Partagez | 
 

 Don't break your back on the track

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
avatar
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 3603
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Don't break your back on the track   Dim 29 Oct 2017 - 2:08

Sarah s’était occupée d’ouvrir le portail et Duncan avait désarmé le jeune homme. Ce dernier restait inoffensif, il avait même promis de ne pas bouger et ne savait pas ce qu’il faisait là. Les sourcils de la pianiste se froncèrent légèrement alors que le viking, avec son habituelle rugosité, poursuivait l’interrogatoire avec sa compagne. Que voulait-il ? Pourquoi s’être approché de la prison ? Était-il seul ? Là était les bonnes questions. Il ne pouvait pas le savoir, mais l’inconnu était si « bien » traité uniquement en raison de son âge. Un mâle adulte aurait certainement été accueilli plus vigoureusement.

Selene fit un signe de la main à l’actrice pour lui signaler qu’elle pouvait le faire rentrer alors que déjà, Ruben arrivait avec une bouteille d’eau. Il avait soif – juste soif. Dans le sillage de l’adolescent, Andrea, qui avait à juste titre soufflé que « ce n’était qu’un gosse ». Les yeux bleus de la musicienne se posèrent sur elle avant de revenir sur le garçon qu’ils venaient de faire entrer. L’avis de la régisseuse comptait énormément pour elle, son jugement lui paraissait plus aiguisé que le sien. La voir agir de la sorte adoucit un peu ses traits.

Eli en rajouta une couche en faveur de l’intru, lui imposant une lourde accolade fraternelle. Très brièvement, les muscles de la mâchoire de la future maman se contractèrent. Elle eut envie de râler, de supposer qu’il n’avait en fait pas tenu sa promesse et qu’il avait divulgué le fait que leur groupe se trouvait dans une prison. Et puis… elle relâcha la pression dans une longue expiration. Ses mains trouvèrent machinalement son ventre rond, une impression agréable de chaleur lui rappela ses bonnes résolutions : lui faire confiance, tenter de voir les choses à sa façon. Le graffeur pensait « humain » avant de penser pratique mais… c’était quelque chose qui le rendait irrésistible. Pourtant, elle ne pouvait rien garantir : une bouche de plus à nourrir aux portes de l'hiver, ce n'était pas stratégique.

- Andrea… est-ce que tu peux l’emmener voir Lisandro ou Juliet ? Il faut lui faire un petit check up et s’assurer qu’il n’a pas été mordu. Après il pourra se reposer à l’infirmerie, son regard se posa sur le concerné, tes affaires restent avec nous pour l’instant, le sac aussi, précisa-t-elle, on a aucune raison de te faire du mal si tu es un ami de Eli et que tu ne fais rien de stupide.

Sans vraiment le vouloir, elle avait insisté sur ce dernier mot. Si le mexicain et l’afro-américaine étaient prêts à accepter qu’il se repose là quelque chose, Selene se laisserait influencer. Soupirant toutefois, elle se tourna vers Duncan. Faire preuve de bonté d’âme ne signifiait pas qu’elle ne prendrait pas ses précautions et en dépit des apparences, elle préférait ne rien laisser au hasard. Le magasinier était notamment celui qui chapotait tout ce qui avait rapport avec la sécurité du camp, alors c’était naturellement à lui que la musicienne demanda :

- Je te laisse voir ce qu’il faudrait faire pour se préparer au pire ? Elle sous-entendait une attaque, bien évidemment, il a dit être seul, mais on ne sait jamais…

Ils n’étaient pas assez pour se permettre d’aller faire des vérifications en extérieur, ils y avaient plus de chance qu’on capture ceux qui en seraient chargé et ils ne seraient pas avancés. La jeune femme pensait plutôt à redoubler les gardes ou préparer la prison pour tenir un siège – quelque chose dans ce goût là – mais elle laissa la responsabilité au viking en se tournant finalement vers son petit-ami. Elle tenta de lui sourire mais était encore trop nerveuse pour que ce soit réussi.

- Qu’est-ce que tu sais de lui ? Il était comment au… lycée ?


« Dum spiro spero »

Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Juliet Rosenfeld
Messiah
avatar
Date d'inscription : 08/10/2016
Messages : 93
Age IRL : 19
MessageSujet: Re: Don't break your back on the track   Mar 31 Oct 2017 - 18:46

Juliet entendit un vague bruit provenant de l'extérieur. Un chaos lointain qui faisait écho à ses pensées nébuleuses. Elle assistait à ses premiers cours de médecine. Lisandro lui donnant des conseils, ou lui lançant des remarques sur tout ce qui semblait germer dans son esprit. Elle avait légèrement perdu sa concentration au profit de la distraction que lui offrait le brouhaha extérieur. Le thème était pourtant passionnant, puisqu'ils avaient abordé le sujet de la grossesse. Le croque-mort avait commencé par des connaissances qui lui seraient utiles de manière immédiate. De plus, tout ce qui touchait à la santé de Selene et de son enfant ne pouvait qu'absorber l'attention de la jeune fille. Enregistrant méticuleusement les informations, elle avait même prit des notes et lui demandait des schémas explicatifs de temps à autres. Il s'était construit une certaine osmose où chacun respectait l'autre. Juliet appréciait la présence de u chilien pour le moment. Elle n'avait pas encore cherché quelque chose à exposer et critiquer dans son caractère. Elle aurait pût elle-même s'étonner de n'avoir pas trouvé une faille à son âme dans laquelle elle aurait pu s'infiltrer pour le tourmenter gentiment. Ils interrompirent leur enseignement alors que les pas et les discussions se rapprochaient. Une petite escouade se présenta au pas de la porte, un inconnu les accompagnait.

Accompagner se dit-elle était un euphémisme. Ils le cernaient. Avaient-ils peur qu'il soit prit d'un éclat de démence et tente de tous les tuer ? C'était un jeune homme d'à peu près son âge au  visage émacié, percé par deux yeux qui luisaient d'espoir. Il était sale et affaiblit. Constatant qu'elle avait abaissé ses défenses devant l'individu, Juliet fronça les sourcils et afficha un air impassible. Elle demeura muette, refusant de lire son langage corporel où son regard. Se laisser attendrir parce qu'il à l'air épuisé, quelle idiote. Elle le considéra de nouveau, tentant de le découvrir avec un regard nouveau - ce qu'elle ne parvint absolument pas à faire. Puis écouta l'air de rien le rapport des membres de la faction. Il s'était apparemment échoué ici à la manière d'une méduse sur un ban de sable. Elle souleva un sourcil, dubitative. Elle s'apprêtait à objecter quant à la véracité de l'histoire mais se retint. Elle ne voulait pas se dévoiler ni exposer le fonctionnement de la faction. Autant lui donner le moins d'indices possible. Elle échangea un regard avec Lisandro qui lui indiqua de s'occuper de cette tâche. C'était la première fois qu'un tel rôle lui était confié. La lycéenne se savait capable de faire un examen de la sorte, elle était heureuse que son mentor lui reconnaisse également cela.

Le fait qu'il ait son âge le rendait étrangement intimidant. La frontière qui les séparait semblait si ténue que Juliet n'osait pas le regarder dans les yeux. Elle posait son regard partout sauf sur les deux pierres précieuses ourlées de cils qui brillaient toujours. Fixant tour à tour ses lèvres, puis ses pommettes. Elle avait peur, détestait cette situation ou elle se voyait observée et potentiellement jugée. Le pire restait d'imaginer décevoir. La jeune fille refusa à son corps de trembler, plantant discrètement ses dents dans sa lèvre inférieure. De cette façon, la douleur semblait la distraire. De manière naïve, par excès de confiance en ses compagnons où parce qu'il semblait inoffensif, elle ne vérifia pas s'il était armé.  

Elle voulait s'excuser de l'inspection que l'on pouvait considérer comme une invasion mais n'en fit rien. Elle espérait seulement que son regard parlait pour elle. Elle déploya ses doigts froids et les glissa derrière sa nuque sans aucune gêne. Elle effleura du bout du doigts les frisottis de ses cheveux sans détecter de blessure. Relevant ses manches sans demander son autorisation, elle inspecta ses bras avec attention, n'hésitant pas à toucher une partie de son coude qui semblait légèrement plus sombre –en vérité un hématome sombre. Elle s'absorba doucement dans ce rôle et en vint à oublier l'être qui habitait la chair qu'elle occultait. Descendant au niveau de ses chevilles, elle ne put néanmoins s'empêcher de ressentir une légère gêne. Puis, son filet de secours éternels l'enveloppa. Elle s'abîma dans ses pensées. Beaucoup de rôdeurs perdent leurs jambes lors de leur mort, en rampant sur le sol, c'est ainsi que des morsures à la cheville et au mollet se font. Elle ne se rendit pas compte qu'elle avait doucement murmuré ses paroles pour elle-même. Les mots semblaient à leur tour tenter de la distraire de cette situation. Elle souleva le tissus de son pantalon et renouvela l'opération faite auparavant. Elle se releva et lança un regard à Lisandro.  

Est-ce qu'il faut faire une observation plus poussée ou tu penses que cela suffit? Elle espérait de tout cœur qu'il ne faudrait pas aller plus loin. Il aurait peut être été nécessaire d'inspecter son dos à la recherche de morsures. Elle conclut son analyse par un raisonnement logique. Il n'y a pas de traces de sang frais sur ses habits, je crois que tout est en ordre.


mon corps est contenant, mon âme est contenue et compte tenu des ans, je me suis bien tenue
Revenir en haut Aller en bas
Murphy O'Neil
Messiah
avatar
Date d'inscription : 24/10/2017
Messages : 39
Age IRL : 17
MessageSujet: Re: Don't break your back on the track   Mer 1 Nov 2017 - 13:46

Y avait quand même pas mal de monde, ils y allaient tous de leur petit commentaire. Lui qui n'avait plus vu personne depuis des jours il était servi maintenant. Tout un groupe, personne qu'il ne connaissait, que des inconnus, potentiellement dangereux. Merde, il aurait dû s'éloigner le plus possible plutôt que foncer comme un abruti. Mais il serait mort, alors bon. Il se doutait bien qu'il ne resterait peut-être pas ici très longtemps et qu'en plus de ça il n'allait sûrement pas repartir avec une bouteille d'eau bien remplie. La déshydrations c'était le pire, il n'avait jamais connu ça avant et franchement tout le reste lui importait peu du moment qu'il avait de l'eau. En plus il était tout mollasson et il ne pouvait même pas se défendre pour leur faire comprendre qu'il était seul et sans danger. Nan parce qu'il n'était pas comme ça normalement, il se serait défendu, aurait parlé, aurait fait comprendre qu'il n'était pas ce petit être tout frêle et sale qu'il détestait être. Mais c'était la dure loi de l'apocalypse après des semaines sur les routes, tout ça pour tomber sur un groupe qui au premier abord avait l'air sympa, mais la fin du monde en avait rendu certains complètements fous. Il fut surpris par la bouteille d'eau que venait de lui tendre ce garçon qui devait être un peu plus que lui. «Merci.» avait-il simplement répondu avec une petite voix. Ouvrant la bouteille, il l'avait vidé en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. Jamais il n'avait autant apprécié de l'eau de toute sa vie, ça faisait un bien fou. Il ne savait même pas comment il avait eu la force d'aller jusqu'ici sans boire, ça semblait tellement indispensable maintenant. Il ne s'était jamais rendu compte de ça parce qu'il n'en avait jamais manqué auparavant, il se sentait d'ores et déjà reconnaissant envers ce type.

Et comme un miracle était apparu Eli. Quelle était la probabilité pour qu'il tombe sur lui ? Ici ? Dans ce groupe et aussi loin de Seattle. C'était totalement improbable, digne d'un film et pourtant c'était vrai. Murphy avait un poids en moins, il ne réalisait pas vraiment mais fut rassuré, il n'était pas si seul que ça finalement. Ne répondant que faiblement à son étreinte, il acquiesça aux propos de l'afro-américaine, puis secoua la tête à sa deuxième question. Non, il n'y avait personne, il allait devoir leur redire plusieurs fois apparemment. Il était seul et en plus de ça il n'avait croisé personne sur les routes. Mais il pouvait comprendre leur méfiance, il l'était aussi envers eux. Mais ils avaient une bonne tête pour le moment, enfin une bonne tête pour des gens qui survivaient depuis deux ans, ou un peu moins, il avait perdu la notion du temps et encore plus ces derniers mois. Il avait franchement eu la flemme de compter les jours qui le séparer de la chute du lycée et du moment où il avait perdu son père et son frère. Tout ce qu'il savait pour le moment c'était qu'il était loin de Seattle, il demanderait leur position plus tard, pour le moment il était emmené vers l'infirmerie. L'endroit était grand, et il y avait pas mal de monde de toute façon.

Escorté jusqu'à leur infirmerie, il leva les yeux vers Lisandro, ouais il reconnaissait sa tête. Il lui adressa un faible sourire, autant gardé les bonnes manières, puis fixa la jeune fille qui devait également avoir son âge et qui allait l'ausculter. Il se sentait un peu nu sans ses armes et son sac, mais bon il comprenait. Déjà ils lui avaient donné de l'eau, c'était généreux de leur part, enfin de la part de celui qui lui avait donné de l'eau. La fille s'approchait. Il n'aimait pas aller chez le médecin et là c'était pire. Puis la façon dont on le touchait, alors oui c'était pour son bien mais bon. Les doigts froids de la jeune fille ne lui firent aucun effet, il avait lui-même froid après être resté aussi longtemps dehors. Surtout que les températures étaient en baisse. Il fixa une nouvelle fois la fille qui ne semblait pas décider à le regarder. Brrr, il avait vraiment l'impression d'être chez le médecin. Il regarda Lisandro après qu'elle ait fini. «Tout est en ordre.» avait-il répété comme si c'était une évidence juste après la fille.
Revenir en haut Aller en bas
Lisandro Sedillo
Messiah
avatar
Date d'inscription : 06/04/2017
Messages : 242
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Don't break your back on the track   Mer 1 Nov 2017 - 15:13

Après l’expérience gênante avec Eli et Selene à l’infirmerie, Lisandro s’était mis en tête d’apprendre tout ce qu’il savait sur la grossesse et l’accouchement à Juliet. Il n’était pas vraiment très bon professeur, son discours était décousu, parsemé d’idées qui lui venaient et qu’il débitait rapidement de peur d’oublier ce à quoi il était en train de penser. Ce qui forçait l’attention de Juliet qui l’interrompait régulièrement pour qu’il lui apporte plus de précisions sur un sujet. Il faisait de son mieux, la jeune fille l’avait compris. Ils formaient une bonne équipe, le chilien appréciait sa jeune élève et était aussi surtout soulagé de pouvoir déléguer les tâches gynécologiques à quelqu’un d’autre. Il n’avait pas du tout apprécié le regard et les remarques qu’Eli avait pu avoir contre lui. Comme s’il prenait plaisir à ce genre de choses, bon sang, mais il le prenait pour qui, sérieusement ?! Cabron.

Il comprit que Juliet ne faisait plus attention à ce qu’il disait parce qu’elle avait cessé de l’interrompre toutes les cinq minutes – cela faisait trop longtemps qu’il monologuait sans interruption. Il la vit se lever, se diriger vers la porte. Le groupe encerclait un pauvre gosse, miséreux (misérable), qui cherchait un regard ami sur lequel se raccrocher. Il mit un moment avant de reconnaitre Murphy dans ces vêtements sales, trop grands pour lui.

« Santa Madre, Murphy. »

Il se rapprocha du groupe, délaissant ses leçons particulières, mais il n’eut pas le temps d’accueillir le garçon plus que ça qu’on leur exposait la situation à lui et Juliet. Il fallait vérifier que le garçon n’avait rien, aucune morsure, aucun risque de contamination. Le garçon avait l’air épuisé, prêt à s’écrouler à la moindre occasion, mais ne semblait pas souffrir de quelque chose. Revoir quelqu’un du lycée bouleversa le chilien qui commença à se demander s’il y en avait d’autres. Si quelqu’un était avec lui. S’il avait des nouvelles de Finn, Ian, Alex et les autres. Il était moins sûr de lui pour le coup. Juliet se retourna vers lui, l’interrogeant du regard. Lisandro hocha la tête, désignant un des box.

« T’as qu’à t’en occuper, t’es là pour ça après tout. »

Il laissa la jeune amener le garçon dans l’un des box et Lisandro assista à l’examen comme s’il était ailleurs. Il regarda les autres qui attendaient à l’entrée du box. Il eut la réponse à sa question silencieuse, il n’y avait personne d’autres avec lui, sinon ils seraient tous aux abois d’avoir été découverts par un groupe d’inconnus. Il revint sur Juliet et son examen avec un air absent. La jeune fille savait ce qu’elle devait faire, il ne s’inquiétait pas qu’elle loupe quelque chose. Le chilien dévisageait le jeune homme en quête de réponse, il en aurait tellement à lui poser. La jeune fille termina, se retournant vers lui pour confirmer qu’elle avait fini. Murphy renchérit, attendant la confirmation du chilien qui mit quelques secondes à se dérider. Il réagit en retard, laissant les deux jeunes gens dans un silence gêné. Alors enfin, Lisandro sourit, les bras croisés sur son torse.

« T’as vérifié qu’il s’était pas fait mordre les fesses ? » Dit-il pour taquiner Juliet. « Non parce qu’on sait jamais. »

Il eut un rire soulagé, bien sûr que tout était en ordre. Il ouvrit les bras et se dirigea droit vers Murphy pour le prendre dans ses bras. Il s’écarta quelque peu et lui assena une légère tape derrière la tête, en lui souriant. Tristement. Il avait dû en vivre des atrocités depuis que le lycée était tombé. Il s'avançait probablement, mais ...

« T’es en sécurité maintenant. Et t’as besoin d’une douche. » Dit-il en fronçant le nez.
Revenir en haut Aller en bas
Murphy O'Neil
Messiah
avatar
Date d'inscription : 24/10/2017
Messages : 39
Age IRL : 17
MessageSujet: Re: Don't break your back on the track   Lun 6 Nov 2017 - 18:45

Revoir Lisandro aussi l'avait également surpris, un peu trop fatigué pour montrer qu'il était content de le voir il avait contenté de lui sourire. Tous ceux du lycée étaient venus ici ou quoi ? Bon, en soi il n'en avait vu que deux alors pas de conclusions hâtives. Mais ça lui faisait plaisir, il se sentait un peu moins dépaysé mais pas moins gêné de se faire ausculter par une fille de son âge, au moins elle faisait les choses biens, enfin il avait l'impression. Comment avait-il fait pour tomber ici par hasard et juste retrouver des membres du lycée ? Des amis en plus de ça. Il restait encore assez sous le choc, bien que plus préoccupé par son manque de nourriture et d'eau, mais il avait bien retenu la tête de ce petit gars qui lui avait offert la bouteille, enfin petit, lui-même n'était pas très grand mais ça faisait l'affaire pour certains trucs, ça lui était même utile. Et ce n'était pas parce qu'il était petit qu'il n'était pas fort, même si là il aurait clairement du mal à le montrer aux membres de ce groupe et s'il le faisait on le jetterait probablement dehors, il se tenait à carreau, mais voir Eli et Lisandro le faisait presque se sentir confiant quant au fait qu'il était bel et bien en sécurité. Oui, il aurait probablement l'approbation de ses potes. Enfin il l'espérait !

Souriant à la réplique du plus âgé. Sur les fesses ? Et puis quoi encore ? Quoique, c'était possible, mais ce serait carrément ridicule. Il acquiesça aux propos de Lisandro avant de regarder la jeune fille. «On sait jamais.» avait-il répété un peu plus bas. Rien que de voir des visages familiers ça lui avait fait du bien et il se sentait déjà un peu mieux, puis il fallait qu'une bouteille d'eau c'était le Saint Graal pour lui à ce moment précis. Bon, il n'allait pas tout voler non plus, il avait juste un peu faim. Et de toute façon il ne resterait probablement que peu de temps, quand bien même voir Eli et Lisandro lui faisait comprendre que oui, le lycée et tout ça c'était du passé, sa famille aussi. Il ne le voulait pas, tourner cette page, après tout il avait marché autant de temps parce qu'il était désespérant à la recherche de son père et son frère, pourtant voilà qu'il était loin de Seattle et avec des inconnus, quelques inconnus seulement. Il fallait qu'il demande où il se trouvait, histoire de savoir à peu près tout ce qu'il avait parcouru. Il était sûr d'être parti vers le sud puisque c'était ce qu'il avait décidé en quittant le lycée quelques mois plus tôt mais de là à ne pas savoir, merde il était carrément con pour ne pas savoir se repérer. En même temps c'était complètement paumé comme coin, dire qu'il avait failli crever là...

Fronçant les sourcils à sa tape derrière la tête il lança un «Aïe.» totalement exagéré avant d'accepter l'étreinte du médecin qui lui fit du bien mine de rien, surtout après autant de temps sans voir personne, forcément qu'il s'accrochait à ce qu'il pouvait, il sourit une nouvelle fois et eut presque envie de rire, à cause des nerfs ou juste parce qu'il savait qu'il était dans un sale état. «Ouais j'y vais de ce pas, si quelqu'un m'indique où vous vous lavez. Promis j'utiliserais pas beaucoup d'eau.» autant se montrer sympa. Se faisant une nouvelle fois escorter par quelqu'un qui l'amena jusqu'à ce système de douche improvisé qu'il trouva particulièrement fonctionnel, il tenu sa promesse de ne pas rester très longtemps. Et en sortant il s'étira, lâchant un long soupir. Il avait l'impression d'être beaucoup mieux maintenant, c'était dingue ce que ça faisait comme effet de retrouver un semblant de confort. Regardant son escorte, il fut rapidement amené vers cette jeune femme avec son ventre arrondi. Enceinte, pendant l'apocalypse, il l'applaudissait intérieurement pour ça. En tout cas l'endroit était grand, pour un gamin c'était pas mal, mine de rien les gens continuaient de se battre pour la survie, lui qui s'était dit que le reste du monde devait être mort, il s'était mis le doigt dans l'œil. «Bon... bah merci beaucoup. Pour l'eau, la douche, le médecin, tout ça. Vous voyez je suis pas vraiment dangereux... donc si je pouvais avoir mes affaires histoire de changer de fringues ce serait vraiment sympa. Et un endroit pour me reposer ? Genre dix minutes. Je suis un peu à bout là...»
Revenir en haut Aller en bas
Eli Delgado
Messiah
avatar
Date d'inscription : 23/01/2017
Messages : 1372
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Don't break your back on the track   Lun 6 Nov 2017 - 23:56

Murphy est envoyé à l'intérieur en compagnie de Lisandro et des autres. La surprise peine à retomber, et je le suis du regard jusqu'à ce qu'il sorte complètement de mon champ de vision : me laissant hêbété, avec l'étrange sensation d'halluciner.

Selene me rappelle alors à l'ordre. Je baisse les yeux sur elle, esquisse un sourire nettement plus réussi que le sien. C'est déjà un grand soulagement qu'ils acceptent de le laisser entrer. Même... temporairement. Et j'espère bien faire de mon mieux pour les convaincre de le faire rester. Au diable le rationnement, la "stratégie". Il s'agit juste d'un ami, et il est absolument hors de question que je le vois mis à la porte du seul refuge fiable des environs.

"C'est un ami. Vraiment, Selene." Je tends la main vers elle pour prendre la sienne. Qu'elle continue de me faire confiance. "Il est arrivé là bas à peu près en même temps que moi. Je l'ai côtoyé pendant plus d'un an, je suis souvent sorti en ravitaillement avec lui, on s'échangeait des comic's, on a passé des soirées ensemble. Je sais que... qu'il ne nous voudra pas de mal." Mon rictus se tord un peu, face aux airs indécis de la pianiste. La décision lui reviendrait. Qu'elle ait envie de la prendre ou non. "Je ne lui ai rien dit sur la prison. Dans tout le groupe, il n'y avait que deux personnes en plus de Lisandro qui savaient que j'allais vers le Sud, et je n'ai pas donné plus de détails que ça." Roza, qui a péri, et April, qui a choisi de veiller sur Kaycee. Deux personnes en qui je ne me permettrais pas de douter. "Il a dû arriver ici par chance. S'il y a quelqu'un avec lui, il nous le dira. Après..." j'déglutis, lève un instant les yeux vers la prison avant de les rabattre sur elle. "... il a pu être suivi sans le savoir, je te l'accorde. J'irai vérifier moi-même les alentours pour être certain de n'pas avoir de mauvaise surprise." Dès qu'on me donnera le feu vert, bien sûr. Mes doigts s'emmêlent tendrement aux siens, soulèvent doucement sa main entre nous. J'y colle les lèvres, avant d'articuler dans un sourire plus maladroit, le genre qui lui a déjà arraché plus d'une faveur. "Tu sais que je n'peux pas le laisser repartir." Elle me connaît. Bien sûr, qu'elle le sait.

Après un moment, une douche et un peu d'eau, le garçon revient vers nous. Il faudrait que je lui dise, pour le bébé, quand le moment sera plus opportun. Il montre sa gratitude, tandis que je délaisse la future mère pour m'approcher de lui. "T'as déjà meilleurs mine." Et quitte à prendre les devants, je viens le saisir doucement par le bras et poursuis, "Viens, j'vais te montrer où tu peux dormir. Plus de dix minutes... " J'tourne la tête vers Selene, pour tout de même m'assurer que ce geste ne me privera pas moi-même de lit pour ce soir. "Si ça n'pose pas de problème, bien sûr." Mais soyons honnêtes : je n'lui laisse pas vraiment le choix.



Tomorrow is another day. And you won't have to hide away. You'll be a man, boy !
But for now it's time to run, it's time to run !
Revenir en haut Aller en bas
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Modérateur
avatar
Date d'inscription : 07/11/2015
Messages : 3603
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Don't break your back on the track   Mar 7 Nov 2017 - 0:40

Ses yeux épousèrent ceux d’Eli, sa paume se retrouva entre ses doigts. Il acceptait de répondre, de lui expliquer, avec patience malgré son pragmatisme froid. Elle n’avait pas l’air convaincue mais en même temps, elle croyait le graffeur sur parole. Ça faisait partie de leur deal pour ne plus en venir à s’écharper ou à s’empoisonner. Il était têtu, il n’en faisait qu’à sa tête, il profitait de son affection pour tirer sur la corde, mais… il n’aurait jamais trahi sa promesse. Il n’aurait pas révélé où elle se trouvait. Selene se mordit la lèvre inférieure, cala une mèche brune derrière une oreille et poussa un soupir. Elle avait encore l’intention d’y réfléchir mais préférait prendre le temps de peser le pour et le contre avant de s’exprimer sur sa décision. Pouvait-elle décemment renvoyer dehors un ami de deux des personnes du groupes ? Humainement, ça ne passerait pas. Pourtant, une bouche de plus à nourrir – même une seule – c’était énorme…

- Je sais…, souffla-t-elle en guise de réponse, mais personne ne sort pour l’instant. Si on doit se faire attaquer, on sera mieux à l’intérieur que dispersés dehors.

Le temps que Murphy soit examiné et conduit à la pièce d’eau, la pianiste n’était pas sereine. Chaque fois qu’ils rencontraient à nouveau visage, c’était un pari. Le jeune homme était, certes, défendu par ses anciens comparses, mais et s’ils se rendaient compte en pleine hiver qu’ils étaient trop justes en réserve ? S’il causait un accident qui blessait l’un des autres ? S’il leur portait préjudice d’une manière ou d’une autre ? Ce serait elle la responsable. Pas Eli, pas Lisandro, elle. Pour s’être laissée attendrir et ne pas avoir sûr tenir ses positions de « cheffe » devant les yeux doux de son petit-ami.

La musicienne n’avait encore rien dit de ses doutes, elle se reposait dans le salon, assise dans un pouf et appuyée contre l’épaule du mexicain. Elle se sentait fatiguée mais n’éprouvait absolument pas le besoin de dormir : ses pensées allaient à deux cents à l’heure. Murphy revint les trouver, déjà bien plus présentable que plus tôt. Selene est contrainte de laisser son oreiller s’éloigner et c’était bien pour continuer à jouer son rôle qu’elle ne feignit pas de se plaindre comme une enfant. Elle se redressa à son tour, puis se mit debout. Ce serait mentir de dire qu’il ne la touchait pas un peu. Le jeune homme avait effectivement l’air d’avoir beaucoup souffert et de n’aspirer qu’à un peu de répit, sans prendre trop de place. Toujours aucun signe d’une attaque depuis tout à l’heure et elle sentait bien que le renvoyer dehors serait effroyablement cruel.

- Tu peux dormir plus de dix minutes, approuva-t-elle après avoir plissé les lèvres, et récupérer tes affaires. Sauf tes armes, précisa-t-elle sans laisser de place à la protestation, c’est le deal, et ça, même Eli ne le fera pas changer, on discutera quand tu auras dormi, conclut-elle en se tournant alors vers le mexicain, tu l’installes s’il te plait ? Ou tu veux… sauf dans… dans la chambre d’Abigail.

La fameuse pièce condamnée qu’elle n’avait pas bougé depuis plus de six mois maintenant. Et malgré tout ce temps, la musicienne avait la sensation que c’était encore trop tôt pour laisser partir l’âme de son amie. Elle avait encore besoin de sentir sa force et sa présence. Sans doute serait-ce toujours le cas.


« Dum spiro spero »

Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Don't break your back on the track   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't break your back on the track
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Connaissez-vous Prison Break ?
» buggy et track???
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: