The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Stop running away. -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 3791
Age IRL : 25
MessageSujet: Stop running away.   Ven 20 Oct 2017 - 19:51

Cinq jours. Cinq foutus jours durant lesquels le trentenaire n'avait de nouveau pratiquement pas dormi. Des cernes s'étaient réinstallées, recréant cette ombre autour de ses yeux, signe que la fatigue était à nouveau plus que présente. Et, comme à chaque fois lorsqu'il manquait cruellement de sommeil, ses émotions étaient exacerbées et il était pour ainsi dire à fleur de peau. Mais il n'y avait pas que cela. S'il ne dormait que très peu c'était pour une bonne raison : il n'avait pas passé ces nuits avec le journaliste. L'évidence avait été compliquée à accepter les premiers jours, comme à chaque fois, mais il ne pouvait que oui, il dormait bien mieux en sa présence ; il dormait même tout court. Mais depuis cette sortie dans le centre de Renton, cette sortie même où ils s'étaient embrassés, ni Kyle ni Zack n'avait pris la peine de retourner vers l'autre. Le brun était devenu fuyant dès cet instant, en témoignait son regard constamment baissé, son silence, et surtout son absence. Et Zack... Zack ne tolérait que trop mal ce qui était arrivé, tellement perdu qu'il ne savait même pas quoi lui dire. Il ne lui en voulait pas pour son geste, loin de là, par contre, il s'en voulait à lui-même d'une manière incroyablement virulente, se laissant à nouveau bouffer peu à peu par ses craintes et sa culpabilité. Se rendre compte qu'il avait eu peur de le perdre n'était pas passé, parce-que cela supposait le fait que le plus jeune comptait pour lui et ses faiblesses amenées par les sentiments étaient déjà suffisamment étouffantes pour qu'il ne s'en rajoute pas d'autres. Et pourtant. Pourtant il avait cru perdre pied lorsqu'il s'était imaginé arriver en retard, encore une fois. Mais admettre ce fait était tout aussi difficile que le reste, alors Atkins usait de sa propre capacité de manipulation pour berner son esprit et se persuader qu'il avait simplement eu peur de perdre encore ''quelqu'un de son groupe'', pas Kyle précisément, pas parce-qu'il avait pris une importance qu'il n'aurait pas dû avoir. Non. Il n'y avait rien de tout cela, rien d'autre que la simple peur de perdre un visage connu. Foutaises. Et la culpabilité était encore pire que le reste, cette culpabilité de n'avoir juste pas pensé l'espace d'une seconde à son compagnon, comme s'il l'avait juste mis de côté. Ce n'était pas acceptable et surtout, ça ne devait pas se reproduire.

Après cinq jours de réflexions intenses, le blond en était donc arrivé à la conclusion qu'ils avaient simplement été tous les deux trop perdus pour réfléchir convenablement et s'étaient tous deux laissés porter par leurs peurs respectives. Il n'allait pas jusqu'à dire que ''c'était une erreur'', le terme était bien trop fort et il ne pouvait le considérer comme tel mais ils s'étaient égarés, c'était un fait, surtout lui. Kyle n'avait rien à se reprocher, ce n'était pas lui qui avait perdu son compagnon deux mois plus tôt, pas lui qui portait ce vide et cette culpabilité de n'avoir pu le protéger. Certes, il avait également vécu cela en perdant son petit-ami plus d'an au auparavant mais le temps était passé et il n'avait trahi personne, contrairement à Zack qui ne pouvait se détacher de cette impression.

Ce matin là, arborant la même tête de déterré que les jours précédents, il était allé voir Morgan afin de lui demander de faire quelque chose pour ses cheveux devenus bien trop longs. Ces mèches qui lui tombaient dans les yeux l'agaçaient aussi, beaucoup trop, et s'il n'y remédiait pas vite, il finirait par devoir se balader avec un bonnet pour ne plus les sentir et avoir à les rabattre constamment en arrière. La rouquine avait accepté, n'assurant toutefois pas un résultat parfait mais il avait suffisamment confiance en elle pour savoir qu'elle ferait au mieux ; et si elle se loupait... il avait préféré ne pas y penser. Bien sûr, il ne faisait plus attention à son allure, en témoignait les joggings et sweats à capuche qu'il arborait, ainsi que cette barbe elle aussi de mise depuis que le monde était tombé, mais il y avait tout de même des limites. Pendant ce temps qu'ils avaient passé ensemble, il avait franchement hésité à lui parler de ce qui était arrivé avec le journaliste quelques jours plus tôt mais il n'y était pas parvenu. Parce-qu'il savait. Il savait qu'elle ne le supporterait pas, qu'elle ne lui pardonnerait pas et lui balancerait dans la tronche qu'il avait tiré un trait sur Stew. Il se bouffait déjà suffisamment les doigts lui-même pour ne pas avoir à entendre ces mots de la bouche de celle qui comptait le plus. Alors, lorsqu'elle en eut terminé, il avait rapidement jeté un œil dans le miroir, serrant les dents en percevant ce vide au fond de ses deux orbes clairs mais tout de même satisfait du résultat.

Il était ensuite retourné à ses occupations, évitant soigneusement de croiser trop longtemps qui que ce soit afin d'éviter de s'agacer encore plus. Et le soir était arrivé. Il avait été défini que Kyle monterait le premier tour de garde qui suivait le repas et, sans réfléchir, le trentenaire avait décidé que le moment serait opportun pour avoir une discussion avec lui. En un sens il appréhendait mais il en avait franchement marre de cet évitement constant, ces regards fuyants, et ces nuits blanches à fixer le plafond par crainte de s'endormir. Ils devaient parler avant de s'embourber dans un silence franchement inutile. Étant remonté pour récupérer des cigarettes, le trentenaire était finalement redescendu, joignant immédiatement le jardin sans y trouver son cadet. Il ne put s'empêcher de soupirer, se décidant à faire le tour de la maison. Et il ne tarda pas à voir apparaître la silhouette du brun. Sans se démonter, ayant toutefois glissé sa main dans la poche de son jogging pour agripper son poing américain, il alla jusqu'à lui. « Kyle, on peut parler ? » avait-il lancé une fois à sa hauteur avant d'ajouter : « Tu te doute bien que ce n'est pas vraiment une question. » Son ton avait été assez morne, presque tendu.


What if you had no love ? What if you couldn't hold on for just another day, how could you breathe ?! MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Kyle Mitchell
American Dream
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: •un couteau •un pistolet HK USP
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 21/09/2016
Messages : 527
Age IRL : 18
MessageSujet: Re: Stop running away.   Ven 20 Oct 2017 - 20:54

Dire qu'il s'isolait serait un euphémisme. Il évitait tout le monde. Ce n'était contre personne, il avait juste honte de sortir. Pourtant il se forçait à le faire, la boule au centre en permanence, la peur de croiser Zack. En cinq jours toutes les craintes qu'il avait renié depuis qu'il s'était rapproché du blond étaient réapparus. Bien sûr ce n'était pas les mêmes craintes, c'était plus une angoisse qu'autre chose, le stresse de devoir parler, d'aborder le sujet avec lui, de mettre des mots sur ce qui s'était passé. Sur ce qui lui avait traversé l'esprit au moment précis où il avait ce geste. Pourquoi ? Sur le moment il savait qu'il avait trouvé une bonne raison, sauf que depuis qu'ils étaient rentré et que le brun s'était isolé il n'arrivait plus à savoir, il reniait les choses sans doute. Il voulait renier cette affection qu'il éprouvait désormais pour le blond. Des conneries, voilà tout, il se disait ça, que c'était des conneries. Et en plus de ça Stew l'avait toujours considéré comme un ami. Quel genre d'ami était-il pour faire ça ? Le trahir de la sorte. Oui, Stew n'était plus là, mais et alors ? Ça n'en restait pas moins qu'une trahison. Il se sentait tellement coupable, tellement con, tellement gêné. Tout un mélange d'émotions qu'il n'arrivait tout simplement pas à mettre de côté. Alors il s'était juste isolé, évitant de parler aux autres, évitant de parler à Zack surtout, évitant de dormir avec lui par-dessus tout et évitant même de raconter ce qui s'était passé à quelqu'un. Parce que oui, il aurait aimé le raconter, mettre des mots comme il n'arrêtait pas de se dire. C'était à cause de ces cinq jours de réflexion qu'il n'avait plus envie de parler, pour sûr qu'il l'aurait juste après s'il avait pu.

Toujours allongé sur son lit, les yeux rivés vers le plafond, le visage ne montrant aucune émotion. Il avait mal dormi et les quatre dernières nuits aussi avaient été horribles. Il avait fait des cauchemars, il avait pensé au baiser, il s'était résigné au moins deux fois à aller voir Zack. Il ne pouvait pas aller le voir, il ne pouvait pas lui parler non plus, il se sentait beaucoup trop coupable pour ça. Il n'osait même plus le regarder dans les yeux, il baissait la tête à chaque fois qu'il le voyait, il l'ignorait, il mettait de la distance exprès parce qu'il ne voulait pas avoir cette discussion avec lui, quand bien même ça lui faisait mal de l'ignorer de la sorte, parce qu'au fond il savait très bien qu'il avait besoin de lui. Pour dormir, pour se sentir mieux, pour l'aider dans son deuil. Mais en quoi l'aidait-il en faisant ça ? En rien. Il ne rendait les choses que plus affreuses. Zack aurait juste dû le baffer à ce moment précis, le repousser, lui faire comprendre que ce n'était pas bien. Stew était mort depuis seulement deux mois qu'il sautait déjà sur Zack. Et il avait lui-même du mal à comprendre comment il avait pu faire ça. Un type qui lui avait pointé son flingue sur le crâne, qu'il avait haï, contre lequel il avait dormi. Le journaliste était complètement paumé, il ne se sentait pas à l'aise. Il ne fuirait pas comme il avait failli le faire des mois auparavant, parce que qu'il le veuille ou non il n'était plus aussi lâche et il tenait beaucoup trop à ce groupe maintenant pour juste partir, seul et pour une simple histoire de baiser. Mais quoiqu'il arrivait il ne savait pas quoi penser, tout simplement.

Se redressant, désormais assis sur son lit, Kyle grimaçait. Sa blessure lui faisait toujours mal, ça le lançait et le soir il peinait à trouver le sommeil à cause de ça. Pourquoi est-ce qu'il devait toujours mettre autant de temps à guérir ? Relevant le bas de son jogging, il regarda le bandage autour de la blessure. Heureusement qu'Ansel était là pour ce genre de truc. La colère qu'éprouvait le brun à l'égard du doc diminuait de jour en jour et même s'il ne lui parlait pas plus que ça, il ne l'ignorait plus comme il le faisait juste après la mort de Stew. Balançant ses pieds hors du lit, il s'approcha du miroir se trouvant au-dessus de la commode où il rangeait ses affaires, sauf ces derniers jours et ça l'agaçait d'ailleurs. Il avait quand même fait une pile au bout de son lit pour ne pas marcher dedans. Il avait mal en marchant et quand bien même il ne voulait pas sortir il savait qu'il en était obligé pour que sa blessure aille mieux. Il demanderait le premier tour de garde, au moins il n'y aurait personne et il pourrait se dégourdir les jambes pendant un moment. En plus de ça il devait se raser, heureusement que Neil avait trouvé ces rasoirs au supermarché. Kyle en avait pris un, sa barbe était trop longue, il le savait et pourtant il n'avait pas envie de tout retirer. Au final il portait bien la barbe. Il s'attela donc à désépaissir, s'arrêtant au moment où il s'était légèrement coupé au niveau de la mâchoire. C'était suffisant, même si ce n'était pas parfait.

Décidant de prendre de nouveaux vêtements, il sentit son ventre crier famine. Il irait manger une fois prêt, il voulait éloigner le moment où il sortirait de la chambre le plus possible. Il eut quelques difficultés à s'habiller mais réussit quand même à mettre un jean ainsi qu'un pull blanc léger qui comportait quelques boutons au niveau du col. Il en ouvrit un, mis ses chaussures et sortit. La journée ressembla aux autres, il ignora Zack même s'il ne l'avait croisé qu'une fois, au repas du soir, il avait rapidement parlé à Aodhan et avait marché avec lui dans le jardin puis avait naturellement pris le premier tour de garde. S'étant équipé de son arme à feu qu'il gardait coincé dans son jean, il avait toujours un couteau dans la poche qu'il avait emprunté. Il faisait le tour de la maison, lentement, plus lentement que d'habitude parce qu'il avait parfois vraiment du mal à marcher normalement à cause de sa jambe. Et c'est en arrivant devant la porte de l'entrée qu'il avait entendu la voix de Zack. Kyle s'était stoppé, voulant ignorer les paroles du blond, mais il ne pouvait pas, pas éternellement et pas alors qu'ils étaient seulement tous les deux, au beau milieu de la nuit. Il s'était retourné vers l'aîné, les yeux baissés, regardant le sol, les mains dans les poches. Il avait acquiescé, il écouterait Zack, mais ne dirait probablement rien. Il se doutait de toute façon que la discussion n'allait pas être très joviale, loin de là.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 3791
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Stop running away.   Lun 23 Oct 2017 - 0:09

Le blond ne s'était évidemment pas attendu à ce que Kyle se montre ravi à l'idée de discuter, il n'eut d'ailleurs pas besoin de préciser le sujet précis qu'il voulait aborder avec lui, le plus jeune devait le savoir, en témoignait son regard toujours fuyant. Cinq jours qu'il l'évitait de la sorte, évitait de poser ses yeux sur lui, de lui adresser la parole ou même d'être trop près, sans doute de peur de ce qu'il pourrait voir dans le regard de l'aîné. Probablement était-il tout aussi perdu que Zack, même s'il ne le disait pas, qu'il devait ressentir cette même culpabilité et devait craindre les représailles qui lui tomberaient au coin de la tête à un moment ou à un autre. Mais le trentenaire n'était pas venu jusqu'à lui dans le but de le sermonner une nouvelle fois, ni de lui faire un quelconque reproche parce-qu'après tout, ce n'était pas à son cadet qu'il en voulait, mais bel et bien à lui-même et lui seul. Il s'en voulait d'avoir été aussi perdu et faible l'espace d'un instant, de s'être laissé porté par un désir qui n'avait pas lieu d'être mais qu'il n'avait pourtant pas pu éluder ; déjà alors qu'ils dormaient ensemble, il ressentait clairement cette ambiguïté et elle s'était nettement intensifiée depuis ces baisers, quand bien même ils n'avaient pas repassé de nuit dans le même lit. Il se sentait royalement con de s'être raccroché à lui au point de ne plus penser à rien d'autre pendant quelques secondes parce-que oui, il n'avait pas eu d'autre choix que d'en venir à cette conclusion que sans le vouloir, il était peu à peu devenu dépendant de sa présence. Et maintenant qu'il n'était plus à ses côtés, il ne parvenait à nouveau plus à trouver le sommeil, les cauchemars étaient revenus en masse et ingérables, et sa nervosité encore exacerbée. Pitoyable.

Serrant les dents quand le journaliste avait simplement acquiescé en fixant le sol, même pas foutu de le regarder alors qu'il lui avait adressé la parole, le blond resserra un peu ses doigts autour de son arme toujours bien logée dans sa poche, inspirant profondément. Cette situation était vraiment destructrice, pour l'un comme pour l'autre, et ils devaient poser des mots sur ce qui était arrivé, mettre les choses au clair, parce-qu'il était évident que si lui était perdu, le brun l'était tout autant et lui infliger cela était d'un égoïsme inacceptable. Ayant laissé passer quelques secondes pour réfléchir à ses mots, il avait inspiré une nouvelle fois. « Pendant combien de temps encore as-tu l'intention de m'éviter comme ça ? » avait-il demandé sans une once d'agressivité dans la voix, simplement un ton de discussion banal pour une conversation qui n'avait pourtant rien de léger. Certes, Zack aussi avait sa part de responsabilité, sans doute même encore plus importante que le journaliste puisqu'il lui avait volontairement rendu son baiser sans même se poser de question. Mais il n'empêchait que ce n'était pas lui qui s'entêtait farouchement à fuir son regard et éviter d'être dans la même pièce que lui.

N'y tenant plus, il avait tiré de sa poche son paquet de cigarettes, en glissant une entre ses lèvres pour l'allumer prestement, tirant longuement sur la première bouffée afin d'essayer de s'apaiser un peu ; calmer sa nervosité et tenter de faire taire cette foutue culpabilité qui lui hurlait qu'il n'était qu'un égoïste profiteur qui se consolait auprès d'un autre pour mieux supporter le poids du deuil. « Je suis désolé pour ce que j'ai fait, d'accord ? Je comprendrais que tu m'en veuilles ou que tu sois gêné, Kyle, mais il faut qu'on en parle, vraiment, parce-que cette situation... ce n'est plus possible » avait-il alors lancé sur ce même ton toujours aussi calme quoi qu'un moins détaché que précédemment. Lui faire ainsi comprendre qu'il ne lui en voulait pas et qu'il était prêt à entendre ce qu'il avait à dire, prêt à crever l'abcès pour qu'ils puissent continuer à avancer. Il doutait franchement du fait que le plus jeune l'ait embrassé par amour ou un quelconque autre sentiment du type, ayant automatiquement exclu cette éventualité de la liste, lui aussi devait avoir été simplement trop perdu et avait essayé de se raccrocher à quelque chose pour avoir le sentiment bref d'être encore en vie. Il ne pouvait le blâmer pour cela, en revanche, il ne tolérait que trop mal le silence du brun.


What if you had no love ? What if you couldn't hold on for just another day, how could you breathe ?! MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Kyle Mitchell
American Dream
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: •un couteau •un pistolet HK USP
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 21/09/2016
Messages : 527
Age IRL : 18
MessageSujet: Re: Stop running away.   Lun 23 Oct 2017 - 23:17

Il ne voulait pas le regarder. Enfin si, il le voulait, mais il ne pouvait pas. Les choses étaient trop compliquées. Kyle avait eu le temps de réfléchir en cinq jours, bien sûr qu'il avait fait une erreur et bien sûr qu'il s'en mordait maintenant les doigts, il avait été complètement con de faire ça, mais il ne pouvait pas se voiler la face, il l'avait fait pour une bonne raison. Certes il avait eu peur de perdre Zack, de mourir lui-même, mais l'ambiguïté qui s'était installée entre eux depuis quelques semaines maintenant avait joué dans cet acte, sinon Kyle n'aurait rien fait de tel, pas quelque chose d'aussi gros. Et bien sûr qu'il n'avait pas réfléchi sur le moment et ça avait été sa plus grosse erreur probablement. Il ne voulait pas que Zack et lui ne se parlent plus, il avait besoin d'être avec lui pendant la nuit par exemple, en cinq jours de temps il avait bien compris qu'il s'était attaché à sa présence et qu'il en était presque devenu dépendant. Il n'avait rien fait pour au final, peut-être aurait-il dû s'en douter, ce n'était pas très difficile de s'accrocher à quelqu'un, surtout après ce genre d'évènements qu'ils avaient vécus et surtout dans ce monde de merde. Et ce n'était pas difficile pour Kyle de s'accrocher surtout, parce qu'il n'avait personne, excepté Aodhan avait lequel il passait moins de temps désormais. Bien sûr qu'il mettait volontairement de la distance depuis les deux baisers avec Zack, mais il en avait besoin, parce qu'il se sentait carrément con d'avoir fait quelque chose comme ça. Qu'est-ce qu'il lui avait pris ?! Il avait tout gâché.

Passant une main sur son front, il releva à peine la tête vers le torse de Zack puis baissa de nouveau les yeux. Hors de question de le fixer, il ne pouvait pas alors qu'il savait très bien qu'il craquerait sinon, qu'il lui dirait que c'était un simple acte désespéré de sa part, qu'il en avait eu envie et qu'il ne s'était pas contrôlé. Il ne devait pas rendre la situation encore plus délicate et difficile, il avait déjà tout foiré. D'autant que penser ça le faisait se sentir assez coupable comme ça, le dire à voix haute serait probablement pire. Il trahissait Stew, rien qu'en dormant avec le blond il l'avait fait. Son ami était mort, il ne reviendrait plus, c'était le pire des non-respects, ce n'était même pas envisageable et pourtant il l'avait bel et bien fait. Pour sûr il ne réfléchissait pas trop au baiser que Zack lui avait donné, pour lui ça n'avait eu aucun sens, il ne savait pas quoi en penser et pourtant il y avait réfléchi un bon moment avant de trouver le sommeil la veille. L'aîné n'avait pas fait ça parce qu'il en avait eu envie, non ce n'était pas ça. Le brun voulait des explications et en même temps il se disait que le mieux à faire était que chacun reste dans son coin, oublier, ne plus dormir ensemble, que tout redevienne comme avant la fuite au phare. Rien de plus, rien de moins. Juste des connaissances et un certain respect de la part de Kyle pour les ordres que pouvait lui donner Zack. Il ne le voulait pas, bien sûr, loin de là, mais ça restait la meilleure solution pour oublier ce qui s'était passé, qui n'était rien, rien du tout.

Kyle pouvait très bien se douter que Zack en avait marre qu'il baisse les yeux, qu'il n'affronte pas les choses en face. Comme un lâche. Mais il n'avait pas vraiment le choix. En écoutant ses paroles, le brun se sentit con. Combien de temps ? Il n'en savait rien. Y avait-il vraiment un lapse de temps suffisant pour qu'il ne se sente plus coupable de ça ? Pour qu'il ne s'en veuille plus de ça ? Seul le temps le dirait. Il haussa les épaules, commençant à trifouiller le bas de son pull, signe d'anxiété. Il réagissait comme un gamin, certes, mais il ne se voyait pas faire autrement, il avait peur de l'affronter véritablement en face. Comprenant très bien qu'il prenait une cigarette, Kyle aurait voulu en demander une aussi, il en avait bien besoin parce qu'à force de se prendre la tête il était vraiment sur les nerfs. C'était un problème qu'il avait mais il était comme ça, se prendre la tête et se poser des questions c'était son truc.
Sauf que Zack fit l'erreur de dire que c'était sa faute. Le brun avait les yeux vers lui, fronçant les sourcils. S'il regardait plus son torse que sa tête il ne restait pas les yeux baissés vers le sol au moins. «Je comprends pas... c'est pas toi qui a.. enfin tu sais... Pourquoi tu t'excuses alors que c'est moi le fautif dans l'histoire ?» au moins il avait ouvert la bouche une fois.

Mais oui, ce qu'avait dit Zack était vrai, cette situation n'était plus possible et Kyle en avait vraiment marre aussi, sauf qu'il ne savait pas comment régler les choses, parce qu'il ne voulait pas parler. Poussant un long soupir, il secoua la tête, décidant de se remettre en marche pour poursuivre sa garde, ce qui était totalement inutile en soi puisque l'aîné pouvait le suivre, même si Kyle savait qu'il ne le ferait pas. Il avait honte de fuir comme ça, surtout en sachant qu'il avait besoin du blond. Oui, il avait besoin de Zack, malheureusement. Et il se sentait très mal en pensant à ça.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 3791
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Stop running away.   Mar 24 Oct 2017 - 1:28

Le silence du brun autant que sa foutue manie de baisser les yeux et fuir son regard agaçait sérieusement le trentenaire qui contrôlait déjà difficilement ses émotions depuis quelques temps. Pourquoi n'était-il pas simplement foutu de l'affronter et lui parler ? Ils avaient changé tous les deux, avaient passé suffisamment de temps ensemble pour devenir un peu plus familiers et moins sur la réserve, alors quoi ? Il avait peur qu'il lui en mette une ? Qu'il se remette à lui hurler dessus ? Sans doute. Et le blond s'en voulait encore de s'être emporté de la sorte alors oui, il pouvait comprendre l'appréhension de son cadet, mais ce n'était pas pour autant qu'il l'acceptait, notamment parce-qu'en le voyant ainsi, aussi apeuré, fuyant, il se retrouvait face au résultat de son propre caractère : destructeur pour tous ceux qui l'entouraient. Et il se haïssait pour cela, ne pouvant toutefois rien y faire tant il se sentait brisé et vide, ses réactions passant depuis quelques temps bien avant l'étape de la réflexion. En un sens, il avait bien confiance qu'il foutait tout en l'air, lui et lui seul. Il avait perdu trop de monde parce-qu'il n'avait pu les protéger, Stew, il avait failli perdre Morgan, et il poussait Kyle dans ce mutisme et cette crainte dans laquelle il se murait auparavant. Un connard égoïste, rien d'autre.

Tirant nerveusement sur sa cigarette, l'aîné tentait de contrôler sa nervosité, ne pas trop la laisser transparaître, mais le silence bien trop long du journaliste n'aidait assurément pas. Il avait envie de le secouer, lui dire de répondre, de lui parler, même de lui en mettre une pour lui montrer son mécontentement, mais ça... cette sorte d'indifférence, ce mutisme, c'était difficilement tolérable et ne faisait que lui renvoyer ses erreurs en pleine face. Et Kyle relevait finalement la tête, arrêtant cependant son regard sur le torse de l'aîné, toujours pas capable apparemment d'affronter ses deux orbes clairs et tous les sentiments contradictoires qui devaient s'y trouver. Lorsqu'il prit la parole, Zack se contenta de froncer les sourcils, tirant à nouveau sur sa barrette de nicotine avant d'expirer le plus lentement possible pour se calmer au mieux ; sans succès, mais il gardait tout en lui. Secouant la tête, il ne retint cette fois pas un soupir franchement agacé. « On s'en fout de qui est fautif ou non et de pourquoi je m'excuse, il faut simplement qu'on en parle » avait-il répondu sur un ton relativement tendu ; pour l'optique de faire ''comme si tout allait bien'', il repasserait.

Et à nouveau pas de réponse. Pas la moindre foutue réaction. Ah si, un secouement de tête avant qu'il ne se détourne et se remette à marcher. Et ce fait eut raison de la patience du blond. Il jouait à quoi au juste ? Il prenait la peine de venir lui parler, mettre les choses à plat, notamment parce-qu'il s'était durement rendu à l'évidence merdique qu'il en avait besoin, de sa présence, et lui il se barrait ? Lui tournait le dos comme si de rien n'était juste parce-qu'il n'était pas foutu d'affronter ses propres actes ? Non. Il n'allait assurément pas s'en sortir de la sorte. Jetant sa cigarette plus loin il avala la distance qui le séparait du plus jeune, lui agrippant le bras afin de le stopper dans son avancée et le forcer à lui accorder son attention. « Tu te fous de moi Kyle ? Je viens, je fais un pas vers toi pour qu'on puisse discuter de tout ça, et toi tu te casses ? » Son ton était acerbe, la colère nettement perceptible et sa poigne sans doute un peu trop forte.

Lorsqu'il s'en rendit compte il le lâcha, reculant d'un pas sans toutefois quitter le brun du regard. Il secoua alors la tête comme s'il était en totale incompréhension, cherchant ses mots, ou du moins les bons mots pour éviter de simplement balancer à la gueule de son cadet qu'il était encore plus mal depuis qu'il se retrouvait seul comme un con et qu'il avait besoin de lui ; certes, ce serait une vérité, mais il n'avait absolument pas envie de se montrer aussi faible ni même d'exprimer à voix haute une dépendance naissante dont il tentait de se passer. « Écoutes... tu veux pas parler, très bien, soyons mal tous les deux dans nos coins respectifs et continue à m'éviter bêtement, mais ne viens pas me reprocher de ne pas avoir essayé d'arranger les choses. » Son ton avait été plus calme, empreint d'un mélange de peine et de colère, croisant un court instant son regard, il secoua une nouvelle fois la tête, déglutissant difficilement, et se détourna à son tour pour prendre la direction de la maison. Tant pis, il n'allait pas le secouer jusqu'à ce qu'il accepte de parler. Le blond prendrait sur lui, encore, et se débrouillerait tout seul dans son bordel, comme il aurait dû le faire depuis le début. Malgré ce fait cependant, il ne pouvait s'empêcher de sentir une certaine peine peser en lui parce-que oui, même s'il le niait farouchement, il savait pertinemment qu'il dormirait mal sans sa présence et il s'en voulait de lui parler de la sorte, mais il en avait ras le bol de cette situation alors si le brun ne voulait pas arranger les choses, autant laisser tomber, il n'avait pas l'intention d'être le seul à faire des efforts.


What if you had no love ? What if you couldn't hold on for just another day, how could you breathe ?! MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Kyle Mitchell
American Dream
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: •un couteau •un pistolet HK USP
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 21/09/2016
Messages : 527
Age IRL : 18
MessageSujet: Re: Stop running away.   Mar 24 Oct 2017 - 15:35

Ce qu'il avait fait avait réellement foutu la merde, il s'en voulait parce ce qui se passer maintenant était de sa faute à lui, juste parce qu'il avait une dépendance pour la présence du blond, qu'il savait qu'il l'avait embrassé parce qu'il en avait eu besoin et qu'il avait eu peur et que lui avait rendu ce baiser. Merde. Situation de merde, vie de merde, il continuerait e se le dire tant que les choses ne s'arrangeraient pas et pour le moment ce n'était pas le cas. Ce qui était sûr en tout cas c'est qu'il ne pouvait pas parler à Zack sans s'énerver, il fallait qu'il se calme, qu'il prenne encore le temps de réfléchir. Un coup il pensait tout simplement à l'ignorer, un autre il pensait à s'excuser et à lui proposer de juste faire table rase de ce qui s'était passé puis une autre fois il voulait juste tout lui balancer à la gueule et lui dire que oui, il tenait un minimum à lui et qu'il avait besoin de sa présence, sans savoir pourquoi et en ayant bien conscience que c'était un manque de respect total pour Stew. Tout ce qui s'était passé était un manque de respect pour lui et c'était aussi pour ça que Kyle ne comprenait pas la réaction de Zack, il devrait être le premier à se sentir coupable et à foutre une baffe au journaliste pour lui faire comprendre ça. Le brun était perdu, il se sentait seul même si c'était lui qui avait instauré cette solitude, et en plus de ça il ne pouvait même pas se réfugier dans le lit de Zack le soir venu pour avoir au moins une nuit convenable.

Et comment ça il s'en foutait de qui était le fautif ? Non, sûrement pas, c'était lui le fautif, lui qui avait fait l'erreur de poser ses lèvres, lui qui s'était bêtement blessé. Si au départ il avait cru que ce n'était pas sa faute, qu'il s'était juste fait prendre par les infecter, il avait bien conscience que c'était à cause de sa peur constante de ce nouveau monde qui l'avait positionné comme ça. Oui il avait fait des efforts et maintenant il avait juste l'impression de revenir en arrière à cause de ce qui s'était passé au supermarché puis avec Zack au centre-ville. Un ou deux morts ça ne lui faisait pas peur, une quinzaine c'était déjà beaucoup plus compliqué et en plus de ça il ne voulait plus sortir et de toute façon sa jambe l'handicapait trop pour le moment. Il était ce genre de type qui se remettait assez vite des blessures, mais avec le moral de merde qu'il avait ça n'arrangeait rien. Il avait l'impression de s'abattre sur son sort tout le temps et c'était pire qu'agaçant, parce qu'il prenait bien conscience qu'en faisant ça il n'avançait plus, il reculait de nouveau. Il n'avait pas pris sur lui et fait tous ces efforts pour rien. Il avait envie de s'énerver, de toute balancer, de crier pour une seule fois depuis tout ce bordel. Il ne l'avait pas fait et il regrettait de ne pas avoir craqué une fois, même pour quelque chose de minime. Et là il en avait envie parce qu'il ne savait pas quoi penser ou quoi faire ni même à quoi réfléchir.

Alors il avait fui, encore, sans rien répondre, parce qu'il n'avait de toute façon rien de mieux à faire. Fuir quelqu'un qui habitait dans la même maison c'était stupide et pourtant il le faisait, c'était un sacré abruti, un sacré lâche, un sacré moins que rien même. Il ne craignait plus Zack comme avant et il n'osait même pas le regarder dans les yeux alors qu'il avait dormi avec lui plus d'une fois. Pitoyable, il l'était. Et il ne s'était pas attendu à ce que Zack arrive derrière et lui prenne le bras, il pouvait sentir qu'il y mettait de la force donc non, il ne déconnait pas, c'était une certitude et ça inquiétait un peu plus le journaliste. Il avait vu que quand il était énervé, il ne pesait pas ses mots et même si la dernière fois c'était parce qu'il avait failli mourir, si le blond s'énervait maintenant ce ne serait probablement pas pour le même motif. Pourtant le brun continuait de l'ignorer comme un con. Ce qu'il pouvait se haïr parfois. Toujours à peine la tête dans la direction de Zack, il regardait toujours le sol. Merde, pas foutu de lever les yeux encore une fois, gros con qu'il était. Oui, il faisait un pas vers lui, Kyle était égoïste, c'était le fautif dans l'histoire, point, il ferait en sorte de ne plus lui parler, voilà tout. La situation allait l'agacer, il allait en avoir marre, il se sentirait seul mais tant pis, il avait absolument tout niqué. Il se disait qu'il aurait mieux fait de ne pas accompagner Zack.

Kyle fit également un pas en arrière lorsque l'aîné le lâcha. Il se retourna pour continuer son avancée, juste continuer sa ronde et faire une nouvelle fois comme si de rien n'était. Mais les paroles de Zack l'énervèrent encore plus contre lui-même. Le blond n'allait pas être au plus mal parce qu'ils ne parlaient plus, l'ancien journaliste le savait très bien, il ferait abstraction. C'était stupide de réfléchir comme ça parce qu'au fond il pensait vraiment que Zack avait également besoin de sa présence pour dormir, mais au pire il irait voir Morgan et les choses s'arrangeraient pour lui, comme pour Kyle à un moment. L'éloignement était peut-être la meilleure des choses à faire. «Ok...» avait-il répondu tout bas, se doutant bien que l'aîné n'avait pas entendu vu qu'il était déjà reparti. Le brun continua son avancée autour de la maison. Ça s'était mal passé, par sa faute il le savait et c'était précisément pour a qu'il voulait à tout prix éviter une discussion avec Zack, parce qu'il savait que ça se passerait comme ça. Il n'était qu'un sale con.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 3791
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Stop running away.   Mer 25 Oct 2017 - 2:15

Le pas en arrière qu'avait fait le plus jeune n'avait fait que conforter Zack dans l'idée que oui, il n'était qu'un connard égoïste bien trop instable. Comment pouvait-il seulement passer en un quart de seconde à un certain calme avant de littéralement exploser de la sorte ? Il lui faisait peur, c'était une évidence, et sans doute était-ce pour cette raison que le brun ne voulait pas parler. À cause de lui, comme toujours, parce-qu'il avait toujours imposé de sa supériorité sans même se soucier de ce que ça pouvait bien faire aux autres, parce-qu'il avait toujours été comme ça et que non, il n'avait pas l'intention de changer, notamment parce-que la rage masquait parfaitement la peine qui l'habitait et que cette colère lui permettait de bien mieux garder la face que des plaintes pitoyables du faiblard qu'il avait l'impression d'être depuis que son compagnon l'avait laissé seul sur cette foutue terre.

Voyant que Kyle s'était remis à continuer sa ronde, il n'avait pu s'empêcher de cracher quelques derniers mots avant de lui tourner le dos à son tour, ne se préoccupant ni de l'impact qu'auraient ses paroles ni du fait que, pour une fois, c'était lui qui fuyait. Il avait suffisamment à affronter depuis deux mois, suffisamment de poids à porter, de peine à encaisser, alors non, il n'avait pas encore besoin de s'encombrer de telles conneries. Si le journaliste n'était pas foutu de discuter tant pis, qu'il s'éloigne, il n'était de toute façon plus à un vide près. Cela ne l'empêcha cependant pas d'être réellement en colère et, ayant finalement rejoint sa chambre, il avait claqué violemment la porte sans se soucier de ce qu'en diraient les autres. Mieux valait qu'il s'isole avant qu'il ne s'en prenne verbalement à quelqu'un qui n'aurait rien demandé. S'il avait jusqu'alors été simplement en colère contre lui-même, le blond l'était désormais également envers son cadet et son attitude de gosse même pas foutu d'assumer ses actes. Sans doute que l'éloignement était la meilleure chose à faire en cet instant précis sinon Dieu seul savait jusqu'à quand il parviendrait à contenir sa colère.






_________________________






Mardi, 25 Octobre 2017




Traînant des pieds dans la rue qui bordait la maison, le trentenaire tirait nerveusement sur sa cigarette, main droite calée dans sa poche. Le temps était trop changeant, annonciateur d'un hiver qui le laissait franchement neutre ; ils auraient froid, il ferait gris, et il n'aurait de cesse de penser aux Noëls qu'il passait auparavant avec les siens. Du négatif en somme, comme tout ce qu'il ressentait depuis plus de deux mois. C'était devenu habituel à force, il s'en était accommodé et avait fini par se faire à l'idée que les choses ne changeraient plus, qu'il n'y avait aucune raison de chercher du positif quelque part en sachant que, de toute façon, tout lui serait enlevé brutalement un jour ou l'autre. Ce sentiment ne s'était pas atténué avec l'arrivée de la nouvelle quelques jours plus tôt, cette grande gueule qu'il avait déjà été à deux doigts de faire taire à quelques reprises et qui ne faisait qu'exacerber un peu plus sa nervosité. Un inconnu sous son toit, auprès des siens, c'était difficilement acceptable. Inutile de dire que ça l'empêchait de dormir, il ne dormait de toute façon quasiment plus pour des raisons bien différentes.

Et la situation avec le journaliste qui ne s'était toujours pas arrangée, était même pire à dire vrai. Plusieurs jours de réflexion à nouveau avant de se rendre à une évidence simple : il n'avait pas le droit de se raccrocher à lui de la sorte, parce-qu'il le traînait indéniablement au fond avec lui. Son regard fuyant le témoignait suffisamment et, pour une fois, le trentenaire avait décidé de ne pas être l'égoïste de base et de simplement prendre sur lui pour passer outre. Oh, il n'essayait pas de sortir la tête de l'eau, il avait lâché l'affaire dès le moment où il s'était retrouvé seul comme un con, mais il s'accommodait du fait de simplement évoluer dans ce vide intérieur qui finirait un jour ou l'autre par simplement le faire dépérir dans un coin. Alors oui, il en était donc revenu à reprendre ce masque d'indifférence, élevant à nouveau ses barrières protectrices entre lui et le reste du monde. Se protéger pour ne pas couler trop vite, se foutre dans un mutisme en fermant toute optique d'amélioration ; déjà auparavant il agissait de la sorte, Morgan le savait, elle avait déjà eu affaire à ce silence qui signifiait bien que sa fierté en avait pris un coup ou qu'il avait été blessé et qu'il ne gérait que trop mal.

Après de longues minutes et voyant le ciel déjà pas mal assombri, l'ancien homme d'affaires était retourné à l'intérieur, intimant à Ansel de prendre le prochain tour de garde. Il avait la ferme intention de monter dans sa pièce et ne pas en ressortir jusqu'au lendemain. Sans doute ne dormirait-il pas mais qu'importait, au moins il serait allongé. En passant dans le couloir qui menait à l'escalier, il s'arrêta quelques secondes devant le miroir accroché au mur, se toisant de cet air lourd d'indifférence. Ses cheveux et sa barbe étaient moins longs qu'une semaine auparavant mais ça ne lui avait pas donné meilleure mine pour autant. Ses cernes étaient toujours trop prononcées, cerclant son regard d'une ombre qui lui donnait un air encore plus blasé et mauvais que d'habitude et ses joues avaient l'air de s'être encore creusées. Le manque d'apports en nourriture probablement, il avait dû perdre pas mal de kilos depuis qu'ils avaient eu à fuir la station mais il s'en fichait bien, il tenait encore debout alors la gueule de déterré qu'il pouvait avoir était bien le dernier de ses soucis.

S'arrachant à sa contemplation qui, comme à chaque fois qu'il croisait son propre regard foutrement vide, l'avait agacé, il avait pris la direction de l'étage. Dans l'escalier, le blond avait croisé Kyle, lui lançant un simple regard sans émotion. Bien sûr qu'il détestait cette situation, qu'il se haïssait de ressentir une certaine dépendance à sa présence, mais il n'allait pas refaire un pas vers lui. Zack ne faisait que rarement le premier pas vers une réconciliation, ne s'excusait sincèrement qu'à de rares cas, mais lorsqu'il le faisait, mieux valait ne pas lui tourner le dos. C'était cependant ce qu'avait fait le plus jeune et, de part ce fait, il n'avait aucunement l'intention de refaire ce pas vers lui, quand bien même il s'en bouffait les doigts. Enfin arrivé dans sa chambre, il avait refermé la porte derrière lui, ôtant son gilet pour le jeter sur le fauteuil tout en gardant son tee-shirt, fauteuil dans lequel il s'affala en laissant tomber sa tête contre le dossier. La nuit allait être longue, comme les précédentes, et demain ressemblerait à aujourd'hui, fade, vide, à son image.


What if you had no love ? What if you couldn't hold on for just another day, how could you breathe ?! MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Stop running away.   
Revenir en haut Aller en bas  
- Stop running away. -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Stop running away ! | Pandore
» Who is running Haiti for whom?
» 05_ i just can't stop loving you
» 07. Girls running wild
» 01. Don't stop me now !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: