The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
- Face à la mer -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: MP5 - Hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/10/2017
Messages : 787
Age IRL : 29
MessageSujet: Face à la mer   Sam 21 Oct 2017 - 17:36
J’étais volontaire. Je l’ai toujours été depuis que je suis arrivé, fin Juillet. Comme un son de cloche qui résonnait, je voulais faire mes preuves concernant la sécurité. J’avais demandé l’autorisation en Août mais c’était beaucoup trop tôt. Beaucoup se méfièrent de moi comme de la peste. Ce qui était normal en soi. Je ne leur inspirais pas confiance, mais moi j’étais bien obligé de m’adapter et de croire en leur bonne grâce. J’avais baissé mes barrières et par la même occasion, j’avais commencé à m’y faire. Ils m’avaient donné la sécurité, de quoi me ravitailler, dormir et de quoi me sentir mieux. Je leur devais beaucoup à ce moment-là. Ce qui m’avait rassuré, c’était la présence de Clayton. Putain, sans lui je ne sais pas si je serais resté. J’étais un nomade, un clochard qui souhaitais échapper à ses rues, à cette vie et aux morts. Je n’étais plus bon à rien, perdit l’équilibre à force de marcher et de dormir que d’un seul œil. J’avais fait cet effort considérable de demander de l’aide alors que dans ma vie je n’ai pas été foutu de le faire. Cette vie de fou m’avait changé. Je savais que rien ne sera plus comme avant.

Plus les jours passaient et plus j’aidais. Je me sentis bien quelques temps, fermant les yeux la nuit plus de cinq heures d’affilées, ce qui n’était jamais arrivé depuis quelques années. J’étais bien tombé, c’était une certitude. Maintenant je devais y mettre du mien. En espérant qu’ils y mettraient du leur également. J’avais repris du poil de la bête. La veille, Donovan était venu me voir pour me proposer de prendre mon premier poste de garde. Ils fonctionnaient comme ça. Par équipe, ils surveillaient la mer au bord des côtes. C’était intéressant à voir et à faire. Peut-être même que ça m’apaiserait. De regarder la mer devait être quelque chose de relaxant tout en restant concentré sur son boulot. Motivé et donc volontaire, je devrais passer une première nuit à faire le guet. Mais avec qui ?

Je n’allais pas tarder à le découvrir. Ce soir-là, j’étais en poste. Et c’est en début de soirée que je pris mon sac à dos, lampe torche et du matos précieux avant de quitter mon logement pour rejoindre les côtes. La vie m’avait conditionné pour être prêt à tout. J’espérais que rien d’anormal n’arriverait ce soir. J’étais habillé de noir avec un simple blouson pour me protéger du vent et des embruns maritimes. J’espérais ne pas être en présence de Swann que je pourrais embrocher. Ce gamin avait des couilles mais il restait un enfant qui se prouvait force et courage. Un jour il se calmerait mais ce jour n’était hélas, pas encore arrivé. Je marchais d’un pas décidé lorsque je vis une ombre devant moi à une cinquantaine de mètres. Lampe torche à la main, j’allais retrouver celui avec qui j’allais partager cette soirée.

J’actionnais la lumière de ma lampe et projeta cette dernière face à moi. Je vis le visage crispé de Stanley. Putain … je baissais la lampe torche pour ne pas l’aveugler davantage. Contrairement à lui, je n’étais pas un abruti. C’était bien ma veine bordel. Je m’approchais toujours en regardant droit devant moi mais sans le regarder à lui. Il n’avait pas d’intérêt pour moi et je n’allais pas lui en donner ce soir. Tout ce que voulais, c’était ne pas être emmerdé. Faut croire que ça n’arriverait jamais vu les têtes de mules qu’il y avait ici. Oui, j’étais bien dans ce camp mais certaines têtes auraient pu être recadrées. Comme celle de mon voisin. Après un silence, je mis les mains sur les hanches regardant au loin les côtes, sentant le vent marin chatouiller mon cou. Ça m’apaisait oui… mais pas assez « Ok je suis là, c’est moi ton binôme ce soir » le ton était neutre sans sympathie particulière « Je te laisse me guider » j’essayais d’apercevoir comment il prenait la chose, juste pour prendre la température et voir si j’avais du souci à me faire ou pas.



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2185
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Face à la mer   Dim 22 Oct 2017 - 10:44
C'était en machouillant un chewing-gum que Stan avait rejoint le poste de guet qu'il allait prendre pour une partie de la nuit. Il avait appris un peu plus tôt que son binome pour l'occasion avait changé et qu'on lui avait refilé la compagnie d'un newbie. Si le nom de famille ne lui avait rien dit sur le moment, la description qu'on lui avait faite de l'homme lui avait permis de resituer Lucas. Cette annonce lui avait arraché un soupir et quelques grognements. Et là, il l'attendait. Dans le noir, devant la maison où ils avaient installé l'un des postes les plus près du Fort, au niveau de South Beach. Il été vêtu d'une veste aussi et tenait une arme de gros calibre en bandoullière.

Le pas de son partenaire fut le premier à se faire entendre et rapidement une lampe s'alluma pour l'éclairer en pleine face. Le militaire pesta et sa grimace dut s'appercevoir, car le faisceau s'abaissa immédiatement. Rah bon sang, il l'avait complètement aveuglé ce con ! Ça commençait bien ! Car effectivement les deux hommes ne s'étaient pas découverts d'atomes crochus lors de leur première rencontre. C'était même tout le contraire, et Stanley avait catalogué le trentenaire avec ceux dont il n'aimait simplement pas la gueule. La nuit s'annonçait longue. Très très longue ! Lucas arriva finalement à son niveau et la lampe lui permit de voir son visage. Il s'en suivit un silence gênant que Stan se fit un plaisir de ne pas rompre. Si l'autre était mal à l'aise, tant mieux. Il l'observa du coin de l'oeil alors que ce dernier regardait un instant la mer.

- Je sais, répondit-il, sans chaleur non plus dans la voix. Lucas devait se douter que cette situation ne l'enchantait probablement pas plus que lui. C'est ici. Il montra la maison tout près d'eux. On prend le relai des précédents, on surveille la mer, la plage. On sort de temps en temps vérifier les environs, notamment pour vérifier qu'aucune dépouille s'échoue. C'est tout. Il avait parlé vite, le chewing-gum dans sa bouche accentuant son air un peu morne. C'est dans tes cordes ? Demanda-t-il un brin railleur avant d'ajouter : c'est long, souvent très chiant, mais nécessaire. Bienvenue dans la ronde. Cette dernière phrase avait été dite sans aucun enthousiasme. C'était précisement pour ces raisons que Stanley aimait faire les guets avec des copains. Le temps sécoulait bien plus rapidement.

Il entraina donc le nouveau avec lui dans la maison, où deux autres gars avaient passé une bonne partie de l'après-midi et de la soirée. Ils les accueillirent soulagés d'en avoir enfin fini pour la journée. Ils n'avaient rien à signaler, la journée avait été des plus tranquilles. On leur souhaita bon courage et Stan et Lucas se retrouvèrent en tête-à-tête. Ils étaient montés à l'étage, dans une des pièces qui donnait une vue panoramique sur la baie face à eux. Plongée dans une nuit nuageuse, cette dernière ne présentait qu'un écran noir. Comme les environs. Difficile de guetter quoi que ce soit dans ces conditions. Le garçon ouvrit une porte fenêtre qui donnait sur un petit balcon.

- Souvent, on s'met dehors plutôt. Ça caille, mais puisqu'à ces heures on voit que dalle, ça permet d'guetter les bruits. Il jeta un coup d'oeil en direction de Richardson. Voilà, il savait tout. La formation était finie.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: MP5 - Hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/10/2017
Messages : 787
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Face à la mer   Dim 22 Oct 2017 - 16:02
Mon binôme n’en avait que faire de ma présence. On était deux dans ce cas. Son ton était nonchalant. Il mâchouillait son chewing-gum sagement. Il m’attendait. Lorsque je vis son arme en bandoulière, je ricanais à l’intérieur de moi. On m’avait foutu ici avec un flingue dont je ne savais pas me servir. J’étais plutôt à l’aise au corps à corps, avec ma hache. D’ailleurs, celle-ci tanguait un peu au niveau de ma ceinture. Il y a peu, j’avais commencé les entrainements avec une arme à feu. C’était pittoresque à voir. Les cibles en face restaient intactes. Certains se foutaient de ma gueule. En même temps, ils avaient peut-être raison. Et on m’avait signalé que si je restais ici, fallait que je me familiarise avec ces armes. J’étais d’accord. Mais ce soir, si quelque chose se produisait, je ne serais d’aucune utilité. En tout cas à distance.

Il me présenta la maison et me fis un petit briefing rapidos. Pas un mot plus haut que l’autre, pour une fois. J’écoutais, prenait note dans mon esprit. Qu’il mâchouille en même temps qu’il parlait me cassait les pieds, mais j’essayais de faire abstraction. Il faisait un peu le mec expérimenté. Du genre je te cause et tu dois vite comprendre. A sa question je soutenais son regard annonçant que j’avais compris avant qu’il ne me souhaite la bienvenue. Long et chiant ? Pas de problème, de toute manière je n’avais rien d’autre à faire et cette ronde me permettra de faire mes preuves, une fois de plus. Toujours leur prouver que j’avais ma place ici. Ce n’était pas facile pour moi mais je comprenais leur méfiance car moi de même je l’étais.

Il me fit entrer dans la maison où je remarquais deux hommes, rassurés de nous voir débarquer. Je connaissais de vue l’un d’entre eux. Ils étaient tellement nombreux ici que ce sera compliqué de tous les connaitre. Après un petit topo sur leur journée qui s’était déroulée sans encombre, ils partirent pour nous laisser seul. Je suivis Stanley sans broncher. J’observais et me familiarisais avec cet endroit. Au premier étage, je vis le noir dense devant mes yeux. On ne voyait pas grand-chose seulement le néant. Je testais ma lampe torche dans cette nuit noire mais c’était inutile. « Comment vous faites pour surveiller une immensité d’eau si vous êtes aveugles ? ».

Stanley répondit à moitié à la question en me présentant le petit balcon. Guetter les bruits. Ok, guetter quels bruits ? Le bruit des corps qui se cognaient contre les côtes ? En sortant sur le balcon, j’inspirais cet air frais. Ça faisait un bien fou au final. C’est un endroit que je pouvais apprécier « Quel genre de bruits vous entendez en général ? » Oui, j’étais novice. Et s’il pensait que je le faisais chier en réalité j’essayais vraiment de comprendre l’utilité de ces rondes alors que certains de nos sens étaient inutilisables dans ce cas. « Donc l’idée, c’est de rester ici pendant des heures sans forcément voir ce qui traîne … » Difficile de faire une ronde vu comme ça « Et longer les côtes. Vous le faites ? » Parce que rester ici, en scrutant le vide et en écoutant les vagues se cogner contre les côtes, ça n’avait pas vraiment de sens pour moi … Soit c’était comme ça et pas autrement, je n’allais pas bousculer tout ça.



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2185
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Face à la mer   Lun 23 Oct 2017 - 9:13
Stan jouait au mec qui n’avait pas envie, et il n’aurait pas été surpris d’agacer le gars en face de lui, avec ses explications énoncées sur un ton monocorde avec nonchalance. Pourtant celui-ci semblait en faire fi. Dommage… Il avait posé ses yeux sur Lucas à sa dernière remarque, au cas où celui-ci aurait d’autres questions. Il haussa légèrement les sourcils à cette dernière toutefois, et mâcha deux coups avant de lui répondre.

- Celui-ci. Il leva l’index pour forcer l’autre à écouter le bruit de la mer. Celle des vaguelettes s’échouant sur la plage, ou du clapot contre le ponton devant la maison. T’es resté combien de temps dehors… Il fit un mouvement de main pour que l’autre lui rappelle son prénom. Lucas ? Répéta-t-il alors. On ne lui avait redonné que son nom de famille… nom qu’il avait d’ailleurs déjà oublié ! Aucun intérêt. Ça finissait en « tson » ou en truc du genre, c’était tout ce dont il se souvenait. Trop compliqué. Bref. Quel genre de bruits tu guettais toi la nuit, quand tu créchais là-bas ? Son ton affichait de la condescendance. Car c’était bien sa question, non ? Et elle n’était pas très maline. C’est la même chose, tu tends l’oreille pour détecter d’autres types de mouvement. Ceux dont t’as l’habitude, du coup - ceux des rôdeurs - qui viendraient de la plage. Ou bien des bruits de moteur sur l’eau.

Car c’était bien le but initial de ces postes de guet. Éviter te se faire prendre par surprise par des pillards, au milieu de la nuit, comme ils l’avaient été une année plus tôt. Inutile de dire qu’ils n’avaient pas détecté depuis la présence de beaucoup de bateaux étrangers ! Et aucun ne s’était montré réellement hostile. Ils en avaient appréhendé quelques-uns toutefois. Quelques civils parmi eux venaient de là.

- Ouep. On s’tient prêt, au cas où. T’as entendu parler d’l’attaque qu’on a eu l’année dernière j’imagine ? Quand il parlait, de la vapeur s’échappait de sa bouche, tant la nuit était fraiche. On nous la fait une fois, mais pas deux, ajouta-t-il avec tranchant, en reportant un instant son regard vers l’étendue d’eau. La nuit, des équipes font des rondes aussi. Ils font l’tour du périmètre. Ils se signalent par leur lumière, tu les verras.

C’était pour ça qu’ils n’avaient pas besoin de longer les plages à leur niveau. Quant au jour, la visibilité était meilleure. Quoique parfois la brume s’invitait sur la côte et les rendait tout aussi aveugles. Le jeune homme devinait un peu de scepticisme dans l’air de son équipier du jour et il fit un sourire en coin que ce dernier ne put comprendre. C’était simplement que d’habitude c’était lui qui remettait toujours en question les stratégies de ses supérieurs !

- Sinon, on a une radio dans la chambre là-bas. Il fit un mouvement vers l’intérieur de la bâtisse. Pour contacter la base en cas d’alerte… Avec quoi, t’as l’habitude de t’battre ? Lui demanda-t-il ensuite, en lorgnant sur l’équipement du trentenaire.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: MP5 - Hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/10/2017
Messages : 787
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Face à la mer   Lun 23 Oct 2017 - 14:29
Je vis Stanley lever son index, me faisant réagir. J’écoutais attentivement. Le bruit des vagues, du vent, l’odeur salée. J’avais compris pour ça mais pour ce qui était du danger ? Ne se rappelant pas mon nom il me posa une question attendant une réaction de ma part sur mon identité « Lucas » mon ton était plus grave. « Trop longtemps » lui répondis-je, les souvenirs en tête. Je n’avais plus de chez moi depuis ce fameux 15 octobre 2015. Et j’étais arrivais ici en juillet 2017. Ça faisait presque deux putains d’années que je trainais dehors. Ce fut mes premières interrogations en arrivant ici : comment avais-je pu tenir aussi longtemps ? Je ne voulais pas me laisser moisir, me laisser bouffer. Je me disais que si je survivais un jour de plus, c’est parce que c’était écrit. Ma grand-mère me l’avait affirmé durant ma jeunesse. Que tous nos actes n’étaient pas le fruit du hasard. Je mis mes mains sur la rambarde du balcon, essayant de me reconcentrer sur le présent. Si mes souvenirs allaient trop loin dans le passé, je pouvais le regretter amèrement.

Quel genre de bruits je guettais. Le genre à nous faire bouffer... Regardant au loin, je n’avais pas réfléchis longtemps à ma réponse « Un craquement, des râles, des sons qui n’avaient rien à voir avec le commun des mortels » Passer deux ans dehors et je reconnaissais certains sons même particuliers : le bruit de lapin qui cours, une marmotte qui creuse, le vent qui tourne, l’arrivée de la pluie … je sentais ces choses-là. Alors ici, j’étais peut être qu’à cet instant j’étais ma place. Je ne m’étais jamais demandé si les rôdeurs pouvaient nager ou si on entendrait encore leurs râles une fois dans l’eau. J’écoutais attentivement le militaire, surpris de pouvoir le faire. En temps normal, je le squeezais. Mais ce soir c’était sérieux. J’avais  besoin de me rendre utile.

Mes mains rugueuses commençaient à geler. La température ici baissait nettement. Je le ressentais à présent. Pour le moment, je n’avais pas vraiment froid. La nuit risquait d’être longue à ce rythme-là. Je me tournais légèrement vers Stan, lui répondant d’un signe de tête affirmatif. Clay m’en avais parlé à demi-mot. L’île s’était faite attaquée par des pillards qui étaient arrivés par bateaux. Je comprenais mieux maintenant pourquoi ils faisaient des tours de garde, pourquoi il y avait tant de sécurité sur les côtes. Quand il mentionna les rondes, je pensais réellement qu’on allait en faire. J’avais envie de bouger. L’habitude de me déplacer tous les jours. Je ne pouvais pas rester en place. Je joins mon regard à celui de mon prof, scrutant en bas et sur les côtés, cherchant de nouvelles équipes.

En rentrant il me montra la radio. Bonne idée. C’est qu’ils étaient bien équipés ici. A sa dernière question, je le vis scruter ma ceinture. J’écartais mon bras de ma hache sachant qu’il avait posé ses yeux dessus. « C’est la meilleure compagnie que j’ai eu depuis deux ans » lui fis-je remarquer. « J’ai fait mes preuves au corps à corps avec » et pour ce qui était des armes à feu … « Je n’ai jamais su tirer avec un flingue » Pas la peine de lui signaler que je m’entrainais avec des armes à feu depuis quelques jours. Il avait sûrement entendu parler de mes exploits en séances de tirs et s’était sûrement foutu de ma gueule par la même occasion. Bref je ne voulais pas y penser « Je présume qu’après ce stage je vais devoir revenir expérimenté » Oui parce-qu’un homme affecté à ce service sans expérience au tir c’était inenvisageable et je pouvais le comprendre. Aujourd’hui, c’était de la pure observation. Et si vraiment il arrivait quelque chose, j’attendrais les envahisseurs avec ma hache.

Je profitais d’être à l’intérieur pour réchauffer mes mains et sortir une clope de mon sac, la coinçant entre mes lèvres « On a le droit de fumer ici ? » Pour juste une cigarette en ce début de nuit j’espérais bien que oui. Juste pour moins ressentir le froid. Je n’étais pas très à l’aise en tête à tête d’habitude. J’avais toujours cet air méfiant sur mon visage. Bien des fois, je ne le faisais pas exprès. C’était … moi tout simplement et je n’avais pas à me justifier. Mais cette nuit, je ferais un effort pour ne pas qu’on se foute sur la gueule. On ne pouvait pas se voir mais ce n’est pas pour ça que je resterais silencieux. S’intégrer, je devais y penser « Sinon je vois que tu es à l’aise avec les gros calibres ». Dis-je sans quitter des yeux son arme en bandoulière.



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2185
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Face à la mer   Mar 24 Oct 2017 - 9:56
Stanley était toujours intrigué par les histoires des autres à l’extérieur. Il connaissait les conditions de vie au dehors, mais ça s’arrêtait là. Depuis deux ans, il avait toujours eu la chance de rentrer dormir en sécurité dans son lit à la fin de la journée. Enfin presque tout le temps. Il ne pouvait qu’imaginer le stress qu’engendrait une longue succession de nuits blanches et de sentiments de mort imminente. Il avait donc dévisagé Lucas, cherchant à deviner son histoire sous ses mots. Même si le type en lui-même ne l’intéressait pas des masses, connaitre ses expériences, au contraire, attisait sa curiosité. Notamment car tout cela semblait le secouer.

Ils repassèrent à l’intérieur et le trentenaire lui montra son arme de prédilection. Le jeune homme haussa légèrement les sourcils.

- J’peux voir ? Demanda-t-il, en faisant un mouvement de menton vers la hache. Il voulait soupeser l’engin. C’est facile à manier un truc pareil ? Ils avaient tous leurs habitudes. Stan se défendait généralement au couteau. Une arme courte qui l’obligeait à embrasser souvent les corps des morts. Mais le combat au contact, il connaissait. C’était ce qu’il faisait, bien mieux que le tir de précision aussi. Qui te forme à ça ? Demanda-t-il. Michelle ? La militaire avait la trentaine. Elle avait le physique pour, mais une douceur dans la voix qui détonait. C’était clairement l’une des meilleures tireuses du camp. Avec Donovan évidemment. Elle n’était pas du style à rabaisser ses élèves devant les autres, aussi Stanley n’avait pas entendu parler des exploits de son équipier du jour. Elle est top, tu devrais rapidement voir la différence, ouais.

Dès que la conversation devenait un peu technique, Stan en oubliait ses envies de faire chier. Pourtant la cigarette que Lucas sortit lui en redonna l’occasion. Pour tout dire, tout le monde se foutait bien que quiconque fume à l’intérieur de cette baraque. Il le regarda une seconde, regardant sa clope au bout de ses doigts. Etait-il ce genre de connards ? Assez en effet…

- On fume dehors. Des gars supportent pas ça, trancha-t-il, se réjouissant de l’air contrarié de Lucas. C’était gratos. Il haussa les épaules en mode « désolé mec, pas ma faute ». Le tout avec le chewing-gum toujours, ce qui lui donnait un air bien péteux. Il baissa les yeux sur l’arme imposante qu’il trainait avec lui en poste. Il fit un hochement de tête. J’me débrouille, déclara-t-il simplement. Puis il ajouta, comme si ça expliquait tout : j’étais para, j’suis venu ici en mission. Bien que les militaires se mélangeaient de plus en plus aux civils, ces derniers restaient un peu à part et entretenaient un peu cet écart. Ne serait-ce que dans les logements où ils vivaient… Stanley le rappelait dans ces quelques mots. C’est pas mon joujou préféré, mais s’il faut tirer de loin, faut se donner les moyens, non ?

Il regarda Lucas et fit un sourire en coin. Clairement, si le jeune homme devait viser quoi que ce soit depuis un tel perchoir avec son Beretta habituel, il pouvait essayer longtemps. Ces armes automatiques présentaient l’avantage de pouvoir enchainer les coups et « balayer » une zone bien plus efficacement.

- T’as d’jà tué quelqu’un ? Demanda-t-il alors de but en blanc, un peu provoquant.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: MP5 - Hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/10/2017
Messages : 787
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: Face à la mer   Mer 25 Oct 2017 - 21:15
Stanley souhaitait regarder ma hache de plus près. Je l’enlevais de ma ceinture, l’inspecta d’un simple coup d’œil avant de la lui tendre « La lame n’est plus toute jeune à force de l’utiliser » de plus il y avait encore des traces de sang que j’avais du mal à faire partir. J’avais beau la nettoyer, le fer ne disparaissait pas facilement sur la surface métallisée. « Je préfère ça au couteau. Pour couper des têtes il y a rien de mieux ». Je m’étais rendu compte qu’une hache était plus facile d’utilisation qu’un couteau après avoir essayé les deux. Même si le couteau demandait une précision, la hache elle, faisait le travail plus rapidement, étant plus bourrine. Avec de l’élan, le mort n’avait plus de chance. Le corps à corps, il y avait rien de mieux. J’avais appris à ne plus avoir peur, la laissant aux plus faibles.

Concernant les entrainements, c’est Michelle qui avait commencé à me former « Oui » mais pas seulement. Je m’étais rapproché de Merl et de temps en temps, il m’aidait lui aussi. Stan n’avait pas à connaître cette information supplémentaire, alors je me tus après mon affirmation. C’est vrai qu’elle était efficace, pointilleuse et très douée. D’ailleurs, ça m’avait pas mal décontenancé. Les femmes badass je trouvais ça intimidant et j’en connaissais que très peu. Merl était venu me voir, remarquant que j’étais nul à chier au tir. Il a commencé à m’entrainer depuis peu. Il était cool mais je voyais bien derrière que c’était un homme qui manquait de confiance en lui.

Clope au bec, briquet à la main, Stan me coupa dans mon élan. L’air renfrogné, je pris la cigarette pour la caler dans la poche de mon jean, attendant de me rendre à l’extérieur. Il mâchouillât toujours autant et ça me gavait, en plus de cet air hautain collé à son visage. Il me raconta sa vie en lien avec son arme. Pour tirer de loin, il est vrai que ça pouvait aider. Donc il était bien militaire par le passé. Je m’en doutais un peu. L’air sûr de lui, tenace et un peu chiant sur les bords. « Alors tu sais t’y faire avec les armes et l’action » c’est la seule chose que je pouvais sortir. Je n’étais pas impressionné loin de là, il m’en fallait beaucoup plus. Je fis quelques pas, les mains dans les poches pour me rapprocher de la vue (ou du néant), posant une épaule contre le mur.

Sa question me secoua un peu. Mon cœur manqua un battement. Après les armes, l’interrogation sur la mort était logique, j’aurais pu m’y attendre. Lorsque je revis le visage de ces personnes que j’avais laissé à terre et de mon meilleur pote …. Ma vue se brouilla pour plonger dans les souvenirs « Oui ». Mon père l’avais-je tué ? Au fond, j’espérais bien. Je passais une main dans ma nuque de gêne, mais aussi pour sentir le « M » tatoué, en souvenir de ma mère décédée. Mais le seul que j’avais tué de mes propres mains et dont je me souvenais très bien, fut mon collègue. « J’ai dû tuer un ami avant que l’infection ne se propage ». Voilà tout ce qu’il saura. Qu’il ne m’en demande pas plus. « Et toi ? Je suppose que oui » Bien plus facile de retourner la question.



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Face à la mer   
Revenir en haut Aller en bas  
- Face à la mer -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» HAÏTI FACE À L'OBLIGATION DE L'ÉTAT
» Le président Martelly fait face à trois crises!LAVEZ VOS JUPONS ET MARTELLEZ LES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: