The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Stop running away. -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Stop running away.   Mer 25 Oct 2017 - 11:16

Cinq jours de plus qu'ils étaient tous les deux plonger dans un certain mutisme, c'était chiant. Depuis sa conversation avec la nouvelle, Victoria, Kyle avait bien réalisé qu'il fallait qu'il parle à Zack, lui ne ferait plus le premier pas et ce n'était pas vraiment étonnant. Kyle avait agi comme un sale con, il était un sale con de toute façon et il ne supportait plus la situation. La nuit, il dormait mal et en plus il pensait beaucoup trop à tout ça, la journée c'était la même chose. Dans tous les cas il avait beau faire ce qu'il voulait, il y pensait et il n'y arrivait plus. Il n'arrivait plus à garder tout pour lui, à fermer sa gueule et à l'ignorer comme ça, il avait peur d'en parler et il avait loupé le coche la première fois, ok, il avait bien compris qu'il avait mal réagi, mais là il était décidé à aller voir le blond. Il était prêt à lui que oui, il l'avait embrassé et que dans un sens il ne regrettait pas, mais que dans un autre il se sentait incroyablement coupable, qu'il avait eu peur et qu'il n'avait pas vraiment contrôlé ses actions, même s'il en avait eu envie et que c'était aussi pour ça qu'il l'avait fait. Ses paroles il y réfléchissait tout le temps, savoir comment il allait tourner le truc pour que Zack ne s'énerve pas. Sauf qu'il avait beau retourner les mots, dans l'ordre qu'il voulait, dans la formulation qu'il voulait, avec les synonymes qu'il voulait, l'aîné s'énerverait de toute façon et le journaliste en était sûr et certain. Parce qu'il avait joué au con avec lui cinq jours plus tôt et qu'il allait revenir comme une fleur.

Terminant de manger son gâteau alors qu'il parlait avec Aodhan, enfin parlé était un peu fort, il s'échangeait des banalités surtout, Kyle décida finalement d'aller prendre l'air cinq petites minutes. L'hiver arriverait à un moment, ça se sentait et en restant dehors comme ça il avait un peu froid, il fronça vers sa chambre pour mettre un gilet par-dessus son t-shirt. Il monta les escaliers deux par deux, entra dans son antre, pris son gilet poser sur son lit, le ferma et redescendit, croisant au passage Zack. Évidemment, comme si le destin venait lui foutre en pleine tête un signe pour qu'il aille lui parler. Il allait le faire, bien sûr qu'il le ferait, il fallait juste qu'il trouve le bon moment parce qu'il s'attendait au pire et qu'il avait peur de la réaction du leader. Dans tous les cas, il gueulerait. Mais en voyant son regard vide, l'ancien journaliste ne pouvait qu'être énervé, tout ça c'était sa faute, il avait tout gâché. Dans un sens il savait que Zack s'en foutait royalement et ça l'agaçait. Certes il avait voulu arranger les choses, mais Kyle n'arrivait juste pas à se résoudre à cette explication, pour lui il n'y avait aucune raison pour qu'on se préoccupe de lui comme ça. Il voulait rétablir les choses tout en sachant très bien qu'ils ne redormiraient plus jamais ensemble, qu'ils ne parleraient que rarement et qu'il devrait attendre des mois avant de regarder de nouveau le blond dans le blanc des yeux sans avoir peur de ce qu'il avait dit et de ce qu'il avait fait.

Il était redescendu en bas, mettant sa tasse dans l'évier après avoir bu un thé. Il s'en était fait un en sachant qu'il s'en priverait le lendemain matin, tant pis. Il poussa un soupir, sorti dehors. Ce que ça pouvait l'énerver de réfléchir comme ça sans agir, ne pas savoir quoi dire, ne pas savoir quoi faire. Il en avait foutrement marre et des fois il avait envie de craquer. Les gens se foutraient de lui parce qu'en soi il n'avait aucune raison de craquer, il avait perdu tout ce qu'il avait à perdre deux ans auparavant maintenant, c'était trop tard pour pleurer. Mais il n'avait jamais tout relâché, certes il avait pleuré à la mort d'Allan mais il avait pris sur lui pour ne pas craquer et prendre sur lui. Il ferma les yeux, passa une main sur sa tête puis dans ses cheveux et décida finalement de rentrer de nouveau dans la maison, rapidement. S'il n'y allait pas maintenant, il n'irait jamais. Il avait joué au con, il allait s'en mordre les doigts mais autant faire ça maintenant que jamais, sinon ça lui pèserait pendant des semaines et il n'en avait plu envie. Que Zack l'envoie chier, il s'y attendait, il s'y était préparé de toute façon, certes ce ne serait pas la même chose en face mais tant pis.

Il toqua à la porte, avalant difficilement sa salive, son coeur battant un peu plus. Il entra, fermant la porte derrière, il resta quelques secondes dos à la silhouette de son aîné. Il devait sûrement se demander ce qu'il foutait là. Il appréhendait encore plus maintenant mais ce n'était clairement pas le moment de faire machine arrière, ce serait juste stupide et puérile. Il avait 27 ans, il avait survécu à l'apocalypse et il était assez proche de Zack pour lui parler quand bien même il avait fait l'abruti avec lui quelques jours plus tôt. Il se tourna vers lui, baissant les yeux alors qu'il faisait quelques pas. Il passa une main dans sa nuque puis plongea ses mains dans ses poches. «On peut parler ? S'il te plaît.»

Revenir en haut Aller en bas  
Zack M. Atkins
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 4003
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Stop running away.   Jeu 26 Oct 2017 - 1:41

Affalé dans son fauteuil, le blond avait nonchalamment étendu ses jambes devant lui, les bras déposés sur les accoudoirs et la tête relevée vers le plafond. Il se sentait épuisé, à bout, autant physiquement que psychologiquement, et pourtant ce second point l'empêchait de récupérer le sommeil dont avait tant besoin son corps. Sans doute que s'il avait pu compter le nombre d'heures à fixer ce foutu plafond, il en serait déjà à des semaines. Souvent il repensait au plafond dans la chambre de son duplex, avec ces petites loupiotes solaires qui scintillaient jusqu'à doucement s'éteindre pour se recharger le lendemain. Ça lui permettait de se donner l'illusion d'observer les étoiles et décompresser un peu du quotidien, là... il n'avait plus rien de tout cela. Rien d'autre qu'un ciel sombre qui reflétait ce qu'il y avait au fond de lui. Du vide, du rien, plus aucune étoile pour laisser croire à un semblant de vie. Soupirant franchement, agacé par ses pensées toutes plus ridicules les unes que les autres, il se passa une main lasse sur le front, tiré toutefois de ses pensées en percevant des coups à la porte.

Invitant le visiteur à entrer, il haussa un sourcil des plus condescendant en voyant Kyle se pointer. Qu'est-ce qu'il faisait là ? Sans doute allait-il lui balancer comme une fleur qu'il n'arrivait pas à dormir et aimerait rester, comme si de rien n'était. Il n'y croyait pas vraiment à dire vrai mais ne dit rien, attendant simplement que son cadet daigne expliquer la raison de sa présence. Ayant laissé retomber sa main sur l'accoudoir, il avait légèrement penché la tête sur le côté, fixant le dos du journaliste qui ne semblait, une fois encore, pas décidé à affronter son regard. En un sens oui, il pouvait le comprendre, lui-même ne supportait plus de voir son reflet dans une glace alors il ne pouvait pas reprocher aux siens de ne pas avoir envie de voir ce fantôme qu'il semblait être devenu. Pas que son regard avait été expressif auparavant, pas avec tout le monde du moins, mais au moins une certaine force pouvait y être perçue. Là... il y avait principalement ce vide. Parfois de la colère ou de la peine, la première étant bien plus gérable pour sa fierté que la seconde.

Quand enfin Kyle prit la parole, le trentenaire fronça les sourcils, entrouvrant légèrement la bouche. Parler ? Il voulait vraiment parler ? Donc il le fuyait comme un gosse depuis près de dix jours, pour d'un seul coup venir et lui demander s'ils pouvaient parler ? Ça n'avait aucun foutu sens. Il lui avait tourné le dos et Dieu savait à quel point Atkins pouvait être rancunier alors qu'il assume désormais. Se levant du fauteuil un peu trop vite, le blond s'appuya quelques secondes contre le mur, juste le temps que cette baisse de tension due au manque de nourriture passe, et le regarda une brève seconde avant de tourner la tête vers son lit d'un air totalement désintéressé. « Ça fait plus d'une semaine que tu ne veux rien dire, ça attendra un jour de plus, j'allais dormir » avait-il lancé de ce ton distant qu'il s'était remis à arborer avec son cadet, résultat direct des barrières qu'il avait à nouveau érigé entre lui et les autres afin de protéger au maximum. Bien sûr, ce n'était sans doute pas la meilleure solution, mais il peinait déjà à supporter le poids du deuil, il était hors de question de se jeter tête baissée dans cette foutue dépendance qui était née de la présence du brun. Il était par ailleurs évident qu'il ne parviendrait pas à dormir mais qu'importait, le plus jeune n'avait pas besoin de le savoir même s'il devait s'en douter au vu de sa tête de déterré.

D'un pas traînant il prit la direction de son lit, repoussant du pied un tee-shirt qui traînait au sol avant de tirer de la poche de son jogging son poing américain et ses cigarettes pour déposer le tout sur la table de nuit. Il releva alors la tête vers le plus jeune, haussant à nouveau un sourcil qui signifiait qu'il s'impatientait. Il avait été suffisamment clair pourtant, pourquoi s'entêtait-il à rester là à poireauter comme s'il allait finalement lui balancer que c'était une foutue blague et qu'il avait envie de papoter ? Bien sûr qu'il le voulait, arranger la situation, mettre les choses à plat, mais il ne pouvait d'un autre côté qu'il s'était retrouvé troublé comme un con quand Kyle l'avait embrassé et qu'il ne pouvait assurément pas se permettre de se laisser aller de la sorte ; la culpabilité avait été indéniablement aussi forte que l'envie, jusqu'à ce qu'elle ne devienne bien plus étouffante.


Hell is not what you think it is, it's cold, and dark my friend. MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Stop running away.   Jeu 26 Oct 2017 - 11:35

Bien sûr qu'il n'affrontait pas Zack droit dans les yeux, il était venu lui parler, oui, mais ça ne l'empêchait pas d'avoir peur et de craindre ce moment. Il ne savait même pas ce qu'il voulait dire en soi, pour sûr que s'il parlait, il craquerait. Et il avait une boule au ventre, parce qu'il savait en un sens que le blond s'en foutrait et qu'il allait l'envoyer balader. Si tel était le cas, le brun partirait sans rien dire de plus et continuerait de l'ignorer, quand bien même ça le foutait mal il n'aurait pas d'autres choix. Il ne pouvait pas imposer à Zack une discussion à laquelle il n'avait pas envie de participer, ce n'était pas son genre d'imposer les choses aux gens. Pourtant il ne le voulait, quand bien même l'aîné s'en foutait ou quelque chose comme ça, Kyle se disait que le voir refuser cette conversation l'énerverait, probablement. Certes c'était une réaction égoïste de sa part car il n'avait pas vraiment discuté avec lui quelques jours auparavant alors il serait logique que Zack ne réponde rien, histoire de lui rendre la monnaie de sa pièce. Mais Kyle avait bien compris que sans discussion ils n'avanceraient à rien du tout, que ce soit pour arrêter de se parler ou se reparler un minimum, il fallait qu'ils discutent tous les deux, quand bien même la conversation se déroulerait mal.

Il l'avait regardé et puis il avait retourné la tête vers son lit, soit. Si c'était Kyle qui cherchait à ignorer son regard, là le brun l'avait clairement vu comme de l'ignorance totale de la part du blond. Il avait l'air de vraiment s'en foutre, Kyle avait donc vu juste. Mais si auparavant il le pensait seulement, voir qu'il s'en foutait vraiment en face, de façon directe, il se sentait vraiment mal. Ça l'énervait, ça l'agaçait, il avait l'impression d'être réellement con. Il avait merdé, ok, Zack n'avait pas apprécié, très bien, il avait voulu arranger les choses probablement pour se sentir mieux avec sa fierté d'homme, parfait, Kyle pouvait comprendre tout ça. Mais oui, il ne pesait pas ses mots et ça faisait mal et le brun ne supportait pas ça, pas venant de lui parce que qu'il le veuille ou non il s'était quand même un minimum attaché, s'il y avait cette dépendance de sa présence c'était pour une bonne raison. Et s'il l'avait embrassé encore plus, mais apparemment il ne comprenait rien. Kyle aussi dans un sens. Et cette phrase qu'il lui balançait comme ça, le journaliste avait très bien perçu à quel point il était distant, pas étonnant, il l'avait totalement repoussé quand il était venu le voir. C'était juste qu'il n'était pas encore prêt à en parler, peut-être que Zack se remettait plus vite des choses, ce n'était pas le cas de Kyle, il mettait du temps, il devait souvent se poser et réfléchir. Oui, il avait raison ça pouvait attendre un jour de plus, mais il n'était pas sûr de revenir vers lui le lendemain, c'était pour ça qu'il était venu ce soir.

Regardant Zack faire son petit rituel avait de dormir, Kyle le fixa jusqu'à ce qu'il le fasse également alors qu'il avait l'air de s'impatienter. Regardant désormais le sol, il secoua la tête, peiné et énervé. Ça le gonflait plus qu'autre chose, il savait désormais pourquoi Zack s'était plus ou moins énervé cinq jours plus tôt quand il l'avait complètement ignoré. C'était grisant et en plus de ça Kyle était au bord de la crise de nerfs ces derniers temps alors ça n'arrangeait rien. Se retournant pour atteindre la porte, il posa sa main sur la poignée prêt à sortir de là, il trouvait l'atmosphère un peu trop étouffante. Et pourtant non, il n'avait pas envie. Ok l'autre s'en foutait complètement mais pas lui et s'il ne disait rien il ne le supporterait plus bien longtemps. Il poussa un soupir, assez fort histoire que son aîné puisse l'entendre puis se retourna lentement vers lui de nouveau, sa mâchoire contractée, il serra les poings une seconde avant de refaire quelques pas pour s'approcher de Zack. «Non, ça attendra pas demain.» avait-il déclaré avec un ton assez dur pour que le blond comprenne qu'il ne partirait pas avant d'avoir dit ce qu'il avait sur le coeur. «Tu t'en fous probablement de ce que je vais dire et c'est pas grave, au moins je l'aurais dit.» il poussa un nouveau soupir, pinçant ses lèvres avant de fixer Zack, fronçant les sourcils. Il s'approcha encore une fois.

«Ça fait dix jours que j'y pense. Ne pense pas que la dernière fois j'en avais rien à foutre, j'étais juste pas prêt à en parler. Si je voulais pas en parler je serais pas là à l'instant.» déclara le journaliste en fixant le blond droit dans les yeux, il ne se défilerait pas maintenant, pas alors qu'il avait fait l'effort d'être là et qu'il ouvrait enfin sa bouche. S'il allait trop loin il s'énerverait peut-être encore plus, surtout si le blond le repoussait de nouveau. «J'ai merdé en t'embrassant, je l'ai compris. J'en avais besoin, j'ai eu peur et j'ai failli crever ! Et depuis dix jours je me sens coupable et même si je regrette je le referais probablement sans hésité.» il ne voulait pas parler trop fort ou tout le monde entendrait et ce n'était clairement pas ce qu'il voulait. Ça l'inquiétait de confronter Zack comme ça mais il ne pouvait pas faire autrement et au fur et à mesure que les minutes défilaient il avait l'impression d'être de plus en plus énervé parce qu'il ne disait pas assez de chose. Il voulait encore se justifier par rapport au baiser mais pourtant il avait déjà dit pourquoi il avait fait ça, il n'y avait rien d'autre à dire.  Il baissa à nouveau les yeux, poussa un nouveau soupir, essayant de se contenir, en ouvrant la bouche il avait également déclenché cette envie de craquer. «Et toi... toi tu me donnes l'impression de rien comprendre ! C'est moi le fautif, parce que j'avais envie de le faire, d'accord ?», il n'aurait pas pensé dire tout ça, si Zack ne le baffait c'est qu'il y avait un problème. Il poussa un nouveau soupir avant de lui tourner le dos, se dirigeant vers la porte.

Revenir en haut Aller en bas  
Zack M. Atkins
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 4003
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Stop running away.   Lun 30 Oct 2017 - 17:24

Le toisant toujours de cet air lourd d'indifférence, le blond restait debout à côté du lit, attendant une quelconque réaction de la part de son cadet. Il venait de le remballer, lui sortir une excuse bidon pour lui montrer qu'il n'avait pas apprécié de se faire lui-même remballer quelques jours plus tôt alors qu'il avait fait l'effort de faire un pas vers lui. Sans doute que le plus jeune fuirait de nouveau, comme toujours, parce-qu'il était plus simple de fuir plutôt que de parler. Le trentenaire s'était fait à cette idée et, même s'il en serait agacé, il le laisserait filer parce-qu'il ne pouvait pas jouer à l'égoïste le plus longtemps ; Kyle se porterait bien mieux loin de lui, c'était un fait. Et il confirma ce fait en s'approchant de la porte, s'apprêtant à sortir. Serrant les dents, l'aîné se contenta de secouer la tête en soupirant, ne prêtant pas réellement attention au soupir qui avait fait écho au sien. Il ne s'était cependant pas attendu à ce que le brun décide finalement de se retourner et faire quelques pas vers lui, qu'il lui balance d'une voix sèche que non, cette discussion n'attendrait pas le lendemain. L'ancien homme d'affaires fronça les sourcils, autant excédé qu'agacé devant l'incertitude constante dont faisait preuve son cadet. Et voilà qu'il lui balançait à nouveau qu'il devait s'en foutre, comme s'il était dans sa tête. Et Dieu merci il ne l'était pas, sinon sûr qu'il serait déjà parti en courant pour mettre des centaines de kilomètres entre eux. Le fait cependant qu'il se permette de supposer ce que pouvait penser le blond l'agaçait encore plus.

Ne bougeant pas lorsqu'il s'approcha un peu, le lit laissant toujours cette petite distance entre eux, il serra les dents quand Kyle reprit la parole, exprimant le fait qu'il n'en n'avait pas rien à foutre de ce qu'il s'était passé, qu'il n'était pas prêt. Et ? C'était une excuse pour l'avoir simplement envoyé bouler de la sorte ? Apparemment, mais elle n'était pas valable aux yeux du trentenaire ; on ne lui refusait pas une discussion, pas avec ce foutu regard fuyant, pas après ce qu'il s'était passé. Croisant les bras, il faisait au mieux pour garder cet air indifférent, tournant néanmoins sa colère en un certain dédain, cette même supériorité qui s'immisçait dans sa voix et dans ses attitudes, qui pouvait être blessante, mais qu'importait, se protéger coûte que coûte pour ne pas flancher encore et encore.

La suite le laissa cependant franchement plus sceptique. Kyle en avait eu besoin, ok, parce-qu'il avait eu peur, c'était acceptable, mais pourquoi diable lui balançait-il de la sorte que si c'était à refaire, il referait exactement la même chose alors qu'il ne tolérait visiblement pas ce qu'il avait fait ? Si le blond avait pris un minimum de recul, il se serait rendu à cette même évidence : lui aussi était depuis ce moment pris d'une culpabilité insoutenable qui avait amené une colère noire, mais lui aussi en avait eu envie et, en un sens, ne parvenait pas à regretter totalement son geste parce-que l'espace de quelques secondes, il avait oublié le monde. S'en était royalement pitoyable. Mais Zack ne prit pas la peine de se mettre à la place de son cadet, ni même à la sienne, il restait simplement détaché de la situation, en colère, se cachant tant bien que mal derrière ces barrières aussi protectrices que destructrices qu'il avait érigé tout autour de lui.

Si le ton du plus jeune restait relativement bas, il était évident qu'une colère sourde l'habitait, mêlée à la peine dans ses prunelles claires, une sorte d'écho parfaite de ce que ressentait l'ancien homme d'affaires. Ses derniers mots l'agacèrent encore plus alors qu'il serrait légèrement les poings. Pour une fois que Kyle osait l'ouvrir et dire ce qu'il ressentait, il mériterait presque des félicitations, mais il était évident qu'il gardait encore beaucoup trop de choses pour lui. Qu'est-ce que ne comprenait pas le blond ? Pourquoi cette discussion était une foutue guéguerre de ''qui est le fautif dans cette histoire'' ? Ça n'avait aucun sens. Étant franchement dans le flou, l'aîné ne pu contenir son incompréhension et sa rage plus longtemps lorsque le journaliste se dirigea à nouveau vers la porte. « Et ça recommence à prendre la fuite, pour ne pas changer » avait-il lancé sur un ton acerbe lourd de sarcasme, son regard teinté d'un air légèrement mauvais qui n'était que le reflet de ce qu'il ressentait.

Il aurait dû le laisser sortir et juste se la fermer, mettre son égoïsme de côté et lui laisser cette opportunité de refermer définitivement cette porte entre eux pour qu'il puisse reprendre sa vie comme avant. Mais plus rien n'était comme avant, et les mots qui avaient été balancés ne passaient pas. Il voulait parler ? Soit. Ils allaient parler. « Tu ne sors pas d'ici » avait lancé l'aîné sur un ton dur, contournant dans le même temps le lit pour aller jusqu'à lui, prenant son poignet pour le tirer légèrement en arrière et darder dans le sien son regard sombre. « Tu es le fautif parce-que tu avais envie de le faire, mais tu crois que je l'ai fait pour quoi moi, Kyle ? Pour décorer peut-être ? Ou par simple politesse ? Tu crois que ça me fait plaisir ce sentiment de ne pas pouvoir fermer l’œil quand tu n'es pas là parce-que je me suis habitué à ta présence comme un putain de con ? Tu crois peut-être que c'est facile pour moi et que je prends tout ça à la légère ? » Son ton était nettement plus agressif que celui qu'avait employé son cadet, tout pour masquer la profondeur de ses mots derrière une rage protectrice mais, pour cette fois, il n'avait pas mis de force dans son geste et avait même à nouveau rompu le contact entre eux alors qu'il parlait, se reculant de quelques pas avant de secouer la tête devant le silence de son cadet. « J'en ai ma claque de tout ça alors on va régler les choses, maintenant. Tu as commencé, tu termines. Alors dis-moi, qu'est-ce que je suis censé comprendre hein ? Continues je t'en pries, ne t'arrêtes pas en si bon chemin. »


Hell is not what you think it is, it's cold, and dark my friend. MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Stop running away.   Lun 30 Oct 2017 - 19:21

Et voilà qu'il se sentait encore con d'avoir dit tout ça. Il pensait avoir fait un travail sur lui-même mais il n'en était rien, pour réagir comme ça c'est qu'il était vraiment faible ou alors qu'il craignait véritablement Zack. Oui, il le craignait, surtout dans ce genre de moment. Il n'avait pas peur qu'il lui fasse mal ou quoi que ce soit, il avait juste peur qu'il s'énerve parce que depuis qu'il l'avait vu lors de leur sortie, il se disait que l'énerver n'était franchement pas une bonne chose. Sauf que là, il se doutait parfaitement qu'il allait être énervé, qu'il lui fasse savoir ou non. Et il n'avait vraiment pas envie qu'il lui fasse savoir, parce que s'il le faisait, Kyle craquerait, déjà qu'il était au bord de craquer là. Il espérait juste que Zack ne lui dise rien, qu'il laisse couler et peut-être qu'un jour les choses s'arrangeraient mais pour l'instant c'était trop compliqué, surtout dans la tête de Kyle, il ne savait pas à quoi penser Zack, il ne savait même pas si la situation l'intéressait ou pas, le brun avait l'impression qu'il s'en foutait et pourtant en y pensant rapidement, pour voir que le blond s'était énervé c'était qu'il devait y accorder un minimum d'attention, mais seulement un minimum parce qu'en soi il devait vraiment s'en foutre de lui. Certes, l'ancien journaliste avait été là quand il en avait eu besoin, dormir avec lui, l'aider, mais il avait vraiment tout niqué en l'embrassant et le pire c'était qu'il lui avait dit qu'il recommencerait sans hésiter. Au moins il avait dit la vérité, oui, il recommencerait s'il revivait ce même moment. Il avait beau en avoir eu honte et se torturer l'esprit, il l'avait fait et c'était comme ça. De toute façon il ne pouvait pas revenir dans le passé et fort heureusement, il ne voulait plus revivre ces dix jours affreux à se prendre la tête.

Et malheureusement, Zack avait fait l'erreur de lui lancer cette remarque comme quoi il prenait la fuite. S'il aurait pu il l'aurait probablement baffé, il détestait ce ton plein de reproches qui le faisait se sentir encore plus lâche. Il fuyait, oui, et alors ? Il faisait ce qu'il voulait. Ce que ça pouvait l'agacer cette situation, il détestait ça. Il avait voulu mettre un point plus ou moins final mais apparemment Zack ne le voulait pas encore. Super. Et il se sentait obligé de rester, il aurait pu partir, mais non. Et il avait une nouvelle fois saisi son poignet, Kyle s'était automatiquement retourné. En plus de ça il lui donnait des ordres. Il aurait juste eu envie de sortir pour lui montrer qu'il n'était pas obligé de les suivre. Certes, il était le leader mais là, actuellement, il n'était que Zack. Et même s'il était en colère contre lui et contre lui-même il ne pouvait pas non plus lui en vouloir pour tout ça, certes il n'aimait pas ce ton trop autoritaire qu'il pouvait prendre mais il était trop dépendant de sa présence pour être véritablement en colère contre lui. Il avait finalement dégagé son bras pour que Zack le lâche. Hors de question qu'il le tienne comme ça.

Il l'avait regardé droit dans les yeux avant que Zack ne déballe tout. Et pour le coup il ne s'était clairement pas attendu à ça, pas à ce genre de réponse qui lui donnait encore plus envie de craquer. Merde. En parlant il s'était foutu dans une sacrée merde. Jamais il n'aurait dû venir le voir, jamais il n'aurait dû dire ce qu'il avait sur le cœur. Il n'avait en aucun cas envie de tout dire, dire qu'il s'était attaché et qu'il voulait continuer à dormir avec lui, qu'il avait peur de tout ça parce qu'il ne comprenait pas d'où venait ce besoin d'être en sa présence. Et lui aussi il en avait sa claque de toute cette histoire. «Nan mais je rêve...» avait-il soufflé après les paroles du blond. Il ne s'énervait pas souvent, il ne craquait quasiment jamais mais il y avait un moment où il ne pouvait juste pas tout garder en lui. Fronçant les sourcils, il secoua la tête, énervé et se sentant sortir de ses gonds. «Mais si ça te fait tant chier que ça de t'être attaché à ma présence laisse-moi tranquille ! Laisse-moi sortir de cette pièce et ne me parle plus merde !» avait-il lâché en haussant le ton. Oui, c'était la seule réaction qu'il avait en apprenant ça, en apprenant qu'il ne s'en foutait pas tant que ça et qu'il l'avait embrassé pour la même raison. Et clairement ça le faisait flipper, plus qu'autre chose.

Poussant un autre soupir, il continuait de secouer la tête. Pourquoi ça devait être Zack ? Pourquoi s'était avec lui qu'il avait dormi et pourquoi s'était à lui qu'il s'était accroché ? C'était probablement la pire personne et pourtant c'était lui. «Alors quoi ?  Tu crois que ça me fait pas chier moi non plus ?! De m'être attaché à toi ! D'avoir besoin de toi pour dormir !» et il l'avait poussé à ces paroles. Merde. Il était complètement perdu. Il ne savait pas à quoi penser, il ne savait pas pourquoi il s'énervait, il ne savait pas pourquoi il avait fait la connerie de venir voir le blond. «Ce que tu comprends pas c'est exactement ce que je viens de te dire ! J'avais envie de t'embrasser ! D'accord ? Tu comprends quand je dis ça ? J'ai trahi mon ami mort et je continue de le trahir en plus de ça.» et il avait également fait l'erreur de parler de Stew. Abruti, un con, il était complètement stupide d'être encore là. Clairement, il aurait dû fuir et oublier tout ça.

Revenir en haut Aller en bas  
Zack M. Atkins
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 4003
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Stop running away.   Lun 6 Nov 2017 - 18:11

Le trentenaire s'était bien rendu compte qu'au fur et à mesure de ses mots, le plus jeune avait lui aussi été de plus en plus en colère, en témoignait son regard fermé et cette légère distance qu'il avait remis entre eux. Il savait qu'il allait trop loin, qu'il aurait simplement mieux fait de le laisser sortir d'ici sans le retenir, sans ajouter quoi que ce soit, et pourtant il n'avait pu s'y résigner. Pourquoi ? Il n'était même pas capable de réponse à cette question. Parce-qu'en un sens il n'avait pas envie qu'il lui tourne définitivement le dos ? Il voulait arranger cette situation entre eux tout en sachant que s'ils se rapprochaient à nouveau il serait encore plus perdu ? C'était complètement ridicule et cette impression de s'être attaché au brun le mettait littéralement hors de lui. Comment avait-il pu oublier, même le temps d'une seconde, ce vide en lui ? Comment avait-il été aussi faible pour se laisser simplement happer par ses lèvres sur les siennes et avoir le sentiment d'être un peu moins seul ? Il n'avait pas le droit, ce n'était pas acceptable. Et pourtant c'était arrivé. S'en bouffait-il les doigts ? Assurément. Avait-ce été une erreur ? Aussi. Mais il ne pouvait désormais plus nier qu'il n'était pas aussi indifférent au journaliste qu'il aurait dû l'être.

Lorsqu'il eu terminé de parler, il n'avait pas quitté des yeux son cadet, attendant une réponse de sa part en dardant sur lui ce regard à la fois hautain et lourd de colère. Les premiers mots de Kyle lui firent froncer les sourcils. C'était quoi cette affirmation pourrie ? La suite n'allait sans doute pas lui plaire, il le sentait et avait cette désagréable impression qu'ils plongeaient tous les deux vers quelque chose d'encore pire que ces dix jours d'évitement. Mais il était trop tard désormais pour faire marche arrière, crever l'abcès une bonne fois pour toute était la meilleure solution, sans doute. Et le journaliste reprit sur un ton bien plus haut que précédemment, la rage y était clairement perceptible. Il était juste un imbécile ou le faisait-il exprès ? Ne pouvait-il simplement pas comprendre que cette situation, tout ça, était simplement trop dur en l'instant pour qu'il puisse juste se laisser aller et oublier le reste ? À la fin de sa phrase, quand le brun lui balança de simplement ne plus lui parler et le laisser partir, il hocha la tête, l'expression lourde de dédain. « Bien » avait-il simplement répondu comme pour clore cette discussion de sourds. Qu'il s'en aille, qu'il lui tourne le dos et retourne dans sa foutue piaule, seul comme un con. Il s'en porterait sans doute mieux qu'en ayant à porter le poids de la peine du trentenaire et son humeur bien trop changeante.

Mais il ne semblait pas prêt à partir immédiatement, se rapprochant même de lui avant de reprendre de cette même voix lourde de colère. S'être attaché à lui ? Il lui balançait ça comme ça, littéralement ? Le blond avait simplement parlé d'être attaché à sa présence, pas à lui directement alors oui, les mots du plus jeune étaient bien plus forts et, quand il le poussa, il ne bougea pas, se contentant de le fixer d'un air lourd d'incompréhension, un peu perdu. Il avait ouvert la bouche pour parler, dire quelque chose, n'importe quoi, mais les nouveaux mots du journaliste le coupèrent net dans sa tentative. Et le choix de ses paroles ôtèrent tout calme chez l'aîné.

Il avait eu envie de l'embrasser, oui il l'avait bien compris, il n'était pas imbécile au point de se dire qu'il s'était forcé mais... la suite... franchement ? Le regard du blond redevint un peu plus sombre et ses traits se firent plus durs. Oui, les mots avaient été mal choisis, et ils lui restaient clairement bloqués en travers de la gorge, ramenant avec eux cette foutue douleur qu'il avait omise l'espace d'un court instant. « Tu as trahis ton ami, c'est ce que tu dis. Et moi je dois ressentir quoi ? J'ai trahi qui à ton avis hein ? » Ne laissant planer que quelques secondes, il reprit de ce même ton lourd de rage, légèrement plus fort cependant. « J'ai trahi celui qui a le plus compté dans ma vie durant ces quatre dernières putains d'années. Tu peux le comprendre toi aussi ? Tu peux seulement te mettre à ma place deux secondes et essayer de comprendre ce que ça fait ? » Il n'en revenait clairement pas que le journaliste ait seulement osé balancer ces mots, comme s'il était le seul à souffrir dans cette histoire, le seul à ressentir cette culpabilité et que lui, le plus concerné par la perte de Stew, n'en n'avait juste rien à foutre. Il le mettait hors de lui, littéralement, et c'était pour cette raison que Zack ne s'était pas rapproché du plus jeune, se mettant à faire les cents pas dans la pièce pour quitter son regard.

Se plantant devant la fenêtre, il s'y appuya en soupirant bruyamment. « Tu ne peux même pas savoir à quel point la culpabilité m'étouffe, d'autant plus quand j'ai ce foutu besoin... Cette envie de te garder égoïstement auprès de moi » avait-il soufflé sur un ton bien plus calme, résigné, même pas certain que le plus jeune l'entendrait vraiment. La colère n'était pas retombée, mais la culpabilité et la peine avait pris le dessus sur le reste, le laissant à nouveau complètement perdu et faible. Sans doute que fuir le regard du brun avait également été un acte de faiblesse mais il avait mieux valu ça que tenir son regard et finir par devenir plus violent que nécessaire. Déglutissant difficilement, le blond se passa une main lasse sur le visage avant d'inspirer profondément. Il avait été trop égoïste, depuis toujours, et il se devait pour une fois de laisser cela de côté, pour leur bien. Ouvrant la bouche pour simplement lui dire de s'en aller, mettre de la distance entre eux et reprendre le cours de sa vie, ses mots se bloquèrent néanmoins dans sa gorge et il se contenta de rester face à la fenêtre, les yeux clos, s'apprêtant déjà à entendre la porte claquer derrière lui, si toutefois Kyle n'était pas déjà parti avant.


Hell is not what you think it is, it's cold, and dark my friend. MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Stop running away.   Lun 6 Nov 2017 - 19:29

La situation était clairement en train de dégénérer et au fur et à mesure des minutes, Kyle se sentait de plus en plus mal de rester dans cette pièce. Il n'avait pas réfléchi, il avait tout balancé comme ça et peut-être que cette discussion avait rendu leur relation encore plus tendue qu'elle ne l'était déjà. Il avait tout gâché avec le baiser et maintenant il gâchait tout avec ses paroles, mais quel abruti il pouvait être. En plus de ça il avait parlé de Stew, il avait beaucoup trop de respect pour Zack et pour son ami pour en parler de la sorte et pourtant il l'avait fait sans même réfléchir. Ce qu'il pouvait être con. Jamais il n'avait douté que Zack ne se sentait pas coupable pour tout ça, il pensait juste que c'était trop insignifiant pour lui pour qu'il s'en occupe réellement. Il ne pensait pas que lui aussi s'attacherait à sa présence de la sorte et surtout il ne pensait pas que lui s'attacherait au blond comme ça. Peut-être que la meilleure solution était d'oublier tout ça, qu'ils aient la même relation qu'auparavant, qu'ils se parlent sans plus, qu'ils ne dorment pas ensemble. Tout un tas de choses auquel pensait Kyle et qui le rendait plus triste qu'autre chose, parce qu'il s'était un peu trop habitué à Zack ces derniers temps et savoir qu'il n'y aurait plus tout ça lui faisait peur, parce qu'il s'était raccroché à lui quand il en avait eu besoin et que ce sentiment de protection était devenu un certain attachement dont il n'arrivait même pas à se faire tellement c'était soudain et surprenant. Bien sûr le baiser y était pour quelque chose, dans sa prise de conscience qu'il était attaché à l'aîné, et pourtant ça n'avait fait que l'éloigner, fait qu'il redoutait depuis quelques jours maintenant. Voilà pourquoi il avait tout gâché.

Et d'un autre côté il y avait la culpabilité, ce sentiment qui lui disait qu'il n'aurait jamais dû faire tout ça. Et la culpabilité était probablement bien plus forte que l'attachement qu'il éprouvait pour le grand blond. Dans sa tête il y avait plus d'arguments négatifs qui le poussait à couper tout contact avec Zack, surtout après cette discussion qu'il n'avait pas vraiment imaginée comme ça. Il n'avait rien répondu aux paroles du blond, parce qu'il savait qu'il avait été égoïste dans tout ce qu'il avait dit, qu'il avait été égoïste en l'embrassant quand bien même il se disait maintenant que si l'aîné l'avait embrassé c'était qu'il l'avait voulu également. Tout ça était bien trop compliqué et ça le gavait, il n'aimait pas les histoires, il n'aimait pas se prendre la tête avec quelqu'un d'autant que le monde était déjà bien assez compliqué comme ça pour qu'il réfléchisse à tout ça, même s'il n'avait sans doute rien de mieux à faire. Mais maintenant qu'il y avait un silence pesant, la colère du plus jeune redescendait petit à petit alors qu'il regardait la silhouette de Zack. Il était con. Il se le disait pour une bonne raison de toute façon. Il ne savait même pas comment il faisait pour rester encore dans cette pièce. Les paroles de son aîné avaient eu un impact sur ce qu'il pouvait penser. Il ne pouvait pas se mettre à la place de Zack parce que la situation devait être encore plus compliqué pour lui, mais il pouvait très bien imaginer que la culpabilité était encore plus forte et c'était pour ça qu'il ne comprenait pas pourquoi il ne l'avait pas encore fait fuir de la chambre, pourquoi il ne lui en avait pas foutu une, pourquoi il ne l'avait pas repoussé lorsqu'il s'était approché de lui pour l'embrasser. S'il avait stoppé tout ça, ils n'en seraient pas là aujourd'hui, probablement. Et bien sûr il ne remettait pas la faute sur Zack, il remettait la faute sur lui, parce qu'il était celui qui s'était approché à la base.

Baissant les yeux, ses sourcils n'étaient plus froncés, il se sentait tout bonnement ridicule. Les poings serrés, il se retourna dans l'optique de sortir de la chambre, encore une fois. Il poussa un léger soupir. Il voulait s'excuser, mais il se disait que ce n'était franchement pas le moment pour ça, Zack l'enverrait probablement bouler encore une fois et il aurait raison. Il devrait même l'ignorer tant il était stupide. Et si les dernières paroles de Zack avaient été soufflés, il les avait pourtant bien entendu. Et s'il avait eu envie de rester dans la chambre après ça, il se disait aussi que ce n'était clairement pas le bon moment, pas après ce qu'il avait dit. Il savait qu'en sortant, cela couperait toute chance que les choses s'améliorent, parce qu'il fuirait encore une fois et que ce n'était pas la solution. Mais il savait qu'il avait déjà assez fait de mal comme ça. Voilà pourquoi s'isoler était peut-être la meilleure des choses à faire. Au moins ils ne viendraient pas soûler les gens, il se contenterait de juste rester seul sans même qu'on fasse attention à lui. Il poussa un nouveau soupir, ouvrit la porte et la ferma lentement derrière lui. Passant une main dans ses cheveux, il avait envie de frapper quelque chose. Il était con. Et il ne cessait de se le répéter dans sa tête. S'installant à côté de la porte de la chambre de l'aîné, il se laisse glisser le long du mur jusqu'à s'assoir à même le sol, les genoux repliés vers son torse, sa tête venant se cogner derrière le mur derrière lui. Et en plus de ça la douleur dans sa jambe lui faisait mal, c'était surtout quand il la pliait et franchement ce n'était pas le moment.

Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Stop running away.   
Revenir en haut Aller en bas  
- Stop running away. -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Stop running away ! | Pandore
» Who is running Haiti for whom?
» 07. Girls running wild
» 01. Don't stop me now !
» 222 t-shirts et du stop-motion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: