The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Did You Hear Voices From The Grave ? -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Did You Hear Voices From The Grave ?   Mar 7 Nov 2017 - 23:27
- Et nan, y'aura rien j'te dis. Que des Charlz. On se dérouillera au moins.

Poussé par les protestations de Merl qui mentionna sa mère et son éducation, Elias enchaîna. Il avança sa tête pour la faire passer à l'avant et plaqua sur la joue du conducteur un baiser sonore, avant d'être replaqué au fond de son siège par Casey.

- Ferrailleur ? Ah.

Il était presque déçu. À travers le rétro, il détailla le visage de Lucas. Non, vraiment, prof de chimie, c'était parfait, pourtant.
Croisant ses bras contre son buste, l'aide-soignant entreprit de faire des petits bruits de bouche en agitant sa jambe inconsciemment, nez presque sur la vitre, à regarder le paysage de désolation qu'était son monde.

La petite troupe arriva sans dégât à destination. À l'air libre, Elias ne se fit pas prier pour s'étirer de toute sa longueur. Être enfermé, très peu pour lui !
Ayant repri un peu son sérieux, il extirpa du véhicule son gros sac de médecin – sa fierté – et récupéra ses armes. Pied de biche, cran d'arrêt. Son arme fétiche : ses poings, il les avait toujours sur lui.

Face au bâtiment, Elias demeura silencieux. Il observait l'endroit, mains sur les hanches, un peu pensif. Franchement … est-ce que ça valait le coup ? L'hôpital n'était pas en très bon état, s'il y avait des denrées intéressantes à l'intérieur, à coup sûr que les rats s'étaient chargés de les détériorer. Enfin … de toute manière, ce n'était pas à lui de décider. Ils avaient reçu des ordres, ils obéissaient. Au moins, ça allait les occuper un petit moment.

Lucas prit les devants et supposa que seul un petit gabarit pouvait se faufiler à travers l'étroite entrée. Petit coup de coude à Casey. Il eut un petit rire à sa remarque.

- On parle de toi poulette.
- C'est bon, j'y vais.
- T'es une amazone cocotte.

Poulette, cocotte, bichette, pepette … Elias n'était pas en reste dans sa recherche de surnoms ridicules et pouvant être carrément exaspérants pour les femmes qui y avaient droits.

La p'tite dame n'étant pas bien lourde, le polynésien n'eut aucun mal à la hisser à hauteur de la faille. De là, il avait, également, une vue imprenable sur son derrière. Ce n'était pas désagréable, et cette vision lui arracha même un petit rire stupide. Et, dans un élan, à l'intérieur, la blonde.

La porte d'entrée s'ouvrit quelques secondes plus tard sur une bouille renfrognée. Le maori fit mine d'être extrêmement blessé par le coup de coude de son amie.

- Refais pas ça, tu vas finir par me briser le bras.

Il se tourna ensuite vers Lucas et Merl :

- Bon généralement, la réserve, c'est dans l'infirmerie. J'pense pas qu'on trouvera quoique ce soit d'intéressant dans les chambres. Faut qu'on se dirige vers les lieux réservés au personnel, ou aux Urgences, ou en chirurgie. J'sais pas ce qu'il y a ici. On verra. Allez go. Et si quelqu'un voit un plan, ce serait vachement pratique.

Ils entrèrent dans l'antre du démon. Sombre, glauque à souhait, parfait pour un film d'horreur. Pour un peu, leur voix pouvaient leur revenir en écho. À la place, c'était bien les gargarismes et autres grognements de Charlz qui faisaient bruits de fond. Ils s'avancèrent un peu. Prudemment, malgré tout.
Grimaçant, Elias plaqua son coude contre son nez.

- Ca pue du cul putain.

Ses prunelles brillaient dans la semie-obscurité. L'accueil était dans un état déplorable. Les fauteuils, tous arrachés du sol et gisant un peu partout du côté salle d'attente. Le comptoire était encore debout, mais des papiers, documents et autres fiches formaient un tapis blanc dessus et par terre. À gauche de l'acceuil, un long couloir. Juste entre les fauteuils et le comptoire, un autre couloir s'étendait, interminable, derrière des portes totalement défoncées. Le lieu était grand. Elias n'avait guère l'habitude. La maison de retraite où il travaillait s'étendait sur quatre étages, mais tout lui paraissait plus ordonné qu'ici.

- Là, plan, souffla-t-il en donnant un coup dans le buste de la première personne qui lui tombait dessus.

Juste sur le mur derrière l'accueil. Après une rapide observation, la conclusion tomba :

- P'tin je comprends rien. On est où, là ? Là ?

Il pointa une zone au hasard et questionna ses collègues du regard.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Did You Hear Voices From The Grave ?   Mer 8 Nov 2017 - 9:47
Un plan des lieux… J’avais presque ri en entendant cette remarque. Ce n’était clairement pas à moi qu’il fallait demander ce genre de chose. Je savais que Casey était au courant et que ça en ferait au moins une qui ne me soulerait pas pour me demander mon avis sur la question. De toute façon, je n’avais pas de lunette avec moi présentement et j’étais toujours relativement incapable de lire correctement. C’était toujours mieux qu’avant, mais j’étais passé du niveau premier grade à second, ce qui était loin d’être suffisant pour ne pas se ridiculiser avec un plan. Enfin, j’avais choisi le silence alors que j’étais en train de chercher une entrée à ce bâtiment en même temps que les autres.

C’est Lucas qui trouva l’entrée et pour le coup, je ne savais pas trop si je devais en être enchanté. On avait pris Casey avec nous, mais ce n’était pas pour autant que je n’étais pas un brin protecteur avec elle et la façon dont elle se retrouvait sous le feu des projecteurs ne me plaisait pas tant que ça. Autant dire que je n’étais pas très enthousiaste en voyant Elias la balancer à l’intérieur. J’aurais presque pu en venir aux mains, mais je savais que c’était une grande fille, qu’elle était capable de se débrouiller seule. Si Casey n’avait rien tant mieux, sinon, je le prendrais sans doute pour responsable et c’était à deux qu’on rentrerait au camp…

Alors que j’étais déjà en train de me monter toute une histoire dans ma tête, la blonde ouvrit la porte de la sortie de secours et un sourire rassuré apparut alors sur mon visage. Je pouvais me détendre tout se passait bien. Du moins, pour le moment. Je poussais un soupir presque sonore alors que je sortais l’arme que j’avais à la ceinture en entrant dans le bâtiment. Ce n’était clairement pas la joie ici, il y avait dû s’y passait des choses. C’était dans un état pitoyable, je regardais les feuilles au sol, le mobilier renversé et j’entendais les râles des connards un peu plus loin. Ils n’étaient pas proches de nous dans l’immédiat, mais il était évident qu’on finirait par être amené à les affronter.

- Je te le fais pas dire… Enfin dans ma famille on a toujours dit que les hôpitals ça puaient la mort…

Enfin ce n’était pas vraiment moi qui disais ça, ni même Jason, mais autant dire qu’on n’avait pas souvent mis les pieds dans ce genre d’endroit. Deux ou trois fois maximum et c’était presque à chaque fois pour des mauvaises nouvelles. Je regardais autour de moi comme si je craignais avoir un putain de connard qui me fonçait dessus à la moindre occasion. Je regardais les couloirs qui s’offraient à nous pour vérifier qu’ils étaient bien déserts et qu’on ne risquait pas d’avoir un connard qui nous tombe dessus dans la seconde sans qu’on s’y attende vraiment. Pour le moment, on était tranquille. Peut-être que quelqu’un les avait enfermés quelques parts.

Je fus interrompue dans mes recherches par la découverte du plan. C’était presque une bonne nouvelle, mais dans le fond, je n’allais pas me montrer utile. Mettre un plan dans les mains d’un Rogers avait autant d’utilité que de mettre une montre dans les pattes d’un chat. Il ne savait pas lire l’heure ni même s’en servir. Mais a priori, j’étais loin d’être le seul à être incapable de le faire. J’affichais un petit sourire satisfait en entendant Elias admettre qu’il n’en servait rien. Je n’étais pas le seul à être un boulet, c’était le genre de chose qui faisait toujours plaisir à comprendre.

- J’en sais rien faut pas me le demander non plus…

Un regard sur Lucas et Casey, c’était à vous deux de gérer ça parce que j’étais totalement hors-jeu et que visiblement, l’autre aussi. C’était à l’un ou l’autre de trouver le chemin pour atteindre un des endroits que Elias avait indiqués un peu plus tôt, moi de mon côté, j’allais me contenter de rester couteau tiré prêt à sauter sur la première chose qui pointerait le bout de son nez dans notre direction, c’était un truc que j’étais capable de faire alors je n’allais pas m’en priver.
Revenir en haut Aller en bas  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: MP5 - Hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/10/2017
Messages : 754
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Did You Hear Voices From The Grave ?   Mer 8 Nov 2017 - 21:38
Sans même prendre la peine de réfléchir, la blonde se porta volontaire pour s’introduire dans l’hôpital de l’horreur. Ok. Fille imbuvable mais qui avait des couilles. Peut-être même plus qu’Elias qui laissait la Casey aller jusqu’à l’ouverture, moi essayant de couvrir le groupe. Sans déconner, ce mec était gay j’en mettrais ma main à couper. Il parlait beaucoup mais n’avait aucune fierté. Bref. Caché des cadavres, Elias hissa la jeune femme dans le bâtiment. En espérant que l’on n’entende pas des cris nous parvenir. Ce serait fâcheux pour elle … Mais en quelques secondes, elle vint nous ouvrir la porte. Ce qui rassura mon collègue à côté.

Une fois à l’intérieur, chacun reprenait son sérieux. Moi pas besoin. Hache à la main, ce couloir ne prédisait rien de bon. Cet univers apocalyptique je l’avais déjà vécu quand j’avais volé du matériel dans un lycée. Couloirs vides, sans vie, traces de déchets, parfois du sang, combiné de téléphone qui pendait, tout était là pour nous donner la chair de poule. Les gémissements plus bas menaient la danse. En bas, c’était le festival des cadavres. En espérant, qu’ils stagnaient juste sous nos pieds …

L’air était presque irrespirable. Le gay plaqua son bras contre son nez. Presque j’aurais fait la même chose. Mais on le voulait bien aussi. Dans ces couloirs, il y avait plusieurs banques d’accueils et des portes menant à des chambres. Pas d’infirmerie ici. C’était un grand bâtiment, nul doute qu’il y aurait plusieurs portes de sorties. Mais aussi deux fois plus de chances de tomber sur des pourritures.

Je sursautais lorsqu’Elias me donna un coup de coude pour signaler un plan « Fais gaffe, tu m’as fait flipper » Merde il était chiant. Derrière l’accueil, il y avait un plan de l’hôpital, un brin compliqué je devais l’avouer. Nous nous y penchâmes devant, Elias et Merl abandonnant après quelques secondes la lecture de ce dernier « Putain vous déconnez … » Sérieux, ils ne savaient pas lire un plan ? Ou peut-être qu’ils étaient stressés, avec les râles en fond sonore ça pouvait se comprendre. Je préférais prendre cette seconde option pour ne pas lever les yeux au ciel ou m’énerver davantage. J’avais suffisamment la pression comme ça. Je m’approchais du plan. Trop de couleurs et de symboles. Mais je m’y retrouvais. En rouge c’était les sorties de secours, en vert les cabinets spécialisés et en bleus les salles médicales. Genre urgences, infirmerie, laboratoire … « Ok je crois avoir trouvé » Je regardais à quel niveau on devait se rendre. Niveau 3. On était au niveau 2. « C’est un étage au-dessus » et les escaliers étaient au fond du couloir « On continue tout du long jusqu’à prendre les escaliers à notre droite ».

Armé de ma hache, le groupe suivi mon résonnement. Au moins nous savions désormais où chercher. Sauf qu’en approchant des escaliers, un cadavre rachitique sortit d’une des chambres, perdu. Il n’était pas bien grand, sûrement un ados. Je m’approchais pour abattre ma hache sur sa tête sans effort. Et il tomba raide. En espérant qu’il y en ait pas d’autres cachés dans les chambres, valait mieux rester vigilant. Premier mort à cet étage c’était assez comique, je pensais qu’il y en aurait plus. Une fois dans les escaliers, ça résonnait. Tellement qu’à l’étage au-dessus, on entendit des râles. Comme si des putains de rôdeurs attendaient notre venu, leur dîner. Empêchant la blonde de passer devant moi, je me retournais vers mes collègues « Ça vaut le coup de passer par là ? Ça grouille de morts en haut » Combien il y en avait vraiment ? Je l'ignorais peut-être 5 ou tout au plus vu le nombre de gémissements qui nous parvenait. Mais merde, ça filait la chair de poule et il bloquait l’accès au 3e étage …



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Marteau, poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/03/2014
Messages : 1910
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Did You Hear Voices From The Grave ?   Sam 11 Nov 2017 - 14:13
C’était quand même pas de chance de sortir avec une véritable équipe de bras cassés. Entre Elias, Merl, Lucas et elle, Casey ne parvenait pas à comprendre comment elle avait pu en arriver là dans sa vie. Qu’est-ce qu’elle avait fait pour mériter ça ? Si la présence du Redneck ne la contrariait pas le moins du monde, le fait que le polynésien soit dans le coin rendait le truc bien plus compliqué à supporter. Comme elle le disait souvent : Elias avait la capacité de rendre les gens très cons, et elle savait que Merl ne ferait pas exception. Aucun risque pour Lucas cependant : il l’était déjà.

Elle se pencha avec Lucas sur le plan en question, comme s’ils étaient tous deux désignés d’office pour savoir lire. Elle regarda attentivement l’endroit, essayant de bien tout comprendre. Elle murmura quelques mots à Lucas sans qu’il ne l’écoute particulièrement. L’homme décréta savoir de toute façon, elle n’eut pas l’occasion d’avoir voix au chapitre. Levant les yeux au plafond, la blonde se contenta d’un soupir alors qu’il abattit son premier rôdeur du jour. Il l’empêcha de franchir le palier vers le troisième étage, et elle grogna quelques mots à son attention :

« Au pire, on trouve un autre accès, m’étonnerait qu’il y ait qu’un seul escalier. » Le sourire ironique qu’elle adressa à Lucas fit tout le reste : « Laisse-moi faire tu veux ? »

Elle dépassa le brun et s’avança dans les escaliers. Remuant la poussière au sol, elle s’esquiva quelques secondes pour grimper discrètement jusqu’au palier au-dessus. La porte était ouverte, son cœur s’emballa. Elle se pressa contre le mur rapidement pour ne pas être vu, puis s’avança à pas de chat jusqu’à l’ouverture pour guetter. Les râles, elle les entendait distinctement. Elle passa rapidement quelques coups d’œil, avant de redescendre. Le souffle court, mais contrôlant ses émotions, elle expliqua dans un murmure la situation :

« Ok… J’en ai compté six. » ça voulait dire qu’il pouvait y en avoir plus. « Ils sont concentré au-dessus. Dans cette partie-là ! » De ses doigts, elle désigna le plafond et fit quelques pas pour déterminer globalement une zone à couvrir. « J’ai vu un autre escalier au bout du couloir, alors on a qu’a avancer, logiquement, par là. »

Cette fois, la blonde se retourna pour désigner le bout de l’allée. De toute façon, le plan leur serait probablement utile.

« Et on pourra les prendre à revers comme ça. » Expliqua-t-elle en s’avançant vers le dit plan qu’elle avisa rapidement. « Yup, un escalier. Là. » Son index le désigna fermement, ils avaient un plan d’action désormais !




Don't make me sad, don't make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough, I don't know why. Keep making me laugh, let's go get high : The road is long, we carry on, try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Did You Hear Voices From The Grave ?   Dim 26 Nov 2017 - 13:51
Apparemment, la troupe était un joli condensé de bras cassés. Merl ne semblait pas non plus doué pour lire un plan, Lucas, visiblement exaspéré par les deux lurons, prit les devants.
Attentif, Elias avait approché son visage, le nez presque dessus, dans une tentative toujours loupée de reconnaître quelque chose. Il préféra se fier aux remarques de son camarade et, obéissant, hocha simplement la tête lorsqu'il annonça qu'il fallait monter à l'étage.

Le groupe commença donc son avancée, vite arrêtée par la présence d'un Charlz, envoyé au tapis par Lucas lui-même. Du coin de l'oeil, Elias avisa la carcasse déformée, étrangement soucieux. Il n'écouta que d'une oreille distraite l'échange avec Casey, et suivit cette dernière du regard lorsqu'elle grimpa à l'étage, seule, en éclaireur.

- C'est quand même hyper ironique de se dire que c'est dans les hôpitaux où c'est le plus craignos, remarqua-t-il pour lui-même.

Il s'accroupit au-dessus de l'adolescent rôdeur. L'un de ses bras était dans un plâtre, et il pouvait deviner quelques dessins, dessus. Il devait à peine dépasser la quinzaine, et, visiblement – malgré l'obscurité, le Polynésien était parvenu à discerner quelque chose -, s'appelait jadis Joffrey.
À peine écoeurée par l'odeur de pourriture qui émanait de lui, Elias entreprit de déplacer un peu le corps, intéressé, subitement, par la raison de sa mort. Une morsure, peut-être, ou une griffure ? Une fois sur le dos, il remarqua un lambeau de chair totalement arraché, de la nuque jusqu'à son trapèze. Une blessure immonde, qui avait eu le temps de loger quelques vers et autres immondices. Voilà, il était renseigné.

Il se redressa lorsque Casey revint faire le topo. Croisant les bras sur sa poitrine, les prunelles de l'aide-soignant suivit les doigts de la petite blonde qui indiquait le nombre de goules à l'étage.

- Oh, ça va, six.

Casey indiqua finalement une autre direction à prendre, peut-être plus intelligente. Faisant la moue, Elias récupéra ses armes et était déjà prêt à s'y rendre.

- Bon ben allez, chaud patate. J'passe devant.

Il fit tourner son pied de biche dans sa main et prit les rênes d'une démarche assurée mais l'oeil attentif. Le groupe trouva l'escalier sans trop de peines et, silencieux comme il le pouvait, se retrouva vite à l'étage, où, en effet, ils parvinrent à rester discret et ne pas attirer l'attention des Charlz.
Légèrement penché en avant, Elias observa chacun de ces rôdeurs. Ils étaient groupés, comme en réunion de famille, chacun plus ou moins tourné vers un autre.

- J'nous donne quarante-cinq secondes à peine pour niquer les six. Chiche ou pas ?

Joueur mais pas non plus inconscient – quoique -, il attendit l'approbation ou la désaprobation de ses camarades pour s'élancer. Il avait déjà en ligne de mire ceux qu'il prendrait.

Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Did You Hear Voices From The Grave ?   Dim 26 Nov 2017 - 23:14
Ils avaient trouvé où aller ce qui était très bien, surtout que pour ma part je n’avais alors besoin que de suivre le groupe. J’avais toujours dit que je n’étais pas fait pour gérer ce genre de truc. J’étais peut-être le plus vieux, mais ça ne faisait pas de moi un mec responsable. Je n’avais jamais vendu autre chose. Dire la vérité, c’est important, surtout dans ce genre de moment.

- Si vous voulez mon point de vue, on se prend la tête pour rien…

Pour moi, foncer dans le tas aurait suffi. On arrivait, on tapait et on défonçait tout ça, mais voilà qu’ils voulaient qu’on passe derrière, qu’on fasse le tour et tout… Enfin c’était presque une perte de temps, que l’un de nous fasse le jambon, ça aurait été tout aussi intéressant et efficace. J’étais même prêt à me porter volontaire au besoin. J’avais un petit sourire sur le visage, mais voilà que je fus vite coupée par cette idée par les autres qui bougeait pour passer ailleurs. C’est presque en ronchonnant que je suivais le mouvement, ils n’étaient définitivement pas drôles.

Il fallut quelques minutes pour traverser le coin d’un endroit à l’autre et je restais bien silencieux. Finalement, on avait la situation d’un autre point de vue et c’était exactement la même chose pour moi, mais les autres étaient contents alors je suppose qu’il devait en être de même pour moi. Mon regard se posait alors sur Elias qui voulait foncer dans le tas. C’était un bon gars sur le coup, j’allais pouvoir lui filer un coup de main. Je le regardais d’un air qui sous-entendait bien des choses concernant la violence dont je pouvais faire part avant d’ajouter.

- J’en suis. Je suis même certain que j’en buterais plus que toi.

C’était une question de fierté. Il était hors de question de perdre. Je voulais démonter les connards qu’on avait en face et prouver que même si j’étais incapable de lire, j’avais un intérêt dans cette sortie. Je pouvais faire la différence. Je devais faire la différence parce que c’était bon, je n’avais pas envie d’être pris pour le dernier des cons. C’était bon quoi? Et puis bon, on n’allait pas vraiment s’arrêter pour six peller dans un couloir. Il n’y allait quand même pas avoir une horde qui allait nous tomber dessus, si ?

Visiblement, les connards étaient très intéressés par un truc qu’il y avait devant eux et pour le coup, je devais bien admettre que je n’en avais strictement rien à foutre. Tout ce que je voyais c’est qu’il était devant moi et que j’allais les défoncer. Je sortais mon couteau et me lançait sur le premier que je voyais. Je savais qu’Elias allait suivre, du moins, j'espérais, maintenant, les deux autres, ils pouvaient bien faire ce qu’il voulait ça ne changerait en rien l’engagement que je venais de faire. J’avais un petit sourire en coin, j’étais presque contente de moi, j’avais de l’avancer contrairement à lui et c’était peut-être ce qui allait faire la différence. C’est mon couteau en avant que je courais sur les autres comme un taré, je plantais le premier devant moi sans autre forme de procès attirant l’attention des autres.
Revenir en haut Aller en bas  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: MP5 - Hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/10/2017
Messages : 754
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Did You Hear Voices From The Grave ?   Jeu 30 Nov 2017 - 21:37
La blonde voulait gérer ? Grand bien lui fasse ! Elle n’allait pas m’emmerder longtemps. Depuis le début j’étais courtois avec elle. Elle me méprisait je le savais. Son sourire ironique, elle passa devant moi et je la regardais sourcils froncés. Seule femme du groupe, elle voulait se faire bien voir. Je la laissais donc faire, ignorant son air mesquin.

Après qu’elle ait donné les infos, je n’attendais plus qu’une chose : qu’on y aille si vraiment ils étaient pas nombreux. A quatre on pouvait se faire les six. Largement faisable. Pour le coup, les prendre à revers n’était pas une mauvaise idée. Bien Barbie, elle pouvait au moins réfléchir. C’est donc d’un pas nonchalant que je passais devant elle, suivant le mouvement avec un Elias prêt pour la suite.

Il était joueur et le montrait sans réel complexe. J’affichais un demi-sourire à son Cap et mes yeux croisèrent les siens un instant pour me rendre compte qu’il était sérieux. Etais-je du genre à rentrer dans ce genre de gaminerie pour enfant de douze ans ? Bien sûr que non. Mais son expression et le sacré personnage qu’il était me plaisait. Pour autant, j’affichais déjà mon air attentif, préparant ma hache afin de foncer dans le tas. Merl rentra dans la connerie d’Elias. Visiblement j’étais un mec pas marrant. En même temps, je débutais dans la chasse aux morts en groupe et pour le moment je ne m’en sortais pas si mal. Quoi que face à nous, c’était le premier troupeau que l’on croisait depuis que l’on était arrivé. Les deux collègues me jetèrent des coups d’œil indiscrets"Ben quoi ?" fis-je un ton plus bas « Je vous ne laisserais pas dans la merde ! » voilà donc ma réponse à leur bêtise.

De là où on était posté, l’on pouvait voir les cadavres s’intéresser de près à leur précieux. Heureusement, ce n’était pas nous. Pas l’temps de savoir sur quoi ils avaient le regard tourné.  Chacun sorti son arme silencieusement, et Merl s’élança le premier suivit de près par Elias. Lorsque le premier usa de son couteau pour tuer un rôdeur, le deuxième en fit de même avec son arme de prédilection. Sauf que c’était le moment où tous les rôdeurs se retournèrent. Mes yeux s’écarquillèrent et mes jambes me poussèrent en avant pour aider mes camarades. Ma hache bien en hauteur, la lame découpa en diagonale la tête d’un cadavre ambulant qui faisait deux fois moins que ma taille. Facile. Le sang gicla sur mes vêtements mais sans avoir le temps d’y penser je poussais du pied celui qui s’avançait trop près de moi après la mort de son pote. Il avait la dalle ? Ben qu’il aille se faire foutre !



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Did You Hear Voices From The Grave ?   
Revenir en haut Aller en bas  
- Did You Hear Voices From The Grave ? -
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» je bug grave !!! (regarder le screen)
» Accent Grave sur la tête des ex-militaires haitiens.
» Grave deterioration dans camps: Desesperes pensent au suicide
» Hello hello, can you hear me? I can be your china doll if you want to see me fall. ₪ 31 jan, 20h15
» Problème grave

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: