The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Welcome in paradise ! -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau de chasse et un bâton télescopique.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/07/2017
Messages : 476
Age IRL : 42
MessageSujet: Welcome in paradise !   Ven 27 Oct 2017 - 19:25
Juillet 2017

Quand Clayton avait apprit que le convoi ramenait un nouvel arrivant dans leur groupe, il s’était tout de suite rué en direction du lieu, ou celui-ci avait été logé. Il faut dire qu’à chaque nouvelle arrivée, le brun se dépêchait d’aller voir, si un des « nouveaux » était une de ses connaissances, ou un des membres de sa famille. Bon, il y avait très peu de chance qu’il arrive à retrouver sa sœur ou un de ses autres parents mais, dans un petit coin de sa tête, il y pensait continuellement. Alors, il y était allé, tout en espérant que cette fois-ci son rêve se réalise.

Quoiqu’il en soit, à chaque reprise, « les nouveaux » étaient des inconnus. Mais, pour une fois, ce fut tout le contraire, qui se réalisa. En fait, quand le brun arriva à l’endroit ou se trouvait le nouvel arrivant, il reconnut, immédiatement, le visage de son ami Lucas. Oui, c’était bien Lucas, l’homme qui était ferrailleur et avec qui il avait sympathisé, il y avait déjà bien longtemps, maintenant. Heureux, le routier se dirigea, alors, vers son camarade tout en  l’interpellant haut et fort : - « Hé Lucas ! C’est bien toi ? Comment vas tu mon pote ? » Clay esquissa, ensuite, un sourire radieux tout en continuant : - « Putain, j'en cois pas mes yeux ?! Ça fait plaisir de te voir ici ! Ça fait un baille ! J’aurais jamais imaginé te revoir un jour ! » Puis, il se rapprocha de son ami, tout en lui tendant une main amicale.

- « T’as dû en baver dehors ? » Continua t’il sans lui laisser en placer une. Le ferrailleur, quand à lui, avait l’air complètement perdu ? Il ne devait certainement pas se rappeler de Clay ? En même temps, c’était tout à fait normal. Il ne devait sûrement pas s’attendre à revoir le routier ici ? Qui plus est, avec le temps, le brun avait dû beaucoup changer ? Il fallait admettre, qu’il avait perdu du poids ainsi que de la masse musculaire ? Et puis, Clayton devait admettre que lui aussi avait été complètement à la ramasse le premier jour de son arrivée dans ces lieux. Heureusement qu’il avait Kassidy avec lui pour lui tenir compagnie.

Alors, le routier décida de mettre son ami à l’aise en plaisantant : - « C’est bon, tu te souviens de moi quand même ? » Puis, il continua : - « Tu vas voir, ici, tu vas être comme un coq en pâte ! » Tout en tapotant, amicalement, l’épaule de son camarade, il regarda sa montre et continua : - « Là, je suis attendu pour mon tour de garde. Mais, si tu veux, demain, quand je serais disponible, je te donnerais un coup de main pour t’installer chez toi ? Et puis ensuite, si tu veux, je pourrais, même, t’inviter à passer la soirée chez moi ? Tiens, ce soir si tu veux, je t’invite à dîner ! J’ai la soirée de libre, je ne suis pas de garde. Ça te tente ? » Clay, impatient, n’attendit même pas la réponse de son ami et commença aussitôt à griffonner sur un morceau de papier, tout droit sortit de sa poche, un plan lui indiquant exactement l’endroit ou se trouvait sa demeure.

En fait, Clay était tellement content de retrouver son ami, qu’il semblait excité comme une puce ? Lucas, quand à lui, accepterait, certainement, l’invitation ? Il faut dire qu’une telle offre, le jour de son arrivée, ne pouvait quasiment pas se refuser. Le routier, tout sourire aux lèvres, regarda à nouveau sa montre et continua : - « Bon, cette fois-ci, je vais, vraiment, devoir y aller ! » Puis, il lui tendit, ensuite, une main amicale comme pour sceller leur d’accord.


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: MP5 - Hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/10/2017
Messages : 600
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Welcome in paradise !   Sam 28 Oct 2017 - 0:11
Juillet 2017

J’étais avec leur convoi. J’arrivais sur leur île. Celle qui faisait office de chez soi, de leur résidence. J’étais côté vitre, mon front collé à cette dernière, plus que fatigué et un peu secoué par tout ce qui se passait. J’avais dit oui pour un abri. Je m’étais laissé embarquer. J’ai montré comme quoi je n’étais pas dangereux. De toute manière à voir ma tête s’était facile de voir que je n’en pouvais plus de faire le nomade. Presque deux ans que je crapahutais dehors, à m’habituer à ce que la nature nous avait laissé. C’est-à-dire des morts qui revenaient à la vie. Le goût du sang et de la terre. Les heures de sommeil en moins, les vivres à aller chercher, telles des récompenses pour avoir survécu jusque-là. Je ne savais pas ce que c’était la sécurité.

En arrivant, on me conduit dans un bâtiment. Me donnant de l’eau, me présentant un siège pour m’asseoir. Ils discutaient tous de mon état, se posaient des questions. J’étais une bête de foire que les gens venaient voir durant quelques minutes. Lessivé, je n’avais même pas la force de leur dire d’aller se faire voir. Je voulais la paix, j’étais perdu. Les coudes sur mes genoux, je prenais mon visage dans mes mains, passant en une dans mes cheveux. C’était nouveau pour moi de voir tout ce monde. Je n’y étais plus habitué. Le calme, le vent, la nature et les rues mortes. Désormais, je voyais de la vie autour de moi, des gens qui discutaient et même des sourires. J’étais confus, largué dans cette masse. Besoin d’air en quelque sorte. Je me levais. Un mec s’avança dans ma direction pour m’expliquer quelques trucs simples mais sans intérêt pour moi. Il se dirigea ensuite vers ses collègues, jusqu’au moment où j’entendis mon prénom pas loin. Je me tournais vers la source de la voix, lorsque je vis un brun venir me voir, souriant et avenant. Il me tendit sa main que je serrais sans trop savoir quoi dire.

J’essayais de cerner ses traits et son attitude. Il me faisait penser à quelqu’un, oui exact. Et lorsque mes souvenirs s’arrêtèrent sur lui, un sourire éclaira mon visage meurtri par la fatigue « Oui je me souviens de toi, Clayton c’est ça ? » Putain je n’y croyais pas. C’était un collègue et ami de mon ancien boulot. Un presta que je voyais régulièrement. Et il était en chair et en os devant moi, heureux de me revoir. Un air familier au milieu de l’inconnu me rassurait au plus haut point !  « Merde ! Si j’avais su que je te reverrais un jour. Mais … qu’est-ce que tu fou là ? » Je fus soulagé de le voir là. Ça voulait dire que cette communauté était tranquille ou sympa. Un gars comme lui il n’en existait pas des masses. Il me faisait penser à mon ancien pote … John. En tout cas, Clay n’avait pas perdu sa joie de vivre.

Je fus déçu qu’il soit obligé de partir. J’aurais voulu qu’il reste là, pour accompagner mon arrivé dans un monde qui n’était pas le mien. Mais sa proposition me toucha. Ce soir ? Je venais à peine d’arriver que j’étais invité chez lui ? C’était du rapide. Trop rapide « Euh … mmh … ouais, ok » je ne savais trop quoi dire tant notre rencontre fut brève. Mais je n’avais pas envie de rester seul ce soir à me rappeler cette journée. Et puis ça me fera du bien de rester avec une personne que je connaissais. De le retrouver me remontera sûrement le moral et fera du bien à ma santé. Il prit un bout de papier où il me montra un plan que je suivais qu’à moitié, tant mes idées allaient dans tous les sens. Après une courte explication, il me fit une poignée de main avant de prendre congés et partir à ses occupations. Il avait l’air bien intégré et heureux. Ce qui me confortait dans le fait qu’ici je serais bien. Ça ne pouvait pas en être autrement pour moi. Je devais avancer à présent et faire des choix que jusqu’à maintenant j’étais incapable de faire.

Le soir venu, je marchais en direction de son logement. Lavé et reposé, mon esprit embrumé de la matinée laissa place aux idées claires. Je redescendais sur terre peu à peu. Une fois devant sa porte, je frappais avec le poing en espérant qu’il y soit et surtout, que je ne m’étais pas trompé de porte. Il m’ouvrit avec le plus grand des sourires. Le mien était bien plus frêle « Salut » dis-je d’une petite voix. Il me fit entrer chez lui et j’inspectais le hall sans trop savoir ou poser mes yeux « Putain je n’arrive pas à croire que je te parle dans un lieu sécurisé. Ça ne m’était pas arrivé depuis des mois » ça devait être marrant de ma part de dire ça mais j’étais franc et direct et je disais souvent ce qui me passait par la tête. Toutes ces émotions aujourd’hui que j’ai contrôlées, je souhaitais les exprimer. Et ce soir accompagné d’un ancien ami, je n’allais pas me cacher. Il me connaissait assez bien et savait comment je fonctionnais. Même si je l’avoue, ce long voyage m’avait changé …



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau de chasse et un bâton télescopique.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/07/2017
Messages : 476
Age IRL : 42
MessageSujet: Re: Welcome in paradise !   Dim 29 Oct 2017 - 15:30
Le brun était heureux de retrouver, en la présence de Lucas, un véritable ami. Bon, il s’était, certes, fait un paquet de nouveaux camarades, dans ces lieux. Mais, ce n’était pas pareil qu’avec le ferrailleur. Non, c’était même très différent. Ici et maintenant, tout le monde pouvait raconter ce qu’il voulait. Tout le monde pouvait s’être crée une nouvelle identité, ainsi qu’une nouvelle vie. Tout le monde avait pu raconter des bobards, sans que personne ne cherche réellement à démêler le vrai du faux. D’ailleurs, Clay l’avait fait avec Kassidy. Mais avec Lucas, c’était différent. Oui, c’était différent car tous les deux, ils se connaissaient un minimum. Ils avaient travaillé ensemble et s’étaient même très souvent croisés par le passé. En fait, leur amitié ne datait pas d’hier. Ils n’étaient peut être pas les meilleurs amis du monde mais, ils avaient en tout cas, tout un tas d’histoires insolites en communs.

Quoiqu’il en soit, le repas était presque prêt. Clay avait, même, mit les petits plats dans les grands. Il n’était pas le meilleur cuistot du camp mais il savait un minimum se débrouiller au fourneaux. Alors, il avait préparé, avec les moyens du bord, un repas copieux pour son invité. Kassidy, quand à elle, avait également participé à la tâche. En effet, la fillette curieuse de découvrir Lucas, avait effectivement été en charge de disposer, correctement, les couverts sur la table. Puis, puisque ce n’était pas tous les jours que la famille Buchanan accueillait un hôte chez elle, la gamine s’était empressée d’aller dans sa chambre afin d’aller y revêtir une de ses nouvelles robes pour l’occasion.

Clayton était fin prêt quand il entendit son ami frapper à la porte. Alors, il se dirigea aussitôt à sa rencontre et le fit entrer dans son antre. Lucas semblait désemparé ? En fait, il ne semblait pas croire ce qu’il vivait ? D’ailleurs, il déclara haut et fort qu’il n’y croyait pas du tout. A sa déclaration, Clayton rigola franchement. Il rigolait parce que lui aussi avait été dans la même position. - « Je me doute bien que cela doit faire bizarre ?! Quand je suis arrivé, ici, j’étais complètement perdu. Des centaines d’yeux m’observaient et je vais te dire en toute franchise que je me demandais si tout ce que je vivais était bien réel ! »

Le routier tapota amicalement l’épaule de son ami avant de reprendre : - « J’ai des tonnes de questions à te poser » Il montra ensuite la table, qui était dressée avec trois couverts, ainsi que la place destinée à son ami. Puis, il lui annonça : - « Mais, on se racontera tout ça après le dîner, si tu veux bien ? Quand on sera tous les deux » Clay ne voulait, effectivement, en aucun cas, évoquer ce qu’était advenu le monde en dehors de leurs frontières, en la présence de Kassidy. Alors, il continua : - « J’ai une fille » Il fixa son ami en lui souriant. Il était évident que Lucas n’était pas au courant. D’ailleurs, il serait très certainement surprit en apprenant cette nouvelle ? - « Oui, je sais moi aussi j’ai été surpris quand j’ai compris que j’allais devenir papa » Pendant ce temps, le chien de la fillette arriva en trombe et jappa pour accueillir le nouvel arrivant.

Clay s’arrêta un bref instant, pour calmer le chien puis, il continua : - « Elle s’appelle Kassidy. Sa mère n’est malheureusement plus là et dehors, elle a vu et vécu des choses terribles. Elle a même faillit se faire mordre par une de ces pourritures » Il tapota à nouveau l’épaule de son camarade avant de reprendre : - « Quand on est arrivés ici, elle était complètement traumatisée et ne voulait parler à personne. D’ailleurs, elle ne voulait plus me quitter et pleurait à chaque fois que je m’éloignais trop d’elle » Il esquissa un petit sourire à cette pensée, avant de reprendre : - « C’est pourquoi je souhaiterais ne pas aborder le sujet des morts devant elle. Tu comprends ce que je veux dire ? »

Ne souhaitant pas plomber l’ambiance, qui était bonne enfant, il continua : - « Bon, c’est pas tout ça mais, notre festin est prêt » Puis, il appela haut et fort sa fille : - « Kassidy, tu peux venir s’il te plait, Lucas est arrivé ! » La voix de la fillette ne tarda pas à résonner : - « J’arrive ! » Puis, le bruit de ses pas, dans les escaliers, indiqua aussitôt qu’elle allait bientôt arriver. Et en effet, la gamine ne tarda à arriver aux côtés de Lucas, en lui déclarant : - « Bonjour Lucas ! »


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: MP5 - Hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/10/2017
Messages : 600
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Welcome in paradise !   Lun 30 Oct 2017 - 15:46
Le rire du brun emplit toute la maison. Il referma la porte derrière moi tout en m’assurant que ce que je vivais-là était assez commun. Lui-même avait vécu cette situation, d’être seul au monde parmi les regards inconnus. La réalité, oui c’était bien ça le problème. D’avoir un toit, des gens à qui parler me disant que ce soir je pourrais dormir sur mes deux oreilles, en sécurité, c’était nouveau et ça me faisait peur. Comme si j’étais largué encore une fois dans un lieu où il me faudra m’adapter. Ma vie en solitaire ne m’avait pas donné les armes pour vivre en communauté. Il faudra que je plonge dans mon passé pour pouvoir sûrement m’adapter. Ou me réadapter sonnait plus juste. De savoir Clayton ici, me soulageait. A tel point que le stress disparaissait peu à peu. Il tapota mon épaule amicalement, un fin sourire apparaissant sur mes lèvres « J’espère en tout cas que c’est bien réel ». Oui je l’espérais. Fini de me planquer, de somnoler pour rester en vie, chasser, pêcher, voler … tout ça était terminé à partir du moment où j’ai demandé de l’aide, où j’ai baissé les armes …

Par contre, pour les questions je n’étais pas prêt du tout. Je savais qu’il souhaitait connaître les étapes de ma vie dans ce nouveau monde. J’espérais rester évasif sans donner trop de détail qui pourrait le mettre mal à l’aise. De toute manière, j’aurais aussi des questions à lui poser. Surtout sur le fonctionnement de ce camp. Et puis oui, j’étais curieux de savoir comment il s’en était sorti. Je voulais sa version, sûrement pour comparer avec la mienne. Après tout il est possible que nous ayons vécus des choses similaires. « Oui ok, pas de soucis » attendre la fin du repas, d’accord. Ça me permettra de m’y préparer mentalement.

A l’écoute de Clay, qui était un moulin à parole comparé à moi, il me fixa tout en m’annonçant qu’il avait une fille. Quel âge avait-elle ? Si cela datait d’avant tout ça, Clay ne m'en avait jamais parlé. Mon air surpris fit sourire le chauffeur. Je vis un chien m’accueillir en aboyant tout s’approchant de moi. Je me baissais caressant la bête, me léchant les mains par la même occasion. Adorable. J’écoutais attentivement les explications du brun. Pour un enfant, vivre dans ce monde devait-être un enfer. Je n’y avais jamais vraiment pensé à vrai dire. Je croisais très peu d’enfants mais beaucoup d’adolescents qui se prenaient pour des caïds. Être père devait être une responsabilité supplémentaire, un fardeau et un stress quotidien. Il devra protéger sa fille de toutes ces conneries. Je comprenais parfaitement ce qui voulait me dire « Pas de problème ». Je n’étais pas spécialement à l’aise avec les enfants. Je l’avais pu remarquer lorsque les clients autrefois prenaient notre entreprise comme un terrain de jeux où les enfants pouvaient courir partout. Pour leur gueuler dessus, je n’avais aucun problème mais pour l’inverse, je ne savais pas m’y faire.

J’entendis des pas dans les escaliers et puis je vis une petite tête blonde arriver tout sourire. Magnifique avec sa robe et ses yeux bleus « Bonjour Kassidy » j’essayais d’être l’ami le plus agréable possible mais cette réalité qui me frappait de plein fouet m’empêchait d’être plus avenant. En même temps, je n’étais pas le genre de gars à rire aux éclats, surtout après tout ça. Mais le sourire des deux personnes étaient contagieux. « Ravi de te rencontrer ». Ils me désignèrent le salon où le couvert était dressé. Je m’asseyais timidement, demandant si personne n’avait besoin d’aide. En arrivant ce matin, l’on m’avait donné quelque chose à manger pour réguler mon taux de sucre. Je mangeais donc ce soir tout ce qui était préparé, doucement, en redécouvrant des goûts que j’avais perdu avec le temps. C’était copieux et très bien cuisiné. Kassidy riait et les conversations étaient souvent orientées vers elle ou sur le camp.

A la fin du repas, une fois repu, je collais mon dos à la chaise. Je n’avais pas mangé comme ça depuis des années « Vraiment merci c’était très bon, je me souviendrais de ce repas » un sourire franc sur mes lèvres je regardais les membres de la petite famille réunit. Le moral en hausse, je savais désormais que rentrer dans ce camp était la meilleure décision que j’ai pu prendre de toute ma vie.



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau de chasse et un bâton télescopique.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/07/2017
Messages : 476
Age IRL : 42
MessageSujet: Re: Welcome in paradise !   Sam 4 Nov 2017 - 1:06
A la fin du repas et après les remerciements de Lucas, Clayton regarda Kassidy, toute rayonnante, qui s’en allait porter ses couverts dans la cuisine. La gamine semblait heureuse ? En tout cas, elle chantonnait. Amusé par cette situation, Clay déclara, spontanément, à son ami : - « C'est plaisant de la voir comme ça. Elle n'a malheureusement pas toujours été aussi joyeuse » Puis, il fixa son ami et rigola une nouvelle fois. En effet, celui-ci était assis, tel un pacha, dans sa chaise. C'était comme s'il allait avoir le ventre qui allait exploser ?

- « Ça doit sans doute faire des lustres que tu n’as pas mangé autant de victuailles ? » Le questionna t'il, soudainement, tout en connaissant la réponse à sa question. - « C'est quand même meilleur que les boites de conserves ! » Le brun parlait en connaissance de cause car lui aussi, quand il avait été en dehors du camp sécurisé, il avait connut la malnutrition. Il fallait dire que dehors, la nourriture et l’eau potable étaient véritablement difficile à trouver. D'ailleurs, à maintes reprises, Clayton s'était rationné de manière à ce que Kassidy ne loupe pas un seul repas. Qui plus est, après un certain temps à passer des nuits blanches et à être constamment sur le qui vive, le brun était complètement épuisé. Clay savait donc parfaitement ce qu’avait dû endurer son ami.

Quoiqu’il en soit, cette période de galère et de diète était révolue. Oui, aujourd’hui, il vivait des jours meilleurs. Oui, car aujourd’hui, il faisait partit d'un groupe de survivants. Aujourd’hui, il faisait même partit de l'élite des survivants. Ceux qui étaient les seuls capables de rétablir un semblant de civilisation sur ce monde gangrené par les cadavres et autres survivants charognards. Ici, il était à l'abri, en sécurité et avec ses nouveaux et anciens amis ainsi que ses compatriotes.

Le brun détourna quelques instants les yeux du ferrailleur et se concentra sur la fillette qui était maintenant entrain de jouer avec Bulle, son chien. Puis, il proposa alors à Lucas d'aller s'installer dans les confortables fauteuils du salon. Une fois arrivé à destination, Clay fouina dans un des meubles à proximité et en retira une bouteille de digestif. Le brun n'était pas un adepte de l'alcool. Bien au contraire. Mais, pour l'occasion, il pouvait bien faire une exception. C'est alors qu'il proposa à son ami : - « Cette bouteille m'a l'air d'être un alcool réputé de grande marque ? » En fait, il devait avouer qu'il n'y connaissait strictement rien. - « En tout cas, la date mentionnée sur l'étiquette est assez âgée pour nous le faire croire ! » Il déboucha la bouteille et versa un peu de son contenu dans les deux verres face aux deux hommes.

Toujours est il que Clay était impatient de questionner son ami. Oui, il voulait, à tout prix connaître son parcours. Il voulait savoir comment il avait fait pour survivre ainsi que pour arriver jusqu'ici. Mais, il se doutait que celui-ci ne souhaitait peut être pas se remémorer cette période délicate. Alors, c’est lui qui commença à parler et à raconter son histoire : - « Kassidy et moi, nous sommes ici depuis, à peu près deux ans » Deux ans ! Rien qu'en le disant, il n'y croyait pas lui même. Putain que le temps passait vite.

- « A notre arrivée, on était complètement perdus. Avant, on s'étaient réfugiés dans une maison, qui devait être, jadis une maison de personnes remplis aux as, si tu vois ce que je veux dire » Il s'arrêta un bref instant. Dégusta le délicieux breuvage et continua : - « On a eu de la chance. Oui, on a eu de la chance d'arriver jusqu'ici et de se faire accepter dans ces lieux » Il reposa immédiatement son verre sur la table basse tout en se mettant à l'aise dans son fauteuil. - « Quand on était dehors, seuls, j'ai croisé des cinglés qui s'en prenaient à tout le monde. De vrais fous. Dehors, c'est le chaos, c'est l'anarchie » Il stoppa net ses paroles, esquissa un sourire et continua : - «  Mais, je suis stupide, tu le sais mieux que moi » Il hocha la tête de gauche à droite tout en reprenant : - « Et toi, as tu croisé ce genre de personnages ? »


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: MP5 - Hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/10/2017
Messages : 600
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Welcome in paradise !   Sam 4 Nov 2017 - 18:54
Bien assis dans ma chaise, je scrutais cette maison familiale, si je pouvais la catégoriser ainsi. Mon estomac, si réduit soit-il depuis des mois avec ce que je mangeais, allait finir par exploser. Je n’avais pas mangé à ma faim depuis quelques années. Avec le stress, le sommeil, les rencontres d’infortunes, cette vie de chien que de rester dehors, mon état avait bien évidemment changé. Heureusement, physiquement je n’avais pas maigri. Il faut dire que j’entretenais ma condition physique depuis toujours et ce monde de fou n’avait rien changé à ma musculature. Une chance que tout le monde n’avait pas. Même si le moral était au plus bas, psychologiquement j’essayais de tenir et j’essayais de me donner des chances de survie. Me garder en forme me permettait de doubler mes chances sur le terrain tant au niveau des recherches et ravitaillement que lors des luttes contre les morts. C’était une force de caractère, un trait que j’avais gardé toute ma vie. Sinon il y a bien longtemps que je me serais foutu en l’air. Surtout avec ce que j’ai vécu par le passé.

Je comprenais ce que me disais Clay concernant sa fille. Les enfants étaient privés de leur innocence trop tôt pour vivre dans la peur et l’insécurité. Ici, ils avaient tout ce dont ils avaient besoin. Au moins, ils pouvaient dormir sur leurs deux oreilles et grandir sans se préoccuper de ce qu’il pouvait se passer à l’extérieur. Je souris à la remarque du collègue et ami « Je n’ai pas eu la chance de bien manger avant ce soir » dis-je en redressant le dos pour mieux lui répondre « Boîtes de conserves, gâteaux périmés … Je crois que j’ai même mangé un pot de ketchup entier pour un seul repas dans la journée » c’était ma seule trouvaille et son seul met pour la journée. J’avais fini le pot en une seule fois, redécouvrant le goût de sauce tomate vieillot. N’empêche après ça, j’ai eu mal au ventre pendant deux heures.

Clayton s’occupa de sa fille pendant qu’il m’indiqua le salon pour me mettre à l’aise. Chose que je fis. Mon estomac commençait à me faire mal, preuve qu’il n’avait pas l’habitude d’être autant rempli. Fallait que je fasse attention à ce que je mangeais les jours prochains pour réadapter mon corps à une nutrition plus seine. Lorsque mon ami revint il sortit une bouteille de premier choix « Là tu me fais plaisir » dis-je avec le sourire. Voilà le médicament pour calmer mes douleurs « Grande marque ? Je pourrais prendre n’importe qu’elle bouteille qui passe pour cette soirée ». Aussi étrange que ça puisse paraître, j’étais à l’aise et bien dans mes baskets ce soir. Rien ne pourra effacer ce petit sourire sur mon visage et Dieu seul c’est que je suis une personne qui fait la gueule à 90% du temps. J’étais comme ça. Et puis dehors tout m’empêchait de sourire. Je n’étais pas le genre de personne à étirer les lèvres juste pour le plaisir de contenter la personne en face. Je n’en avais rien à foutre de ça.

Il nous servit l’alcool dans nos verres en me racontant son parcours. Clay était toujours le même. A parler, à ouvrir le bal, à se livrer pour instaurer ce sentiment de confiance. C’est ce qui m’a plu auparavant. Sa légèreté et son dynamisme. Toujours là pour les autres. J’étais heureux de revoir ce visage si familier et de pouvoir m’apercevoir qu’il n’avait pas changé malgré le spectacle chaotique dehors et ses expériences. Le ton était devenu plus sérieux. J’écoutais chacune de ses paroles, imaginant le calvaire pour lui et sa fille. Tous les deux avions vécus l’enfer dehors. C’est alors que je bus une gorgée, gardant le verre dans mes mains, commençant mon discours tout en regardant le breuvage « Ouais et plus d’un » je pris ma respiration avant de continuer « J’ai croisé des groupes et des voyageurs seuls. Pour certains on s’est entraidé d’autres essayaient de me voler. C’est chacun pour sa pomme dehors. Ils étaient devenus mauvais, prêts à te tuer pour te donner aux morts à leur place. J’ai dû … en stopper quelques-uns » par stopper je voulais dire défoncer ou défigurer … Quand on en voulait à ma propre vie, je pouvais donner des coups facilement.

Et puis, vint le moment où je devais lui donner des nouvelles des autres. De John mon ancien collègue et meilleur ami qu’il a aussi connu. Et Charlie le patron de la boîte. Je préférais le lui dire avant qu’il ne me pose la question. Au moins, le malaise sera passé une bonne fois pour toute. Je toussais sans trop le regarder avant de lever la tête, me redressant en posant le verre sur la table « Tu sais … les premiers jours où il y avait de l’agitation Charlie est venu nous chercher John et moi » A ce souvenir, j’étais mal à l’aise « Les routes étaient barrées alors Charlie nous a donné un point de rendez-vous chez son frère, l’endroit où on se retrouverait tous ». Je passais une main devant mon visage, ce n’était pas facile « John et moi, on est partis à pieds et on s’est rendu chez son frère. Ils étaient infectés, lui et sa femme » Les yeux dans le vide je continuais « John s’est fait mordre et j’ai … j’ai dû le tuer » Je bu une gorgée pour me donner contenance « Quant à Charlie, il n’est jamais arrivé. C’est à partir de ce moment que j’ai continué ma route, seul » Depuis ce mois d’Octobre 2015, j’avais perdu de vu tous mes anciens collègues et amis. John restera dans mon esprit. Sa mort aussi. Ce moment où ma hache abattra à deux reprises son cou. Sa tête roulant au sol. Son sang sur mes mains et mes vêtements. Ce jour-là j’avais tout perdu. Même cette estime de moi que j’avais à peine retrouvé. Je bus une autre gorgée avant de regarder Clay dans les yeux « Et toi ? Tu as des nouvelles de tes proches ou collègues ? Du moins, tu les as revus ? »



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau de chasse et un bâton télescopique.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/07/2017
Messages : 476
Age IRL : 42
MessageSujet: Re: Welcome in paradise !   Ven 10 Nov 2017 - 20:44
Le routier, en parlant le premier de son parcours, avait ouvert la voie pour son ami. En confiance, Lucas commença alors, petit à petit, à détailler les mauvaises expériences qu’il avait vécut. Il débuta tout d’abord par lui parler de la privation de nourriture qu’il avait subit ainsi que les maigres provisions qu’il avait dû engloutir. Et puis, ensuite il commença à entrer dans le vif du sujet.

En cette période d’apocalypse, les mauvaises rencontres étaient monnaie courante. Et il était évident, que bien peu de personne pouvait les éviter. Clay avait évité le pire mais, il se souvenait parfaitement des gens qui avaient attaqué son ami Jeff. Il se souvenait aussi comment ils avaient dû mettre les animaux à l’abri de ces cinglés et puis, comment ils avaient barricadés toute la demeure familiale. Il se souvenait également qu’il avait dû fuir par le sud suite à une fusillade et comment il avait du bifurquer à cause de plusieurs barrages de véhicules enflammés.  

Ne souhaitant pas couper la parole de son ami, Clayton hocha la tête positivement à ses explications. Et puis, quand celui-ci expliqua qu’il avait dû, en stopper quelques uns, le brun déclara : - « Tu as bien fais. Ces gens sont des vermines, des rats qui vivent dans les égouts. Ils sont encore pire que les morts. Il faut les faire disparaître et les exterminer. Il faut  pour purger ce monde de cette racaille » Clay termina son verre et proposa aussitôt à Lucas de lui remplir à nouveau le sien. - « Tu vas peux être me trouver excessif mais, c’est la réalité ! Oui, c’est désormais notre réalité à tous » Après avoir déposée la bouteille, sur la table basse, Clay trinqua ensuite avec Lucas. Puis, il se réinstalla confortablement dans son fauteuil douillet.

La suite des propos de Lucas fut encore pire. Le barbu écouta alors avec attention les paroles de son ami. Silencieux, il fronça subitement, les sourcils quand Lucas lui annonça que ses amis étaient morts. Ils les avaient vu mourir et avait même du porter le coup fatal à John. Alors, par respect Clay n’osa pas répliquer. Non, il se contenta simplement d’écouter et d’acquiescer, par moment, des petits signes de tête. Et puis, quand celui-ci eut terminé, le brun annonça finalement  : - « Je suis désolé de t’avoir fais repenser à tout ça. C’est terrible. Oui, c’est terrible » Il n’imaginait même pas la souffrance qu’avait dû endurer son ami. Et puis, il avait, en plus, vécut seul pendant des mois entiers !

- « Maintenant, tout ça est derrière toi » Lui déclara t’il spontanément. - « Je ne peux pas te dire que tu oublieras toutes ces merdes, du jour au lendemain. Mais, une chose est sûre, ici, tu seras en sécurité. Plus jamais tu n’auras à être seul. Ici nous sommes tous soudés les uns aux autres. Il faudra simplement faire ce qu’on te demande et obéir aux règles mises en place par les hautes sphères du camp » Le brun fixa alors son verre et s’amusa, quelques secondes, à faire tourner le liquide à l’intérieur. Et puis, finalement, il le dégusta.

Le brun déposa ensuite son verre vide tout en répondant aux questions que venait de lui poser son ami : - « Mon frère était à New-York quand tout s’est déclenché. Alors, je ne sais pas vraiment ce qu’il lui est arrivé ? En même temps, on n’était pas trop en contact, lui et moi. En fait, on n’a jamais été très proche » Il s’arrêta un instant pensif et continua: - « C’est le genre d’homme qui est prêt à tout pour s’en sortir. Alors, je ne m’inquiète pas pour lui. Je suis persuadé qu’il s'en ai sortit ? Il a certainement dû entourlouper des gens pour réussir à s’en tirer ? »

Il fronça, à nouveau, les sourcils et baissa les yeux vers le sol tout en continuant : - « Quand je me suis retrouvé sur cette île, j’ai bien essayé de contacter mes parents et ma sœur. Mais, je n’avais aucun réseau. Je suis sûr qu’ils sont encore en vie et en sécurité, quelque part ! » Il releva subitement la tête tout en reprenant : - « Par contre, je suis vraiment inquiet pour ma sœur. Elle est débrouillarde et courageuse mais, elle est trop gentille pour survivre dans ce monde pourri » Posant ses coudes sur ses cuisses, il continua : - «  C’est une femme douce qui rends toujours services. Je suis persuadé qu’elle t’apprécierait tu sais ? » Il rigola avant de reprendre son sérieux : - « Mais j’ai peur pour elle. Il y a tellement de mauvaises personnes sur les routes, de nos jours »

Il s’arrêta, tout à coup, et détourna ses yeux vers son ami. A cet instant, Clay avait envie de révéler la véritable identité de la petite à Lucas. Après tout, il était un ami de longue date et une personne de confiance. Le routier se doutait que le ferrailleur comprendrait son geste. Oui, il était même certain que Lucas ne dévoilerait rien de son secret. Mais, il était trop tôt. Le ferrailleur venait d'arriver et devait être, encore, complètement chamboulé ? Alors, il préféra ne rien lui dire pour le moment. Il lui mentait, certes, mais, c'était pour une bonne raison. Quoiqu'il en soit, il lui dirait mais, plus tard, quand les choses seront redevenues à la normales pour Lucas.

Toujours est il que le routier se sentait obligé de parler de la maman de Kassidy. Obligé parce que Lucas aurait, certainement, trouvé bizarre qu’il n’en parle pas ? Bon, il était évident qu’il ne pouvait pas savoir ce qu’était advenu de la femme qui avait mit la gamine au monde, puisqu’il ne la connaissait pas. Mais ça, il n’y avait que lui pour le savoir. Alors, il continua : - « Quand à la mère de la petite ... » Il marqua une courte pause. - « ... je ne sais pas si elle est encore en vie ? Mais, peut être qu’avec un peu de chance, j’arriverais à revoir quelques unes de ces personnes, un jour ou l’autre ? Tu es bien là ! Alors, sait on jamais ?

Sur ces derniers mots, Clayton regarda à nouveau la gamine qui s'amusait avec Bulle tout en déclarant : - « Si l'envie t'en dit, tu peux passer la nuit ici ? J'ai une chambre d'ami ou personne n'a jamais mit les pieds » Il rigola et continua : - « Mais, avant si tu veux on peut aller prendre un peu l'air, histoire que je te présente un peu le camp ? » Il haussa subitement les épaules tout en continuant : - « C'est toi qui décide ? »


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Welcome in paradise !   
Revenir en haut Aller en bas  
- Welcome in paradise ! -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Paradise City
» Sal Paradise (en attente de validation)
» Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ₪ 2 fév, 20h50
» Invitation de l'annuaire White Paradise.
» Andrew J.Livingston ◊ are you lost in paradise my love, or have you found a home?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: