The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Face à la mer -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2150
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Face à la mer   Jeu 26 Oct 2017 - 17:21
Stanley n’était pas complètement convaincu par l’arme de Lucas. Elle lui paraissait lourde et la longueur du manche le perturbait un peu. Mais c’était sûrement une question d’habitude. Il haussa donc une épaule, en rendant l’arme à son propriétaire. Quant à savoir comment le trentenaire en était arrivé à utiliser un machin comme ça, c’était une autre histoire ! Et le plus simple était encore de le lui demander.

- Comment tu t’es retrouvé à utiliser une hache ? C’est l’premier truc qui t’es tombé sous la main ? Son ton était un peu railleur. Il ignorait seulement l’ancienne profession de ferrailleur du jeune homme. Pour lui, citadin d’origine, les haches étaient dans les cabanes dans la forêt, ou dans la réserve au fond du jardin chez son grand-père. Pas franchement à portée de mains quoi !

Mais la conversation dévia vers du plus concret. Stanley fit un hochement de tête affirmatif sur la remarque de son partenaire sur l’action. Effectivement, c’était son dada. Autant il adooorait se plaindre d’être débordé par tout le travail qu’on lui demandait, autant il ne se voyait pas rester inactif ne serait-ce qu’une journée. Il avait besoin de mouvements et ce depuis tout petit. Le sport le canalisait. Il regarda Lucas se poser face à la mer et il sentit le trouble qu’amena sa question. Il fallait dire qu’elle était directe. Un peu agressive même peut-être. Le militaire se cala dans l’ouverture de la baie vitrée, histoire de garder une oreille attentive à ce qui se passait à l’extérieur.

Il resta impassible quand Lucas se confia, mais il maintint ses yeux sur l’homme. Ce dernier paraissait réfléchir, comme si cette donnée n’était pas toujours très claire. Sa révélation fut toutefois décevante et Stan soupira, déportant son regard un instant sur l’horizon. Achever un mourant, ce n’était pas comme tuer quelqu’un de bien portant.

- Un classique, déclara-t-il pour seul commentaire. Le geste pouvait cependant être plus marquant que l’élimination anonyme d’un autre survivant. J’suis soldat, commença-t-il à dire pour répondre à la question que Lucas lui retourna. Ça voulait dire « oui » bien sûr. Il avait même tué avant le début de cette épidémie. Mais ce mot le différenciait des simples meurtriers. Une frontière étroite toutefois. Après ta formation et ton intégration complète à tout ça - il fit un mouvement pour montrer l’espace autour d’eux - tu deviendras soldat aussi. On t’a expliqué ce que ça signifiait, non ? Tu penses que tu seras prêt ?

Il lui jeta un regard de défi. Lucas avait dû comprendre la politique du groupe vis-à-vis des « autres ». Leur générosité pour intégrer des âmes errantes, comme lui, et leur intransigeance pour éliminer ceux qui rejetaient leur main tendue. Faire ses preuves ici, c’était tuer ses semblables un jour ou l’autre. Un cap à passer !
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: MP5 - Hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/10/2017
Messages : 754
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Face à la mer   Ven 27 Oct 2017 - 21:49
Comment m’étais-je retrouvé avec une hache en guise d’arme à rôdeurs ? La réponse était dans sa question « Oui » Cette hache je l’avais depuis les émeutes. Depuis que j’avais quitté ma ville en compagnie de mon collègue et meilleur ami, John. J’ai trouvé cette hache chez un ami à notre patron à l’époque qui nous avait certifié qu’il y avait des armes et des vivres. « Quand tout a commencé j’ai choisi cette arme pour me défendre … » Arrivé là-bas, j’ai pris cette foutue hache. J’avais tué mon ami avec … je vis sa tête se détacher de son corps au deuxième coup. L’hémoglobine se déversant au sol, j’avais son propre sang sur mes mains, mon T-shirt et mon visage. C’était horrible. Et pourtant, je n’ai pas ressenti de dégoût dans l’acte. Juste la douleur de la perte d’un être cher. A croire, que je revivais la même scène des centaines de fois. Toute ma vie n’avait été que pertes et souffrances … Je revins à moi peu à peu « … et depuis je la manie bien ».

Une fois posé, je n’étais pas si bien que ça. De parler du passé me faisait souffrir. C’était comme si la rancœur et les regrets commençaient à reprendre leur place dans tout mon être. Alors que j’avais réussi à faire taire cette foutue conscience depuis quelques semaines. Fallait que je m’en défasse. Que je passe à autre chose et que j’avance. N’étais-je pas ce que j’étais en train de faire en m’intégrant ici ? Faut croire que ce n’était pas assez. Mon esprit torturé n’avait toujours pas trouvé repos.

Lorsque je vis Stan soupirer à ma révélation, ma colère pris le dessus sur la douleur de ces moments passés. Un classique ? Il voulait quelque chose de plus croustillant à se mettre sous la dent ? Son regard ne m’impressionnait pas. Ce gars ne m’impressionnait pas ! « Je ne suis pas comme toi, je n’ai pas été entraîné pour ça, à regarder la mort en face ! » J’étais en colère. Mes mains étaient moites et je m’étais redressé. Prétentieux qu’il était, cette arrogance ne me plaisait guère. Ça ne marcherait pas avec moi. « Tu veux peut-être que je te dise que j’ai tué un assassin. Tu trouveras ça moins classique » dis-je sur un ton méprisant. Il a eu son info, maintenant il est content le militaire ? Je savais au fond de moi que j’avais tué mon père. Je n’étais jamais revenu le voir. Les coups portés à au meurtrier de ma mère n’avaient pas stoppé ma haine envers lui. J’espérais vraiment qu’il soit mort ce jour-là. Je me souvenais juste qu’il me respirait plus après notre règlement de compte. Je l’ai laissé pourrir dans les bras de sa nouvelle compagne. Qu’elle s’estimait heureuse que je ne l’aie pas touché elle …

Après m’être lâché sur mon passé, j’espérais que Stan ne s’avancerait pas plus sur ce terrain miné. Je me déplaçai dehors, sur le balcon passant devant lui, sans un regard, essayant d’accueillir la douceur de ce vent frais. Il calmait mes nerfs et ça me rassurait. Je n’avais pas envie de m’acharner sur lui. Juste un coup de pression pour lui faire connaître mon ressentit. Moi aussi j’avais des choses à dire. J’étais le petit nouveau du camp mais ce n’est pas pour ça que je resterais dans mon coin à répondre à toutes ses questions pour mieux me cerner.

Tout en m’apaisant, Stan repris la parole et me parla de formation. Oui je savais ce que ça signifiait. Je connaissais leur code et les raisons qui les poussaient à faire ça. Presque je pouvais rire, lorsqu’il me demanda si j’étais prêt. Dans mon sang coulait la violence. Je le savais, je n’étais pas con. D’ailleurs, cette partie de moi était endormi depuis longtemps, en espérant qu’elle le reste. J’ai vu des têtes coupés, j’ai vu mes poings asséner des coups à des humains qui m’avaient fait du tort. Un bref coup d’œil dans sa direction, les bras croisés « La question se pose même pas dans mon cas ». Un petit récapitulatif s’impose cependant « Je ne suis pas un homme qui reste sans rien faire. Sur le terrain ça sera pareil. Et si la problématique se pose, pour moi, il n’y en aura pas. J’ai vécu trop longtemps dehors pour ne pas me laisser emmerder par les autres voyageurs. Ça passe ou ça casse. »

Ce qui me fit penser à autre chose. J’avais besoin de connaitre une information qui attisait ma curiosité depuis des semaines. « Je ne vous ai pas accompagné mais aux dernières nouvelles, vous avez réduit un camp de survivants » Et apparemment c’était une grosse prise « Aucun d’entre eux ne vous ont suivis ? Est-ce qu’il y a eu des rescapés ? » Les informations fusaient de tous les côtés et je ne m'était pas posé pour vraiment en discuter. Stan, même s’il se prenait pour un king, était un homme franc. C’est le seul trait de caractère que je pouvais blairer chez lui.



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2150
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Face à la mer   Dim 29 Oct 2017 - 19:04
Stanley aimait pousser les gens à bout. Quand ces derniers ne lui revenaient pas, il aimait les titiller pour les emmerder. Le sujet était sérieux et les réponses de Lucas intéressaient réellement le jeune militaire. Il aurait pu en rester là si l'homme en face de lui n'avait pas montré ouvertement sa colère devant le comportement du plus jeune. Ainsi lorsqu'il sentit son ton méprisant, notre trublion se décolla légèrement de l'encadrement de la baie vitrée pour le regarder plus précisément.

- Assurément, répondit-il d'une voix énigmatique alors que Richardson lui passait devant pour se poser sur le balcon. Il se tut un instant, le temps de processer les paroles de l'autre. Il ne pouvait pas sciemment espérer que Stan en resterait là. Franchement, pas après une révélation comme ça !

Il le laissa pourtant terminer son histoire, lui assurant qu'il serait capable de faire le nécessaire le moment venu. Stanley ne put qu'acquiescer. Il voulait bien le croire, son comportement allait effectivement dans ce sens. Il paraissait dur. Le genre de gars avec lesquels il ne fallait pas déconner trop longtemps. Un avertissement qu'il aurait pu essayer de garder en mémoire pour la suite de la conversation. Ce qu'il ne fit pas !

- C'est exact. J'y étais pas non plus, répondit-il à sa question sur l'attaque du lycée Garfield dans le centre ville. Je crois qu'il y a eu des survivants oui, ça a été un peu... brouillon, d'après ce que j'en ai su. Une façon politiquement correcte d'exprimer son désaccord sur la manière dont tout ceci avait été géré. Car la règle des Remnants était de ne pas laisser de survivants derrière eux. C'était élémentaire quand on voulait éviter les représailles futures. Faut donc garder à l'esprit qu'il y a peut-être des gens là-bas, il fit un mouvement vers la ville qu'ils ne pouvaient pas réellement apercevoir depuis leur perchoir cette nuit, qui sont vraiment très très en colère contre nous. Ce sont eux qui ont refusé de nous rejoindre pourtant. Ils ont fait ce choix. T'as pas de soucis avec ça? Est-ce qu'il comprenait vraiment leur raisonnement ? Est-ce qu'il l'adoptait aussi pleinement ? Il plissa légèrement les yeux pour sonder le type devant lui. L'obscurité de la nuit n'aidait pas.

Le militaire était convaincu par la politique du sénateur Chambers. Pour lui, il ne portait pas la responsabilité des massacres auxquels il avait pu participer. Les gens avaient toujours le choix de venir avec eux. En paix. Il avait pourtant conscience que l'approche devait être adapté pour les groupes de grande ampleur. Ils devaient se renseigner davantage sur eux et les cerner plus précisément avant de les aborder. Il causa vaguement sur ce sujet encore un peu, avant de revenir à ce qui l'intéressait réellement. Après un moment de silence, il reprit ce que Lucas avait dit plus tôt.

- Tu serais une sorte de Dexter alors... Une main vengeresse ! Il fit un haussement de sourcils faussement admiratif. Son ton pouvait sonner un peu moqueur. Il avait fait quoi ton meurtrier ? Demanda-t-il, inquisiteur. Jusqu'ici, rien ne lui disait que cette histoire datait « d'avant ». Et pour tout dire, cela n'effleura même pas réellement le garçon.


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: MP5 - Hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/10/2017
Messages : 754
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Face à la mer   Lun 30 Oct 2017 - 16:37
Le soldat m’annonça qu’il n’avait pas participé à l’attaque du lycée. Tient donc. Ça m’étonnait qu’un militaire qui fourrait son nez partout, prêt pour la bataille,  n’ait pas participé à l’action « Tu as été mis sur le banc de touche ? » ma question fut un brin provocatrice, mais il l’avait bien cherché. Les informations qu’il me donnait étaient les mêmes que celles que l’on m’avait transmises.  Pour le coup, je fus une fois de plus étonné qu’il n’est pas de renseignements clairs sur cette affaire. Et il remit les pieds dans le plat avec sa question sur ce fatidique choix à faire. Fallait que je le lui dise en quelle langue pour qu’il me comprenne ? « D’avoir le choix entre la sécurité et la mort, c’est simple non ? Je pars du principe que ceux qui ne suive pas préfère la guerre ». C’est bien ce qu’il avait appris à l’extérieur. Lui, avait fait son choix de vivre, de dormir paisiblement et de manger correctement. Il avait dit oui pour intégrer cette île alors qu’il a toujours eu une âme indépendante et solitaire. Et pour le moment, il le vivait plutôt bien.

La discussion restait calme à ce sujet. Jusqu’à ce que Stan enfreint une nouvelle fois la limite. Je me retournais pour le regarder dans les yeux. Ce qu’il cherchait, c’était que je pète un plomb. Il cherchait ce face à face, pour faire le coq. Il croyait quoi, que j’allais lui déballer ma vie, qu’il allait jouer à la psy encore longtemps. Il se foutait de ma gueule « Tu ne peux pas rester à ta place au lieu de me faire chier » ça lui apportait quoi de faire ça ? C’est ma colère qu’il voulait ? Quelque chose qui pourrait justifier un comportement inapproprié, pour que je me plante, que l’on me vire et que l’on me fasse la leçon ? Mes doigts ne quittant pas la rambarde du balcon, mes phalanges blanchissaient à l’assaut des souvenirs désagréables « C’est quoi ton problème » mon ton était calme mais ferme pour une fois, je me tournais vers lui « Si tu veux connaître ma vie pour mieux me cerner ce n’est pas la meilleure chose à faire » je ricanais amèrement en tournant la tête vers la mer avant de l’observer à nouveau « Tu as au moins perdu des membres de ta famille ? Pas à cause de ces morts qui traînent mais avant tout ça ? » J’attendais une réponse de sa part. En tout cas, la mienne était claire « Et ben voilà tu l’as ta putain de réponse » je pinçais les lèvres essayant de refouler cette colère qui grimpait à nouveau à l’échelle de mes émotions. Je rentrais à l’intérieur, pris une chaise avant de m’asseoir.

Et puis merde. Je me levais à nouveau attrapait une clope et un briquet, ressortant et allumant la mèche. La première latte me fit redescendre sur terre. Annulant tous les souvenirs qui gesticulaient dans ma mémoire. Ma mère, ma grand-mère, leur voix, leur sourire, leurs mines fatiguées … Le pire dans tout ça, c’est que si j’avais été présent, rien de tout ça ne serait arrivé.



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2150
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Face à la mer   Mar 31 Oct 2017 - 9:21
Lucas le charriait aussi, c’était de bonne guerre. Hum mouais… sauf que Stan n’aimait pas la bonne guerre ! Il préférait être le seul à titiller ou taper. Il serra les dents et lui fit un sourire bien hypocrite à son tour, quand le trentenaire lui rappela qu’il avait été laissé sur la touche en juillet. Merci oui, il le savait ! En tout cas, l’homme paraissait plus que convaincu par le bien-fondé de leur mentalité sur la « politique étrangère ». Tant mieux. Au moins un qui ne viendrait pas les emmerder avec quelques états d’âme.

Cette discussion fut donc close et Stanley remit les pieds dans le plat, en revenant à la révélation précédente du type. Et la réaction de Lucas ne se fit pas attendre. Il dépassait les bornes, ah bon ? Le plus jeune fronça les sourcils, bien qu’intérieurement il se fit la remarque que ça devenait intéressant.

- Te faire chier ? Mec, c’est toi qui en a parlé !! Après tout, s’il avait vraiment des choses à cacher, il ne fallait surtout pas commencer par les évoquer ! Il sentit que son compagnon se retenait de ne pas exploser. Le sujet était donc des plus sensibles. En même temps, il était question de meurtre, non ? J’ai pas de problème. On discute. Et excuse-moi, tu me dis que t’as liquidé un meurtrier, alors oui, ça m’interpelle ! Il planta un regard sévère dans celui de Lucas. La tension avait monté d’un cran des deux côtés. Car Stan n’appréciait pas trop qu’on lui parle sur ce ton. Surtout quand il n’estimait pas des masses le gars en face.

Lucas se retourna alors pour regarder la mer et il posa une question qui crispa un peu le militaire. Celui-ci pinça les lèvres, les yeux plissés, regardant la nuque de l’autre homme. Il essayait donc de dire que cette histoire datait « d’avant ». Ce n’était pas pour le rassurer, même si on était visiblement plus proche du crime passionnel que du sociopathe.

- Mon père, répondit-il un peu sèchement. Il ne lui donnerait pas les détails. L’histoire était trop banale. Mais oui, il avait connu le deuil, il savait ce que ça faisait. Même s’il n’avait pu blâmer que le ciel de son côté. Et les foutues artères bouchées de son paternel. Il se tut, et se décala une nouvelle fois pour laisser Lucas retourner à l’intérieur. Puis à l’extérieur. Stan ne le lâchait pas du regard. C’était qui ? Demanda-t-il, après un long silence, la voix nettement adoucie. La personne que ce meurtrier avait tuée. Après réflexion, il pouvait comprendre qu’on en arrive à de pareilles extrémités. Il aurait pu le faire aussi. Pas pour son père, probablement, mais pour d’autres certainement… Comment ça s’est passé ?

Il savait que ce n’était probablement pas ses oignons, mais puisqu’ils étaient là, que le sujet était lancé et qu’ils avaient toute la nuit devant eux, il osa demander. Sa voix comme sa posture n’étaient plus dans l’agressivité. Lucas pouvait le rembarrer. Ou en profiter pour une fois pour se confier.


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: MP5 - Hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/10/2017
Messages : 754
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Face à la mer   Jeu 2 Nov 2017 - 17:46
Sa curiosité et son air dédaigneux, aurait pu me foutre hors de moi. Je comprimais cette colère pour ne pas la laisser s’échapper plus. Ici, il faudra que je fasse un travail sur moi plus important que dehors. S’il pouvait au moins s’arrêter de faire semblant d’être intéressé à ma vie. Juste pour le fun ou pour un aveu croustillant. Pour me regarder de cette manière ou pointer le doigt sur moi. D’autres l’avaient fait avant lui. Ca l’interpellait ? Mon cul. Il voulait gratter la surface pour prendre que j’avais à l’intérieur. Connaitre mes faiblesses, faire tomber cette barrière. Mais je l’avais érigé depuis des années. Et même si j’étais peu fier de mes actes, elle n’en restait pas moins une part d’ombre et donc un secret. Me livrer ? Pourquoi faire ? Je ne le connaissais pas vraiment et je ne l’estimais guère non plus. Il me faisait chier. Un emmerdeur de plus.

Sur le balcon, sentant l’air marin comme un effet stabilisateur, j’entendis prononcer les mots de Stan. A son ton, il s’était radoucit. J’en profitais pour rentrer, bouger, prendre de la distance. Sous le coup de la colère, je ressortais avec la clope au bec. Ici, je me sentirais mieux. Un silence s’installa et il était le bienvenu. Chacun avait son histoire ici, ses propres souffrances, ses propres mystères. Stan ne s’attarda pas sur lui et sur ce qu’il venait de dire. Il n’irait pas plus loin. Ouvrant mes poumons, pour recevoir cette nicotine synonyme de drogue et d’apaisement, je me calmais. Uniquement grâce à ce vent frais et le ton plus posé du brun. Donnant - donnant. Si je me livrais, le militaire devra faire de même. Ma position était délicate. Il ne me lâchera pas de la nuit et il n’avait pas l’air du genre à laisser tomber facilement. Avec qui j’étais tombé putain…

Mes coudes prenant appui sur le balcon, le regard tourné vers le large, c’était très dur de me rappeler cette période. Je ne voulais pas qu’il voit la honte sur mes traits, le doute s’installer et les regrets me crisper. Dans un souffle, je libérais la fumée qu’expulsaient mes poumons. La clope à la main je la gardais et jouais avec pour ne me concentrer que sur elle, pendant que les mots sortiront de ma bouche. En réalité, je n’en avais que foutre de ce qu’il penserait de moi « Ma mère ». Margaret. Morte. La dernière fois que je l’avais vu c’était à l’aéroport après les vacances scolaires. Un dernier adieu, son sourire forcé sur le visage. Si j’avais su … Ma mâchoire se serra « Mon père la battait et il l’a tué » Heureusement que Stan ne me voyait pas, j’avais les yeux rempli de haine « Alors je lui ai réglé son compte » C’était lui le meurtrier. Pas moi. Pour tout le mal qu’ils nous avaient fait. Pour elle, pour qu’elle soit en paix. Fallait que je le fasse.

Quelques lattes plus tard, je me retournais vers lui, un air moins dur sur le visage « Et ton père ? » Je l’avais fait, je lui ai raconté ce qu’il s’était passé. Maintenant c’était à son tour de m’en dire plus.



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2150
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Face à la mer   Ven 3 Nov 2017 - 9:30
Stan cala sa langue dans son chewing-gum et souffla doucement pour en faire une jolie bulle. Il regardait Lucas qui se tenait toujours dos à lui, penché sur la rambarde du balcon. La bulle éclata. Il mit longtemps à réagir, au point que le jeune homme se demanda un instant s’il n’allait pas juste lui coller un vent. Ce n’était pas à exclure. Il reprit la parole cependant. Le militaire devina la colère sourde de l’homme sans voir son visage. Il sentait sa crispation. Et il pinça les lèvres quand l’autre lui avoua que sa victime n’était autre que son père. Un homme violent. Il se représenta une scène qui n’avait rien à voir avec la réalité de son équipier. Il l’imaginait assister à la scène du drame familial, ou la rejoindre une seconde trop tard et réagir avec impulsivité. Cogner, cogner, cogner. Trois fois ? Une seule plus brutale ? Aucune importance. Il ne le jugeait pas. Il avait dû payer déjà et passer un certain temps en prison pour ça.

Il méditait à tout ça, laissant son imagination déborder comme il se devait, quand Lucas lui retourna la question. Il inspira fortement.

- Infarctus. Quarante et un ans. Il haussa les épaules. Il en avait seize. Et rien ni personne sur qui cogner. C’était comme ça. Leurs histoires n’avaient rien à voir. Elles cédèrent toutefois comme une trêve entre les deux garçons et ils se turent longtemps.

Quelques heures s’écoulèrent donc dans le silence. Ils allaient à tour de rôle sur le balcon, scruter la nuit noire. Ils virent passer une équipe de ronde, une fois, qu’ils saluèrent et avec lesquels ils discutèrent vite fait. Puis plus rien. Il était près de 4h du matin, quand un clapot nouveau, différent, se fit entendre. Stan avait jeté son chewing-gum depuis longtemps et malgré la fatigue qui l’assommait, il perçut le bruit qui lui fit froncer les sourcils.

- Hey… Il siffla légèrement pour appeler Lucas. T’entends ça ? Ils prêtèrent l’oreille ensemble. Ça ne ressemblait pas à un râle, mais la distance pouvait les tromper. Quelque chose s’était en tout cas clairement échouée, tout près. On descend voir, murmura le plus jeune au second. Dans un regard entendu, ils rejoignirent le rez-de-chaussée. Stan avait les mains sur son arme. Pire qu’un rôdeur, il craignait un survivant. Une décharge d’adrénaline se répandit dans ses veines.


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Face à la mer   
Revenir en haut Aller en bas  
- Face à la mer -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» HAÏTI FACE À L'OBLIGATION DE L'ÉTAT
» Le président Martelly fait face à trois crises!LAVEZ VOS JUPONS ET MARTELLEZ LES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: