armes, Victoria se laisser retomber dans le canapé et posa ses trouvailles sur la table basse du salon. Elles allaient sérieusement pouvoir commencer à s’amuser. A en juger par la couleur du ciel, ce n’était pas l’heure de l’apéro, mais alors ? Ce n’était plus la putain d’heure de rien du tout maintenant, surtout avec un attroupement de charognes qui les empêchait de s’en aller.

- T’attrapes deux verres ? On va faire un jeu qu’tu vas comprendre.

Tournée vers Alainna, appuyée sur ses genoux, elle attendit. Oui, enfin… elle aurait dû proposer de prendre des « verres à shot » si elle en trouvait, mais elles allaient faire avec ces trucs énormes. La trentenaire ouvrit la première bouteille, celle à l’effigie d’un pirate, et remplit un fond de chaque récipient. Elle ne se priva pas non plus d’une bonne respiration qui lui déboucha les sinus. Deux ans dans sa bouteille, ça allait leur arracher l’estomac – littéralement.

- Le « je n’ai jamais », tu connais ? Elle poussa un verre vers sa compagne de boisson, oui bon, ok, fit-elle en balayant l’air de sa main sans lui laisser le temps de répondre, chacune not’ tour, on va dire un truc qu’on a jamais fait. Si l’autre l’a fait, elle boit. Par exemple… j’ai jamais été en Islande, Victoria fixa un instant Lily avant de lui dire comme si c’était évident, bah bois, aller ! Tout. Cul-sec.

Here you go girl.


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Deads are below us   
Revenir en haut Aller en bas  
- Deads are below us -
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: